Ciné-ONU : ‘Styx’ ou la question du sauvetage en mer

Date d': 
Mercredi, 30 Janvier 2019

 Bruxelles | UNRIC

Styx est l’adaptation pour le cinéma de l’expérience d’une femme médecin européenne qui part faire un voyage en solitaire sur son bateau à voile. Ses vacances sont interrompues quand elle s’approche d’un bateau de pêche endommagé plein de migrants. Elle suit la loi de la mer et demande de l’aide par radio. Alors que sa demande n’aboutit pas, elle doit prendre une décision sur l’instant.

La discussion après la diffusion a porté sur les vagues migratoires en Méditerranée. Le panel était composé de Jean Lambert, London’s Green MEP ; d’Inma Vazquez, Représentante de MSF auprès de l’Union européenne et de l’OTAN ; et de Federico Soda, Directeur du Bureau de coordination pour la méditerranée de l’Organisation maritime internationale. Petra Hongell, du Centre régional d'information des Nations Unies pour l'Europe occidentale (UNRIC) modérait la discussion.

M. Soda a dit que le film était comme un coup de poing à l’estomac, un rappel du fait que « nous jouons à la politique avec la vie de personnes » le film montre tout un pan d’échec envers les migrants, mais la légalité et les racines de la migration ne peuvent pas être ignorées. Il a aussi dit que nous devons considérer la migration de façon holistique et systématique.

Mme Vazquez a indiqué qu’il ne restait qu’un bateau de recherche et de sauvetage, sponsorisé par MSF et SOS Méditerranée. Toutefois, cela a dû s’arrêter du fait d’actions de certains pays européens. Selon elle, la recherche et le sauvetage proactifs reste une priorité : « En ce moment, des personnes meurent et nous devons tout faire pour que cela s’arrête ».

Mme Lambert a souligné que l’Accord de Dublin a certainement contribué à la réticence de quelques pays à accepter des migrants. Elle a plaidé pour un nouveau système qui pourrait, par exemple, reconnaitre les liens familiaux des migrants dans certains pays.

Pour en savoir plus