Nouveau rapport du CCI sur l’accessibilité des conférences

Date d': 
Mercredi, 13 Février 2019

Genève | Corps commun d'inspection 

Le Corps commun d’inspection (CCI) a récemment examiné la situation en matière d’accessibilité pour les personnes handicapées, aux conférences et réunions organisées par les organisations du système des Nations Unies, à grande échelle, à petite échelle et hors site. L’objectif était d’identifier les obstacles et les bonnes pratiques afin que les personnes handicapées puissent participer de manière efficace.

Les principales conclusions de l’examen sont les suivantes :

  1. Les politiques officielles en matière d’accessibilité font défaut dans la plupart des organisations mais peuvent être élaborées à l’aide de documents d’orientation existants.
  2. Au siège, la plupart des organisations ne fournissent pas beaucoup de services essentiels pour rendre les réunions plus accessibles. L’accessibilité des bureaux hors Siège est encore plus en retard. Pour les réunions hors site, la plupart des organisations ne contrôlent pas correctement les dispositions relatives à l’accessibilité, ni ne fixent des exigences minimales en matière d’accessibilité.
  3. Les personnes handicapées et leurs organisations représentatives ont exprimé un faible niveau de satisfaction à l’égard des dispositions existantes en matière d’accessibilité et ont présenté une série de mesures correctives.
  4. Divers autres déficits ont été identifiés en ce qui concerne la capacité interne, la coordination, le partage des connaissances et la responsabilité en matière d’accessibilité.
  5. Dans l’ensemble, les progrès réalisés dans l’intégration des questions d’accessibilité en tant que question transversale dans le travail des organisations sont limités.

L’examen a permis d’identifier des mesures clés, notamment :

  • Établir des centres d’accessibilité ;
  • Nommer des points focaux pour le handicap et l’accessibilité ;
  • Élaborer des procédures opérationnelles normalisées pour les activités liées à l’accessibilité ;
  • Demander de manière proactive des informations sur les besoins en matière d’accessibilité et diffuser des informations sur les installations et les services accessibles disponibles ;
  • Entreprendre des évaluations de l’accessibilité des installations et des services de l’organisation ;
  • Intégrer des considérations d’accessibilité dans les processus d’approvisionnement ;
  • Recueillir systématiquement des données sur l’accessibilité, les surveiller et disposer d’indicateurs de performance pour les mesurer ;
  • Faire rapport périodiquement sur l’état de l’accessibilité aux organes législatifs ;
  • Utiliser des mécanismes de coordination inter et intra-agences pour partager les bonnes pratiques ;
  • Intégrer les questions relatives à l’accessibilité dans les enquêtes auprès du personnel ; et
  • Assurer la formation du personnel sur les questions d’inclusion et d’accessibilité des personnes handicapées.

Le rapport contient dix recommandations à l’intention de l’Assemblée générale, d’autres organes délibérants et des chefs de secrétariat.