Des ressources non traditionnelles pour le maintien de la paix

Date d': 
Vendredi, 09 Mars 2018

Worldwide | DFS

Les technologies de l’information et des communications (TIC) évoluent à un rythme exponentiel, modifiant grandement la façon dont les Nations Unies mènent leurs opérations de maintien de la paix à l’ère numérique. Cette révolution arrive précisément au moment où l’Organisation doit faire face à de nouvelles pressions sur le maintien de la paix, pour faire plus et mieux avec moins.

Plus que jamais, c’est le moment pour une nouvelle approche, un nouvel appel au monde de la philanthropie, à la société civile et au secteur privé pour accompagner l’évolution des TIC dans le maintien de la paix.

La Division de l'informatique et des communications (Information and Communications Technology Division ou ICTD) du Département de l’appui aux missions (DAM) évolue afin d’aider à la transformation de ces technologies sur le terrain, pour engager et exploiter ces sources de financement non traditionnelles, pour aller à la recherche de partenariats public-privé, pour tirer profit des programmes de recherche et développement des entreprises et pour initier des dialogues technologiques avec les groupes de réflexion.

« L’innovation autour de la technologie a le potentiel d’être une force de développement dans la réalisation des mandats de l’Organisation sur le terrain. Nous œuvrons à la création d’un cadre d’innovation et de technologie centré sur le terrain, dont l’objectif est d’utiliser l’innovation de façon intégrée à tous les niveaux et pour toutes les composantes des missions de terrain », dit Anthony O’Mullane, Directeur d’ICTD. « Notre pertinence, en tant que fournisseurs de solutions technologiques, dépendra de la façon dont nous pourrons fournir les meilleurs outils et solutions technologiques dans les années à venir pour soutenir nos missions sur le terrain », ajoute-t-il.

Il est crucial que les Nations Unies tirent profit de la technologie, en tant que catalyseurs et facilitateurs, pour qu’elles se transforment en une organisation en pointe en matière de révolution technologique. Les partenariats, les dialogues avec des tierces parties, les institutions académiques et le monde philanthropique sont essentiels pour combler l’écart technologique et financier entre les capacités et les ressources en TIC. Cela aidera à résoudre des problèmes systémiques globaux et nous permettra de réussir dans nos efforts collectifs pour mettre en œuvre nos mandats au profit de la paix, du développement et des droits de l’homme.

Lisez l’article dans son intégralité [en anglais] sur les sites de Chronique ONU ou de DFS Field Technology Website.