Un dialogue sur un accès égal et libre et les ODD

Date d': 
Jeudi, 01 Novembre 2018

Le 23 octobre 2018, la Bibliothèque Dag Hammarskjöld a organisé, en collaboration avec SPARC (Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition), une conférence par satellite « OpenCon ». Le thème était « Accès pour tous ? Égalité d’accès à l’information, inclusion et le Programme 2030 ». 

La conférence a réuni des décideurs et des professionnels du système des Nations Unies, de la Commission européenne, de la Banque mondiale et de SPARC dans les domaines du libre accès, des données publiques, des ressources éducatives ouvertes et de la science ouverte, et des chercheurs représentant des établissements universitaires. 

Les participants ont souligné que l’égalité d’accès à l’information et aux connaissances scientifiques était un droit de l’homme inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, et avait été reconnue comme étant décisive pour atteindre les objectifs de développement durable. Le suivi des progrès des 17 objectifs de développement durable nécessitant l’accès constant à des données scientifiques, il serait impossible sans ouvrir l’accès aux données concernées. 

Les participants ont raconté l’histoire de ceux qui avaient pu profiter du libre accès à la littérature scientifique pour améliorer des traitements médicaux, leurs compétences pédagogiques ou la qualité des audiences judiciaires. Le public a débattu des défis à relever : harmoniser les directives en matière de science ouverte pour créer une plateforme mondiale pour la science ouverte, promouvoir le libre accès aux recherches financées par des fonds publics, concevoir des systèmes de récompense différents pour les chercheurs et améliorer la visibilité et l’utilisabilité des jeux de données. 

Thanos Giannakopoulos, Bibliothécaire en chef, a résumé les activités de la journée : « Nous avons fait un tour complet : ce matin, l’analyse scientifique du libre accès, le mois prochain, le lancement du nuage européen pour la science ouverte, cet après-midi, les progrès du libre accès à l’ONU, et ce soir, l’histoire d’écoliers dans les quartiers pauvres de Kibera (Kenya) qui accèdent à l’information dans l’unique bibliothèque et espèrent une vie meilleure ». 

La conférence a pris fin après le discours inspirant de la Bibliothécaire du Congrès des États-Unis, Dr Carla Hayden, la première femme et la première Africaine-Américaine à être nommée à ce poste prestigieux. Dr Hayden a qualifié les bibliothèques de « centres du possible » et exhorté tous les bibliothécaires à défendre l’accès de tous à l’information. 

Au nombre des participants on comptait des chercheurs, des bibliothécaires, des représentants d’organisations non gouvernementales, des membres du personnel de l’ONU et un public mondial qui regardait la retransmission de la manifestation.