ID digitale: comment l’ONU peut aider les populations vulnérables

Date d': 
Vendredi, 18 Août 2017

Personne ne peut monter dans un avion, ouvrir un compte bancaire ou avoir un permis de conduire sans identification légale. Etonnement, un sixième de la population – et notamment les plus vulnérables, comme les réfugiés – ne possède aucun document légal d’identification. Ceci a un impact négatif important sur la qualité de leur vie.

Le Bureau de l’informatique et des communications (OICT) du Département de la gestion travaille sur des technologies innovantes d’identification personnelle et comment ces technologies peuvent venir en appui aux opérations des Nations Unies et des Etats membres, et contribuer à trouver des solutions pour ceux qui n’ont pas accès aux méthodes traditionnelles pour prouver leur identité.

Le Sommet ID2020 de 2017, qui s’est déroulé aux Nations Unies le 19 juin 2017, a permis de rassembler des acteurs humanitaires et technologiques pour souligner les difficultés auxquelles font face 1,1 milliards de personnes qui n’ont pas de documents d’identité, et pour explorer les moyens de créer une identification numérique universelle pour chaque personne sur la planète.

Atefeh Riazi, Sous-Secrétaire Générale en charge d’OICT, a ouvert le Sommet ID2020 ‘plateforme pour le changement’ : « nous nous engageons à travailler sur ce challenge de l’identification, et à utiliser les innovations technologiques pour y répondre d’une façon évolutive, sécure et durable ».

OICT, Accenture, Microsoft et PricewaterhouseCoopers co-organisaient la rencontre qui a accueilli des participants de 150 compagnies du secteur privé et 11 agences de l’ONU.

Accenture et Microsoft ont présenté un prototype d’identification qui fournirait les informations relatives à une personne sur un application. Cette solution est basée sur la technologie Blockchain, qui assure un cryptage sécurisé des données. Les informations étant stockées dans une base de données, même un individu sans appareil mobile pet être identifié par empreinte digitale ou scanner de l’iris.

Mme Riazi a conclu la réunion en disant : « Il est urgent d’agir et de soutenir toutes les personnes sans identification. L’inaction face à ce problème est inacceptable ».

Produit d’un partenariat public-privé, ID2020 soutient l’ODD 16.9 qui recommande de fournir une identification légale à tous, notamment l’enregistrement de la naissance, d’ici à 2030. Le premier sommet ID2020 a été accueilli au Siège en 2016.