United Nations Welcome to the United Nations. It's your world.

DECLARATION DE S.E.M. MARCEL AMON-TANOH: REUNION ANNUELLE DE COORDINATION DES MINISTRES DES AFFAIRES ETRANGERES DE L’ORGANISATION DE COOPERATION ISLAMIQUE

Vendredi, 22 Septembre 2017
Presenter: 
S.E.M. AMON-TANOH MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Lieu: 
ORGANISATION DE L'OCI

 

Excellence Monsieur le Secrétaire Général de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI) ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres des Affaires Etrangères de l’Organisation de Coopération Islamique, Chefs de délégations ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs

Mesdames et Messieurs ;

Honorables invités.

 

Il m’est particulièrement agréable de prendre la parole ce jour 22 septembre 2017, devant cette auguste Assemblée participant à la réunion annuelle de coordination de notre Organisation commune, ici à l’ONU, deux mois après la mémorable rencontre de la 44ème session du Conseil des Ministres des Affaires Etrangères que mon pays a eu l’honneur d’abriter à Abidjan les 10 et 11 juillet dernier.  Permettez que je saisisse l’opportunité que m’offre la Présidence de la présente réunion pour vous réitérer au nom de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Cote d’Ivoire, de son gouvernement et du peuple ivoirien, notre sincère gratitude et notre profonde reconnaissance à l’ensemble des pays frères, membres et observateurs de l’OCI, pour leur présence tant massive que qualitative en Côte d’Ivoire à cette occasion.

  Nous avons perçu cette performance en termes de participation comme l’expression renouvelée de l’intérêt, de la confiance et de la solidarité de l’OCI et de ses membres à l’égard de notre pays depuis votre soutien multiforme lors des moments difficiles traversés par la Côte d’Ivoire ces dernières années notamment pendant la crise post-électorale en 2010.

C’est le lieu de saluer, à nouveau, cette solidarité qui s’est manifestée lors du vote des États membres de l’OCI en faveur de la Côte d’ivoire qui, le 02 juin 2017, a été élue membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2018-2019.

 

Mesdames et Messieurs

Honorables invités,

 Je voudrais adresser mes remerciements et mes encouragements au Secrétariat Général de notre Organisation pour les initiatives et les actions menées sur le terrain et, en particulier, saluer la disponibilité du Secrétaire général, S.E.M YOUSSEF AL OTHAIMEEN, qui, depuis son élection, ne ménage aucun effort en faveur d’une organisation plus forte et solidaire face aux défis actuels. 

J’associe à cette reconnaissance le Gouvernement du Royaume d’Arabie saoudite, pays-siège de notre Organisation, pour sa permanente sollicitude et ses soutiens généreux dont l’OCI a toujours bénéficié.  Á vous, enfin, chers collègues, il me plaît de saluer votre présence massive dans cette salle qui démontre de l’intérêt majeur que les Etats accordent à nos réflexions et actions communes d’autant plus que les sujets à l’ordre du jour de notre réunion portent sur des dossiers extrêmement complexes qui nécessitent la contribution de tous.

  Nul doute que le rapport bilan à mi-parcours de Monsieur le Secrétaire Général sur les avancées et les acquis enregistrés dans la mise en œuvre de nos décisions mais aussi les attentes y relatives éclaireront et faciliteront la conduite de nos débats vers des résolutions consensuelles. Il y va de la cohésion au sein de notre Organisation.

 

Mesdames et Messieurs ;

Honorables invités ;

 Depuis la réunion d’Abidjan, à l’initiative de la république sœur de Turquie, Président en exercice du Sommet des Chefs d’Etat et Souverains, le Secrétariat général de l’OCI à convoqué le 1er août 2017 à Istanbul une réunion d’urgence du Comité Exécutif, à participation non limitée, sur la crise en Palestine provoquée par la décision prise par les responsables israéliens de fermer l’accès à l’esplanade des Mosquées à Al Qods Al Shareef. 

Le communiqué final de cette rencontre des Ministres des Affaires Etrangères a, à juste titre et avec pertinence, condamné cette mesure et a salué le rétablissement des droits inaliénables à l’expression religieuse du peuple frère de la Palestine, obtenu grâce à la résistance légitime et héroïque des Palestiniens soutenus par la pression, sans précédent, exercée par la Communauté Internationale dont notre Organisation sur le colonisateur qui a ainsi cédé.  Mesdames et Messieurs, Si le calme est revenu à Jérusalem, les problèmes demeurent en l’état et notre devoir de contribution à la résolution de cette situation dont souffrent nos frères palestiniens depuis si longtemps doit plus que jamais nous interpeller.

 Nous devrions donc les mettre au centre de nos priorités et agir concrètement, de manière pragmatique, par les voies et moyens pacifiques juridiques, politiques et diplomatiques pour conduire l’ONU et la Communauté Internationale, comme lors de la récente crise, à contraindre Israël à mettre en œuvre les résolutions antérieures qui visent à favoriser la seule solution viable et durable : la création de deux Etats indépendants, palestinien et israélien, vivant pacifiquement côte à côte. 

 

Mesdames et Messieurs

Le terrorisme, l’autre défi auquel le monde et notre Oummah font face, malgré la coopération internationale en cours, continue de sévir avec son lot de victimes parmi les populations innocentes, de déstabilisations de l’ordre démographique, sociologique, économique et politique dans certaines parties du monde. Les pays récemment touchés par ce fléau que sont l’Irak, l’Afghanistan, le Burkina Faso, le Pakistan, le Nigeria, l’Espagne, la Norvège, le Mali, la Somalie, le Cameroun….méritent ici et maintenant de recevoir le témoignage de notre soutien et l’expression de notre compassion aux familles éplorées, aux blessés et aux Gouvernements éprouvés. 

Pour une contribution efficace à la lutte de la communauté Internationale contre ce fléau, les pays membres de l’OCI, deuxième Organisation mondiale après l’ONU, devraient se mettre au dessus des clivages internes aux plans politique et religieux en cessant les guerres de leadership et les conflits fratricides en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen, au Liban, en Palestine pour promouvoir l’unité  d’actions et des stratégies dans la confiance mutuelle et la coopération à travers les échanges de moyens logistiques, d’informations, d’expertise et d’expérience.  Á cet effet, malgré l’existence depuis 2015 de la coalition de 34 pays islamiques conduite par le Royaume d’Arabie Saoudite contre le terrorisme et l’inauguration récente du Centre Roi Salman bin Abdul Aziz Al Saud de recherche et de lutte contre ce phénomène, le projet de création du Centre de Coopération des Services de Police, á l’initiative de la Turquie, dont le siège est prévu à Istanbul, mérite à notre avis, l’attention favorable des États membres et leur soutien afin d’accélérer l’adoption des  résolutions nécessaires à sa mise en place effective ainsi qu’à son opérationnalité dans les meilleurs délais face au péril.

 

Mesdames et Messieurs, 

L’actualité nous rappelle de façon implacable la difficile et intolérable situation des Rohingyas. Depuis quelques jours, une nouvelle tragédie se dessine sous nos yeux suite à l’assaut de l’armée birmane contre cette population musulmane forcée à partir en exil vers la République sœur du Bangladesh. Le triste bilan fait état de centaines de morts et plus de 400 mille réfugiés.  Les Assemblées présentes de l’ONU sont l’occasion pour lancer un appel à l’ensemble de la communauté internationale afin qu’un terme soit mis à cette tragédie et que la question des minorités religieuses à travers le monde soient globalement traitée.

 

Mesdames et Messieurs ;

Honorables invités,

Je ne saurai passer sous silence à cette tribune un autre drame des temps modernes : celui de l’immigration illégale qui résulte, en grande partie, des conséquences des crises économiques et des conflits dans le monde.   En attendant que ces grands défis soient relevés, mon pays estime que l’alternative à cet autre fléau pourrait se trouver dans sa réponse proposée au thème de la 44ème session du CMAE “ Jeunesse, Paix et Développement dans un monde de solidarité”, à savoir mettre l’accent sur l’accès à l’éducation et à l’emploi, notamment dans les pauvres d’origine des migrants. Et, ceci, dans le cadre de l’aide au développement des plus riches à ces États en difficulté mais aussi dans le cadre de la coopération inter Etats membres des Organisations Internationales telle que l’OCI fondée sur la mise en œuvre de stratégies de partenariats économiques, commerciaux, scientifiques, technologiques et culturels. 

Par ailleurs, contre l’islamophobie, nos pays doivent mieux communiquer sur les immenses traditions de tolérance et de respect de la diversité au sein des populations tout en agissant pour tarir les sources du radicalisme dans nos pays.

 

Mesdames et Messieurs ; 

Honorables invités,

Beaucoup d’autres défis et préoccupations nous interpellent : le réchauffement climatique face à nos responsabilités à assumer dans le cadre la COP21 adoptée à Paris, les crises humanitaires dans les zones de guerre et les situations de disputes frontalières au Jammu-Cachemire, en Bosnie Herzégovine, en Arménie... et la récente crise diplomatique entre le Qatar et certains autres pays frères du Golfe. Nous devons persévérer dans les recherches de solutions en étant à l’avant-garde de tous les combats notamment contre le terrorisme et de toutes les luttes pour le progrès et le développement.   Au moment où les pays membres de l’Organisation des Nations Unies se réunissent pour évoquer les sujets brûlants de l’heure, nous devrons montrer que l’OCI sait rester solidaire des autres Organisations et en tant que force apporter sa contribution aux solutions fondées sur les valeurs de paix, de tolérance, d’unité dans la diversité…. Prônées en Islam et qui visent l’épanouissement spirituel, moral et matériel de l’homme.  En sa qualité d’Etat membre du Conseil de Sécurité de ladite Organisation, la Côte d’Ivoire mobilisera sa diplomatie et son expérience pour apporter sa modeste contribution à la résolution de ces conflits et pour relever ces défis.

Sur cet engagement, je déclare ouverts les travaux de la réunion de coordination annuelle des Ministres des Affaires Etrangères de l’Organisation de Coopération Islamique à New-York.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.