United Nations Welcome to the United Nations. It's your world.

INTERVENTION DE S.E.M. MARCEL AMON-TANOH MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE DEVANT LE GROUPE DES AMBASSADEURS AFRICAINS AUX NATIONS UNIES

Mercredi, 12 Avril 2017
Presenter: 
S.E.M. MARCEL AMON-TANOH MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Lieu: 
Siège de l'ONU- Salle de Conf 2

Monsieur le Président, Cher frère ;

 

Monsieur le Secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères de la Guinée Equatoriale, Cher frère ;

 

Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants Permanents, chères sœurs et chers frères ;

 

Je suis particulièrement heureux de retrouver parmi vous des habitués des Sommets de l’Union Africaine à Addis-Abeba, et surtout de prendre la parole devant votre Groupe, après le Président de la République de Côte d’Ivoire, S.E.M. Alassane Ouattara, que vous avez accueilli le 27 juillet 2011, au lendemain de son élection, et qui garde un souvenir mémorable de votre rencontre. Je voudrais donc m’acquitter de l’agréable devoir de vous transmettre ses chaleureuses et fraternelles salutations, et vous réitérer ses remerciements pour le rôle de premier plan que vous avez joué aux Nations Unies en 2010, afin que la vérité des urnes triomphe dans notre pays, et que la Côte d’Ivoire joue à nouveau son rôle dans l’affirmation des priorités de notre continent.

 

Nous sommes venus vous porter la candidature de la Côte d’Ivoire à un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2018-2019, vingt-six ans après son dernier passage au Conseil de Sécurité en 1990 et 1991. Cette candidature est d’abord la vôtre. En effet, c’est grâce à votre mobilisation ici à New York, au début de notre démarche, qu’elle a été endossée par l’Union Africaine à l’unanimité de ses membres, en juillet 2016 à Kigali, confirmant ainsi le choix porté sur notre pays par la CEDEAO, le 4 juin 2016 à Dakar. Il était donc tout à fait indiqué que la Côte d’Ivoire revienne à vous, pour recueillir vos conseils avisés, sur la manière de faire la promotion de sa candidature auprès des autres groupes régionaux.

C’est fort des liens particuliers qui lient nos pays que le Président Alassane nous a chargés de vous confier la candidature de la Côte d’Ivoire, afin que lors des élections du 2 juin 2017, elle bénéficie du soutien massif des Etats membres des Nations Unies.

 

Notre présence, le Secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères de la Guinée Equatoriale et moi-même, parmi vous cet après-midi, vise à mobiliser en priorité notre famille, et à la mettre en ordre de bataille dans l’intérêt de notre continent.

 

Comme vous le savez, deux de nos Représentants africains, en l’occurrence l’Egypte et le Sénégal, auront terminé en décembre 2017 leur mandat au Conseil de Sécurité. Qu’il me soit permis de les féliciter chaleureusement ainsi que l’Ethiopie, l’autre pays africain qui siège au Conseil de Sécurité, pour leurs efforts inlassables et remarquables en faveur de la cause de l’Afrique, et leurs contributions aux travaux de cet important Organe des Nations Unies.

 

 

Mesdames et Messieurs,

 

L’éclatement de la crise en Côte d’Ivoire en 2002 a suscité partout incompréhension et incrédulité, tant la Côte d’Ivoire a toujours incarné la paix et la stabilité, et représentée une terre d’accueil pour les peuples frères déchirés par la guerre. Mais avec le soutien de nos amis, et grâce à l’enracinement dans notre société d’un modèle de vivre-ensemble partagé par tous et fondé sur le dialogue, le pardon et la paix, les Ivoiriens n’ont pas basculé dans l’irrationnelle absolue, dans l’autodestruction.

 

La candidature de la Côte d’Ivoire résulte donc de la volonté des plus hautes Autorités de promouvoir, au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies, les fondements du dialogue héritée du père de la nation ivoirienne, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, et du Vivre-ensemble prôné par le Président Alassane Ouattara.  

 

Comme vous le savez, en juin prochain, l’ONUCI quittera la Côte d’Ivoire après treize années de présence continue. C’est l’un des rares succès des Nations Unies dans le domaine des opérations de maintien de la paix, dû pour beaucoup à la capacité de l’Etat ivoirien, sous le leadership du Président Alassane Ouattara, à s’être approprié toutes les étapes de la sortie de crise en vue d’un retour rapide à la normale du pays.

 

Nous souhaitons vivement partager l’expérience que nous avons acquise au cours de cette période, en la mettant au service de notre continent, qui abrite encore malheureusement le plus grand nombre d’Opérations de maintien de la paix des Nations Unies et domine l’Agenda du Conseil de Sécurité. Il s’agit de contribuer à l’évolution nécessaire du concept des opérations de maintien de la paix et de la sortie de crise des Nations Unies.

 

Nous entendons principalement partager les leçons de notre réussite dans les domaines de la Démobilisation, Désarmement, Réinsertion (DDR) des ex-combattants, de la RSS et de la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

 

Il y a à peine un an, le 13 mars 2015, la Côte d’Ivoire, à la suite de nombreux autres pays, a été victime d’un attentat terroriste qui a fait 19 morts dans la ville balnéaire de Grand Bassam. Face à cette menace grave pour la paix et la sécurité dans le monde, mon pays entend, dans le cadre de sa présence au Conseil de Sécurité, Contribuer à la lutte et à la mobilisation internationale contre le terrorisme, et promouvoir la prévention des conflits.

 

 

Excellences Mesdames et Messieurs,

 

Pendant la crise qu’a traversée mon pays, l’ONU, l’UA, la CEDEAO et vos pays ont beaucoup donné à la Côte d’Ivoire. Avec le retour de la paix, mon pays estime que le moment est venu de redonner au monde ce qu’il a reçu de lui.

 

Le Président de la République de Côte d’Ivoire, S.E.M Alassane OUATTARA, le Gouvernement et le peuple ivoiriens, voudraient solliciter le soutien indéfectible de tous les Etats africains membres des Nations Unies, lors des élections prévues le 02 juin 2017, avec le maximum de voix possibles du Groupe africain, c’est-à-dire 54 voix.

 

Le chalenge du Gouvernement ivoirien est certes que la Côte d’Ivoire soit élue, mais surtout bien élue au Conseil de Sécurité. C’est fort de ce soutien massif qu’elle se sentira investie de la légitimité nécessaire pour agir au nom du continent, en compagnie de ses pairs africains.

 

Je compte sur vous et je vous remercie de votre aimable et fraternelle attention.