United Nations Welcome to the United Nations. It's your world.

« Côte d’Ivoire, gestion réussie de sortie de crise : Retour sur expérience et leçons apprises »

« Côte d’Ivoire, gestion réussie de sortie de crise : Retour sur expérience et leçons apprises »

Date d': 
Mardi, 11 Avril 2017
Lieu: 
ONE UN PLAZA

La Mission Permanente de Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies et l’International Peace Institute (IPI) ont le plaisir de vous inviter au Panel de haut niveau qu’ils organisent le 11 avril 2017 à 18h00, sur le thème : Côte d’Ivoire, gestion réussie de sortie de crise : Retour sur expérience et leçons apprises.

 

Le Panel se tiendra à One UN Plaza, Diplomat Ballroom, à 18h00, suivi d’une réception au cours de laquelle S.E.M Marcel AMON-TANOH, Ministre des Affaires Etrangères de Côte d’Ivoire, fera une allocution pour annoncer la candidature de la Côte d’Ivoire à un siège de membre non-permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour la période 2018-2019.

Panelistes :

S.E. M. Marcel AMON-TANOH, Ministre des Affaires Etrangères de Côte d’Ivoire
M. Jean-Pierre LACROIX, Secrétaire général adjoint, chargé des opérations de maintien de la paix des Nations Unies

Mme Elisabeth Lindenmayer, Directrice, Organisations Internationales et Etudes sur l’ONU, School of International and Public Affairs (SIPA), Columbia University

Modérateur : M. Youssef Mahmoud, Conseiller Senior, International Peace Institute (IPI)

 

 

Contexte :

 

Après treize années de présence, le mandat de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) prendra fin en juin 2017, laissant un pays stable, et résolument engagé sur la voie du développement économique - avec notamment un taux de croissance annuel moyen de 9% -, de la réconciliation et de la paix durable.

 

C’est la première mission de maintien de la paix qui ferme depuis la fermeture de la Mission Intégrée des Nations Unies au Timor oriental, au moment où des stratégies de sortie sont également considérées pour les missions au Liberia voisin et en Haïti. Ceci donne l’occasion de revenir sur les leçons que l’on peut tirer de cette opération qui s’est singularisée à plus d’un titre.

 

En effet, le règlement de la crise ivoirienne depuis 2002 a conduit  le Conseil de Sécurité à l’utilisation de nombreux instruments de gestion de crise : l’engagement diplomatique à travers des médiations régionales et le déploiement d’une force régionale ; le déploiement d’une force parallèle (Opération Licorne) à la mission ; la mise en place d’un embargo sur les armes, les diamants et des sanctions ciblées contre certains fauteurs de troubles ; l’établissement d’une commission d’enquête face aux abus des droits de l’homme ; la menace de recours à la Cour Pénale internationale ; la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) et le Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) ; ainsi que l’élaboration d’un mandat de certification de l’élection par l’ONU pour une mission de paix onusienne.

 

Tous ces instruments ont à un moment donné contribué à l’instauration d’un dialogue entre les différentes parties. Quoique controversé à ses débuts, le rôle de certification de l’ONU, en particulier, a permis in fine l’unité de la communauté internationale autour d’une action décisive à mener pour faire respecter les résultats de l’élection présidentielle de novembre 2010. Ceci a permis une sortie de crise et de stabiliser la Côte d’Ivoire et plus largement la sous-région.

 

Au moment où la Côte d’Ivoire lance sa campagne pour un siège de membre non-permanent au Conseil de Sécurité, ce panel de haut niveau sera l’occasion d’engager des réflexions sur la gestion de sortie de cette crise et les leçons à retenir de la décennie de présence de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire.