Stocker les armes et munitions en sécurité sauve des vies

Date d': 
Lundi, 15 Septembre 2014

Port-au-Prince | DOMP | DAM
 
À la fin de l’année 2013, la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a demandé l'aide du Service de la lutte antimines des Nations Unies (UNMAS/SLAM) pour détruite 11 tonnes de munitions obsolètes. En 2014, la Mission a également fait appel à ce Service pour appuyer la mise en place d’un programme pilote de gestion des armes et des munitions destiné à la Police nationale haïtienne

Le projet a été pensé de manière à renforcer, sur place, les compétences techniques mais aussi à mettre en œuvre les normes internationales relatives à la gestion des armes et des munitions. La destruction de munitions obsolètes ou d’armes non répertoriées, leur stockage dans des lieux sécurisés, correctement organisés, diminue le risque d'explosion accidentelle, ainsi que le risque de circulation illicite des armes à feu.

Le projet, qui s’est étalé sur quatre mois, incluait notamment la fourniture d'équipements, une formation à la destruction des armes et des munitions obsolètes, une évaluation des installations de stockage à travers le pays, la formation des agents de la police nationale concernant les normes de contrôle des armements et, enfin, la réhabilitation ou la construction de trois dépôts pour l’école de police, le groupe d’intervention et l’unité de sécurité du Palais national. Les trois entrepôts ont été achevés et inaugurés en août.

 

Lors de l’inauguration, le directeur de l'école de police, M. Sonny Noelsaint, a affirmé : « Je vous garantis que nous allons utiliser ce dépôt à bon escient».

La MINUSTAH, avec la collaboration du Service de la lutte antimines, se penche également sur les moyens d’améliorer les installations de stockage, la formation continue au maniement sécurisé des armes à feu, la gestion des stocks, les mesures de reddition des comptes, ainsi que la sensibilisation à l’élimination des armes, munitions ou autres engins explosifs.

Le Commissaire par intérim de la police des Nations Unies en Haïti, Serge Therriault, a salué le travail qui a été réalisé par le Service de la lutte antimines, en appui à la Police nationale. Il a souligné combien cet appui préparait le terrain pour les futures collaborations entre la MINUSTAH et la police haïtienne. Il a d’ores et déjà présenté plusieurs initiatives à venir, visant notamment à lutter contre la circulation illicite des armes dans le pays, à améliorer le contrôle des armes au sein de la Police nationale d’Haïti et avec l’aide de la société civile, ainsi que des projets de réhabilitation d’entrepôts de stockage dans les 10 départements du pays. « Nous avons encore du chemin à parcourir », a-t-il souligné.