La Mission pour l’action d’urgence contre Ebola met en évidence un nouveau type d'opérations de l'ONU

Date d': 
Lundi, 20 Octobre 2014

Les membres du personnel de la Mission des Nations Unies pour l’action d’urgence contre Ebola (MINUAUCE / UNMEER) se trouvent aux avant-gardes d’un nouveau type d'opération de l'ONU. Il s’agit d’une opération qui s'appuie sur les capacités du système des Nations Unies et sur son expertise dans la mise en œuvre de moyens novateurs pour répondre aux particularités de cette crise. L’Organisation doit s'attendre à voir de plus en plus d’opérations de ce type à l’avenir, alors que la nature des réponses internationales se transforme pour répondre à la complexité des défis de ce siècle.

C'est, en substance, le message qu’a transmis la Chef de Cabinet du Secrétaire général, Mme Susana Malcorra, lors d'une rencontre avec le personnel de la Missions des Nations Unies pour l’action d’urgence contre Ebola (MINUAUCE), au Ghana, la semaine dernière.
 
Jusqu'à présent, 96 membres du personnel issus de l'ensemble du système des Nations Unies ont été déployés pour des missions à court terme dans les pays touchés par le virus Ebola (la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, ainsi que dans la capitale ghanéenne, Accra, où est situé le siège de la MINUAUCE).

« Nous sommes en train d’innover avec cette mission», a souligné Mme Malcorra, lors de cette rencontre. « Nous sommes en train d’innover quant à la manière de mettre en œuvre nos activités et de faire de l’unité d’action des Nations Unies une réalité sur le terrain. »

Elle a noté que le système des Nations Unies devait se montrer plus capable et plus flexible que jamais mais a ajouté que, si la MINUAUCE remplit sa mission, elle répondra à la vision du Secrétaire général selon laquelle le système des Nations Unies est un outil indispensable pour centraliser l’action et apporter une réponse aux plus vulnérables à travers le monde. Toutefois, l’ONU ne peut pas réaliser cela seule, a-t-elle ajouté. L'ampleur des tâches à entreprendre exige que toutes les parties du système mette en œuvre ces activités en partenariat avec les gouvernements hôtes, les États Membres et la société civile.

« La MINUAUCE doit prouver combien ce nouveau modèle peut être efficace », a-t-elle insisté.

En conclusion, la Chef de cabinet a remercié le personnel de la MINUAUCE pour leur dévouement et a partagé la fierté du Secrétaire général vis-à-vis de leur travail, de leur dévouement et de leur camaraderie. Elle a souligné que le personnel de la MINUAUCE avait l'expertise, la passion, la capacité de jugement et l'engagement nécessaires pour répondre de façon efficace à ce défi.

"Moins d'un mois après la création de la MINUAUCE par le Secrétaire général, nous avons déployé 90 ùeùbres du personnels de l'OMS, du PAM, de l'UNICEF, d'OCHA, du PNUD, de DFS, DPA, DPKO, DPI, DSS, du Cabinet du Secrétaire général et d'au moins huit missions sur le terrain, ainsi que d'autres, dont les US Centers for Disease Control et bientôt un expert de l'homologue chinois", a souligné de son côté le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUAUCE, Tony Banbury, à la réunion. 

Lors de sa visite au Ghana, la Chef de Cabinet a rencontré le président du Ghana, John Dramani Mahama, aux côtés de la Directrice de l'OMS, Margaret Chan, du Directeur exécutif du PAM, Ertharin Cousin, du Représentant spécial du SG sur Ebola, David Nabarro et du Représentant spécial et chef de l'UNMEER, Tony Banbury.

A propos de la MINUAUCE

Première mission d'urgence de santé de l'ONU et mission couvrant l'ensemble du système des Nations Unies, la MINUAUCE (ou UNMEER en anglais) a été créée pour accélérer le soutien aux pays et aux populations les plus touchées par la crise Ebola. La Mission est appelée à être temporaire et son principal mandat est la gestion de crise.

La MINUAUCE fournit le cadre opérationnel et un objectif commun visant à assurer une action rapide, efficace et cohérente pour mettre fin à la crise dès que possible.

En savoir plus sur l'Action mondiale contre Ebola: www.un.org/ebolaresponse

Sur Twitter, suivez@UNMEER et participez à la discussion avec #EbolaResponse