* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Rapport de la CNUCED sur la crise économique mondiale
24 mars 2009 / 03:42

[Genève | Auteur : CNUCED]

UNCTAD report on the global economic crisis Une spéculation autoentretenue sur l’immobilier, les monnaies et les produits de base par le biais d’instruments financiers complexes dont il était impossible de déterminer un prix approprié a entraîné une déconnexion par rapport à l’économie "réelle", d’après le nouveau rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), et lorsque ces bulles spéculatives ont éclaté, la crise financière mondiale est apparue inévitable. 

Le comportement moutonnier qui a caractérisé ces positions spéculatives s’est développé sans contrôle. Les systèmes financier et monétaire internationaux doivent être réformés afin de permettre une intervention publique appropriée et une supervision internationale, de sorte que ces systèmes ne puissent plus connaître de situations analogues à l’avenir.

 

Le rapport, intitulé La crise économique mondiale: Défaillances systémiques et mesures correctives multilatérales, a été rendu public aujourd´hui. Il a été rédigé par des économistes de la CNUCED, réunis au sein d´un groupe d´étude sur les questions systémiques et la coopération économique établi par le Secrétaire général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi, en prévision de plusieurs conférences internationales à venir consacrées à la crise économique mondiale.

 

Dans la préface du rapport, M. Panitchpakdi explique que "l’Organisation des Nations Unies doit jouer un rôle central dans ce processus de réforme, non seulement parce qu’elle est la seule institution dont l’universalité et la crédibilité permettent de garantir la légitimité et la viabilité d’un système de gouvernance réformé, mais aussi parce qu’elle a prouvé sa capacité de procéder à des analyses impartiales et de préconiser des mesures pragmatiques dans ce domaine.

 

Le rapport souligne des domaines spécifiques dans lesquels l’économie mondiale a essuyé des échecs systémiques. Bien qu’il existe de nombreuses autres facettes à la crise, la CNUCED en examine quelques-unes qu’elle considère être les domaines principaux à traiter immédiatement par les décideurs économiques internationaux parce qu’elles ne peuvent être adressées que par la reconnaissance de leur dimension multilatérale.        

 

Le rapport s’intéresse particulièrement trois questions interdépendantes d’importance pour les pays développés et en développement et propose des mesures dans le but d’aborder les échecs systémiques qu’elles ont entrainés :

 

- comment l’idéologie de la dérégulation financière au sein et entre les nations a permis la création de pressions dont le déroulement a endommagé la crédibilité et le fonctionnement des modèles de marché qui ont soutenu le développement financier dans le monde ;   

- comment le rôle grandissant des investisseurs financiers de grande échelle sur les futurs marchés de produits de base a affecté la volatilité des prix des produits de base et alimenté les bulles spéculatives ; et   

- le rôle de la vaste spéculation des devises dans l’exacerbation des déséquilibres mondiaux et dans l’alimentation de la crise actuelle en l’absence d’un système international de coopération pour gérer les fluctuations des taux de change pour profiter à toutes les nations.