* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Des officiels de haut rang font état de progrès dans l'élimination des mines terrestres
02 mars 2009 / 12:14

[New York | Auteur : Service de lutte antimines]Stop Landmines art | Credit: Aaron Buckley

[Traduction non officielle]
Le texte qui suit est une déclaration produite conjointement par les membres du
Service de lutte antimines des Nations Unies  à l'occasion du 10e anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention contre les mines antipersonnel. (1er mars 2009)

 

Nous applaudissons les progrès faits dans la lutte contre le fléau des mines terrestres. Beaucoup a été réalisé depuis que la Convention contre les mines antipersonnel est entrée en vigueur il y a 10 ans. Nous sommes très impressionnés et encouragés par la baisse constante des taux de blessés, par le retour des zones anciennement minées à un usage civil productif et par la destruction de dizaines de millions de ces armes mortelles. 
 

La Convention contre les mines est un succès. Il est estimé que seulement en 2008, plus de 190 000 mines ont été détruites. Et un nombre croissant de pays ont déclaré avoir totalement terminé leurs opérations pour se débarrasser de leurs mines, dont, récemment, la France, le Malawi et le Swaziland.
 

Nous réaffirmons notre soutien continu à la mise en oeuvre globale de la Convention contre les mines. Nous réaffirmons aussi notre engagement à faire tout ce que nous pouvons pour aider les Etats parties et, en particulier les pays pollués par des mines à dépolluer ces zones, à aider les victimes, à détruire les stocks de mines terrestres et à éduquer les femmes, les hommes et les enfants sur les dangers des mines terrestres et des restes explosifs de guerre. Les Nations Unies soutiennent la lutte contre les mines dans plus de 50 pays. 
 

A cet égard, nous voudrions rappeler l'engagement du Secrétaire général à soutenir la Convention de lutte contre les mines, comme il l'a réaffirmé au cours de la 9e réunion des Etats parties à la Convention contre les mines et son rappel aux Etats Membres de leur responsabilité à assurer un soutien financier durable aux activités de lutte contre les mines, notamment dans les nombreux pays en développement qui doivent lutter contre ce danger et cette épreuve quotidiennement.  
 

Considérant l'avenir, la Deuxième conférence des parties sur la mise en oeuvre de la Convention contre les mines cette année sera une occasion unique d'identifier les actions spécifiques pour soutenir la mise en place de la Convention et pour l'avènement d'un monde sans mine.
 

Nous devons aussi rappeler que, depuis la première conférence des parties, à Nairobi, en 2004, trois nouveaux instruments particulièrement pertinents dans la lutte antimines ont été adoptés : le Protocole V sur les restes explosifs de guerre à la Convention sur certaines armes conventionnelle, la Convention sur les droits des personnes handicapées, et la Convention sur les armes à sou-munitions. Les deux premiers instruments sont déjà entrés en vigueur, et le troisième, qui a reçu un fort appui de la part des Etats membres, devrait entrer en vigueur incessamment. Nous pressons les Etats membres à soutenir pleinement ces instruments qui visent à réduire et, ultimement, à éliminer les souffrances humaines et l'impact sur le développement des mines et des restes explosifs de guerre.
 

La Convention contre les mines est un excellent exemple de l'efficacité des efforts collectifs des états, des Nations Unies, des organisations régionales, des ONG et du Comité international de la Croix-Rouge destinés à débarrasser le monde de ces armes aveugles. Nous saisissons cette opportunité pour exprimer nos remerciements et notre gratitude à la communauté internationale et aux donneurs pour leur soutien continu et généreux dans la lutte antimines à ce jour. Nous voudrions aussi répéter qu'un financement et un soutien continus sont cruciaux dans ce domaine, qui entre dans une nouvelle phase dans la réalisation des buts et des objectifs de la Convention. Nous continuerons et augmenterons nos efforts alors que nous avançons dans la deuxième de lutte contre les mines.