* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Nouvelles infrastructures carcérales au Timor-Leste
26 février 2009 / 04:18

[Timor-Leste | Auteur : DOMP/MINUT]Becora Prison in Dili, Timor-Leste | Credit: DPKO/UNMIT

La transformation remarquable du système carcéral au Timor-Leste au cours des deux années passées est une des "success stories" les moins connues de ce pays.

 

A la suite de l'évasion de plusieurs criminels de haut niveau de la prison de Becora en 2006, toute l'attention du pays était tourné vers le manque de sécurité dans les prisons. Cette évasion a donné l'impulsion à un examen et une évaluation complets de la sécurité des prisons.

 

Mené par le ministère de la justice, un nouveau programme pour incorporer des éléments relatifs au domaine carcéral dans le Programme Justice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) fut mis en place en mai 2007.

 

Le but du nouveau programme était de développer les capacités correctionnelles en améliorant l'infrastructure physique des prisons et en se concentrant sur les nécessités énoncées dans les Normes minimales internationales pour le traitement des prisonniers (United Nations International Minimum Standards for the Treatment of Prisoners). Le programme fut mis en place dans les deux principales prisons au Timor-Leste : la plus grande prison du pays, à Becora, près de Dili, et une prison plus petite, dans la ville de Gleno, dans le district d'Ermera.

 Becora Prison in Dili, Timor-Leste (Credit: DPKO/UNMIT)

Près de deux ans après la mise en oeuvre du programme, les efforts ont permis de changer ce qui pouvaient être décrits comme des cellules de garde à vue simples et des installations  carcérales qui tentent de coller aux pratiques optimales internationales.

 

Le changement du système correctionnel aura aussi des conséquences profondes dans la façon dont le pays traite de la question du crime croissant, alors que le pays se développe et sa population s'étend.

 

"Les prisons sont une partie vitale du système judiciaire dans son ensemble", déclare Dave Bramley, Conseiller carcéral auprès du ministère de la justice et du PNUD. "Le soutien que le Gouvernement a apporté à ce programme démontre un véritable engagement à ce que le Timor-Leste respecte les normes internationales".

 

Ces remises à neuf incluaient de grandes améliorations des périmètres de sécurité, des systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, le nettoyage de la végétation aux abords des prisons, et une signalisation, un éclairage et des systèmes de sécurité renforcées adéquates. Le centre de soins de la prison de Becora a aussi été radicalement rénové, et les quartiers du personnel sont en cours de rénovation à Becora et Gleno.  

 

En plus des changements physiques, le programme Justice du PNUD fournit la formation et le tutorat des personnels pénitentiaires et la formation et la réhabilitation des prisonniers. Des programmes de charpenterie, de couture, de réparation de meubles et de construction, ainsi que des cours d'informatique sont mis en place pour l'instant, d'autres formations devraient suivre. De plus, un centre de formation pour le personnel, avec des formateurs timorais prend désormais en charge tous les cours pour le personnel.

 

"Nous aidons le Gouvernement à atteindre deux objectifs principaux au Timor-Leste", dit Alan Swaine, Conseiller en systèmes de justice criminelle et de structures carcérales au sein de la Mission intégrée des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT). "Le plus visible est que les prisonniers sont hébergés dans des structures sécurisées et humaines. Le second objectif est de s'assurer que les prisonniers ont accès à des programme d'apprentissage de la lecture et d'apprentissage professionnel. En plus d'occuper utilement leur temps au cours de leur incarcération, ils se préparent en plus pour le jour de leur retour dans la société".

 

Etant donné le succès des changements opérés à Becora et Gleno, le Ministère de la justice étudie maintenant un plan quinquennal stratégique (2009-2013) pour remettre à neuf les anciennes prisons indonésiennes de Baucau, Aileu, Suai et Oecusse. Ces structures plus petites seront utilisées comme des installations de sécurité pour héberger les prisonniers et faciliter leur transfert devant les tribunaux. La remise à neuf ne fournira pas seulement plus de cellules, mais cela amènera des emplois durables pour les populations locales.

 

Pour soutenir le succès que le projet rencontre actuellement, la Mission continuera à assister le pays à améliorer les capacités du système pénitentiaire. "D'importants plans de formation sont en place pour 2009", a expliqué M. Bramley. "Le Ministre de la justice est d'accord : la formation des responsables est essentielle pour s'assurer que le service des prisons du Timor-Leste continue à remplir sa mission première de protection du public - et nous avons l'intention de travailler étroitement avec nos collègues timorais et les autres agences de l'ONU pour y parvenir".