* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Se connecter à la société civile en temps réel
06 février 2009 / 03:16

[New York | Auteur : DESA]

iCSO - Civil society database

Une nouvelle base de données sur la participation de la société civile facilite l’interaction entre la société civile et le Département des affaires économiques et sociales  (DESA). Pour les Nations Unies, le maintien d’une relation de proximité avec les organisations de la société civile (CSO) fait partie intégrale de la tâche qui consiste à s’assurer que son travail reflète la volonté de « nous, les peuples », telle qu’elle est inscrite dans la Charte de l’Organisation .  
 
Comme le souligne le Secrétaire général adjoint Sha Zukang, « dès le tout début, la société joue un rôle primordial dans les principales conférences et sommets des Nations Unies. La coopération efficace entre la société civile et l’ONU, surtout avec notre Département des affaires économiques et sociales, était vitale pour le succès de ces conférences et pour la valeur de leurs résultats ».  
  iCSO - Civil society database
Un nouveau logiciel pour se connecter à la société civile
 
Une nouvelle base de données sur la participation de la société civile, appelée iCSO , facilite l’interaction entre les organisations de la société civile et DESA. La base de données, développée par le Service d’information et de communication de DESA, facilite la procédure de demande du statut consultatif auprès du Conseil économique et social  (ECOSOC) et aide ces organisations non gouvernementales (ONG) qui sont déjà accréditées auprès du Conseil à soumettre leurs rapports quadriennaux et à désigner des représentants auprès des Nations Unies.     
 
Dans le passé, ces procédures auraient nécessité une correspondance extensive, une inscription minutieuse et beaucoup de temps pour mener à bien toutes les tâches administratives. Quiconque aurait souhaité en savoir plus sur des organisations particulières de la société civile, surtout sur ces organisations qui ne possèdent pas de sites internet, auraient dû faire beaucoup de recherche. 
 
Aujourd’hui, au lieu de cela, en accédant simplement à iCSO par le biais d’internet, les utilisateurs peuvent explorer une base de données de plus de 12 000 organisations pour en savoir plus sur leurs activités, les réunions auxquelles elles participent et le statut de leur accréditation auprès des Nations Unies. Actuellement, iCSO compte des organisations dans les domaines du développement durable et social, de l’émancipation des femmes, du financement du développement, des forêts et de l’administration publique.   
 
Avec le temps, il se peut qu’iCSO porte sur davantage de domaines thématiques des Nations Unies. Aussi, iCSO devrait transformer et moderniser les relations entre DESA et les ONG, en consacrant plus de temps à la réponse apportée aux demandes de routine et à l’inscription physique des ONG en vue d’activités plus substantielles afin d’améliorer l’interaction de DESA avec la société civile.  
 
Une longue relation
 
La relation entre DESA et les ONG facilitée par l’ECOSOC remonte à longtemps, plus précisément à la fin des années 1940. En 1946, les ONG prirent part pour la première fois aux délibérations formelles de l’ONU à travers l’ECOSOC. Depuis, le nombre des ONG qui bénéficient d’un statut consultatif auprès du Conseil ont augmenté de manière exponentielle et est passé de 41 à quelque 700 en 1992 pour finalement atteindre 3187 aujourd’hui. 
 
L' article 71 de la Charte des Nations Unies  autorise l’ECOSOC à faire des arrangements adéquats pour la consultation des ONG. La relation de la société civile avec l’ECOSOC est gouvernée aujourd’hui par la résolution 1996/31 de l’ECOSOC (disponible en E/1996/96 ), qui présente les exigences d’éligibilité pour obtenir le statut consultatif, les droits et obligations des ONG dans le statut consultatif, les procédures pour le retrait ou la suspension du statut consultatif, le rôle et les fonctions du Comité de l’ECOSOC au sujet des ONG et les responsabilités du Secrétariat des Nations Unies dans le soutien apporté aux relations consultatives.
 
Le statut consultatif est accordé par l’ECOSOC sur recommandation du Comité de l’ECOSOC sur les ONG, qui est composé de 19 Etats Membres. Il existe trois catégories de statut : statut consultatif général, statut consultatif spécial et organisations qui figurent sur la Liste. En plus du statut consultatif auprès de l’ECOSOC, les ONG peuvent avoir obtenu d’autres accréditations dans le domaine économique et social. Certains d’entre eux étaient des accréditations temporaires pour une conférence particulière qui ne sont désormais plus valides.
 
Quelles organisations sont éligibles ?
 
Des relations consultatives peuvent être établies avec des organisations non gouvernementales, à but non lucratif, internationales, régionales, sous-régionales et nationales, publiques ou volontaires. Les ONG déjà affiliées par le biais du statut consultatif à une autre organisation internationale peuvent obtenir le statut consultatif auprès de l’ECOSOC si elles peuvent démontrer que leur programme de travail présente un lien direct avec les objectifs des Nations Unies. Dans le cas des organisations nationales, la consultation avec l’Etat Membre est demandée. 
 
Afin d’être éligible pour obtenir le statut consultatif, une ONG doit exister (officiellement inscrite auprès des autorités gouvernementales appropriées en tant qu’ONG ou organisation à but non lucratif) pour un minimum de deux ans, doit avoir un siège établi, une constitution démocratiquement adoptée, l’autorité de parler au nom de ses membres, une structure représentative, des mécanismes appropriés de responsabilisation et des processus démocratiques et transparents de prise de décision.
 
Les ressources basiques de l’organisation doivent émaner principalement de contributions d’affiliés nationaux ou autres composantes ou de membres individuels, plutôt que de budgets gouvernementaux. Les organisations établies par des accords gouvernementaux ou intergouvernementaux ne sont pas considérées comme des ONG. 
 
Statut général, spécial ou organisations figurant sur la Liste
 
Il existe trios catégories de statut d’ONG auprès de l’ECOSOC : statut consultatif général, statut consultatif spécial et statut d'ONG inscrite sur la Liste spécifique. 
 
Le statut consultatif général est réservé pour les grandes ONG internationales qui disposent d’une large étendue géographique dont le travail couvre la plupart des questions qui figurent sur l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  
 
Le statut consultatif est accordé aux ONG qui disposent d’une compétence spéciale dans et son concernées par seulement quelques domaines d’activité couverts par l’ECOSOC. Ces ONG tendent à être plus petites et plus récemment établies. 
 
Les organisations qui demandent le statut consultatif mais qui ne correspondent à aucune des catégories ci-dessus figurent généralement sur la Liste spécifique. Ces ONG ont tendance à avoir un intérêt restreint et technique. Les ONG qui ont des statuts formels auprès d’autres organes de l’ONU ou agences spécialisées telles que la FAO, OIT, CNUCED, UNESCO, ONUDI ou OMS, entre autres, peuvent être incluses sur la Liste. Les ONG qui figurent sur la Liste spécifique sont celles qui sont considérées apporter « des contributions occasionnelles et utiles au travail du Conseil ou de ses organes subsidiaires » par l’ECOSOC ou le Secrétaire général de l’ONU. 
 
Participation aux conférences internationales
 
Les ONG qui jouissent du statut consultatif général, du statut consultatif spécial ou qui figurent sur la Liste spécifique qui expriment leur souhait de participer aux conférences internationales qui les concernent et qui sont organisées par les Nations Unies et les réunions des organes préparatoires des dites conférences peuvent être accréditées pour leur participation. D’autres ONG qui souhaitent être accréditées peuvent s’inscrire auprès du secrétariat des conférences à cette fin.   
 
Interaction future avec la société civile
 
La base de données iCSO effectue automatiquement de nombreuses tâches et répond à de nombreuses demandes inhérentes aux nombreuses étapes du processus d’accréditation. Elle facilite le regroupement d’informations par les représentants gouvernementaux. Alors que la base de données ne peut pas accélérer le processus d’accréditation, qui dépend de la qualité et de la ponctualité de l’information fournie par les ONG, ainsi que des délibérations du Comité d’ONG, la base de données permet au personnel de consacrer plus de temps à des questions plus substantielles et politiques inhérentes à l’octroi des statuts consultatifs auprès de l’ECOSOC. 
 
Néanmoins, même dans le court terme, la croissance des nouvelles inscriptions des ONG pour les statuts consultatifs pourrait bel et bien complètement changer. Globalement, iCSO devrait renforcer les relations entre DESA et la société civile.  
 
Pour de plus amples informations, veuillez consulter le lien suivant : http://www.un.org/esa/civilsociety .