* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Enfants dans les conflits armés : quelques développements récents
28 janvier 2009 / 02:18

[New York | Auteur : iSeek]Costa's Corner

Alors que le monde a les yeux tournés vers la Cour pénale internationale  (CPI) qui entame son tout premier cas, un procès pour recrutement d'enfants dans un conflit armé, prenez un moment pour consulter les derniers ajouts sur le Blog "Costa’s Corner", dans lequel le Directeur exécutif de l' Office des Nations Unies contre la drogue et le crime  (ONUDC), Antonio Maria Costa, relate sa visite dans un camp pour des enfants anciennement exploités et victimes, organisée par son Office et le Fonds d'affectation spéciale de la CPI au profit des victimes .
 
De temps à autre, M. Costa partage ses vues sur " des gens intéressants, des histoires inspirantes et tragiques, et des événements qui font changer le monde" avec des lecteurs sur le site internet de l'ONUDC, dans une colonne intitulée Costa’s Corner

Le dernier ajout s'intitule "Descent into the heart of darkness" [Descente au coeur des ténèbres].
 
Selon M. Costa, "les enfants soldats, leur persécution, et leur exploitation dans les violences faites aux civils sont un cas dramatique d'esclavage moderne - un de ceux que l'ONUDC s'est engagé à combattre aux quatre coins du monde".

L'histoire poignante d'artistes qui s'engagent pour montrer tout le drame de ce qu'on appelle une forme moderne d'esclavage, et qui oeuvrent à soulager les souffrances des victimes, est disponible en texte intégral en anglais sur le site de l'ONUDC (Histoire complète). 

ICC

Semaine cruciale pour la CPI

L'histoire optimiste et forte présentée ci-dessus tranche de façon nette avec un autre événement important pour le système des Nations Unies cette semaine dans les nouvelles : l'ouverture du procès de M. Thomas Lubanga Dyilo à la Cour pénale internationale ( Voir le communiqué de presse correspondant ).
 
Ce procès est significatif car, en plus du fait qu'il s'agisse du premier procès de l'histoire de la Cour, c'est aussi la première fois dans l'histoire du droit international que des victimes participeront pleinement à la procédure.
 
M. Thomas Lubanga Dyilo, première personne à avoir été transférée à la Cour depuis sa création, est accusé d’avoir commis, en tant que co-auteur, des crimes de guerre consistant à procéder à l’enrôlement et la conscription d’enfants âgés de moins de 15 ans dans les rangs des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC)  et à les faire participer activement à des hostilités en Ituri, un district de la Province orientale de la République démocratique du Congo (RDC), entre septembre 2002 et août 2003.
 
A propos de la CPI
 
La CPI est une cour indépendante et permanente chargée de juger les personnes soupçonnées d'avoir commis les crimes les plus graves en droit international, tel que le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. La juridiction et le fonctionnement de la CPI sont régis par le Statut de Rome, qui compte 108 Etats parties.

La CPI est une cour de dernier recours, qui ne juge que ceux accusés des crimes les plus graves, définis dans le Statut de Rome, tels que le génocide, les crimes contre l'humanité, les crimes de guerre, et le crime d'agression.
 
En juin 2008, 273 femmes et 288 hommes, provenant de 80 Etats Membres, travaillaient pour la CPI.
 
A propos du Fonds d'affectation spéciale de la CPI au profit des victimes

Child in Uganda | Credit: UNODC web site
Le Fonds d'affectation spéciale de la CPI au profit des victimes, aussi crée par le statut de Rome, est destiné à plaider en faveur et aider les victimes les plus vulnérables des crimes cités ci-dessus.
 
Bien que le Fonds affirme qu'il soit impossible de réparer complètement le mal causé par ces crimes des plus graves, il reste possible d'aider les survivants à retrouver leur dignité, à reconstruire leur famille et leur communauté, et à reprendre leur place de membres à part entière de leur société.
 
Le Fonds n'agit dans les situations où la CPI a juridiction.
 
L'ONUDC et le trafic d'êtres humains
 
Selon le site de l' ONUDC , le trafic d'êtres humains est le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, y compris d'enfants, par la force, la contrainte, la fraude ou la tromperie, dans le but de les exploiter.
 
Pratiquement tous les pays sont touchés par ces crimes. Le défi pour tous les pays, riches ou pauvres, est d'identifier les criminels qui exploitent des personnes désespérées, et de protéger et d'assister les victimes.
 
L'ONUDC a lancé l'année dernière l'initiative UN.GIFT et a organisé un forum à Vienne pour lutter contre l'esclavage moderne.