* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les chefs des unités de déontologie et discipline discutent vision et stratégies pour le terrain
24 février 2009 / 02:56

[New York | Auteur : Départment de l'appui aux missions]

Group photo | Credit: Fred Fath (iSeek)

 

Quatorze chefs d'équipes de déontologie et de discipline (EDD), qui supervisent 16 missions dans ce domaine particulier, se sont rassemblés à New York du 27 au 30 janvier 2009 pour identifier les visions, les valeurs et les grandes stratégies dans ce domaine crucial.

 

Les EDD ont été créées en novembre 2005, dans le cadre des réformes du maintien de la paix des Nations Unies destinées à renforcer la responsabilité et à relever les standards de conduite pour toutes les catégories de personnel (Voir le matériel d'information et les documents).

 

La déontologie et la discipline sont des questions cruciales pour le Département de l'appui aux missions (DFS) et le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP). Les officiers de déontologie et de discipline conseillent les administrateurs du Siège et sur le terrain sur comment prévenir et comment agir en cas de faute.USG Susana Malcorra | Credit: Fred Fath (iSeek)

 

"Nous sommes tous engagés et nous sommes à fond derrière vous sur le terrain", a insisté Susana Malcorra, Secrétaire générale adjointe pour le Département de l'appui aux missions, aux participants. 

 

Les Nations Unies ont une stratégie tridimensionnelle concernant les abus et l'exploitation sexuels : prévention, application de la règle et action corrective.

 

Prévention

 

Les stratégies de prévention sont au centre de la politique de tolérance zéro concernant les abus et l'exploitation sexuels. Les EDD sont en liaison avec les commandants des forces et les chefs des unités de police, fournissent des formations et attirent l'attention sur ces méconduites au sein des communautés locales et des organisations non gouvernementales.

 

Le nombre d'accusation d'abus et d'exploitation sexuels impliquant des soldats de la paix baisse pour la 3e année consécutive, a déclaré Marie-Anne Martin, la Chef de l'Unité de déontologie et discipline au sein de DFS.

 

"C'est une réussite très importante et très visible. Cela montre que nos activités de prévention donnent des résultats et que la sensibilisation sur le fait que ce type de conduite est interdite a augmenté", a dit Mme Martin, avant d'ajouter : "Cependant, un seul cas est toujours un cas de trop, et nous devons continuer d'être vigilant".

 

Les missions de maintien de la paix en Côte d’Ivoire, en république démocratique du Congo, en Haïti, au Liberia, au Soudan, et au Timor-Leste ont actuellement des campagnes spécifiques à ces missions en cours, pour combattre la prostitution et/ou les transactions sexuelles impliquant du personnel de l'ONU. L'Allemagne a fourni les fonds pour financer ces campagnes.

 

Le Chef de l'EDD de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Rahul Sur, a déclaré que le thème de la campagne pour sa mission était "Les valeurs de l'ONU, notre fierté, notre force, notre protection". 

 MINUSTAH posters | Credit: Fred Fath (iSeek)

L'équipe a créé des affiches et des t-shirts pour sensibiliser les gens, et a organisé un festival de film pour montrer le visage humain de la prostitution et les souffrances de cette activité.

 

M. Sur a dit que le travail de l'EDD était activement soutenu par la MINUSTAH. "La direction de la mission doit soutenir de manière forte et durable les EDD et doit tracer une ligne claire entre la norme et les actions inacceptables. Quand les mots et les gestes des dirigeants sont en accord, le résultat, c'est la crédibilité", a-t-il ajouté.

 

La Mission des Nations Unies au Congo (MONUC), la plus grande mission de maintien de la paix de l'ONU, axe ses campagnes de prévention sur la lutte contre la prostitution de mineur(e)s.

Mme Yewande Odia, Chef de l'EDD de la MONUC, a dit que la campagne avait été menée en partenariat avec les autorités nationales, dans l'idée d'engager les communautés à aider l'EDD à mettre sa stratégie en place.

 

Mme Odia a ajouté que le Travail de la déontologie et discipline était fortement soutenu par la direction de la mission, et que cela était très encourageant. Mais bien que l'EDD ait fait de nombreux progrès, il reste néanmoins de défis à relever.

 

Application de la règle
 
Le deuxième pilier de la stratégie des Nations Unies en ce qui concerne les abus et les exploitation - l'application de la règle -implique la mise en place de mécanismes de plainte, un suivi et un traitement des accusations de méconduites, qui aboutissent, le cas échéant, à une action disciplinaire ou administrative.

 

Les Etats Membres ont adopté un certain nombre de résolutions importantes concernant les mesures d'application de la règle. Un modèle de mémorandum d'accord révisé en 2007 détaille les rôle et obligations des pays contributeurs de troupes concernant les accusations de faute, dont les accusations d'exploitation et d'abus sexuels [contenus dans une annexe du document A/61/19(PartIII)].

 

Une résolution de l'Assemblée générale de décembre 2007 a établi la responsabilité criminelle des officiels de l'ONU et des experts en mission, rendant possibles les poursuites dans leur pays d'origine ou dans le pays hôte (A/RES/62/63).  

 

Action corrective

 

Le troisième pilier, l'action corrective, implique un suivi avec les Etats Membres et le soutien et l'assistance aux victimes d'abus. Les Etats Membres ont adopté une politique en 2007 pour assister les victimes des abus sexuels et les enfants nés d'abus sexuels, et pour financer l'aide à ces victimes, dont les traitements médicaux, le conseil, le soutien social, les services légaux, la nourriture et le gîte (A/RES/62/214). 

 

Voir aussi

 

ST/SGB/2003/13:  Mesures spéciales pour la protection contre les exploitations et les abus sexuels  [en anglais]