* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
L'ONU incite à une plus grande collaboration pour combler les fossés de la recherche sur l'égalité des sexes, la paix et la sécurité
23 décembre 2008 / 03:33

[Posté : Saint Domingue | Auteur : INSTRAW]

Site internet de l'Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme (INSTRAW) L'Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme (INSTRAW) a publié les résultats de "Filling the Gaps: A Virtual Discussion of Gender, Peace and Security Research", évènement qui s'est tenu en octobre 2008.

La discussion a été une opportunité pour plus de 90 universitaires et chercheurs, ONG, instituts de recherche et organisations internationales du monde entier de consolider des réseaux existants et de construire une plateforme pour une recherche plus participative et dynamique.

L'objectif de ce dialogue de trois semaines était d'échanger des informations et de stimuler le débat sur la recherche en matière d'égalité des sexes, de paix et de sécurité, et ce, dans le but d'identifier les lacunes de la recherche actuelle et les outils nécessaires pour y remédier.

Son objectif principal était d'évaluer les résultats du travail réalisé dans la recherche sur les questions de l'égalité des sexes, de la paix et de la sécurité et d'identifier les stratégies et mécanismes concrêts visant à renforcer l'impact de la recherche sur les décisions politiques et les efforts opérationels.

Les participants ont notamment suggéré l'augmentation de la collaboration et des réseaux entre les universitaires, les décideurs politiques et les activistes pour rendre la recherche sur la paix et la sécurité plus inclusive et ses impacts plus visibles.  "Il existe une véritable limite au niveau de la portée d'un tel changement en termes de travail programmatique en l'absence d'engagement de la société civile", a fait remarquer Niamh Reilly, Maître de conférences à l'Université nationale d'Irlande.

De plus, les spécialistes ont demandé à ce que la recherche soit plus participative en utilisant des approches ascendantes pour aborder les besoins spécifiques des communautés dans les processus de consolidation de la paix de manière plus complète.

Njoki Wamai, Enseignant en matière de Paix et de sécurité au Kings College de Londres, a commenté : "Investir dans la formation de plus de plus de femmes, d'Africains, de jeunes gens, entre autres, à s'engager dans la paix et la sécurité est important pour s'assurer que la recherche en matière de paix et de sécurité est définie par leurs termes et que de telles solutions soient durables et produites localement". 

Les participants ont insisté sur l'importance d'incorporer et d'utiliser une perspective basée sur la parité des sexes dans les disciplines universiatires traditionnelles.

De plus, ils ont souligné la nécessité d'incorporer les groupes marginalisés dans la recherche existante et future en considérant les divisions sociales (ethnicité, race et classe) qui peuvent générer davantage de formes de discrimination.

"La recherche constitue l'outil central pour créer, encourager et renforcer des capacités afin d'entendre les divers sphères de conflit et de sécurité et ce que cela signifie pour les différentes communités - surtout les plus vulnérables d'entre nous.  C'est seulement en comprenant ces questions qu'une différence positive peut être faite et que les politiques durables peuvent être mises en place", a expliqué said Nicola Popovic, Officier de programme sur l'égalité des sexes, la paix et la sécurité à l'INSTRAW.

"Il existe un besoin urgent d'indicateurs sophistiqués d'égalité des sexes qui puissent mesurer et démontrer le processus, la qualité, la direction et l'impact du changement.  Aussi, des indicateurs et des mécanismes de contrôle devraient, hormi le fait de répondre aux sexes, être spécifique au contexte et prendre en compte l'intersectionalité et la pluralité des besoins sécuritaires", a écrit Steven Schoofs, Chercheur au Clingendael Institute.

Les experts ont montré qu'il existe un grand obstacle à la collecte de données sexospécifiques surtout dans les pays en développement et ceux en situation post-conflit.  Il est crucial de développer des indicateurs d'égalité sexuelle standardisés et des processus de collecte de données afin d'évaluer l'impact de l'émancipation des genres.

Les participants ont recommandé la création de davantage de programmes universiatires dans le domaine de l'égalité des sexes, de la paix et de la sécurité avec une importante spéciale accordée à la connexion entre les universitaires et la société civile.

Finalement, ils ont suggéré le développement d'une Communauté de pratique qui renforcerait la collaboration et le partage de l'information au sein des universitaires, décideurs politiques et activistes.

Les participants provenaient d'Australie, de République tchèque, d'Irlande, du Nigéria, de Norvège, de Roumanie, de Serbie, d'Ouganda, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Informations supplémentaires

Sommaire du dialogue (en anglais) 

10 Recommandations clefs