* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Los derechos humanos nunca serán viejos
23 décembre 2008 / 03:03

[Posté : 23 décembre 2008, New York | Auteur :  iSeek

Le Secrétaire général BAN Ki-moon ; la Secrétaite d'Etat américaine Condoleezza Rice ; la Vice-Président du Gouvernement espagnol María Teresa Fernández de la Vega ; et Juan Antonio Yáñez-Barnuevo, Représentant permanent de l'Espagne auprès des Nations Unies, participant au concert pour commémorer le 60e anniversaire de l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme | Credit : UN Photo/Paulo Filgueiras (235854)Lundi 15 décembre, à New York, dans son discours prononcé à l'occasion du concert organisé lors de la Journée des droits de l'homme, 60 ans après l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Vice-Présidente et Ministre de la présidence d'Espagne, María Teresa Fernández de la Vega, a déclaré que "les droits de l'homme ne vieilliront jamais".

Le Gouvernement espagnol a sponsorisé le concert du 15 décembre présentant Daniel Barenboim, Messager de la paix et Maestro, qui a offert une incroyable prestation aux côtés des membres acclamées de l'Orchestre West-Eastern Divan.   

Le concert marquait la grande finale de la célébration des 60 ans de l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme. 

L'Orchestre West-Eastern Divan a été crée par le Maestro Barenboim et l'érudit palestinien Edward Said en 1998 pour rassembler les jeunes musiciens d'Israel et des pays arabes afin d'encourager le dialogue par le biais de la langue commune qu'est la musique.

Sur la scène mondiale de la Salle de l'Assemblée générale, les musiciens incarnaient la coopération pacifiste alors qu'ils interprétaient la musique de Robert Schumann et de Franz Schubert.

Le Secrétaire général BAN Ki-moon, le Président de l'Assemblée générale, Miguel d’Escoto Brockmann, et la Vice-Présidente du Gouvernement d'Espagne, María Teresa Fernández de la Vega, ont tous prononcé un discours (texte intégral du discours du SG en anglais).

Le Messager de la paix Daniel Barenboim lors du concert organisé à l'occasion de la Journée des droits de l'homme | Credit : UN Photo/Paulo Filgueiras (235855)Evoquant dans son discours le thème de l'année "Dignité et justice pour nous tous", Maestro Barenboim a expliqué que "face à une symphonie de Beethoven, nous sommes tous égaux.  Que nous venions d'Israël, du Liban, de Palestine, d'Egypte, de Jordanie, d'Iran, de Turquie ou de Syrie, nous devons approcher la musique avec la même humilité, curiosité, connaissance et passion.  L'attitude que nous devons adopter face à la musique nous force à développer la raison et la conscience correctement présumées par l'article 1 de la Charte des Nations Unies inhérentes à la nature humaine". 

Le Maestro Barenboim a également déclaré au public : "Je porte le titre de Messager de la paix, qui me donne, je crois, le droit et la responsabilité d'oeuvrer pour l'abolition de l'ignorance et de contribuer de quelque modeste manière que ce soit à la véritable égalité.  Sans l'égalité, il ne peut y avoir de justice, et sans justice, il ne peut y avoir de paix".

A la suite du concert, le Maestro Barenboim et les autres musiciens ont rencontré et salué les membres du public, dans le salon indonésien.

Le concert a été organisé par le Département de l'information.

Pour en apprendre davantage sur le travail du Messager de la paix, le Maestro Daniel Barenboim, veuillez regarder son interview organisée par la Télévision des Nations Unies.