* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
L'ONU-HABITAT publie son rapport sur l'Etat des villes du monde
30 octobre 2008 / 04:43

[Nairobi | Auteurs : ONU-HABITAT/iSeek]

La semaine dernière, l'ONU-HABITAT a sorti son rapport phare, State of the World's Cities 2008/2009 (Etats des villes du monde 2008/2009), qui presse les gouvernements à fournir des toits moins chers à ceux qui ont des revenus faibles. Dévoilant le rapport biennal au cours d'une conférence de presse à Londres, la Directrice exécutive de l'Agence basée à Nairobi, Mme Anna Tibaijuka, a déclaré la fourniture d'un logement abordable ne doit pas être laissée entièrement entre les mains du marché.

 

La crise financière mondiale, a dit la Directrice exécutive aux journalistes, doit être perçue comme une "crise financière de l'immobilier", dans laquelle les plus pauvres parmi les pauvres doivent se débrouiller par eux-mêmes.

 

"Clairement, vous ne pouvez pas avoir une société harmonieuse si les gens n'ont pas un toit sûr", a-t-elle ajouté, comparant cette situation à la recette idéale pour des émeutes et un soulèvement social. 

 

"La crise financière que nous connaissons aujourd'hui ne doit pas être vue comme seulement un événement -- c'est une situation qui s'est construite avec le temps et qui maintenant explose", a déclaré Mme Tibaijuka.

 

Les conclusions du rapport établissent qu'aujourd'hui, la moitié de l'humanité vit dans les villes et que d'ici à deux décennies, près de 60% de la population mondiale sera citadine. La croissance urbaine est plus rapide dans le monde en développement, où les villes accueillent en moyenne 5 millions de personnes supplémentaires tous les mois

.

A mesure que les villes croissent en taille et en population, la question de l'équité et de la durabilité devient de plus en plus pressante pour les autorités urbaines.

 

Selon UN-HABITAT, la distribution des revenus en ville varie considérablement au sein des régions les moins développées, notamment en Afrique et en Amérique latine où la différence entre riches et pauvres citadins est la plus marquante. Dans les deux régions, le fossé est extrême en comparaison avec l'Europe et l'Asie, où les niveaux d'inégalité urbaine sont relativement bas.

Les villes d'Afrique du Sud sont en tête de la liste des villes les plus inégales au monde, suivies par le brésil, la Colombie, l'Argentine, le Chili, l'Equateur, le Guatemala et le Mexique. Les inégalités urbaines dans cette région ne sont pas seulement croissantes, mais deviennent plus une tendance de plus en plus établie, ce qui suggère que l'échec dans la distribution égale des richesses est largement dû à des failles structurelles ou systémiques.

 

Mme Tibaijuka a déclaré que la proportion de la population vivant dans des conditions précaires pourrait augmenter du fait de la crise du crédit. Mentionnant le milliard de personnes vivant dans des bidonvilles alors qu'une nouvelle ère urbaine émerge, le rapport avertit les gouvernements d'une augmentation du phénomène de la pauvreté urbaine s'ils ne se saisissent pas de cette question plus sérieusement.

 

"Je ne serais pas surprise de voir que le nombre de personnes vivant dans des conditions précaires sans toit sûr dans les pays en développement a augmenté à cause de la crise, si nous devions faire une autre étude de ce type maintenant".

 

La Directrice exécutive a dit "ne pas être surprise que les dirigeants du monde se saisissent de cette question maintenant, car sans leadership ni gouvernance, c'est une situation claire de tensions sociales".