* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
La CESAP organise une réunion sur le processus de rétablissement post-Nargis
29 octobre 2008 / 02:05

[Bangkok | Auteur : iSeek]Ms. Noeleen Heyzer and key partners at the opening of the ESCAP conference (Credit: ESCAP)

Six mois après que le cyclone Nargis ait frappé le Myanmar, la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) et d'autres partenaires importants qui ont pris part au processus de rétablissement du pays se sont rassemblés à Bangkok pour évaluer les meilleurs moyens de renforcement des efforts pour un rétablissement complet et durable.

 

Cette "réunion régionale d'experts de haut niveau sur le rétablissement post-Nargis et des moyens de subsistance au Myanmar” était organisée par la CESAP et l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), avec le soutien du Gouvernement de l'Union du Myanmar.

 

Elle a permis de rassembler des représentants de l'ONU, de officiels de haut rang du Gouvernement du Myanmar, des représentants de l'ANASE ainsi que d'autres partenaires régionaux et des experts des catastrophes naturelles, forts de leurs expériences du Tsunami de 2004, du tremblement de terre au Pakistan en 2005 et du cyclone Sidr au Bangladesh en 2007. 

 

La SGA Noeleen Heyzer, qui dirige la CESAP, a rappelé le bilan du cyclone Nargis au Myanmar, et a dit que la réunion du groupe d'experts était un point important du partenariat entre l'ONU et l'ANASE avec le Gouvernement du Myanmar. "Cette réunion du groupe d'experts doit être un point de départ pour porter les discussions sur les stratégies de rétablissement post-Nargis à un niveau supérieur de discussion sur le développement futur du Myanmar dans sa globalité", a-t-elle ajouté. 

 

Cette réunion arrive à temps, a indiqué Mme Heyzer en exprimant l'espoir que les résultats puissent alimenter le Plan de préparation et de rétablissement post-Nargis (Post-Nargis Recovery and Preparedness Plan ou PONREPP), et l'examen périodique du travail du Tripartite Core Group (TGC, qui comprend l'ANASE, le Gouvernement du Myanmar et les Nations Unies), ainsi que le Sommet ANASE-ONU qui doit se tenir en Thaïlande à la mi-décembre. La CESAP, qui représente le système ONU au niveau régional dans cette réunion, travaille avec le Gouvernement de Thaïlande - et qui dirige actuellement l'ANASE - pour finaliser dans les prochaines semaines l'ordre du jour du Sommer.

 

La Réunion du groupe d'experts suit les visites qu'a effectuées Mme Heyzer au Myanmar en mai et juin, au cours desquelles les représentants du Gouvernement et l'équipe pays des Nations Unies ont accueilli favorablement l'idée que la CESAP, partie du groupe consultatif auprès de l'équipe humanitaire de l'ANASE, organise une série de réunions du groupe régional d'experts sur les questions de rétablissement et de reconstruction du Myanmar après Nargis. 

 

"Je crois que c'est une chance pour ceux qui sont impliqués dans les efforts de rétablissement post-Nargis d'apprendre de l'expérience, certes douloureusement gagnée, de ceux qui ont déjà connu ce genre de catastrophes, afin de mettre en place une stratégie complète et efficace sur le court, moyen et long terme", a déclaré le Vice Ministre des affaires étrangères du Myanmar, M. U Kyaw Thu, qui dirige aussi le TGC.

 

Dans son discours, le Secrétaire général de l'ANASE, le Dr. Surin Pitsuwan, a exprimé l'espoir que la présence de la CESAP, des experts du Pakistan, d'Indonésie, du Bangladesh et de nombreuses agences internationales à cette réunion va augmenter la capacité de la région "à additionner les leçons que nous avons apprises et à traduire ces leçons en procédures pratiques".

 

Le Dr. Pitsuwan a prévenu : "Si nous ne sommes pas préparés, la prochaine fois sera pire".

 

Post-Nargis Recovery process meeting, 28 October 2008 (Credit: ESCAP)Cette réunion a été une plateforme régionale d'échange d'expérience entre les experts régionaux et internationaux sur les pratiques optimales qui ont émergé des catastrophes récentes dans la région Asie-Pacifique. Le résultat devrait nourrir les stratégies de rétablissement post-Nargis à moyen et long terme, notamment sur les questions de la réduction des risques, des politiques d'établissement durable, de rétablissement des moyens de subsistance, et de restauration des infrastructures économiques et sociales. 

 

C'était aussi une opportunité pour les partenaires du rétablissement du Myanmar de développer un consensus sur les priorités et les stratégies, pour passer des efforts de rétablissement dans l'urgence à un développement social et économique sur le long terme, dont la mobilisation d'un soutien financier et technique plus important.

 

Mme Heyzer a dit que la CESAP s'engageait à soutenir les consultations ultérieures entre les représentants du Myanmar et les experts de la région, en faisant remarquer que de telles consultations devaient aborder les façons les plus appropriées de capturer et capitaliser les expériences et les leçons tirées pour en faire une base de connaissances qui serait accessible et qui permettrait la mobilisation d'équipes d'experts capables de fournir une meilleure assistance à l'avenir. 

 

La prochaine réunion sur le sujet devrait rassembler les donateurs, afin de les encourager à financer les manques encore critiques. 

Pendant une session sur les plans d'établissement et les expériences au niveau des pays, M. Heru Prasetyo, de l'Agence de réhabilitation et de reconstruction pour Aceh et Nias, a partagé ses expériences tirées de l'effort de reconstruction d'Aceh après le tsunami. "Il y a un réel besoin d'une coordination continue du financement, des programmes et des ressources, ainsi que d'une évaluation, une responsabilisation et une communication publique tout au long du processus", a-t-il déclaré.