* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

L'ONU en Iraq sur la route de l’écologie avec une « diligence de l’énergie renouvelable »

Publié: mercredi 8 mai 2013, Bagdad | Auteur : Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq 

Le dernier équipement ajouté au siège des Nations Unies à Bagdad est énorme, bleu et ne sent pas très bon. C’est aussi une première étape vers une ONU plus verte et durable en Iraq. Le « machin » se trouve dans le jardin, sous les arbres. C'est un bio-digesteur, un système simple mais très efficace qui transforme le fumier et les détritus de cuisine en fertilisant organique et en biogaz pour la cuisson. 

Avec l'inauguration du bio-digesteur le 18 avril dernier, l'ONU s'est engagée à prendre un tournant encore plus vert, un engagement qui s'inscrit dans la lignée des objectifs mondiaux de l'Organisation pour réduire son empreinte de carbone.

« Notre empreinte doit être aussi légère que possible », a affirmé la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Iraq, Mme Jacqueline Badcock. « En rendant nos propres installations plus écologiques, nous espérons améliorer l'engagement environnemental des Nations Unies et travailler pour rendre l'Iraq plus vert. »

L'ONU en Iraq a lancé une « roulotte de l’énergie renouvelable » du 13 au 22 avril. Parrainé par la Section des affaires publiques de l'Ambassade des États-Unies d'Amérique et en collaboration avec le ministère iraquien des Sciences et technologies et l'Université des technologies de Bagdad, la « diligence » avait à son bord le professeur Thomas Taha Rasamm Culhane, un irako-irlandais de renommée mondiale qui est à la fois explorateur pour National Geographic et expert en énergies renouvelables.

« L'Iraq ne devrait jamais subir de pénuries d'électricité, de lumière et d'énergie pour cuisiner et chauffer les maisons », a expliqué le professeur Culhane. Celui-ci a non seulement aidé l'ONU à construire le bio-digesteur, mais il a également voyagé partout dans le pays pour partager son expertise et faire la démonstration d'innovations environnementales. Il est entre autres allé au ministère des Sciences et technologies, à l'Université des technologies de Bagdad, à l'Université Salahuddin, à plusieurs ministères à Bagdad, dans la région kurde, et à Kirkuk.

Le partenariat entre l'ONU et l'Ambassade des États-Unies a eu pour but de renforcer la capacité technique des iraquiens à s'attaquer aux problèmes environnementaux et à promouvoir l'énergie renouvelable grâce à des solutions basées sur les technologies environnementales communautaires. La visite du professeur Culhane en Iraq représentait la première phase d'un partenariat avec le gouvernement iraquien, les conseils locaux, les universités et la société civile, afin de développer une économie verte et établir des quartiers verts où des solutions simples en matière d'énergie renouvelable, de collecte des déchets, et de jardinage vert, transforment les rues et la vie de ses habitants.

Le 17 avril, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Iraq, M. Martin Kobler, a résumé les objectifs environnementaux de l'ONU dans un discours à l'intention des fonctionnaires du gouvernement iraquien et de la communauté diplomatique. « Rendre l'ONU plus verte est tellement important », a-t-il déclaré. « Rendre l'Iraq plus vert l'est encore plus. »