* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

Une nouvelle stratégie de lutte contre les mines pour l'ONU

Publié : mardi 22 janvier 2013, New York | Auteur : Service de la lutte antimines


UN adopts new strategy on Mine Action   Les mines terrestres et les restes explosifs de guerre continuent de mutiler et de tuer des femmes, des hommes et des enfants su Cambodge au Soudan du Sud, du Chili à la Colombie, en passant par la Bosnie Herzégovine, l'Angola, l'Algérie, la Syrie et la Libye. Les Nations Unies travaillent dans de nombreux pays, pour aider les gouvernements à se débarrasser des mines et des restes explosifs de guerre, dont les mines à sous-munitions. L'ONU détruit les mines, éduque et forment les personnes sur les dangers et les menaces que représentent ces armes.

Au cours des 15 dernières années, le nombre de morts causées par les mines a baissé de façon significative, mais des millions de ces armes sont encore sur le terrain, alors que des rapports de nouvelles pollutions continuent d'arriver.

L'engagement des Nations Unies et des Etats membres reste fort. Le 27 décembre, la Pologne a adhéré à la Convention antimines, devenant ainsi le 161e Etats Membres -et le dernier pays d'Europe - signataire de ce traité.

Aussi en décembre dernier, les Nations Unies ont finalisé une nouvelle stratégie antimines pour les 6 ans à venir.
UN adopts new strategy on Mine Action  

 

"Le transfert des responsabilités de déminage aux autorités nationales par le biais de plans et de stratégies, associé à une réduction du soutien et de la présence du Service de lutte antimines, sauf si demandé par les pays hôtes', était un des principes sous-jacents de la troisième stratégie de l'ONU de lutte contre les mines, a expliqué Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix.

UN adopts new strategy on Mine Action M. Ladsous, qui préside aussi le Groupe interinstitutions de coordination de la lutte antimines, a dirigé la réunion des administrateurs qui a entériné la stratégie de lutte contre les mines le 18 décembre. Il a souligné l'impact que ce travail avait sur les actions de l'ONU dans les domaines de la paix et la sécurité, des droits de l'homme, de l'assistance humanitaire et du développement. Lors de la réunion, le Service de la lutte antimines  (UNMAS) a été applaudi par les partenaires pour son rôle consultatif majeur dans ce résultat

Le Groupe interinstitutions de coordination de la lutte antimines est présidé par le DOMP et comprend des représentants du Bureau des affaires de désarmement, du Programme des Nations Unies pour le développement, du Bureau de coordination des affaires humanitaires, du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, de l'UNICEF, d'ONU-Femmes, du Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS), de la FAO, du PAM et de l'OMS.`