* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

"L'eau c'est la vie" - L'exploration sous-terraine au soutien de la MINURSO

Publié: Vendredi 12 octobre 2012, New York | Auteur: Centre de services mondial de l'ONU


Les récents changements climatiques ont exacerbé les pénuries d'eau chroniques dans les environnement arides. La MINURSO, la mission du DPKO au Sahara occidental, a connu des difficultés à fournir de l'eau à ses Equipes à ses antennes isolées. La MINURSO a demandé l'assistance technique du Système d'information géospatiale du Centre Centre de services mondial (UNGSC-GISC). L'étude a eu recours à l'imagerie par satellite et à l'analyse et au modèles spatiaux pour localiser des réserves d'eau en profondeur. Un puit est en production et d'autres doivent être creusés bientôt.
 
L'antenne de l'ONU de Bir Lahlou est située dans une région isolée du nord-est du Sahara occidental. L'eau dont a besoin l'équipe est apportée en bouteille sur de longues distances, ce qui revient cher et a un impact significatif sur l'environnement. Parfois, l'antenne utilise de l'eau d'un puit local, mais sa capacité réduite a encore diminué récemment. Afin de réduire les coûts, de minimiser l'impact environnemental et de fournir de l'eau aux populations locales, la MINURSO a décidé de trouver de nouvelles ressources aquifères dans la zone de Bir Lahlou.

Le climat de la région est très aride et les roches affleurantes offrent une capacité limitée en matière de stockage de l'eau sous-terraine. Cette combinaison de facteurs négatifs rend le forage potentiellement coûteux, en raison du grand nombre d'essais nécessaires dans ce genre de projet. La MINURSO a requis l'assistance technique de l'UNGSC-GISC pour mener une étude sous-terraine. Les équipes de systèmes d'information géographique, d'ingénierie et d'action sur les mines ont contribué.
 
Le projet a commencé avec une étude hors site de la zone grâce à des images satellitaires multi spectrales à haute résolution. Le traitement et l'interprétation de ces images a permis d'identifier les caractéristiques géologiques et d'en dériver des images hydrologiques, qui ont servi à localiser des sites potentiels sur des cartes détaillées.

En janvier 2012, deux membres du personnel du GIS ont été déployés dans la zone de Bir Lahlou pour une mission exploratoire. La visite de terrain a confirmé l'étude hors site.

En juillet 2012, le premier puit productif a été foré. Ce succès a permis de continuer à explorer la zone et à trouver d'autres puits pour la MINURSO et la population locale, avec même le potentiel d'éliminer le besoin de transporter de l'eau.

La MINURSO pourrait ainsi économiser sur le coût du transport de l'eau et sur la restoration environnementale de ses antennes.