* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

Le PNUD lance son premier Rapport sur le développement humain en Somalie en 10 ans

Publié : lundi 8 octobre 2012, New York | Auteur : Programme des Nations Unies pour le développement


La semaine dernière, le PNUD a lancé le Rapport sur le développement humain 2012 sur la Somalie : émanciper la jeunesse en faveur de la paix et du développement - lors d'un événement en parallèle de la 67e session de l'Assemblée générale, deux jours après le mini-sommet au cours duquel le Président somalien nouvellement élu, Hassan Sheikh Mohamud, s'est joint au Secrétaire général et aux décideurs politiques importants du pays via vidéoconférence depuis Mogadiscio pour discuter de la vision de l'avenir du pays basée sur la consolidation de la paix et de la renaissance économique. 

Le nouveau rapport du PNUD - le premier sur la Somalie depuis les 10 dernières années - montre que bien que les jeunes Somaliens dans leur grande majorité pensent qu'ils ont le droit à l'éducation (82%) et le droit à un travail décent (71%), ils se sentent impuissants face aux multiples obstacles structurels dus à la famille, aux institutions et à la société dans son ensemble. Le manque d'éducation efficace et d'emplois - en plus des handicaps liés au clanisme et à la culture - a créé un niveau très élevé de frustration et de mécontentement au sein de la jeunesse somalienne. Des changements radicaux dans les politiques et les attitudes sont nécessaires pour permettre l'émancipation des jeunes et les placer au coeur de l'agenda du développement. 


"Comme on l'a vu dans les pays arabes et ailleurs, les jeunes sont des leaders potentiels de la transformation politique, sociale et économique", a dit Sima Bahous, Directrice du Bureau régional pour les pays arabes au PNUD. "Nous ne pouvons plus nous permettre de sous-estimer les bénéfices potentiels des jeunes s'ils étaient placés au centre du processus de développement en Somalie", a-t-elle ajouté, avant de poursuivre : "70% de la population somalienne a moins de 30 ans".

Le rapport contient une Charte de la jeunesse, développée par les jeunes représentants du Somaliland, du Puntland et de la région central du sud, appuyé par des éléments venant d'un groupe plus large au sein de la diaspora. La Charte souligne les aspirations, les perceptions et les besoins des jeunes Somaliens - telle que l'éducation de base gratuite et obligatoire ou encore une plus grande représentation de la jeunesse au parlement - tout en servant de règles de conduite que le gouvernement, les agences de développement et la société civile pourraient suivre afin d'inclure les besoins des jeunes dans la création de politiques de développement.

"Ce que les jeunes Somaliens veulent vraiment, c'est un avenir différent pour eux-mêmes, un de ceux qui leur permette de vivre décemment, en paix et qui puisse influer sur les décisions qui touchent à leur vie', a dit Mark Bowden, Représentant résident du PNUD en Somalie.

Le rapport recommande l'implication des groupes exclus - tels que les jeunes et les femmes - au centre du processus national de développement de la Somalie, et appelle à une ouverture du système électoral clanique pour y inclure les groupes marginalisés. La création d'emplois et de meilleurs opportunités en termes d'éducation pour tous les groupes sociaux, notamment ceux qui ont déjà été écartés de telles opportunités, aiderait aussi à paver la voie vers un pays plus stable. Il est aussi nécessaire de trouver une plateforme sur laquelle les jeunes Somaliens puissent s'exprimer librement, pour renforcer les capacités des autorités locales à soutenir les programmes en faveur de la jeunesse.