* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

15 novembre 2010: L'action pénitentiaire du DOMP de plus en plus reconnue

[Dateline: Nairobi | Auteur: DPKO-DFS]

Le Commissaire pénitentiaire du Kenya, M. Isaiah Osugo, a ouvert le troisième cours de pré-déploiement des officiers pénitentiaires du DOMP   à l'Ecole d'appui à la paix et à l'action humanitaire de Nairobi, Kenya, le 9 novembre 2010. A la cérémonie de clôture étaient présents le Secrétaire d'état permanent pour le Ministère de l'intérieur (représentant le Vice-Président du Kenya et Ministre de l'Intérieur Stephen Kalonzo Musyoka), le Général de brigade Kabochi de l'IPSTC et M. Lars Nylén, directeur général du service des prisons et de la mise en liberté provisoire de la Suède.

Au total, 25 officiers pénitentiaires participent à la formation: quatorze du Kenya, trois de la Suède et deux du Ghana, de la Zambie, de l'Ouganda et de la Namibie. Sur les 25 participants, il y a six femmes.

L'action pénitentiaire du DOMP est entreprise par la Section consultative du droit pénal et des questions judiciaires  (CLJAS), qui travaille à la fois sur la justice et le système pénitentiaire depuis le Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité. Un des objectifs de ce Service est de sensibiliser à l'importance du travail pénitentiaire. Une participation à un tel niveau à une formation de pré-déploiement démontre le succès du DOMP à cet égard.

Le Service pénitentiaire du Kenya participe à ce cours de deux semaines et fournit aux formateurs un soutien logistique. Ce cours de pré-déploiement a été développé à l'image du cours de la police des Nations Unies, grâce à une synergie entre deux bureaux du Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité qui ont travaillé étroitement sur la question du maintien de l'ordre public dans les situations post-conflit.

Ce cours bénéficie de l'accueil du gouvernement kenyan et de l'organisation conjointe du DOMP et du gouvernement suédois, avec une assistance supplémentaire du gouvernement canadien. C'est le troisième cours pilote du genre, et le premier à être organisé en Afrique. A la fin de ce cours, l'enseignement sera révisé et la responsabilité du pré-déploiement pour la formation aux affaires pénitentiaires reviendra aux pays contributeurs de personnel pénitentiaire.

Le Gouvernement suédois a aidé les participants d'autres pays contributeurs à participer et à présenter leurs commentaires à leur hiérarchie et à leurs collègues, afin que le cours constitue un véritable effort régional. Une formation aux formateurs a été dispensée avant le début du cours.

Comme l'a dit Alain Le Roy, Secrétaire-général adjoint du Département des opérations de maintien de la paix dans son introduction au deuxième volume de Nouvelles pénitentiaires (Corrections Update) (octobre 2010), "le Département est attaché à garantir que la question des prisons devienne une priorité, notamment grâce au déploiement rapide d'experts pénitentiaires".

A ce jour 21 Etats Membres des Nations Unies contribuent du personnel pénitentiaire au maintien de la paix avec le Burkina Faso, le Canada, le Ghana, le Kenya, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone, la Suède et les Etats-Unis, à hauteur de cinq officiers ou davantage (alors que le Burkina Faso, le Ghana et le Sénégal en fournissent plus de 20 chacun).

Une réunion formelle des pays contributeurs de personnel pénitentiaire aura lieu quand la formation aura été officielle transférée, début 2011. Pour plus d'informations sur l'action pénitentiaire du DOMP, contacter David Mather, mather@un.org