* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Un film sur la puissance de l'art pour transmettre la mémoire des victimes de l'Holocauste
09 novembre 2009 / 02:22

[ New York | Auteur : Département de l'information ]

Poster du film 'As seen through these eyes' (Credit : As seen through these eyes, LLC)À l'occasion de l'anniversaire du pogrom de la "Nuit de Cristal", le Département de l’information des Nations Unies (DPI) organise la projection du film documentaire "As Seen through These Eyes", à 18 h 30 le lundi 9 Novembre 2009 dans la salle du Conseil de tutelle au Siège de l’ONU, à New York. Après le film, Mme Hilary Helstein, réalisatrice du film, prendra part à une discussion sur l'apprentissage de l'Holocauste à travers l'art.

Voici ci-contre la photo de l'une des centaines de synagogues qui ont été mises à sac et incendiées en Allemagne durant le pogrom de la "Nuit de Cristal" du 9 Novembre 1938.

Les survivants qui sont interviewés dans le film se souviennent que c’est Kristallnacht, "la nuit du verre brisé", qui a marqué un tournant dans l'histoire, le 9 Novembre 1938. Suite à la destruction des biens juifs et l'emprisonnement de beaucoup de juifs, ils savaient qu'ils n'étaient plus les bienvenus en Allemagne. Bientôt, il n'y aurait plus de refuge sûr dans presque toute l'Europe, où près des deux tiers de la population juive a péri dans l'Holocauste.

"As Seen through These Eyes" dont la trame narrative est lue par la lauréate du prix Pulitzer et poète, Maya Angelou, et qui a été produit en association avec la "Sundance Channel", est un documentaire puissant de 70 minutes qui véhicule des images et des messages de nombreux témoins de l'Holocauste.  Leurs œuvres d'art est un témoignage visuel de la persécution et des épreuves endurées sous le régime nazi.

La réalisatrice du film, Mme Helstein, a parcouru le monde pour compiler des entretiens avec des survivants qui ont légué quelque chose que l'histoire ne pouvait pas produire, un journal de l'Holocauste vu à travers les yeux des artistes, à travers les yeux des gens qui, par l'acte même de la création, se sont rebellés et ont risqué leur vie en faisant ce qui leur était interdit de faire.

Les mots et les images des artistes survivants sont profondément émouvants, communiquant l'horreur et l'espoir par le biais de l’art.  Pour eux, l'art était et est toujours un moyen de survie, soit directement, en sauvant leur vie durant l'Holocauste soit en les aidant à supporter et à "dépasser" ce passé insupportable.

Le film dépeint des histoires de personnes animées par le besoin de préserver leur amour propre tout en étant dépourvues de toute dignité.  Ces individus ont combattu leurs oppresseurs avec ce qu'ils avaient, des bouts de papier, des crayons, des pinceaux et des instruments de musique.

L’art a aidé ces artistes à survivre, mais leur a aussi fourni une arme pour lutter contre la tyrannie.  Ils ont conservé leurs souvenirs afin que les générations futures puissent tirer des leçons de leur expérience.  Sans eux, l'histoire de l'Holocauste serait incomplète.

Présents dans le film: Simon Wiesenthal, certains des enfants qui ont participé à l'opéra pour enfants Brundibar dans le camp de concentration de Terezin, et les artistes Karl Stojka, Samuel Bak et Dina Gottliebova Babbitt.

Le Département profitera de l’occasion pour lancer le "Recueil d’articles thématiques" du Programme de communication "L'Holocauste et les Nations Unies".  La publication comprend un avant-propos de Kiyo Akasaka, Secrétaire général adjoint à la communication et à l’information et neuf articles d’opinion sur l’Holocauste et le génocide écrits par des spécialistes du monde entier. 

"J’espère que ce volume contribuera à guider nos contacts avec autrui sur le sujet du génocide et qu’il fournira de nouvelles perspectives sur les aspects philosophiques, moraux et pratiques que doivent revêtir les solutions avancées pour aider à préserver la dignité humaine et arrêter, c’est-à-dire prévenir, les atrocités de masse".

Destiné principalement aux lycéens et aux étudiants, le Journal examine les leçons universelles que l'étude de l'Holocauste offre au monde dans la lutte contre la haine et la violence de masse.  Ces écrivains, représentant une variété de cultures et d'horizons, mettent en évidence la pertinence de l'Holocauste aujourd'hui, à partir de leurs propres perspectives et expériences particulières.  Les opinions exprimées par les auteurs ne reflètent pas nécessairement celles de l'Organisation des Nations Unies. Les articles sont également disponibles en ligne sur www.un.org/holocaustremembrance.

Cet événement est organisé par le Programme de Communication l’Holocauste et les Nations Unies de la Division de la sensibilisation du public du Département de l’information.  Le Programme est mandaté par la résolution de l'Assemblée générale 60/7 afin de mobiliser la société civile pour la mémoire et l'éducation de l'Holocauste, afin d'aider à prévenir de futurs actes de génocide.  Ses activités comprennent des projections de films, des séminaires de formation, des articles de discussion et des produits d'information innovants en ligne. Pour plus d’information, merci de contacter Mme Kimberly Mann au 212-963-6835 ou   mann@un.org, ou visitez www.un.org/holocaustremembrance.  

Si vous souhaitez être inscrit sur la liste des spectateurs, ou si vous ne possédez pas de carte d'identité ONU, merci de vous inscrire à holocaustremembrance@un.org.  Les visiteurs munis d’une pièce d’identité doivent passer par la sécurité à l'entrée sur la 46eme Rue et la 1re Avenue à partir de 18 heures.  Pas d’attribution de sièges dans la salle, conformément au principe du "premier arrivé, premier servi".