* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Ouverture à Cartagena, en Colombie, de la plus grande conférence internationale jamais organisée sur le DDR
06 mai 2009 / 12:13

[New York | Auteur : Département des opérations de maintien de la paix]

 Cérémonie inaugurale de la conférence, avec S.E.M. Francisco Santos, Vice Président de la République de Colombie ; William Lacy Swing, le Directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations ; Dmitry Titov, Sous-Secrétaire général responsable du Bureau pour l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité, représentant le Secrétaire général; et Marcelo Alvarez, Chef de la mission de soutien de la paix en Colombie, de l'Organisation des États américains | Crédit: Alta Consejería para la Reintegración, Gouvernement colombienRéunissant plus de 1500 participants venant de 57 pays, le premier Congrès international sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (DDR), accueillie par le gouvernement colombien, s’est ouvert à Cartagena de Indias, en Colombie, le 4 mai.

Dans une déclaration à la conférence, le Secrétaire général a noté qu’au cours des deux dernières décennies, le programme de DDR "est reconnu comme un ingrédient essentiel dans le renforcement de la stabilité et la consolidation de la paix dans les pays sortant d'un conflit." 

Il s’agit, à cette échelle, du premier forum international où  des responsables gouvernementaux, des praticiens et des universitaires échangent leurs expériences et leurs connaissances.

Le Secrétaire général s'est félicité du "plus vaste forum où l'on peut joindre à d'autres partenaires pour faire progresser ces travaux », ajoutant que « ce congrès met l'accent sur la façon dont le DDR peut s'inscrire dans la consolidation de la paix, et comment les processus DDR peuvent être mieux coordonnés dans le cadre de ces projets élargis ».

Lors de la cérémonie d'inauguration, le Vice Président de la Colombie a mis l'accent sur l’importance de la phase de réinsertion and le programme de DDR, en notant que la durabilité des processus de paix dépend du succès d’une réintégration complète  des ex-combattants dans la société.

Il a également souligné la nécessité pour la réinsertion à être inclusive et à prendre pleinement en compte les besoins des victimes et des communautés au sens large.

En accueillant cette conférence, l'un des objectifs du Gouvernement colombien est de  partager les meilleures pratiques telles que la réinsertion à base communautaire et les stratégies du DDR qui mettent l'accent sur un soutien psychosocial aux ex-combattants.

Un autre élément essentiel de la conférence est d'explorer les liens entre le DDR et d'autres initiatives de consolidation de la paix comme «la sécurité des mesures de stabilisation, la promotion de la primauté de l’état de droit, la réconciliation et la réforme du secteur de la sécurité (SSR)."

Afin de mieux appréhender les connaissances et l'expérience des participants, la conférence, qui dure trois jours, est divisée en six groupes thématiques et 16 tables rondes constitués de groupes plus restreints.

3e groupe de discussion: Une table ronde sur le processus de DDR et de la sécurité, animée par Dmitry Titov, Sous-Secrétaire général responsable du Bureau pour l’état de droit et des institutions chargées de la sécurit ; S.E.M. Sergio Jaramillo, vice-ministre de la Défense nationale de Colombie ; Mario Andresol, Directeur général de la Police nationale d'Haïti ; le Général de brigade George Etyang, Forces de défense de l’Ouganda, en tant que panéliste ; et Guy Lamb, chercheur principal à l'Institut d'études de sécurité, Afrique du Sud | Crédit : Alta Consejería para la Reintegración, Gouvernement colombienA l’ouverture, des orateurs de haut niveau de Colombie, d’Haïti, du Kosovo, d’Angola et des Philippines ont pris la parole, démontrant la diversité des circonstances dans lesquelles les processus de DDR sont mis en œuvre. Ces nombreux défis qui exigent des stratégies adaptées à leurs contextes particuliers.

Et pourtant, le présentateur a souligné quelques-uns des facteurs de succès: la volonté politique, l'appropriation du processus et la capacité nationale, et une approche globale qui tient compte pour les conditions socio-économiques, des besoins des victimes et des communautés au sens large.

Dmitry Titov, Sous-Secrétaire général responsable du Bureau pour l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité, qui a représenté le Secrétaire général lors de la conférence, a déclaré qu'il était important que " des initiatives immédiates et à long terme - DDR, SSR, état de droit, droits de l'homme, aide humanitaire, justice transitionnelle et développement - mettent en place des mécanismes intégrant efficacement des moyens visant à renforcer les capacités nationales pour la stabilisation et la consolidation de la paix ".

Il a également invité les participants à la conférence de travailler avec le groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur le DDR afin de créer un réseau mondial de praticiens s’appuyant sur les dernières connaissances et partageant les meilleures pratiques en matière de DDR.