* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Le SSG pour l'Etat de droit et les institutions de sécurité a noté des progrès significatifs dans les efforts de l'ONU pour protéger les personnes déplacées et renforcer l'Etat de droit dans l'Est du Tchad
18 février 2009 / 04:47

[New York | Auteur : DOMP]CONAFIT (Coordination Nationale d’Appui à la Force Internationale à l’est) official; Representative of CONAFIT, Mr. AbdelKerim Mahamat Mozal; Assistant Secretary-General, Mr. Dmitry Titov; Deputy Special Representative of the Secretary-General, Ms. Rima Salah; Interim Police Central Commissariat of Abéché, Mr. Mahamat Adam; Head of Regional Military CONAFIT for the east, General Dagash; and General Moussa of CONAFIT | Credit: DPKO

Un peu plus tôt dans le mois, le Sous-Secrétaire général (SSG) pour l'état de droit et les institutions de sécurité au sein du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), M. Dmitry Titov, a visité la MINURCAT , l'opération de maintien de la paix au Tchad et en république centrafricaine, pour évaluer les développements de cette nouvelle mission en pleine expansion.

 

Accompagné du Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) Victor Da Silva Angelo et de son adjointe, Mme Rima Salah, M. Titov a aussi visité le Siège avancée de la missions à Abéché et la base de secteur d'Iriba, où quelques uns des 250 000 réfugiés du Darfour voisin et 166 000 déplacés internes (IDP) ont trouve refuge. Il a pu ainsi échanger des informations avec quelques officiels tchadiens, dont le premier ministre, les ministres de la justice et des droits de l'homme, des gouverneurs, des sultans et des représentants de la police, de la justice et du monde pénitentiaire.


Ce qui rend la MINURCAT unique est le fait qu'elle sélectionne et entraîne un Détachement Intégré de Sécurité (DIS) de la police tchadienne. M. Titov a reconnu que le déploiement conjoint de la MINURCAT et du DIS, dans des conditions logistiques si difficiles et étant donné les problèmes régionaux de sécurité à la frontière du Tchad et du Soudan, a eu un impact considérable. Cette réussite est d'autant plus louable que le temps pour déployer cette mission était très court et les conditions dans cette partie du Sahara particulièrement difficiles.Detainees at the Iriba prison | Credit: DPKO

Actuellement, 600 des 850 membres du DIS sont déployés dans 6 commissariats et 12 postes de police dans l'Est du Tchad. Le DIS peut être considéré comme l'entité de base, et les partenaires, depuis les autorités locales aux organisations non gouvernementales internationales, ont exprimé leur satisfaction pour les performances du DIS. La présence du DIS et de la MINURCAT est un facteur de stabilisation dans une zone hautement instable. Cependant, les constructions de logements adéquats, l'installation des équipements de communication et les moyens de transports idoines pour déployer le reste du contingent du DIS, soit 250 personnes, doivent être réalisés.

 

La situation sécuritaire au Tchad nécessite le soutien durable de la communauté internationale. Les activités mêmes de la mission dépendent du bon vouloir d'une poignée de donateurs qui contribuent au fonds d'affectation spécial de la MINURCAT. A peine plus que 21 millions ont été promis ou reçus jusqu'à présent, mais ca ne sera pas suffisant pour que la MINURCAT puisse soutenir le déploiement et les opérations du DIS avant la fin 2009.

 

La communauté internationale a fourni aux autorités tchadiennes une chance unique de stabiliser  la situation et veut aider le Tchad à s'attaquer à l'impunité et aux diverses questions d'Etat de droit de façon global. Bien que les activités de maintien de l'ordre du DIS soit vitales, elles ne sont pas suffisantes sans une justice et des systèmes pénitentiaires adéquats, afin d'instaurer la confiance parmi les réfugiés, les déplacés internes et les populations locales de l'Est du pays.

 

Dans les mois à venir, la MINURCAT prévoit de développer un mécanisme de suivi des dossiers pour évaluer le traitement que subissent les individus détenus ou arrêtés pas le DIS, et d'étendre le système de tribunaux mobiles dans les lieux importants de l'Est du Tchad. La Mission, qui comprend 300 officiers de police des Nations Unies et un certain nombre d'officiers juridiques ou pénitentiaires, travaillera aussi en étroite collaboration  avec les autorités locales et régionales pour bâtir des passerelles entre les justices formelle et traditionnelle, et pour renforcer les principales prisons  dans l'Est de la région. 

Selon la résolution 1861 (2009) du Conseil de sécurité, la MINURCAT aura - à partir du 15 mars - la responsabilité d'aider à protéger les civils en danger et de faciliter la distribution de l'aide humanitaire, et de contribuer en général à un environnement plus sûr, ce qui devrait requérir 5200 personnels militaires. Ces tâches sont actuellement du ressort de l'opération de l'EUFOR, menée par l'Union européenne.