* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les évènements des droits de l'homme sensibilisent aux défis globaux
12 décembre 2008 / 02:57

[Posté : Genève et Santiago | Auteurs : ONUG et CEPALC]

Alors que des évènements additionnels sont anticipés lundi pour marquer le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, iSeek a reçu deux rapports additionnels sur les évènements importants qui se sont déroulés cette semaine à Genève et à Santiago, dont une discussion avec les lauréats du Prix Nobel, Shirin Ebadi et Wole Soyinka.

Voir aussi :  Pleins feux sur les évènements et activités de la Journée des droits de l’homme

Genève

Prince Albert II, Shirin Ebadi et Wole Soyinka | Credit : ONUGPlus de 1 000 personnes ont participé à la deuxième conférence de Genève sur la question "Les droits de l'homme sont-ils universels ?".  Elle s'est tenue mercredi au Palais des Nations à Genève.  Shirin Ebadi et Wole Soyinka, deux nobelistes et défenseurs des droits de l'homme, étaient présents. 

Il existe un enregistrement de l'évènement :  anglais | langue originale

Dans sa déclaration d'ouverture, le Directeur général de l'Office des Nations Unies de Genève, Sergei A. Ordzhonikidze, a souligné que le thème de la campagne lancée il y a un an par le Secrétaire général, "Dignité et justice pour nous tous", renforce la vision de la Déclaration en tant qu'engagement envers la dignité et la justice universelles.  Il a cependant souligné que les promesses de la Déclaration restent non respectées pour un trop grand nombre de personnes de par le monde et a demandé à tous les participants de redoubler d'efforts pour que les principes de la Déclaration deviennent une réalité pour tous.

Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003, a fortement défendu l'universalité des droits de l'homme et critiqué les abus perpétrés par certains individus au nom de la religion ou de l'idéologie.

Projection de la Série de conférences de Genève | Credit : ONUGCitant le Préambule de la Déclaration, Mme Ebadi a noté que la paix et la sécurité peuvent être assurées seulement par l'observation des droits de l'homme et a mis en avant l'idée d'une "Convention internationale pour combattre la pauvreté" qui doit être rédigée et présentée à l'Assemblée générale pour adoption.  Cette Convention doit insister sur le fait qu'il est nécessaire d'encourager les Etats à réduire leurs dépenses militaires afin de s'assurer que les fonds publics de chaque pays soient utilisés pour la santé publique plutôt que pour l'achat et l'entreposage d'armes.

Wole Soyinka, Prix Nobel de la paix 1986 en littérature, a critiqué le "relativisme culturel" en tant que "piège" et "ruse" pour "faire naître une attitude qui légitime n'importe quelle forme de conduite, tant qu'elle peut être attribuée à l'usage culturel".   

M. Soyinka a ajouté : "ce que les circonstances de naissance, éducation, opportunités et environnement font de chacun d'entre nous est un problème différent qui ne peut pas être considéré fondamental pour la valeur et la validité de chaque individu et donc pour son droit et respect vis-à-vis du reste de la société".

Suite aux conférences, une discussion avec les représentants de la communauté diplomatique, des organisations du système des Nations Unies, des organisations non-gouvernementales, de la communauté des chercheurs et des universitaires, du secteur privé ainsi que des étudiants et des individus intéressés, a été animée par Xavier Colin, producteur et présentateur du programme Geopolitis de la Télévision Suisse Romande.

Dans les déclarations de clôture, le Prince Albert II de Monaco a souligné que l'universalité n'est pas simplement une des charactéristiques des droits de l'homme mais leur principe central.  Lorsque les droits de l'homme sont attaqués, a-t-il expliqué, l'humanité toute entière souffre.

La Série des conférences de Genève, organisée par l'ONUG et l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), a été inaugurée en avril 2008 par le Secrétaire général BAN Ki-moon.

La Série des conférences de Genève a pour objectif de sensibiliser le public aux défis globaux et d'engager des intellectuels, leaders du monde des affaires, leaders politiques et de la société civile ainsi que le public de Genève et d'ailleurs dans le processus de réflexion sur ce qui doit et devrait être fait pour adresser de tels défis.

A Genève, le Secrétaire général a pris la parole dans le cadre du Segment de haut niveau de la session commémorative du Conseil des droits de l'homme, célébrant vendredi l'anniversaire de la Déclaration. 

Après s'être prononcé sur les récentes avancées dans le domaine du droit international des droits de l'homme, telles que la Convention relative aux droits des personnes handicapées, le SG a déclaré aux délégués que "le monde n'a pas adopté une liste si impressionnante d'instruments des droits de l'homme pour les placer sur une étagère aux Nations Unies.  Ceux-ci devraient être des documents vivants que les experts utilisent lorsqu'ils examinent les rapports de pays ou évaluent des complaintes individuelles".  (message intégral)

Santiago

Enfants participants à l'évènement qui s'est déroulé à Santiago | Credit : CEPALCAu Chili, le système des Nations Unies a célébré le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme au cours d'une cérémonie où les enfants autochtones, immigrants et réfugiés, les scouts et étudiants ont lu les trente articles du document.

La cérémonie s'est tenue dans l'auditorium central du Bureau de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture à Santiago.  Des représentants du Gouvernement chilien, du corps diplomatique, d'organisations internationales, du système des Nations Unies et d'organisations civiques ont été conviés à la cérémonie.

L'évènement s'est ouvert avec un message du Secrétaire général, lu par le Coordinateur résident du système des Nations Unies au Chili, M. Enrique Ganuza.

Plus tard, une vidéo faisant la promotion du respect des droits de l'homme a été présentée et les enfants ont lu chacun des 30 articles de la Déclaration.