* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les changements climatiques au centre de discussions en Pologne
15 décembre 2008 / 02:38

[Posté :  Poznan | Auteur :  CCNUCC]

LogoA l'occasion d'une conférence majeure sur les changements climatiques, environ 11 000 participants, dont des délégués gouvernementaux, des entrepreneurs et industriels, des représentants d'organisations environnementales et d'institutions de recherche se sont rassemblés à Poznan, en Pologne.  Le Secrétaire général a profité de la conférence pour introduire l'idée d'un "Green New Deal" (Déclaration intégrale en anglais).

La 14e Conférence des 192 Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la quatrième réunion des 183 Parties au Protocole de Kyoto marquaient le mi-chemin dans les négotiations concernant un deal ambitieux et efficace dans le domaine des changements climatiques.  Le deal devrait être arrêté à Copenhague fin 2009 et entrer en vigueur en 2013, année qui suivra la première phase de l'expiration du Protocole de Kyoto.

A Poznan, les Parties à la CCNUCC ont fait le point sur les progrès réalisés en 2008 et ont tenté d'établir en détails ce qui devrait être accompli en 2009 afin d'obtenir un accord renforcé.

Selon le site de la CCNUCC, "la réunion s'est terminée par un engagement clair des gouvernements à passer au mode des négociations l'an prochain afin de formuler une réponse internationale ambitieuse et efficace aux changements climatiques, qui devrait être acceptée fin 2009.  Les Parties se sont mises d'accord sur le fait que la première version d'un texte négociateur concrêt serait disponible au rassemblement de la CCNUCC à Bonn, en juin 2009". 

Ouverture de COP 14 | Credit : site internet de la CCNUCCUne explication plus détaillée des conclusions de la conférence, dont les décisions prises, est désormais disponible en ligne.

Après avoir participé à la conférence, Daniel Shepard, membre du personnel, a fait part de ses perspectives personnelles sur un blog du site internet UN Gateway on Climate Change, géré par le Département de l'information.

"Le besoin de progrès réels pour remédier aux changements climatiques n'a jamais été aussi urgent", a déclaré Yvo de Boer, Secrétaire exécutif de la CCNUCC, lors de la conférence.  "Les effets des changements climatiques que la science a identifiés sont déjà ressentis par les plus vulnérables et ceux qui attendent les ressources financières et technologiques dont ils ont besoin pour faire face à ces impacts".   

Faisant allusion au fait que la conférence de Poznan s'est tenue dans le contexte plus large de la crise financière globale actuelle et de la récession économique, M. de Boer a mis en garde contre le danger que court le monde d'être distrait de la lutte contre les changements climatiques.  "Nous devons nous focaliser maintenant sur les opportunités d'une croissance verte qui peut placer l'économie globale sur un chemin stable et durable", a-t-il dit.

Au Sommet de haut niveau de la Conférence des 11 et 12 décembre, le Secrétaire général a déclaré, "ensemble, nous faisons face à deux crises : les changements climatiques et l'économie globale.  Mais ces crises nous présentent une très bonne opportunité — celle d'aborder simultanément les deux défis" (déclaration intégrale en anglais).

Il a poursuivi en disant, "Gérer la crise financière globale nécessite un stimulus global massif.  Une grande partie de ces dépenses devrait être un investissement — un investissement dans un avenir vert.  Un investissement qui lutte contre les changements climatiques, crée des millions d'emplois verts et incite à la croissance verte.  Nous avons besoin d'un Green New Deal.  Il s'agit d'un deal qui travaille pour toutes les nations, aussi bien les riches que les pauvres".   

A propos de la CCNUCC

Forte de 192 Parties, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) compte quasiment une adhésion universelle et est le traité parent du Protocole de Kyoto de 1997.  Le Protocole de Kyoto compte 183 membres parties à ce jour.  Selon le Protocole, 37 Etats, dont des pays fortement industralisés et des pays en pleine transition vers une économie de marché, ont des engagements légaux de limitation et de réduction d'émission.  Ces deux traités ont pour ultime objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui prévienne l'interférence humaine dangereuse avec le système climatique.