* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les scientifiques se réunissent au Palais des Nations pour aborder la question de l'énergie issue de la fusion
14 octobre 2008 / 09:10

[Genève | Auteur : ONUG]

Fifty years after the Atoms for Peace Conference, scientists gather at the Palais des Nations to discuss fusion energy | Credit: UNOG Plus de 800 scientifiques participent cette semaine à la 22e Conférence de l'énergie issue de la fusion (FEC 2008).  Il s'agit d'une conférence scientifique internationale autour de la recherche sur l'énergie issue de la fusion, organisée au Palais des Nations à Genève par l' Agence internationale de l'énergie atomique   (AIEA).  Cette année marque le cinquantième anniversaire célébré depuis la seconde Conférence internationale sur l'utilisation de l'énergie atomique à des fins pacifiques.

 

Jusqu'en 1955, la recherche sur l'énergie issue de la fusion était gardée secrête à cause de sa possible application militaire.  La Conférence des atomes pour la paix, qui s'est tenue au Palais des Nations en 1958, s'est révélée être un évènement important pour la recherche issue de la fusion, puisque pour la première fois, les pays ont déclassifié leur recherche et partagé leurs résultats et expériences.  Ceci a contribué à promouvoir la sensibilisation globale des défis énormes dont la fusion nucléaire avait besoin pour servir un jour de source pratiquement propre et inépuisable au service de toute l'humanité.

 

Avec d'importants progrès réalisés ces dernières années dans le domaine de la fusion nucléaire, la FEC 2008 est un forum opportun lors duquel sont présentés et discutés les développements actuels en termes d'expériences, de théories et de technologies de la fusion.   

 

Prenant la parole lors du lancement de la Conférence, Jan Beagle, Vice-Secrétaire générale de l'ONUG, a noté qu'avec la Conférence des atomes pour la paix, la transparence et la collaboration ont surmonté les obstacles du secret et de la concurrence en pleine Guerre Froide.  C'est pourquoi, la Conférence a non seulement offert une plateforme commune pratique pour les scientifiques et a aussi représenté un changement durable en terme de mentalité. 

 

Mme Beagle a félicité l'engagement continu des participants à partager les recherches et les découvertes, échanger les informations et transférer les technologies dans l'intérêt de tous les peuples.  Notant que les changements climatiques, la crise alimentaire mondiale, l'augmentation des prix de l'énergie et de la concurrence pour les ressources naturelles rendent impératif la recherche de stratégies basées sur la science et la technologie, elle a noté que la capacité à faire de notre monde un monde plus sûr et plus prospère dépendra de la collaboration renforcée au sein de toutes les parties et l'assurance que les bénéfices des avancées scientifiques et technologiques sont partagés de manière équitable.   

 

Vous pouvez trouver de plus amples informations sur la Conférence et son programme sur le site de l' AIEA  .