* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les partenaires de la CESAP et la République de Corée unis dans la promotion de la croissance écologique à faible taux de carbone
09 octobre 2008 / 02:52

[Bangkok | Auteur : CESAP]

Green Growth web site

Lors des réunions de haut niveau qui se sont déroulées à Séoul, Noeleen Heyzer, Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), a discuté d'un partenariat qui vise à mettre en place un fonds de 200 millions de dollars afin de soutenir les pays asiatiques en développement pour qu'ils s'engagent sur la voix du développement à faible taux de carbone.

 

Le fonds de 200 millions de dollars est un élément clef du Partenariat climatique de l'Asie orientale, Green Growth at a Glance | ESCAP publication lancé par la République de Corée lors du sommet du G-8 en juillet.  Il a pour objectif de soutenir, sur une période de cinq ans, les consultations politiques pour un développement faible en carbone, les transferts technologiques, la mobilisation des ressources et les projets pilotes pour l'atténuation des changements climatiques et les technologies d'adaptation. 

Le fonds reflète la vision nationale "Low Carbon, Green Growth" de la République de Corée, a déclaré le Président Lee Myung-bak en août, à l'occasion du 60e anniversaire de la création de la République.  Dans son discours à la Nation, le Président a dit que "le monde est passé par les étapes des révolutions agricoles, industrielles et de l'information".  "Désormais, il entre dans l'âge de la révolution environnementale.  Laissant derrière lui l'ère du bois, du charbon et du pétrole, s'amorce un âge de nouvelles énergies".

 

Au cours de sa réunion avec la Secrétaire générale adjointe Noeleen Heyzer, le Premier Ministre Han eung-soo, a exprimé son soutien à la proposition. 

 

Noeleen Heyzer a expliqué que "la nouvelle vision et le partenariat sont des développements passionnants" qui indiquent un changement dans le paradigme pour le développement.  Elle a, à ce propos, déclaré que "la rapide croissance économique de la région, qui dépend beaucoup de la consommation de combustibles fossiles, est écologiquement non durable". 

 

Noeleen Heyzer a expliqué que la République de Corée est la quatrième plus grande puissance économique et un important émetteur de dioxyde de carbone de la région.  De ce fait, l'importance de ce changement politique serait non seulement ressentie en République de Corée mais aussi dans l'ensemble de la région.  Elle a jouté que la CESAP jouera un rôle déterminant en tant qu'agence responsable de la mise en place de la nouvelle initiative.

 

La Commission régionale des Nations Unies a lancé l'initiative de la Croissance verte en Asie et dans le Pacifique, ainsi que la coopération régionale, surtout la coopération sud-sud, au sein des pays membres pour réaliser le développement inclusif et durable.

 

"Je suis très encouragée par le soutien exprimé par le Gouvernement coréen à la collaboration proposée et j'attends d'autres discussions pour finaliser le partenariat", a déclaré la chef de la CESAP.

   

L'initiative de la Croissance verte de la CESAP, approuvée par une réunion ministérielle sur l'environnement et le développement à Séoul en 2005, insiste sur le fait qu'un pays n'a pas à sacrifier sa croissance économique pour être respectueux de l'environnement.  Elle propose des mesures politiques telles que des réformes des impôts et fiscales écologiques, des investissements dans les infrastructures durables, la promotion de la consommation écologique et de la production propre ainsi que l'utilisation d'indicateurs qui révèlent l'efficacité écologique.

 

En avril 2008, lors de la dernière session de la Commission annuelle, la proposition de la CESAP de mettre en place un cadre sécuritaire énergétique régional, avec une importance particulière accordée au remplacement des combustibles fossiles par des sources d'énergie renouvelables et à l'amélioration de l'efficacité énergétique, a été acceptée par plus de 50 pays membres comme moyen de réduire les émissions de carbone et d'augmenter l'accès à l'énergie sur le long terme.   

 

D'autres dirigeants coréens présents à la réunion étaient le Ministre de l'environnement, Lee Maanee ; le Ministre du commerce, Kim Jong-hoon ; et le Président de l'Agence pour la coopération coréenne internationale, Park Dae-won.