* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Christopher Clark et son équipe récompensés par le HCR
15 septembre 2008 / 04:42


[Beyrouth | Auteur : iSeek]
 Christopher Clark, Chef du Centre de coordination de la lutte antimines des Nations Unies au sud Liban

Les personnels du Centre de coordination de la lutte antimines des Nations Unies au sud Liban sont les heureux vainqueurs du UNHCR Nansen Refugee Award 2008, pour leurs efforts courageux pour débarrasser la partie sud du Liban des bombes à sous-munitions et autres explosifs qui empêchent le retour des civils depuis le conflit israëlo-libanais. 

Le 6 octobre à Genève, le Haut-commissaire aux réfugiés, M. António Guterres, remettra le prix au Centre qui a dirigé les efforts internationaux depuis 2006 pour débarrasser cette région des armes et explosifs mortels. A la tête du Centre, Christopher Clark recevra cette récompense au nom de son entité, de ses personnels et des 1000 démineurs qu'il emploie. 

"Grâce à leur travail minutieux et à leur dévotion, les équipes ont créé les conditions nécessaires à un retour digne et sûr de presque 1 million de citoyens libanais déplacés"' a dit M. Guterres dans une déclaration parue aujourd'hui à New York. 

Mine au milieu des ptales de fleurs dans un puit au Sud-LibanLe Nansen Refugee Award est attribué une fois par an à un individu ou une organisation en récompense de son travail remarquable en faveur des réfugiés. Ce prix s'accompagne d'une récompense de 100 000 dollars, que le récipiendaire peut donner au profit d'une cause de son choix. Cette récompense a été nommée d'après le Prix Nobel Fridtjof Nansen, qui fut le premier Haut-commissaire aux réfugiés. Parmi les précédents récipiendaires, on compte Eleanor Roosevelt, le roi Juan Carlos I d'Espagne et la reine Juliana des Pays-Bas. 

Le Centre de coordination de la lutte antimines des Nations Unies au sud Liban coordonne les opérations de déminage des ONG, des compagnies commerciales, des forces armées libanaises et des experts de la FINUL. Le Centre est supervisé depuis New York par le Bureau de la lutte antimines des Nations Unies, qui appartient au Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité du Département des opérations de maintien de la paix.  

"Je félicite mes collègues du Sud-Liban pour leur travail impressionnant", a déclaré le nouveau Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Alain LeRoy. "Leurs actions  ont profité à de nombreuses personnes - pas seulement aux réfugiés de retour et aux déplacés internes, mais aussi aux travailleurs humanitaires et à nos soldats de la paix". 

Vingt-deux pays donateurs et le Bureau de coordination des affaires humanitaires ont fourni 38 millions de dollars par le biais du Fonds d'affectation spéciale pour l'assistance à la lutte antimines, afin de financer les efforts de Operations de deminagedépollution depuis août 2006. 

Parmi ces donateurs, les Pays-Bas ont contribué le plus largement, avec un montant de 5,2 millions de dollars. L'Italie a donné plus de 4 millions et l'Arabie saoudite 500 000 dollars. Les Emirats arabes unis ont depuis 2001 fourni plus de 70 millions de dollars dans la lutte antimines au Sud-Liban, et une partie de cet argent a été récemment utilisé pour la dépollution des bombes à sous-munitions. L'Assemblée générale a approuvé un financement supplémentaire d'environ 5 millions au profit de la FINUL. L'Union européenne et sept pays donateurs ont fourni de l'aide directement aux démineurs.