* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

Le Rapport sur le développement humain 2013 : L'essor du Sud

Publié : vendredi 14 mars 2013, New York | Auteur : Programme des Nations Unies pour le Développement 


Cliquez ici pour acceder au rapport   L’essor du Sud est en train de modifier radicalement l'aspect du monde, grâce aux nations en développement qui mènent la croissance économique, extirpant des centaines de millions de personnes de la pauvreté et propulsant des milliards de personnes supplémentaires dans une nouvelle classe moyenne mondiale. C’est ce que révèle le Rapport sur le développement humain 2013 du Programme des Nations Unies sur le développement   (PNUD).

Le Rapport montre que plus de 40 pays en développement ont enregistré des hausses de la valeur de leur Indice de développement humain (IDH) largement supérieures à celles envisagées. D'après le rapport, ces accomplissements sont largement attribuables à des investissements soutenus dans l'éducation, la santé et les programmes sociaux, ainsi qu’à un engagement ouvert avec un monde de plus en plus interconnecté.

Selon le rapport, ces progrès historiques créent de nouvelles opportunités de partenariats entre le Sud et le Nord, qui permettront de faire face à des défis communs, comme le changement climatique. Les pays du sud ont des liens commerciaux, technologiques et politiques très étroits avec le nord, tandis que les pays du nord cherchent avec le sud des partenariats qui pourraient promouvoir le développement et la croissance mondiale .

Le Rapport sur le développement humain 2013 –L'essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié–  a été lancé le 14 mars par l'Administratrice du PNUD Helen Clark et le Président mexicain Enrique Peña Nieto.

Le Rapport 2013 identifie d'abord plus de 40 pays en développement ayant obtenu des gains en termes de développement humain ayant dépassé significativement les normes mondiales des dernières décennies. Il étudie ensuite plus en détails 18 de ces pays, en incluant les pays affichant les meilleurs résultats (en commençant par la Chine) mais aussi de nombreux pays du Sud plus petits connaissant également le succès, tels que le Chili, le Ghana et la Thaïlande.

Selon les conclusions du Rapport :
• Le monde est en train de vivre un "rééquilibrage mondial" inégalé. L'essor du Sud vient inverser les effets de l'énorme lame de fond démarrée avec la révolution industrielle, qui s'est prolongée tout au long de l'ère coloniale et jusqu'aux deux guerres mondiales du XXe siècle, et grâce à laquelle l'Europe et l'Amérique du Nord sont parvenues à éclipser le reste du monde.

• En 2020, selon les prévisions établies pour le rapport, les productions économiques combinées des trois principaux pays en développement (la Chine, l'Inde et le Brésil) seront supérieures à la production globale de l'Allemagne, du Canada, de la France, des États-Unis, de l'Italie et du Canada.

• Avec l'augmentation des niveaux de vie dans la plupart des pays du Sud, la proportion de gens vivant en dessous du seuil d'extrême pauvreté dans le monde est passée de 43% en 1990 à 22% en 2008. De ce fait, le monde a déjà atteint la cible principale d'éradication de la pauvreté prescrite par les objectifs du Millénaire pour le développement.

• Le rapport souligne que la grande pauvreté demeure un problème important dans une grande partie des pays en développement. On évalue à 1,57 milliard, soit plus de 30% de la population des 104 pays étudiés dans le cadre du rapport, le nombre de personnes vivant dans un état de pauvreté dite "multidimensionnelle" ; 612 millions de ces personnes vivant en Inde.

• Les pays en développement détiennent maintenant deux tiers des réserves totales (10200 milliards de dollars) des devises étrangères mondiales et environ trois quarts des 4300 milliards de dollars en actifs contrôlés par des fonds souverains dans le monde entier. Même une petite partie de ces sommes considérables pourrait avoir un impact rapide et mesurable sur la pauvreté mondiale et le développement humain.

• L'éducation des femmes adultes est ce qui se rapproche le plus d'une "solution miracle" pour accélérer le développement humain, montre l'étude du rapport.

• L'essor du Sud, et son potentiel d'accélération du progrès pour les générations futures, doit être vue comme un bénéfice pour l'ensemble des pays et des régions, car les niveaux de vie s'améliorent et le monde dans son ensemble devient de plus en plus interdépendant, souligne le rapport.

Garder le rythme

l'Administratrice du PNUD Helen Clark lors du lancement du rapport a Mexico (Photos: PNUD) "Pour l'avenir, le rapport établit que si le développement humain global continue à augmenter, de nouveaux défis liés à l'évolution démographique, la dégradation de l'environnement et l'exclusion politique et sociale, apparaitront et devront être pris en compte", a déclaré Helen Clark.

Le rapport suggère quatre domaines clés pour continuer à soutenir les progrès en termes de développement humain dans le Sud, à savoir: l'équité, notamment entre les hommes et les femmes ; la participation des citoyens, et notamment des jeunes ; la pression environnementale ; et le changement démographique.

Il demande la création d'une nouvelle "Commission du Sud" où les pays en développement pourraient aller de l'avant et suggérer de nouvelles approches constructives pour une gouvernance mondiale efficace.

Ce rapport présente aussi la dernière tendance de l'Indice de développement humain selon lequel la Norvège, l'Australie et les Etats-Unis mènent le classement de 187 pays et territoires. Les mesures prises en compte pour le calcul de l 'IDH  en matière de  santé, d'éducation et de revenu, montrent des améliorations cohérentes dans la plupart des pays.

Le rapport comprend également trois indices expérimentaux, l'indice ajusté aux inégalités, l'indice de pauvreté multidimensionnelle et l'indice d'inégalité de genre.

Le Rapport sur le développement humain 2013 est disponible en dix langues sur le site: http://hdr.undp.org   .