* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
La Directrice exécutive d’UN-HABITAT reçoit un prix prestigieux sur l’environnement
25 novembre 2009 / 11:51

[Nairobi | Auteur : iSeek]

La Directrice exécutive d’UN-HABITAT, Anna Tibaijuka, a reçu
le Prix Göteborg pour le développement durable, 2009 pour le travail d’une vie pour rendre plus vivable l’habitat urbain.

Elle recevra officiellement son prix le 26 novembre, dans la ville suédoise de Göteborg qui décerne ce prix depuis 10 ans, aux côtés d’Enrique Peñalosa, ancien maire de Bogotá, Colombie et de Sören Hermansen, qui a contribué à rendre neutres les émissions de carbone de l’île de Samsö, au Danemark.

La part monétaire du prix qui revient à Mme Tibaijuka – un million de couronnes suédoises (147.000 dollars) partagé entre les trois bénéficiaires du prix – sera attribuée à un fonds pour l’enfance d’UN-HABITAT qui soutient les jeunes qui vivent dans des bidonvilles ou dans des habitations délabrées.

Le Prix Göteborg est considéré comme l’équivalent du prix Nobel de la paix pour l’environnement.

« Les estimations montrent que d’ici à 2030 les deux-tiers de l’humanité vivront dans des villes. Les villes représentent 75% du total de la consommation d’énergie et produisent 80% des émissions de carbones à l’origine du changement climatique. Et pourtant nos centres urbains continuent de déverser toujours plus de polluants à l’origine du changement climatique ainsi que des tempêtes, inondations, sécheresses extrêmes et autres désastres auxquels nous sommes confrontés », a déclaré Mme Tibaijuka.

« Aujourd’hui, un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles et des habitations de qualité insuffisante dans le monde, et ce sont les plus vulnérables aux catastrophes causées par les changements climatiques », a-t-elle ajouté.

Selon sa Directrice exécutive, UN-HABITAT est une des quelques organisations de l’ONU qui travaille à tous les niveaux, notamment celui des gouvernements locaux, pour construire, gérer, planifier et financer des villes sans bidonvilles, vivables pour tous et qui ne polluent pas ou n’endommagent pas les ressources naturelles. 

Economiste de profession, Anna Tibaijuka a aussi reçu hier un doctorat honoris causa de l’Institut d’économie de Varsovie, lors d’une cérémonie marquant la première fois que l’université conférait ce Prix à une femme en cent ans d’existence.

Elle a été félicitée pour son action pour faire prendre conscience au niveau mondial de la pauvreté et de l’injustice sociale, en particulier parmi le milliard de personnes qui vivent dans des bidonvilles et des habitations aux normes inférieures. Son engagement au profit des jeunes défavorisés a aussi été souligné.

« Elle montre ce que les femmes africaines peuvent faire si on leur en donne l’occasion », a déclaré le professeur Havenevik, de l’Institut d’économie de Varsovie, la qualifiant aussi « d’activiste sociale à part entière, au premier rang de la lutte pour l’égalité des femmes et de l’autonomisation des femmes en Tanzanie et dans le monde ».

Mme Tibaijuka vient de publier un livre au mois d’octobre, intitulé « Renforcer la prospérité : Habitat et développement économique », avec un avant-propos du Secrétaire général BAN Ki-moon.

Mme Tibaijuka souligne que la fourniture d’un logement est si essentielle au niveau social et économique que les décideurs feraient mieux d’agir plutôt que de continuer à la traiter comme un simple bien social. Le livre appelle à fournir un logement décent et adéquat aux populations à travers le monde, soulignant que cela améliorerait aussi la santé et la productivité des travailleurs.