* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
Les chefs militaires de missions et le SG discutent de l'évolution du maintien de la paix
11 août 2009 / 10:20

[New York | Auteur : DOMP]HOMC Group Photo| UN Photo/Paulo Filgueiras (406249)

La Conférence annuelle des chefs de composantes militaires des missions de maintien de la paix s'est achevée la semaine dernière sur le constat qu'il y avait de plus en plus de défis pour le maintien de la paix du XXIe siècle.

 

S'adressant aux officiers rassemblés au dernier jour de la Conférence, le Secrétaire général a déclaré que le maintien de la paix avait fondamentalement évolué ces dernières années, la prévention des conflits et la paix prenant des parts de plus en plus importantes et gagnant en complexité. 

 

"Il n'y a parfois aucune paix à maintenir. A d'autres moments, les belligérants ne la veulent pas", a dit le SG. "En tant qu'officiels militaires, vous savez mieux que quiconque que le maintien de la paix est bien plus que la réalisation des objectifs militaires. C'est aussi s'assurer de la stabilité politique, et promouvoir la démocratie et les droits de l'homme. C'est aussi fournir l'aide humanitaire et poser des jalons pour développement durable".

 

La Conférence annuelle des chefs de composantes militaires des missions de maintien de la paix, organisée par le Bureau des affaires militaires du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), s'est tenue du 3 au 7 août au Siège de l'organisation à New York. Elle  a permis de rassembler les chefs militaires des missions de maintien de la paix, pour qu'ils puissent partager leurs expériences, non seulement entre eux, mais aussi avec l'administration et les personnels des Nations Unies.

 

Le maintien de la paix est aujourd'hui bien plus important, couvre un plus large spectre et est plus complexe qu'il ne l'a jamais été, avec 120 pays contributeurs de troupes militaires et policières présentes dans 17 missions de maintien de la paix dirigées et soutenues par le DOMP , totalisant environ 115 000 hommes et femmes au service de la paix.

 

Le discours du Secrétaire général a été le point d'orgue des ces 4 jours d'intenses discussions sur le maintien de la paix, de rencontres avec les responsables du DOMP, avec les conseillers militaires et de police des missions permanentes auprès des Nations Unies et avec les représentants de la presse.

 

De plus, les chefs des composantes militaires ont pris part mercredi dernier aux discussions du Conseil de sécurité sur les opérations de maintien de la paix.

 

Chaque année, la Conférence suit un programme de travail bâti autour d'une thématique. Cette année, le choix s'est porté sur des sujets tels qu'un maintien de la paix fort et le Projet Nouvel horizon.

Tout au long de la semaine, les militaires ont assisté à des conférences avec des hauts administrateurs du DOMP, dont M. Alain Le Roy, Secrétaire général adjoint pour les opérations de maintien de la paix, Mme Susana Malcorra, Secrétaire générale adjointe à l'appui aux missions et Mme Radhika Coomaraswamy, Représentant spéciale du SG pour les enfants et les conflits armés.

 

Parmi les autres sujets importants qui ont été discuté en profondeur, on peut citer : le centre d'opération conjoint/centre conjoint d'analyse de missions ; la sûreté et la sécurité (qui implique des personnels du Département de sûreté et de sécurité) ; les femmes, la paix et la sécurité, en relation avec les résolutions S/RES/1325  et S/RES/1820 du Conseil de sécurité) et la déontologie et la discipline.

 

Les chefs des composantes militaires des missions suivantes assistaient à la conférence : MINURSO, MINURCAT, MONUC, UNDOF, UNFICYP, FINUL, MINUK, UNMOGIP, UNOMIG, MINUT, UNTSO, MINUL, BINUB, MINUSTAH, MINUS et la MINUAD (Voir aussi : Noms des missions et sites internet ).

 

Pour le Général Agwai, Commandant des forces de la MINUAD et "Doyen" des chefs des composantes militaires, la Conférence était l'une des dernières activités de son mandat qui s'achève à la fin du mois, où il passera le commandement au Lieutenant-General Patrick Nyamvumba du Rwanda , qui assistait à la conférence en sa qualité de successeur.