* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record
L'ONU a besoin de plus de femmes dans ses contingents de police
10 août 2009 / 12:29

[New York | Auteur : iSeek]

UNMIT UN Police Officers | UN Photo/Martine Perret (187039)


Dans un nouvel effort, le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) s’efforce, à travers le monde, de recruter plus de femmes dans ses contingents de police sur le terrain.

 

Cette vague de recrutements survient à un moment où l'Organisation manque de 4000 policiers requis pour contribuer à remplir les mandats de ses missions de maintien de la paix qui continuent de croître à travers le monde.

 

L'Organisation souhaite que les Etats Membres augmentent, d’ici à 2014, la représentation des femmes servant dans les contingents de police au sein des missions de maintien de la paix, de 8% actuellement, à 20%.

 

En même temps, les programmes nationaux de formation des femmes souhaitant entrer dans les corps de police seront encouragés.

 

« Nous avons besoin de plus de femmes dans la police dès que possible», a déclaré Andrew Hughes, le Conseiller de l’ONU pour les questions de police, à l'occasion de la publication du rapport du Secrétaire général sur la résolution 1820 (Femmes, Paix et Sécurité - S/2009/362) et le débat ouvert au Conseil de sécurité le 7 août. Il a ajouté que « des progrès ont certes été enregistrés si l’on tient compte des 6% de femmes déployées au sein des contingents de police quand j'ai pris mes fonctions en 2007, mais ces progrès sont insuffisants et nous devons accélérer la tendance à la hausse». Des femmes servant dans des opérations de la paix de l'ONU sont représentées à tous les niveaux et des unités complètes y sont déployées.

 

Au Libéria par exemple, il y a une unité de police constituée formée exclusivement de femmes. L’ONU a indiqué qu'elle est déterminée à augmenter le nombre de femmes et s’emploiera activement à recruter des agents de police féminins, en particulier dans des grades élevés, afin de gérer la question de la disparité entre les sexes.

 

Actuellement, il y a 11000 policiers de l'ONU travaillant dans 17 missions de maintien de la paix autour du monde. Ils y jouent un rôle essentiel, y compris la formation et l’accompagnement des forces de police nationale par des leçons particulières sur la gestion des situations post-conflictuelles. Pour l’Organisation, la barre a été fixée à 15000 agents de police dans les opérations de maintien de la paix.

 

Le pouvoir d'émanciper

 

Hormis les tâches de police habituelle, les agents de police féminins apportent une dimension très utile qui s’ajoute au rôle essentiel que la police de l'ONU joue en créant la confiance et en maintenant l’ordre public pendant que ces contingents aident à la reconstruction de sociétés civiles après un conflit.

 

Andrew Hughes a déclaré que « quand les combats s'arrêtent, l’ordre public est ce qui apporte de nouveau la sécurité aux civils, et souvent, les plus traumatisés dans une société post-conflictuelle sont les femmes et les enfants ». Il a ajouté qu’ «une plus grande représentation des femmes crée et renforce la confiance au sein de communautés se relevant d’un conflit, et qu’une meilleure représentation des femmes aide la police de l'ONU à pendre en considération tous les besoins de la communauté.»

 

Ann-Marie Orler, l’adjointe au Conseiller de l’ONU pour les questions de police, a affirmé qu’en règle générale, les femmes et les enfants se sentent plus à l’aise en faisant cas de leurs expériences auprès des agents de police de sexe féminin, en plus du fait que les femmes et les filles sont plus motivées par la présence d’une femme à un poste d’autorité.

 

« Le déploiement de plus d’agents de police féminins dans des missions de maintien de la paix inspire davantage de femmes à joindre les rangs de la police locale, ce qui va à son tour donner aux pays contributeurs de troupes une base plus grande à partir de laquelle des femmes peuvent être recrutées.»

 

A la date de la fin juillet 2009, les dix plus grands contributeurs de troupes pour ce qui concerne les agents de police féminins étaient le Nigeria (167), l'Inde (128), l’Afrique du Sud (62), le Ghana (47), la Zambie (38), le Cameroun (29), le Népal (28), les Philippines (23), le Canada (21) et la Côte d’Ivoire (19).

 

Ces dix pays rassemblent plus de 60 pour cent des agents de police féminins actuellement déployés sur le terrain.

 

Celles qui ont servi par le passé et celles qui sont actuellement déployées dans les missions de maintien de la paix ont discuté des pratiques, des leçons et des défis rencontrés lors de leurs enquêtes sur les violences sexuelle et sexistes, dans le but d’une application effective des résolutions 1820 (S/RES/1820) et 1325 (S/RES/1325) du Conseil de sécurité sur les régions post-conflictuelles.

 

La rencontre de New York a également souligné l’importance du renforcement des capacités en faveur des agents de police féminins au sein des opérations de maintien de la paix et les services de police nationale.

Les participantes ont discuté de l’importance de promouvoir et renforcer les des programmes tenant compte des sexospécificités, ainsi que l’encouragement aux agents de police féminins afin que celles-ci femmes celles-ci soumettent leur candidature aux postes internationaux ouverts dans les missions de maintien de la paix. La table ronde, d’une demi-journée, a été organisée conjointement par le Centre Pearson pour le maintien de la paix (PPC), la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies et DOMP.