Please note that all PDF documents are marked as such and will open in a new browser window.
ALLOCUTION DE S. E. M. Joël W . ADECHI, REPRESENTANT PERMANENT CHEF DE LA DELEGATION DU BENIN A LA 55e SESSION DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES
22 September 2000 / 04:40

REPUBLIQUE DU BENIN



ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE

MONSIEUR Joël W . ADECHI


REPRESENTANT PERMANENT
CHEF DE LA DELEGATION DU BENIN
A LA 55e SESSION DE L'ASSEMBLEE

GENERALE DES NATIONS UNIES



NEW YORK, LE 22 SEPTEMBRE 2000






MONSIEUR LE PRESIDENT,



J'ai le plaisir de vous féliciter pour votre élection. Elle témoigne de l'estime que la Communauté Internationale porte à votre pays et à votre personne.



En vous souhaitant un grand succès dons la conduite de nos travaux, je voudrais vous assurer également de la collaboration sincère de la Délégation du Bénin.

Je voudrais ici rendre un hommage mérité à votre prédécesseur, MONSIEUR THEO BEN GURIRAB, Ministre des Affaires Etrangères de la NAMIBIE pour le travail remarquable qu'il a accompli.



Au vu de l'évolution des relations internationales, le Secrétaire óénéral de l'Organisation, Monsieur Kofi ANNAN a eu l'heureuse initiative de réunir les plus hauts représentants des peuples du monde, pour une concertation sur le nouve) ordre mondia) et sur le rôle que l'Onu serait appelé à y jouer.



Je souhaiterais lui en rendre un hommage mérité et souligner la conviction résolue et la compétence avec lesquelles il dirige l'Organisation.





MONSIEUR LE PRESIDENT,



Le Sommet du Millénnaire a révélé une fois de plus que le multilatéralisme et la coopération internationale demeurent l'approche la plus indiquée pour aborder les problèmes dons le contexte de la mondialisation.



Les bienfaits de Ia mondialisation restent en effet limités, en témoignent ies déséquilibres sur le plan économique et social qui caractérisent le monde aujourd'hui et portent atteinte à la dignité et aux droits humains.



L'enjeu est donc de canaliser le processus de mondialisation dans le sens du progrès économique et social pour le plus grand nombre.



Dons cette dynamique, l'Organisation des Nations Unies détient un avantage comparatif; elle est la seule institution à même d'incarner les valeurs universellement acceptées et la seule tribune susceptible d'organiser un débat fécond sur les questions mondiales ainsi que sur les voles et moyens pour les règler.



L'Organisation des Nations Unies est l'instance où les faibles et les marginalisés sont en mesure de faire entendre leur voix et de participer à la formation de consensus sur des questions d'intérêt commun.



En effet la mondialisation est aujourd'hui un fait accompli, il convient cependant de souligner qu'elle nest pas neutre.





La bonne gouvernance, la démocratie, la transparence doivent être consolidées au plan national mais égnlement Bans les relations internationals.



Ces principes doivent être appliqués aussi bien à l'intérieur de nos Etats qu'à l'égard des forces qui gouvernent la mondialisation et qui s'en servent comme auparavant pour se soustraire à toute forme de contrôle démocratique.



MONSIEUR LE PRESIDENT,



Les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont adopté au Sommet du Millénaire un document qui détermine les grandes lignes directrices de l'Organisation pour le XXIe siècle.



Il appartient maintenant à la Communauté Mondiale, donc à nos Etats, à la Société Civile et au Secteur Privé de manifester la volonté de mettre rapidement et résolument en oeuvre les orientations du Sommet pour traduire en actes le message d'espoir et la détermination dont ont fait montre les dirigeants du monde.



Le BENIN se réjouit qu'une attention spéciale ait été accordée à l'Afrique. Les initiatives prises en faveur du Continent nécessitent un appui franc des partenaires au développement dans le sens d'un partenariat et dune solidarité qui devraient pour l'essentiel passer par:





• Une solution durable au problème de la dette;



• Un ordre plus juste du système d'échanges

internationaux;



• Un appui en ressources f inancières;



• Un renforcement des capacites de production.



Nous souhaitons la mise en oeuvre effective des mesures pour l'intégration des pays en voie de développement dons l'économie mondiale en tenant compte des besoins particuliers des Pays les Moins Avancés en vue d'enrayer la dégradation de leur situation.



A ce titre, In tenue de is troisième Conférence des Nations Unies pour les Pays les Moins Avancés revêt une importance toute particulière.



II importe qu'elle aboutisse à des résultats concrets.



MONSIEUR LE PRESIDENT,



L'élimination de la pauvreté est l'un des défis que la Communauté Internationale n'a pas pu relever au XXe siècle. II est de notre responsabilité de nous atteler à cette tâche.



A ce titre, nous nous réjouissons de l'initiative prise par L'Administrateur du PNUD d'organiser une session ministérielle spéciale pour discuter de l'orientation stratégique du Programme des Nations Unies pour le Développement et de la nécessité de lui concéder les ressources indispensables pour lui permettre d'accomplir ses diverses missions.





Le BENIN compte sur le PNUD, organe principal de coordination de l'assistance au développement, pour relever les défis auxquels les pays en développement sont confrontés.



En saluant les pays qui ont annoncé un accroissement de leurs apports au titre de l'Aide Publique au Développement, je voudrais lancer un appel pour qu'un équilibre puisse être restauré au profit des ressources budgétaires de base pour permettre de réaliser les programmes et projets inscrits dons les priorités des gouvernements.



Pour ce qui est du financement du développement, il est notamment indispensable d'assurer une meilleure mobilisation des ressources ainsi qu'une meilleure coordination des actions de développement intégrant tous les partenaires y compris les Institutions de BRETTON - WOODS.



MONSIEUR LE PRESIDENT,



La réalisation de tous ces plans et programmes ne pourra intervenir que dons un environnement où la paix et la sécurité sont garanties.





C'est pourquoi le BENIN a accueilli avec beaucoup d'intérêt le rapport BRAHIMI qui fait une analyse approfondie des opérations de Maintien de la Paix.



MONSIEUR LE PRESIDENT,



Depuis sa 52e Session, l'Assemblée Générale soutient le BENIN pour l'organisation de la IVème Conférence Internationale des Démocraties nouvelles et rétablies qui se déroulera à COTONOU du 4 au 6 Décembre 2000. Cette Conférence sera sans nul doute une étape importante daps la marche de la Communauté Internationale vers la consolidation des principes démocratiques. A cette occasion, les pays de vieilles démocraties et ceux des démocraties nouvelles échangeront leurs expériences et prendront des engagements visant à la promotion de la démocratie, la paix et la stabilité politique et le développement. COTONOU se prépare à vous accueillir et souhaite que vows répondiez massivement à son invitation.



Je vous remercie.