* en anglais
BigLogo.gif UN Member States on the Record

L’ONU salue la mémoire de ses disparus en Haïti lors du troisième anniversaire du séisme

Publié : lundi 14 janvier 2013, Port-au-Prince | Auteur : MINUSTAH



La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a rendu hommage à ses 102 personnels disparus lors du séisme du 12 janvier 2010, tout en réitérant son engagement à la reconstruction du pays aux côtés des autorités haïtiennes.

"Aucun mot n’est assez puissant pour exprimer notre détermination à poursuivre le travail auquel ils croyaient", a déclaré Ban Ki-moon dans un message lu par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, lors d’une sobre cérémonie commémorative en compagnie des familles et amis des victimes au siège de la MINUSTAH à Port-au-Prince. "Ils ont travaillé ici, en Haïti, un pays où les besoins sont immenses, pour contribuer à bâtir une vie meilleure, une vie plus sûre, pour des millions de personnes", a dit M. Ban.

"Aujourd’hui notre principale priorité doit être d’aider Haïti à redevenir un endroit qui inspire l’espoir, où l’état de droit prévaut, où les institutions démocratiques perdurent, où les droits de l’homme sont respectés, où les habitants ont accès à l’éducation et à l’assainissement", a poursuivi le Chef du Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, en visite de quatre jours dans le pays.

Quant a lui, le Représentant du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Mariano Fernández Amunátegui, a réitéré l’engagement de l’ONU auprès des autorités haïtiennes qui se sont "résolument engagées dans la reconstruction des infrastructures et la relance de l’économie", a dit le Chef de la MINUSTAH lors de cette cérémonie.

À la veille du troisième anniversaire du séisme dévastateur, le personnel de la MINUSTAH et des familles et amis des victimes ont déposé une centaine de roses blanches sur le mémorial du séisme dans l’enceinte de la MINUSTAH. Le drapeau de l’ONU a été mis en berne alors qu’un Casque bleu du contingent Brésilien de la MINUSTAH jouait la sonnerie aux morts.

Pour Thales Mardochee, membre du personnel haïtien de la MINUSTAH, cette tragédie qui a coûté la vie a plus de 200.000 personnes et privé plus de 1,5 millions d’Haïtiens de logements, "nous a fait comprendre la nécessité de faire mieux, de construire mieux a l’avenir".

Le lendemain, le 12 janvier, les familles et le personnel se sont recueillis, au son des chants religieux des églises de Port-au-Prince, sur le site de l’Hôtel Christopher, qui hébergeait le Quartier Général de la Mission lors du séisme.

Visiblement ému, M. Ladsous, qui a dit avoir "des amis personnels de 20 ans parmi les victimes", a fait part de sa tristesse mais en même temps de "la conviction que nous devons à nos amis qui sont tombés de poursuivre la mission et de la mener à bien", a indiqué le Chef des Casques bleus après avoir déposé une gerbe de fleurs blanches devant le site en pente, qui fut complètement rasé lors du séisme.

Venu en Haïti depuis les Etats-Unis pour l’occasion en compagnie de sa mère et de sa belle-sœur, Gregory Grene espère y voir un jour un monument afin "de ne pas oublier".

Son frère jumeau, Andrew, qui travaillait comme Assistant Spécial du Chef de la MINUSTAH Hedi Annabi, a péri dans l’effondrement de ce bâtiment de six étages en compagnie du Représentant spécial.

"Pour moi, ce site est sacré, c’est là que des personnes ont donné le plus grand présent que peut donner l’homme dans la poursuite des idéaux des Nations Unies", a t’il expliqué.

Andrew s’apprête à retourner en Haïti en mars enseigner l’Anglais dans un lycée de Cité Soleil qu’il a fondé dans ce quartier populaire de la capitale en mémoire de son frère jumeau.

Cliquez ici pour accéder à la galerie photo de la cérémonie.