Please note that all PDF documents are marked as such and will open in a new browser window.
BigLogo.gif UN Member States on the Record

From Many, One - The Basics of International Police Peacekeeping

Jeudi, 21 novembre 2013, Global | DOMP|DAM|OROLSI

Ces dernières années, entre 80 et 100 pays ont fourni des membres de la police aux Nations Unies dans le cadre de ses opérations et missions à travers le monde. Cette richesse unique d’autant de cultures, de parcours éducatifs différents, ainsi que de traditions de police, est l’un des plus grands atouts de la police des Nations Unies. 

Dans le même temps, cet atout entraîne à la fois des responsabilités lorsqu’il s’agit de la formation, de la planification et de la mise en œuvre du large éventail de mandats qui est confié à la police des Nations Unies. La police de proximité au Nigeria n’est pas la même que celle en Nouvelle-Zélande. Le maintien de l’ordre public et la gestion de la foule en Argentine, en Australie, au Sénégal ou en Serbie sont des concepts très différents, qui nécessitent des formations et des équipements différents.

Afin de se mettre d’accord sur un concept de base, sur des principes et des tâches, ainsi que sur la manière dont opère la police des Nations Unies, la Division de la police a entrepris un large processus de consultation, qui a duré deux ans, afin d’établir un Cadre stratégique d’orientation de la police de l’ONU : une « constitution », en quelque sorte, qui établit les éléments de police internationale de maintien de la paix. Dirigé par la Division de police, avec le généreux soutien du gouvernement norvégien, ce processus a été mené de façon très marge et inclusive.

Il a démarré par des consultations avec l'Assemblée générale et son Comité spécial des opérations de maintien de la paix. Il s’est ensuite poursuivi par le biais de cinq consultations au niveau régional, qui se sont déroulées en Argentine, en Éthiopie, en Indonésie, en Jordanie et en Ukraine. Au cours de ces réunions, les participants ont discuté et débattu des principes d’orientation. Chaque réunion a notamment rassemblé des inspecteurs généraux, des directeurs ou des ministres. Tous les partenaires de la police des Nations Unies, dont l'Union africaine, l'Union européenne, INTERPOL, l'ONUDC, le PNUD – entre autres- ont participé au développement de ce Cadre stratégique.

Ce Cadre stratégique d’orientation a ensuite été présenté au Groupe de travail du Conseil de sécurité, présidé par le Pakistan, en date du 15 novembre.

Le Cadre stratégique d’orientation précise les fonctions premières de la police du maintien de la paix des Nations. Il fixe les approches en matière de renforcement des capacités et identifie les principes fondamentaux sur la base desquels opère la police de l'ONU. Il met aussi l'accent sur la conservation et le partage de bonnes pratiques et vise à assurer une cohérence entre les missions tout en tenant compte de diversité des mandats. Enfin, ce document place les droits de l'homme et de la responsabilité au centre du travail des agents de police de l'ONU partout dans le monde.

Enfin, une dernière réunion de haut niveau a été organisée avec la police mondiale de proximité, à la mi-octobre, au Royaume-Uni. Elle a notamment rassemblé le Sous-Secrétaire général à l’état de droit et aux institutions chargées de la sécurité au Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), Dmitry Titov, et la conseillère pour les questions de police et ex-Secrétaire générale adjointe, Margaret Joan Anstee. Le Cadre a été approuvé à cette occasion et est actuellement finalisé au Siège de l'ONU, à New York.

Le Cadre stratégique d’orientation sera publié au mois de décembre 2013, avant d'être déployé en tant que cadre général global axé sur des orientations thématiques en 2014.