Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1339     Date: 22-05-2007
 
       
     
 

Bientôt une table ronde des bailleurs de fonds  pour appuyer le programme du gouvernement congolais

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le représentant spécial de l’UE(Union européenne) pour la région des Grands Lacs, Roeland Van De Geer a annoncé à l’issue des entretiens, vendredi à Kinshasa, avec le Président de la République Joseph Kabila Kabange, l’organisation dans les mois à venir d’une table ronde  des bailleurs de fonds destinée à mettre en place un programme en vue d’appuyer les initiatives prises par le gouvernement congolais dont le plan commun a été préparé avec le concours de la communauté internationale.

« C’est le gouvernement élu qui doit prendre des initiatives, tandis que l’UE est prête à les appuyer, » a – t – il déclaré. Il a souligné l’engagement de l’UE d’apporter son appui sur les dossiers ayant trait au développement de la RDC, particulièrement en ce qui concerne la santé, l’éducation, les infrastructures et l’animation rurale.

Le diplomate européen a par ailleurs défini la priorité des priorités de l’UE en RDC, laquelle porte sur le secteur de sécurité, la reforme de l’armée,  la police et la justice. « Nous sommes en train de préparer cette action sous la direction du gouvernement,»  a-t-il précisé. Au regard de la situation qui prévaut à l’Est du pays, il a promis d’entamer les discussions avec les groupes armés et de créer une perspective socio-économique à travers la coopération au développement.

Il a enfin  formulé le vœu de revenir le plus tôt possible en RDC afin de concrétiser l’appui de l’UE sur le plan politique et sécuritaire de même que sur le plan du développement avec le concours du bureau de la Commission européenne établi à Kinshasa.

La conseillère principale Chantal Safou représente le Chef de l'Etat à la Commémoration de 85 ans de naissance de Mme De Meyer

Kinshasa, 21/05  (ACP).-  Mme Chantal Safou, conseillère principale du Chef de l'Etat au Collège Socio culturel, a représenté, le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, à la cérémonie grandiose organisée vendredi au lycée Motema Mpiko, dans la commune de Kasa Vubu, à l'occasion du 85ème  anniversaire de naissance de Mlle Françoise De Meyer, fondatrice et préfète de cette école, laquelle totalise cette année 40 ans d'age depuis sa création. Mlle De Meyer qui, dans son mot de circonstance, a loué le Seigneur pour avoir fait du Lycée Motema Mpiko un ''creuset pour la formation de l'excellence et de l'élite féminine en RDC'', a félicité et remercié le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, pour avoir ramené la paix en RDC , l'unité nationale et l'amour de la patrie, gages indispensables en vue d'une éducation saine comme facteur de tout développement.''

Pour sa part, Mme Chantal Safou, elle même ancienne élève du Lycée Motema Mpiko, a fait remarquer à ''toutes les anciennes collègues de promotion'', qu'elles ont, ensemble, la lourde obligation patriotique de se resserrer les coudes autour du Chef de l'Etat, Joseph Kabila Kabange, en vue de l'aboutissement de ses cinq chantiers, notamment dans le domaine  social.

''Nous avons été formées dans la meilleure école par la meilleure de toutes les mères qu'est Mlle De Meyer, dont la sévérité nous a forgées'', a-t- elle souligné, ajoutant ''qu’en famille comme dans nos familles respectives, nous nous distinguons''. Pour Mme Safou, la femme intellectuelle congolaise a un défi à relever aux cotés du Chef de l'Etat , en ce qui concerne l'éducation de l'élite de demain, sans distinction de tribu, de religion ni de couleur politique.

Mme Masela Georgette, présidente de l'Association des anciennes élèves du Lycée Motema Mpiko, a, quant à elle, présenté les anciennes élèves du Lycée Motema Mpiko qui ont été élevées à de hautes fonctions politiques, notamment Mme Chantal Safou, conseillère principale du Chef de l'Etat au collège Socio culturel, Colette Tshomba, vice ministre en charge des Congolais de l'étranger, Chantal Kanyimbo, journaliste et présidente de l'Union nationale de la presse du Congo(UNPC) et Mme Baelila Espérance, première femme congolaise docteur en sciences de communication.

Assemblée Nationale : le rapport « Bas-Congo » examiné à huis clos

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le rapport de la Commission parlementaire sur les événements qui ont fait des dizaines de morts fin décembre, début janvier dans trois villes de la province du Bas-Congo, est examiné depuis vendredi à huis clos en vue de son approbation par les députés au Palais du peuple, a constaté l’ACP au cours de la plénière présidée par Vital Kamerhe, président de l’Assemblée Nationale.

Le huis clos requis est conforme à l’article 183 du Règlement intérieur de la Chambre basse du Parlement  congolais, qui stipule notamment que « la Commission d’enquête délibère conformément au Règlement intérieur et toutes ses réunions se tiennent à huis clos. Ses membres sont tenus au secret des délibérations et des documents qu’ils ont des enquêtes ».

Le président de l’Assemblée Nationale, a soumis au débat la motion du député Jean-Claude Mvuemba, qui a sollicité un débat public  « compte tenu de l’importance de la question », mais la majorité des membres de l’Assemblée a soutenu le prescrit de l’article 183. Toutefois, la plénière a décidé que les conclusions du rapport soient rendues publiques après le débat à huis clos.

La Commission sur les événements du Bas-Congo, présidée par le rapporteur adjoint de l’Assemblée Nationale, Egide Michel Ngokoso, était chargée de faire la lumière sur les tueries du 31 décembre 2006 et 1er janvier 2007 à Matadi, Boma et Muanda, trois villes de la province du Bas-Congo (Ouest). Le gouvernement avait retenu le chiffre officiel de 87 morts contre plus de 130 morts des sources indépendantes, au cours de ces événements consécutifs à des manifestations du groupe politico-religieux « Bundu Dia Kongo », violemment réprimées par les forces de l’ordre. Les ministres de l’Intérieur, Décentralisation et Sécurité et celui de la Défense Nationale avaient fait l’objet des questions orales à l’Assemblée Nationale, dont la plénière avait décidé la mise sur pied d’une Commission d’enquête. Celle-ci devait établir les responsabilités de ces tueries afin que les auteurs soient sanctionnés. Le rapport de la Commission, jugé très sensible, était très attendu par l’opinion.

Auparavant, M. Kamerhe avait exprimé la satisfaction du bureau de l’Assemblée Nationale sur la réaction de l’exécutif à quelques recommandations de la plénière en rapport avec des questions orales adressées à quelques membres du gouvernement et à des responsables des entreprises publiques.

L’Assemblée Nationale se réjouit notamment de certaines décisions prises par le gouvernement  notamment le fonds mis à la disposition de la Minière de Bakwanga (MIBA) pour résoudre des problèmes sociaux et de l’ordre dans le secteur minier, les mesures pour endiguer l’insécurité créée par les Mbororo à la frontière avec le Soudan et pour lutter contre l’insécurité à l’Est du pays. La Chambre basse se félicite également du prolongement du mandat de la MONUC. M. Kamerhe a affirmé à ce sujet, que dans le cadre de la diplomatie parlementaire, l’Assemblée Nationale suivra l’exécution de toutes ces actions.

Vital Kamerhe souligne les efforts du gouvernement  pour restaurer la sécurité au Sud-Kivu

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le président de l’Assemblée Nationale, Vital Kamerhe, a souligné, dans une récente déclaration dans le territoire de Mwenga, les efforts entrepris par le gouvernement en vue de restaurer la sécurité dans le Sud-Kivu.

« Nous pouvons dire qu’il y a un effort qui a été fait, même si l’ennemi est encore là », a-t-il dit à la population sur la route Bukavu-Mwenga (120 km), partie considérée comme bastion de l’insécurité. Il a affirmé, avoir été instruit par le n° 1 de l’Exécutif, le Président  Kabila, pour se rendre compte dans cette partie du pays, en marge des funérailles de l’ancien gouverneur du Sud-Kivu, conduit à sa dernière demeure à son village natal aux environs de Mwenga, de la situation sécuritaire qui y prévaut.

M. Kamerhe a relevé à cette occasion, les préoccupations des députés du grand Kivu sur l’insécurité qui prévaut dans leur région, préoccupation que le président de l’Assemblée Nationale affirme avoir transmises au Chef de l’Etat. Il a rassuré les populations du Sud-Kivu en général et de Bukavu en particulier de la détermination des institutions de la RDC à réaliser les promesses faites au peuple, tout en fustigeant tous les sapeurs et déstabilisateurs de l’action gouvernementale et le comportement de tous ceux qui leur prêtent le flanc.

M. Kamerhe a relevé la rumeur et l’intoxication qu’il considère comme une arme « largement utilisée » par les fossoyeurs de l’action gouvernementale. Il a, pendant des heures à Bukavu, entretenu les responsables de l’Enseignement supérieur et universitaire sur les malentendus au sein des populations du grand Kivu à l’égard des institutions de la République, les invitant en définitive à la confiance en leurs dirigeants.

« Chers frères et sœurs, c’est dans le moment de douleur qu’un peuple uni et fort peut maîtriser son destin », a-t-il déclaré.

Vital Kamerhe, témoin du démarrage au Sud-Kivu d’un des cinq chantiers du Chef de l’Etat

Profitant de son séjour au Sud-Kivu où il a représenté le Président de la République aux obsèques de l’ancien vice-gouverneur de cette province, Léon Mumate Nyamatoma, décédé la semaine dernière à Kinshasa, M. Kamerhe a été agréablement surpris et témoin du démarrage de l’un des cinq chantiers énoncés dans le programme quinquennal du gouvernement, à savoir la reconstruction et la réhabilitation des infrastructures du pays.

En effet, sur la route Bukavu-Walikale-Mwenga (120 km), M. Kamerhe a été édifié par une intense activité dans des chantiers ouverts sur ce tronçon routier d’intérêt national, en vue de sa réhabilitation, par des autochtones avec l’appui logistique d’une société chinoise de génie civil. Impraticable et abandonnée depuis belle lurette à la suite des guerres qui ont ravagé la province du Sud-Kivu, la route Bukavu-Mwenga est d’une importance économique indéniable, en ce qu’elle se prolonge jusqu’à Mbuji-Mayi, au Kasaï Oriental, en passant par Kasongo, dans le Maniema, permettant ainsi la circulation des personnes et des biens. Le président de l’Assemblée Nationale et sa délégation ont constaté, avec bonheur, que depuis quelques mois, cette route est redevenue accessible, au point que, bravant l’insécurité qui caractérise cette partie du pays, ils ont pu effectuer en voitures, en aller-retour Bukavu-Mwenga-Bukavu le même jour, alors que le trajet était couvert auparavant en deux ou trois jours. M. Kamerhe a sensibilisé les jeunes auxquels il s’est adressé, à participer à la reconstruction du pays.

Léon Mumate inhumé auprès des siens dans le territoire de Mwenga

Le président de l’Assemblée Nationale, délégué par le Chef de l’Etat, a assisté à l’inhumation auprès de ses ancêtres près de Mwenga de l’ancien vice-gouverneur du Sud-Kivu, mort en début de la semaine dernière à Kinshasa. M. Kamerhe a présenté les condoléances du Président Kabila à la famille du défunt et à toute la population du Sud-Kivu dans son oraison funèbre tant à Bukavu qu’au lieu de l’inhumation.

Signature d’un protocole d’accord dans le cadre du Budget 2007 entre le le gouvernement et l’Intersyndicale de l’Administration publique 

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le ministre du Budget, M. Adolphe Muzito, a supervisé samedi sur instruction du Premier ministre, M. Antoine Gizenga Funji, la cérémonie de signature entre le gouvernement et l’Intersyndicale de l’Administration publique de la RDC d’un protocole d’accord qui vise à rechercher les voies et moyens d’accroître les recettes devant permettre à l’Etat de renforcer sa capacité financière, de manière à améliorer les conditions de vie des agents de l’Etat.

M. Muzito a rappelé que les concertations qu’il a suivies de l’amont en aval ayant regroupé les experts du gouvernement et des régies financières (DGRAD, OFIDA et DGI) ainsi que l’Intersyndicale, ont tenu compte de la volonté affirmée par le Premier ministre qui, dans son discours de politique générale du 24 février 2007 devant l’Assemblée Nationale, avait pris l’engagement d’associer les syndicats dans l’élaboration du Budget 2007.

Il a rendu hommage aux Régies financières représentées par leurs hautes directions pour avoir accepté de dégager les recettes additionnelles nécessaires à agrandir l’assiette financière du gouvernement avant de dévoiler quelques innovations contenues dans le Budget 2007 avec notamment la prise en compte des secteurs de la presse, l’aide indirecte pour la presse privée et le bénéfice des redevances pour les médias publics, de l’éducation et de la Culture.

Pour ce qui est du protocole d’accord proprement dit, le gouvernement et l’Intersyndicale se sont accordés à constater ensemble que le gouvernement est entré en fonction le 24 février 2007 en l’absence du Budget 2007 ; ce qui a amené l’Exécutif à fonctionner sur base des crédits provisoires.

Les deux se sont aussi engagés à poursuivre l’effort de mobilisation des recettes et à consacrer les recettes additionnelles à l’amélioration des rémunérations des agents de l’Etat, en tenant compte de l’augmentation du budget 2007, lors de son prochain aménagement. Ils se sont aussi entendues à mettre en place « un comité de suivi de l’exécution du Budget 2007 » dans le souci de la gestion transparente des recettes de l’Etat et la préservation de la paix sociale.

L’Intersyndicale a réitéré à travers le même document son engagement à accompagner le gouvernement dans ses efforts de mobilisation des recettes non seulement en 2007, mais aussi durant toute la législature en vue de la réalisation optimale de cinq (5) chantiers du Chef de l’Etat. Tout différend surgissant du non respect du protocole sera réglé de façon concertée entre les signataires, avant d’être soumis à l’arbitrage du Chef de l’Etat.

Satisfaction du gouvernement pour le travail accompli

Le ministre de la Fonction publique, M. Zéphirin Mutu Diambi,  a exprimé la satisfaction du gouvernement dans son mot de clôture des travaux de revitalisation des prévisions budgétaires préfigurées 2007 par les syndicats de l’Administration publique. Il a reconnu que c’est la perspicacité et la ténacité des syndicalistes qui ont éclairé des experts sur certaines réalités auxquelles personne n’avait fixé son attention.

Il a aussi remercié son collègue du budget pour « avoir concrétisé rapidement et mis en application les recommandations du Premier ministre qui voulait que les fonctionnaires et agents de l’Etat soient certainement associés à l’élaboration du budget. Les travaux se sont déroulés en deux étapes à savoir, l’exploitation des données budgétaires préfigurées par le banc syndical et la conciliation des chiffres des prévisions avec les estimations des syndicalistes.

La promesse et les préoccupations de l’Intersyndicale

Le porte-parole de l’Intersyndicale a réitéré l’engagement de tous les fonctionnaires de l’Etat à travailler dans la  transparence à côté du gouvernement dans la perspective de faire redécoller la RDC, reconstruire le pays, nourrir, loger et vêtir les Congolais. Il a épinglé des secteurs dont les recettes échappent au Trésor public, à savoir, les secteurs miniers, forestiers, pétroliers et celui des Télécommunications. Ajouter à cela, l’absence de l’arsenal juridique.

Le quitus des régies financières

Le Directeur général de la DGI, M. Sam Bokolombe, l’ADG de l’OFIDA, M.  Déo  Ruguiza et le DG de la DGRAD, M. Jean Kalala, ont rassuré que les régies vont réaliser des recettes additionnelles comme décidées les experts ensemble avec l’Intersyndicale en soulevant quelques difficultés. Ces recettes sont estimées à 4.751.888.469 CDF pour la DGI ; 7.944.440.000 CDF pour l’OFIDA et 11.141.636.114 CDF pour la DGRAD. On a noté la participation des syndicats COSSEP, CGSP, COSEL, USSP, CSP, ISPEN, COSAP.

Célébration aux FCK de la 41ème Journée mondiale des communications sociales

Kinshasa, 21/05 (ACP).- La faculté des Communications sociales des Facultés catholiques de Kinshasa (FCK) a célébré samedi au sein de cette institution d’enseignement supérieur à Kinshasa la 41ème journée mondiale des communications sociales sous le thème « les enfants et les médias : un défi pour l’éducation » avec l’appui de l’UNESCO. Le recteur des FCK, Abbé Hyppolite Ngimbi Nseka, a, dans son mot de bienvenue, indiqué que la Faculté des communications sociales célèbre avec l’Eglise universelle la 41ème édition avec le thème que le Pape Benoît XVI a proposé pour la réflexion.

A travers ce thème, a-t-il dit, le Pape les a invité à réfléchir sur la formation des enfants et des médias. Il a enfin formulé le vœu de voir le ministre de l’Information, Presse et Communication nationale Toussaint Tshilombo Send, faire des médias un défi de l’éducation. Dans son mot de circonstance, le Doyen de la Faculté des Communications sociales Pr. François-Xavier Budim’Bani Yambu, a rappelé la mission des médias et les objectifs de la journée notamment l’éducation aux médias et l’éducation pour les médias.

La Journée mondiale des Communications sociales, a-t-il souligné, instituée depuis 1966, cette année le pape a voulu que le monde soit sensibilisé sur l’éducation des enfants sur les médias. M. Budim’bani a proposé des questions que les professionnels des médias, les professeurs et autres devraient prendre en compte pour l’éducation des jeunes aux médias.

Pour le représentant de l’UNESCO en RDC, Habubacar Diarra, le thème choisi par le Pape réjoint les préoccupations de son institution dans l’éducation, la formation de la jeunesse aux médias. L’UNESCO, a-t-il conclu, reste disposé à encourager les initiatives visant l’éducation des enfants.

Mise sur pied bientôt de la commission de révisitation des grilles des programmes radiotélévisés

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le ministre de l’Information, Presse et Communication nationale, M. Toussaint Tshilombo Send, a annoncé, samedi, à l’occasion de la 41ème Journée mondiale des communications sociales, aux facultés catholiques de Kinshasa (FCK), la mise sur pied imminent de la commission de revisitation des grilles des programmes radio-télévisés.

Cette décision du ministre Tshilombo intervient à la suite du constat déplorable de la non prise en compte de l’enfant dans la confection des grilles des programmes radiotélévisés et des rubriques des organes de presse écrite. Ce constat a été appuyé par une étude faite par le Pr. Munganga des facultés catholiques de Kinshasa, sur un échantillon de 12 chaînes de télévision émettant à Kinshasa qui démontrent le faible volume des émissions destinées à l’enfant.

En outre, le ministre Tshilombo a préconisé l’envoi des patrons de presse et directeurs des programmes en séminaire de perfectionnement pour la confection des grilles des programmes  radiotélévisés qui octroient des tranches raisonnables à l’enfant. Dans son mot de bienvenu, l’abbé recteur des FCK a recommandé  qu’ensemble, l’on conjugue des efforts pour faire des médias un acteur de l’éducation afin de faire bénéficier à l’enfant les valeurs éducatives positives. Pour sa part, le Pr. Budimbani Yambu, doyen de la faculté des Communications sociales, a souhaité que l’organisation de cette journée sensibilise tout le monde sur l’éducation des enfants aux médias et par les médias.

Le Pr. Lino Mpungi a plaidé pour les médias systématisés et intégrés dans le processus de l’éducation des enfants. Enfin, les élèves de l’école « La Gazelle » ont fait une démonstration sur l’éducation des enfants aux médias et par les médias avec ce qu’ils comportent comme influence sur le comportement des enfants.

Investiture du gouvernement provincial du Bas-Congo

Matadi, 21/05 (ACP)-. L’Assemblée provinciale du Bas-Congo a adopté vendredi à l’unanimité, le programme quinquennal du gouvernement provincial, l’ayant jugé réaliste et réalisable au regard des paramètres et des ressources à impact visible susceptibles de générer les recettes disponibles pour sa concrétisation. Elle a, au terme d’une séance plénière publique dirigée par l’Honorable François Kimasi Mantuika Basaula, son président, dans la salle des banquets du flat hôtel Ledya, accordé l’investiture au gouvernement provincial, en présence du vice-gouverneur Déo Nkusu Kunzi Bikawa et des ministres provinciaux .

 L’honorable François Kimasi qui s’est dit optimiste quant à la réussite du processus du développement du Bas-Congo, grâce à la retenue à la source des 40% des recettes à caractère national, a exhorté la population à la vigilance tous azimuts afin de dénoncer tout mouvement suspect de transfert des fonds du Bas-Congo vers Kinshasa.

       
 

La Mission Evangélique de l’Amour au Congo impliquée dans la réalisation des œuvres sociales à Kinshasa

Kinshasa, 21/05 (ACP) -La Mission Evangélique de l’Amour au Congo (MEAC), une association sans but lucratif (ASBL) implantée à Kinshasa, est impliquée dans la réalisation des œuvres sociales dans la capitale congolaise conformément à sa mission évangélique, médicale et sociale.

Le rév. Pasteur Suin Jong Chul, représentant légal de la MEAC, l’a déclaré vendredi , à l’occasion de la cérémonie de la pose de la première pierre par les autorités ecclésiastiques et  municipales pour la construction des édifices devant abriter des bâtiments des œuvres sociales dans le site Dialogue inter congolais de la N’Sele à Kinkole, dans la commune de la N’Sele à Kinshasa. « Dans le domaine de l’évangélisation, la MEAC a déjà érigé un grand temple d’une capacité de 1000 places et un centre de formation biblique à Kinshasa et dans le domaine médical, un centre de santé situé dans la même parcelle que le temple, est opérationnel depuis une année », a indiqué le rév. Sun avant de relever  que dans le cadre des missions dévolues à la MEAC il y a  plusieurs autres projets en gestation notamment la construction d’un grand temple, d’un grand hôpital et plusieurs établissements d’enseignement primaire, secondaire, professionnel ainsi que supérieur et universitaire. Créée le 15 Octobre 2000 à Kinshasa et disposant de la personnalité juridique sous le numéro 747, la MEAC a son siège social dans le quartier Matadi, dans la commune de Masina.

Cinq enfants d’une même famille tués par la foudre à Tshinkuma/Bukonde

Kananga, 21/05 (ACP).- La foudre a tué sur le coup cinq de huit enfants d’une même famille dans le village de Tshikuma, situé à 15 km de la mission catholique de Bukonde dans le territoire de Dibaya au Kasaï Occidental. Les trois rescapés de ce drame qui a plongé dans la nuit de mardi à mercredi toute la contrée de Bukonde dans une grande émotion, ont eu la vie sauve après plusieurs séances de réanimation pratiquées par des personnes venues à leur secours.

Une jeune femme enceinte de quelques mois seulement figure parmi les cinq victimes de cette foudre. Le refus des parents de la victime de restituer la dot au premier conjoint au lendemain de son remariage aurait provoqué cette foudre « dirigée », à en croire les croyances du milieu.

Une nouvelle association des malfaiteurs dénommée « Ecurie Congo Ebeba » à Matete

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le quartier Kinsaku dans la commune de Matete fait face à l’apparition d’une nouvelle association des malfaiteurs dénommée “Ecurie Congo Ebeba” (Une bande pour la destruction du Congo), dont les membres, pour la plupart, délinquants et fumeurs de chanvres, sèment des troubles dans d’autres quartiers de la commune, à indiqué en fin de semaine à l’ACP, le commandant de la Police Nationale Congolaise (PNC), chef de section du district de Matete.

     

 

Changement à la tête de la direction provinciale de la SONECA/Bas-Congo

Matadi, 21/05 (ACP) -. Un changement a été opéré à la tête de la direction provinciale de la SONECA (Société nationale des éditeurs, compositeurs et auteurs), section du Bas-Congo, par la nomination d’un nouveau directeur provincial en la personne de M.  Jean-Daniel Nalumbu bia Nkunzu, en remplacement de Mpanzu  Bakanikina, révoqué de ses fonctions.

Dans les milieux  de la SONECA à Matadi, on renseigne que M. Mpanzu Bakanikina  a été révoqué de ses fonctions pour mauvaise gestion, notamment  des détournements des recettes générées par le service, à l’instar de M. Charles Mbungu, ancien chef de bureau de la SONECA/Boma qui a été également révoqué  pour le même motif. Jean-Daniel Nalumbu, ancien responsable de la SONECA dans la province du Bas-Congo, regagne son poste au terme d’une mutation à la direction générale de la SONECA, à la grande satisfaction de ses anciens collaborateurs.

Appel à doter le Bas-Fleuve d’un inspecteur de travail

L’inspecteur urbain de travail de Boma, Vela Tshimpi, vient de  lancer un appel à la haute hiérarchie de la Fonction publique afin qu’elle nomme un nouvel inspecteur de travail  au district du Bas-Fleuve, en remplacement de M. Michel Sita Mbelo, retourné à Kinshasa à sa propre demande.

Selon M. Vela Tshimpi qui s’entretenait  dernièrement avec un journaliste de l’ACP, le départ de M. Sita était motivé par un conflit ayant éclaté entre ce dernier et la population locale.  Pour combler ce vide, M. Vela s’efforce de cumuler les deux postes depuis l’année 2004, partageant son temps entre la ville de Boma et le district du Bas-Fleuve.

Célébration à Kisangani de l’an 10 du renversement de la dictature en RDC

Kisangani, 21/05 (ACP).- La commémoration du 10ème anniversaire du renversement de la dictature mobutienne en République Démocratique du Congo par l’AFDL a été marquée à Kisangani par un culte d’action de grâce célébré en l’église St Joseph artisan dans la commune urbaine de la Tshopo au chef lieu de la province Orientale. Cette messe s’est déroulée en présence du président de l’Assemblée provinciale, Léon Déon Bassango, du nouveau maire de la ville, Augustin Osumaka, et de plusieurs personnalités.

Dans son homélie tiré du livre du prophète Jérémie, l’officiant du jour, le Curé de cette paroisse, l’Abbé Hubert Buse Meluma, a indiqué qu’il n’y a  un grand et réel amour que de donner sa vie, de se sacrifier pour les autres comme l’ont fait tous ces citoyens du pays plus précisément ceux de la Province Orientale, fauchés innocemment par les balles pour la restauration de la paix sociale en Rd Congo.

« Nous avons porté assez longtemps le deuil, il faut que ça se termine, car l’Eternel Dieu voudrait que nous vivions tous heureux, dans un environnement épris de paix. Cette paix signifie la protection des personnes et de leurs biens, la rémunération conséquente des employés après un travail rendu, la restauration de la bonne politique distributive ainsi que de la bonne gouvernance » a-t-il dit.

L’Abbé Hubert Buse Meluma a, en outre, invité tout un chacun à méditer sur le véritable sens à donner aux cinq (5) chantiers prônés par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange dans son programme d’action.

« Le pouvoir vient de Dieu, c'est-à-dire se mettre au service de la communauté et non profiter de sa position sociale pour s’enrichir au détriment de cette même communauté qui vous a porté au pouvoir » a-t-il affirmé enfin.  

Commémoration de la journée du 17 mai à Bandundu

Une messe d'action de grâces a été célébrée  jeudi à l’initiative de la mairie de la ville de Bandundu à la paroisse St. Hippolyte, dans la commune de Basoko, en présence des notabilités locales,pour commémorer le 10ème anniversaire de la prise du pouvoir par l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) qui est venue à bout de 32 ans du régime dictatorial du Maréchal Mobutu Sese Seko,a t-on constaté. 

Dans son homélie, l'abbé curé Onésime Muyembe a dit que Patrice Lumumba et Laurent Désiré Kabila,deux libérateurs de la RDC et héros nationaux, sont morts mais d'autres Lumumba et Kabila existent pour perpétuer cette lutte contre l'oppression des peuples. Il a indiqué que cela ne pouvait en être autrement du fait que le sang des martyrs est la semence de nouveaux convertis.

 Il a appelé ensuite l'assistance à réfléchir en profondeur sur le sens du sacrifice suprême accepté par ces héros nationaux pour sortir le peuple congolais de la servitude. Le gouverneur intérimaire du Bandundu, Me Vicky Mboso Muteba, a procédé peu après à la pose des premières pierres au rond-point "Aviation" débaptisé "Rond-point L.D. Kabila" et au rond-point "Bitula" où seront érigés les monuments de ces deux héros nationaux,a t-on indiqué.

Réhabilitation de la toiture de l’école primaire Imara de Lubumbashi

Lubumbashi, 21/05 (ACP).- La réfection de la toiture de l’école primaire Imara de Lubumbashi, vieux de près d'un siècle, est  enfin réalisée grâce au financement de l’honorable Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga qui a effectué une visite à cette école pour se rendre compte de l’avancement des travaux. Il a encore remis une enveloppe de dix mille dollars américains au responsable de la communauté salésienne.

A cette occasion, il a souligné qu’il va suppléer avec vingt mille dollars américains pour que les travaux soient achevés complètement en faveur de l’élite de demain. M. l’abbé Oscar Kilufya, directeur de la communauté, a remercié l’autorité provinciale pour ce geste combien généreux en faveur des élèves et de la communauté et lui a rappelé que grâce à la 1ère somme de dix mille dollars américains reçue du même bienfaiteur l'année dernière, l‘entrepreneur a pu remplacer la toiture du bâtiment, réfectionner les installations sanitaires,  rafraîchir  les  murs à la peinture de l’Institut Imara. Le représentant des élèves a exprimé sa satisfaction de voir la toiture réfectionnée sur fonds propre du gouverneur de province du Katanga.

 Nomination des membres du cabinet du gouverneur  de la province du Katanga

M. Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga, vient de désigner par arrêté provincial du 12 mai les membres de son cabinet. Aux termes de cet arrêté n° 0070/Katanga, les personnes suivantes sont nommées aux fonctions en regard de leurs noms :

1. Conseiller principal chargé des questions politiques, M. Salomon Kalonda idi Dela

2. Conseiller chargé de la Communication, M. Kashinda Tshongo

3.                   Conseiller chargé des questions culturelles et de la jeunesse, M.  Nathan Kasongo Lushima

4.                   Conseiller chargé des questions techniques et de  reconstruction, M. Elie Lwamba Si-Bomve.

Inauguration des émissions de la Radio BBC FM à Lubumbashi

Lubumbashi, 21/05 (ACP).- L’honorable Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga, a procédé jeudi au Park-Hôtel de Lubumbashi au lancement des émissions de la Radio BBC en fréquence modulée, émettant de Londres, capitale du Royaume Uni.

Dans son mot de circonstance,  l’autorité provinciale a rappelé que les médias internationaux avaient joué un rôle très important dans le processus de démocratisation en RDC, avant, pendant et après les élections, avant d’exprimer sa grande satisfaction pour l’installation d'un émetteur en FM de la Radio BBC sur 92 MKHZ, qui va contribuer au désenclavement de la province du Katanga sur le plan de  l’information dans différents secteurs de la vie, socio-économique et politique. Il a émis le vœu de voir cette radio être permanente à Lubumbashi afin d’informer les habitants de cette juridiction d’une manière objective, avant de souhaiter une longue vie à cette radio à Lubumbashi. Auparavant, M. Time Cook, directeur général de la radio BBC Afrique, avait expliqué à l’assistance le but poursuivi qui consiste à être présent en RDC et d’informer des  milliers d’auditeurs sur les événements qui se passent à travers le monde entier. Il a rappelé que BBC fut fondée en 1927 et la  BBC Afrique en 1938.

Le nouveau maire de Kisangani fait de l’assainissement de la ville son cheval de bataille

Kisangani, 21/05 (ACP).- Le nouveau maire de Kisangani, Augustin Osumaka Lofalanga, s’est résolu de faire de l’assainissement son cheval de bataille en vue de sortir cette troisième ville du pays (Kisangani) après Kinshasa et Lubumbashi, de son état crasseux qui la dépouille de son qualificatif de « Boyoma la belle ».

C’est ce qui ressort de ses premiers contacts d’information et d’échange avec le personnel de la mairie et les bourgmestres notamment avec qui des dispositions pratiques ont été mises en place pour habiller la ville de sa nouvelle robe. Le maire Augustin Osumaka a, à cette occasion, exhorté les bourgmestres à s’appuyer sur les associations des jeunes, des veuves et orphelins en vue de se faire positivement appréciés par la population lors des élections municipales et locales.

Aux agents œuvrant au marché central, le maire a fait remarquer la nécessité de rehausser le niveau des recettes en les mettant en garde contre toutes manœuvres et opérations allant dans le sens de l’utilisation d’une partie des ressources pour priver la mairie des moyens de sa politique. « Votre maintien à la mairie, dépend des résultats atteints dans le recouvrement des recettes », a martelé le maire de la ville, qui attend appuyer financièrement les communes dont l’implication est fondamentale dans les travaux d’assainissement de la ville de Kisangani.  

L’autorité urbaine a fustigé le non respect des instructions officielles sur l’heure du début de service dans les bureaux administratifs des communes, à l’issue d’une visite surprise dans ces entités administratives. En effet, seuls les bourgmestres des communes de la Tshopo et Mangobo entourés de quelques agents administratifs étaient présents pour la montée des couleurs nationales à 7heures 30’.

     

 
 

Les relations entre la RDC et la BAD sont empreintes de cordialité, selon le ministre des Finances

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le ministre des Finances, Athanase Matenda Kyelu, a qualifié les relations entre la Banque Africaine de développement (BAD) de cordiales, au cours d’un point de presse dimanche en son cabinet. Le ministre Matenda a saisi cette occasion pour faire la restitution des travaux de la 42ème assemblée annuelle de cette institution financière africaine qui s’est tenue du 15 au 18 mai à Shanghai, la capitale économique chinoise. Faisant une brève présentation de la BAD, le chef de la délégation gouvernementale de la RDC à ces assises a indiqué, qu’elle est une institution panafricaine de finance regroupant 55 membres africains et 22 autres membres (pays et institutions) non africains, dont la Chine. Evoquant les rapports entre la RDC et la BAD, le ministre Matenda a souligné qu’en 2002, un premier programme a été signé entre la RDC et la BAD qui a porté essentiellement sur le soutien du programme d’urgence de réhabilitation et de reconstruction des infrastructures socio-économiques, mais il y avait aussi un volet important en ce qui concerne le renforcement des capacités dans la gestion macro-économique. 

Un certain nombre de situation a été liquidé par rapport à ce premier programme 2002-2004, pour une enveloppe d’environ 322 millions USD pour couvrir les aspects sociaux, agriculture, infrastructures et de transport. Aujourd’hui, la RDC a déjà débuté le deuxième programme avec la BAD, qui se déploie au sein d’un document intitulé : « Document des stratégies pays, accès sur les résultats » d’une valeur de 182 millions USD, avec comme objectifs améliorer les conditions sociaux économiques des populations rurales, mais aussi, la réduction de la pauvreté dans les milieux urbains et périurbains. Le deuxième objectif : la promotion de la bonne gouvernance ; la création d’un environnement favorable au secteur privé.

Les conditionnalités liées à ce programme sont : le parachèvement du Document stratégique pour la réduction de la pauvreté (DSRP) mais aussi un bon comportement par rapport à la manière dont la RDC gère les ressources PPTE. Le partenariat entre la RDC et la BAD se poursuit dans d’autre domaines : réinsertion des enfants soldats, le développement de l’énergie électrique, et le projet lié à l’électricité, à la consommation et à l’exportation (100 millions BAD sur 300 millions montant global.

Explicitant le point relatif aux relations cordiales entre la RDC et la BAD, l’orateur du jour a indiqué que la RDC n’a pas de retards vis-à-vis de ses obligation, il a cependant regretté le fait que malgré cela, le taux de réalisation de tous ces projets reste faible, à cause du dysfonctionnement de notre pays pendant les années passées... ce que le taux d’absorption reste faible. C’est donc là, s’est-il exprimé, l’une des préoccupations actuelle du ministère des Finances.

Pour une application des textes législatifs liés aux forêts des communautés locales

Kinshasa, 21/05 (ACP)- Les travaux de l’atelier sur le développement du processus de foresterie communautaire en République Démocratique du Congo, organisé du 15 au 16 mai dernier, à l’Alliance belgo congolaise de Kinshasa, ont permis de retenir comme recommandation  principale, l’élaboration par le ministère de l’Environnement, Eaux et Forêts, de la réglementation relative à ce concept de foresterie communautaire.

Les participants venus des 11 provinces du pays, issus des différentes couches des parties prenantes concernées par la gestion forestière, ont estimé qu’il était nécessaire de capitaliser des expériences nationales par l’adoption de la méthode participative dans la mise en œuvre du processus de foresterie communautaire en RDC. Ils ont également préconisé la prise en compte des méthodes traditionnelles de résolution des conflits de chaque communauté lors de l’élaboration des plans de gestion, la formation des animateurs locaux ainsi que l’implication de tous les groupes socio culturels à tous les niveaux de gestion. 

Enfin, les délégués ont souhaité également que des expériences d’ailleurs en foresterie communautaire soient capitalisées. L’atelier a été piloté par le ministère de l’Environnement, Eaux et Forêts, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

La FAO plaide pour des aménagements forestiers durables

Le représentant a.i. de la FAO en RDC, Gana Diagne, a pour sa part plaidé pour des aménagements forestiers durables tant par les exploitants industriels que par les communautés locales. Il a estimé qu’au regard de la richesse forestière que détient la RDC, une gestion rationnelle de ce patrimoine contribuerait à l’amélioration des conditions de vie des populations autochtones.

Gana Diagne souhaite que dans ce contexte de développement d’une foresterie communautaire que la Société civile, les bailleurs de fonds et tous les acteurs au développement se mobilisent pour accompagner les efforts du gouvernement dans la définition d’une approche qui permet de répondre au mieux aux exigences des populations locales. La RDC regorge le plus grand couvert forestier d’Afrique Centrale. Le nouveau projet de développement et de mise en œuvre de la foresterie communautaire en RDC est financé par la coopération belge, signale-t-on.

   

Relance de la brigade urbaine d’hygiène à Kinshasa

Kinshasa, 21/05 (ACP)- Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a procédé vendredi au Collège Boboto dans la commune de la Gombe à la relance de la brigade urbaine d’hygiène en présence notamment de M. Kimbembe Mazunga, conseiller technique du Chef de l’Etat, des bourgmestres et chefs des quartiers de la capitale. La relance de cette brigade, a dit le gouverneur, vient de renforcer les travaux de lutte contre l’insalubrité dont il a lancé la campagne récemment à la place Royale dans la même commune.

M. Kimbuta a demandé aux bourgmestres et chefs des quartiers de s’impliquer résolument en vue du bon fonctionnement de ce service public à travers les communes. Le gouverneur de la ville a recommandé aux agents commis à cette brigade de mettre la population à l’abri des tracasseries administratives en privilégiant auprès d’elle l’éducation par la sensibilisation avant de réprimer. La brigade urbaine d’Hygiène a pour mission principale d’éduquer la population pour le maintien de son environnement en état de propreté permanente.

Elle va, dans ce cadre procéder notamment au contrôle parcellaire, au contrôle d’hygiène alimentaire à travers les marchés et au contrôle d’hygiène sanitaire dans des écoles. Une tenue appropriée devant identifier les agents de ladite brigade à travers la ville  a été remise à titre symbolique à cette occasion.

Les conditions sanitaires au Kwango sont préoccupantes, selon  un spécialiste

Kinshasa, 21/05 (ACP)- Le Centre de santé communautaire de la communauté évangélique au Kwango a jugé préoccupantes des conditions sanitaires de la population du Kwango, a indiqué en fin de semaine à l’ACP, M. Hugo Mambote Mandia, directeur du Centre de santé communautaire du Kwango en mission de service à Kinshasa.

Selon M. Mambote, la population Kwangolaise est confrontée aux problèmes liés au paludisme, à l’amibiase, aux infections respiratoires aigues, aux anémies, à la tuberculose, aux infections sexuellement transmissibles, au V.I.H et au SIDA qui sont les principales causes de morbidité dans la contrée.

Au Kwango, la population est obligée de marcher plus ou moins douze heures pour se faire soigner dans une structure sanitaire, les villages du Kwango sont très insalubres par manque d’outils d’assainissement, les latrines commodes et utilisables se comptent au bout de doigts et l’évacuation de déchets solides se fait de manière anarchique dans plusieurs villages, a-t-il fait savoir soulignant que seulement 30 % de la population boit de l’eau de sources aménagées et protégées.

Les activités du Centre de santé communautaire tournent autour de la médecine curative, préventive et promotionnelle de la formation et d’éducation de gestion/administration et des investissements. Le centre de santé communautaire (CSC) dessert 61.631 habitants soit 52,6 % et travaille localement avec les quatre zones de santé de Popo-Kabaka, Kasongo-Lunda, Kitenda et Wamba-Luadi, rappelle-t-on.

L’anxiété provoque les risques d’accident cardiovasculaire chez les cardiaques

Kinshasa, 21/05 (ACP)- L’anxiété est un facteur qui double les risques d’accident cardiovasculaire chez les personnes souffrant de cardiaque, révèle une étude menée par le Prof. Charles Blatt de Boston, auprès de 516 patients de deux sexes, présentant une maladie coronarienne. L’auteur, a par ailleurs insisté au terme de l’étude, sur la nécessité de suivre de très près les malades, particulièrement anxieux, et de leur proposer une stratégie susceptible de diminuer le stress. Des études antérieures avaient déjà démontré l’inexistante d’un lien chez la femme, entre un état anxieux et le risque d’infarctus du myocarde, signale-t-on.

Vient de paraître, l’ouvrage « La jurisprudence congolaise en droit du travail et de la sécurité sociale »

Kinshasa, 21/05 (ACP)- Me Ruffin Lukoomusubao vient de publier aux éditions « On s’en sortira », à Kinshasa, un ouvrage intitulé « La jurisprudence congolaise en droit du travail et de la sécurité sociale ». L’auteur a fait dans cet ouvrage le point sur l’impérieuse nécessité de renforcer le système judiciaire congolais en sélectionnant les décisions judiciaires constantes et évolutives, non pas pour s’y conformer, mais pour y puiser les mérites.

Le mérite de l’auteur se situe également au niveau de la démarche méthodologique marquée par un constant souci d’exhaustivité et d’une tendance à la perfection. L’étude de l’auteur a porté sur plus de deux décennies.

   

 

 
 

Mwana Africa soumis (1-3) chez-lui par Mazembe en Coupe de la Confédération

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Mwana Africa du Zimbabwe a été soumis à domicile par le TP Mazembe Englebert, vainqueur par 1-3, samedi à Harare, en match retour des barrages de la 4ème Coupe de la Confédération africaine de football (CAF). L’équipe locale a ouvert le score à la 32ème minute avant de se voir rattraper cinq minutes plus tard sur un essai de Kaluyitukadioko. A la reprise, Mputu Trésor (49ème sur penalty) et Mvete Luyeye (87ème) ont rassuré la qualification du représentant de la RDC. Il est à rappeler qu’à l’aller, le dimanche 6 mai courant à Kinshasa, le TP Mazembe Englebert l’avait déjà emporté grâce à l’unique but obtenu par Mputu Trésor (9ème ) : 1-0. Le tirage au sort interviendra cette semaine au Caire pour la constitution de deux poules des quarts de finale auxquels prendront également part Astres Douala (Cameroun), Ismalïa (Egypte), El Merreikh (Soudan), Mamelodi Sundowns (Afrique du Sud), Dolphin (Nigeria) et CS     Sfaxien (Tunisie).

Virunga supris (0-1) par Cilu à la LINAFOOT

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le DC Virunga du Nord-Kivu a été surpris par SC Cilu de Lukala au Bas-Congo sur le score étriqué de 0-1, dimanche au stade de l’Unité de Goma, en match en retard comptant pour la 3ème journée de phase finale du 12ème championnat de la LINAFOOT (Ligue nationale de football). L’unique but de la partie a été l’œuvre de Luyeye à la 12ème minute. Par cette victoire, le CS Cilu se replace dans la course après sa défaite contre le DC Motema Pembe (0-3) à Boma au stade Socol. Le dimanche 27 mai prochain, le DC Virunga recevra le DC Motema Pembe, le TP Mazembe en découdra avec l’AS V.Club au stade de la Kenya à Lubumbashi et le SC Cilu matchera l’AS Kabasha.

Etanchéité domine (2-0) Nkolo à la Coupe du Congo

Kinshasa, 21/05 (ACP).- MK Etanchéité de Kinshasa a dominé l’AS Nkolo du Bas-Congo par 2-0, au stade Tata Raphaël en match de la poule I de Kinshasa comptant pour la 3ème journée de la Coupe du Congo de football nouvelle formule. Les buts de MK Etanchéité ont été inscrits par Manianga à la 20ème minute de la tête sur centre de Etini, le même Etini a doublé la mise à la 33ème minute sur passe de Linisa. Par cette victoire, MK Etanchéité se qualifie à la phase finale qui aura lieu à Mbuji-Mayi au mois de juin prochain.

Dans l’autre poule de Kinshasa, le FC Makila de Kikwit s’est également qualifié après sa victoire sur Ndombe de Bandundu ville (1-0). Signalons que les deux formations n’ont livré qu’un seul match chacun après le désistement des deux équipes de l’Equateur (Etoile de Gemena et TP Molunge). Voici par ailleurs les autres résultats : V.Club Mbuji-Mayi-OC Mbongo : 1-1 ; CS Bande Rouge-O. Bukavu Dawa : 0-0.

 
 
 
 

 

Auparavant, le gouverneur de province, Simon Mbatshi Batshia, avait le même jour présenté le programme de son gouvernement, en mettant l’accent sur la perspective des 40% de rétrocession accordés à la province, selon la constitution de la République. Ainsi, dans ce contexte, il a évalué le coût global du programme d’action du gouvernement provincial du Bas-Congo à 1.683.571.678 dollars US, dont 1.268.235.000 dollars US constituent les actions spécifiques du gouvernement provincial en appui aux 5 chantiers du Président de la RDC Joseph Kabila Kabange et 415.336.678 dollars US pour les actions inscrites dans le DSCRP (Document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté).

Dans son exposé, le chef de l’Exécutif provincial du Bas-Congo, Simon Mbatshi Batshia, a mis en exergue les actions spécifiques et cohérentes de développement de la province que son gouvernement entend mener pour réaliser l’objectif global de son programme consistant à créer les conditions permettant d’atteindre une forte croissance envisagée comme moyen principal de réduction de la pauvreté dans la province. 

A cet effet, le programme d’action du gouvernement provincial prendra appui sur les quatre axes essentiels ci-après : la promotion de l’initiative privée et la mise en valeur des ressources naturelles de la province, la relance de l’agriculture, la maximisation des recettes de la province et la justice distributive. Après avoir dressé un tableau sombre de la situation actuelle de la province du Bas-Congo sur le plan socio-économique, le gouverneur Mbatshi Batshia a relevé les points forts de la province, à savoir des ressources naturelles abondantes, une position stratégique exceptionnelle, un réseau routier développé et une couverture socio-sanitaire relativement bonne.

L’autorité provinciale s’est engagée à mettre ce potentiel à contribution pour développer la province dans les domaines politico-administratif, économico-financier, infrastructurel et socio-culturel. Au plan politico-administratif, le gouvernement provincial s’est assigné comme tâches essentielles la garantie de la sécurité des personnes et de leurs biens, la lutte contre les tracasseries administratives et policières, ainsi que contre la corruption, la fraude et la contre- bande fiscale, la mise en place d’une administration de proximité et de développement, l’amélioration des relations de bon voisinage avec les provinces des pays frontaliers (Angola et Congo-Brazzaville), etc.

S’agissant du domaine économique, l’Exécutif provincial se propose de mettre en œuvre une politique provinciale volontariste et équilibrée entre la production agro–pastorale et la production minière. Dans ce contexte, le gouvernement provincial entend réhabiliter les unités de production à l’arrêt, exploiter la filière biocarburant, relancer la production des protéines animales et vulgariser la traction animale et la mécanisation agricole. Dans le même ordre d’idées, le programme du gouvernement provincial prévoit la relance du projet de la Zone franche d’Inga ( ZOFI), la construction du port en eau profonde à Banana, dans le territoire de Muanda, la vulgarisation du code minier et la création des coopératives minières. Au plan financier, la sécurisation et la maximisation des recettes de la province, la rationalisation de la procédure budgétaire, la création d’un office provincial du commerce extérieur, d’une banque provinciale de développement ainsi que d’un fonds agricole, la réhabilitation de la poste et la création des coopératives d’épargne et de crédit figurent parmi les priorités du gouvernement provincial.

94 étrangers en séjour irrégulier au Katanga seront reconduits à la frontière

Lubumbashi, 18/05 (ACP)- Quatre-vingt quatorze étrangers en séjour irrégulier dans la province du Katanga, seront reconduits à la frontière, conformément à la législation en vigueur en la matière. Cette mesure a été annoncée mardi par le général Jean Pierre Ondekane, directeur général de la Direction générale de Migration (DGM) au cours d’un point de presse tenu à Lubumbashi à l’occasion de la clôture de l’opération de contrôle de visa des étrangers installés dans les villes de Lubumbashi, Likasi et Kolwezi.

Le directeur général de la DGM a indiqué que 1.655 étrangers ont été contrôlés et il ressort de cette opération qu’un nombre important d'entre eux sont en règle avec la législation congolaise et une autre catégorie se trouve en procédure de régularisation de séjour. La reconduite à la frontière des étrangers non en règle avec les lois de la RDC, a dit le général Jean Pierre Ondekane, n’est pas à confondre avec une expulsion.

C’est une mesure de Police qui vise à lutter contre l’irrégularité de séjour. Elle a pour finalité d’amener le requérant à se mettre en ordre vis-à-vis de la législation congolaise en matière d’immigration.           Cette opération de contrôle qui a été lancée en avril dernier se poursuivra dans d’autres districts et territoires de la province du Katanga sous la supervision de M. Consul Kalala  Numbi, directeur provincial de la DGM /Katanga, a conclu le général Jean Pierre Ondekane.

La SADC informée de besoins sécuritaires de la RDC

Kinshasa, 21/05 (ACP).- La Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC) a été informée de besoins sécuritaires de la République Démocratique du Congo (RDC), au cours d’une séance de travail qui a réuni vendredi les experts de cette communauté autour de M. Chikez Diemu, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, en la salle de réunion du ministère, à l’Etat-major des FARDC.

Conduite par M. Patrick Mombo, secrétaire général aux Affaires étrangères et à la coopération de la Tanzanie, la délégation composée des experts de l’Angola, de la Namibie et de la Tanzanie a suivi les explications de M. Chikez sur le processus d’intégration en mettant en exergue les difficultés rencontrées. Le processus politique a été également abordé par le ministre de la Défense, précisant que celui-ci a abouti à l’organisation des élections et la mise en place des institutions démocratiques dont la Présidence de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat.

Les municipales interviendront l’année prochaine. Quant à l’intégration de l’armée durant la transition, le ministre Chikez a rappelé que celle-ci a permis de brasser déjà 15 brigades. Il en reste une dizaine.

Situation à l’Est

Compte tenu des particularités observées à l’Est du pays, l’option a été prise pour le mixage. C’est ainsi que cinq (5) brigades sont mises en place. Cependant, ce processus a suscite beaucoup d’incompréhensions accentuées par la présence des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et des Interahamwe qui ont importé et installé leurs conflits en RDC qui les avait pourtant accueillis en frères. M. Chikez a énuméré les décisions prises par le dernier conseil des ministres pour remédier à cette situation, notamment par la réconciliation des deux parties.

Phénomène Mbororo

Le rapatriement de ces éleveurs nomades a été décidé par le gouvernement mais par voie diplomatique avec le Soudan, le Tchad, la République Centrafricaine, pays d’origine des Mbororo qui se sont installés dans la province Orientale. Ils seront préalablement désarmés avant le rapatriement. Cette rencontre est la première depuis la prise des fonctions du ministre Chikez qui était entouré des vice-ministres Nelson Paluku et Yvonne Iyamulemie en charge respectivement de la Défense et des Anciens combattants.

Fin des travaux de réhabilitation de la Polyclinique-Maternité de la SNEL à N’djili

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Les travaux de réhabilitation de la Polyclinique-Maternité de la SNEL, dans la commune de N’djili, viennent de prendre fin à la grande satisfaction du comité de gestion de cette entreprise d’Etat. Prenant la parole à la cérémonie inaugurale au nom de l’ADG de cette entreprise, l’administrateur directeur financier a félicité tous ceux qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour que les prévisions contenues dans le plan de sauvetage et de redressement de la SNEL soient respectées, notamment en ce qui concerne la réhabilitation de la Polyclinique de N’djili qui intervient après celle de la Gombe.

 Il a exhorté les utilisateurs à faire bon usage des bâtiments et équipements, ce qui motivera les gestionnaires à penser à d’autres priorités. Cette seconde initiative sociale procède du souci des dirigeants de réduire progressivement la dépendance de la prise en charge des fonctionnaires malades orientés vers les formations médicales extérieures.

L’ADT a enfin convié le personnel médical à se soutenir mutuellement, à aimer les patients pour mieux les soigner et surtout à s’en tenir aux règles déontologiques de la profession. La Polyclinique de N’djili a une capacité de 20 lits. Elle organise, en plus de la gyneco-obstétrique, la chirurgie, la médecine interne, la pédiatrie et la maternité.

Elle va traiter plus de la moitié des ayants droits de la SNEL de la ville de Kinshasa et permettra de réaliser des économies substantielles pour l’entreprise qui n’aura plus à envoyer ses malades vers d’autres formations médicales. Après les communes de Gombe et N’djili, les efforts de réhabilitation vont se concentrer dans les provinces où la SNEL compte 3 hôpitaux, 4 dispensaires-maternités et 9 dispensaires urbains.

Atelier de concertation sur la santé de reproduction dans la région des Grands Lacs

Kinshasa, 21/05 (ACP).- La Fédération internationale de planification familial-région Afrique (IPPF-RA) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) organisent du 21 au 25 mai, dans la salle des conférences de l’UNFPA à Kinshasa, en collaboration avec le Haut commissariat des réfugiés, l’atelier de concertation pour une initiative sur la santé de reproduction pour des populations affectées par les conflits dans la région des Grands Lacs.

Le Dr Shamwols de l’UNFPA, a indiqué à cet effet au cours d’une rencontre dimanche avec la presse que les objectifs de cette initiative sont notamment d’identifier les besoins des réfugiés et des populations déplacées internes en matière de santé sexuelle et de reproduction dans les pays de la région des Grands Lacs.

Il sera aussi question, a-t-il dit, de partager les expériences sur le concept de l’urgence humanitaire et de la santé de la reproduction et sur les actions entreprises dans le cadre de l’urgence humanitaire et la santé de la reproduction. Dix pays de la région Afrique dont l’Angola, le Burundi, le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, la République du Congo, le Rwanda, la Zambie et la République Démocratique du Congo prendront part à ces assises.

Consultation sur l’opportunité de la création d’une nouvelle commission « Vérité et Réconciliation »

Kinshasa, 21/05 (ACP).- La commission « Vérité et Réconciliation » (CVR), l’une des cinq commissions citoyennes de la transition a organisé vendredi dernier, dans la salle Notre Dame de Fatima, dans la commune de Gombe, une journée de consultation sur l’opportunité de la  création d’une nouvelle commission « Vérité et Réconciliation » ou une commission nationale de pacification et de réconciliation.

Dans son mot d’ouverture, le président a.i de la CVR, Benjamin Serukiza, a démontré les difficultés auxquelles s’est butée cette commission pendant la transition et qui ne lui ont pas permis de remplir toute sa mission. Se référant aux recommandations de l’atelier tenu du 22 au 24 juin 2006, au centre  catholique Nganda, dans la commune de Kintambo, il a été demandé aux participants de se prononcer sur la création d’une nouvelle commission Vérité et Réconciliation ou commission  nationale de pacification et de réconciliation dont le projet d’avant-projet des lois portant organisation et attributions ont été soumis à leur appréciation. Après débat, les participants, dans leur grande majorité, ont opté pour la reconduction de la CVR en vue de lui permettre de jouer pleinement sa mission qui devrait aboutir à la vraie réconciliation entre toutes les filles et tous les fils de la RDC et au vrai pardon pour ceux d’entre-eux qui auraient reconnu leurs forfaits. Le président a.i de la CVR a promis d’élargir cette consultation au niveau des provinces avant de soumettre le projet d’avant-projet de la nouvelle loi modifier à l’Assemblée nationale.

Le vice-ministre Alain Lubamba sollicite l’implication des partenaires sociaux dans l’assainissement de l’appareil diplomatique en RDC

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le vice-ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Alain Lubamba wa Lubamba, a sollicité l’implication des partenaires sociaux dans l’assainissement de l’appareil diplomatique, au cours d’une séance de travail qu’il a eue samedi avec six syndicats au salon rouge de l’administration des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. M. Alain Lubamba wa Lubamba a évoqué, avec les délégués syndicaux, l’état d’évaluation des différentes mesures prises dans le cadre de l’assainissement de l’appareil diplomatique de la République Démocratique du Congo en vue de dégager les perspectives d’avenir.

En sa qualité de gestionnaire des ressources humaines de ce ministère, le vice-ministre Alain Lubamba s’est dit préoccupé par l’amélioration des conditions de travail et de vie des agents, fonctionnaires et diplomates. Les syndicalistes, en réaction à cette invitation, ont loué l’initiative du vice-ministre Alain Lubamba et ont exprimé leur détermination à l’appuyer sans réserve et à veiller à la mise en application des orientations qu’il a tracées.

Les interlocuteurs du vice-ministre ont émis le vœu de voir sanctionné ceux qui boycotteraient ces mesures salutaires qui visent l’amélioration de l’image de la diplomatie congolaise, du ministère des Affaires étrangères et de la RDC. Selon le vice-ministre Alain Lubamba, la volonté des nouvelles autorités politiques consiste à liquider progressivement les dettes contractées par les anciens et nouveaux diplomates de la RDC à l’étranger.

Il a relevé pour ce faire, qu’un plan opérationnel est en élaboration tant en ce qui concerne le paiement des dettes des diplomates que le rapatriement par étape des diplomates arrivés au terme de leurs fonctions. Le dernier rapatriement de « nos diplomates » est intervenu en 1988, il y a plus de 20 ans, a-t-il rappelé, avant d’insister pour le maintien du dialogue avec les partenaires sociaux de son ministère, particulièrement les SYNAFET, FAACO, SYNAPTPI, FIC, SYPRAP et SYCODIP.

La biodiversité congolaise : un « enjeu mondial »
(par Joseph Kimba)

L’humanité commémore, mardi 22 mai 2007, la journée internationale de la diversité biologique, laquelle constitue la variété des espèces végétales et animales. Elle reste indispensable pour la survie de l’homme sur la terre. Elle est régie par une convention de 1992, signée par 180 Etats, et dont l’objectif est d’assurer la protection et la préservation dans le monde de la vaste gamme d’espèces animales et végétales et de leur habitat.

La convention oblige les Etats à préserver la diversité biologique, à assurer son développement durable et à prévoir un partage juste et équitable des bénéfices dérivés de l’utilisation des ressources génétiques. Un protocole adopté en 2000 s’est ajouté à la convention pour veiller à l’utilisation sans danger des organismes génétiquement modifiés.

 

Les espèces menacées bénéficient d’une convention spécifique sur le commerce international des espèces sauvages menacées d’extinction, administrée par le programme des Nations Unies pour l’Environnement.

La célébration de la journée internationale de la diversité biologique intéresse au premier plan la République Démocratique du Congo, du fait qu’elle constitue dans ce domaine un « enjeu mondial » qui attire convoitise et jalousie. Il suffit de jeter un regard rétrospectif sur sa carte naturelle pour se rendre compte d’une « richesse inouïe » des espèces animales et végétales d’une rareté exceptionnelle au monde en ce qui concerne surtout leur qualité.

Cette richesse naturelle rarissime fait l’objet de la préoccupation internationale pour sa protection, sa préservation et son développement durable. Les forêts du Congo (47 % des forêts denses d’Afrique Centrale et 6,5 % des forêts tropicales du monde) couvrent, en effet, un peu plus de la moitié de l’étendue nationale, qu’il s’agisse de formations feuillues denses (Cuvette centrale, Mayombe au Bas-Congo), de formations forestières feuillues ouvertes (Kasaï Occidental, forêts galeries du Bandundu, du Nord de l’Equateur) ou de formations essentiellement arbustives (Katanga et Kivu).

Les forêts du Congo recèlent en outre d’importants puits de carbone pour la captation des gaz à effet de serre. Elles influencent également les caractéristiques climatiques régionales et locales, et assurent une alimentation en eau essentielle pour une vaste zone d’Afrique.

Elles alimentent aussi plus de 400 espèces de mammifères, presque autant de reptiles, 80 espèces d’amphibiens, un millier d’espèces de poissons d’eau douce, plus d’un millier d’espèces de papillons.

La préservation a fait l’objet d’un sommet des Chefs d’Etats du bassin du Congo pour la préservation des écosystèmes forestiers et de la biodiversité en Afrique Centrale, qui s’est tenu le 5 février 2005 à Brazzaville, en République du Congo, en présence de l’ancien Président français Jacques Chirac.

Ce sommet avait débouché sur un plan de convergence de 1,3 milliard d’euros et sur l’établissement d’un cadre juridique, technique et financier pour la préservation des forêts du bassin du Congo. La conférence des ministres en charge des forêts d’Afrique Centrale (CONIFAC) réclame des crédits pour aider les Etats de la région à faire face à leurs engagements en matière de protection de l’environnement.

Elle propose que des fonds résultant d’une réduction de la dette assurent le financement d’activités de conservation. Elle requiert aussi l’obtention des « crédits de carbone », résultat de l’évaluation des apports des forêts africaines dans la séquestration du C02 mondial. L’écocertification de bois exploités de façon durable s’insère aussi dans cette stratégie.

L’humanité tout entière commémore mardi 22 mai 2007 la journée internationale de la diversité biologique, laquelle constitue la variété des espèces végétales et animales et reste indispensable pour la survie de l’homme sur la terre. La convention des Nations Unies sur la diversité biologique (1992), signée par 180 Etats, a pour objectif d’assurer sa protection et sa préservation.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Selon la source, avec la présence de l’écurie « Congo Ebeba », la délinquance a augmenté à Matete où il existait déjà des nombreuses autres associations dont les « Zoulous », « Cobra », « Armée rouge » qui ne font qu’extorquer la population, violer et troubler la quiétude de celle-ci. Pour sécuriser la population, la stratégie arrêtée par les autorités municipales, a dit la source, va consister à un recensement de tous les dirigeants de ces associations en vue de les moraliser et les convaincre à renoncer à ces actes de vandalisme pour en faire des citoyens utiles à la société, faute de quoi, d’autres mesures allant à leur arrestation seront prises.

Un nouveau comité de gestion à l’Institut géographique du Congo (IGC)

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Le ministre des Recherches scientifiques, M. Sylvanus Mushi Bonane, vient de nommer le professeur Matezo Bakunda en qualité de directeur général de l’Institut géographique du Congo (IGC) aux termes d’un arrêté ministériel portant nomination d’un directeur général à cet institut de recherche en remplacement du Lt. Col. Lobiko Lunsiese, ancien DG depuis 2005. L’actuel DG, a-t-on indiqué à l’IGC, est Dr. en science géographique et  Pr. Ordinaire.

Aux termes d’un autre arrêté ministériel qui affiche complet ce comité de gestion, le ministre des  Recherches scientifiques a nommé deux autres membres, en l’occurrence, le capitaine des FARDC Halisi Ntikala Mpia et Mme Mwakinsele Agnès, en qualité respective de directeur scientifique et directeur administratif et financier.

Ancien chercheur à l’IGC, le capitaine Halisi Ntikala Mpia est licencié agrégé en géographie, détenteur d’un diplôme d’étude approfondie (DEA) en sciences environnementales  à l’Université pédagogique nationale (UPN) tandis que Mme Mwaki Agnès est détentrice d’une licence en économie. Selon plusieurs sources concordantes à l’IGC, le ministre Sylvanus Mushi Bonane, reproche à l’ancien DG, le Lt. Col. Lobiko, d’avoir mal géré l’institution.

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 

Les chefs des quartiers de Kisangani à l’école de la bonne gouvernance de leurs communautés

Kisangani, 21/05 (ACP).- Un séminaire de formation a été organisé dans la salle des réunions de la 21ème CNCA dans la commune Makiso par la Division provinciale de la communication et presse à l’intention des chefs de quartiers de la ville de Kisangani en vue de renforcer leurs capacités et connaissances pour gouverner efficacement leurs communautés.

Grâce à l’appui logistique du bureau de l’UNICEF/Kisangani, M. Dominique Lekakwa Angapwe, de la presse a permis aux participants d’approfondir leurs connaissances sur les différentes méthodes et techniques de vulgarisation des informations dans le domaine de la santé, de l’hygiène publique et des droits universels de l’enfant.

Un accent particulier a été mis sur le rôle des chefs des quartiers dans l’encadrement sanitaire de leurs administrés, la protection de l’enfant et de la mère qui passe principalement par la vaccination, la lutte contre certaines pratiques préjudiciables à l’hygiène et l’assainissement de leur milieu de vie notamment.

Par rapport aux droits de l’enfant, il a été recommandé l’implication active des chefs des quartiers dans la vulgarisation des textes y relatifs ainsi que  de la loi sur les violences sexuelles en recourant aux techniques de communication de proximité. Une structure de suivi et de mise en pratique de formation reçue au cours de ce séminaire de formation qui a regroupé six membres en raison d’un membre par commune, a été instituée et placée sous la coordination de Joseph Daruwezi Mitambo de la commune de Kabondo.

Première visite de l’administrateur du territoire de Fizi à Minembwe

Bukavu, 21/05 (ACP).– L’administrateur du territoire de Fizi, Tabu Hemedi, a effectué sa première visite à Minembwe, localité érigée en territoire par les autorités du RCD/Goma, et reprise sous le contrôle de l’autorité légalement reconnue par les nouvelles institutions. L’autorité provinciale y était représentée par le ministre provincial de l’Agriculture, Kibibi Kamanzi.

Le sort des anciennes autorités placées par la rébellion n’a pas été signalé et entre dans le domaine des contentieux. Il est à rappeler que  le rétablissement de l’autorité de l’Etat sur la localité de Minembwe par l’administrateur de Fizi était une des conditions posées par le commandant Yakutumba des Maï Maï installé à Ubwari pour aller au brassage. Minembwe est une colline peuplée des Tutsi que le RCD avait transformé en territoire contre le refus des originaires de Fizi.

Soutien de l’autorité provinciale à la réhabilitation  des tronçons  routiers  Kitoboko-Karumba  et  Rushebere-Ngungu  à de Masisi

Goma, 21/05 (ACP).-  M. Julien Paluku  Kahongya , gouverneur de la province  du Nord-Kivu, a remis  le week-end dernier deux  mille cinq cents litres  de carburant  tant en mazout  qu’en essence  au président  de la Fédération des entreprises  du Congo (FEC)/ Masisi.

Cet acte  s’inscrit  dans le cadre  de la contribution  de ce dernier à la réhabilitation  des tronçons  routiers  Kitoboko-karumba  et Rushebere-Ngungu  en territoire  de Masisi  visant à faciliter les échanges  socio-économiques  entre différents coins  de la  province  du Nord-Kivu  et désenclaver  les contrées  non accessibles  où moins fréquentables. A travers  cette même contribution, l’autorité  provinciale voulait  également  exprimer  son soutien à l’initiative  des ces commerçants regroupés  au sein de la FEC  représentation  du territoire  de Masisi, qui ont bien voulu  appliquer  la politique d’auto prise en charge  en réunissant leurs moyens  pour entamer  les travaux  des réhabilitation  des tronçons  routiers  précités.

Ceux-ci sont d’une importance  capitale  dans l’optique  de la fourniture  des produits agro-pastorales  de Masisi  à d’autres coins  de la province  et de la RDC ainsi  que  des échanges  socio-économiques. Quant  à l’autorité  provinciale, elle reste  fortement  impliquée  et disposée  à appuyer  toutes  les initiatives d’intérêt  public  cadrant  avec  la reconstruction et le développement  de la province  du Nord-Kivu.

Etat des lieux de la presse au Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 21/05 (ACP).- Le président de l’UNPC/Kasaï Oriental, M. Emery Mutombo Kilolo, a fait dernièrement un point sur l’état des lieux de la presse au Kasaï Oriental, au cours des manifestations marquant la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse, dans la salle de conférences de  l’hôtel Kabe à Mbuji-Mayi.

Dans son adresse, le président provincial de l’UNPC a indiqué que la presse est-Kasaïènne à l’instar de la profession nationale, se trouve à la croisée des chemins et fait face à plusieurs défis dont celui de la pauvreté, des différentes mutations qui s’opèrent dans son environnement médiatique et du journaliste en tant que citoyen par rapport à l’exercice de son métier.

M. Kilolo a fait voir le mérite du journaliste est-Kasaïen qui a beaucoup amélioré sa prestation dans la collecte et le traitement de l’information mais que néanmoins, le professionnel de médias doit savoir que sa liberté s’arrête là où commence celui de l’autre. Il a reconnu qu’au Kasaï Oriental, la justice n’a pas commis des bavures sur le journaliste en rapport avec sa liberté en dépit des quelques cas légers constatés, a-t-il dit.

A l’issue de cette rencontre, quelques recommandations ont été faites à l’autorité et aux promoteurs des médias enfin qu’ils ne traquent pas les journalistes dans l’exercice de leurs métiers. Il a plaidé pour des conditions meilleures qui pourront permettre au journaliste de bien faire son travail en vue de lutter contre la pauvreté à laquelle il fait face.

Par rapport aux moutons noirs, le président de l’UNPC a promis de livrer une carte de l’UNPC sur le plan provincial, l’objectif étant d’écarter tout celui qui n’est pas reconnu comme étant professionnel de la presse au Kasaï Oriental,  en attendant celle qui sera donnée au niveau national, a rappelé l’orateur.

Inauguration d’un centre de formation professionnelle dans le domaine de l’informatique à l’INPP/Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 21/05 (ACP).- L’Administrateur directeur technique de l’Institut national de préparation professionnelle, INPP, M. Jean Marie Nyembo Nsenda, en mission de service à Mbuji-Mayi a procédé dernièrement à l’inauguration du centre de formation professionnelle dans le domaine de l’informatique à l’INPP/Kasaï Oriental avec une capacité d’accueil de seize ordinateurs. A cette occasion, il a sollicité le soutien de la Minière de Bakwanga, (Miba) pour le redressement de cet institut.

M. François Didier Mukotshi Mukuama, directeur provincial de l’INPP/Kasaï Oriental, a fait l’histoire de son institution créée le 29 juin 1964 quatre ans seulement après l’indépendance de la RDC. Sa mission consiste à préparer la population active dans l’emploi et en quête d’emploi à l’exercice d’un emploi rémunérateur grâce aux actions de formation visant l’amélioration de la qualification professionnelle.

Concernant les ressources financières de l’institut, cinquante pour cents du budget proviennent de la subvention de l’Etat, de la cotisation mensuelle des employeurs, des rétributions exceptionnelles et des dons et legs. Le matériel informatique ainsi acquis est l’œuvre d’une Organisation internationale du travail, (OIT).

M. Mukotshi a évoqué les difficultés que rencontre l’INPP/Kasaï Oriental dont le manque de bâtiment approprié et d’un moyen de transport. Le directeur a fait savoir que ce centre est le premier pour la province du Kasaï Oriental. Cette cérémonie a été rehaussée de la présence du conseiller juridique du gouverneur qui a procédé à la coupure du ruban symbolique.

Présentation officielle du gouverneur Trésor Kapuku aux troupes de la garnison de Kananga

Kananga, 21/05(ACP).- Le chef de l’exécutif provincial du Kasaï Occidental, Me Trésor Kapuku Ngoyi, a engagé les unités de la garnison militaire de Kananga à se souder les coudes pour contribuer à la refondation et la renaissance de la RD Congo, particulièrement de son entité administrative. S’adressant aux troupes lors de la prise des armes organisée, samedi au camp Bobozo à l’occasion de sa présentation officielle et celle du vice gouverneur Hubert, l’autorité provinciale les a incités, en outre à participer au redressement de la nation dans toutes ses composantes avec le concours de chacun et de tous.

Me Trésor Kapuku a rappelé à cet effet, la ferme volonté et la détermination du Président de la République, Joseph Kabila kabange, d’y parvenir en insistant sur la délicatesse de la mission d’inspection effectuée par le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Chikez Diemu, à l’Académie militaire de Kananga. Après avoir souligné la vision des instances supérieurs du pays de faire de Kananga le pool d’impulsion du développement de la RD Congo, Me trésor Kapuku a exhorté les éléments de la PNC et des FARDC à vivre en convivialité avec la population civile en se servant d’elle comme il se doit, leur recommandant le dynamisme et la disponibilité à toute épreuve.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le secrétaire général aux Affaires foncières suspendu

Kinshasa, 21/05 (ACP)- La ministre des Affaires foncières, Liliane Mpande-Mwaba, vient de suspendre par arrêté ministériel daté du 12 mai 2007, M. Lumande-Kasale de ses fonctions de secrétaire général  aux Affaires foncières. Au terme de cet arrêté, il est reproché à M. Lumande Kasale d’être cité dans une instruction en cours devant les instances judiciaires pour avoir collaboré dans le financement d’un article dans un journal tendant à discréditer un agent de l’administration.

Ce qui constituerait un manquement à l’honneur et à la dignité de ses fonctions au terme de l’article 60 de la loi n° 81-003 du 17 juillet 1981 portant statut du personnel de carrière des services publics de l’Etat. La ministre des Affaires foncières a signé par la même occasion, un autre arrêté n° 62 nommant le conservateur des titres immobiliers de la circonscription foncière de Mont-Amba, M. Nondi Empia, en remplacement de M. Kabamba Kasambwe, suspendu.

Désordre dans la fixation du coût de transport à Kinshasa

Kinshasa, 21/05 (ACP)- L’arrêté du ministère de l’Economie réajustant le prix des produits pétroliers notamment l’essence qui est passé de 510 FC à 580 FC le litre, soit une augmentation de 12,6 % a provoqué un certain désordre dans le chef des transporteurs en commun dans la ville de Kinshasa. Suite aux plaintes des Kinois sur la hausse des prix de transport sur différentes lignes de transport de la capitale, une équipe de l’ACP est descendue mercredi dernier sur terrain pour une mini enquête.

Les chauffeurs ainsi que les jeunes gens appelés chargeurs des véhicules aux différents parkings fixent selon leurs humeurs, les prix de transport augmentant le coût initial de 50 ou 100 FC. C’est le cas notamment des prix des lignes reliant Kintambo magasin à la Gare centrale ainsi qu’à Delvaux qui ont augmenté respectivement de 200 FC à 300 FC et de 150 FC à 200 FC.

Le trajet UPN (Université pédagogique national)-marché centrale desservi habituellement à 250 FC revient à 300 FC. La ligne rond point Ngaba-marché central revient à 250 FC au lieu de 200 FC tandis que la ligne rond point Ngaba-marché centrale revient à 350 ou 400 FC. La ligne Camp Luka-marché central revient à 200 FC au lieu de 150 FC parallèlement fixé. Cette situation risque de se répercuter sur les prix des denrées alimentaires sur les marchés de Kinshasa où les commerçants abordés se plaignent déjà des perturbations des coûts de transport. Pour une augmentation de 12,6 % du prix de carburant, le transport a augmenté de manière disproportionnellement de 20 % ; 33 % voire 50 %.

L’autorité urbaine est appelée à prendre des mesures qui s’imposent et à se prononcer à temps pour fixer la population Kinoise et mettre fin à ce désordre qui risque de s’ériger en système de loi.

Tenue prochaine d’une mini table ronde au Katanga sur l’exploitation minière

Lubumbashi, 21/05 (ACP)- Une mini table ronde devant regrouper les exploitants miniers pour le développement du Katanga, se tiendra au mois de juin 2007 sous  le financement de l’USAID. Cette information a été livrée à M. Guibert paul yav Tshibal, vice-gouverneur du Katanga, par M. Kazadi Ngandu, chef de Projet du programme d’appui au développement communautaire, qu'il a reçu mardi en audience dans son cabinet de travail. Au cours de leur entretien, les deux personnalités ont échangé des points de vue sur l’importance de cette table ronde qui sera financée par le Programme des Nations Unis pour le développement. 

Cette mini table ronde sera sanctionné par des recommandations que la province du Katanga ira défendre à la table ronde nationale qui se tiendra à Kinshasa.

Une nouvelle unité  de production de la charcuterie  à Boma

Boma, 21/05 (ACP)-. Etvia Center, un centre de formation aux métiers de la viande et un atelier pilote servant de laboratoire technologique  et d’unité d’auto - financement à l’ASBL « Cercle culturel du Congo » basée à Kinshasa, à lancé une unité  de production et de commercialisation  de la charcuterie dans la ville de Boma, commune de Nzadi, a constaté l’ACP sur place. Initiative de M. Philippe Nzadio agréée par le ministère des Affaires sociales en qualité de service privé d’assistance, d’encadrement et de promotion sociale, avec pour mission essentielle de lutter contre l’absence du personnel qualifié  dans la profession de la viande en RDC,  Etvia Center vient de mettre sur le  marché local des produits carnés finis et semi- finis tels que la charcuterie, la viande fraîche et fumée ainsi que les poulets. Etvia Center offre en outre à la ville de Boma et ses environs un service  traiteur de qualité.

 
 
 
 
 
 

Campagne de supplémentation en vitamine A et le déparasitage au mebendazole au Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 21/05 (ACP).- 1.129.085 enfants de 1 à 5 ans seront soumis au déparasitage au mebendazole contre 1.270.221 autres de 6 à 59 mois seront supplémentés en vitamine A, dans la province du Kasaï Oriental, a annoncé le médecin inspecteur provincial, le Dr André Mulumba, au cours de la cérémonie du lancement officiel de cette campagne dans l’enceinte de l’ISTM (Institut supérieur des techniques médicales) dans la commune de Diulu, à Mbuji-Mayi.

Le médecin inspecteur provincial a souligné qu’il y a de cela deux ans que la campagne de supplémentation en vitamine A et le déparasitage au mebendazole est organisée pour palier à la carence en cette vitamine et à lutter contre les vers intestinaux dans cette catégorie des enfants.

Cette campagne a pour but de renforcer et d’améliorer la santé des petits enfants dont le taux de prévalence est évalué à 8 enfants sur 10 souffrant d’anémie et 2 enfants sur 8 des vers intestinaux, a-t-il fait savoir. La stratégie appliquée au cours de cette campagne est celle de porte à porte et la campagne dure du 10 au 12 mai 2007 à travers 36 zones de santé.


Un nouveau responsable à la tête du service urbain de l’Environnement et conservation de la nature à Likasi

Likasi, 21/05 (ACP)- Un changement est intervenu à la tête du service urbain de l’Environnement et conservation de la nature de la ville de Likasi où   M. Munga Mulongoy, remplace comme coordonnateur M. Lunyuki  appelé à d’autres foncions. La cérémonie de remise et reprise entre les deux responsables a eu lieu  dernièrement sous la supervision de M. Isidore Kahenga Kizito, chef de service urbain de la Fonction publique et d’un représentant du 2ème bureau de la mairie.

Aussitôt installé dans ses nouvelles fonctions, M. Munga Mulongoy a présidé une réunion de prise de contact avec tous les agents de son ressort avec qui, il a fait l’état des lieux de ce service, avant de tracer la nouvelle ligne de conduite conformément aux instructions permanentes qui régissent les services de l’Etat. Le coordonnateur urbain de l'Environnement et de la Conservation de la nature a fait part à ses interlocuteurs des recommandations visant à redorer le blason de ce service en augmentant les recettes revenant aux EAD (Entités Administratives Décentralisées) et au Trésor public.

C’est pour cette raison qu' il a instruit ses collaborateurs de contrôler les vendeurs de charbon aux points de vente pour la vérification des licences délivrées par les services compétents du territoire de Kambove. Il a évoqué le problème d’insalubrité qui se pose dans la ville de Likasi et il a décidé d'en faire son cheval de bataille pour protéger les populations et renflouer les caisses des EAD et du Trésor public en vue de fournir aux institutions de l’Etat les moyens de leur politique.

Dans ce contexte, tous les agents relevés des barrières ont été redéployés dans les quartiers pour faire le suivi de l’état de salubrité sous l’égide des superviseurs des communes. A cet effet,  un recensement  est programmé pour maîtriser les établissements qui sont à la base de la pollution. Il a exprimé des inquiétudes face à l’abattage des arbres pour implanter les usines d’exploitation minière, qui polluent l’atmosphère dans la ville de Likasi ainsi que les cours d’eau pour certaines usines dont le rejet est déversé dans des cours d’eau qui les charrient jusqu’au lac Tshangalele, empoisonnant ainsi la faune et la flore aquatiques.

La péripneumonie bovine signalée dans la plaine de la Ruzizi

Bukavu, 21/05 (ACP)- Les bovins de l’Amicale pour le développement de Luvungi (ADL) en territoire d’Uvira au Sud-Kivu sont sérieusement menacés par une allaudien infectieuse « péripneumonie bovine. Le Dr. Assumani, inspecteur provincial de l’Agriculture au Sud-Kivu, a déclaré à la presse que les animaux infectés ont des difficultés respiratoires dues à des lésions pneumonaires et certains d’entre-eux présentent un mauvais état avant de succomber.

 Il a dit, en outre, avoir prodigué des conseils aux éleveurs des bovins de la plaine de la Ruzizi, de moyens et hauts plateaux de Fizi et d’Uvira, de mettre en quarantaine toutes les bêtes déjà atteintes en attendant certaines dispositions qui seront prises par leurs partenaires qui interviennent dans le secteur agropastoral. Les bovins dans l’Est de la RDCongo avaient été vaccinés en 2006 contre cette maladie qui est toujours introduite dans un troupeau par un animal infecté.

 

Le Bleu-DCMP et St. Herman-V.Club lundi à l’EPFKIN

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Les matches le Bleu-Motema Pembe et Saint Herman-V.Club sont à l’affiche, lundi au stade Père Raphaël, dans le cadre des 17èmes et 18èmes journées de la première phase du championnat en 2 groupes de l’Entente provinciale de football de Kinshasa (EPFKIN). L’enjeu de la première rencontre est la place de qualificative du groupe A que l’AS Le Bleu (5ème avec 25 points) se dispute pour jouer la phase finale à huit au SC Inter (4ème avec 28 points).

Avec moins de défaites par rapport à son adversaire (4 contre 5), le premier cité ne pourra cependant atteindre cet objectif que par une victoire sur le DC Motema Pembe, le leader (41 points). Il en sera de même dans l’autre groupe pour l’AC Saint Herman (5ème avec 24 points) obligé de battre l’AS V.Club, première avec 43 points, pour penser dépasser au classement Olympic CK qui le précède de deux points. Par ailleurs, le rideau tombera sur la première phase mercredi avec au programme le dernier match de la série qui opposera l’AS V.Club à Bel’Or AC.

Organisation du 26 mai au 3 juin du tournoi de Tennis « Open cadet juniors »

Kinshasa, 21/05 (ACP).- Un tournoi de tennis dénommé “Open cadets/Juniors” en simple dames et simple messieurs sera organise du 24 mai au 3 juin 2007, sur différents courts de la capitale, indique un communiqué du comité exécutif de l’Entente provinciale de Lawn-tennis de Kinshasa parvenu vendredi dernier à l’ACP.

Il bénéficiera du concours de la Banque Congolaise/Western Union, tandis que le droit de participation s’élève à cinq dollars américains. Les inscriptions se dérouleront du 17 au 22 mai courant alors que le tirage au sort aura lieu le 23 mai à 15h00’ au siège de l’Entente provincial de tennis de Kinshasa au stade des Martyrs. La grille et le règlement du tournoi seront affichés le 24 mai dans tous les clubs et Cercles de tennis, poursuit la source avant de conclure que la cérémonie d’ouverture est prévue le 26 mai au Cercle Elaïes où il se clôturera le 3 juin.

ACP/Fédé

 
 
 
 
 
 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |