Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1327     Date: 02-05-2007
 
       
     
 

Le Premier ministre Antoine Gizenga annonce la tenue prochaine d’un forum national sur l’emploi

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le Premier ministre, Antoine Gizenga Fundji, a annoncé la tenue prochaine d’un forum national sur l’emploi destiné à faire le diagnostic sur la situation de l’emploi en RDC et à mettre sur pied des stratégies permettant la création des conditions favorables d’accès à des emplois rémunérateurs et au travail décent.

Le Premier ministre l’a dit dans son message, peu avant le défilé des masses laborieuses, sur le Boulevard Triomphal, à l’occasion de la fête du travail célébrée le 1er mai, indiquant que ce forum réunira toutes les forces vives du pays, à savoir, le gouvernement, le patronat, le syndicat, les élus du peuple et la Société civile.

Selon lui, ce forum constituera un cadre idéal pour le monde du travail en vue d’obtenir le consensus national, nécessaire dans la reformulation de nouvelles stratégies sur l’emploi et la sécurité sociale.

En attendant la convocation de ce forum, le gouvernement qui tient à rencontrer les préoccupations des travailleurs contenues dans le cahier des charges remis le même jour au Premier ministre par l’Intersyndicale, envisage quelques pistes de sortie. Il s’agit de répondre à l’appel du Chef de l’Etat relatif à la création de nombreux emplois décents, faire respecter le Code du travail notamment en luttant contre les injustices avec la création des « Tribunaux du travail », et de réformer la sécurité sociale.

Pour y parvenir, il a appelé les employeurs et les travailleurs à œuvrer ensemble avec le gouvernement pour arrêter la dégradation socio-économique de la population et toutes les répercussions néfastes dans le monde du travail, particulièrement la situation du chômage.

Il a invité le ministère du Travail et de la prévoyance sociale à travailler avec célérité pour la tenue effective du Conseil national du travail, demandant à tous les Congolais de mettre à profit la volonté politique exprimée au sommet de l’Etat pour se donner au travail, la seule clé pour obtenir l’amélioration des conditions de vie de la population.

Cette volonté a été manifestée, a-t-il ajouté, par le Chef de l’Etat qui a inscrit l’emploi parmi ses principaux chantiers et le gouvernement qui l’a repris dans son programme devant la chambre basse du Parlement.

Le présence du Premier ministre honore les travailleurs

Pour sa part, la ministre du Travail et de la prévoyance sociale, Mme Marie-Ange Lukiana Mufwankol, a souligné que la cérémonie du jour révèle un espoir de refondation du Congo avec des signaux forts par la présence physique du Premier ministre à la marche pour honorer les travailleurs.

Elle a souhaité que les Congolais se remettent résolument au travail en transformant leurs méthodes de sorte que la grande pauvreté qui malmène les populations se mue en chantiers de prospérité par le travail.

Pour elle, le travail permet à l’homme de s’accomplir, de se libérer et de transformer la nature. Elle a promis de jeter une impulsion particulière pour ce mois de mai, déclaré mois de la culture du travail.

Auparavant, l’Intersyndicale avait remis au gouvernement le cahier des charges contenant les différentes préoccupations des travailleurs axées essentiellement sur l’amélio-ration de leurs conditions de travail, avant de participer à un défilé qui a sanctionné la commémoration de la Journée mondiale du travail dans la capitale.        

Mise en place d’une commission gouvernementale de récupération des biens de l’Etat

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le Premier ministre, Antoine Gizenga Fundji, a réaffirmé lundi, la détermination du gouvernement de récupérer tous les immeubles et terrains revenant à l’Etat congolais par la mise en place d’une commission ad hoc, renseigne un communiqué du gouvernement remis mardi à l’ACP.

La commission de récupération des biens de l’Etat mise sur pied comprend : le ministre d’Etat chargé de l’Intérieur, décentralisation et sécurité, le ministre d’Etat chargé des Infrastructures, travaux publics et reconstruction, le ministre d’Etat près la Présidence de la République, le ministre près le Premier ministre, le ministre de la Justice, le ministre des Affaires foncières, le ministre de l’Urbanisme et habitat et un délégué du cabinet du Président de la République.

Selon le communiqué du gouvernement, la création de cette commission est justifiée par plusieurs rapports concordants, provenant des ministères des Infrastructures, travaux publics et reconstruction, des Affaires foncières, de l’Urbanisme et habitat, indiquant des spoliations à grande échelle des immeubles et terrains de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

Le Premier ministre, sur instruction du Président de la République, Chef de l’Etat, demande à toute personne physique ou morale ayant acquis, un ou plusieurs immeubles ou terrains tant du domaine public que du domaine privé de l’Etat, de se présenter dans un délai de quinze (15) jours munie de tous les titres et autres documents y relatifs, auprès de la commission pour la ville de Kinshasa et auprès des gouverneurs et maires pour les provinces et villes de l’intérieur du pays.

A l’expiration de ce délai qui court à partir de la publication du communiqué, le gouvernement usera de tous les moyens en sa possession pour récupérer les biens concernés et rétablir ainsi l’Etat dans ses droits.    

Le gouvernement accorde une place de choix à l’éducation

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le gouvernement accorde une place de choix à l’éducation classée parmi les secteurs prioritaires de son programme, a déclaré lundi le ministre de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel), Maker Mwangu Famba, dans son message à la nation à l’occasion de la Journée nationale de l’enseignement célébrée le 30 avril de chaque année.

Pour ce faire, a souligné M. Maker Mwangu, le ministère a adopté une vision devant permettre que chaque enfant congolais en âge scolaire soit un élève ; que l’élève congolais sache lire, écrire et calculer, après le cycle primaire ; que le lauréat du diplôme d’Etat ou d’un diplôme de cycle court sache exercer un métier, après le cycle secondaire. Plusieurs stratégies spécifiques sont envisagées pour la réalisation de cette vision du ministère de l’EPSP.

Le ministre Maker a cité notamment la formation initiale et permanente des enseignants et des inspecteurs ; la construction et la réhabilitation des infrastructures scolaires ; la production et la mise à disposition des matériels didactiques, des programmes et des manuels scolaires en faveur des élèves et des enseignants.

L’accès de la jeunesse congolaise à un enseignement de qualité ; la revalorisation de la formation enseignante et l’éducation pour tous et par tous comptent aussi parmi les stratégies peaufinées au ministère de l’EPSP. Dans le souci de briser la chaîne qui conduit « droit » les élèves au secondaire, sans capacité professionnelle quelconque, le ministre entend professionnaliser les humanités par des stages professionnels de durée appréciable  et de relancer le cycle court au secondaire afin de mettre sur le marché de l’emploi des ouvriers qualifiés.

L’éducation étant une priorité absolue pour l’avenir du pays, le ministre Maker a demandé à la société civile, aux syndicats, aux ONG et aux partenaires au développement de s’associer au gouvernement pour le redressement du système éducatif congolais, en vue de combattre la pauvreté et d’assurer la croissance et le développement.   

Défilé des forces vives de l’EPSP au stade des Martyrs

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Les forces vives de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel), notamment les membres du cabinet du ministre et des services centraux, des gestionnaires d’écoles, des partenaires éducatifs, des syndicats, des élèves de différentes écoles de Kinshasa, ont défilé lundi, au stade des Martyrs, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de l’enseignement.

Ce défilé, qui a duré plus de deux heures, s’est déroulé en présence du ministre Maker Mwangu Famba de l’EPSP entouré de ses collègues de la Condition féminine et de la Jeunesse et sports. Mme Chantal Safou, conseillère principale du Chef de l’Etat, était également présente à cette manifestation.

Sur les banderoles et autres calicots brandis par les manifestants, on pouvait lire : « Pas de développement sans instruction » ; « Luttons tous ensemble pour un enseignement de qualité » ; « Filles et garçons tous à l’école » ; « Combattre toutes les gangrènes de l’enseignement pour redorer ses blasons ternis ».

La journée nationale de l’enseignement pour l’année 2007 est placée sous le thème : « L’éducation au centre des préoccupations de la nation », rappelle-t-on.

Le vice-gouverneur Ngobila promet l’implication de la ville dans l’enseignement

Le vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Ngobila Mayo, a promis, lundi, l’implication de l’autorité urbaine dans la promotion de l’enseignement pour une bonne formation de la jeunesse à Kinshasa, lors du défilé marquant la Journée nationale de l’enseignement, au stade des Martyrs.

Le vice-gouverneur Ngobila Mayo qui représentait l’autorité urbaine à cette cérémonie, a qualifié cette journée de journée d’interpellation en ce qui concerne la formation de la jeunesse kinoise.

Il a estimé que la contribution de l’Hôtel de ville est très nécessaire dans tous les domaines, notamment dans la récupération des jeunes désoeuvrés et des enfants de la rue, « shegués », pour les initier dans différents métiers qui feront d’eux des artisans nécessaires pour le développement de la nation. Plus de 250.000 jeunes ont participé à ce défilé.     

Bilan positif des cinquante ans d’existence de l’Université congolaise

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le président du conseil d’administration des Universités du Congo, Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku, a jugé positif le bilan des cinquante ans d’existence de l’Université congolaise, lors des festivités organisées lundi dans la salle de congrès du Palais du peuple, à Kinshasa.

Mgr Tshibangu a évoqué les faits saillants de l’existence de l’Université congolaise à savoir son histoire, ses statistiques générales et ses réformes. L’idée de la création de l’Université au Congo, a-t-il dit, remonte à 1920 lors de la tenue du Synode qui regroupait les protestants, catholiques et autres personnalités qui pensaient à l’ouverture de l’Université au Congo.

Mais l’idée fut matérialisée en 1954 avec l’ouverture de l’Université Lovanium (Université de Kinshasa) et en 1956 de l’Université officielle du Congo aujourd’hui Université de Lubumbashi. D’autres universités et instituts supérieurs se sont succédés et la RDC compte actuellement 329 établissements d’enseignement universitaires et supérieurs, a-t-il poursuivi.

Depuis 1954, plus de 1.250.000 (un million deux cent cinquante mille) inscrits et 10.000 (dix mille) diplômés par an, a souligné Mgr. Tshibangu. D’autre part, a-t-il fait savoir, le monde économique, politique et diplomatique est animé par les universitaires congolais. Les diplômés continuent à s’imposer quant aux études post-universitaires ».

La question se pose au niveau de l’emploi, des infrastructures et de l’amélioration du barème salarial des professeurs et corps académiques, a conclu Mgr Tshibangu. Pour sa part, le vice-président de l’Assemblée nationale, Christophe Lutundula a souligné que son institution ne restera pas aveugle aux discours et débats universitaires.

Elle s’emploiera plutôt à rendre l’université compétitive et que l’Etat développe des recherches pour son progrès. Le ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Sylvain Ngabu, a mis en exergue la mission et le rôle de l’université.

Il a souligné que son ministère s’emploie à appliquer le programme du gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie des professeurs, du corps académique et des étudiants.

Témoignage sur l’Université congolaise

M. Mario Cardozo, ancien ministre de l’Education, l’un de trois premiers universitaires congolais à se rendre aux études à Louvain, en Belgique, après Thomas Kanza et Paul Mushiete, a relevé le combat qu’il a mené pour la réforme de l’éducation et d’autres avis émis à la CNS (Conférence nationale souveraine).

       
 

La LIDICEEC pour l’élaboration par le Parlement d’une loi sur à l’eau et l’électricité

Kinshasa, 02/05 (ACP). - La ligue pour la défense des intérêts des consommateurs d’eau et de l’électricité au Congo (LIDICEEC), une Organisation non gouvernementale de développement, vient d’appuyer l’initiative prise par le député Tshiongo Tshibinkubula Wa Tumba relative à l’élaboration d’une loi au Parlement sur le droit à l’eau potable et à l’électricité, a déclaré lundi à l’ACP, son président, M. Kalala Sambuka.

Cette proposition de  l’honorable Tshiongo, a-t-il dit, viendra s’ajouter aux 45 points du calendrier de la présente session d’avril au Parlement surtout que celui-ci est en train de débattre sur la question ayant trait à l’eau potable et à l’électricité.

Selon M. Kalala, cette loi va garantir l’accessibilité à l’eau  potable et l’électricité de tout le monde même dans les milieux urbano-rural. Créée en 2007, La Lidiceec a comme mission principale de défendre les droits des consommateurs, d’éduquer la population sur la gestion de l’eau et   de l’électricité, de lutter contre la pollution des sites de captage d’eau potable, et le vol des câbles et des tuyaux.

Elle plaide aussi pour  les consommateurs lésés par la non fourniture d’eau et de l’électricité, renseigne-t-on.

Publication d’une brochure intitulée Simon Kimbangu, Homme-Esprit, aux éditions CEDILU

Kinshasa, 02/05 (ACP). - Une brochure intitulée, Simon Kimbangu, Homme-Esprit, vient d’être publiée au Centre d’éditions et de diffusion LULA, (CEDILU)… à Kinshasa, a-t-on constaté le week-end sur le marché du livre.

Dans cette brochure, l’auteur, Luntadila Ndala Zafua, présente Simon Kimbangu comme étant un homme créé par Dieu, appartenant à une famille, un clan, une tribu et possédant une nationalité, soutenant qu’en sa qualité de serviteur de Dieu, Kimbangu mérite une attention particulière par le fait de sa capacité mobilisatrice des masses opprimées, lesquelles lui entourent des mythes pour ses actes de puissance et son évangile qui prône la libération des peuples.

Les forces coloniales dont l’administration belge, l’Eglise et la chambre de commerce, poursuit-il, se sont mobilisées avec hargne pour étouffer ce serviteur de Dieu qui s’est révélé, par son enseignement, comme un être mystique tandis que ses contemporains entretiennent un flou sur ses origines et sa personnalité.

Par ailleurs, ajoute le pasteur Luntadila, le premier type, Homme-Dieu, a été manifesté en Jésus-Christ, tandis que le second type, Homme-Esprit, décrit de quelle manière Kimbangu témoigne de Jésus-Christ de qui il a reçu mission d’évangéliser.

A en croire, le concept Homme-Esprit, se définit comme étant un être puissant spirituellement, qui a pris chair pour secourir l’humanité souffrante, dans la dialectique ou contradiction des civilisations spirituelles et matérielles, conclut l’auteur.

Formation des délégués syndicaux de l’OCC sur le code de travail

Boma, 02/05 (ACP)-. Six délégués syndicaux de l’OCC (Office congolais de contrôle)/Boma au Bas-Congo ont suivi dernièrement une session de formation axée sur l’étude comparative de l’ancien et du nouveau  code du travail.

Animée par l’Inter-syndicale UNTC (Union nationale des travailleurs du Congo) –SATOCC(Syndicat autonome OCC) – CSC (Confédération syndicale du Congo) et l’inspecteur urbain du travail, cette session de formation de six jours a permis aux syndicalistes de l’OCC de plancher sur quelques innovations introduites par le nouveau code du travail.

Il s’agit notamment de la recommandation faite aux entreprises viables de disposer d’une formation médicale ainsi que de l’importance accordée à l’aptitude professionnelle au travail plutôt qu’au certificat d’aptitude physique au moment de l’embauche, disposition qui met  un terme à la discrimination observée au détriment des personnes  vivant avec handicap.

Dans le même ordre d’idées, les participants à cet atelier ont appris que le nouveau code du travail détermine le barème des sanctions,tandis que l’ancien reste muet à ce sujet. Une autre  innovation concerne l’âge du maître d’apprentissage qui est ramené à 18 ans par le nouveau code du travail contre 21 ans dans l’ancien.

Enfin, aux termes du nouveau code du travail, la résiliation du contrat d’apprentissage est soumise à l’autorisation préalable de l’inspecteur du travail.

Le FSRDC octroie des bourses d’études aux finalistes des humanités

Kinshasa, 02/05 (ACP).- Le fonds social de la République Démocratique du Congo (FSRDC), vient d’octroyer des bourses d’études aux finalistes des humanités, ayant obtenu 65 % ou plus à l’Examen d’Etat, édition 2006-2007.

Cette annonce a été faite par le chef d’antenne de cette institution pour la ville de Kinshasa, M. Claude Nkaya, au cours d’une session de formation organisée dernièrement par la POLECO/Kinshasa à la salle de la bibliothèque du couvent de Saint Dominique, dans la commune de Limete à Kinshasa, à l’intention des ONG affiliées à cette organisation.

L’octroi de cette bourse, a fait savoir M. Nkaya, est conditionné par certains critères, notamment, adresser une  requête à ce sujet au FSRDC et produire les preuves d’inscription dans un établissement d’enseignement supérieur ou universitaire reconnu en République Démocratique du Congo. L’objectif poursuivi par cette faveur,   a-t-il également indiqué, est d’encourager les jeunes à exceller dans leurs études et à cultiver l’esprit de compétitivité, précisant que la taille de la bourse est de quatre cents dollars américains.

     

 

Nomination des membres du gouvernement de la province du Katanga

Lubumbashi, 02/05 (ACP).-  M. Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga, a signé le week-end un arrêté provincial portant nomination des membres du gouvernement de cette province. Composé de dix membres dont une femme, le gouvernement provincial du Katanga est une équipe largement représentative des districts et des tendances politiques en présence dans cette province.

Cette équipe composée essentiellement des jeunes technocrates ayant chacun une expertise dans son domaine, a la mission de combattre la fraude, la corruption et autres anti-valeurs qui sont à la base de la misère de la population du Katanga, une province aux immenses ressources naturelles.

Voici la composition du gouvernement provincial du Katanga :

1. Ministre près le gouverneur de province : M. Edmond Mbaz-a-Mbang

2. Ministre de l'Intérieur, décentralisation et Affaires coutumières : Jean-Marie Dikanga Kazadi

3. Ministre des Infrastructures, urbanisme et transport : M. Fridolin Kasweshi Musoka

4. Ministre des Finances et économie : M. Léon Tshakwiza Mulanda

5. Ministre du Budget et plan : M. Christian Mwando Nsimba

6. Ministre des Mines et Affaires foncières : M. Barthélémy Mumba Gama

7. Ministre de la Santé et affaires sociales : Dr Augustin Ilunga Ndjoloko

8. Ministre de l'Agriculture, pêche et élevage : M. Juvénal Kitungwa Lugoma

9. Ministre des Sports, loisirs, Environnement et tourisme : Mme Thérèse Lukenge Kapwibwe

10. Ministre de l'Education, jeunesse, culture et arts : M. Kabila wa Nkulu.

L'amélioration des conditions de vie des enseignants évoquée au gouvernorat de province du Katanga

L'amélioration des conditions de vie des enseignants de la RDC en général et de ceux du Katanga en particulier était au centre de l'entretien que M. Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga a eu lundi avec le Dr Modeste Omba Sakatolo, vice-ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel du gouvernement central en mission dans cette province.

Au cours de cette entrevue, les deux personnalités ont échangé sur la situation générale du secteur éducationnel dont les infrastructures nécessitent une réhabilitation totale afin de promouvoir l'enseignement et placer l'enseignant dans les meilleures conditions de vie. Elles ont recommandé que l'enseignement soit valorisé dans le  secteur éducationnel et parmi les cinq chantiers du Chef de l'Etat.

A l’issue de l'entretien, le vice-ministre à l'EPSP a demandé aux enseignants de se mettre au travail et de faire confiance au gouvernement de la Troisième République. Le Dr Modeste Sakatolo était conduit auprès du gouverneur du Katanga par M. Nicolas Nyange, inspecteur principal provincial de l'EPSP au Katanga.

La réhabilitation des hôpitaux de l'Etat, une priorité du ministre de la Santé

Lubumbashi, 02/05 (ACP).- La réhabilitation des hôpitaux de l'Etat est une priorité du mandat du Dr Victor Makwenge Kaput,  à la tête du ministère de la Santé publique de la RDC. C'est ce qui ressort de l'entretien que ce dernier a eu lundi avec M. Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga.

Le ministre de la Santé a expliqué au gouverneur du Katanga ses priorités au ministère de la Santé publique, à savoir rendre les hôpitaux de l'Etat accessibles à tous en administrant les médicaments à moindre coût, améliorer les conditions des soins,  réhabiliter les infrastructures sanitaires pour permettre à la population de recevoir des soins de qualité. Les deux personnalités ont, par ailleurs, passé en revue la situation générale de la santé au Katanga. L'autorité provinciale a émis le voeu de voir le secteur sanitaire être amélioré dans sa juridiction. Le ministre de la Santé publique est venu au Katanga pour procéder à la remise et reprise avec son successeur à la tête du département médical de la Gécamines où il était directeur.

Table-ronde sur la problématique de l’enfant de la rue à Goma

Goma 02/05 (ACP).- Une table-ronde réunit depuis jeudi une cinquantaine  des  personnes  parmi  lesquelles, les  représentants  des diverses  ONGS  tant  locales, nationales qu’internationales  oeuvrant  pour la protection de l’enfant,  ainsi que  les autorités  communales  et chefs  des quartiers   de la ville  de Goma.

 

     

 
 

L’apport des NTIC dans le développement social de la population évoqué au forum de Cap Town

Kinshasa, 02/05 (ACP).- « Les nouvelles technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), influent positivement sur la vie sociale de la population des différents pays et contribuent au développement, mais aussi au budget de ces derniers », telle est l’une des résolutions finales du sommet de l’Afrique numérique.

Ce forum qui s’était déroulé du 24 au 27 avril 2007, à Cap Town en Afrique du Sud, a connu la participation des ministres africains en charge du secteur des postes et télécommunications.

La RDC a été représentée à ses assises par le ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications (PTT), Kyamusoke Bamusulanga. Au cours de ces travaux, les participants ont évalué le niveau du développement des technologies sur le continent africain et le niveau d’acquisition des nouvelles techniques de l’information et de la communication  ainsi que leur implication dans les domaines de la santé et de l’agriculture. Dans le domaine de NTIC, en RDC beaucoup reste encore à faire du fait que le niveau actuel d’acquisition de ces nouvelles techniques est très bas, a relevé le ministre des PTT.

Selon lui, la RDC fournir des gros efforts pour s’en approprier afin de rendre l’accès facile de ces nouvelles technologies à un plus grand nombre de Congolais. Le ministre des PTT a également noué des contacts fructueux avec certaines firmes sud-africaines disposées à investir en RDC, dans les domaines de la poste et télécommunications. Ces opérateurs économiques sud-africains comptent investir dans un premier temps pour un montant de soixante millions de dollars américains (60 millions USD), avant juin 2007.

Ils sont disposés à signer un accord de partenariat avec l’Office congolais des postes et télécommunications (OCPT), pour relancer les activités de cet Office. Ces investisseurs sont attendus à Kinshasa au courant du mois de mai 2007.

   

Inauguration d’un centre de recherches à Goma

 Goma, 02/05 (ACP).- Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a procédé dimanche à l’inauguration du centre de recherches « Jule Center», en présence des divers invités et autorités de son entité. Selon le gouverneur, ce centre, dont le coût est évalué à plus ou moins six cent mille dollars américains, a été réalisé grâce à l’appui financier du Christ précipiterien chercheur de Minotor des Etats-Unis d’Amérique sous l’initiative de Heal Africa.

Ce centre, à en croire le gouverneur, permettra à tout le monde de mener des recherches scientifiques en vue de développer efficacement leurs aptitudes scientifiques. Il s’est réjoui, par ailleurs, de l’initiative de Heal Africa de part son importance par rapport au développement du monde auquel la RDC veut chercher à prendre part.

Il a enfin exhorté ses compatriotes à emboîter le pas à Heal Africa pour la reconstruction et le développement de la RDC, estimant que le moment n’est plus à la culture de consommation mais à celle de la production pour accéder au développement. De son côté, le représentant de Heal Africa a indiqué que tout a été fait pour l’intérêt des jeunes congolais en particulier et de l’Afrique centrale en général, avec comme objectif de faire de la ville de Goma la capitale scientifique de la RDC.

190 nouveaux médecins admis au sein du Conseil des médecins à Lubumbashi

 Lubumbashi, 02/05 (ACP).- Cent quatre-vingt-dix médecins de l’Université de Lubumbashi ont été admis au sein du Conseil national des médecins, au cours d’une cérémonie de prestation de serment d’hyppocrate organisé samedi au bâtiment du 30 juin à Lubumbashi.

Le vice-gouverneur du Katanga, M. Yav Tshibal qui présidait la cérémonie, a émis le vœu de voir ces médecins accompagner le Chef de l’Etat dans la réalisation de ses cinq chantiers, plus précisément dans le secteur de la santé, en vue d’améliorer l’accès de la population congolaise aux soins médicaux de qualité, avant de féliciter les lauréats.

Le représentant des lauréats a souligné la détermination de ses collègues à prester au pays pour participer au processus de la reconstruction nationale, et à respecter le serment d’hyppocrate pour sauvegarder la vie humaine.

L’université méthodiste unie de Mulungwishi envahie par les creuseurs artisanaux

Lubumbashi, 02/05 (ACP).- L’université méthodiste unie fonctionnant à Mulungwishi, au Katanga, est envahie par des creuseurs artisanaux à la recherche de l’hétérogénite au détriment de l’écosystème du site de cette université. M. Kasap Owan, recteur de cette université qui a lancé un cri d’alarme au cours de l’entretien qu’il a eu avec M. Yav Tshibal, vice-gouverneur du Katanga, a informé également l’autorité provinciale du projet de construction de nouveaux bâtiments devant abriter son université.

Le recteur a évoqué des difficultés de fonctionnement auxquelles cette institution universitaire de l’Eglise méthodiste unie est confrontée, et a sollicité auprès de l’autorité provinciale le déguerpissement des exploitants miniers du site de l’université Mulungwishi.

52 millions de USD pour réhabiliter les parcs nationaux

 Kinshasa, 02/05 (ACP).- La Banque mondiale et la BAD ont décidé de faire un don de cinquante-deux (52) millions de dollars américains à la RDC pour réhabiliter les parcs nationaux, lors de la 7ème session du forum des Nations Unies sur les forêts, tenu à New York aux USA, a annoncé vendredi le ministre de l’Environnement, Didace Pembe.

Le ministre de l’Environnement a affirmé l’engagement de la RDC à New York et à Ouagadougou sur l’instrument juridique et non contraignant, notamment en vue de promouvoir le système économique international pour lutter contre le problème de l’environnement, de renforcer les capacités des acteurs pour une meilleure utilisation de terre et des avantages économiques sociaux ainsi qu’écologiques, de l’amélioration de la connaissance du cadre de référence bio-physique de la RDC.

La construction des écosystèmes dégradés ainsi que l’amélioration du système de production s’avèrent indispensables pour accroître la superficie des forêts, a ajouté le ministre misant sur le financement accordé à la gestion durable des forêts et du sol congolais.

Suspension pour trois mois du médecin du district de Tshilenge

 Tshilenge, 02/05 (ACP).- Le Dr Mukuna Tutu, médecin du district de Tshilenge, au Kasaï Oriental, vient d’être suspendu de ses fonctions pour trois mois, au terme d’une décision administrative du commissaire de ce district, Joseph Makengo Matamba, rendu publique lundi dernier. Le Dr Mukuna a été dernièrement reconnu coupable de plusieurs manquements administratifs durant l’exercice de ses fonctions.

Ce médecin qui a été remplacé par son collègue, Dr Kasongo, était à la base d’une division clanique observée au sein du personnel médical du district. Il lui est également reproché les autres faits, notamment, d’avoir tenu des propos discourtois à la hiérarchie du district, le manque d’une sincère collaboration envers celle-ci ainsi que la paralysie du service par son comportement anarchique.

   

 

 

Motema Pembe bat (2-1) Malaïka à l’EPFKIN

Kinshasa, 02/05 (ACP).- Le DC Motema Pembe a battu le SC Malaïka par 2-1, mardi au stade Tata Raphaël, en match comptant pour la 16ème journée du championnat de l’EPFKIN (Entente provinciale de football de Kinshasa). Les deux buts immaculés ont été inscrits par Eale à la 73ème minute sur passe de Bivula et par Sungura à la 88ème minute sur passe du même Eale. Par cette victoire, l’équipe vert et blanc consolide sa position de leader avec 35 points pour 16 matches.

En premier match, MK Etanchéité a été surpris par l’AS Le Bleu sur le score étriqué de 0-1, grâce à un but de Mabangu à la 60ème minute. Lundi dernier au stade des Martyrs, pour le compte du match remis comptant pour la 12ème journée, le FC Pharmagros et ATT Sprt se sont neutralisés par 1-1 grâce aux buts de Sumpa (13’) pour le FC Pharmagros et Ngbudu Desa (39’) pour ATT Sport.

En premier match, pour le compte de la même journée, le FC Kilimandjaro est tombé devant Bel’or AC par 0-1, grâce à un but de Ndundani à la 10ème minute. Cet après-midi le calendrier prévoit les rencontres suivantes: au stade Vélodrome de Kintambo FC Nzakimuena - FC Pharmagros, SC Inter-AC Kintainers, u stade Tata Raphaël Bel’or AC-AC Okinawa, FC Tornado-AC St Herman, au stade des Martyrs FC les Stars-OCK, AS-V. Club-CS Style.

Le fondateur de SM Sanga Balende pour la tenue immédiate d’une assemblée générale du club

Mbuji-Mayi, 02/05 (ACP).- Le président-fondateur de Sa Majesté Sanga Balende de Mbuji-Mayi, Mwela Kankona a préconisé, le dimanche 22 avril 2007 dans sa résidence dans la commune de Diulu, la tenue immédiate d’une assemblée générale extraordinaire en vue de résorber la crise sévissant actuellement au sein du club.

La crise est consécutive au manque d’encadrement efficient des joueurs et du staff technique par le comité de direction dont la gestion n’est pas transparente en matière de transfert des athlètes, a-t-il fait savoir, avant d’inviter toutes les composantes du club à s’unir et à harmoniser leurs points de vue pour sortir SM Sanga Balende  du gouffre.

Les joueurs de Sanga Balende avaient fait dernièrement une marche de protestation à travers les artères de la ville de Mbuji-Mayi pour réclamer le départ du président du comité de direction, Mukumayi de la tête du club.

 
 
 
 
 

 

Le Pr. émérite Malembe Tamandiak, fondateur de l’IFASIC (institut facultaire des sciences de l’information et de la communication), a rappelé la lutte qu’il a menée depuis 1965 pour le devenir de cette institution.

Ces festivités ont été également marquées par la remise des diplômes de mérite ainsi que la décoration de certaines personnalités pour leur contribution à l’Université congolaise.

Parmi ces personnalités, figurent le sénateur Bemba Saolona, le gouverneur Moïse Katumbi, Mgr Plevoes, M. Lepira, ancien administrateur de l’UNIKIN, les représentants de l’UNESCO, de CARITAS-Développement, de la Fondation  Raxji, les Eglises catholique et protestante, les représentants des ambassades de Belgique et de France.

La clôture des festivités est prévue le 29 mai à l’Université de Lubumbashi, au Katanga où se tiennent des travaux des réformes de structures. D’autres recommandations seront présentées à l’Etat congolais par le conseil d’administration des universités du Congo.  

Diplomatie Chine-RDC : 2,5 millions USD « en prélude à des réalisations de grande envergure »

Kinshasa, 02/05 (ACP). – La RDC vient de bénéficier d’un accord de prêt et de don d’un montant global de 2,5 millions de dollars américains, dont le protocole a été signé lundi au ministère des Affaires étrangères  et de la coopération internationale, entre M. Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre d’Etat chargé de ce ministère et M. Wu Zexian, ambassadeur de Chine en poste à Kinshasa. D’après le diplomate chinois, le secteur des « infrastructures, à savoir celui des transports, est primordial.

C’est vers lui que devrait aller l’aide octroyée » car, « l’absence des routes, de réseau ferroviaire et de télécommunications peuvent causer de sérieux goulots d’étranglements », a-t-il ajouté. La RDC « apprécie hautement le geste posé », a fait remarquer le ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la coopération internationale, relevant que « c’est un prélude à des réalisations de grande envergure auxquelles nous sommes en train de réfléchir avec la partie chinoise ».

La République Démocratique du Congo espère avoir « dans une perspective d’avenir, une entente avec la Chine sur le plan international qui sera nécessaire pour l’accomplissement des actions gouvernementales, pour la bonne marche des affaires du monde », a fait remarquer M. Mbusa Nyamwisi.

Son hôte nouvellement accrédité par le gouvernement congolais, a quant à lui, promis de faire « tout pour mener à bien cette coopération mais, surtout dans le domaine économique et commercial ».

L’aide de la Chine est à inscrire dans le contexte de reprise de la coopération bilatérale et multilatérale entre la RDC et ses différents partenaires au développement.

Les deux pays ont depuis 1973 entretenu une coopération multiforme et variée.  

180 millions USD de la Banque mondiale pour la réhabilitation des infrastructures publiques à Kinshasa

Kinshasa, 02/05 (ACP). – La Banque mondiale vient de disponibiliser une somme de 180 millions de dollars américains pour la réhabilitation des écoles et de la Voirie urbaine de Kinshasa. L’annonce a été faite lundi, au cours d’un conseil économique et social au Grand Hôtel Kinshasa (GHK), en présence du gouverneur de la ville, André Kimbuta Yango.

Ce fonds a été reparti de la manière suivante : 60 millions USD pour le paiement de la dette extérieure des Petites et moyennes entreprises (PME), 40 millions pour la réhabilitation des écoles publiques, 30 millions affectés à la Voirie urbaine et 50 millions à la réfection des routes de desserte agricole.

En vue d’une gestion responsable et transparente de cette allocation, la Banque mondiale exige que soit créée une cellule pour le contrôle et le suivi de la gestion de ce fonds.

Il a été demandé à la chaîne des dépenses habituellement constituée des ministres du Budget et des Finances ainsi que du Bureau central de coordination (BCECO) d’associer aussi l’autorité urbaine et l’Assemblée provinciale de Kinshasa à l’utilisation de cette enveloppe.

Nécessité d’assainissement du milieu de la presse congolaise

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le ministre de l’Information, presse et communication, Toussaint Tshilombo Send a annoncé le week-end à la Télévision nationale congolaise, l’assainissement nécessaire et obligatoire du milieu de la presse nationale qui souffre de plusieurs maux.

Selon Toussaint Tshilombo qui était l’invité de l’émission « Totonga mboka », cet assainissement interviendra après l’organisation d’un forum national qui réunira non seulement des journalistes et des responsables des maisons de la presse mais également d’autres experts notamment des juristes ou même des inspecteurs de police judiciaire.

Il s’est élevé contre l’attitude de certaines maisons de presse qui dérogent au prescrit de la loi sur l’exercice de la liberté de la presse en RDC de 1996 en refusant par exemple, de payer les taxes dues à l’Etat et qui ne tiennent même pas compte de leurs cahiers des charges.

Le ministre de l’Information, presse et communication nationale a visité le mercredi 25 avril l’Agence Congolaise de Presse (ACP), où il a invité le personnel de l’agence gouvernementale et le comité de gestion à se prendre en charge. Il a décrié les conditions sociales et de travail dans lesquelles travaille le personnel de l’ACP qui avoisine aujourd’hui près de mille agents et cadres.

De la sécurité des journalistes

Le directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a décidé de consacrer la Journée mondiale de la liberté de la presse 2007 au thème de la sécurité des journalistes, dans son message prévu à l’occasion de la célébration de cette journée, le 3 mai.

Selon les organisations professionnelles, 2006 a été l’année la plus meurtrière jamais connue, avec plus de 150 professionnels des médias tués. Des centaines d’autres ont été arrêtés, menacés ou attaqués en raison de leur métier. « Il n’a jamais été ainsi dangereux d’être journaliste.

Les zones de conflits et post-conflits sont particulièrement dangereuses, notamment l’Irak où 69 professionnels ont été tués l’an passé. Depuis 2003, plus de 170 professionnels des médias pour la plupart des journalistes locaux y ont été assassinés, indique le directeur général de l’UNESCO.

Pourtant, poursuit-il, ceux qui risquent leur vie pour communiquer les informations indépendantes et fiables méritent l’admiration de tous. M. Matsuura a engagé tous les gouvernements du monde et pouvoirs publics à intensifier leurs efforts pour garantir la sécurité des journalistes.

La résolution 1738 adoptée par le Conseil de sécurité le 23 décembre 2006 condamne les attaques délibérément perpétrées contre les journalistes, les professionnels des médias et le personnel associé. Les journalistes, les professionnels des médias et le personnel associé qui accomplissent des missions professionnelles périlleuses dans des zones de conflits armés doivent être considérés comme des personnes civiles. Le matériel et les installations des médias sont des biens à caractère civil, et en tant que tels, ne doivent être l’objet ni d’attaques ni de représailles, tant qu’ils ne constituent pas des objectifs militaires, précise la résolution. Toutes les incitations à la violence contre des civils en période de conflit armé doivent être traduits en justice.     

Perspectives de création de l’Ecole nationale d’administration

Kinshasa, 02/05 (ACP). – La création d’une véritable Ecole nationale d’administration (ENA) est la concrétisation de l’un des axes majeurs de la réforme de l’administration publique, a déclaré le ministre de la Fonction publique, Zéphyrin Mutu Diambu-di-Lusala Nleva, à l’ouverture mardi d’une session de formation des hauts cadres de l’administration publique, au centre Bethanie dans la commune de la Gombe.

Cette session de formation s’inscrit dans l’ambitieux projet du gouvernement de mener une réforme de l’administration publique dont l’un des axes majeurs est la valorisation des ressources humaines et le renforcement des capacités des agents et fonctionnaires, a-t-il ajouté.

Outre la mise en œuvre d’une politique cohérente de formation permanente dispensée par les Sud-Africains, l’ENA a pour objectif d’assurer aux agents et fonctionnaires de l’Etat les qualifications et compétences nécessaires susceptibles de les rendre aptes à assurer aux citoyens de ce pays les services de qualité qu’ils sont en droit d’attendre de leur administration publique, a-t-il renchéri. Le ministre de la Fonction publique a aussi fait savoir que la République Sud-africaine a déjà levé l’option de s’impliquer dans le projet de l’ENA et de la formation des agents et fonctionnaires de la RDC.

Il a souligné que l’Ecole nationale d’administration (ENA) en gestation se doit de s’imprégner des expériences, expertises et compétences déjà acquises dans ce domaine dans plusieurs pays amis pour sa réalisation.

Les hauts cadres de l’administration publique en formation pour la future ENA

Les hauts cadres de l’administration publique vont suivre pendant 5 jours une première session de formation pour la future Ecole nationale d’administration (ENA), par l’entremise des experts de la « South Africain Management Development Institute » de Pretoria, a annoncé le ministre de la Fonction publique, Zéphyrin Muntu Diambu.

Pour le numéro un de la Fonction publique, cette formation constitue la concrétisation de la détermination du gouvernement congolais d’aller de l’avant. Il a souligné que cette première session sera suivie d’autres dont les connaissances acquises et les compétences qui en découleront leur seront profitables aussi bien pour l’exercice de leurs fonctions que pour les futures évaluations dans leur carrière.

Par ailleurs, le sérieux dont ils feront montre constituera, pour les amis sud-africains, un motif d’encouragement visant à améliorer leurs prestations au cours des sessions à venir, a-t-il conclu.        

Le nouveau président national des Eglises de réveil en RDC à la rencontre de la jeunesse chrétienne de Kinshasa

Kinshasa, 02/05 (ACP). – Le nouveau président national des Eglises de réveil en République Démocratique du Congo, le prophète Israël Konde a annoncé lundi, au cours d’une rencontre avec la presse, la tenue le 17 mai 2007 d’une rencontre avec la jeunesse chrétienne de Kinshasa pour lui présenter et recueillir ses avis sur les grands axes du programme d’action de son comité.

Ce programme porte notamment sur la salubrité publique, la lutte contre la délinquance juvénile et le désoeuvrement des jeunes, la lutte contre le vagabondage sexuel et le danger des maladies sexuellement transmissibles.

Le prophète Israël Konde, qui a appelé à une forte mobilisation de la jeunesse chrétienne pour la réussite de ce programme, sollicite aussi le soutien et l’intervention des pouvoirs publics pour une participation effective et efficace de la jeunesse chrétienne à l’action des Eglises de réveil dans la reconstruction nationale.

Par ailleurs, le prophète Konde dont l’Eglise, MEFOC, organise le 27 mai 2007 une journée de prières spéciales pour les aînés de famille, les responsables et les leaders au stadium de l’YMCA à Matonge, a exprimé sa gratitude au comité de sages des Eglises de réveil pour leur soutien qui a conduit à son élévation au poste de président national des Eglises de réveil en RDC.    

 
 
 
 
 
 
 
 

Le bourgmestre de Bagira réhabilité dans ses fonctions

Bukavu, 02/05 (ACP). – Le bourgmestre de la commune de Bagira à Bukavu, Etienne Basirwa, vient d’être réhabilité par la mairie dans ses fonctions, sur instructions de la hiérarchie après 2 mois de suspension par l’autorité provinciale suite à la recrudescence   de    l’insécurité et à la non assistance aux personnes    en   danger dans l’entité    sous  son administration.

Le bourgmestre Basirwa s’est réjoui de la levée de sa suspension mais fait remarquer que la commune de Bagira est un vaste territoire dans la ville de Bukavu logeant des personnes incontrôlées, cause majeure de l’insécurité qui y règne.

La sécurité étant l’une des priorités, il est impérieux que la population appuie les efforts fournis par l’autorité en vue de la sécurisation des habitants et leurs biens, a-t-il souligné.

L’ONG AVSI vole au secours des élèves de Shabunda

Shabunda, 02/05 (ACP).– L’Ong Association des volontaires sociaux internationaux (AVSI) a assisté les élèves du territoire de Shabunda au Sud-Kivu en fournitures scolaires.

Plus de 1.000 élèves ont vu les toits de leurs classes endommagés par des fortes pluies ou emportés par des ouragans, causant ainsi d’innombrables dégâts. Les autorités locales sollicitent auprès des associations, des ONG et des hommes de bonne volonté assistance pour que les élèves puissent terminer en beauté cette année scolaire.

Par contre, un enfant de 16 ans, élève  en 2ème année secondaire a été tabassé presque à mort pour avoir refusé de transporter à dos un des enfants d’un officier de la place. Hospitalisé pour des soins, l’élève Assani Yohali, sous l’effet des coups et des tortures, manifestent des troubles mentaux menant à la folie.

Cinq personnes tuées dans un accident de circulation sur la nationale n° 5

 Uvira, 02/05(ACP). – Cinq personnes ont été tuées et trois autres blessées suite à un accident de circulation survenu à Kala près du village d’enfants SOS sur la nationale N° 5. Un camion de la Bralima qui transportait de la boisson et un autre qui se dirigeait dans le sens contraire sont entrés en collision.

Le premier   s’est   renversé sur les victimes  qui    étaient    toutes des simples mamans cultivatrices revenant de leurs champs.

D’autres sources parlent déjà de sept morts et des blessés graves enregistrés au cours de cet accident de circulation. Il faut noter que plusieurs mamans ont l’habitude de se baigner à cet endroit aux heures du matin et du soir, lequel endroit renferme les eaux thermales  appelées «  Mayi ya moto ».

Les causes de cet accident ne sont pas encore connues, mais l’administrateur   du territoire a dit avoir    dépêché   une équipe de la   Police  mobile   intégrée pour   s’enquérir    de  la situation.

Une jeune femme déplacée de guerre accouche dans la rue au quartier Ngbaka à Kinshasa

Kinshasa, 02/05(ACP).- Une jeune femme âgée de 21 ans répondant au nom de Bibiane et déplacée de guerre, a donné naissance,    le   week-end   dans la rue   au    quartier Ngbaka dans   la    commune de Kinshasa, à des jumeaux de sexe masculin et féminin, a constaté lundi l’ACP.

Mme Bibiane qui a fui les hostilités toujours grandissantes dans le territoire de Masisi, au Nord-Kivu, n’a reçu aucun soin après son accouchement et passe la nuit à la belle étoile avec ses deux bébés.

La jeune maman qui est dans son premier accouchement se nourrit grâce à l’assistance des hommes de bonne volonté qui lui donnent nourriture et quelques habits pour ses jumeaux. Bibiane a indiqué à l’ACP que la guerre qui s’est passée au Nord-Kivu était à la base de la situation qu’elle connaît aujourd’hui, avant de s’interroger si son mari, Paul, et ses parents sont encore vivants.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Cette table ronde organisée  par la mairie  de Goma avec l’appui de l’UNICEF  et la section  protection  de l’enfant  de MONUC/Nord-Kivu, a comme objectifs d’éveiller la conscience  des autorités  sur le rôle  qu’elles ont dans  la protection  et la prise  en charge  de façon responsable  de la question phénomène  enfant  de la rue  à Goma  en particulier  et au Nord-Kivu en général, d’encourager  d’autres services  d’Etat congolais du Nord-Kivu  à  emboîter  les initiatives  de la mairie  dans  la recherche  des solutions  à ce problème  et enfin  de sensibiliser  tous les intervenants  dans ce domaine  dont les opérateurs  économiques  en particulier  de s’impliquer  dans cette démarche.

Au cours  de cette séance,  les participants  ont eu à évaluer  la situation  de la  démarche menée  dans la lutte contre  ce phénomène au cours  de l’année 2006, discuter  et échanger  sur la présente situation,  enfin  proposer  des pistes  des  solutions.

A cette occasion, M. Polydore  Wundi  Kwarwirwa  , maire  de la ville  de Goma  qui a ouvert  cette séance des réflexions, a d’abord  donné  le bilan  de la lutte  que la mairie mère  avec le concours  des partenaires parmi  lesquels, l’UNICEF, la section  protection  de l’enfant  de la MONUC,  au cours  de l’année 2006  dont le rendement  s’avère  satisfaisant, a-t-il souligné,  avant  de demander  aux participants  de fournir   des efforts consistants  en vue  de répondre  à la  question quoi faire  pour éradiquer  le phénomène  enfant  de la rue   sans pour autant  violer  à son droit.

Cette question  nécessite  une attention  particulière  pour laquelle  des propositions et résolutions adéquates  doivent  être données en vue  de faire  face d’une manière efficace à ce problème,  a également  indiqué  l’autorité  urbaine.

Pour  sa part, le représentant  de l’UNICEF a souligné  que  la volonté  à chaque   niveau  permettra  que cette  lutte  produise  des résultats  attendus, avant d’indiquer que  l’UNICEF  reste  disposée  à soutenir  tous les intervenants  ainsi  que les partenaires  du domaine  du bien-être  de l’enfant.

Démantèlement des poches de résistance des éléments FDLR en territoire de Rutshuru

Goma 02/05  (ACP).-  Le Colonel  Delphin   Kahimbi  commandant  à second  de la 8ème région  militaire  au Nord-Kivu,  a procédé lundi à une opération  de ratissage des éléments  de FDLR  lâchés  dans  le parc national  de Virunga et qui sèment la  désolation  parmi la population dans plusieurs localités  dans le  territoire  de Rutshuru, situé  à 75 km  de Goma. Il a mobilisé pour ce faire,  les éléments  de deux brigades   mixées,  dont ALFA  et BRAVO, a-t-on appris  des sources militaires à Goma.

Les  mêmes sources indiquent  que les inciviques  ont été  mis en déroute, emportant plusieurs biens de la population , semant sans  doute  la  mort  à plusieurs personnes  dans les localités environnantes.

159 familles fouillant ces affrontements sont arrivées  dans la localité  de Bunagana située  à la frontière  Ougando-congolaise  et qui attendent l’assistance  du HCR  et d’autres ONGs  qui s’occupent  des réfugiés   mais hélas, aucune  disposition  n’a pas encore été prise.

Les mêmes  sources indiquent  que 265 réfugiés congolais  qui se trouvaient  en Ouganda  ont fait aussi  apparition  dans la même  localité de Bunagana  et ont été reçus  par le HCR, pour  identification.

250 maisons privées et édifices publics détruits à Bandundu lors de la dernière pluie diluvienne

Bandundu, 02/05 (ACP).- Deux cent cinquante maisons privées et édifices publics recensés jusqu'ici ont été détruits par des vents violents lors de la pluie diluvienne qui s'est abattue lundi 23 avril dernier dans la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du même nom, laissant ainsi près de deux mille (2.000) personnes et des familles entières sans abris, a-t-on appris lundi du comité de crise constitué à cet effet et présidé par le directeur de province, Léopold Makwe Lisasi Ipan. 

Il s'agit, précise le procès-verbal d'enregistrement dudit comité, des 19 écoles primaires et secondaires, des 35 bâtiments administratifs et maisons des cadres provinciaux des services publics et des 195 maisons privées des particuliers à la cité dont 75 écroulées totalement et 120 détruites partiellement (toitures emportées).

La cabine électrique desservant le quartier Scibe-Congo a été touchée et cette partie orientale de la ville de Bandundu est totalement plongée dans le noir. La quête spéciale et libre qui a été lancée mardi dernier dans le cadre d'une initiative locale de ce comité de crise pour la prise en charge sanitaire et nutritionnelle des sinistrés et l'aide requise en matériaux de reconstruction, n'a pas encore atteint 100.000 FC en l'espace d'une semaine, a fustigé M. Makwe lors de la dernière réunion de samedi, avant d'évoquer les dangers qu'apporteront encore trois grandes pluies annoncées par la météorologie d'ici la fin du mois de mai prochain dans cette entité.

La distribution des farines de manioc et de maïs, fruit de cette quête, aux familles sinistrées les plus démunies a débuté samedi et va se poursuivre pendant la semaine en cours, a t-on constaté sur place.

 
 
 
 
 

Trente-cinq fûts de goudrons de la MIBA pour la réhabilitation du boulevard Laurent Kabila

Mbuji-Mayi, 02/05 (ACP).- La haute direction de la Minière de Bakwanga (MIBA), a offert trente cinq fûts de goudrons au comité mis en place pour la réhabilitation du boulevard Laurent Désiré Kabila dans la commune de Diulu à Mbuji-Mayi, apprend-on des sources crédibles de la MIBA.

Ce comité présidé par le Directeur provincial de la Banque centrale du Congo au Kasaï Oriental, M. Musanga, a reçu mandat du gouverneur de province, de récolter différents dons des opérateurs économiques pour la reconstruction de cette grande artère en état de dégradation avancé.

Pour le gouverneur de province du Kasaï Oriental, le boulevard Laurent Désiré Kabila est une des chaussées qui font la fierté de la ville et que par conséquent, il doit être complètement réhabilité.

Les conflits de pouvoir coutumier parmi les causes de la baisse de la production agricole au Kasaï Occidental

 Kananga, 02/05(ACP).- Les conflits de succession de pouvoir coutumier contribuent d’une manière ou d’une autre à l’insécurité alimentaire dans la ville de Kananga et son hinterland, renseignent les conclusions d’une étude menée dernièrement par une équipe d’experts conduits par M. Ngalamulume Katumba, anthropologue.

Ils sont à la base de la baisse de la production à la suite de prise de position de la population en faveur d’une ou d’une autre partie en conflit. Face à la délicatesse de la situation, l’étude préconise le règlement de ce genre des conflits sur des bases reconnues.

Dans le même contexte, elle suggère la réglementation des séances de prières pour éviter d’encourager la paresse chez des personnes adultes valides.

 
 

Les organisations paysannes appelées à une compréhension collective du concept de souveraineté alimentaire

 Kinshasa, 02/05 (ACP).- La présidente de l’ONG SOVOMA, Kisisa Mubongo Célestine a exhorté les organisations paysannes de la RDC à s’imprégner d’une meilleure compréhension collective du concept de souveraineté alimentaire qui requiert la production équilibrée dans le mode de consommation.

Mme Kisisa Mubongo a lancé cet appel vendredi à l’ACP en insistant sur le renforcement du dialogue et la création des alliances entre les différents secteurs et groupes d’intérêt pour un meilleur rendement des leurs objectifs et de bonnes analyses. « Il faut établir des stratégies communes et un plan d’action dans la lutte pour la souveraineté alimentaire », a-t-elle souligné.

Mme Kisisa a expliqué cette souveraineté comme étant un droit du peuple à une alimentation saine dans le respect des cultures et produite à l’aide des méthodes durables et respectueuses de l’environnement, selon leurs propres systèmes agro-alimentaires.

Elle a indiqué à ce sujet que les paysans dépendent de l’accès et du contrôle des ressources naturelles pour gagner leur vie, précisant que la violation de leurs droits est une atteinte à leur moyen de substance et de disposer une nourriture. Des conflits et des catastrophes naturelles à savoir les inondations, les tremblements des terres, les érosions, les réchauffements climatiques et les guerres ont affecté les populations les obligeant à quitter leur terre pour devenir les réfugiés ou déplacés.

La coordinatrice de SOVOMA a précisé que son organisation qui a pour objectif l’encadrement des paysans s’engage à évoluer en marge du forum tenu à Selihge (140 Km de Bamako) au Mali, du 22 au 23 février derniers. Le forum avait regroupé 500 délégués venus de plus de 80 pays pour réfléchir sur la souveraineté alimentaire, signale-t-on.

260 mille cas des décès dus au paludisme au Kasaï Occidental

 Kananga, 02/05 (ACP).- Deux cent soixante mille cas de décès causés par le paludisme, ont été enregistrés dans des structures de santé en 2006 au Kasaï Occidental, a révélé le week-end dernier à la presse, le médecin-coordonnateur provincial du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), le Dr Bernard Ngoyi. Au total, au cours de ce même exercice, 458 mille cas de paludisme ont été déclarés dans cette province.

Les personnes les plus touchées par cette maladie réputée meurtrière ont été des enfants de 0 à 5 ans et des femmes enceintes.

Ces données chiffrées ne sont pas exhaustives, plusieurs cas échappent aux structures de santé. Le Dr Ngoyi, qui a fait cette communication en marge de la journée africaine de lutte contre le paludisme célébrée le 25 avril, a indiqué que d’après les données de l’OMS, 41 pourcent des cas de fièvre en Afrique sont imputables au paludisme, 85 pourcent d’anémie et 37 pourcent de mortalité infantile ont été liés au paludisme.

Il a plaidé pour une sensibilisation à grande échelle de la population à travers la presse pour la prévention du paludisme en dormant sous la moustiquaire imprégnée et en faisant l’assainissement de l’environnement.

Quant aux personnes souffrant du paludisme, le traitement se fait par l’association d’artesucrate avec l’amodiaquine, en se référant aux centres de santé, pour la prise en charge correcte du malade. Le recours à la quinine a été conseillé pour les cas de paludisme compliqué.

Les différentes manifestations ont été programmées dans le cadre de cette journée de 25 avril 2007 sous le thème « Libérons l’Afrique du paludisme ». Il s’agit des émissions radiodiffusées et télévisées sur le paludisme, la caravane motorisée et la matinée de sensibilisation.

5 mille moustiquaires imprégnées distribuées aux zones de santé de Kananga

 L’Association de santé familiale (ASF) a distribué gratuitement au premier trimestre 2007, cinq mille moustiquaires impregnées d’insecticide au quatre zones de santé à Kananga. Il s’est agi des zones de santé de Bobozo, Lukonga, Kananga et Ndesha.

Ces moustiquaires, a expliqué à la presse vendredi l’inspecteur médical provincial à Kananga, M. Freddy Mukeba, expert de l’ASF, sont destinées aux personnes vulnérables notamment les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans, lors des consultations prénatales et préscolaires. L’utilisation de la moustiquaire imprégnée doit être vulgarisée auprès de toutes les populations, en vue de prévenir la malaria.

Cette prévention demeure une nécessité urgente parce que la malaria peut provoquer des fausses couches et occasionner la diminution des poids de l’enfant à la naissance. A cela s’ajoute aussi l’anémie auprès des femmes enceintes, des bébés et d’autres enfants. La malaria peut tuer et entraîner beaucoup de dépenses pour la prise en charge médicale du malade, a relevé l’expert de l’ASF/Kananga.

 
 
 

Le chef de division des Sports et loisirs exhorte ses collaborateurs à faire preuve de capacités managériales

Mbuji-Mayi, 02/05 (ACP).- Le chef de division provinciale des Sports et loisirs du Kasaï Oriental, Clément Tshikuna Kalala a exhorté ses collaborateurs à faire preuve de grandes capacités managériales en vue de générer des moyens nécessaires à la réussite des tâches spécifiques assignées à cette division.

Clément Tshikuna a émis ce vœu au cours de la réunion tenue à leur intention le lundi 23 avril 2007 dans son bureau de travail. Pour y parvenir, le chef de division a prôné la confiance mutuelle et le rejet du phénomène colportage qui ne profite à personne. Il a en outre convié chaque chef de bureau à exploiter au maximum son secteur afin que la réussite soit totale et palpable.

Cette réunion fait suite au relâchement coupable dans le chef de certains responsables des services dans l’accomplissement de leurs tâches quotidiennes, rappelle-t-on.

Jac Trésor champion de la mi-saison à l’EUFKIN-Tshangu

Kinshasa, 02/05 (ACP).- Jac Trésor est champion de la mi-saison du championnat de division I de l’Entente urbaine de football de Kinshasa-Tshangu, indique le classement rendu public jeudi par le secrétaire exécutif de cette Entité sportive.

A l’issue de la 17ème et dernière journée, Jac Trésor totalise 34 points et est talonné par AS Bana Vea, 31 points. Le classement officiel se présente de la manière suivante : 1. Jac Trésor 34 points, 2. AS Bana Vea 31, 3. FC Canon 29, 4. AS N’Sele de N’Djili 27, 5. AC Alpha 2000 24, 6. Les Griffes 22, 7. SC Kingasani 21, 8. FC Bomoko 21, 9. FC Système 20, 10. AC Victoria 20, 11. FC Union 19, 12. FC Manysaini 18, 13. FC Val Sport 18, 14. FC Nantes 16, 15. RC Nonga 16, 16. St Thérèse 10, 17. AS Etomat 10 et 18. FC La Pigalle 6. ACP/GME/BUM

 
 
 
 
 
 
 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |