Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1323     Date: 25-04-2007
 
       
     
 

Le Président Kabila rencontrera les députés de l’opposition
Kinshasa, 25/04 (ACP).
Le président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, a affirmé au cours de la plénière qu’il a présidée mardi, que le Président de la République, Joseph Kabila a accepté de rencontrer les députés de l’opposition. Ceux-ci avaient adressé par le truchement de M. Kamerhe un mémorandum au Chef de l’Etat en appui de leurs revendications et avaient sollicité à cet effet, une audience pour « exprimer de vive voix et de manière détaillée ces revendications ». « Nous avons transmis ce mémo et je voudrais assurer ici nos amis de l’opposition sur le fait que le Président a marqué son accord pour recevoir une délégation de l’opposition », a déclaré M. Kamerhe, sans préciser le jour de la rencontre. Les députés de l’opposition avaient suspendu leur participation aux travaux de l’Assemblée nationale le 13 avril dernier, en réclamation notamment des garanties pour leur sécurité et des menaces visant plusieurs d’entre-eux. Ils avaient aussi revendiqué la réouverture du siége du MLC, le principal mouvement d’opposition.

Retour à l’Assemblée d’un parti d’opposition

Le Président du groupe parlementaire des Chrétiens démocrates, l’un des trois partis d’opposition, Kiakwama-Kia-Kiziki, a annoncé au cours de la plénière que son parti reprenait les travaux. « Nous avons pris acte de la parole donnée par la majorité dans toutes ses composantes d’œuvrer concrètement à la décrispation du climat politique, au respect de la liberté d’expression, à la garantie de la sécurité tant physique que juridique de tous les Congolais », a-t-il notamment déclaré. Dès lors, a-t-il poursuivi, « les membres du groupe parlementaire des Chrétiens démocrates, membres de l’opposition politique institutionnelle, ont eux aussi fait le pari du dialogue et de la concertation et reprennent leur participation loyale à la plénière de l’Assemblée nationale », a-t-il ajouté. Deux autres partis, le MLC et l’Ordre des démocrates républicains (ODR) devraient eux aussi reprendre leur place à la plénière dès ce mercredi, croit-on savoir.

Onze jours de pourparlers

Les pourparlers pour obtenir ce retour ont duré onze jours. Pour le président de l’Assemblée nationale, c’est un aboutissement heureux car, sa vision demeure celle de voir l’Assemblée nationale fonctionner comme un creuset de la démocratie où l’opposition et la majorité cohabitent harmonieusement. M. Kamerhe a retracé toutes les péripéties de ces pourparlers qui ont eu pour cadre la conférence des présidents élargie aux membres des commissions permanentes. Il a rappelé à tous les députés que le seul cadre dont ils disposent pour s’exprimer librement demeure la plénière de l’Assemblée nationale ainsi que la conférence des présidents. M. Kamerhe a appelé les partis qui n’ont pas pris leur place mardi à le faire lors de la plénière de ce mercredi

Débat sur le calendrier de la session de mars 2007

Les députés ont débattu au cours de la même séance le calendrier de la session en cours qui comporte 45 points repartis en deux catégories, à savoir les arriérés législatifs et les nouvelles matières. Parmi les arriérés législatifs, on compte plusieurs points de la session extraordinaire et ceux de la transition, tandis que les nouvelles matières comportent des lois sur la décentralisation, le statut de l’opposition, le budget 2007, ainsi que d’autres textes liés au fonctionnement de la justice et la défense nationale. Le président de l’Assemblée nationale a assuré l’opposition que la loi relative au statut de l’opposition sera examinée en priorité, pour permettre à cette dernière d’organiser son fonctionnement. Ce calendrier sera adopté ce mercredi.

Le premier ministre procède à l’ouverture du séminaire sur la réforme de la Police

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le Premier ministre, Antoine Gizenga Funji, a fait valoir, mardi, que la sécurité des personnes et de leurs biens constitue l’une des priorités,  si pas la priorité du gouvernement, dans son mot d’ouverture du séminaire national sur la réforme de la Police nationale congolaise, à l’Hôtel Invest à Kinshasa. Le chef du gouvernement a souligné à cette occasion que sa présence à cette cérémonie constituait un signal  fort sur la politique du gouvernement de s’atteler à la refondation de l’Etat et à l’instauration d’un Etat de droit en RDC. Antoine Gizenga a rappelé la longue période de turbulence que le pays a connue et au  cours de laquelle l’autorité de l’Etat a été sérieusement entamée. Pour la rétablir, il faut une police bien formée, bien équipée et dont les éléments sont motivés, a dit le Premier ministre, avant d’exhorter les séminaristes à se mettre au travail de façon déterminée afin de jeter les bases d’une police apolitique, républicaine et professionnelle que toute la Nation attend. Auparavant, le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, de la Décentralisation et de la Sécurité, Denis Kalume Numbi, a mis l’accent sur les domaines complexes et prioritaires de la réforme de la Police nationale congolaise.

Le constat du GMRRR
Le document de base sur lequel les séminaristes vont s’appesantir est le résultat des travaux du Groupe mixte de réflexion sur la réforme et la réorganisation de la PNC (GMRRR) institué le 14 novembre 2005. Ce groupe avait pour mission de procéder à l’état des lieux de l’actuelle police nationale, formuler des recommandations pour la définition de la future police dans le respect de la nouvelle constitution, et rédiger un projet de la loi organique de la police. Selon le général major Denis Kalume, la police actuelle est appelée à subir de profondes mutations quant à  sa nature, à ses missions, à son organisation ainsi qu’à l’unification de ses services, de ses ressources financières, matérielles, budgétaires, etc.

Présence d’un personnel hétérogène à la PNC

Le constat établi par le GMRRR fait état de la présence au sein de la Police nationale d’un personnel hétérogène, peu ou pas formé et dont le profil ne correspond ni à l’emploi occupé, ni au grade revêtu dans la plupart des cas. Par ailleurs, la faible hauteur des ressources budgétaires ne permet pas une mobilisation suffisante quant à la rémunération, à l’équipement, aux soins de santé et d’autres besoins.

Absence de règlements d’administration

L’absence de règlements d’administration rend aussi difficile la gestion de la carrière des policiers congolais ainsi que le maintien de la discipline et l’évaluation des effectifs. Bref, la gestion collective et individuelle du personnel de la Police nationale congolaise reste encore aléatoire.

Les solutions dans l’immédiat

Il s’agira de procéder rapidement à l’identification et au recensement du personnel pour permettre de dégager les besoins en recrutement et formation, procéder aux ajustements des effectifs et assurer le suivi de la carrière du policier. Il faudra également que ce séminaire se penche sur les rapports de la police avec d’autres institutions, les autorités politico-administratives et la justice. La Police nationale congolaise existe en fait et en droit depuis le 22 avril 1997, née des cendres de l’ancienne Gendarmerie nationale et la garde civile. Le présent séminaire prendra fin vendredi.

Présentation des copies figurées des lettres de créance du nouvel ambassadeur d’Afrique du Sud en RDC

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le nouvel ambassadeur d’Afrique du Sud à Kinshasa, Molefe Samuel Tsele, a présenté mardi au ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, les copies figurées de ses lettres de créance en RDC. Théologien de formation, le nouveau diplomate sud africain est né le 7 décembre 1956. Après ses études primaires et secondaires à l’Institut Mabuya, Daveyton, Benoni en 1976, il entre à l’Université d’Afrique du sud où il obtient une licence en Théologie en 1980 et un diplôme en Théologie  au séminaire luthérien de Umphumolo en 1980 avant d’être consacré « Pasteur de l’Eglise évangélique luthérienne de l’Afrique du Sud ». Diplômé d’honneur en Théologie de l’Université d’Afrique du Sud en 1989, l’ambassadeur Molefe entreprend une maîtrise en théologie en Ethique politique à l’Ecole luthérienne de Théologie de Chicago, aux Etats-Unis entre 1989 et 1991, avant de défendre sa thèse de doctorat en Ethique politique au sein de cette même Ecole en 1995. Professeur au séminaire théologique luthérien de Maphululo entre 1995 et 1996, il exerce les fonctions de conseiller spécial du gouverneur de province du Nord Ouest de 1996 à avril 2001 et de conseiller politique du gouverneur en 2006 tout en assumant en même temps les fonctions de secrétaire général du Conseil Sud-africain des églises. Il déploie plusieurs activités tant au niveau des églises locales, internationales que des organismes régionaux et sous-régionaux au sein desquels il est appelé à assumer les fonctions d’observateur et d’arbitre ainsi que de consultant. L’ambassadeur Molefe Tsele  est marié et père de trois enfants.

Le développement de Beni évoqué au ministère des Affaires étrangères

Les différents projets liés au développement socio-économique de Beni (Nord-Kivu) ont été mardi au centre de l’entretien qu’a eu le ministre d’Etat des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, avec le conseil honoraire italien de la société ITALCOM CESTARI. « La société ITALCOM s’intéresse au développement de Beni, notamment dans les projets d’adduction d’eau, de l’électricité et d’aménagement de l’aéroport », a déclaré l’homme d’affaires italien avant de préciser que pour le compte de la société, il effectuera dans les tout prochains jours, un voyage d’études à Beni en vue de visiter les secteurs dans lesquels il va apporter son concours conformément aux cinq chantiers de la reconstruction nationale. Sa société qui a des assises en RDC, est déterminée à investir dans la réalisation des objectifs de développement dans cette partie du pays qui a connu des moments difficiles durant la guerre.

Vers la concrétisation d’un accord de coopération en construction entre Kinshasa et Pyongyang

Kinshasa et Pyongyang viennent d’entamer des négociations devant aboutir à la signature entre les deux parties, d’un accord de coopération dans le domaine de construction des édifices. Cette information a été révélée mardi à la presse, à l’issue d’une visite de travail que le président directeur général de la société Mansudae Overseas Project Group Of Company, de la Corée du Nord, Kim Sok Sam, a rendue au ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères et de la coopération internationale assumant l’intérim du ministre du Commerce extérieur, Antipas Mbusa Nyamwisi. Conduit auprès du ministre d’Etat Mbusa Nyamwisi par l’ambassadeur de la Corée du Nord à Kinshasa, Ri  Wason, M. Kim Sok Sam a souligné que son Groupe qui est spécialisé dans le domaine de construction des édifices entend négocier la construction en RDC d’un Palais des sports, d’un musée et d’un parc d’attraction à la FIKIN, ajoutant que les matériels de ce parc sont prêts à être embarqué pour la RDC dès qu’un accord de principe interviendra entre les deux pays. L’opérateur économique nord coréen s’est dit satisfait de l’attention que le ministre Mbusa Nyamwisi entend apporter à sa compagnie pour la réalisation de ses projets.

La SADC entend s’impliquer dans la réalisation de cinq chantiers de la reconstruction de la RDC

La SADC (Communauté de développement des pays de l’Afrique australe et centrale) entend s’impliquer  dans le programme de développement de cinq chantiers du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, par la recherche des solutions. Le secrétaire exécutif de la SADC, Thomaz Augusto Salomao, qui s’est entretenu à cet effet, mardi avec le ministre d’Etat des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, a indiqué à la presse que l’appui de son organisme s’articulera autour des secteurs prioritaires notamment l’éducation, les infrastructures, l’eau, l’électricité et l’intégration sociale des démobilisés de l’armée. Il a précisé que la SADC est décidée d’accompagner la RDC dans la reconstruction et le développement économique.

Matinée diplomatique du vice-ministre des Affaires étrangères

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Alain Lubamba, a eu mardi une matinée diplomatique, au cours de laquelle il a reçu tour à tour, les ambassadeurs d’Egypte et du Maroc ainsi que le Chargé d’affaires du Bénin. L’ambassadeur d’Egypte, Mertada El Lashin, a évoqué avec le vice-ministre Lubamba des projets liés à la coopération dans les domaines de la formation des diplomates et des cadres militaires congolais, dont son pays, qui a une expérience éprouvée dans ces secteurs, envisage de mettre son expertise aux bénéfices du gouvernement congolais. Pour sa part, l’ambassadeur du Maroc, Mohamed El Benchekroui a discuté avec son hôte de la prochaine tenue à Rabat des travaux de la grande commission mixte congolo - marocaine. Quant au Chargé d’affaires du Bénin, son entretien avec le vice-ministre des Affaires étrangères a tourné autour de la reprise de la coopération entre Kinshasa et Cotonou. Mais une source proche du cabinet du vice-ministre a révélé que le diplomate béninois a évoqué la question liée à la dette béninoise contractée à la RDC en 1968, évaluée à 2 millions deux cent mille dollars américains. A en croire la même source, une délégation congolaise se rendra prochainement dans la capitale béninoise pour discuter les modalités de remboursement de cette dette d’Etat à Etat.

International crisis group soumet ses préoccupations au ministre d’Etat Mbusa Nyamwisi

Les directeurs du Group international crisis oeuvrant en Afrique et en Europe, François Grignon et Alain Délétroz, ont soumis mardi au chef de la diplomatie congolaise, Antipas Mbusa Nyamwisi, les préoccupations de leur organisme qui s’occupe des questions liées aux conflits. « Crisis s’intéresse plus sur ce qui se passe en RDC après les processus de pacification et électoral, particulièrement à la décision qui sera prise à New-York par les Nations Unies », a dit M. Alain. Pour sa part, M. Grignon a soutenu que la relance de la CEPGL (Communauté économique des pays des Grands Lacs) peut contribuer au retour de la paix dans la région et permettre aux trois pays voisins de multiplier des échanges commerciaux, gage de dividende que les peuples de la région peuvent bénéficier de la paix. Il a fait remarquer que la relance de la CEPGL a été souhaitée par tout le monde et l’International crisis dans le but d’encourager les populations à vivre en paix.

Préparation de la 2ème phase de la mise à la retraite des agents et fonctionnaires de l’Etat

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Le coordonnateur du Groupe de travail de mise à la retraite, Jean-Paul Mbula, a tenu le vice-ministre de la Fonction Publique, Vincent Okoyo, informé de la mise à jour des listes des agents et fonctionnaires de l’Etat éligibles pour la deuxième phase de mise à la retraite, au cours d’une visite effectuée le lundi par l’autorité  de la Fonction publique dans cette cellule de travail relevant de sa tutelle. Le coordonnateur du Groupe a relevé que la Banque Mondiale avait mis à la disposition du gouvernement un montant de 47 millions de dollars américains pour couvrir la mise à la retraite de 100 mille fonctionnaires et que pour cette deuxième phase, les fonctionnaires éligibles à la retraite sont au nombre de 26 mille agents pour la ville de Kinshasa. Par ailleurs, le vice-ministre de la Fonction Publique, qui, lui, a visité l’Ecole nationale de l’Administration (ENAP), s’est rendu compte des différents problèmes auxquels est confronté l’établissement, notamment l’état de délabrement des certains locaux, le manque d’installation hygiénique ainsi que des livres à la bibliothèque. L’administrateur général de l’ENAP, Gilbert Mbangilwa, a cependant assuré le vice-ministre que l’Ecole nationale de l’Administration publique s’emploie à relancer ses activités en organisant les formations et séminaires pour la perfection des fonctionnaires. Le vice-ministre de la Fonction Publique a, en outre, pris connaissance des difficultés et des conditions de travail des agents des ministères oeuvrant au sein du bâtiment de la Fonction publique, dont ceux de l’Energie, de l’Urbanisme et Habitat et des Travaux publics. Il a promis de faire rapport à l’autorité hiérarchique, invitant les cadres et agents au dialogue pour l’émergence d’une administration publique saine, performante et dynamique.

Ouverture de la semaine mondiale d’Action en faveur de l’Education pour tous
Kinshasa, 25/04 (ACP).-
Le ministre de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel), Maker Mwangu Famba, a procédé lundi, au complexe scolaire Wangata, dans la commune de Kinshasa, à l’ouverture de la semaine mondiale d’Action en faveur de l’Education pour tous (SMA). M. Mwangu a, à cette occasion, indiqué que « son ministère est conscient du fait que l’éducation est un droit fondamental », constituant la meilleur voie pour sortir le peuple de la pauvreté notamment par sa contribution à l’épanouissement de la personne humaine. Le programme du gouvernement, a-t-il relevé, prévoit la gratuité et l’obligation de l’enseignement primaire pour tous.

C’est dans ce cadre que certaines actions sont prévues au ministère de l’EPSP pour le renforcement du système éducatif congolais, a-t-il affirmé. Pour le coordonnateur de la semaine mondiale d’action (SMA) Jean-Pierre Kimbuya, secrétaire général de SYECO (Syndicat des enseignants du Congo), l’objectif de cette SMA allant du 23 au 28 avril est d’amener les décideurs politiques ainsi que toute la communauté nationale à s’engager au respect du droit de l’éducation en RDC en faveur des enfants. A ce jour, a-t-il dit, 4.700.000 enfants congolais ne vont pas à l’école. Cette situation est déplorable, a-t-il martelé, invitant la SMA à peser de tout son poids pour que le budget alloué à l’éducation passe au moins  à 15% en vue d’atteindre 40 % à l’horizon 2010. M
. Kimbuya a souligné au cours de la SMA, notamment la collecte des preuves certaines activités prévues de non jouissance des droits à l’éducation. Il a enfin remercié les syndicats, les ONG et les partenaires du secteur éducatif, l’OXFAM Grande Bretagne, l’UNESCO, l’UNICEF et autres parrains de l’Education pour tous (EPT) pour leur implication à cette semaine d’éducateur. L’Assistant du représentant de l’UNESCO M. Yao, prenant la parole au nom des agences marraines de l’EPT, a fait savoir que le thème choisi interpelle tout le monde du fait que le droit à l’éducation est  bafoué. Il a, en outre, fait la lecture de l’évolution de l’Education pour tous au monde et en RDC. En cela, a-t-il indiqué, il faut mener des actions dans le cadre de la qualité de l’enseignement et de l’accès à l’éducation. Le représentant du Premier ministre et le vice-ministre de l’EPSP étaient présents à cette cérémonie.

Consultation populaire sur le «Traité international sur le commerce d’armes légères»
Kinshasa, 25/04 (ACP).-
Une centaine des participants ont planché, lundi, en la salle de conférences du Collège Boboto, sous l’égide du Réseau Congolais d’action sur les armes légères (RECAAL), sur des propositions à soumettre au gouvernement avant la signature du « Traité international sur le commerce d’armes légères ». Selon le coordonnateur national du RECAAL, Flory Kayembe Shamba, ces consultations s’inscrivent dans le cadre du vote exprimé par 153 (cent cinquante-trois) gouvernements aux Nations Unies en décembre 2006, en faveur de  l’élaboration d’un traité sur le commerce des armes. Il a souligné qu’au cours de cette année 2007 le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon atend de tous les gouvernements des avis sur le contenu de ce traité.

La prolifération des armes légères n’est pas simplement une question de sécurité, mais aussi un problème des droits humains et du développement, a soutenu M. Flory Kayembe, paraphrasant le secrétaire général des Nations Unies sortant, Kofi Annan. Pour M. Kayembe, le successeur de Kofi Annan, Ban-ki-Moon, sollicite des points de vue sur la faisabilité, l’étendue et les paramètres du TCA (Traité sur le commerce des armes) qui peut se baser sur les principes contenus dans des accords déjà existants sur le contrôle des armes. Le TCA vise à empêcher le transfert des armes qui peuvent être utilisées en violation des droits humains ou du droit international humanitaire. Le délai buttoir pour le dépôt par le gouvernement à l’ONU de ces propositions est fixé au 30 avril 2007, rappelle-t-on.

Lancement du séminaire international de formation sur la promotion et la protection des droits humains
Kinshasa, 25/04 (ACP).-
Le ministre des Droits humains, Eugène Lokwa, a ouvert, lundi, au Grand Hôtel Kinshasa, le séminaire international de formation consacré aux mécanismes africain et onusien de promotion et de protection des droits humains. Le ministre des Droits humains a salué la présence des officiels et plus particulièrement de Mme Reine Alapini-Gansou, commissaire et rapporteuse spéciale de la Commission africaine des droits de l’homme avant d’indiquer que ce séminaire est une activité essentielle dans la promotion et la protection des droits de l’homme car ce dernier occupe la 3ème place dans la 3ème République. Il a invité les participants à participer activement aux travaux de ce forum qui leur permettra d’acquérir davantage de connaissances et d’enrichir leur expérience sur les outils de droit international et les mécanismes africain et onusien des droits humains. Pour sa part, M. Floribert Chebeya, président de la Voix des sans voix, a indiqué que ce séminaire s’ouvre dans un contexte socio-politique préoccupant dominé par la suspension de la participation aux travaux de l’Assemblée Nationale des députés de l’opposition politique au motif de l’insécurité, faute de protection requise et de respect de leur immunité parlementaire. Il a également évoqué le problème des bandes armées opérant impunément au Nord et Sud Kivu semant la mort et la désolation au sein de la population civile par des tueries, pillages et viols massifs des femmes dans cette partie du pays,  avant de placer dans le même contexte l’Ituri avec les atrocités des milices armées et l’enrôlement des enfants soldats. Quant à Mme Anita Klum, secrétaire générale de la Fondation suédoise pour les droits humains, elle a cité les trois raisons cruciales de ces mécanismes qui aident les Etats dans l’interprétation et l’application des dispositions des conventions internationales et veillent à ce que les violations des droits humains soient portées à la connaissance de toute la communauté des Etats, des organisations non gouvernementales et autres commissions, comités et cours des droits humains. Ce forum offre ainsi l’occasion aux participants de dialoguer avec les experts d’autres Etats et ONG dans un milieu constructif, car, a-t-elle soutenu, le rôle primordial de ces mécanismes n’est pas de juger ou de condamner mais plutôt d’encourager et de promouvoir le respect des droits fondamentaux pour tous. Ce séminaire qui s’organise pendant six (6) jours réunira soixante (60) participants et participantes venus des ONG des droits de l’homme, des syndicats, des églises, des organes de presse de Kinshasa, des provinces de la RDCongo, du Congo/Brazzaville, de Suède, de Suisse et de la République de Haïti ainsi que des représentants des institutions publiques de la RDC. Il est parrainé par la Fondation suédoise pour les Droits humains, la Voix des sans voix et le Service international des droits de l’homme.

Le COMESA planifie une série des projets en faveur de la RDCKinshasa, 25/04 (ACP).- Le marché commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA) qui vient de tenir à Lusaka en Zambie du 19 au 20 avril 2007 la première session conjointe des ministres du Transport, des communications, des Travaux publics et de l’Energie a planifié une série des projets intéressant la RDC. Selon le communiqué de Presse du ministère des Transports et voies de communication remis à l’ACP, la RDC a été représentée à ces assises par la vice-ministre aux Transports, Mme Laure-Marie Kawanda. Ces projets, indique la même source, sont relatifs à l’aviation civile, aux routes, aux chemins de fer, à la météorologie, à la voie navigable du corridor Nord et à ses plates-formes intermodales. A une question de la presse, Mme la vice-ministre aux Transports a souligné l’importance géostratégique de la RDC dont la position au centre de l’Afrique en fait un pays charnière appelé à faciliter les communications et le commerce entre le Nord et le Sud ainsi qu’entre l’Est et l’Ouest du continent. Laure-Marie Kawanda a formulé, à cette occasion, le vœu de voir le gouvernement congolais prendre conscience de son rôle moteur dans le progrès du continent qui reste incontestablement tributaire de ces secteurs. Le COMESA est, rappelle-t-on, l’une des organisations régionales sur laquelle compte l’Union Africaine pour promouvoir l’intégration du continent africain et qui a vocation de freiner sa marginalisation à l’échelle mondiale et de susciter son développement. Elle compte seize pays membres dont douze ont pris part aux assises de la première session qui vient de se tenir à Lusaka.

       
 

44 familles sinistrées du quartier Ndanu, à Limete déguerpies injustement

Kinshasa, 25/04 (ACP).- 44 familles sinistrées ayant acquis des terrains (parcelles) depuis 1981 au quartier Ndanu, dans la commune de Limete sur ordre du défunt Président Mobutu, viennent d’être déguerpies par un certain Mwepu, également du quartier, mais qui se prétend « vieux propriétaire » de ce site, voici des décennies. Les deux parties en conflit déclarent avoir chacune le titre de propriété et ne veulent lâcher prise. Les 44 familles ont fait une descente surprise mardi au ministère de la Justice accusant M. Mwepu d’utiliser en sa faveur magistrats et hommes en uniforme pour les harceler et déguerpir. Alerté, le ministre de la Justice et garde des sceaux, Georges Minsay Booka, est descendu sur les lieux en vue de calmer les esprits surchauffés tout en écoutant les deux parties en conflit. Il a instruit,  séance tenante, le procureur général de la République près le parquet de Matete et le conservateur du titre foncier du ressort, de traiter le dossier avec célérité et équité dans la mesure où un habitant du quartier n’ayant ni domicile fixe ni moyen logistique conséquent, ne peut aménager à ses frais plus de dix hectares d’espace où les sinistrés se sont implantés. Le ministre  Minsay a exprimé ses regrets de voir des militaires s’immiscer dans un conflit qui oppose des civils, promettant de saisir l’auditorat militaire en vue d’identifier et de traduire en justice ceux qui inquiètent et terrorisent les familles au quartier  Ndanu.

Tenue d’une journée culturelle au C.S. les « Mickey » à Gombe

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Une journée culturelle visant à assurer la promotion du complexe scolaire, les « Mickey », installé dans la commune de la Gombe, s’est tenue, le samedi au sein de cet établissement d’enseignement primaire et secondaire. Dans son mot d’ouverture, le chef de cet établissement scolaire, M. Constant Nyunyi, a  donné l’historique de l’école tout en relevant les difficultés matérielles dont les  « Mickey » sont confrontés avant de circonscrire l’événement sur le plan marketing et éducatif. Trois exposés, portant respectivement sur les aléas  de l’accoutrement de la jeune fille congolaise, les maladies sexuellement transmissibles ainsi que le VIH/SIDA face au développement de la Rd Congo, ont été, tour à tour développés par Mmes Jeannette Ntumba Mbombo et Bokango Muyumba, professeurs à cette école et Mme Edith Massamba, présidente de l’ONG la Voix de la femme africaine (VOFA). De leur côté, les élèves ont présenté quelques saynètes et chants sur le SIDA, à la grande satisfaction du public, faisant ainsi à cette occasion, une démonstration trigonométrique. Pour sa part, la promotrice de l’école, Mme Yolande Tshibanda, a, dans son mot de clôture, invité les parents et les hommes de bonne volonté à soutenir les activités ayant trait au développement de l’école, pour l’intérêt de la jeunesse scolarisée. Au cours de cette cérémonie, on a noté la présence des parents d’élèves et celle d’autres invités.

Campagne de sensibilisation de l’ONG « Cinq sur cinq » sur l’assainissement de la commune de Kalamu

Kinshasa, 25/04 (ACP).- L’ONG « Cinq sur cinq » mène depuis le week-end dernier, une campagne de sensibilisation des jeunes de la commune de Kalamu sur l’assainissement de leur milieu afin d’éviter certaines maladies endémiques (maladies hydriques et des mains sales), a annoncé  à l’ACP Toussant Innocent Kashala Kapepe,  trésorier de cette ONG. Au cours de cette campagne, les sensibilisateurs conseillent aux jeunes de s’adonner aux travaux de curage et d’enlèvements d’immondices notamment. Créée en 2007, cette ONG opérant dans le secteur de l’assainissement projette aussi de lutter contre la délinquance juvénile. L’ONG « Cinq sur cinq » est présidée par M. Gabriel Mudiandambu, secondé par M. Pascal Mulumba Tshikaya.

Les enseignants du réseau catholique de la localité de Wikong mécontents de leur situation salariale

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Plus de cent vingt (120) enseignants, des écoles du réseau catholique de Wikong, localité située à 120 km de la ville de Mwene-Ditu, dans le territoire de Lwilu, au Kasaï Oriental, sont mécontents de n’avoir pas bénéficié de la totalité de leurs salaires mensuels, a appris dernièrement l’ACP, d’une source qui a requis l’anonymat. Ces enseignants s’insurgent contre le chargé de retrait de l’enveloppe salariale des écoles catholiques de cette juridiction scolaire, à la coordinatrice du diocèse de Lwiza à Mwene-Ditu, en la personne de M. Germain Kavula, conseiller des écoles primaires du réseau catholique dans cette juridiction scolaire, qui, selon eux, retire mensuellement une somme variant entre trois cent cinquante (350) et cinq cents (500) francs congolais dans l’enveloppe salariale de chaque enseignant, au motif des frais de transport, Mwene-Ditu-Wikong. Certaines sources affirment que l’Etat congolais a toujours pris des dispositions pour que les  salaires puissent parvenir entièrement aux agents et fonctionnaires. Face à cette situation, les enseignants de cette contrée de la province du Kasaï Oriental se proposent de ne pas toucher le salaire, amputé. Ils en appellent à la conscience des autorités à tous les niveaux.

Vers l’assainissement du boulevard Laurent Désiré Kabila de Mbuji-Mayi

Kinshasa, 25/04 (ACP).-  Le gouverneur du Kasaï Oriental, Alphonse  Ngoy Kasanji, a recommandé l’assainissement du boulevard Laurent Désiré Kabila, actuellement dans un état de délabrement avancé. Le chef de l’exécutif provincial a fait cette recommandation au cours de la réunion de concertation qu’il a présidée récemment à l’intention des opérateurs économiques habitant le long de cette artère, une des principales voies de communication intercommunales de la ville de Mbuji-Mayi. Les  membres de cette commission ont promis au gouverneur du Kasaï Oriental de se mettre immédiatement au travail, afin que cette artère soit réellement le rayonnement de la ville de Mbuji-Mayi.

     

 

Un faux général tente d'escroquer le directeur provincial de l'OCC/Katanga

Lubumbashi, 24/04 (ACP).- Un escroc de grand chemin répondant au nom de Christian Binelo, se faisant passer pour le général Karambe, conseiller militaire du Chef de l'Etat, a été arrêté le 19 avril dernier par les services de renseignements de la 6ème région militaire à Lubumbashi  grâce à la vigilance de M. Bernard Yumembudi Piango, directeur provincial de l'OCC/Katanga. Le faux général a tenté en vain d'escroquer de l'argent au nom de la Présidence de la République en vue de le faire nommer membre du comité de gestion de cette entreprise d'Etat. Cet escroc qui était logé à l'hôtel "Beau Site", vivait dans une opulence grossière avec une moyenne de 800 USD par jour.

Il recevait des visiteurs en quête de ses services pour des raisons inavouées à qui il offrait à boire et à manger en abondance pour honorer son rang de général des FARDC et de conseiller militaire du Chef de l'Etat. Il était muni d'un faux ordre de mission signé par l'actuel directeur de cabinet du Chef de l'Etat. Après son arrestation, le faux général a reconnu son forfait en demandant une mesure de clémence des autorités militaires du Katanga.

A l'état-major de la 6ème région militaire, on indique que Christian Binelo, sera jugé par la justice militaire pour usurpation de la qualité d'officier général des FARDC. Après vérification, Christian Binelo, originaire de la province du Maniema habitant la commune de Kalamu à Kinshasa serait assistant à l'UNIKIN. Abordé à ce sujet par l'ACP, le directeur provincial de l'OCC/Katanga, a exprimé son inquiétude pour sa sécurité, étant donné que le faux général est venu de Kinshasa avec un titre de voyage aller-retour et son numéro d'appel téléphonique pour le rencontrer. Pour lui,  il y a une main noire qui a agi à travers Christian Binelo, étant donné que la lutte contre la fraude que la direction provinciale mène sous l'impulsion de M. Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga, fait plusieurs aigris dans les milieux des opérateurs économiques véreux.

Six étrangers expulsés de la RDC pour séjour irrégulier

Lubumbashi, 24/04 (ACP)-  Six étrangers dont cinq Indiens et un Chinois en séjour irrégulier sur le territoire congolais dans la province du Katanga,  ont été expulsés la semaine dernière par la direction provinciale de la DGM/Katanga. Cette opération d'expulsion menée en conformité avec la convention sur les droits de l'homme et autres instruments juridiques internationaux ratifié par la RDC, était ordonnée par le général Jean Pierre Ondekane, directeur général de la DGM lors de sa récente mission de service dans la province du Katanga. Ces six expatriés travaillaient dans des entreprises locales avec le visa de voyage en lieu et place du visa d'établissement. Ils ont été embarqués à bord d'un vol régulier de la compagnie Kenya Airways à destination de leurs pays d'origines via Nairobi sans aucune brutalité. Une commission composée des cadres de la DGM et des délégués du ministère de l'Intérieur venus de Kinshasa et de ceux de la Direction provinciale de la DGM/katanga est actuellement à pied d'oeuvre dans une opération de contrôle de visa des étrangers vivant dans cette province.

Cette opération de contrôle est organisée en trois phases notamment la remise des fiches de renseignements aux entreprises utilisant une main d'oeuvre étrangère, la collecte des fiches de renseignements remplies et la vérification des renseignements et l'analyse des données.  Après cette étape, les étrangers qui seront déclarés en séjour irrégulier, seront expulsés du territoire congolais. L’opération qui entre dans le cadre de la mission régulière de la DGM, a pour objectif la maîtrise des effectifs de la population étrangère et le respect de la législation congolaise en matière de migration.

Le général Ondekane avait, au cours de séances de travail à Lubumbashi et à Kasumbalesa lancé un mot d'ordre formel aux cadres  et agents de la DGM les mettant en garde contre des tracasseries sur les étrangers au cours du contrôle de visas.  Il avait indiqué que les détenteurs de 6000 visas accordés gratuitement sont tenus à les régulariser en payant 1.500 $  par visa conformément à un arrêté interministériel de l'Intérieur et des Finances qui fixe ce taux.

L’Assemblée urbaine de Kinshasa pour l’élaboration urgente du budget 2007

Kinshasa, 24/04 (ACP).- L’Assemblée urbaine de Kinshasa s’est accordée vendredi sur la nécessité d’élaborer dans le meilleur délai, des prévisions budgétaires de la ville pour l’année 2007 en vue de doter à la fois l’exécutif provincial des moyens de sa politique et l’organe délibérant de fonds indispensables à son fonctionnement. Elle l’a exprimé au cours de la session ordinaire qui s’est tenue à l’hôtel de ville de Kinshasa sous la présidence de l’honorable Roger Nsingi dans un climat empreint de sérénité. Outre l’aspect lié à l’élaboration du budget, les députés ont examiné les points relatifs à la validation des mandats, à la mise en place des commissions permanentes et à l’examen du plan d’action du gouverneur urbain attendu dans les prochains jours. La constitution des commissions permanentes a été renvoyée en attendant le prononcé de la Cour suprême de justice sur les contentieux électoraux concernant certains députés. Six groupes parlementaires ont constitué cette Assemblée ; à savoir : le MLC, le PPRD, les Nationalistes, les Centristes, les Patriotes et les Républicains-Progressistes.

La création d’un réseau mixte « gouvernement, ONG  Eglises » recommandée au séminaire sur la protection de l’enfant

Matadi, 24/04 (ACP)-. Les participants au séminaire sur les mécanismes communautaires de protection de l’enfant organisé du 17 au 20 avrli 2007 au Centre pour handicapés physiques « Nzo a Nsalansani», à Matadi, ont recommandé la création d’un réseau regroupant le gouvernement, les ONG et les Eglises,  devant assurer la protection des droits de l’enfant en RDC.

Pour les participants à ces assises, ce réseau devra servir de cadre d’écoute et d’orientation des enfants victimes des violations desdits droits, veiller au respect et à la mise en application effective des droits de l’enfant, prévenir les violations de ces droits, protéger l’enfant  contre les mauvais traitements, promouvoir et entreprendre des initiatives de vulgarisation des droits de  l’enfant, etc. Organisé avec l’appui du CAPES (Centre africain pour la formation supérieure des éducateurs sociaux), ce séminaire avait pour objectif le renforcement des capacités  des relais communautaires pour la mise en place d’un environnement protecteur et des mécanismes de protection en faveur des enfants congolais, en général, et de ceux en rupture familiale en particulier.

Ainsi, 29 personnes venues du secteur étatique, des ONG de protection des enfants ainsi que des églises traditionnelles et de réveil ont été formées sur les droits de l’enfant, les étapes de son développement, les facteurs de risque et les mécanismes communautaires, la lutte contre les violences et l’exploitation sexuelle des enfants, le processus de mise en application des projets de sensibilisation, de formation et d’éducation des enfants. 

Reprise du trafic sur l’axe routier Boma-Muanda

Boma, 24/04 (ACP)-. Le trafic sur l’axe routier Boma - Muanda a repris normalement après une interruption de cinq jours environ, a-t-on appris lundi des usagers de cette route. Cette  interruption faisait suite aux travaux de réhabilitation du pont Lukunga, long de 8 mètres, situé à une dizaine de kilomètre de la ville de Boma, qui se trouvait dans un état de délabrement très avancé. Les travaux de réhabilitation de ce pont dont le coût n’a pas été révélé, ont été réalisés par le groupe Malta Forrest, chargé de réfectionner la nationale numéro Un, axe Boma – Muanda.

Journées d'information et de formation des élus et cadres provinciaux du Bandundu

Bandundu,24/04 (ACP).- Les journées d'information et de formation de trois jours des élus de la province du Bandundu aux niveaux législatif et exécutif organisées par le PNUD,ont été ouvertes en début du week-end au centre Emmaüs des pères de la Société du Verbe divin de la ville de Bandundu,au bénéfice des députés provinciaux,des personnels administratifs de l'assemblée provinciale et du gouvernorat et des chefs de divisions provinciales des services publics du Bandundu,en présence des notabilités locales,a t-on constaté sur place. M.Assani-Mboyo,expert et chef de la délégation du PNUD, a dit dans son mot de circonstance, que cette activité est axée sur les mandats,les rôles et les fonctions des pouvoirs législatif et exécutif,dans le nouveau système politique de la RDC.

Son objectif est,a t-il précisé,de redynamiser le nouveau système politique congolais issu des élections et de consolider ses bases aux niveaux national et provincial,en vue d'un bon fonctionnement des institutions démocratiques et d'une bonne compréhension de la répartition des tâches et des responsabilités entre les différentes institutions. Selon une note du PNUD remis à l'ACP,la formation qui est dispensée par des experts nationaux et internationaux porte sur les grandes lignes de la Constitution,les questions liées au régime politique,la structure de l'Etat,l'organisation judiciaire,les rapports entre les pouvoirs établis,les relations entre l'Etat central,les provinces et les entités décentralisées,le statut,les droits et obligations du parlementaire,les immunités liées à sa fonction, sa rémunération et autres avantages,sa triple mission de législation,de contrôle et de représentation,l'autonomie administrative et financière du Parlement,le budget de l'Etat, etc... Ces journées sont organisées par le projet d'Appui aux institutions de la Transition (AIT) du PNUD, conclut le document.

Octroi des téléphones cellulaires aux députés provinciaux et personnel administratif de l'Assemblée provinciale du Bandundu

Bandundu, 24/04 (ACP).- L'entreprise de communication par téléphonie cellulaire CELTEL a octroyé à crédit, en début du week-end, des téléphones cellulaires aux députés provinciaux et personnel administratif de l'Assemblée provinciale du Bandundu, au cours d'une cérémonie organisée par Celtel au centre Emmaüs des pères de la société de verbe divin de la ville de Bandundu,a t-on constaté sur place. Le chargé de marketing de cette entreprise, Albert Kabeya, a fait savoir,dans son mot de circonstance,que cet octroi scelle la collaboration de partenariat entre les deux parties et vise de faciliter des contacts des élus du peuple avec des tiers,précisant que ce crédit sera payé de façon échelonnée.

     

 
 

Le ministre des Finances rassure les milieux d’affaires français à Paris

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Le ministre des Finances, Athanase Matenda Kyelu, s’est entretenu lors de son passage dernièrement à Paris avec les milieux d’affaires français notamment des entrepreneurs « français et congolais », le club de Paris, le cabinet d’avocat Jeanet et associés ainsi que les membres du MEDEF etc. Athanse Matenda  a invité les uns et les autres à investir en RDC où grâce au nouveau gouvernement, une reprise en main des finances publiques et de la situation monétaire ainsi que des mesures administratives ont permis de redresser le compte général du trésor qui affiche un solde excédentaire fin mars de plus de 25 milliards de francs congolais.

De la stabilité du franc congolais

Le ministre des Finances Athanase Matenda a affirmé en France que l’écart entre le taux officiel et le taux parallèle du franc congolais par rapport à la monnaie de référence est d’environ 5% au cours de sa rencontre avec les entrepreneurs industriels français membres du MEDEF. Il a rappelé que les années 90 ont été caractérisées par une dépréciation forte de la monnaie nationale où la différence entre le taux officiel et le taux parallèle atteignait près de 25%, par un système bancaire déficient et une inflation presqu’à cinq chiffres. Cette situation a été aggravée par les différents pillages qu’a connus la RDC. S’agissant des affaires, le ministre Matenda a assuré les entrepreneurs français de l’engagement et de la volonté du gouvernement d’assainir l’environnement des affaires en RDC.

La relecture et la révision de certains contrats ainsi que la soumission à l’Assemblée nationale des projets et lois-cadres s’avère nécessaire, a-t-il souligné, avant de rappeler la nécessité pour la RDC de conclure un programme formel à moyen terme avec le Fonds monétaire international (FMI). M. Matenda a invité les hommes d’affaires français à venir dès maintenant en RDC pour se rendre compte des opportunités d’investissement et de travailler ensemble avec le gouvernement pour l’assainissement.

La RDC veut conclure un programme à moyen terme avec le FMI

Le ministre des Finances a noté à l’intention du club de Paris que l’objectif du gouvernement est de conclure un programme à moyen terme avec le FMI pour permettre un report de la dette des principaux créanciers bilatéraux. Le ministre congolais souhaite l’atteinte du point d’achèvement pour bénéficier de l’annulation de la dette de la RDC auprès des principaux créanciers.

Contexte politique explique

Le ministre des Finances a, en outre, rassuré les membres de l’association franco congolaise sur l’Etat de droit en voie d’édification avant d’expliquer le contexte politique et économique actuel de la RDC, au cours de sa rencontre avec les membres du Sénat et l’association franco congolaise. Il a enfin présenté les opportunités contenues dans les cinq chantiers de l’action du Chef de l’Etat et du gouvernement au cours de son premier mandat.

   

Plaidoyer pour une réactualisation du réseau des aires protégées du bassin du Congo

Kinshasa, 24/04 (ACP).- Le Pr. Risasi de la faculté des sciences agronomiques de l’Université pédagogique national (UPN) a plaidé pour la réactualisation du réseau des aires protégées du bassin du Congo au cours d’une conférence animée, lundi, dans la grande salle de géographie de l’université, sur le thème : « La problématique des aires protégées du bassin du Congo ». Le bassin du Congo possède plusieurs aires protégées non encore mises en valeur par manque d’une stratégie nationale et internationale, a-t-il indiqué soulignant que les aires protégées permettent aux états de mieux contrôler l’utilisation des plantes et des animaux qu’ils considèrent comme importants ou menacés d’extinction.

 

Elles peuvent  également  générer des revenus aux populations locales en les exploitant pour le tourisme, étant des sites touristiques. En République Démocratique du Congo, les différentes aires protégées comprennent : les parcs nationaux (Virunga, au Nord-Kivu ; Garamba, dans la province Orientale, Kahuzi-biega , au sud-Kivu ; Salanga à cheval sur l’Equateur, dans le Bandundu et les deux Kasaï ; Upemba au Katanga ; Kundelungu au Katanga et Maïko, dans le Maniema. A cela, s’ajoutent les trois réserves de liophère :  Yangambi biosphère province Orientale, Lufila au Katanga et Lubri, dans le Bas-Congo ainsi que des réserves forestières dont une au Bandundu, deux au Kasaï Occidental, 26 au Bas-Congo, trois à l’Equateur, 20 dans la province Orientale, 15 au Kasaï oriental, 83 au Kivu et 31 au Katanga. Quant aux domaines de chasse, la province Orientale en compte 7, le Katanga 4, le Maniema 1, le Nord-Kivu 1, le Bandundu 1 et Kinshasa 1 à Bombo Lumene. Ce nombre est insuffisant, a-t-il relevé, car plusieurs possibilités s’offrent au bassin du Congo pour créer d’autres aires protégées.
 

Trois quarts de provinces de la RDC accusent un retard à l’accès à l’eau potable

Kinshasa, 24/04(ACP).-  Environ trois quart de provinces de la RD Congo ont acquis un sérieux retard sur le plan de développement de l’accès à l’eau potable, indique un document du PNUD dans son rapport du développement mondial humain 2006 parvenu lundi à l’ACP.  Selon le document, la pollution, les sécheresses, la pauvreté, la guerre de 1998 à 2003, et la croissance urbaine chaotique ont constitué les grands obstacles pour l’approvisionnement en eau potable dans les différentes provinces de la RDC.

 

La ville province de Kinshasa n’est pas épargnée souligne le document sur le plan de développement de l’accessibilité à l’eau potable citant notamment les quartiers de Mpasa, de Bibua, du Tchad, de Banza-Lemba, de Maluku, de Kingabua-village, de Lemba-Imbu, de Kinsuka, de Kimbuala, de Kikimi, ainsi que la commune de Kisenso. Ce rapport révèle que la RDC regorge de 25 % de réserves mondiales d’eau de source, mais seulement 48 % de sa population a l’accès à l’eau potable. Le manque d’eau potable tue plus que les conflits armés, souligne la même source. L’Afrique subsaharienne ne parvient pas à maîtriser les questions en matière d’accessibilité à l’eau potable contenue dans les objectifs millenaires du développement (OMD), note le document, regrettant que, à ce jour, pour une population africaine estimée à 800 millions d’habitants, 300 millions sont privés de l’eau potable, 315 millions manquent des installations sanitaires de base.

 

 Tenue d’un forum scientifique du 27 au 28 avril à Kinshasa 

Kinshasa, 24/04 (ACP).-  Un forum scientifique est prévu du 27 au 28 avril 2007, à l’hôpital général provincial de référence de Kinshasa, annonce un communiqué parvenu lundi à l’ACP. Ce forum scientifique s’inscrit dans le cadre des 3ème journées odontostomatologiques de Kinshasa organisées par l’Association Nationale des Chirurgiens-Dentistes dont le thème principal est l’extraction dentaire : traitement au mutilation.

 

L’exercice physique recommandé pour lutter contre l’arthrite des femmes

 

Kinshasa, 24/04 (ACP).- Une nouvelle étude menée par les chercheurs australiens  recommande l’exercice physique aux femmes d’une cinquantaine d’années et du troisième âge pour une prévention contre l’arthrite, indique une dépêche de l’AFP parvenue vendredi à l’ACP.

 

   

 

 
 

V.Club defait (2-1) OCK à l’EPFKIN

Kinshasa, 25/04 (ACP).- L’AS V.Club a défait l’Olympique Club de Kinshasa (OCK) par 2-1, mardi au stade des Martyrs, en match comptant pour la 15ème journée du championnat de l’Entente provinciale de Football de Kinshasa (EPFKIN). Les buts vert et noir ont été inscrits par Tamundele (7’) et Mundoni (32’) tandis que celui de l’OCK a été l’œuvre de Bangala (88’). En premier match, le DC Motema Pembe a battu l’AC Kintainers par un score étriqué de 1-0, grâce à un but de Junior Eale à la 40ème minute. Au stade Tata Rapaël, pour le compte de la même journée, l’AS Dragons a marché sur le FC Nzakimuena par 6-2, grâce aux buts de Zemanga (3’), Nsimba (5’), Ngenge (10’), Ingoli (14’, 66’) et Ziba (77’) tandis que ceux du FC Nzakimuena par Mukanya (43’) et Bofambu (52’). Au stade Vélodrome de Kintambo, l’AS le Bleu partagé avec le FC Pharmagros sur la marque de 1-1, grâce aux buts de Kinavuidi (4’) pour le Pharmagros et Boketshu (87’) pour l’AS le Bleu. En deuxième match, le SC Inter a eu raison de ATT Sport par un score étriqué de 1-0, grâce à un but de Kulu Nzenze dès la 9ème  minute.

Mazembe-Mwana Africa en matches des barrages de la 4ème coupe de la Confédération en mai prochain

Kinshasa,25/04 (ACP).- Le TP Mazembe Englebert rencontrera la formation zimbabwéenne de Mwana Africa, en matches des barrages de la 4ème Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), au mois de mai prochain. La première manche aura lieu le dimanche 6 mai 2007 à Kinshasa et la seconde à Harare deux semaines plus tard. Il est à savoir que le TP Mazembe Englebert de la RDC a été éliminé par l’AS FAR du Maroc (1-0, 0-2) en 8èmes de finale de la 11ème ligue des champions de la CAF, tandis qu’au même niveau, dans la 4ème Coupe de la Confédération, Mwana Africa a éliminé l’Etoile Filante du Burkina Faso (0-2, 3-0). Voici par ailleurs, les autres rencontres des barrages prévus en mai prochain, en aller et retour : Etoile du Congo (Congo/Brazzaville)-Benfica de Luanda (Angola), Wydad AC (Maroc)-Ismaïla (Egypte), Young Africans (Tanzanie)-El Merreikh (Soudan), Nasouwara United (Nigeria)-Kwara United (Nigeria), Sundowns (Afrique du Sud)-Gaouafel Gabsa (Tunisie), Maranatha Féokpo (Togo)-Dolphin (Nigeria) et Coton Sport (Cameroun)-SC Sfaxien (Tunisie).

Séminaire de recyclage pour les arbitres de la LIFKOC

Kananga, 25/04 (ACP).- Une soixantaine d’arbitres de la LIFKOC (Ligue de football du Kasaï Occidental) ont participé à un séminaire de recyclage FIFA (Fédération internationale de football association), organisé dernièrement en la salle de réunions de la succursale provinciale de la Banque centrale du Congo (BCC) à Kananga. Animée par Cinji Badibake Billy, expert de la FIFA, cette session de sept jours a permis aux participants de se remettre à niveau, par la maîtrise et l’application efficiente des 17 lois de jeu. Outre le rôle de l’arbitre, il a également été question de la clause et des autres aspects délicats de l’arbitrage. Pour le président de la LIFKOC, François Kamuage, ce séminaire a été un moyen évident ayant permis aux arbitres de revaloriser leurs connaissances afin de se montrer dignes au sein du mouvement sportif. Il a rappelé que tout a été mis en œuvre pour la réussite de ces assises en vue de permettre au football du Kasaï Occidental d’évoluer positivement. Pour terminer, il n’a pas manqué de remercier la BCC/Kananga pour l’appui matériel et financier apporté pour la tenue de ce séminaire.

 
 
 
 

 

140 millions de dollars américains d’aide de la Grande Bretagne à la RDC pour l’année financière 2007

Kinshasa, 25/04 (ACP).- La Grande Bretagne s’est engagée à accorder à la République Démocratique du Congo (RDC) une aide de 140 millions de dollars américains durant l’année financière 2007, a déclaré le ministre britannique de la Coopération internationale, Hilary Benn, au cours de la Conférence de presse tenue  lundi à l’ambassade de son pays en RDC. Ce don non remboursable sera destiné à l’amélioration de l’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau et à l’assainissement ainsi qu’à la réhabilitation des routes et qu’à la bonne gouvernance, bref à garantir une meilleure vie aux populations congolaises, a précisé Hilary Been ajoutant que 100 millions de dollars américains autres seront affectés à la protection des ressources naturelles telles que les forêts. Le ministre britannique qui tient sur la nécessité de restaurer et de consolider la paix et la stabilité en RDC après les événements des 22 et 23 mars 2007, a rencontré les principaux animateurs des institutions du pays qui lui ont témoigné de leur volonté d’œuvrer dans la voie de la démocratie. Il a, par ailleurs, souligné que la Grande Bretagne ne jugera le progrès en RDC que sur la base des réalisations concrètes.

Formation bientôt de 400 nouveaux inspecteurs provinciaux de l’EPSP

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Quatre cents inspecteurs provinciaux de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel) seront bientôt formés dans le cadre d’un projet initié entre la RDC et l’UNESCO, et dont le plan d’opération a été signé le week-end dernier par les deux parties, représentées par le ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et universitaire, Sylvain Ngabu et le représentant de l’UNESCO en RDC, Boubacar Diarra, en présence de l’ambassadeur du Japon en RDC, M. Toshinori Yanagiya. Ce projet, financé par le gouvernement japonais pour un montant de 200.000 USD (deux cents mille dollars américains), est la suite du projet de renforcement des capacités des enseignants en RDC, démarré en 2004 et qui a donné des résultats satisfaisants, notamment la formation de 500 inspecteurs l’année dernière. L’ambassadeur du Japon en RDC qui a félicité, à cette occasion, le gouvernement congolais d’avoir mis l’accent sur l’éducation dans son programme d’actions, a confirmé le soutien de son pays à ce programme.

« Le développement d’un pays est fondé sur l’éducation ; le gouvernement du Japon participe activement à la reconstruction de la RDCongo et les secteurs primordiaux sont l’éducation, l’eau et la santé », a déclaré M. Toshinori Yanagiya, soulignant que si son pays est sorti de la pauvreté après la guerre pour devenir la deuxième puissance économique du monde, c’est grâce aux ressources humaines. Il a affirmé que le Japon n’épargne aucun effort pour soutenir l’initiative du nouveau gouvernement congolais à travers le transfert de la technologie et la promotion de l’homme par la formation des ressources humaines. L’ambassadeur Yanagiya a rappelé, à cet effet, le soutien de son pays à la formation, depuis 2005, de plus de 10.000 africains sur une période de 4 ans, ainsi que l’accueil au Japon chaque année, de plusieurs enseignants et étudiants dans le cadre des programmes d’échange et de bourses. Pour le représentant de l’UNESCO, Boubacar Diarra, l’UNESCO  qui a négocié et obtenu ce financement, démarre une coopération fructueuse avec le gouvernement japonais en faveur de l’amélioration de la qualité de l’éducation en RDCongo. C’est fort de cette réussite, a souligné M. Diarra, que l’UNESCO vient de négocier et d’obtenir un second financement destiné, cette fois, à couvrir la formation de 400 inspecteurs provinciaux. Pour le représentant de l’UNESCO en RDC, réaliser les objectifs de l’éducation pour tous (EPT) et ceux du Développement du Millénaire (OMD) nécessite, dans le contexte de la RDC, l’accroissement et le renforcement des capacités pédagogiques et administratives des acteurs du secteur de l’éducation, qui doivent assurer et garantir la qualité de l’éducation et la performance du système.

L’Intersyndicale de la REGIDESO reçue au ministère de l’Intérieur

Kinshasa, 25/04 (ACP).- L’Intersyndicale de la Régie de distribution d’eau (REGIDESO) de la RDC appelle tous les travailleurs de cette régie au calme après des remous constatés à travers tout le pays à la suite des « difficultés énormes » que l’entreprise connaît en ce moment. La délégation de l’Intersyndicale a été reçue lundi par le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et Sécurité, Dénis Kalume Numbi, qui a promis aux syndicalistes de la REGIDESO de mettre tout en œuvre pour trouver une solution satisfaisante à leurs revendications.

Selon le président a.i de l’Intersyndicale de la REGIDESO, Useni Jafari, le syndicat national de cette entreprise se préoccupe de tous les problèmes des travailleurs de cette entreprise d’Etat dont une partie à Kinshasa accuse un retard de salaires de plus d’un mois et de plusieurs mois pour ceux de l’intérieur, notamment ceux des territoires, jadis occupés par la rébellion. La REGIDESO connaît actuellement une asphyxie suite au blocage de son compte par la Direction générale des Impôts (DGI). L’Intersyndicale qui s’est  rendue auprès du ministre des Finances et à la Primature souhaite qu’on procède à la main levée pour examiner avec la DGI la hauteur exacte du montant que la REGIDESO doit à cette régie financière des impôts. La REGIDESO dont les activités  ont un impact social réel emploie au total 5.500 travailleurs.

Tour d’horizon sur les problèmes des droits de l’homme en RDC

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Le ministre des Droits humains, Eugène Lokwa a fait un tour d’horizon des problèmes des droits de l’homme en République Démocratique du Congo (RDC) avec l’ambassadeur du Canada en RDC, Jean-Luc Bolduc, qu’il a reçu lundi dans son cabinet de travail. Cette visite de courtoisie du diplomate canadien au ministre Lokwa leur a offert l’occasion d’évoquer les perspectives et les réactions canadiennes concernant cette matière en RDC. Le dossier des enfants soldats et les viols des femmes ont aussi fait l’objet de leurs préoccupations. M. Bolduc a souligné que le respect du droit, de la justice ainsi que la lutte contre l’impunité sont considérés par le Canada comme les piliers pour la mise en place d’une démocratie véritable en RDC.

L’impact de la théologie sur l’avenir de la société congolaise

La faculté de théologie se propose de réfléchir sur l’impact de la théologie sur l’avenir non seulement de la Société Congolaise mais aussi des Sociétés humaines dans un monde globalisé, a indiqué dimanche dernier le recteur des Facultés catholiques de Kinshasa (FCK), Ngimbi Nseka, lors de l’ouverture du colloque international sur les cinquante (50) ans d’existence des facultés catholiques. L’objectif de ce colloque, a-t-il dit, est d’établir le lien intime entre la théologie et la société que la XXVème semaine théologique voudrait analyser afin d’en évaluer la teneur, la profondeur, la pertinence et les perspectives. Car, a poursuivi l’abbé Ngimbi, c’est un défi majeur de la théologie de mesurer régulièrement son niveau dans l’histoire des sociétés où elle est pratiquée. Pour arriver à un tel objectif, a-t-il ajouté, « le colloque se propose d’articuler des regards croisés sur le contexte africain, sur les sources, sur des questions fondamentales, sur d’autres contextes et vers l’avenir en vue d’envisager dans le lointain paysage d’une théologie au service d’une humanité d’amour, de fraternité et de solidarité ». L’abbé Ngimbi a enfin signifié l’importance de la théologie qui a aussi une fonction thérapeutique plutôt que prophétique.

L’A.C.I.C prête à apporter sa contribution à la reconstruction et au développement de la RDC

Kinshasa, 25/04 (ACP).- L’Association congolaise des ingénieurs civils  (ACIC) s’est dite prête à apporter sa contribution à la reconstruction et au développement de la République Démocratique du Congo (RDC). C’est à l’occasion d’une série de conférences sur le thème « Développement et reconstruction de la RDC » inaugurées, samedi dernier, à la paroisse Notre Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe, que ce vœu a été formulé. Dans l’entendement des participants, l’ingénieur civil congolais qui est porteur des connaissances techniques, se doit de relever le défi en suggérant des solutions optimales et appropriées à une relance réelle du processus de développement national. Les réflexions des assises de Fatima, estiment-ils, parviendront à anticiper sur les événements qui visent le bien-être des populations congolaises. La première série de conférences était, entre autres, axée sur la politique gouvernementale en matière de la reconstruction de la RDC, les problèmes de la fourniture en eau potable et en électricité ainsi que sur les stratégies nationales dans le domaine de la production du ciment.

Réception en l’honneur des élus et nominés de Muretshu à Kinshasa

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Les ressortissants du district de la Tshuapa dans la province de l’Equateur regroupés au sein de la Mutualité des ressortissants de la Tshuapa (Muretshu), ont organisé samedi dernier à l’Espace Bibi play’s au quartier Matonge dans la commune de Kalamu une réception en l’honneur de leurs élus. Il s’agit du ministre d’Etat à l’Agriculture Nzanga Mobutu, du ministre des Droits humains Eugène Lokwa et du ministre des petites et Moyennes entreprises Jean-François Ekofo ainsi que des députés nationaux Iseke Manga René, Bakonda Willy, Lomanga J.R, Katikati Bosuma Dénis,  Bofassa Djema, Adam Bombole, Egwake Omer et des sénateurs Engulu, Ndjoli, Engunda et autres.

Le président du comité d’organisation M. Bondeli a, dans son allocution, exprimé sa reconnaissance au Chef de l’Etat et au Premier ministre pour la nomination de ces fils du territoire à la tête de ces institutions publiques, avant de demander aux heureux promus d’organiser des conférences économiques afin de déterminer les causes du déficit social que connaît actuellement la province et d’y trouver des solutions à court, moyen et long terme.

Pour sa part, l’honorable Isekemanga Keka René a exhorté les ministres et ses collègues députés à ouvrir leurs portes à leurs frères pour des suggestions constructives et utiles à la bonne marche et au développement du district de la Tshuapa. En sa qualité de doyen des élus de la Tshuapa, le ministre des Droits humains a invité ses frères à l’élaboration des projets pour le désenclavement de la Tshuapa, la construction des routes ainsi que l’investissement dans ce district. Il a demandé que les enfants de la Tshuapa mettent leur intelligence et disponibilité à profit pour l’ensemble de leur communauté afin de la rendre compétitive vis-à-vis d’autres provinces. Le ministre Lokwa a, en outre, invité les députés de la Tshuapa à parler le même langage, à oublier leurs querelles du passé et leurs appartenances politiques dans le but de construire la Tshuapa et de réaliser ainsi les promesses faites à leurs électeurs.

La vice-secrétaire générale de l’ONU reçue à la CEI

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le président de la Commission électorale indépendante (CEI), l’abbé Apollinaire Malu Malu, s’est entretenu mardi en son cabinet de travail avec Mme Asha Rose Migiro, vice-secrétaire générale de l’ONU qu’accompagnait William Swing, représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies. Le président de la CEI a remercié Mme Asha Migiro pour tous les efforts qu’elle a fournis au processus électoral congolais en sa qualité de présidente du comité ministériel de l’organe chargé de la coopération en matière politique, de défense et de sécurité de la SADC. Il en est de même de l’ONU pour son assistance politique, technique, logistique et sécuritaire sans oublier le PNUD pour la mise en place du projet PALE en vue de couvrir le cycle électoral de 5 ans portant notamment sur le renforcement des capacités de la CENI –Commission électorale nationale indépendante), instituée par la Constitution. L’abbé Malu Malu a signalé les travaux en cours pour l’organisation des élections locales. Celles-ci, a-t-il indiqué, ne peuvent être possibles sans l’assistance logistique et technique de la MONUC. Il a annoncé par ailleurs, les rencontres prévues entre la CEI, le gouvernement et le Parlement pour traiter des questions relatives à l’adoption des lois essentielles pour l’organisation des élections locales. La vice-secrétaire générale de l’ONU a félicité la CEI pour avoir réussi l’organisation des élections présidentielle et législatives.

Organisation prochaine d’un séminaire sur la transposition des grades des enseignants.

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le ministère de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel) organise du 26 au 28 avril 2007 un séminaire-atelier de vulgarisation du système de transposition des grades des enseignants, indique un communiqué de la coordination du système de transposition des grades des enseignants remis mardi à l’ACP. Selon la source, ces assises qui se tiendront au Lycée Mgr Shaumba à Gombe, permettront avant le lancement de ce nouveau système, à tous les intervenants dans l’univers de l’EPSP de s’imprégner du contenu de la réforme et des innovations apportées. Le coordinateur du système de transposition des grades des enseignants, Lokomba Lokuli, contacté par l’ACP, a indiqué que ce système est un « nouveau mode de gestion de la carrière des enseignants et des inspecteurs ». Il est fondé sur les ordonnances n°0231 et n°0232 du 15 août 1991 portant respectivement règlement d’administration relatif au corps des inspecteurs et règlement d’administration relatif au personnel enseignant. Par la transposition des grades, a poursuivi M. Lokomba, l’enseignant accède à un grade de promotion équivalent à celui des autres fonctionnaires, tout en restant titulaire d’une classe ou d’un cours à l’école. A l’intérieur de son grade, a-t-il ajouté, l’enseignant bénéficie des échelons (carrière plane hiérarchisée).

Onzième cours exécutif de la chaire UNESCO de l’UNIKIN à Kinshasa

Kinshasa, 25/04 (ACP). Trente cinq personnes dont dix délégués de la société civile, quinze officiers de l’armée et dix de la police nationale participent depuis lundi à Kinshasa, aux assises du onzième cours exécutif de la chaire UNESCO de l’Université de Kinshasa  UNIKIN  avec l’appui du réseau SADSEM. Les assises de cinq jours ouvertes par le secrétaire général de la Défense nationale, le Colonel Nyombi Ekwema, représentant le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, portent sur « les relations entre la société civile, l’armée et la Police nationale ». A cette occasion, le président du conseil d’administration de la chaire UNESCO de l’UNIKIN, M. Nestor Diambwana qui a circonscrit le cadre de ces assises, a félicité le ministre de la Défense nationale de l’intérêt qu’il  accorde au partenariat avec la chaire UNESCO en vue de renforcer les capacités de ces deux corps d’élite des forces de sécurité, dans la perspective de leur participation à la bonne gouvernance pour la refondation de la nation. Il a évoqué le défi à relever par ces corps pour la sauvegarde de l’entreprise nationale soulignant l’implication de la chaire UNESCO à la promotion de l’éducation et à la culture de la citoyenneté en faveur des cadres de l’armée et de la Police nationale. Il a exhorté les participants à cette séance de formation à l’assiduité pour que la contribution de la chaire UNESCO à la réforme de la Police soit féconde. De son côté, le titulaire de la direction générale de cette chaire UNESCO de l’UNIKIN, le Pr. Mungala a relevé le cadre de cette formation qui vise à harmoniser les relations entre la société civile, le militaire et la Police.

Organisation d’un Forum sur les partis politiques en RDC

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le secrétaire exécutif de la communauté de développement des pays de l’Afrique australe (SADC), Tomaz A. Salomâo, a révélé mardi à la presse, l’organisation, à Kinshasa, dans les tout prochains jours, d’un Forum sur les partis politiques, à l’issue de l’audience que le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi, lui a accordée. Ce Forum permettra d’orienter la classe politique de la RDC à adopter un comportement responsable et conforme à la nouvelle image du pays. L’objectif de la mission du secrétaire exécutif de la SADC à Kinshasa, où il est arrivé dimanche, vise à présenter cette organisation régionale auprès de  ses membres dont la RDC. Le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et sécurité a évoqué avec son hôte les problèmes de l’intervention de la SADC au programme de la décentralisation. Conformément à la constitution, la RDC va passer de 11 provinces à 26 d’ici trois ans. M. Denis Kalume et Tomaz Salomao ont également parlé de l’intervention de la SADC à la formation des éléments de la Police en partenariat avec les autres pays de l’UE et de la communauté. De même, les autres défis que doit affronter la RDC, tel que la sécurité nationale, qui nécessitent de l’implication de la SADC. Le secrétaire exécutif a salué les efforts de la RDC pour la consolidation de la paix après des années de guerre.

Vers le partenariat entre le RENATELSAT et la société sud africaine Sizoma ITS

Kinshasa, 25/04 (ACP). Le ministre de l’Information, presse et communication nationale, Tshilombo Send Toussaint, s’est entretenu mardi avec un groupe d’investisseurs sud-africain de la société Sozima ITS, conduite par M. Lundimi Remy, ADG de la RENATELSAT (Régie nationale de télécommunication  par  satellite) en vue d’établir un partenariat entre la régie nationale et la société sud- africaine précitée. A l’issue de l’entretien, M. Thabo Kubu, chef de la délégation a confirmé leur volonté d’investir en RDC dans le domaine des télécommunications en partenariat avec la RENATELSAT. Cet investissement, a-t-il indiqué, concernera le domaine des infrastructures, de la formation du personnel pour le renforcement des capacités et la création des emplois. Quant à la hauteur de l’investissement, M. Thabo Kubu a précisé que celle-ci dépendait de l’étude de faisabilité qui sera entamée incessamment pour rendre ce partenariat opérationnel.

 

Chronique

Les Etats sentinelles des sources du Nil et du Congo se réveillent

(Gabriel Mahele Wonsongo)

Empêtrés dans des conflits politiques et/ou armés pendant des décennies, les Pays des Grands Lacs n’ont jamais manifesté une volonté politique opiniâtre de prendre à bras le corps le développement de leur communauté.

L’état des lieux de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) fait par les experts du ministère de la Coopération Régionale et de la Banque Centrale du Congo, à l’issue de la mission qu’ils viennent d’effectuer au Rwanda et au Burundi, du 2 au 16 avril 2007, montre combien le potentiel exceptionnel que recèle cette Communauté a été sacrifié sur l’autel des intérêts de survie des régimes politiques. Oui, ce verdict révèle notamment que les Etats membres :

 

- n’ont jamais actualisé les instruments de coopération mis sur pied par la CEPGL, à savoir la Convention sur la libre circulation des personnes et des biens et sur le droit d’établissement signé le 1er décembre 1985 (jusque là ratifiée par le Rwanda seul) ; les mécanismes de gestion et de prévention des conflits instituant la commission tripartite de sécurité (pacte de non agression) ; les accords visant à promouvoir les échanges commerciaux ainsi que l’arrangement monétaire ;

 

- ont cessé d’effectuer le versement de leurs contributions à l’Institut de Recherche Agronomique et Zootechnique (IRAZ), à l’Energie des Grands Lacs (EGL), à la Banque de Développement des Etats des Grands Lacs (BDGL) et

 

- ont abandonné à leur triste sort les fonctionnaires des institutions de la CEPGL.

 

Il a fallu attendre l’aiguillon de l’Union Européenne pour que les plus hautes autorités de ces pays se décident de courir au chevet de la CEPGL. Il était temps de se réveiller. La relance des activités de cette Communauté, sous les auspices de l’Union Européenne, est une aventure qui doit consacrer une ère de prospérité et de paix dans un environnement général menacé par le réchauffement climatique.

 

A ce propos, faut-il rappeler que les grands mouvements migratoires dans ce monde s’opèrent souvent à l’occasion des bouleversements climatiques ? Dans le cas de l’Afrique, les historiens reconnaissent, par exemple, que les peuples locuteurs des langues bantu menaient une vie sereine au cours des néolithiques du Sahara, dans le territoire qui correspondrait actuellement au Tchad et au Nigeria.

 

Avec l’assèchement des terres fertiles au Sahara, les populations sahariennes ont exercé une pression progressive sur le terroir habité par les « bantuphone », les forçant d’émigrer plus au Sud dans les bassins du Nil et du Congo, appelé Lualaba à sa source.

 

C’est pourquoi il est à craindre que le réchauffement climatique en cours accélère les flux migratoires vers le Nord et, plus singulièrement, vers le Sud. Or si les Etats du Sud ne parviennent pas à fixer leurs économies sur une orbite de croissance positive pouvant leur permettre d’assurer le bien-être des populations immigrées et autochtones, plusieurs conflits du type Darfour vont réapparaître en Afrique Centrale.

 

Aussi, les Etats des Grands Lacs ne doivent-ils pas se contenter de profiter béatement des opportunités que leur accorde la communauté internationale pour seulement réduire la pauvreté. Il faudrait, en outre, qu’ils se réveillent, en créant une dynamique vertueuse pérenne de développement intégral et de défense capable d’éloigner des sources du Nil et du Congo le spectre de la guerre de l’eau.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Uni-Africa pour la redynamisation de relations avec ses affiliés francophones

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Union Network International-Africa (Uni-Africa), une organisation syndicale dont le siège pour les pays francophones se trouve à Abidjan, en Côte d’Ivoire, entrevoit en 2007 des missions de redynamisation des relations avec ses affiliés africains, spécialement ceux  des pays francophones et arabophones, a indiqué mardi, le secrétaire général de syndicat de travailleurs de l’Hôtellerie Alimentaire, commerce SYNTHAC, membre de l’Uni-Africa, M. Pascal  Kabeya, au cours d’un entretien avec l’ACP. Selon le S.G Kabeya (membre du comité exécutif de l’Uni-Africa des synndicats de l’Afrique centrale), la campagne que va bientôt entreprendre « Uni » en 2007 à travers l’Afrique aura pour objectif de mobiliser et d’amener tous les affiliés d’Uni-Africa à adhérer aux objectifs prioritaires d’Uni-Mondial notamment, recruter, syndiquer, organiser, représenter, agir, former, créer des alliances syndicales mondiales, régionales et nationales, etc. Il a par ailleurs, souligné que le programme de visite du bureau Uni-Africa, dans chaque pays pourra donner lieu à l’organisation d’un forum de deux jours que les affiliés utiliseront pour contacter des organisations syndicales existantes mais jusque-là hors de l’Uni. M. Kabeya a aussi indiqué que le but poursuivi ici est de parvenir à défendre ses affiliés devant les multinationales devenus toutes puissants avec la mondialisation. Créé le 1er janvier 2000,  l’Uni se définit comme une nouvelle internationale des compétences et des services pour le nouveau millénaire et la nouvelle économie. La création de l’Uni reflète le souci des syndicats membres de réagir à la mondialisation de l’économie et de s’adapter à la convergence de branches économiques autrefois séparées. A ce jour, Uni compte plus de 900 syndicats affiliés dont SYNTHAC/RDC dans 140 pays du monde. Représentant plus de 15 millions d’adhérents, l’Uni a son siège à Nyon, près de Genève en Suisse et  il a implanté des bureaux dans 4 régions du monde dont Afrique, Europe, Amérique, Asie et Pacifique, rappelle-t-on.

Remise par le FSRDC des installations du CS Mabana à leurs bénéficiaires

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Le Fonds social de la République Démocratique du Congo (FSRDC) a remis le week-end dernier à Maluku, à Kinshasa, les installations du complexe scolaire Mabana à leurs utilisateurs, à savoir l’Institut Mambuta Nka et l’école d’application de Mabana, après la réhabilitation des bâtiments. Le chef d’antenne provincial du FSRDC/Kinshasa, Claude Nkoya a révélé que les travaux de réhabilitation des bâtiments exécutés par le FSRDC sur financement de la Banque mondiale, ont coûté 50.465,52 USD dont 10% représentent la part de la contribution des utilisateurs apportée par la communauté regroupée autour des villages environnants. Cette contribution a consisté en apport de l’eau, du sable et d’une partie de la main d’œuvre. Ce projet démarré en 2006, a consisté d’une part, à la réfection des bâtiments de l’école primaire et secondaire comptant 18 salles de classes, 4 bureaux, une bibliothèque et des latrines.

Par ailleurs, le FSRDC a remis 115 pupitres pour compléter l’équipement de ce complexe, a dit M. Nkoya, évoquant les difficultés rencontrées par l’antenne de Kinshasa pour la réalisation de cet ouvrage notamment la mobilisation de la contribution des bénéficiaires, l’acheminement des matériaux de Kinshasa à Maluku (CS Mabana). Le CS Mabana, situé à 87 km du centre ville, compte 608 élèves dont 358 aux secondaires et 250 aux primaires. Pour le vice-ministre de l’EPSP, M. Omba Sakatolo qui a assisté à la cérémonie, la réhabilitation des bâtiments du CS Mabana est la contribution du FSRDC au programme gouvernemental. Il a assuré que d’autres actions d’envergure restent à réaliser et invité les responsables de ce complexe à une bonne utilisation de ce patrimoine.

M. Omba a émis le vœu de voir le FSRDC continuer sur cette lancée pour l’amélioration des conditions des vies des populations congolaises avant de remercier cette communauté urbano rurale pour son implication à ce projet. Quant au coordonnateur général du FSRDC, Ruphin Bo Elongo, il a indiqué que c’est depuis fin 2006 que cet organisme a lancé la phase de financement des sous-projets de développement communautaire à travers le pays. Une quarantaine de sous-projets ont vu leur exécution démarrée, parmi lesquels celui du CS Mabana qui est arrivé à terme après plus de 10 mois.

Créé à l’initiative du Président de la République, le FSRDC a pour mission de participer à l’effort de reconstruction et de développement du pays, en contribuant d’une part à l’amélioration des conditions de vie de la population et de son accès aux services sociaux, et d’ autre part à la création de revenus et d’emplois dans les milieux ruraux et urbains.

 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Le vice-président de l'organe délibérant du Bandundu, Louis Matangila, a remercié Celtel pour cette initiative et a demandé aux bénéficiaires de protéger les relations de collaboration établies et de respecter l'engagement pris dans le cadre de ce partenariat,avant de procéder à la signature du contrat ad hoc. Auparavant, le gouverneur du Bandundu, Dr. Ndambu Wolang Richard, s'était félicité de l'initiative de Celtel et recommandé une collaboration sincère et transparente entre les deux parties contractantes dudit partenariat.

Le gouvernorat de l'Equateur est le prolongement du gouvernement central, selon José Makila

Mbandaka 24/4 (ACP).- L'action du gouvernement provincial de l'Equateur s'inscrit en droite  ligne du programme gouvernemental arrêté par le premier ministre Gizenga. Cette déclaration est de M. José Makila, gouverneur de l'Equateur, qui l’a faite au cours d’un point de presse tenu à Mbandaka. Cette déclaration coupe court à la rumeur selon laquelle l'Equateur est une province de l'opposition. « En tant que gouverneur de province, je n'appartiens ni à l'UN ni à l'AMP », a dit M. Makila qui a précisé que son action se situe au milieu du village afin de concrétiser dans les faits le programme gouvernemental et l'action qu'il a arrêtée à sa prise de fonction dans son discours d'investiture devant l'Assemblée provinciale. Il convient  de rappeler que M. Makila s'est engagé à la reconstruction des routes de la province, à la maximisation des recettes provinciales, à l'établissement de la rigueur dans la gestion de la chose publique et surtout aux droits de l'homme.

La ville de Likasi en état d’abandon

Lubumbashi, 24/04 (ACP)- La ville de Likasi connue jadis pour sa propreté, se trouve aujourd'hui dans un état qui frise l'abandon. Ce constat amer a été fait par un journaliste de l'ACP lors d'une visite effectuée récemment. Au-delà de sa coquetterie perdue, la ville de Likasi est confrontée aujourd'hui au problème de fourniture de courant électrique et de l'eau, du mauvais état de route, de la dégradation des infrastructures scolaires et hospitalières, alors que cette ville est envahie par des entreprises minières qui devaient, pense-t-on, s'occuper des problèmes de la population. Pour l'autorité provinciale, cette ville devra être concernée par le programme de réhabilitation des cinq chantiers du Chef de l'Etat. Le mont situé près de la direction générale de la GECAMINES/Likasi où sont implantées des antennes de télécommunication est attaqué par des creuseurs au risque d'être écroulé.

La situation n'est pas différente de celle de Kambove, une cité située à 25 Km de Likasi où la population, par manque d'eau potable, consomme l'eau de rivière Kaponda avec ce que cela compte comme conséquence sur le plan de la santé. En plus, pour recueillir cette eau, la population doit parcourir plusieurs kilomètres. A défaut, elle est obligée de s'approvisionner par des tuyaux troués qui amènent  l’eau dans des usines de la GECAMINES. Les habitants les plus concernés sont ceux du quartier érigé en dehors du camp GECAMINES à savoir Kiwewe où toute la population est concentrée. L'administrateur de territoire a indiqué à l'ACP que son territoire de Kambove est confronté à l'insécurité, aux coupures des routes suite aux érosions, au manque des infrastructures sanitaires, routières et scolaires, pas de médecins, manque de courant et de l'eau. Le territoire de Kambove compte 286.O41 habitants, sur une superficie de 21.178 Km2.

L’ONG PDH dans la lutte contre la corruption, la lenteur judiciaire et administrative

Goma, 24/04/ (ACP).- M. Athanase Kahanya Kimuha Tasi, directeur de province du Nord-Kivu, a ouvert le week-end dernier à l’hôtel Ihusi de Goma, un séminaire atelier de 2 jours axé sur  la lutte contre la corruption, la lenteur judiciaire et administrative  organisé par l’ONG  congolaise Promotion de la Démocratie et Protection des droits humains (PDH) en collaboration avec l’ONG américaine Fondation Nationale pour la Démocratie (NED). 

Ce séminaire atelier auquel ont pris part les magistrats, les fonctionnaires de l’administration publique ainsi que quelques activistes de la société civile entre dans le cadre des contributions de l’ONG PDH à la démocratisation de la RDC visant à combattre toutes les antivaleurs de nature à violer les droits humains et à mettre à mal le développement  tant au niveau provincial que national. M. Kahanya  Kimuha Tasi qui est également intervenu le 1er jour des travaux dudit séminaire a loué l’initiative prise par la RDH de par son importance dans l’établissement d’un Etat de droit caractérisé par une justice équitable présentant une garantie à la paix. Il l’a également encouragée dans cette lutte contre l’arbitraire  et les antivaleurs qu’elle n’a cessé de mener même durant la période de deux guerres meurtrières  dites de libération en RDC particulièrement à l’Est du pays. 

Abordé par l’ACP, Me Joseph Dunia Ruyenzi, président de l’ONG PDH a indiqué qu’il existe certes des relations entre la corruption et la lenteur manifestées dans le système judiciaire et administratif qui évidemment privent au peuple congolais le bonheur et la prospérité pour lesquels un effort considérable doit être déployé en vue de les éradiquer. Citant la dynamique lancée par le Président de la République Joseph Kabila Kabange lors de son investiture définie par « finie la recréation », il a souligné que par cette déclaration le Chef de l’Etat a exprimé sa volonté de marquer le changement comme son père feu Mzee Laurent Désire Kabila qui avait remarquablement réduit la corruption et donné des salaires  consistants aux agents et fonctionnaires publics. Il a enfin souhaité qu'après  ces séminaires, un suivi soit mis à titre d'appui en vue d'aboutir à des résultats escomptés.  

La DGRAD/Bas-Congo pour une mission de contrôle de l’Assemblée provinciale

Matadi, 23/04 (ACP)-. Des  agents de la DGRAD/Matadi, membres de la CSC (Confédération syndicale du Congo) réunis dernièrement en assemblée générale, ont sollicité l’envoi à Boma d’une mission de contrôle de l’Assemblée provinciale sur la perception des recettes du trésor public et autres taxes revenant à l’administration provinciale. Dans le procès verbal de  la réunion de cette assemblée générale parvenu le week-end à l’ACP, il est fait état de la violation des procédures légales sur la perception des taxes au port de Boma, où les agents commis au bureau  d’acceptation font payer 20$ US  par voiture, sans acquis libératoires, au lieu des 71 USD exigés.

Le butin journalier  est ensuite partagé à la résidence du chef de ressort de Boma. Cette situation, précise la source, explique la non tenue par ces agents de la comptabilité des recettes. Le port de Boma qui est devenu très actif depuis la fermeture des quatre quais d’accostage du port de Matadi en raison  de leur vétusté, ne semble pas très performant en termes d’augmentation des recettes, indique la même source qui précise que le manque à gagner mensuel des recettes pour le trésor public se chiffre à plus de 50 millions de FC. Concernant  la rétrocession, le manque  à gagner par mois  est évalué à plus de 3 millions de FC pour la direction provinciale de la DGRAD et à plus de 7 millions de FC pour le gouvernorat de province du Bas-Congo. La source justifie le choix de l’Assemblée provinciale pour tirer cette situation au clair par le fait que les missions de contrôle traditionnelles ne donnent pas de bons résultats à cause de la corruption dont usent  la plupart des agents préposés  au port de Boma ayant totalisé plus de 3 ans au même poste.

Le gouverneur de la ville appelle les Kinois à s’impliquer dans son assainissement

Kinshasa, 24/04(ACP).- Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango a invité la population de la capitale à s’impliquer résolument au processus de lutte contre l’insalubrité à l’issue d’une visite qu’il a effectuée mardi dans les installations de la division urbaine des Travaux publics et infrastructures (TPI). Il en a profité pour annoncer le lancement aujourd’hui de l’opération « Kinshasa propre » sur un site qui n’a pas été déterminé. La visite de M. Kimbuta à la division précitée lui a permis de se rendre compte du fonctionnement du service et de la logistique à sa disposition en prévision de la campagne d’assainissement de l’environnement urbain. Il s’est rendu compte de la présence de dix camions bennes en état d’utilisation, deux bulldozers que la ville vient d’acquérir sur fonds propres et de quatre camions compresseurs immobilisés mais dont la réparation a été ordonnée par le gouverneur. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La place incontournable des ONGD au Kasaï Occidental 

Kinshasa, 25/04 (ACP).- Les organisations non gouvernementales de développement sont considérées par le nouvel exécutif provincial comme partenaires incontournables, a relevé M. Kalubi Kabasele, directeur du cabinet du gouverneur de province du Kasaï Occidental à l’ouverture, au nom de celui-ci, des travaux de l’Assemblée générale du conseil régional des organisations non gouvernementales de développement, organisé du 10 au 14 avril à Kananga.

En transmettant les félicitations et les encouragements de l’autorité provinciale aux participants, il a évoqué le rôle combien louable joué par les organisations non gouvernementales de développement pendant la longue transition qui avait plongé la machine de l’Etat dans le dysfonctionnement total au point de provoquer la misère de la population. Il a salué l’impact de la collaboration entre les ONGD et les structures des populations dans la lutte pour la survie, en exhortant les responsables du CRONGD à intensifier leur action pour accroître le nombre des structures à plus des 51 actuellement opérationnelles pour rapprocher l’encadrement des initiatives communautaires tout en mettant un accent particulier sur le changement de mentalité. M. Kalubi a, par ailleurs, invité les participants à s’impliquer dans les transformations des produits alimentaires et des matériaux en faisant preuve d’esprit d’innovation, en saluant l’appui des partenaires notamment les organismes du système des Nations Unies et d’autres ONGD.

Auparavant, M. Dieudonné Loma Mujito, président du conseil d’administration du CRONGD/Kasaï Occidental a évoqué le leitmotiv de cette assemblée en présentant les réalisations de cette organisation et leur impact dans les différents secteurs d’action. Il a saisi l’opportunité pour saluer l’apport des partenaires extérieurs et le dynamisme des différentes structures membres dont le savoir-faire a permis l’auto-prise en charge. Emettant le vœu qu’un budget provisoire soit institutionnalisé pour appuyer les organisations non gouvernementales de développement, il a lancé un appel au pouvoir public, pour la suppression du sauf-conduit qui constitue un obstacle pour les expatriés désireux investir au Kasaï Occidental en appuyant les ONGD comme ils le font dans d’autres provinces.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’exercice physique permet non seulement d’entretenir son cœur et sa silhouette, l’âge venant, mais aussi il assurerait une prévention contre certaines maladies chez les femmes. Selon l’étude, plus une femme âgée fait de l’exercice physique, plus ses chances d’éviter les douleurs articulaires sont grandes. Une heure et quart d’exercice par semaine suffit à faire la différence sur les trois années suivantes révèle cette étude consacrée à la recherche et thérapie de l’arthrite. Les septuagénaires, qui faisaient 75 minutes d’exercice par semaine présentaient moins de symptômes de l’arthrite que celles qui pratiquaient moins d’activité physique, note la source, soutenant que les femmes alertes qui sont actives au moins deux heures et demi par semaine ont encore moins souffert au cours de trois années suivantes.

 

Augmentation du taux de prévalence du VIH/SIDA à Matadi

Matadi, 24/04(ACP).- Le taux de prévalence du VIH/SIDA dans la ville de Matadi est passé de 5,7% en 2006 à 6,2 % au premier trimestre 2007, soit une augmentation du taux de propagation de l’ordre de 0,5 %. Ces précisions ont été données par le maire de Matadi, Jean-Marc Nzeyidio Lukombo, à l’occasion du lancement le week-end dernier dans la salle du centre des jeunes à Matadi, quartier Minkondo, commune de Mvuzi, de la campagne de vulgarisation des structures de la coordination provinciale du PNMLS (Programme National Multisectoriel de lutte contre le VIH/SIDA) et de mobilisation des secteurs sociaux et des organisations non gouvernementales impliquées dans la lutte contre le VIH/Sida au Bas-Congo.

 

L’autorité urbaine, tout en mettant l’accent sur les conséquences néfastes de cette maladie qui, selon lui, constitue un frein au développement, a exhorté ses administrés à un changement radical de comportement, à l’utilisation des préservatifs, à l’abstinence et à la fidélité conjugale, avant de fustiger la stigmatisation et le rejet dont sont souvent victimes de la part de la société, les personnes vivant avec le VIH/Sida. Il a enfin recommandé le dépistage volontaire comme une approche de lutte contre la propagation du VIH/SIDA et une manière d’adopter un comportement responsable dans la vie. Auparavant, le Dr. Clémence Mitongo avait, au nom du coordinateur provincial du PNMLS, Matthieu Luvunu Mbenza empêché, brossé les objectifs poursuivis par cette structure socio-médicale d’appui et de lutte contre le VIH/SIDA, appelée à travailler en synergie avec les organisations vouées à la cause de l’éradication du SIDA dans la province.

 

Un don de l’UNFPA réceptionné à la division de la santé du Kasai-Oriental

 

Mbuji-Mayi, 24/04 (ACP).- L’UFPA (Fond des Nations Unies pour la population section du Kasaï Oriental a procédé vendredi dernier à la remise du matériel et autres outils de travail à la division provinciale de la santé, a-t-on appris. Ce matériel est destiné à l’assainissement et à la prévention des infections dans les différentes structures sanitaires du Kasai Oriental. Le docteur Odry Mulumba, Médecin inspecteur provincial, a salué la franche collaboration qui existe entre son institution et le fond des Nations Unies pour la population qui a permis la matérialisation des objectifs dans le domaine de l’assainissement des structures sanitaires de la place. Il a également recommandé aux bénéficiaires de bien gérer ces intrants qui serviront pour la propreté dans leurs structures sanitaires respectives. Pour sa part, Madame Vitalie Lubuma, ancienne chef d’agence UNFPA/Kasaï Oriental a profité de cette occasion pour faire ses adieux au personnel médical de l’inspection provinciale en annonçant sa permutation dans la province du Bas-Congo, où elle assume la même fonction. Ce matériel médical était remis à 825 agents de santé de l’hôpital général de Kansele et de la Muya à Mbuji-Mayi. Il était constitué des seaux, torchons et autres désinfectants.

 
 
 
 
 
 
 
 

Trois arbitres de l’EUFDITU suspendus pour six mois

Mwene-Ditu, 25/04 (ACP).- Trois arbitres de l’Entente urbaine de football de Mwene-Ditu (EUFDITU), à savoir Kadima Emile, Ntambwe Lufuluabo et Ndiabintu, sont suspendus pour une durée de six mois et sommés de payer une amende correctionnelle de 30 USD chacun, indique un document de cette entité sportive remis mardi à l’ACP. Ces arbitres avaient refusé d’officier le match qui devait opposer l’AP Mabela au FC Nzoyi, au motif que cette dernière formation, suspendue pour avoir administré des coups à un arbitre devrait préalablement payer une amende estimée à 350 USD. Ils se sont dits surpris d’apprendre que le FC Nzoyi a été réintégré sans autre forme de procès. Il est à signaler que, depuis le début de la saison sportive, dix arbitres sur onze sont en difficulté et reprochent beaucoup de choses à l’EUFDITU.

Nguima surprend (2-0) Les Girondins à l’EUFKIN-Kilimani

Kinshasa, 12/04 (ACP).- Le FC Nguima a surpris le FC Les Girondins sur le score de 2-0, lundi au terrain Ocal de la commune de Lingwala, en match comptant pour la 17ème journée du championnat de division I de l’Entente urbaine de football de Kinshasa-Kilimani (EUFKIN-Kilimani).

Les buts de la partie ont été marqués par Mutiya (44ème) et Masampu (80ème) pour le FC Nguima.

En premier match, le FC Océan et le FC Tonnerre se sont neutralisés sur le score vierge de 0-0. Ci-dessous, les résultats d’autres rencontres de la même journée :

Ajeb-La rélève : 1-1,

Axe-Sodigraf : 3-2,

Impact-Les Rachetés : 2-1,

Kotoko-Barumbu : 4-1,

Canon Buromeca-Ebale : 0-0.

ACP/PM.-

 
 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |