Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1315     Date: 13-04-2007
 
       
     
 

Le Président Joseph Kabila reçoit les lettres de créance des ambassadeurs de Chine et du Zimbabwe accrédités auprès de la RDC

Kinshasa, 13/04 (ACP).-L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Chine, Wu Zexian et celui de la République du Zimbabwe, John George Mayowe, récemment accrédités auprès de la RDC, ont présenté leurs lettres de créance au Président de la République, Joseph Kabila Kabange, au cours d’une brève cérémonie organisée jeudi au Palais de la nation à Kinshasa.

Outre une formation et un stage d’une année à l’Ecole nationale d’administration de France, le nouvel ambassadeur de Chine en RDC, Wu Zexian, 54 ans, est titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur dont la discipline n’a pas été précisée. Diplomate de carrière, à 22 ans, il fait son entrée en diplomatie en qualité de fonctionnaire puis d’attaché de l’ambassade de Chine en France.

Il a été aussi troisième et deuxième secrétaire au département de l’Europe de l’Ouest au ministère des Affaires étrangères en Chine, avant d’être élevé au rang de conseiller au sein du même département (2001) et ensuite près l’ambassade de Chine en France (2003).

Né le 16 avril 1952 à Masvingo, au Zimbabwe, le nouvel ambassadeur du Zimbabwe en RDC, John George Mayowe, est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires d’une université du pays de Gales. Auparavant, il avait interrompu ses études à l’Université du Zimbabwe (alors University of Rhodesia) pour rejoindre le centre de formation au Mozambique, dans le cadre de la lutte de libération de son pays. Outre les différentes fonctions qu’il a eues à exercer au sein de l’armée zimbabwéenne et dans le secteur de la presse, l’ambassadeur John George Mayowe a représenté le parti au pouvoir, la Zanu, en Libye et en Scandinavie avant d’être nommé ambassadeur de son pays en Roumanie et en Bulgarie, au Mozambique et au Swaziland, au Sénégal et en Scandinavie.

Il a été aussi directeur général de l’Institut des affaires internationales du Zimbabwe (2003-2005). Il remplace à ce poste à Kinshasa, l’ambassadeur Marongwe appelé à d’autres fonctions dans son pays.

Un message de Sassou Nguesso au Président Joseph Kabila

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le ministre à la Présidence de la République du Congo-Brazzaville chargé de la Coopération et des affaires humanitaires, Charles Zacharie Bowao, a remis au Président Joseph Kabila Kabange, jeudi au Palais de la nation de Kinshasa, un message écrit de son homologue de la République du Congo, Denis Sassous Nguesso, dont il s’est refusé à révéler la teneur.

Toutefois, l’envoyé spécial du Président Sassou Nguesso a indiqué à la presse, au sortir de l’entretien, que le message dont il était porteur tient à la solidarité et à l’unité entre la République du Congo et la République Démocratique du Congo ainsi qu’entre les deux peuples. L’homme d’Etat du Congo-Brazzaville a, par ailleurs, fait savoir qu’il ne s’est pas gardé d’évoquer avec le Président Joseph Kabila les malheureux événements survenus à Kinshasa les 22 et 23 mars derniers, en vue de rechercher des solutions visant la consolidation de la paix, du développement et de la coopération entre Brazzaville et Kinshasa. En réponse à une question relative aux éléments de la milice du sénateur Jean-Pierre Bemba ayant rejoint la ville de Brazzaville, il a déclaré que ce problème est en train d’être traité sur le plan humanitaire et dans le respect des conventions internationales, estimant qu’une solution impliquant la Communauté internationale et les gouvernements des deux pays sera trouvée.

« La situation n’est pas dramatique au point de constituer une menace pour l’un ou l’autre pays », a-t-il conclu.

Le Président Joseph Kabila s’entretient avec le ministre belge des Affaires étrangères

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le Président Joseph Kabila Kabange a eu des entretiens mercredi à Kinshasa avec le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht, sur des questions relatives à la reconstruction de la République Démocratique du Congo et à l’implication de la Communauté internationale dans le processus démocratique en cours dans le pays.

Le ministre belge qui a qualifié son entretien avec le Chef de l’Etat congolais de « discussions franches, ouvertes et très utiles », a affirmé à la presse qu’il s’était impliqué personnellement dans le dossier congolais par conviction.

La Belgique veut travailler avec les institutions démocratiquement élues en RDC et accompagner le pays dans ses efforts de redécollage, a-t-il ajouté.

M. Karel De Gucht a par ailleurs déclaré, en réponse à une question, que la Belgique est restée ces derniers jours en contact permanent avec le Portugal en vue d’être fixée sur les conditions de séjour du sénateur Jean-Pierre Bemba dans ce pays.

Pour le ministre belge des Affaires étrangères, l’éloignement de Jean-Pierre Bemba est une bonne chose dans la mesure où il contribuerait à la décrispation de la situation actuelle et que tout dépendra également du comportement de Jean-Pierre Bemba et de la manière dont il pourra s’impliquer dans la vie politique congolaise.

Une invitation du Président tchadien au Président Joseph Kabila

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le Président Joseph Kabila Kabange a reçu en audience, mercredi au Palais de la nation, M. Mahamat Ali Abdallah Nassour, ministre d’Etat tchadien des Mines et de l’Energie, venu lui remettre une invitation personnelle de son homologue tchadien, Idriss Deby Itno, en vue de sa participation le 25 avril prochain à N’Djamena à la 8ème session de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Le ministre tchadien a déclaré à la presse, à l’issue de l’entretien que la RDC bien que n’étant pas membre de la CEMAC, est invitée à ce forum en tant qu’observatrice en vue d’une plus grande solidarité dans la sous-région de l’Afrique centrale.

L’homme d’Etat tchadien a ensuite fait savoir qu’il a trouvé auprès du Président Joseph Kabila de bonnes dispositions en vue de sa participation à ce sommet, avant de préciser que cela dépendra de son calendrier. A une question, le ministre tchadien a répondu avoir, par ailleurs, évoqué avec le Chef de l’Etat et le vice-ministre de l’Energie des questions relatives à la coopération entre Kinshasa et N’Djamena.

Fin du débat sur l’insécurité à l’Est de la RDC

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le ministre de la Défense nationale et sécurité, Tshikez Diemu, a attiré jeudi l’attention des députés sur « l’urgente et l’impérieuse » nécessité à parachever le processus de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) et intégration de l’armée pour garantir la stabilité et la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), à l’occasion de la dernière journée du débat sur l’insécurité à l’Est de la RDC. Le ministre Diemu qui répondait lors de la séance présidée par Vital Kamerhe, à trois questions orales des députés Kiaviro, Boji et Idambituo sur l’insécurité persistante au Nord et Sud-Kivu ainsi que dans les districts de l’Ituri et des Bas et Haut-Uélé, a demandé aux députés de doter l’armée de tous les moyens requis pour la réussite de sa mission. Sur le plan politique, il a souligné le rôle joué par les acteurs politiques tant dans le retard cumulé dans l’exécution du processus DDR que dans la persistance de l’insécurité dans les régions de l’Est du pays. Il a, dans ce contexte, recommandé à l’Assemblée nationale de mettre en place une stratégie préventive de descente sur le terrain « pour sécuriser les uns et rassurer les autres dans une approche pacifique de proximité ». Le ministre de la Défense a souligné l’urgence de voter d’urgence des textes légaux et réglementaires « pour adapter la réforme de l’armée à la Constitution de la 3ème République », tout en appelant à la levée de l’embargo qui permettra la formation d’une armée dissuasive, à la hauteur de la position géographique. Il a divisé sa réponse en 5 axes à savoir, le programme de la réforme de l’armée, le processus DDR et l’intégration, l’état des lieux, les obstacles et difficultés rencontrées dans l’exécution de son programme ainsi que les pistes de solutions à court et moyen termes. Plusieurs députés sont intervenus lors du débat pour relever les conséquences malheureuses du brassage et du mixage des militaires, le phénomène Nkundabatware, le rôle ambigu de la MONUC, les massacres des populations ainsi que d’autres méfaits perpétrés par des groupes armés tant dans l’ex-Kivu que dans l’Ituri. Ils ont également fustigé l’incapacité des Forces armées de la RDC (FARDC) à mettre fin à cette situation.

Un huis clos pour vider la question de l’insécurité à l’Est du pays

Le député Joseph Nsinga Udju a préconisé une plénière à huis clos à laquelle seraient conviés les ministres des Affaires étrangères, de la Défense nationale et de l’Intérieur, afin de parler, loin des indiscrétions, des vrais problèmes qui sont à la base de l’insécurité dans cette partie du pays depuis plusieurs années. Pour M. Nsinga qui a été rejoint par quelques autres collègues, compte tenu de la délicatesse de la question et des éléments inédits, il vaut mieux vider ce problème dans un cadre approprié, afin que toute la vérité soit connue.

Des recommandations des auteurs des questions orales

Les auteurs des questions orales, pas très convaincus par la réponse du ministre de la Défense nationale, ont formulé une série de recommandations pour mettre fin à la situation de l’Est de la RDC. Le député Boji a notamment proposé que soit remplacée la 11ème brigade qui opère à Walungu et envoyer une unité de la PIR (Police d’intervention rapide) pour sécuriser la population. Il préconise également la réglementation de l’exploitation des ressources minières qui financent les groupes armés. Pour leur part, les députés Kiaviro et Idambituo ont appelé à la fin de l’intégration de l’armée, au règlement de la question de Nkundabatware et à la formation d’une armée apte. Ils ont donné au ministre le temps de s’employer à mettre fin à la situation, après quoi, il fera l’objet d’une interpellation.

Débat sur la situation à la REGIDESO et à la SNEL

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Les députés débattront ce vendredi, dans la série des questions orales avec débat, la situation des entreprises REGIDESO (Régie de distribution d’eau) et SNEL (Société nationale d’électricité). Les responsables de ces deux entreprises d’Etat répondront, en effet, à la question orale du député Takizala, sur la dégradation totale de ces deux sociétés des services.

M. Takizala veut également savoir où vont les recettes de la SNEL qui vent du courant électrique à plusieurs pays étrangers, de même que les recettes de la REGIDESO, alors que ces deux sociétés se complaisent dans des facturations fantaisistes. Il veut, enfin, connaître les perspectives d’avenir de ces deux entreprises dont la production est constamment en baisse.

La conférence des présidents prévue ce vendredi matin

Le président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, préside ce matin la conférence des présidents qui regroupe les membres du bureau de l’Assemblée nationale, ceux des commissions permanentes ainsi que les présidents des groupes parlementaires. M. Kamerhe a précisé que cette réunion se penchera essentiellement sur le calendrier de la session en cours. Par ailleurs, la plénière a pris jeudi une résolution instituant la commission chargée de suivre le dossier relatif aux arrêts de la Cour suprême de justice (CSJ), en matière de conflits électoraux. La plénière de la chambre basse avait opté pour la mise en place de cette commission lors de sa précédente séance, à la suite d’une motion d’un député. Celui-ci relevait que la plupart des arrêts sont pris hors délais et qu’il fallait les annuler.

Le ministre belge des Affaires étrangères s’implique dans le règlement du tracé frontalier à Kahemba entre la RDC et l’Angola

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht a rassuré M. Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la coopération internationale de s’impliquer dans le règlement du tracé des frontières à Kahemba, localité de la RDC, qui oppose actuellement la RDC et l’Angola. Karel De Gucht a fait cette déclaration mercredi à l’issue de la réunion de travail entre la partie belge et congolaise sur la participation de la Belgique dans le programme prioritaire de reconstruction de la RDC. Le chef de la diplomatie belge a assuré à son collègue congolais de sa détermination de rencontrer à Lisbonne (Portugal) le ministre portugais des Affaires étrangères afin que le différend frontalier entre la RDC et l’Angola puisse trouver un règlement de façon pacifique, grâce aux archives que disposent le Royaume de Belgique et le Portugal, deux puissances coloniales dans la région.

De l’expérience polonaise dans les domaines de la sécurité et de l’administration du territoire

Kinshasa, 13/04 (ACP).-La Pologne veut faire bénéficier à la République Démocratique du Congo (RDC) son expérience dans les domaines de la sécurité et de l’administration du territoire, a déclaré jeudi l’ambassadeur de ce pays en RDC, Boguslaw Nowakowski, à l’issue de l’entretien avec le ministre d’Etat chargé de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi. Selon le diplomate polonais, la RDC pourra suivre le modèle de son pays qui, après les changements politiques intervenus en 1989, s’est développé à partir de plusieurs secteurs. Le chef de la mission diplomatique polonaise s’est, par ailleurs, félicité de l’organisation des élections libres et démocratiques en RDC qui ont abouti à la mise en place des institutions issues de ce scrutin.

Le sénateur Mongulu T’Apangane pour la fin de la culture de la violence

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le sénateur Mongulu T’Apangane, élu de la circonscription de la Mongala, dans la province de l’Equateur, estime que les derniers événements malheureux du 22 et 23 mars à Kinshasa relèvent de la culture de la violence qui a élu domicile en RDC depuis bientôt dix ans, et appelle les Congolais à y mettre un terme.

Lors d’un entretien avec la presse, il a déclaré que ces affrontements qui pouvaient être évités, procèdent de la même logique que ceux des journées de 21, 22 et 23 août 2006 après le premier tour de l’élection présidentielle. « Il faut abandonner à tout prix la culture de la violence », a insisté le sénateur qui a également souhaité qu’il soit mis fin à la chasse à la sorcière dont on accuse certains éléments des forces de sécurité, à la suite des affrontements entre l’armée régulière et les gardes de l’ancien vice-Président Jean-Pierre Bemba.

       
 

Un évangéliste se pend chez sa belle famille dans la commune de Matete
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Un évangéliste d’une église locale, M. Muhemeri Jonas, s’est pendu mardi dans sa belle famille au quartier Banunu, dans la commune de Matete, pour refus de mariage par sa fiancée, à deux semaines de la célébration de cet heureux événement, a-t-on appris d’un membre de cette famille. Selon la source, l’évangéliste est allé se plaindre auprès de sa belle-mère en vue d’une réconciliation d’avec sa future épouse. Pendant que la belle-mère s’affairait dans la cuisine, pour apprêter la nourriture, son futur gendre resté seul au salon, a commis son forfait. Rentrée au salon, elle a constaté le drame avant d’alerter par des cris des voisins de la parcelle qui ont accouru dans la maison. Aussitôt informée, la police est descendue sur le lieu pour enquêter. Une lettre a été trouvée dans une enveloppe déposée sur une table du salon où il a écrit : « Je me suis pendu parce que ma bien-aimée ne veut plus de moi ». Le corps de la victime a été acheminé à la morgue de l’hôpital général de référence de Kinshasa (HGRK). Actuellement un conflit ouvert oppose les deux familles.

Le directeur général de l’OMS visite l’Afrique
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan est arrivée mercredi à Brazzaville en République du Congo pour sa première visite officielle en Afrique, selon un communiqué de presse de l’OMS. Au cours de sa visite, le Dr Chan rencontrera tous les hauts responsables de l’OMS dans la région africaine où se posent divers défis sanitaires majeurs dont elle a fait une de ses priorités pendant son mandat de directeur général de l’OMS. « Nous attendons la visite du Dr Chan, qui constitue un autre témoignage éloquent de sa volonté de traduire en actions concrètes son engagement sans cesse affirmé en faveur de notre région », a déclaré le Dr Luis Sambo, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique. Dans son allocution devant le personnel de l’OMS à sa prise de fonctions au début de l’année, le Dr Chan a clarifié son engagement comme suit : ‘ « J’ai dit vouloir que ma direction soit jugée d’après l’effet de notre action sur la santé de deux populations : les femmes et les africains ».

Un enseignant tabasse son directeur d’école à Lumbundu
Kananga, 13/04 (ACP).-
Un directeur d’une école primaire de la Communauté membre de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) a été battu dernièrement par son enseignant devant les élèves et leurs parents dans la localité de Lumbundu, territoire de Demba, dans la province du Kasaï Occidental. Au lieu de se limiter à la proclamation des résultats des élèves pour le second trimestre, le directeur en question a outrepassé  ses prérogatives au point d’aller jusqu’à publier la cotation du personnel enseignant soulevant la colère de l’enseignant vexé par cette pratique inhabituelle. Blessé dans son amour parce que désavoué publiquement et sur le point d’être renvoyé à l’année scolaire prochaine, l’enseignant a assené à son directeur plusieurs coups.

Quatre diacres ordonnés prêtres dans le  diocèse de Mbuji-Mayi
Mbuji-Mayi, 13/04 (ACP).-
Quatre diacres ont été ordonnés au cours de la semaine sainte prêtres du diocèse catholique de Mbuji-Mayi lors d’une messe dite par l’évêque diocésain, Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku  dans la cathédrale St Jean Baptiste de la commune de Kanshi. « Envoie sur lui Seigneur ton esprit saint,  u’il le fortifie de tous les dons de ta grâce pour l’accomplissement de son ministère », a dit l’évêque lors de l’imposition des mains sur les nouveaux prêtres avant de leur donner l’évangile dont ils sont défenseurs. Quatre séminaristes ont été, par la même occasion, ordonnés diacres pour aider l’évêque et le prêtre dans le service de la parole, la catéchèse, la prédication, la direction de prière de l’assemblée, célébration du baptême et des funérailles ainsi que la bénédiction du mariage.

40 cas de violences sexuelles identifiés de janvier à février à Isiro
Isiro, 13/04 (ACP).-
40 (quarante) cas de violences sexuelles sur les filles mineures ont été enregistrés de janvier à février de l’année en cours à Isiro, chef lieu du district du Haut-Uélé, par une ONG  de défense de droit de l’homme dirigée par Robert Paisayo. Selon le président de cette organisation non gouvernementale sept (7) cas sont actuellement déférés devant la justice par son ONG. Le cas le plus frappant est celui de M. Kpondongwe (43 ans), condamné à 10 ans de prison pour avoir violé un bébé de 7 mois, enfant de sa petite sœur. Il en est de même d’un ancien cadre du CFI et candidat malheureux à la députation nationale, nommé Maximilien Lobya, qui  s’est rendu coupable de violé de deux filles mineures qu’il a rendu mère en même temps. L’incriminé écroué à la prison d’Isiro, a contaminé les victimes d’une infection sexuellement transmissible (IST), selon le rapport médial, a fait savoir M. Paisayo.

     

 

Une délégation du gouvernement en visite au polygone de la MIBA

Mbuji Mayi, 13/04 (ACP).Une délégation du gouvernement conduite par M. Denis Kalume, ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité nationale a effectué, le week-end dernier, au chef-lieu de la province du Kasaï Oriental une visite au polygone de la MIBA, a constaté sur place un journaliste de l’ACP.

M. Denis Kalume Numbi a indiqué que cette visite s’inscrivait dans le cadre de la vérification des informations sur l’insécurité qui prévaut au polygone MIBA ainsi que de la mort de trois agents de la garde industrielle abattus par les « suicidaires » dans la nuit de jeudi à vendredi passée. La visite a permis également d’assister moralement et physiquement les familles des victimes.

Au sujet de l’impayement des travailleurs de la société MIBA qui accusent sept mois d’arriérés de salaires, le ministre Kalume a souligné que ce problème sera réglé incessamment  par le gouvernement. Le général Kalume a signalé l’installation prochaine de cinq sociétés minières pour les deux provinces kasaïennes dont la présence va favoriser la création de l’emploi et la relance de l’économie.

Dans cette délégation gouvernementale, on a noté la présence des ministres des Mines et de l’Industrie ainsi que des représentants du Premier ministre et du Chef de l’Etat.

7 morts et 20 blessés graves dans l’éboulement des terres au polygone de la MIBA

Sept morts et vingt blessés graves ont été enregistrés au cours de l’accident d’éboulement des terres survenu le dimanche 1er avril dans un puit de diamant situé dans le polygone de la MIBA, a-t-on appris de la surveillance de la MIBA.

Selon cette source, cet accident serait provoqué par un conducteur d’engins lourds qui n’avait pas obtenu son compte dans le partage de l’argent du pot-de-vin versé aux éléments de la brigade minière commis à la garde du polygone.

Cette version des faits est aussi confirmée par certains creuseurs clandestins rescapés de cette situation malheureuse, actuellement hospitalisés dans les différents hôpitaux de la place. Réagissant à ce drame, M. Alphonse Ngoyi Kasanji, gouverneur du Kasaï Oriental a décidé la mise sur pied d’une commission, chargée de faire la lumière sur la mort des creuseurs au polygone MIBA.

Le phénomène shégué sera prochainement éradiqué sur toute l’étendue de la RDC

Le phénomène « shéqué » sera prochainement éradiqué sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, a déclaré M. Denis Kalume, ministre d’Etat en charge des Affaires intérieures, lors de son passage le week-end dernier au chef lieu de la province du Kasaï Oriental. A cette occasion, le ministre d’Etat avait souligné que le gouvernement mettra tout en œuvre dont la création de l’emploi et l’encadrement des structures s’occupant des enfants shégués.

Lancement des travaux de construction d’un marché public moderne à Mwamba Mbuyi

Kananga, 13/04 (ACP). Hubert Mbiyo M’vule, vice-gouverneur du Kasaï Occidental, a posé, le week-end dernier la première pierre des travaux de construction d’un marché public moderne à Kananga. Il a exhorté la population locale, dans son mot de circonstance, à faire montre d’une hospitalité sans pareille envers toutes les personnes appelées à fréquenter ce lieu public ouvert à qui que ce soit sans aucune discrimination. Le vice-gouverneur a indiqué, à cette occasion, que le lancement de ces travaux annonçait en réalité le véritable communautaire de la contrée de Mwamba-Mbuyi à travers la construction d’un marché public moderne. Le sous-projet de construction du marché de Mwamba-Mbui prévoit l’érection de quatre pavillons avec étalages et bloc sanitaire pour un coût total de 51.345 dollars américains dont 46.210 dollars financés par le Fonds social de la République Démocratique du Congo (FSRDC), le reste de 10 % du montant devant provenir de la communauté locale.

De son côté, le Bureau diocésain de développement, une structure de l’Eglise catholique, a été chargé de l’exécution de ces travaux d’une durée de trois mois, sur une superficie de 13.000 m2 et d’une capacité d’accueil de 570 personnes. M. José Musenga Mubenesha, responsable de l’antenne du FSRDC/Kasaï Occidental, a sollicité l’implication totale de ce sous-projet en lieu et place des querelles inutiles à même de compromettre sa bonne exécution.

Il a précisé que les 16 projets agréés au Kasaï Occidental pour un coût de 845.500 dollars américains prévoyaient la construction de sept centres de santé, maternités, autant d’établissements scolaires, deux marchés publics et une source d’eau potable.

Selon lui, leur exécution projetée au mois d’avril en cours est liée à l’apport local de 10 % attendu des communautés de base concernées.

Reprise des activités socio-culturelles au ciné Eros à Kisangani

Kisangani, 13/04 (ACP). Les activités socio-culturelles ont repris leur cours normal au Ciné Eros dans la commune de la Makiso à Kisangani, après une vingtaine d’années de léthargie due à la guerre et à la conjoncture difficile traversée. Le coordonnateur provincial de la Fondation Kindoki pour le développement, M. Michel Roger Kombozi Masua Bodjoko, a annoncé cette nouvelle lors d’un entretien qu’il a eu dans son office avec un journaliste de l’Agence congolaise de presse (ACP). L’immeuble Ciné Eros est une ancienne propriété de l’ex-Zaïre Fina, actuellement revendu à la famille Kindoki Ndoki et Mme Liliale Malila Mazio Ali. Sa gestion vient d’être confiée à l’ONG Fondation Kindoki pour le développement (FKD), a-t-il précisé. Il s’est réjoui du fait que la réouverture du Ciné Eros a coïncidé avec la cérémonie officielle de prestation de serment (le week-end dans cette salle des spectacles rénovés), du premier président de la Cour d’appel de Kisangani. A cette occasion, M. Kombozi, coordonnateur provincial de cette fondation, a invité le public boyomais à revisiter ce grand ciné où les activités seront désormais organisées.

Le 47ème anniversaire de l’indépendance sénégalaise célébré à Kisangani

Kisangani, 13/04 (ACP). Les contingents sénégalais de la MONUC basés à Kisangani, ont célébré avec faste le 47ème  anniversaire d’accession de leur pays à l’indépendance. Un imposant défilé auquel ont pris part les éléments de la 9e région militaire des FARDC, de la Garde républicaine et de la Police nationale congolaise ainsi que quelques écoles de la place, a été organisé devant l’esplanade de l’hôtel de poste de Kisangani. A cette occasion, M. Plau Ndiaye, commandant secteur des contingents sénégalais basés à Kisangani, a loué le bon Dieu pour les avoir gardés depuis 1960, date à laquelle son pays à accédé à l’indépendance et ensuite aux autorités provinciales militaires et civiles pour leur avoir autorisé à quitter leur cantonnement pour cette sortie en public, qui en outre, leur a permis de communier avec la population congolaise en général et « boyomaise » en particulier.

L’Eglise kimbanguiste célèbre son 86ème anniversaire à Kisangani

Kisangani, 13/04 (ACP).- Les chrétiens de l’Eglise kimbanguiste de Kisangani ont célébré la semaine dernièrei avec faste le 86ème anniversaire de la création de leur église en République Démocratique du Congo par le prophète Simon Kimbangu. Le pasteur de district de Bas-Uélé, révérend Alife Okonga Konga, a indiqué à cette occasion que la vie du prophète Simon Kimbangu était caractérisée par des appels de Dieu à être à son service et à poursuivre son œuvre sur terre.

     

 
 

Le ministre des Mines  informé de la volonté du Groupe américain Caracal Gold d’investir dans le secteur minier

Kinshasa, 13/04 (ACP).- Le ministre des Mines, Martin Kibwelulu Labilo a été informé, jeudi, de la volonté  des hommes d’affaires américains du Groupe Caraval Gold d’investir dans l’exploitation de l’or et du nickel en vue de participer à la reconstruction de la RDC (République Démocratique du Congo) dans le secteur minier, a déclaré le représentant de cette multinationale, Emmanuel Sasa à l’issue de l’audience. M. Sasa a souligné que le secteur aurifère intéresse au plus point le Groupe Caracal Gold qui a une longue expérience dans l’exploitation de ces minerais ainsi que d’autres métaux. Les responsables de la société Caracal ont indiqué qu’ils ont profité de cette rencontre pour adresser un message de félicitation au nouveau ministre des Mines, Martin Kabwelulu pour sa nomination à la tête dudit ministère, en tant qu’ « un homme ouvert capable d’attirer les nouveaux investissements au Congo ». Par ailleurs, le ministre des Mines s’est entretenu avec l’ambassadeur du Canada auprès de la RDC, Jean Pierre Boldvc dont les entreprises minières  contribuent au développement socio-économique de la RDC. Le diplomate canadien a indiqué que « le Canada est un interlocuteur privilégié de la République Démocratique du Congo dans la mesure où plusieurs de ses entreprises minières sont présentes dans le secteur minier depuis plusieurs années ». Il a évoqué le cas de la société Banro qui a des investissements majeurs dans les mines du Congo et qui participe au développement des zones où s’exerce ses activités minières.

La situation de la MIBA évoquée par  les ministres des Mines et du  Portefeuille
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
La situation qui prévaut à la Minière de Bakwanga  (MIBA) au Kasaï Oriental, a été évoquée par le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, et son collègue du Portefeuille, Jeannine Mabunda Lioko, en présence du vice- ministre des Mines, Victor Kasongo Shomary, au cours d’une séance de travail au ministère des Mines.

Les deux membres du gouvernement qui assurent la tutelle technique et administrative ont exploré les voies et moyens susceptibles de faire sortir la MIBA de sa « faillite » et trouver des solutions au non payement de son personnel, le renouvellement de l’outil de production et le dégel de partenariat sur le processus de négociation avec des tiers.

Lancement  du guide de contrôle sur pièces et du guide de contrôle sur place à la DGI
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Le Directeur général des Impôts, Sam Bokolombe Batuli, a procédé jeudi à Kinshasa au lancement officiel du guide de contrôle sur pièces et du guide de contrôle sur place, en vue de consacrer la rationalité dans les travaux de contrôle des dossiers fiscaux. Le guide de contrôle sur pièces, a-t-indiqué, répond au souci de l’administration fiscale de procéder à l’examen à partir du bureau de la sincérité et de la cohérence de l’ensemble des éléments de la déclaration fiscale souscrite. Le guide de contrôle sur place selon le DG Bokolombe sert d’instrument de contrôle sur place avant de permettre une organisation rationnelle du travail sur terrain et une répartition efficace du travail d’équipe. Le système fiscal congolais, a poursuivi le directeur général des Impôts, revient au contribuable la charge de faire connaître à l’administration fiscale, les éléments de l’assiette des impôts auxquels il est assujetti et de s’acquitter du paiement desdits impôts d’une part et d’autre part, la loi reconnaît à l’administration le pouvoir de procéder au contrôle de la déclaration aux fins de la sauvegarde des intérêts du trésor. Par ailleurs, le directeur général Sam Bokolombe a précisé que l’utilisation de ces deux documents par les services opérationnels a l’avantage de renforcer le rôle du chef de brigade hiérarchique dans la préparation et l’exercice des missions de contrôle sur place. Il a rappelé que le lancement du guide de contrôle sur pièces et du guide de contrôle sur place s’inscrit dans la logique de faire éviter aux personnels tout comportement arbitraire et tracassier  en vue de prévaloir un esprit plus légaliste. « Car l’administration entend faire de l’activité « contrôl fiscal », une fonction à impact au plan de la dimension morale du management  des entreprises », a-t-il expliqué. L’ autorité fiscale a reconnu que lorsque le contrôle fiscal  est bien préparé, bien encadré et bien mené sur terrain, dans le respect strict des textes légaux et réglementaires, il crée des effets de persuasion et de dissuasion à l’encontre de tout comportement délictueux. Pour sa part, le vice-ministre des Finances Hangi Binini a exprimé sa reconnaissance aux cadres et agents de la DGI pour avoir réalisé des meilleures recettes depuis la création de cette régie financière. Il a émis le souhait de voir encore la DGI épater le « monde » par de bonnes réalisations dans les tout prochains jours en vue de donner au gouvernement le moyens de sa politique.

L’INPP, un partenaire pour la lutte contre le chômage et la pauvreté en RDC, selon la Bralima

Kinshasa, 13/04 (ACP).- L’Institut national de préparation professionnelle (INPP) est un partenaire important dans la lutte contre le chômage et la pauvreté en RDC, a déclaré à la presse un responsable de la société brassicole BRALIMA, lors du test de recrutement organisé mercredi par cette entreprise à l’INPP dans la commune de Limete à Kinshasa. Quelque 170 candidats universitaires ont été soumis à ce test, grâce au concours de l’INPP qui a offert également le cadre, a dit le sous-directeur Joseph Bondjeke de l’INPP. Selon ce dernier l’INPP et la Bralima entretiennent de « très bons rapports de partenariat ». Il ne se passe pas un mois sans que la Bralima ne vienne ici, a ajouté le directeur Bondjeke pour qui les sollicitations actuelles de l’INPP par les entreprises locales est une motivation.

   

Le « RCP » encouragé pour son engagement
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Le ministre de la Santé, Dr. Victor Makwenge a encouragé, mercredi dans son cabinet de travail, les membres du Réseau des journalistes et communicateurs pour la population et le développement (RCP) conduits par la coordinatrice nationale, Mme Brigitte Mopane, pour leur engagement dans la lutte contre les maladies. Le Dr. Makwenge les a exhortés de continuer à sensibiliser l’opinion congolaise à travers leurs canaux respectifs de communication, tout en reconnaissant que les médias constituent une force incontournable favorisant le changement de comportement de la communauté face aux mauvaises pratiques et à l’ignorance. S’agissant du projet du RCP soumis dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA, le Dr Makwenge a promis de s’investir personnellement en vue de trouver une issue afin de  permettre au RCP de jouer un rôle d’acteur actif. Auparavant, la coordinatrice du RCP, Mme Brigitte Mopane a retracé l’historique du RCP qui fut créé en 2003. Actuellement, le réseau est présent dans neuf provinces sur les 11 que compte la RDC.  La vision du RCP, a-t-elle expliqué, consiste à assurer la promotion des questions de population et développement dans les médias en vue de contribuer à la diffusion d’une bonne information pour une prise en charge communautaire, la lutte contre le pauvreté et l’intégration de la donne démographique dans tout processus de développement tout en souhaitant un fructueux mandat au ministre Victor Makwenge Elle a promis de soutenir les actions du ministre dans son combat de lutte contre la maladie.

52900 décès par an suite à l’éclosion des  situations médico-sociales
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Cinq cent vingt neuf mille décès sont enregistrés chaque année, suite à l’éclosion des situations médico-sociales telles que les avortements provoqués, des complications de la grossesse et les naissances très rapprochées, affirme une enquête menée par le programme national de la santé de reproduction (PNSR). Selon la source, la situation fait suite à un certain nombre des facteurs qui ont une incidence sur la vie de la population en âge de procréer, affirme le PNSR. D’où il faudrait ramener en RDC, parmi les facteurs qui déterminent la fécondité, figurent incontestablement le milieu, la conjoncture socio-économique, le climat politique, la culture, les croyances autour des méthodes contraceptives, le manque d’instruction et l’ignorance. Pour cette raison rappelle le PNSR, il se révèle qu’actuellement une fécondité extrêmement force de 30%), un taux de prévalence contraceptive extrêmement faible de 11%), une mortalité élevée à 1289/100.000 nouveaux-nés, une mortalité infantile de 127%, en sont les caractéristiques principales. Le programme National de santé de la reproduction préconise toujours la politique de planification familiale comme remède face au nombre élevé des décès la planification familiale qui consiste notamment à éviter les grossesses non désirées, avoir des enfants désirés, de régler l’intervalle entre les naissances, en vue d’assurer un espacement allant de 2 ans et plus, et concourir à la baisse de ce chiffre très élevé des décès enregistrés par an, conclut le PNCR, tout en interpellant les décideurs, à œuvrer pour une amélioration sensible des conditions sociales, économiques et sanitaires.

Environ 2 millions de personnes meurent chaque année de tuberculose dans le monde
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Environ deux (2) millions de personnes meurent chaque année de la tuberculose dans le monde, indique un document de l’OMS reçu mercredi à l’ACP. Selon le document, la tuberculose est une infection bactérienne pouvant toucher de nombreux organes, est en recrudescence depuis une quinzaine d’années, avec environ 10 millions de nouveaux cas par an dans le monde. L’homme est le seul réservoir du germe et représente le principal agent de transmission de la bactérie. Chaque seconde, souligne la source, une nouvelle personne dans le monde est infectée par le bacille de Koch chaque année, près de 1% de la population mondiale est nouvellement infectée et près de 9 millions de personnes développement la maladie. Globalement aujourd’hui, un tiers de la population mondiale est infecté, et 22 pays totalisent à eux seuls 80% des cas détectés dans le monde. Près de 2 millions de cas annuels de tuberculeux surviennent en Afrique Sub-saharienne. Ce chiffre est en rapide augmentation, du fait de l’épidémie de VIH/SIDA qui touche particulièrement cette région. Il y a 50 ans, aucun médicament ne permettait de soigner la tuberculose mais présentement, une association d’autistiques est utilisée pour traiter les tuberculeux à condition que le traitement soit suivi au minimum 6 mois et jusqu’à deux ans au maximum. L’OMS estime qu’un traitement incomplet on mal suivi est pire et ajoute qu’un traitement mal suivi n’élimine pas l’infection, mais peut provoquer chez le malade l’apparition de bacilles résistants aux antibiotiques.

2762 cas de tuberculose dépistes en 2006 au Kasaï Occidental
2762 (deux mille sept cent soixante-deux) cas de tuberculose ont été dépistés en 2006 par la coordination provinciale du programme de lutte contre cette maladie pour le Kasaï à Tshikapa. Quoique encourageantes dans une certaine mesure, ces données ont démontré la nécessité d’accroître dans la contrée la sensibilisation pour atteindre les objectifs nationaux fixant à 70 pour cent le taux de dépistage et à 80 pour cent celui de  guérison. 

   

 

 
 

Le Bleu domine (2-0) Malaïka à l'EPFKJN

Kinshasa, 13/04 (ACP).- L'AS Le Bleu a dominé le SC Malaïka sur le score de 2-0, jeudi au stade des Martyrs, en match comptant pour la 13ème journée du championnat . de l'EPFKIN) (Entente provinciale de football de Kinshasa). Les buts de l'AS Le Bleu ont été inscrits par Nsita à la 77ème minute sur une passe de Kapela. Ce dernier a doublé la mise sur service de Ndonga à la 80ème minute. Grâce à cette victoire, l'AS Le Bleu totalise 17 points .pour 13 matches livrés et confirme sa bonne santé actuelle pour n'avoir: perdu aucun match depuis le démarrage de la phase retour. Auparavant, pour le compte de la même journée, le FC les Stars a mordu la poussière devant l'AC Police par 0-1, grâce à une réalisation de Ngoyi à la lSème minute, après av.oir exploité une balle arrêtée de Kanku renvoyée par le mur de FC les Stars.

 

10.000 dollars US de prime du gouverneur Kimbuta au TP Mazembe

Kinshasa, 13/04 (ACP).­L'entraîneur principal de TP Mazembe Englebert de Lubumbashi, Muntubile Ndiela « Santos», a retiré jeudi à l'Hôtel de ville, de Kinshasa une somme de 10.000 dollars US (dix mille) comme prime d'encouragement que le gouverneur de la capitale, André Kimbuta Yango avait promise à cette équipe, en cas de victoire face à l'AS Forces Armées Royales' 'du     Maroc. Chose promise, chose due, M. Kimbuta a effectivement libéré cette somme après la victoire étriquée (1-0) de l'équipe lushoise au stade des Martyrs contre la formation marocaine dans le cadre des huitième de finale aller de la Ligue des champions de la CAF. Aune question de l'ACP, M. Muntubile a dit qu'il croyait au miracle au match retour.

La discipline recommandée dimanche dans le match de football entre Motema Pembe et V.Club

Kinshasa, 13/04 (ACP).- Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a invité les supporters du DCMp. et de l'AS V.Club à faire preuve de discipline sur les gradins dimanche prochain, au cours du match qui va opposer les deux équipes au stade des MartYrs dans le cadre de ta première journée du tour final de la 12ème édition de la LINAFOOT. M. Kimbuta a lancé cet appel à l'Issue d'une réunion avec les dirigeants de deux clubs et de la LINAFOOT tout en recommandant le fair-play de la part des joueurs: Pour y parvenir, le gouverneur de la ville a promis une prime à la formation qui se sera montrée fair-play sur le terrain. Il a remis, en outre, des enveloppes dont le contenu n'a pas été révélé et des T-shirt portant les couleurs des deux équipes aux encadreurs qui se chargeront de la discipline des supporters  au pourtour. Des enveloppes Similaires ont été remises aussi aux dirigeants de deux équipes en vue d'assurer la restauration des athlètes. Quant aux dirigeants de la Linafoot, le Gouverneur a recommandé de désigner des arbitres compétents et sérieux pour diriger cette rencontre. Les dirigeants de DCMP et ceux de l'AS V-Club ont lancé également un appel à la discipline à leurs fans.

 
 
 
 

 

« Nous avons besoin de la paix de cœur et de la concorde qui permettent de bâtir un pays prospère où il fera bon vivre », a-t-il souligné. Evoquant la question de l’immunité parlementaire, le sénateur Mongulu, juriste de formation, s’en est référé à la loi. « Aucun parlementaire ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions », a-t-il déclaré. Il a insisté sur le fait qu’en dehors des sessions, aucun parlementaire ne peut être arrêté qu’avec l’autorisation du bureau de l’Assemblée nationale ou du bureau du Sénat, sauf en cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnation définitive. Tout cela peut arriver, selon le cas.

M. Mongulu a également indiqué que la détention ou la poursuite d’un parlementaire est suspendue si la chambre dont il est membre le requiert, précisant que la suspension ne peut excéder la durée de la session en cours. L’honorable sénateur a attiré l’attention sur le fait que cette matière n’a fait l’objet d’aucun amendement ni débat.

Aussi, le rôle du « comité de conciliation », l’un des organes du Sénat actuel, ne peut être confondu avec l’immunité parlementaire, comme a voulu le démontrer erronément une certaine presse, a-t-il souligné.

Le comité qui sera composé des doyens d’âge de chacune des onze provinces actuelles a pour rôle d’examiner et de trouver des solutions amiables aux conflits de tout genre qui opposeraient les sénateurs entre eux, ou des sénateurs aux tiers, si ces derniers le demandent.

Il s’agit, a-t-il dit, d’une sorte d’arbitrage, précisant que ce comité est divisé en deux chambres : la première examine le cas au premier degré, et la seconde au degré d’appel pour plus d’équité. Donc, cet organe n’a rien de commun avec les immunités parlementaires.

 

Du règlement intérieur

L’actuel Sénat, a assuré  Mongulu, est composé des personnes élues au second degré par les députés provinciaux.

Elles représentent chacune sa province. C’est ce nouvel esprit qui a inspiré l’élaboration et l’adoption du règlement intérieur du Sénat de la première législature de la 3ème République par rapport au Sénat de la transition qui était constitué par des délégués des composantes et entités signataires de l’Accord global et inclusif. A propos de l’avenir du pays, le sénateur pense qu’une armée forte, bien entraînée et disciplinée, dissuasive surtout est indispensable pour sécuriser nos frontières, car, aucun développement n’est possible si on peut à tout moment être victime des invasions des puissances armées.

 

Les perspectives des appuis canadiens en RDC évoquées au ministère des Affaires étrangères

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Les perspectives sur les appuis apportés par le Canada, depuis le processus de paix jusqu’à l’organisation des élections en RDC, ont été évoquées jeudi entre le chef de la diplomatie congolaise, Antipas Mbusa Nyamwisi, et l’ambassadeur canadien à Kinshasa, Jean-Pierre Bolduc. Le diplomate canadien a souligné, au sortir de son entretien, qu’il s’agit des questions relatives à la dernière tenue du sommet des Chefs d’Etat des pays des Grands lacs et aux affrontements des 22 et 23 mars derniers, dont il a fait connaître au ministre d’Etat Mbusa Nyamwisi, les préoccupations de son pays.

En ce qui concerne particulièrement les événements des 22 et 23 mars, Jean-Pierre Bolduc a exprimé son souhait de s’assurer de la continuité de la démocratie en République Démocratique du Congo, saluant à ce propos les efforts qui sont en train d’être déployés par l’ Parlement congolais pour asseoir cette démocratie. Le diplomate canadien a rassuré l’apport de son pays au développement de la RDC après la phase électorale qui vient de s’y dérouler.

 

Consultations bilatérales entre Kinshasa et Washington

Kinshasa, 13/04 (ACP).-L’ambassadeur des Etats-Unis en RDC, Roger Meece, a inscrit, jeudi, sa visite au ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, dans le cadre des consultations entre Kinshasa et Washington. « Nous avons toujours des consultations tant au niveau bilatéral que multilatéral, notamment au sein des Nations Unies, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et à la conférence tripartite, plus une sur la paix et la sécurité dans la région des Grands lacs », a dit le diplomate américain à la presse à l’issue de son entretien avec le ministre d’Etat Mbusa Nyamwisi. Il a exprimé à la presse le souci de son pays sur la paix et la stabilité à l’Est de la RDC où des bandes armées sèment la désolation, soulignant que les Etats-Unis veulent que les ressortissants de cette partie de la République vivent en toute liberté.

 

Une équipe permanente des magistrats pour fixer les cas des détenus au CPRK
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
Le ministre de la Justice, Georges Minsay Booka, qui a inspecté, jeudi les différentes installations des détenus incarcérés au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK), a décidé l’installation pendant une semaine d’une équipe permanente composée des magistrats et conseillers de son ministère en vue d’examiner cas par cas, les dossiers des prisonniers pour leur fixation définitive. Le ministre Minsay qui était accompagné de son vice-ministre ainsi que des responsables de la Justice civile et militaire de la capitale, s’est dit touché par les conditions carcérales médiocres que connaissent plusieurs détenus, notamment des femmes dont il a écouté à tour de rôle les doléances. Il a estimé que des cas bénins et des personnes incarcérées sans motifs plausibles ni documents devront être liquidés et évacués de la prison centrale en vue de la décongestionner dans les meilleurs délais. « De nombreux détenus totalisant deux à trois ans de prison n’ont jamais été ni entendus ni verbalisés et nous vivons dans le désespoir », ont crié à tue-tête certains pensionnaires qui ont supplié le n° 1 de la Justice de changement.

 

Les remerciements du SYTRAGEC à la ministre du Portefeuille

Kinshasa, 13/04 (ACP).-Le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la GECAMINES (SYTRAGEC), Otcha Ntchem Djerito, a, au nom de tout le personnel de cette entreprise, remercié, jeudi au cours d’un entretien avec l’ACP, la ministre du Portefeuille, Jeannine Mabunda, pour l’effort déployé ayant abouti au rétablissement de la paix sociale en mars dernier au sein de la GECAMINES. M. Otcha qui a adressé les mêmes remerciements au gouvernement de la République, a indiqué que c’est grâce à l’intervention efficace de Mme Mabunda que la grève qui a paralysé pendant deux jours les activités de la GECAMINES avait pris fin. Cette unité de production a connu en mars dernier deux jours d’une « grève sèche » à la suite du limogeage de l’administrateur directeur général de la GECAMINES, Paul Fortin par la SOFRECO, structure française qui l’a placé de commun accord avec le gouvernement à la tête de cette entreprise. « Grâce à la sagesse de Mme Mabunda et à la compréhension du gouvernement de la République, M. Fortin qui est très apprécié par le personnel pour avoir restauré la paie mensuelle devenue régulière depuis janvier 2006, a été maintenu à son poste », a fait savoir le secrétaire général du SYTRAGEC. M. Otcha a apprécié la politique sociale du gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe pour avoir arrêté une série des mesures en faveur des masses laborieuses, à l’issue d’une visite de travail dans certaines entreprises de Lubumbashi. Il a ordonné l’amélioration des salaires des travailleurs dans le sens de la hausse et interdit l’utilisation pendant longtemps des journaliers sous-payés.

ENQUÊTE

La gestion durable des ressources en eau au centre d’un colloque international à Kinshasa
(Par Arthur Kayumba)

L’Afrique est l’un des continents où un grand nombre des pays sont confrontés aux problèmes liés à l’eau. Parmi ces problèmes figurent, d’abord la pénurie même de cette denrée précieuse, puis les maladies hydriques, les inondations, la sécheresse, la désertification, l’insalubrité et la mauvaise gestion  des ressources en eau dont les effets combinés sont préjudiciables au développement économique et social des pays africains.

Plusieurs pays d’Afrique sont en effet touchés par ces problèmes de déficit d’eau, notamment les neuf voisins de la République Démocratique du Congo d’où proviennent des demandes pressantes de transfert d’eau du bassin du fleuve Congo qui a un  versant de 3,8 millions de km2. Le fleuve Congo et ses affluents représentent le plus important système hydrologique d’Afrique, soit 25 % des ressources africaines en eau de surface renouvelables et peu polluées. Situé à cheval sur l’équateur et avec son débit moyen de quarante mille mètres cubes versés dans l’océan Atlantique par seconde.

Le fleuve Congo est le deuxième du monde après l’Amazone. Au-delà de ce potentiel, il reçoit également trente pour cent (30 %) des eaux pluviales. Mais en dépit de cette situation que lui envient  nombre de pays, la RDC elle-même n’échappe pas à la pénurie et à l’assainissement. Elle va même jusqu’à connaître des stress hydriques périodiques néfastes à son agriculture, au point qu’au cours de deux dernières décades, les paysans ont manqué de récoltes à deux reprises à la suite d’un déficit pluviométrique très prononcé dans les provinces du Bas-Congo, du Bandundu et du Katanga. Le taux actuel de desserte en eau potable serait de soixante-sept pour cent (67 %) dans les zones urbaines contre dix-sept pour cent (17 %) dans les zones rurales. Selon le dernier rapport (2006) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), quarante-huit pour cent (48 %) de la population congolaise sont privés de puits d’eau aménagés et trente pour cent (30 %) seulement disposent des moyens d’assainissement améliorés.

Face à cette situation, l’Université congolaise n’a pas attendu un gong des pouvoirs publics pour se saisir du problème, convaincue que la question dépasse largement les simples notions de la disponibilité et de la qualité de cette ressource, et que seule sa connaissance globale et multidisciplinaire sera la clé de sa gestion rationnelle. C’est dans ce contexte qu’elle organise à Kinshasa du 8 au 12 mai 2007, un colloque international sur la problématique de l’eau avec comme thème « Gestion durable de la ressource en eau du bassin du fleuve Congo : « Gestion intégrée, sciences, jeux et enjeux géostratégiques ». Le comité d’organisation estime en effet que si la ressource « eau douce » du bassin versant du fleuve Congo peut être  par ses multiples facettes un facteur développant, elle porte aussi en elle les paramètres conflictogènes, au regard des enjeux mondiaux et sous-régionaux qui entourent la disponibilité de l’eau douce dans la sous-région. Aussi les signes du temps appellent-ils les riverains du bassin du fleuve Congo à être attentifs. Selon le président du comité d’organisation du colloque, le Pr. Valentin Kanda Nkula, ce forum n’est pas venu trop tôt si l’on considère le nombre des projets de demandes de transfert d’eau chez les voisins.

Il faudrait que l’expertise scientifique en la matière intervienne pour débattre de tous les aspects (scientifique, économique, politique et  utilitaire) de la gestion durable de la ressource eau du bassin du fleuve Congo dans une vision prospective et de partage. Il s’agira aussi de mobiliser les bailleurs de fonds autour de cette question vitale, en vue de créer une structure de financement pour le Centre international de l’eau de Kinshasa (CIEK) et les autres colloques à venir. 

Du fait que l’analyse du contexte a confirmé l’étendue t la complexité du problème relatif à la gestion responsable de la ressource eau du bassin du fleuve Congo. Il en résulte que la gestion durable d’une telle ressource implique les compréhensions les plus diversifiées de la connaissance.

Pour le Pr. Kanda Nkula, la gestion durable fait appel aussi bien au secteur des sciences exactes (hydrologie, hydrogéologie, géographie, biologie, écologie, limnologie, climatologie, agronomie) qu’à celui des sciences humaines (politique, sociologie, diplomatie, économie, droit)en passant par les sciences de l’éducation et de l’environnement.  La RDC, dont le bassin hydrographique n’a d’égal que le Brésil,avec vingt-cinq pour cent (25 %) de la ressource africaine en eau douce, soit huit pour cent (8 %) des eaux douces du monde, est bien consciente non seulement de l’attention qu’elle attire mais aussi de la convoitise dont elle est l’objet à bien des égards de la part des voisins à la fois lointains et géographiquement proches par les jeux des alliances, pays déjà en pénurie d’eau qui sollicitent le transfert d’importantes quantités d’eau.

Pour avoir signé les instruments internationaux relatifs à l’environnement et aux droits humains, la RDC reconnaît l’influence déterminante de l’eau sur tous les aspects de la qualité de la vie notamment les écosystèmes, la santé humaine et animale, la production agricole, la biodiversité, l’énergie, bref le développement durable et la lutte contre la pauvreté. A cet effet, les experts pensent qu’un seul colloque ne peut ni aborder efficacement, ni épuiser et encore moins donner la solution même partielle, à une telle problématique. Encore faudra-t-il baliser la voie pour une organisation périodique et régulière de tels forums, en vue de finaliser et de mettre en œuvre une vision prospective en matière de gestion intégrée des ressources en eau partagées.

 
 
 
 

Une fille de 17 ans accouche  des jumeaux siamois morts- nés à Kikwit
Kikwit, 13/04 (ACP).-
Mlle Mufankolo, primipare en provenance du secteur Nkara dans le territoire de Bulungu, dans le Bandundu a accouché à l’hôpital général de Kikwit par césarienne des jumeaux siamois morts-nés, a-t-on appris de sources médicales. Selon la source, les deux enfants étaient collés au niveau ombilical et pelvien, ce qui n’a pas permis au personnel médical de déterminer le sexe. C’est la première fois qu’un événement pareil se produise à Kikwit.

Quatre enfants d’une même famille brûlés vifs dans un incendie à Kwenge
Kikwit, 13/04 (ACP).-
Quatre enfants d’une même famille ont été tués lors de l’incendie de leur maison dimanche soir au chef lieu du secteur Kwenge, à 30 km en amont de Kikwit au Bandundu. Selon la radio Tomisa qui a annoncé cette nouvelle, le père de ces enfants est sorti brûlé au niveau de la figure, seule la maman est sortie saine et sauve de cet incendie. Aucune précision n’a été donnée sur les circonstances et l’origine de l’incendie.

Conflit de compétence en gestation entre les juridictions judiciaires civiles et l’auditorat militaire à Boma
Boma, 13/04 (ACP).-
Un conflit de compétence est en gestation entre les juridictions judiciaires civiles et l’auditorat militaire de la garnison de Boma,  dans la province du Bas-Congo, constate-t-on. En effet, des nombreuses affaires civiles sont actuellement portées devant l’auditorat militaire, jugé plus expéditif et parfois intransigeant. Des personnes accusées devant cette juridiction militaire pour des affaires purement civiles, refusent souvent de comparaître du fait de la violence de la part de cette dernière, mais aussi des arrestations arbitraires. A Boma, les juridictions judiciaires civiles, telles que le tribunal de paix et le parquet de Grande  instance, sont dépossédées des cas qui devraient être déférés devant leurs instances. Dans les milieux judiciaires civiles, on estime que la population doit être encadrée et orientée vers la juridiction compétente qui est le parquet de Grande instance, pour les affaires civiles.

Le sergent Lengo des FARDC condamné à la peine capitale à Lisala
Lisala, 13/04 (ACP).-
Le tribunal militaire de la garnison de Lisala dans la province de l’Equateur, a condamné le sergent Lengo des FARDC à la peine capitale à Lisala. Le tribunal militaire rendait ainsi son verdict sur l’affaire opposant le ministère public au sergent Lengo des FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo), poursuivi pour avoir assassiné au début du mois de mars, un garçon  de 17 ans sur la route de Bumba. Cet assassinat avait occasionné le soulèvement de la population de Lisala qui avait mis à sac le siège de l’auditorat militaire et de la police. Le tribunal militaire a condamné aussi le complice de Lengo  à la peine capitale, et ce  verdict a été favorablement accueilli par la population.

1784 enfants enregistrés à l’état-civil en 2006 à Matadi
Matadi, 13/04 (ACP).-
Mille sept cent quatre- vingt -quatre (1.784) enfants ont été enregistrés à l’état-civil au cours de l’année2006 à Matadi, chef-lieu de la province du Bas-Congo. Selon des statistiques municipales, 538 enfants ont été enregistrés dans la commune de Matadi, dont 270 filles et 268 garçons, 666 enfants à la commune de Mvuzi dont 346 filles et 320 garçons  et  580 enfants dont 318 filles et 262 garçons à la commune de Nzanza. Dans l’ensemble, 934 filles ont été enregistrées et 850 garçons en 2006, contre 932 filles et 778 garçons l’année précédente. Ces chiffres sont le résultat de la campagne de sensibilisation sur l’enregistrement des enfants à l’état-civil menée de janvier à septembre 2006 par la division provinciale de la Condition féminine et famille, avec l’appui de l’UNICEF.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’objectif de cette mission, a-t-il dit, était de rassembler ses brebis perdus de par le monde. En évoquant les Ecritures saintes spécialement dans Psaume 147, 1-5, Exode 20, 1-17 et Apocalypse 19, 6-9 ; 11-16, l’orateur en a appelé les Kimbanguistes à rester unis par l’amour et le travail. « Nous voulons éviter de servir Dieu avec hypocrisie car, ce comportement est hors des principes bibliques », a-t-il martelé. Une scénette a été présentée par le Groupe théâtral kimbanguiste (GTK), pour retracer la vie prophétique de Simon Kimbangu. Le représentant provincial de l’Eglise kimbanguiste pour la province Orientale, Henri Bayago Wanda Akakiwa, a de son côté éclairé les participants sur la vision de cette confession, avant de souligner que la date du 6 avril de chaque année, est celle du début de l’année « chrétienne » pour l’Eglise kimbanguiste.

Les formations médicales de Matadi invitées à se doter de groupes électrogènes

Matadi, 13/04 (ACP).- Les formations médicales de la ville de Matadi tant du secteur public que privé ont été invitées à se doter chacune d’un groupe électrogène en vue de faire face aux nombreuses interruptions de fourniture de l’énergie électrique par la SNEL.

L’invitation a été faite mardi par le chef de centre de la SNEL/Matadi, l’ingénieur Camille Kunzika, qui réagissait à une question de la presse sur la panne du transformateur « Ngoma », alimentant la maternité provinciale de référence de Matadi. Pour le chef de centre, les gestionnaires des formations médicales ne devraient pas attendre que surviennent des pannes pour « chercher des boucs émissaires » car, a-t-il rappelé, le fonctionnement d’un service aussi sensible que celui relatif à la santé requiert, selon les instructions officielles en vigueur en RDC, la présence d’un groupe électrogène de secours prêt à pallier toute éventualité.

Tout en maintenant ses efforts dans l’amélioration de la desserte en électricité, a poursuivi M. Kunzika, la SNEL exhorte ses abonnés, spécialement les structures sanitaires de la ville, à se mettre à l’abri des avaries dans la fourniture du courant électrique.

On rappelle à Matadi que plusieurs formations médicales sont pourvues en groupes électrogènes qu’elles n’utilisent pas ou qu’elles ont abandonnés.

L’IRM pour la lutte contre les tracasseries à Mbandaka

Mbandaka, 13/04 (ACP).-L’ONG « Innovative ressources management » de droit américain a organisé, récemment à Mbandaka, une réunion portant les termes de référence de la rencontre entre la Cour de compte, la commission juridique et les comités de lutte contre les tracasseries de Mbandaka, Mpenzele et de Wendji Secli. Au cours de cette rencontre de 2 jours qui a regroupé 27 membres des Comités de lutte anti-tracasseries (CLATS), les participants ont procédé à un état des lieux du capital social vertical de Mbandaka, Mpenzele et Wendji Secli, notamment les rapports entre la population, les CLATS et les services publics, de sécurité (police, armée et ANR) et enfin entre les CLATS et les nouvelles institutions de la RDC (Assemblée provinciale et gouvernement provincial). Les participants ont voulu se faire une idée sur la gestion des finances locales et les différentes perceptions illégales réclamées à la population et cibler en même temps les trois domaines d’actions immédiates nécessitant une intervention directe de la commission juridique pour leur gestion ou pour l’adoption d’une politique de changement.

Le maire de Bukavu s’en va en guerre contre les constructions anarchiques

Bukavu, 13/04 (ACP).-Le maire de Bukavu, Prosper Mushobekwa a procédé lundi dernier à la destruction des maisons construites anarchiquement aux abords du tronçon routier Place de l’indépendance jusqu’à Bwindi en passant par la brasserie. Les bulldozers de l’Office des routes mis à sa disposition n’ont fait qu’exécuter les instructions reçues de la hiérarchie sous l’œil des éléments de la Police nationale congolaise qui accompagnait l’autorité urbaine.

Il est à rappeler que la mairie, après constat sur terrain il y a un mois, avait instruit les propriétaires de ces maisons et baraques de les détruire eux-mêmes. Le délai imparti n’ayant pas été respecté, l’autorité urbaine est passée à l’œuvre. Un avertissement, semble-t-il, pour d’autres constructions qui pourront subir le même sort dans les autres localités et quartiers de la ville abandonnés à une anarchie à son temps. « Finie la récréation », a martelé le maire Mushobekwa.

Audition des rapports d’enquête sur les événements des 31 janvier et 1er février 2007 à l’Assemblée provinciale du Bas-Congo

Matadi, 13/04 (ACP).- L’Assemblée provinciale du Bas-Congo actuellement en session ordinaire du mois de mars sous la direction de son vice-président, Augustin Kisombe Kiaku Muisi, a procédé mardi à l’audition des rapports des missions d’enquête dépêchées sur terrain pour investiguer sur les événements tragiques qui ont endeuillé la province les 31 janvier et 1er février 2007, causant la mort à 86 personnes, selon le rapport du gouvernement, et à 104 personnes, selon le bilan de la MONUC (Mission des Nations Unies au Congo), ainsi que plusieurs blessés.

Les commissions ad hoc qui ont été dépêchées dans le territoire de Songololo, dans le district du Bas-Fleuve, dans la ville de Boma et dans les cités de Mbanza-Ngungu, Inkisi et Kasangulu ont rendu compte de leurs contacts avec les autorités administratives et les leaders d’opinion des entités visitées, avec qui ils ont évoqué les causes immédiates et lointaines de ces incidents qui avaient opposé les adeptes de BDK (Bundu dia Kongo, mouvement politico-religieux) aux forces de l’ordre.

En ce qui concerne les causes immédiates, les différents rapports ont épinglé la déception des adeptes de Bundu dia Kongo et d’une frange de la population de la province face à la non-élection au poste de gouverneur et de vice-gouverneur du député provincial Fuka Unzola et du député national Ne Muanda Nsemi, tous deux candidats de l’UN (Union pour la nation), pourtant majoritaire à l’Assemblée provinciale.

Pour la population, ont rapporté les élus du peuple en plénière, les grands électeurs (députés) avaient opéré ce choix sous l’aiguillon de la corruption. S’agissant des causes lointaines, les rapports ont mis en exergue les frustrations du peuple Ne Kongo face aux injustices qu’il subit notamment en matière d’embauche dans les entreprises installées dans la province, la non-reconnaissance de Simon Kimbangu et de Joseph Kasa-Vubu en qualité de héros nationaux, la faible représentation de la province du Bas-Congo au sein du gouvernement central actuel ainsi que l’absence des fils Ne Kongo aux postes de commandement dans certains services publics.

L’audition des rapports d’enquête devait se poursuivre mercredi par les commissions dépêchées à Luozi, district des Cataractes, et à Muanda dans le Bas-Fleuve ainsi que celle qui a mené des investigations dans la ville de Matadi.

 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 

« Le nombre d’entreprises ne fait qu’augmenter actuellement à l’INPP qui possède une expertise et un équipement spécialisés dans les domaines de formation et de recrutement dans les entreprises, a-t-il conclu. L’INPP est doté actuellement d’un laboratoire pyscho-technique qui permet une sélection plus objective dans le recrutement des candidats à l’embauche et la formation, rappelle-t-on.

La nouvelle convention collective  ramène l’INPP vers le développement, selon l’ADG Maurice Tshikuya

Kinshasa, 13/04 (ACP).- La nouvelle convention collective signée mercredi à Kinshasa entre l’employeur et l’employé ramène l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) vers son développement, a déclaré à l’ACP l’administrateur délégué général (ADG) de cette entreprise, Maurice Tshikuya, à l’issue de la signature de cette convention. La nouvelle convention apporte aussi la paix sociale, élément sans lequel on ne peut pas travailler, a fait remarquer l’ADG Maurice Tshikuya, avant d’ajouter que l’ancienne convention collective de l’INPP était budgétivore. Elle offrait beaucoup plus d’avantages au-delà des capacités financières de l’entreprise. Cette convention, sujette à beaucoup d’interprétations, était devenue une véritable source de conflits permanents, a affirmé M. Tshikuya qui a salué la sérénité entre la partie syndicale et l’employé ayant permis aux deux parties de transcender leurs différends pour aboutir au compromis capable de générer la paix. M. Gilbert Booto, représentant du personnel au comité de gestion, a salué la naissance de la nouvelle convention collective qui, selon lui, met fin à la confusion et aux différentes interprétations qui caractérisaient l’ancienne convention.

Le gestionnaire de la société Moëller – Elmas pour une franche collaboration au sein de l’entreprise

Kinshasa, 13/04 (ACP).- Le gestionnaire de la société Moëller – Elmas, Jean Louis Kay wa Pezo, s’est déclaré, jeudi au cours d’un entretien avec un journaliste de l’ACP, pour une franche collaboration et la paix sociale au sein de l’entreprise. M. Kay wa Pezo qui était approché par la presse à la suite des informations selon lesquelles il y aurait   grogne au sein de la société Moëller – Elmas, a fait savoir à ce propos que la situation sociale au sein de cette entreprise est calme et sereine. Selon le gestionnaire Kay wa Pezo, les responsables de la société Moëller se sont toujours acquittés de leurs devoirs vis-à-vis des travailleurs en libérant mensuellement leurs salaires et ce depuis 1972, date de la création de cette société spécialisée dans la commercialisation des pièces électriques. 

Nonobstant la conjoncture économique difficile du moment, les agents et cadres de Moëller – Elmas ont toujours bénéficié de tous leurs droits et avantages sociaux notamment la gratification réinstaurée depuis 2 ans, a-t-il affirmé. Ces propos du gestionnaire Kay wa Pezo ont été confirmés par le président de la délégation syndicale M. Henri Pidi et quelques membres du personnel qui ont relevé que les problèmes sociaux qui se posent au sein de l’entreprise ont toujours trouvé des solutions dans la concertation et le dialogue. Avec une vingtaine d’agents et cadres, la société Moëller – Elmas dispose de tous les organes statutaires dont un comité de gestion et un conseil d’administration qui se réunissent respectivement une fois par semaine et chaque année.

Chute  de production de l’huile de palme en RDC

Kinshasa, 13/04 (ACP).- La production industrielle de l’huile de palme connaît au fil des années une  chute vertigineuse en RDC, passant de 200.000 tonnes en 1960 à 5.000 tonnes en 2003, selon le rapport d’activités 2005 de la Banque centrale du Congo (BCC), parvenu jeudi à l’ACP. De 1976 à 2003, un déficit de l’ordre de 2.193.519 tonnes d’huile de palme alors que la demande globale du marché intérieur s’élevait à 3.145.489 tonnes sur une production de 952.470 tonnes pour la même période. Ce déficit, a toujours été comblé par des importations. La baisse constante de la production de l’huile de palme de grandes unités agro-industrielle est consécutive au vieillissement des plantations, à l’insuffisance des investissements, et à la dégradation des routes de desserte agricole, ainsi qu’à l’abandon de la recherche agronomique.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Créée il y a deux ans, la coordination provinciale du programme de lutte contre la tuberculose pour le Kasaï Occidental/Ouest est opérationnelle dans 18 zones de santé et 59 centres. Elle bénéficie d’un appui de la coopération technique belge (CTB) et de l’ONG TLMI qui s’occupent respectivement du personnel et de la formation pour le premier, des frais de supervision pour le second, le gouvernement congolais se chargeant de la formation.

Interdiction de toute construction dans le site de reboisement en face de la SNCC à Kananga
Kananga, 13/04 (ACP).-
Toute construction est interdite dans le site de reboisement situé sur le boulevard Lumumba en face du garage de la SNCC (Société Nationale des Chemins de fer du Congo), entre la place de l’Etoile et l’entrée de la concession de l’église Kimbanguiste dans la commune de Kananga au Kasaï Occidental. Des injonctions et autres directions précises, claires et fermes ont été données pour le besoin de la cause par l’autorité provinciale du Kasaï Occidental aux responsables des Affaires foncières, du cadastre et de l’Urbanisme et Habitat. L’invasion de ce site érosif par des individus ne possédant même pas un titre quelconque de propriété a démontré l’ampleur du banditisme urbanistique qui semble prendre des proportions inquiétantes dans cette ville.

L’OMS se félicite de la décision des laboratoires Abbott de baisser le prix des antirétroviraux
Kinshasa, 13/04 (ACP).-
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) se félicite de la décision des  laboratoires ABOTT de baisser sensiblement le prix du lopinavir/ritonavir, commercialisé sous le nom de Kaletra/Aluvia, indique un communiqué de presse de l’OMS parvenu mardi à l’ACP. Selon l’OMS, ce produit, particulièrement efficace comme antirétroviral de seconde intention a vu sa demande accroître. Dans l’intérêt de la santé publique, l’OMS continuera à collaborer avec les pays, les personnes vivant avec le VIH/SIDA, les organisations et les industries pharmaceutiques. Cela pour trouver des dispositions permettant de répondre au besoin immédiat d’augmenter rapidement l’accès aux médicaments indispensables et de faire baisser leur prix, conclut la source.

Le chef de travaux Matindi Milondo proclamé docteur en pédagogie  à l’Université de Kisangani
Kisangani, 13/04(ACP)
Le Chef de travaux Alphonse  Masandi- Milondo a été proclamé lundi,  docteur en pédagogie, à l’issue de la soutenance de thèse axée sur :  « Attitude des élèves de 6ème secondaire des écoles de la ville de Kisangani face à l’évolution scolaire ». Pour le chef de travaux Alphonse Masandi, sa thèse se veut une nouvelle perspective, c'est-à-dire,  contribuer à l’élaboration d’une possible  méthodologie de l’évaluation formative,  interactive d’apprentissages scolaires, puisque la formation  revêt un caractère beaucoup plus global et englobe en son sein plusieurs acteurs, à savoir parents, enseignants et élèves. D’où la nécessité, a-t-il affirmé,  d’une nouvelle méthodologie d’évaluation tant formative qu’interactive. C’est sur cette note que le public savant et autres invités comme des curieux, ont accueilli avec un évident soulagement, l’entrée du chef de travaux Alphonse Masandi-Milondo dans la famille « doctorale à thèse »  de l’Université de Kisangani (UNIKIS), devant un jury musclé composé des professeurs André Mavinga Tana, Tibamwenda, Misenga Mulandwa, Katako et  Kalala  Nkudi.

30 enfants morts suite à l’épidémie de rougeole à Babini en province Orientale de Kisangani
Lowa, 12/04(ACP)
Trente (30) enfants sur soixante quatre (64) atteints de la rougeole ont trouvé la mort en fin de la semaine dernière au groupement de Babini dans la Zone de santé de Lowa en territoire d’Udundu dans le District de la Tshopo , où sévit actuellement l’épidémie de la rougeole. Pour le Médecin Inspecteur provincial, Dr José Bafowa, la recrudescence de cette épidémie dans ce groupement, est due au manque du calendrier  PEV (Programme élargi de vaccination), suite à l’enclavement de cette entité, marqué par l’impraticabilité de l’état de route. La voie fluviale a-t-il dit, est la seule  voie pour atteindre le groupement de Babini, mais là aussi, surgissent des difficultés logistiques, raison pour laquelle il lance  un appel pressant en direction des hommes de bonne volonté -physiques ou morales- pour permettre à ses services spécialisés de voler au secours aux familles congolaises en détresse dans cette partie de la province.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Des stages internationaux pour arbitres et entraîneurs des fédérations africaines de karaté à Brazzaville

Kinshasa, 13/04 (ACP).- Les stages Internationaux pour arbitres et entraîneurs de karaté d'Afrique seront ouverts mardi, à Brazzaville, en République du Congo avec le soutien financier et technique de la Fédération mondiale de Karaté dans le cadre de son programme de développement de l'année 2007, indique une source crédible parvenue jeudi à l'ACP. Ces stages, souligne la source, sont importants dans la mesure où ils profiteront aux Fédérations africaines de karaté membres de différentes zones de développement sportif du Conseil supérieur de sports en Afrique (SSA). Au terme de ces

stages il sera organisé le tournoi international de karaté interzones au cours duquel vingt-huit pays entreront en compétition par épreuves de kata et kumité. C'est dans ce cadre. que les Léopards poursuivent leurs préparations technique et physique à l'entrée 19 du stade des Martyrs. Cependant, ils sont confrontés à des difficultés d'ordre financier et matériel, a affirmé mercredi à la presse, le premier vice- président de la Fédération de karaté du Congo (FEKACO); Dr Noël Katima. Ce dernier a plaidé en faveur des athlètes afin que le gouvernement leur accorde les mêmes avantages comme les Léopards du football. Malgré, cette carence des moyens, a-t-il poursuivi, les athlètes ont développé leurs capacités techniques au cours de ces préparations.

A Brazzaville, ils réaliseront, espère­-t-on, d'autres performances lesquelles leurs permettront de faire une sortie honorable aux Jeux africains d'Alger en juillet prochain. Parmi les vingt- huit pays provenant de trois zones du CSSA, onze ont confirmé leur participation. Certains séjournent déjà à Brazzaville. Les Léopards traverseront le pool Malebo lundi prochain.

ACP/PM.-

 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |