Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1299     Date: 21-03-2007
 
     
 

Le Premier ministre Gizenga informé de l’engagement de l’UE pour le développement de la RDC

Kinshasa, 21/03(ACP).- Le nouveau représentant spécial de l’Union européenne (UE) dans la région des Grands lacs, Roeland Van de Geer, a informé le Premier ministre, Antoine Gizenga Fundji, lors de leurs entretiens mardi à l’Hôtel du gouvernement, des priorités de l’UE pour le développement de la République  Démocratique du Congo qui se résument par un engagement   dans le secteur du développement, de la reconstruction et de la relance de la coopération régionale avec comme point focal la redynamisation de la Communauté  économique des pays   des   Grands lacs (CEPGL).

Le diplomate européen a indiqué à ce sujet que le gouvernement de la République Démocratique du Congo va élaborer dans un futur immédiat un programme pour matérialiser cette coopération qui vise surtout les secteurs sociaux et l’animation rurale. Cependant, a-t-il fait savoir, à ce stade, cette coopération n’est pas encore chiffrée, reconnaissant, par ailleurs, qu’il s’agira d’un montant important eu égard à la taille des partenaires qui sont disposés à soutenir la République Démocratique du Congo.

Les USA réaffirment leur appui aux actions du gouvernement

L’ambassadeur des Etats-Unis en RDC, Roger Meece, a réaffirmé la volonté de son pays d’appuyer les actions du gouvernement de la RDC, dont le programme a été approuvé récemment par l’Assemblée nationale.

Le diplomate américain l’a annoncé à la presse à l’issue des entretiens qu’il a eus mardi à la primature avec le Premier ministre à qui il a rendu une visite de courtoisie. Il a dit que cet engagement arrive après l’engagement de la Banque mondiale dont le président a séjourné dernièrement en RDC pour prendre de contact avec les différents responsables des institutions issues des élections démocratiques.

A une question de la presse, M. Roger Meece s’est dit rassuré et flatté des propos du Premier ministre qui a prôné la bonne gouvernance comme mode de gestion.

Nzanga Mobutu pour la modernisation de l’agriculture en RDC

Le ministre d’Etat à l’Agriculture, Nzanga Mobutu, souhaite que le développement et la modernisation du secteur agricole soit une priorité effective pour le gouvernement de la RDC, lors d’une séance de restitution de sa récente mission au Maroc, qu’il a faite mardi au Premier ministre Antoine Gizenga.

M. Nzanga a indiqué à la presse que cette mission qui s’est effectuée sur invitation de son collègue marocain, a été riche en enseignements avec la signature de différents protocoles pour la mécanisation de l’agriculture et de la pêche fluviale et lacustre en RDC et dans le secteur de la formation où le Royaume du Maroc est assez avancé.

Il a dit avoir également contacté les responsables des secteurs bancaires afin de faire bénéficier aux paysans congolais certains avantages liés notamment aux micros crédits.

Il a promis de mettre un accent sur les résolutions de la conférence de Maputo qui avait recommandé aux gouvernements africains d’allouer dans le cadre de leur budget annuel, une quotité de 10% à l’agriculture. Les différents partenaires et les bailleurs de fonds sont disposés à soutenir cette démarche, a conclu le ministre d’Etat Nzanga Mobutu.

La ministre française de la Coopération jeudi et vendredi à Kinshasa

Kinshasa, 21/03(ACP).- La ministre française de la Coopération, Mme Brigitte Girardin effectue, jeudi et vendredi, une visite de travail en République Démocratique du Congo, indique un communiqué de l’ambassade de France en RDC parvenu mardi à l’ACP.

Cette visite, la toute première du genre d’un membre du gouvernement français depuis 2005, marquera un tournant décisif dans la coopération entre la France et la RDC, souligne le communiqué qui précise, par ailleurs, qu’à l’occasion de cette visite, les deux pays signeront le Document cadre de partenariat (DCP) qui régira la Coopération entre  la France et la RDC pour les cinq années à venir.

Le programme de cette visite prévoit le 22 mars, outre des entretiens avec MM. Joseph Kabila, Président de la République Démocratique du Congo, Antoine Gizenga, Premier Ministre, et Jean-Pierre Bemba, Mme Girardin signera avec M. Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre aux Affaires étrangères et à la coopération internationale : Le Document-cadre de partenariat, l’avenant à la convention de financement du projet CAPNAT (renforcement des capacités nationales dans les secteurs du budget, du plan, des finances et des statistiques).

Une conférence de presse aura lieu à l’issue de cette signature. Le 23 mars, Mme Girardin se rendra à Goma où elle rencontrera le gouverneur du Nord Kivu. La journée sera consacrée au renforcement de l’aide humanitaire française à travers  un programme de visite aux ONG françaises (MDM, Soderu et Solidarité), et aux centres bénéficiaires d’un appui français en coopération avec le PAM, comme le centre nutritionnel de Caritas et l’hôpital de l’ONG « DOCS » destiné aux femmes victimes de violences sexuelles.

Cette visite sera l’occasion de souligner une nouvelle fois les profonds liens d’amitié qui unissent la France à la RDC au moment où ce dernier pays vient d’achever avec succès son processus de transition. En RDC, la ministre marquera tout particulièrement la détermination de la France à soutenir les nouvelles institutions issues des élections et à accompagner la RDC sur la voie de la reconstruction et du développement.

M. Lacy swing attendu mercredi dans la province du Bandundu

 Bandundu, 21/03 (ACP).- Le représentant du secrétaire général de l'ONU en République Démocratique du Congo, William Lacy Swing, est attendu mercredi dans la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du même nom, où il va séjourner du 21 au 22 mars, annonce le programme de son séjour dans cette province émis par le bureau de la MONUC/Bandundu et parvenu mardi à l'ACP. 

Selon ce programme, M.Swing présidera, dès son arrivée, une séance de travail au siège du bureau de la MONUC, à l’intention du personnel de la MONUC (Mission de l’ONU au Congo) et des agents des services du système des Nations Unies à pied d'oeuvre dans cette entité, suivi d’un entretien avec le gouverneur intérimaire du Bandundu à la résidence officielle de l'autorité provinciale. 

Il effectuera peu après une visite-éclair au sous-bureau de la MONUC, à Kikwit, où il aura des entretiens avec les notabilités locales avant de regagner le chef-lieu de province le même jour, indique la source. Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU recevra le soir au mess des officiers de la ville de Bandundu, tour à tour les autorités urbaines, les représentants de la société civile et des partis politiques membres de l'AMP (Alliance de la majorité présidentielle) et de l'UN (Union pour la nation), précise le programme.

Ces réceptions seront suivies de l'ouverture du buffet qui sera animé par l'orchestre "Bakolo miziki", la troupe théâtrale " Prosadef ", la déclamation des poèmes ainsi que les allocutions du responsable de la Société civile et de M. Swing, précise la source. 

M. Swing sera l'hôte de l'Assemblée provinciale du Bandundu jeudi 22 mars où il s'adressera aux députés provinciaux. Il animera ensuite une conférence de presse avec les médias locaux avant de regagner Kinshasa dans l'avant-midi, conclut le programme de son séjour dans la province du Bandundu.

Ouverture à Goma de la réunion de revue des activités de survie de l’enfant et du PEV

Goma, 21/03(ACP).- Le ministre de la Santé publique, Victor Makweng Kaput, qu’accompagnait une forte équipe de son ministère, a procédé lundi, à l’hôtel Ihusi de Goma, à l’ouverture officielle des travaux de sept jours de la réunion de revue des activités de survie de l’enfant et du Programme élargi de vaccination en République Démocratique du Congo (PEV), organisée par le ministère de la Santé avec l’appui financier de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les assises, auxquelles prennent part tous les médecins - inspecteurs provinciaux de la RDC et divers experts et intervenants tant provinciaux qu’internationaux ainsi que des partenaires, s’inscrivent dans le cadre des consultations et révisions visant à renforcer et dynamiser le PEV en général et l’initiative d’éradication de la poliomyélite en particulier en RDC, pour répondre à l’objectif quatre des objectifs du millénaire qui recommande la mortalité infantile.

Durant ces travaux, les participants vont échanger, vérifier les stratégies, confronter des résultats dans la perspective d’imprimer un nouvel élan aux activités du PEV. A cette occasion, M. Victor Makweng Kaput a remercié tous les partenaires pour leur appui aux activités du PEV et pour leur engagement à la lutte pour la survie de l’enfant.

De part l’importance de cette réunion, il a demandé aux participants d’examiner toutes les facettes de la question, les faiblesses et les imperfections constatées en vue d’une meilleure réalisation des activités pour la survie de l’enfant congolais en 2007, faisant partie des priorités du Chef de l’Etat et du gouvernement de la RDC.

Pour sa part, M. Julien Paluku Kahongya, gouverneur du Nord-Kivu, a indiqué que la nécessité de ces activités requiert l’effort de tous d’autant plus qu’elle dépend de l’amélioration des autres éléments clés tels que : la sécurité et la cohabitation pacifique. Quant au représentant de l’OMS, il s’est dit heureux d’avoir été associé à la mise en œuvre du PEV avant d’exprimer la disponibilité de tous les partenaires d’accompagner le gouvernement de la Troisième République dans ses efforts pour l’éradication de la poliomyélite.

Les violences sexuelles au centre des discussions au ministère des Droits humains

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Le ministre des Droits humains, Eugène Lokwa Ilwaloma a discuté lundi des violences sexuelles en République Démocratique du Congo  avec le représentant du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) en RDC, Sidiki Coulibaly venu le féliciter pour sa    nomination à ce poste.

Ces discussions ont notamment porté sur la mise en œuvre d’un projet conjoint de lutte contre les violences sexuelles en RDC qui sera financé à la hauteur de 15 millions de dollars par le Canada.

Ce projet est qualifié de conjoint parce qu’il est exécuté par le gouvernement de la République Démocratique du Congo représenté par le ministère des Droits humains, les systèmes des Nations Unies et les ONG des droits de l’homme, a expliqué Sidiki Coulibaly, annonçant la venue prochaine de la secrétaire générale du UNFPA, Mme Obeid, pour palper du doigt les actions de cette structure dans les provinces Orientale et du Nord-Kivu. M. Lokwa a, pour sa part, salué cette initiative.

Auparavant, il avait reçu Mme Cécile Octave, chef du projet de la coopération franco-congolaise chargé du soutien à l’instauration d’un Etat de droit en RDC, venue explorer les possibilités d’améliorer la collaboration entre sa structure et le ministère des Droits humains.

Tenue à Kinshasa du premier atelier national sur la prévention des risques biotechnologiques

Kinshasa, 21/03(ACP).- Le ministre de l’Environnement, Didace Pembe a ouvert mardi, l’Alliance belgo-congolaise, le premier atelier national sur le centre d’échange pour la prévention des risques biotechnologiques qui se tient du 20 au 22 mars à Kinshasa. Il a, à cette occasion, classé les risques biotechnologiques sur la liste des menaces de la biodiversité susceptibles de résulter de l’utilisation des Organismes génétiquement modifiés (OGM), produits de la biotechnologie moderne ayant des effets défavorables sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique.

Pour le ministre Didace Pembe, bien que la biotechnologie moderne contribue à l’amélioration de la sécurité alimentaire, il faudrait néanmoins veiller à ce qu’elle soit développée et utilisée dans des conditions de sécurité satisfaisantes pour l’homme et son environnement.

C’est pour répondre à cette préoccupation que la communauté internationale a établi, dans le cadre de la convention sur la diversité biologique, le protocole de Carthagena sur la prévention des risques qui peuvent en résulter, a-t-il dit, notant que ce dernier en tant qu’instrument juridique, vise à assurer un degré adéquat de protection concernant l’utilisation des OGM.

En République Démocratique du Congo, a déclaré le ministre de l’Environnement, quelques actions ont déjà été menées au niveau national en vue de la mise en œuvre effective de ce protocole. Il s’agit notamment de l’élaboration du document du cadre national de biosécurité qui définit les orientations de la politique nationale de biotechnologie moderne et du projet de loi relatif à la sécurité en biotechnologie.

Le directeur national du projet Biosafety clearning house (BCH), Vincent Kasulu a indiqué que la RDC est partie prenante au protocole de Carthagena. Cet atelier vise la formation des techniciens de l’OCC, de l’OFIDA, de l’Agriculture, de la Santé et de l’Environnement, a précisé le directeur Kasulu.

André Kimbuta prend ses fonctions de gouverneur de la ville de Kinshasa

Kinshasa, 21/03(ACP).- Le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a pris officiellement ses fonctions mardi, à l’issue d’une cérémonie de remise et reprise, à l’Hôtel de ville, entre lui et son prédécesseur, amiral Baudouin Liwanga Mata Nyamunyobo, en présence du vice-ministre de l’Intérieur et de plusieurs militants de base de son parti et des sympathisants de Vita Club et de la CODEK.

M. Kimbuta a exhorté, à cette occasion, les bourgmestres et les chefs de quartier de la capitale à se mettre résolument au travail en gérant autrement leurs entités pour répondre aux attentes des Kinois. Il a lancé le même appel aux cadres et agents de l’administration urbaine, reconnaissant que la tâche qui l’attend est immense mais pas insurmontable.

Le nouveau numéro un de la ville de Kinshasa a promis, en outre, de fournir des efforts pour faire de Kinshasa une ville moderne en faisant de l’innovation et du développement les mots - clef de son programme d’action « Avec Jésus-Christ, Notre Sauveur, au centre de notre action, nous réussirons », a rassuré M. Kimbuta. Pour sa part, le gouverneur sortant, l’amiral Liwanga, s’est dit satisfait de quitter la ville avec le sentiment d’avoir accompli sa mission relative à la sécurisation de personnes et des biens durant son mandat de trois mois à la tête de la capitale.

Il a demandé à son successeur  de faire de la lutte contre l’évasion fiscale une priorité au niveau de l’administration urbaine en vue de se doter des moyens de sa politique. Nommé gouverneur le 10 octobre 2006, par décret présidentiel, l’amiral Liwanga a réussi à organiser un second tour apaisé de l’élection présidentielle à Kinshasa, rappelle-t-on.

Il compte    aussi  à   son actif des actions   d’éclat, notamment la démolition des constructions anarchiques érigées dans la concession de l’ONATRA (Office national des transports), à Limete et autour du Jardin botanique de Kinshasa.

Notice biographique de Kimbuta

Né le 14 juin 1954 à Kikwit, au Bandundu, le gouverneur André Kimbuta est licencié en mathématique de l’Université pédagogique national (UPN) depuis 1979. Aussitôt lancé sur le marché d’emploi, il presta comme enseignant   de  mathématiques à l’institut Boboto, dans la commune   de   la   Gombe, avant de   se   rendre au Niger et au Gabon pour le même travail.

Revenu au pays, M. Kimbuta se lance dans les affaires qui feront de lui plus tard responsable d’une société qui emploie environ six cent (600) agents. Amoureux du football, le nouveau gouverneur a eu à diriger l’Association sportive V. Club de Kinshasa.

Il est aussi compté parmi les animateurs du comité de soutien aux Léopards. Président honoraire de la Coordination pour le développement de Kinshasa (CODEK), André Kimbuta a aussi exercé les fonctions de conseiller au ministère des Affaires intérieures, sécurité et décentralisation.

Elu gouverneur de la ville à l’issue d’un scrutin au suffrage indirect, il a été investi dans ses fonctions au terme d’une ordonnance présidentielle après confirmation de son élection par la Cour suprême de justice. Il a pour vice-gouverneur Bafiba Zola.

150 familles désertent leurs maisons à Nyabyondo dans le Nord-Kivu

Kinshasa, 21/03(ACP).- Cent cinquante (150) familles ont déserté leurs maisons à Nyabyondo, une localité située à 30 km de Masoso, chef-lieu du territoire du même nom, dans la province du Nord-Kivu, a rapporté la radio onusienne Okapi, captée à Kinshasa. Le déplacement est provoqué par le déploiement des forces militaires observé ce dernier temps à Nyabyondo.

Le bruit des bottes a paniqué la population craignant un éventuel affrontement entre la brigade Charly qui fait mouvement   vers   cette localité et le groupe des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) qui occupe cette partie du territoire national.

Selon la population, il y a 3 ans que cette entité administrative n’est pas contrôlée par la force régulière. M. André Baidika, administrateur assistant du territoire de Masisi qui a confirmé le déploiement des militaires à Nyabyondo justifie ce mouvement de la brigade Charly par le souci de protéger cette population souvent menacée par les éléments des FDLR. Le colonel Philémon Yala, commandant de la brigade Charly a lancé un appel à la population en fuite de faire confiance en son unité et en lui-même.

Les acteurs de la société civile formés sur la diversité, citoyenneté multiculturalité et co-développement

Kinshasa, 21/03(ACP).- Les experts du réseau des ASBL belges VITAR II (Valorisation, intégration, transfert, autonomie et réalisation) clôturent ce mercredi au centre pastoral Lindonge à Kinshasa, la formation des acteurs de la société civile débutée lundi sur la diversité, la citoyenneté, la multi culturalité et le co-développement.

Dans un atelier de formation organisé par le CNONGD (Conseil national des organisations non gouvernementales de développement) à travers son Groupe de travail migration et développement (GTMD) et le CEPROSOC (Centre de promotion sociale et communautaire) en collaboration avec le réseau belge VITAR II, ces acteurs seront outillés en technique de développement des communautés locales en cette thématique. L’objectif poursuivi est de renforcer les capacités des leaders et animateurs de la société civile à la nation, de la diversité, à l’animation des séances d’échanges entre les experts nationaux locaux et les experts facilitateurs des programmes VITAR II.

Mme la vice-ministre des Congolais de l’étranger, Colette Tshomba Ntundu qui a ouvert cet atelier, a rappelé l’importance qu’accorde le gouvernement de la Troisième République aux migrants. Elle a formulé de vœu de voir ce séminaire de formation apporter un plus au débat relatif à la migration de développement. Pour le secrétaire général de CNONG, Robert Mabala, son organisation, la fille - aînée de la société civile de la RDC, compte plus de 540 ONG membres qui se donnent pour mission la promotion du développement durable et qui opèrent dans toutes les 11 provinces où elles sont fédérées par les CRONG (Conseils provinciaux des ONG).

Il existe depuis 1990 et fonctionne sur base des réseaux géographiques. Mme Marie-Thèrese Ndumba, chef de la délégation de VITAR II en RDC et coordonnatrice de l’ASBL belge TRANSFAIRES a quant à elle expliqué la mission de son réseau qui travaille pour la valorisation des compétences des migrants en vue de leur réinsertion socioprofessionnelle.

VITAR II, a-t-elle dit, est un réseau de cinq partenaires des ASBL belges à savoir IRFAM (Institut des recherches et formation d’action pour les migrants), TRANSFAIRES, MEDES (Maison d’entraide pour le développement social), COF (Centre d’orientation et de formation) et commune de Saint Geosse.

Elle a souligné les grandes lignes de cette thématique qui résulte du transfert des compétences et du savoir des migrants. Les formateurs de VITAR II et les animateurs de la société civile vont rechercher un cadre fort de dialogue et de technique de développement, a-t-elle conclu.

 
       
 

L’Afrique sera sans Africains, si on ne lutte pas contre l’immigration clandestine, selon M. Chipama

Kinshasa, 21/03 (ACP).- L’Afrique sera sans Africains, dans 15 ou 20 ans, si on ne lutte pas contre l’immigration clandestine, a estimé mardi Jean-Paul Chipama Tshabolala, secrétaire général de la Ligue  anti - immigration clandestine (LAIC), au cours d’un entretien avec l’ACP Pour Chipama, la LAIC ne fait pas la police des immigrés clandestins, mais se lance dans la sensibilisation de jeunes africains et leur prodigue des conseils en vue d’éviter toute aventure en s’embarquant dans de grands navires et trains pour l’Europe, sans en évaluer les dangers qu’ils endurent.

Aujourd’hui, LAIC, qui a un caractère international, selon son secrétaire national, échange des correspondances avec des pays frères et amis.

Dans ses nombreuses correspondances avec le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de l’Espagne et le ministre d’Etat de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire de la France, la Ligue souligne qu’elle n’est pas contre les mesures prises par leurs gouvernements respectifs, pour combattre ce fléau, mais propose des pistes de solution de nature à décourager les jeunes africains qui bravent le danger en cherchant à tout prix à gagner l’Europe à la recherche du bonheur parfois fictif.

Par ailleurs, dans ses analyses,  M. Chipama pense que l’abandon précoce des Africains par l’Occident, à travers les indépendances prématurées sans qu’ils aient la maturité, le sous-développement, la mauvaise politique, la dictature répressive et le chômage sont, selon lui, les principales causes de l’immigration des Africains vers l’Europe.

De ce qui précède, la prévention préconisée par LAIC consiste en la campagne de sensibilisation et au réarmement moral des jeunes africains en leur disant que si tout le monde quitte le continent, on parlera alors d’une Afrique sans Africains, a-t-il souligné.

LAIC a reçu sa personnalité juridique en 2006 et a été enregistrée à la direction des Affaires politiques du ministère de l’Intérieur, de la décentralisation et de la sécurité, la même année, rappelle-t-on.

Lancement officiel de l’opération « Bumbu propre »

Kinshasa, 21/03 (ACP).- Le bourgmestre de la commune de Bumbu, M. Cyrille Bokongama, a présidé, le week-end, devant la maison communale, la cérémonie du lancement officiel de l’opération « Bumbu propre », devant une foule nombreuse de ses administrés.

Entouré du commandant communal de la Police nationale congolaise (PNC), des responsables municipaux de la Direction générale des migrations (DGM) et de l’Agence nationale de renseignements (ANR) ainsi que des délégués de l’Union des femmes congolaises (UFECO), M. Bakongama  a loué l’initiative avant d’encourager les jeunes, membres de la structure qui a organisé cette opération en leur assurant le soutien de l’autorité municipale.

De son côté, le responsable de la structure organisatrice, M. Martens Mogolo, a évoqué les moyens précaires dont dispose son organisation pour mener à bien cette campagne de propreté à travers toute la commune, avant   de solliciter le concours des hommes de bonne volonté, car, a-t-il dit, l’insalubrité publique est un problème qui interpelle tout le monde.

L’objectif,  a-t-il également ajouté, est d’améliorer l’environnement immédiat afin d’éviter certaines maladies dues à l’insalubrité. Un concert mixte, regroupant trois orchestres de Bumbu, a agrémenté la cérémonie avec des chansons axées sur les méfaits de l’insalubrité.

Un chauffeur de bus STUC et son receveur échappent de justesse à un lynchage

Kinshasa, 21/03 (ACP).- Un chauffeur de bus de la Société de transport urbain du Congo (STUC) desservant la ligne 08 Matete – hôpital général de référence de Kinshasa (HGRK),  son receveur et deux éléments de la société de gardiennage Delta, ont échappé de justesse à un lynchage, lundi, sur l’avenue Sendwe, au niveau du siège de la HAM, dans la commune de Kalamu. L’incident est survenu à la suite d’une crevaison d’un pneu du train - avant lorsque le bus, plein à craquer, se rendait vers le centre-ville.

Il était 9 heures 00’, une heure de pointe où il est difficile de trouver une correspondance à cet endroit, a constaté l’ACP. Le chauffeur et son receveur ont sollicité la patience des clients, le temps pour eux d’entrer en contact avec la direction d’exploitation de STUC pour demander l’envoi d’un autre bus.

Après une quarantaine de minutes, la chaleur étant au rendez-vous, les passagers ont perdu patience et se sont mis à malmener les deux convoyeurs, exigeant pour ce faire le remboursement de leur argent payé pour les billets. L’intervention des éléments de police de la sous-section Immo-Congo, installée à l’arrêt communément appelé «  20 mai », a été salutaire pour les deux agents de la STUC.

Ils ont su contenir la foule en colère jusqu’à l’arrivée quelques minutes après d’un bus vide envoyé au secours par les responsables de la société. Il y a urgence que la STUC pense à doter ses convoyeurs des moyens de communications (Motorolla, téléphone) pour qu’en pareilles circonstances, la solution de rechange soit vite trouvée, indique-t-on.

 

     

 

Dénonciations par  l'Assemblée provinciale du Bandundu de l'occupation unilatérale d'une portion de Kahemba

Bandundu, 21/03 (ACP).- Le président de l'Assemblée provinciale du Bandundu, Guy Musomo Wapembe, a dénoncé samedi, « l'occupation unilatérale d'une portion importante de la terre du territoire de Kahemba par les forces armées angolaises, à l’ouverture de la première session ordinaire de cet organe délibérant dans la salle de promotions du collège Kivuvu de la ville de Bandundu.

« Ces forces angolaises ont expulsé des centaines de familles, les dépossédant de tous leurs biens et occupé anarchiquement à ce jour des dizaines de villages du territoire de Kahemba...", a-t-il fustigé.

M. Musomo a demandé ensuite aux députés provinciaux de déposer rapidement leurs rapports des vacances parlementaires au bureau de l'Assemblée pour permettre à cet organe de s'enquérir de l'évolution de la situation économique et sociopolitique du "Bandundu profond". 

Par sa déclaration sur la situation à Kahemba, l'Assemblée provinciale du Bandundu exige le retrait sans autre forme de procès des troupes angolaises de cette partie du territoire congolais en attendant les résultats des enquêtes de la commission paritaire République Démocratique du Congo - Angola, l'accélération par le gouvernement central congolais des recherches géodésiques en cours en vue d'établir une fois pour toutes la vérité sur cette affaire et des explications du gouvernement au public congolais endéans un mois sur cette violation par l'Angola des principes sacro-saints d'intangibilité des frontières héritées de la colonisation, de l'intégrité du territoire national et du droit international public régissant les frontières entre les Etats africains.  L'Assemblée provinciale du Bandundu soutient l'action du gouvernement central qui, a spécifié M. Musomo, tente de trouver une solution pacifique et politique à cette crise. 

La mise sur pied des groupes parlementaires, de six commissions permanentes et du comité de sages de cette Assemblée provinciale, le vote des budgets de l'Assemblée et du gouvernement provincial pour l'exercice 2007 et l'investiture dudit gouvernement auront lieu au cours de cette session ordinaire généralement budgétaire,a-t-il indiqué. 

Initialement prévue le 15 mars dernier, cette session s'est ouverte 48 heures après conformément au règlement intérieur de cet organe à cause du quorum requis de 43 députés provinciaux qui n'avait pas été atteint jeudi dernier.

Mettre rapidement fin à la risée et au ridicule que connaît la province du Bandundu...

Le président de l'Assemblée provinciale du Bandundu a appelé les députés provinciaux de travailler d'arrache-pied pour mettre rapidement fin à la risée et au ridicule que connaît la province du Bandundu par le contrôle régulier du gouvernement et des services provinciaux de l'Etat, en se servant de l'éventail des moyens légaux à leur disposition et par leur participation active à la lutte sans merci contre les anti-valeurs héritées de la 2ème République et de la longue transition qui a suivi. 

Sur un budget prévisionnel des recettes de l'ordre de 2.833.707.668 FC en 2006, la province du Bandundu n'a pu réaliser que 390.113.683 FC, a-t-il révélé, à titre illustratif, qualifiant de honte pour ce " quartier latin de la République " une si maigre pitance avec laquelle l'on ne peut rien réaliser de beau et de bien pour la population provinciale. 

L'ouverture de cette session ordinaire inaugure, a-t-il spécifié, une nouvelle ère dans la gestion de la province du Bandundu, recommandant désormais la bonne marche des affaires de l'Etat par le moyen de la bonne gouvernance " sans laquelle le pari ne peut être gagné face aux multiples défis à relever et aux grandes attentes légitimes du peuple du Bandundu ".  

Le résultat le plus palpable du contrôle de la gestion de la province du Bandundu, actuellement par terre dans tous les secteurs vitaux, devra être la relance de la production et la maximisation de l'assiette fiscale de l'Etat dont les trois-quarts de recettes se vaporisent et servent, jusque là, à combler les appétits égoïstes de quelques individus en lieu et place de l'Etat, a conclu le président de l'Assemblée provinciale du Bandundu.

L’Assemblée provinciale du Bas-Congo se penche sur les récents événements sanglants

Matadi, 21/03(ACP).- Le président de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, l’ambassadeur honoraire Kimasi Matiuku Basaula, a exprimé dernièrement à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de l’organe délibérant à l’hôtel Ledya, à Matadi, l’opinion du Bas-Congo profond sur les récents événements sanglants qui ont fait quelques 104 morts, bilan revu à la baisse par la MONUC (Mission de l’ONU au Congo) dans la province.

Dans son discours d’orientation prononcé en présence du gouverneur de province, Simon Mbatshi Batshia, le président de l’Assemblée provinciale a soutenu que selon une opinion fort répandue au Bas-Congo, les événements des 31 janvier et 1er février derniers seraient une conséquence des frustrations résultant de l’injustice dont sont victimes les Ne Kongo, notamment dans la gestion des postes de responsabilité dans les services publics dont ils seraient systématiquement écartés.

S’agissant en particulier des récents événements qui ont endeuillé la province, M. Kimasi a indiqué que plusieurs commissions d’enquêtes, toutes catégories confondues, sillonnent la province, mais, a-t-il relevé, les points qu’elles consignent dans leurs rapports respectifs varient selon leur appartenance politique.

Il a fustigé à cet égard les six équipes d’enquêteurs diligentées par le gouverneur de province sortant qui, selon lui, a fait appel pour ce faire aux mêmes services que la population rend responsables des événements que l’on déplore.

Pour le président de l’Assemblée provinciale, en effet, tous ces services excellent surtout à établir leur propre innocence dans les événements sous examen, tout en accablant sans réserve BDK (Bundu Dia Kongo, mouvement politico-religieux).

Pour sa part, a-t-il dit, l’Assemblée nationale a décidé de mener sa propre enquête afin de tirer ses propres conclusions sur le problème que pose BDK. Le président de l’Assemblée nationale a souligné à ce sujet que ce problème ne date pas d’aujourd’hui, avant de rappeler les massacres perpétrés les années antérieures sur les adeptes de BDK, en particulier les tueries du 30 juin 2006 à Matadi, tragédie qui avait, selon lui, mobilisé différentes commissions d’enquêtes demeurées sans suite à ce jour.

Auparavant, le président de l’Assemblée provinciale avait brossé un tableau sombre de la « situation réelle et difficile » que mène le peuple Ne Kongo caractérisée notamment par la faim, la pauvreté, les tracasseries de tous ordres, y compris l’insécurité et la violation des droits les plus élémentaires.

Au regard de ces défis et des attentes de la population du Bas-Congo, l’honorable Kimasi a invité les députés à prendre leurs responsabilités et à dépasser le rôle traditionnel de législateur pour revêtir celui d’éducateur et d’encadreur du peuple, d’acteur du développement et de contrôleur de la gestion de la chose publique.

Dans la perspective de la présentation prochaine par le gouverneur de province du programme du gouvernement de son quinquennat, le président Kimasi a recommandé à ce dernier de proposer à l’Assemblée provinciale un programme et un budget réalistes mettant l’homme au centre de ses préoccupations, notamment par la création des emplois, le paiement des salaires décents, le rétablissement des services d’hygiène et des soins de santé accessibles à tous, la scolarisation à moindre frais des enfants de la province ainsi que la réhabilitation des infrastructures routières et l’instauration de la sécurité alimentaire.

 
     

 

Sensibilisation des contribuables et opérateurs économiques de Kenge sur leurs obligations fiscale

Kenge, 21/03 (ACP). - Le chef de centre des impôts de Kenge, Chef-lieu du district du Kwango, Jacques N’landu, a organisé le week-end dernier, à l’hôtel Kusey, une matinée finale au bénéfice des  contribuables et opérateurs économiques locaux en vue de mettre à leur disposition des instructions relatives à leurs obligations fiscales.

Dans le cadre de ces instructions et directives de travail, il a recommandé aux différentes catégories des contribuables des efforts en vue de la souscription et du dépôt à temps opportun, des déclarations conformément aux régimes de leur prestation, afin de permettre au centre de s’acquitter de ses obligations professionnelles vis-à-vis du trésor public.

Après avoir défini l’impôt comme étant un des devoirs civiques des contribuables et opérateurs économiques, M. N’landu en a épinglé également l’importance toute particulière sur le terrain, en l’occurrence la possibilité intrinsèque de l’impôt de consolider notamment les recettes de l’Etat, en vue de la couverture des charges publiques.

Se référant aussi au législateur congolais, il a décrit quatre catégories actuelles des contribuables qui sont déterminées en fonction du chiffre d’affaires de leur revenu annuel évalué par l’administration des impôts. Il s’agit, a spécifié la source, notamment des catégories du régime de sociétés, de droit commun ainsi que des régimes forfaitaire, de PME et des assujettis à la patente. Sur le plan d’exploitation, les trois premières catégories constituent des régimes de PME sinon des régimes déclaratifs, a-t-il renchérit.

Selon l’orateur, la quatrième catégorie par contre, n’en demeure pas moins un régime forfaitaire d’autant plus que son taux est fixé par des quantités trimestrielles suivant la classification des contribuables opérant au niveau de l’exploitation artisanale ou commerciale. 

Aux contribuables assujettis à la patente constituent la majorité des opérateurs économiques locaux souvent réticents vis-à-vis de leurs obligations fiscales, il a recommandé l’ardeur et des efforts inlassables, pour s’acquitter du paiement obligatoire de leur impôt et accroître ainsi leur participation à la réalisation des charges publiques de la troisième République.

Au cours de son intervention, le même orateur a épinglé également les quatre catégories des impôts en vigueur en RDC à savoir, les Impôts Réel (IR), cédulaire sur les Revenus (ICR), sur le Chiffre d’affaires (ICA) et Exceptionnel sur les Rémunérations des Expatriés (IERE), avant d’appeler ses interlocuteurs à s’acquitter du paiement obligatoire, dans les meilleurs délais, de ces divers impôts. S’agissant des conséquences positives des impôts, il a fait valoir quelques conditions favorables à l’octroi des crédits bancaires aux contribuables en l’occurrence, le paiement régulier de leurs impôts.

La DGI/Nord-Kivu s’implique dans la sensibilisation des opérateurs économiques de Beni au paiement des impôts

Beni, 21/03 (ACP). - Une délégation de la direction provinciales de la Direction générale des Impôts (DGI) au Nord/Kivu, composée de l’inspecteur Tshimanga et du directeur de cabinet du directeur provincial de la DGI vient de boucler une tournée de sensibilisation des opérateurs économiques dans le Grand Nord où elle a appelé les hommes d’affaires à s’acquitter des impôts vis-à-vis de l’Etat, seul moyen de donner aux autorités élues le moyen de leur politique dans le cadre de la reconstruction du Pays.

Au cours de cette séance de sensibilisation tenue au restaurant de l’hôtel Beni New Look, l’inspecteur Tshimanga a prévenu que c’est à partir des impôts  et taxes que seront accomplis les cinq chantiers tracés par le chef de l’Etat. Il a ainsi appelé les hommes d’affaires à se conformer à la foi fiscale en vigueur pour permettre à chaque entité de bénéficier de 40% de rétrocession prévus par la Constitution.

Réagissant aux plaintes des opérateurs économiques, plaintes selon lesquelles il est observé ce dernier temps une multiplication des taxes et impôts, l’inspecteur Tshimanga a signifié que la plupart des redevables ne sont que des intermédiaires entre le fisc et l’Etat et qu’il est établi que la taxe ou   l’impôt   sont supportés par le dernier consommateur.

Il en est de même pour les impôts sur revenus professionnels, a-t il expliqué, qui sont payés par l’employeur mais cette charge est mise sur le dos du travailleur.

Parlant de l’affectation des recettes générées par les différentes régies financières, M. Kapondo, directeur de cabinet à la DGI/Nord-Kivu a rassuré qu’avec la nouvelle politique du gouvernement, grâce aux ressources générées, les problèmes sociaux trouveront tant soit peu   des   réponses. Il a ainsi recommandé les opérateurs   économiques et chef du centre des impôts, de demeurer en harmonie avec d’autres services publics.

Certains opérateurs économiques ont dénoncé l’existence d’hommes d’affaires oeuvrant dans   la    clandestinité pour échapper au fisc, favorisant ainsi la concurrence déloyale. Des huissiers fiscaux seront largués sur terrain pour freiner cette hémorragie, a-t-il indiqué. Des nombreux hommes d’affaires œuvrant dans l’exportation du bois scié  et   même de certaines substances minérales travaillent dans la clandestinité à Beni.

 
   

Une nouvelle découverte pour soigner l’hypertrophie de la Prostate, selon Dr. Arnit Tshibwabwa

Kinshasa, 21/03 (ACP). - Une nouvelle technique vient d’être découverte pour soigner et guérir les tumeurs de la prostate sans procéder à une intervention chirurgical, a indiqué Dr. Arnit Tshibwabwa au cours d’une enquête réalisée par l’ACP.

Il a affirmé que son équipe a mis au point un  produit appelés « Mousse Nieca » qui entraîne le désanflement des tissus prostatiques par l’évacuation des cellules mortes, c’est-à-dire l’évacuation de la tumeur dans le cas d’un abcès prostatique, la décongestion des tissus prostatiques, permettant ainsi le libre passage des urines de la vessie vers l’extérieur.

Mousse Nieca, a-t-il renchéri, a également le  pouvoir de soigner et de guérir toutes formes de complications prostatiques et de dégager les pus se trouvant dans l’abcès sans pour autant recourir à la chirurgie. Ce produit est donc administré par la voie urinaire par une petite sonde appelée « sonde d’Arnit ».

Grâce à ce produit, a-t-il poursuivi, sa clinique assiste à une évolution positive chez tous ses patients souffrant de toutes formes de la prostate ; on constate donc un passage libre des urines, un volume normal de la prostate c’est-à-dire  entre 7 à 25 grammes et un rajeunissement de l’activité physique et sexuelle.

Plusieurs personnes dont le nombre peut aller jusqu’à plus de mille sont déjà traitées et guéries. Selon le Dr. Arnit Tshibwabwa, la prostate dévient malade lorsqu’elle développe dans ses muscles une hypertrophie ou une augmentation bénigne des tissus prostatiques appelé adénome de la prostate.

Celle-ci grossit au fur et à mesure que l’âge d’un homme avance, néanmoins à partir de 50 ans, elle perturbe l’activité prostatique pouvant ainsi former une tumeur ou un abcès prostatique. Cette tumeur gèle le passage des urines de l’urètre et entraîne une faiblesse importante.

L’augmentation de la prostate au niveau de sa lobe inférieure, a ajouté Dr. Arnit, peut comprimer le rectum et être à la base de constipations. La tumeur développant ainsi un abcès prostatique augmentera la multiplication des infections urinaires et va accentuer l’accumulation de résidus post-mictionnels.

 
   

 

 
 

Nomination des membres de la cellule provisoire de gestion du stade Tata Raphaël

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Le ministre de la Jeunesse et des sports, Pardonne Kaliba Mulanga, a nommé par arrêté ministériel du 19 mars 2007, dont le texte  a été déposé mardi à l’ACP les membres de la cellule provisoire de gestion du stade Tata Raphaël dans la ville de Kinshasa.

Cette nomination fait suite à la visite d’inspection que le numéro un des Sports  congolais a effectuée   dans   les installations du stade Tata Raphaël où il a constaté avec amertume le degré de dégradation dans lequel demeure ce stade ainsi intentionnellement  maintenu par l’ancien  comité de gestion.

Aux termes de cet arrêté, la cellule provisoire de gestion du stade Tata Raphaël se présente de la manière suivante : Coordonnateur gestionnaire principal : Munsie Kissor ,  coordonnateur chargé de l’administration et des finances :   Mulumba Mayilama et le coordonnateur   chargé de la maintenance et de l’exploitation : Bofala Elanga.

Les professionnels congolais attendus à Kinshasa en prévision du match RDC-Ethiopie le 25 mars 2007

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Les Léopards rencontrent dimanche prochain au stade des Martyrs l’équipe nationale d’Ethiopie dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations de football  Ghana  2008.

Des professionnels évoluant à l’étranger sont déjà au pays, d’autres sont attendus avant le derby. Mbayo Kibemba (Belgique), Fwanda Kinkela (France) et Mbala Mbuta Biscotte (Suisse) Bageta Dikilu (Afrique du Sud), Tsholola Tshinyama (Afrique du Sud), Matumona Zola Rum (Belgique), Tambwe Patiyo (Belgique) et Milambo Mutamba (France) sont déjà arrivés à Kinshasa. D’ores et déjà, le staff technique a retenu 14 professionnels et 7 locaux dont voici la liste :

Les professionnels

1. Kinkela Fuanda Christian (Amiens L2/France),
2. Milambo Mutamba Albert (Le Havre L2/France),
3. Mbala Mbuta Biscotte (Grasshopper/Suisse),
4. Lelo Mbele Blaise (Suèce),
5. Masudi Alain (Maccabi Tel Aviv/Israël),
6. Mvemba Fabrice (Tubize D2/Belgique),
7.
Nonda Shabani Christopher (Blackbum/Angleterre),
8. Lualua Lomana Trésor (Ports-mouth/Angleterre),
9. Bageta Dikilu Serge (Cape Town/Afsud),
10. Tshiolola Tshinyama Tico (Cape Town/Afsud),
11.
Matumona Zola Rum (Brussels/Belgique),
12. Tambwe Patiyo (Lokeren/Belgique),
13. Mbayo Kibemba Marcel (Lokeren/Belgique),
14. Gabriel Zakuani (Stoke City/D2 Angleterre).

 
 
 
 

Quant au président du GTMD, Ferdinand Mafolo, son institution doit collaborer avec le ministère des  Congolais de l’étranger pour voir comment la diaspora peut contribuer à la reconstruction du pays.

C’est dans ce cadre, a-t-il dit, que le séminaire va capitaliser les efforts pour voir les projets à élaborer en vue de les mettre en pratique. Les participants seront formés par les experts suivants : MM. Floribert Ntungila, Jean-Pierre Mabaya, Masens Isem-I-Gal, et Jeannine Moninga. VITAR II est aussi un projet co-financé par les Fonds social européen et le pouvoir public belge. La population cible est les migrants sub-sahariens, victimes souvent de la discrimination à l’embauche.

Irung-A- Wan juge inamicale l’attitude de l’Angola

Kinshasa, 21/03(ACP).- M. Irung-A-Wan, ministre honoraire délégué à la Défense a qualifié d’attitude inamicale, l’acte de la République Populaire d’Angola de déguerpir l’administration et la population congolaise du territoire de Kahemba dans la province de Bandundu. Il l’a fait savoir mardi à Kinshasa au cours d’un entretien avec la presse.

Selon Irung-A-Wan, les relations entre la République Démocratique du Congo et l’Angola ont toujours été considérées comme étant au beau fixe, en dépit de quelques incidents de parcours observés çà et là.

Quelles que soient les raisons évoquées pour justifier l’appartenance de ces 11 villages à l’Angola, ce pays aurait pu utiliser les voies diplomatiques pour régler ce différend frontalier et non recourir à la force, a-t-il souligné, ajoutant que quand bien même la voie diplomatique n’aurait pas débouché par un compromis, l’Angola aurait pu recourir à l’expertise de la Cour internationale de justice (CIJ), seule institution chargée de régler ce genre des conflits.

Il a cité en exemple le cas de la presqu’île de Bagasi querellée entre le Nigeria et le Cameroun et qui a connu un dénouement heureux par l’entremise de la CIJ qui a donné raison au Cameroun. Rien ne pouvait justifier l’emploi de la force compte tenu des relations d’amitié existant entre les deux Républiques sœurs, a conclu M. Irung-A-Wan.

Une délégation de l’ambassade d’Iran visite les installations de santé de la Croix-Rouge

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Une délégation de l’ambassade d’Iran conduite par le chargé d’affaire intérimaire, Ahmad Erfanian, a visité lundi au siège du comité provincial de la Croix-Rouge de la République Démocratique du Congo pour la ville de Kinshasa, le centre de santé et l’Institut supérieur des sciences de la santé.

Le diplomate iranien s’est rendu compte de ce que la Croix-Rouge de la RDC peut faire pour permettre à la société du Croissant Rouge d’Iran de doter la RDC d’une clinique moderne, en vue d’alléger les difficultés du peuple frère congolais à s’offrir des services de santé.

Au nom de la Croix-Rouge congolaise, le président provincial de la société nationale de la CR de la RDC, Pierre Mazaza a exprimé toute sa satisfaction de voir l’Iran s’intéresser à la santé de la population congolaise qui a assez souffert après les nombreuses années de guerre. Il a confirmé que des locaux du centre de santé de la Croix-Rouge sont disponibles pour abriter les équipements et les services que la République d’Iran est désireuse d’installer à Kinshasa.

Auparavant, Pierre Mazaza avait conduit ses invités dans tous les services du centre hospitalier ainsi que dans les auditoires de l’Institut supérieur des sciences de santé. La visite de la délégation iranienne fait suite à l’entretien qu’elle avait eu précédemment avec le président national de la Croix-Rouge de la RDC qui avait marqué son accord de principe pour l’érection dans les installations de la société nationale congolaise d’une formation médicale financée par le Croissant-Rouge de la République sœur d’Iran.

Dans le livre d’or de la Croix-Rouge provinciale, le diplomate a émis le souhait de voir la partie congolaise répondre favorablement à la requête de Téhéran pour permettre la réalisation de son projet en faveur de la population-soeur de la RDC.

Des retenues opérées sur les prestations des affiliés de l’INSS dans la commune de Lemba

Kinshasa, 21/03(ACP).- Des retenues sont actuellement opérées sur les prestations sociales des personnes de troisième âge lors de l’opération de paie qui se déroule dans la commune de Lemba, au bureau de l’Institut national de sécurité nationale (INSS).

Les agents commis à cette paie n’hésitent pas à placer une corbeille en face d’eux, obligeant les vieux papas et leurs veuves à y déposer respectivement 400 et 200 FC.

Ces retenues sont opérées au vu et au su de tout le monde, leurs auteurs les justifiant pour des raisons de survie et pour assurer leur mobilité alors qu’ils se déplacent avec les véhicules de l’INSS et que, selon une source autorisée, ils reçoivent de l’entreprise des subsides nécessaires pour leur survie.

Le mois passé, rappelle-t-on, il a été déploré des cas de tracasseries diverses à ce même bureau, notamment en ce qui concerne des liasses incomplètes des billets de banque, la présentation des pièces d’identité pour être servi alors que chaque affilié dispose d’une fiche y afférente délivrée par l’INSS et du dérangements inutiles sur la conformité des signatures alors que certains prestataires en ont perdu l’usage du fait de l’âge avancé.

Il est demandé à la haute hiérarchie de l’INSS d’ouvrir l’œil sur ces tracasseries administratives à l’endroit de ces couches vulnérables et de sévir énergiquement contre les auteurs de cette pratique qui ne cadre pas avec les cinq chantiers du Chef de l’Etat qui placent l’homme congolais au centre de ses préoccupations.

De nombreuses manifestations prévues en RDC pour commémorer le 37ème anniversaire de la Francophonie

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Un bon nombre d’activités seront organisées à travers la République Démocratique du Congo pour commémorer le 37ème anniversaire de la Francophonie, dont la Journée internationale intervient le 20 mars de chaque année, apprend-on de la délégation générale de la   Francophonie.

Selon le directeur général de cette structure, Didier Mwewa wa Mwewa, le programme des activités retenues qui cadrent avec le thème choisi pour cette année, à savoir « Vivre ensemble, différents », va impliquer des partenaires locaux. Le lancement des activités a eu lieu mardi au cours d’une soirée organisée au Grand Hôtel Kinshasa qui a permis au ministre d’Etat aux Affaires étrangères et à la coopération internationale d’adresser un message de paix et d’amitié aux ambassadeurs des pays ayant en commun l’usage de la langue française et aux partenaires locaux.

Le programme prévoit également un grand concert de « musique croisées » qui va regrouper sur une même scène 30 artistes musiciens congolais sélectionnés dans le cadre des activités Yambi 2007 qu’organise la délégation Wallonne de Bruxelles en partenariat avec la RTNC (Radio télévision nationale congolaise), l’ambassade de France, la DGF et les ambassades francophones basées à Kinshasa. Le mois de la Francophonie, rappelle-t-on, vise la promotion de la langue française dans le respect de la diversité culturelle et linguistique de ses composantes.

La Francophonie appuie, en outre, toutes les actions initiées par les pays membres pour renforcer l’éducation, la recherche  scientifique, la culture   de la paix, la démocratie et les droits de l’homme.

La « FOSYCO » en faveur de la révision du Code minier congolais

Kinshasa, 21/03 (ACP). – La révision du Code minier actuel proposée par la Force syndicale congolaise (FOSYCO) au terme de ses « journées ouvrières de réflexions minières et énergétiques », tenues au centre Bondeko (Limete), devra être perçue comme « une récupération de la part du peuple congolais de son droit à la souveraineté sur le sol et le sous-sol ».

M. Gabriel Francis Ntambala, président de la FOSYCO et de la Fédération syndicale des mines et de l’énergie « FOSYMINE), l’a déclaré à l’ACP, en exprimant les préoccupations de son syndicat sur le sort réservé à certains villages en République Démocratique du Congo où le sous-sol riche en minerais serait attribué aux non-Congolais et aux multinationales.

Dans ce cadre, a-t-il indiqué, la FOSYCO souhaite que la Société civile de notre pays soit dirigée par le mouvement ouvrier en vue de prendre des « initiatives réelles » dans une société en crise et en mutation.

Saluant la fin de ces « journées ouvrières », M. Cintre Mutombo Mulumba, secrétaire exécutif de la FOSYCO les a qualifiées « de moments importants » dans l’histoire du pays dans la mesure où elles constituent « une référence » d’une lutte ouvrière contre l’ignorance en faveur du dialogue qui doit désormais s’implanter entre l’Etat, le patronat et les syndicats.

Après avoir insisté sur la nomination des responsables issus du personnel dans les entreprises de l’Etat en lieu et place des politiciens, il a recommandé au gouvernement congolais de résoudre les problèmes liés à leur relance et à leur gestion en réglant les sommes dues à celles-ci tout en auditant  ces sociétés en vue de situer les responsabilités des dirigeants.

Il a, en outre, félicité la direction actuelle de la GECAMINES pour le paiement régulier des salaires de ses agents et demande aux partenaires, actionnaires de la MIBA, de se réunir rapidement pour arrêter des politiques utiles afin que cette société puisse reprendre ses activités normales.

41 syndicalistes de Kinshasa et des provinces du Kasaï Oriental et du Katanga ont participé à ces journées en présence de M. Pierre Ekoua Tsanga de l’Organisation des syndicats de l’énergie et des mines de l’Afrique centrale.

Baptême du recueil des poèmes « Annabraises » du Pr Bokene

Kinshasa, 21/03 (ACP). – « Je te baptise au nom de Makobola, de Kasika et de Kamituga, fais grandir le devoir de mémoire », c’est en ces termes que le Pr Mupapa Say a porté lundi sur les fonts baptismaux à l’Académie des beaux arts (ABA), « Annabraises », un recueil des poèmes, œuvre du Pr Bokeme Sha ne Molobay, éditée au Centre de recherche pédagogique (CRP) de Limete.

Présentant l’œuvre qui a été préfacée par le Pr Robert Mondo, directeur général honoraire de l’Institut supérieur de la Gombe, le Pr. Willy Bongo Mpasi, doyen de la Faculté des lettres de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), a noté que celle-ci compte 21 poèmes écrits sur 30 pages.

Parmi ces poèmes, de temps en temps, déclamés par les élèves du collège Notre Dame du Congo pour agrémenter la cérémonie, l’orateur a cité quelques titres dont « Silence on meurt », « Poesie », « Le destin », « Au cœur des ténèbres », etc.

Le recteur de l’Université pédagogique nationale (UPN), le Pr Robert Kasele Laïsi, qui est intervenu pour une approche critique de l’œuvre, a félicité l’auteur pour la justesse des mots. Bokeme Sha ne Molobay (Grégoire-Roger) est né à Kinshasa le 16 septembre 1948. Enseignant, journaliste et écrivain par choix et par passion, il préside le Salon international du livre de Kinshasa (SILKIN).

Ancien directeur des Editions Lokole (Entreprise d’Etat) et chargé d’études à la délégation spéciale à la Francophonie, près la Présidence de la République, Bokeme est plusieurs fois directeur de cabinet au ministère de la Culture et des arts.

L’auteur a publié notamment Douces Mosées et prémices (poésies) ; des mots pour mieux s’exprimer en français (Essai) : textes français I et II (Antologies). Le poète parle des Annabraises, mot-valise pour signifier « Année de braises »…

Donc  poésie   de   la  « Cendre » en sa substance, mais œuvre de commémoration par le principe de son élaboration connue par les indices de temps et de lieu qui visent à en quadriller l’espace-temps et par quoi le poète cherche à éviter la dispersion et la disparition totale de l’événement qui taraude la mémoire de par son horreur indicible.

Plusieurs critiques littéraires et écrivains de la capitale, dont le sénateur Léonard She Okitundu et l’ambassadeur Eddy Angulu Mabengi, ont rehaussé de leur présence cette émouvante cérémonie.

Conditions précaires des étudiantes du « Home Vatican » de l’UNIKIN

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Les conditions d’hébergement des 230 étudiantes du « Home Vatican » à la Régie de construction de l’Université de Kinshasa sont   précaires  dans le sens   qu’elles   dorment   en raison de  deux à trois personnes sur une mousse étroite sans draps de lit, a-t-on constaté sur place.

Ces étudiantes   n’ont   rien à manger après avoir reçu chacune 1.500 francs congolais pour 5   jours, ont-elles dit, avant d’exprimer leurs préoccupations sur des enseignements dont elles ont perdu des notes, des syllabus, des diplômes d’Etat, des ordinateurs, des appareils électroménagers et autres biens de grande valeur.

Elles demandent aux autorités académiques, à celles du ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire et aux hommes de bonne volonté de les aider pour terminer l’année académique.

Mise sur pied de la commission parlementaire d’enquête pour Kahemba

Kinshasa, 21/03(ACP).- Le président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, a signé mardi la décision instituant la commission parlementaire d’enquête sur la situation à Kahemba, au Bandundu comprenant 20 membres et présidée par Roger Lumbala, député de l’opposition.

Les délégués des ministères de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité, des Affaires étrangères, de la Défense nationale et des Affaires humanitaires, ainsi que de l’Institut géographique du Congo (IGC) et de la MONUC (Mission de l’ONU au Congo) font partie   de cette commission dont la mission essentielle est de vérifier la matérialité des faits sur le terrain, après la situation créée par l’occupation ou non d’une partie du territoire congolais par des forces armées angolaises.

La délégation quitte Kinshasa jeudi à 9 heures pour Kahemba – centre, d’où elle repartira à la frontière située à plus ou moins 100 km. La constitution d’une mission parlementaire a été rendue nécessaire après la confusion créée autour de cette question par le gouvernement pour qui, la portion de terre occupée appartient à l’Angola.

Le gouvernement a démenti les informations des députés originaires du Kwango, contestant leur présence sur le terrain. Quatre députés avaient affirmé avoir été sur place et auraient pris langue avec les villageois déplacés de force par les occupants. Avant l’envoi de l’actuel commission, le gouvernement avait dépêché une commission administrative sur place, suivie quelques jours plus tard par l’arrivée à Kinshasa du ministre angolais des  Affaires étrangères.

Par ailleurs, le président de l’Assemblée nationale a transmis au Premier ministre la recommandation de son institution lui demandant d’obtenir de la partie angolaise que les    populations   déplacées de leurs villages regagnent leurs sites avant toute négociation et que leurs conditions humanitaires soient assurées.

Le nouveau représentant de l’UE dans les Grands lacs reçu à l’Assemblée nationale

Le nouveau représentant de l’Union européenne (UE) dans la région des Grands lacs, Roeland Van De Geer, reçu mardi à l’Assemblée   nationale, a promis de renforcer la coopération entre l’Union et la République Démocratique du Congo en matière de développement et sur le plan politique.

« C’est important de continuer la coopération avec la République Démocratique du Congo en ce moment post-électoral et d’approfondir cette coopération en ce qui concerne des dossiers importants comme celui de la sécurité », a-t-il déclaré à la presse à l’issue de l’audience.

M. De Geer a réaffirmé l’engagement de l’Union européenne à soutenir le développement de la République Démocratique du Congo autant que les autres pays de la région des Grands lacs.  « Il faut continuer la coopération en ce moment avec votre pays et les autres pays de la région », a-t-il dit.

M. Van De Geer qui est de nationalité allemande, remplace à ce poste l’italien Aldo Ajello qui a occupé le poste pendant plus d’une décennie.

L’UE réaffirme sa détermination à consolider la paix et la démocratie en RDC

Kinshasa, 21/03(ACP).- M. Roeland Van De Geer, nouveau représentant de l’Union européenne (UE) pour la région des Grands lacs, en séjour de prise de contacts et de reconnaissance dans cette sous-région, a réaffirmé mardi à Kinshasa, la détermination de son institution à consolider la paix et la démocratie en République Démocratique du Congo.

Le nouveau représentant de l’UE qui a animé un point de presse au terme de ses contacts avec les officiels congolais ainsi qu’avec l’opposition, a défini les objectifs de sa mission dans l’espace des Grands lacs, à savoir, réaffirmer l’engagement financier, économique et politique durable de l’UE auprès de la République Démocratique du Congo, soutenir les efforts d’intégration et de développement régional indispensables à la stabilité de la région et réaffirmer la nature multisectorielle de l’engagement européen en RDC.

La coopération au développement, le dialogue politique interne, la réforme du secteur de la sécurité doivent être les facteurs qui vont sous-tendre cet engagement de l’UE envers la RDC. En ce qui concerne la crise actuelle qui couvre les relations gouvernement – opposition, M. Van De Geer a recommandé le dialogue entre les deux parties pour parvenir à décrisper la situation.

« Nous n’avons pas à nous imposer dans une matière qui relève de la responsabilité des acteurs politiques congolais, en toute souveraineté », a-t-il dit. Le représentant de l’UE dans la région des Grands lacs quitte Kinshasa mercredi pour Kampala, en Ouganda, où il se rendra successivement à Kigali, au Rwanda et Bujumbura, au Burundi.

Tous les ambassadeurs des pays de l’UE accrédités en RDC ont assisté à ce point de presse.

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Décès par noyade de quatre personnes à Luani sur la rivière Kwilu

Kinshasa, 21/03(ACP). - Quatre personnes dont un adulte, un jeune et deux enfants ont trouvé la mort dimanche par noyade à Luani,  une localité située entre Kikwit et Bandundu ville sur la rivière Kwilu dans la province de Bandundu, a annoncé mardi Radio Okapi.

Selon la source, l’accident était occasionné par une vague au passage d’un bateau de la société SEP en provenance de Kikwit se dirigeant vers Bandundu, qui a fait chavirer une pirogue à bord de laquelle se trouvaient huit personnes a indiqué M. Daniel Olantume, chef de division provincial de Transport et communication du Bandundu qui a confirmé cette information.

Pour le moment, seuls les corps de deux enfants ont été retrouvés. Quant au capitaine du bateau il est aux arrêts à Bandundu a-t-il ajouté.

Pour la gestion d’un héritage, un étudiant orphelin menacé de mort par son oncle paternel

Kinshasa, 21/03(ACP). - Un étudiant orphelin, âgé d’une vingtaine d’années nommé Tshimbombo Mukuna et fils de feu Kamanda François, est l’objet des vifs menaces de mort de la part de son oncle paternel, dont le nom n’a pas été révélé, à cause de la gestion d’un héritage d’un montant de l’ordre  de soixante mille dollars américains (60.000 $ US), lui laissé par son défunt père, a-t-on appris d’un membre de la famille de l’étudiant. Selon la source, M. Tshimbombo est bénéficiaire de cet argent auprès de l’Institut national de sécurité sociale (INSS) qui devait le payer à son défunt père, de son vivant.

Informé du dossier, a par ailleurs indiqué la source, l’oncle paternel a promis la mort,   sous toutes ses formes, à son neveu, si ce dernier ne lui attribuait pas la primauté des décisions sur la gestion de cet argent dont l’héritier n’a jusqu’ici touché que dix mille dollars américains (10.000$ US).

Les deux personnes, indique la source, vivent à couteaux tirés. L’oncle paternel, par des intimidations de toutes sortes, a mis en danger la vie de son neveu. De son côté, l’INSS ne reconnaît que l’étudiant Tshimbombo comme le seul ayant droit de cet héritage financier.

Une femme brûlée par son époux à Kasa-vubu

Kinshasa, 21/03(ACP).- Une femme dont le nom n’ a pas été révélé, a été brûlée le week-end dernier par son mari, sur l’avenue Irebu, dans la commune de Kasa-vubu, à Kinshasa, a-t-on appris de bonne source à l’ACP. Selon la source, la victime, mariée et mère d’un enfant, entretenait, depuis belle lurette, des relations coupables avec son beau-frère qui possède beaucoup des moyens financiers et qui prend en charge le couple.

Aussitôt informé, le mari de la femme qui n’a pas cru à cette infidélité, menait par mesure de prudence, une enquête jusqu’au jour où, de retour à la maison, vers 17 heures, il les a trouvés dans une mauvaise posture, dans son salon. Ne pouvant pas se contenir, il a jeté de l’eau bouillie à 100° sur son épouse, qui a été brûlée.

Quant au frère, il a pris le large. Présentement, la femme est à l’hôpital général de référence de Kinshasa tandis que son époux est transféré au parquet en attendant l’instruction d’un dossier, renseigne-t-on.

Pénurie d’eau potable à Binza Ozone, dans la commune de Ngaliema

Kinshasa, 21/03(ACP).- La pénurie d’eau potable est fortement ressentie, ces derniers temps, à Binza-Ozone, dans la commune de Ngaliema à Kinshasa. Selon les témoignages recueillis, auprès de la population, il y a plus de deux semaines que cette municipalité connaît une carence d’eau à cause d’innombrable interruptions de fourniture d’eau de la REGIDESO.

Les populations concernées, surtout les femmes, sont obligées de se réveiller vers quatre heures du matin, pour parcourir de longues distances à pied à la recherche de l’eau potable, au risque de se faire violer ou agresser par des inciviques. Il arrive parfois que des hommes habitant ce quartier, se rendent au service sans prendre un bain normal, se contentant d’un verre d’eau, pour nettoyer le visage.

Seulement l’eau de pluie vient en assistance à cette population qui en appelle aux autorités compétentes pour le redressement de la situation.

 
 
 
 
 
 
 

L'IPP de l'Equateur I satisfait de la décision de l'autorité provinciale

Mbandaka, 21/03(ACP).- Les élèves de l'institut de la Paix dont les fiches  d'identification ont été brûlées suite aux actes de vandalisme perpétrés par les étudiants de l'Université de Mbandaka (UNIMBA), participeront bel et bien à l'épreuve   de dissertation à l'instar d'autres élèves des établissements scolaires de la place.  

C'est ce qu'a déclaré récemment à la presse, Mme Clémentine Bonebe Bolobo, inspectrice principale provinciale de l'Equateur I, qui a fixé l'opinion sur les préoccupations actuelles des élèves finalistes de l'institut de la paix dont plusieurs dossiers ont été brûlés suite au conflit qui les opposait aux étudiants de l'UNIMBA ayant incendié le bâtiment avec tout son contenu. 

A ce sujet, elle s'est réjouie de la décision de l'autorité provinciale de prendre en charge l'achat des fiches d'identification pour les élèves finalistes de l'institut de la paix.

Mme Bonebe séjourne actuellement à Kinshasa en vue de retirer les cahiers d'items pour l'épreuve de dissertation qui va se dérouler le 02 avril prochain  sur toute l'étendue du pays.

Pour la réfection des artères de la ville de Mbandaka

Mbandaka, 21/03(ACP).- La réfection de   certaines   grandes artères de la ville de Mbandaka par la direction provinciale de l'Office de routes a été au centre de l'audience que le vice gouverneur de l'Equateur,   Jean -Claude Baende a accordée récemment à M. Georges Matutala Mukanda, directeur provincial de cette entreprise du portefeuille de l’Etat.  

A cette occasion, M. Matutala a reçu des instructions précises de la part de l'autorité provinciale qui entend mettre en application son ambitieux programme de réhabilitation du réseau routier provincial qui accuse pour le moment un état d'impraticabilité inquiétant. 

Le vice - gouverneur Baende a ensuite reçu les chefs  d'antennes  du Fonds social de la République et de l'UNICEF qu'il a responsabilisés  en vue de fournir   des   bancs  scolaires à l'institut de la Paix, victime des récents cas de vandalisme de la part des étudiants de l'UNIMBA.  Les deux     chefs     d'antennes qui ont palpé du doigt les réalités sur  le terrain ont promis d'équiper cet établissement scolaire conformément à leur cahier de charge respectif.

Visite du vice - gouverneur de l'Equateur aux centres de rééducation de Mbandaka

Mbandaka, 21/03(ACP).- M. Jean-Claude Baende Etafe Eliko, vice-gouverneur de l'Equateur, qu'accompagnaient les autorités de la justice militaire et du parquet de grande instance de Mbandaka, a visité récemment la prison centrale, la prison militaire et les cachots de cette ville.

Au cours de cette visite, le vice - gouverneur s'est rendu personnellement compte des mauvaises conditions de détention des prévenus, de l'état de délabrement avancé de ces maisons de correction, en vue de lui permettre de faire l'état de lieu de différents centres de rééducation de la ville de Mbandaka. 

Il a, en outre, déploré le manque de nourritures et de soins en cas de maladies ainsi que  l'insalubrité qui dénature l'espace  environnemental dans ces maisons carcérales. Des pistes de solution ont été proposées pour décanter cette situation liée aux nombreux problèmes cruciaux des  pensionnaires et autres prévenus. 

C'est dans ce cadre que le vice-gouverneur a pris des décisions salvatrices en faveur des prisonniers ainsi que des prévenus civils et militaires pour leur prise en charge médico-sanitaire et alimentaire ainsi que la réfection de la prison centrale de Mbandaka qui accuse un niveau de délabrement inquiétant.

Clôture du séminaire de formation des délégués syndicaux de l'UNTC du Bandundu

Bandundu, 21/03(ACP).- Le président national de l'Union nationale des travailleurs du Congo (UNTC), Augustin Kabulo, a clôturé le week-end dernier dans la ville de Bandundu, les travaux du séminaire de formation de trois jours des trente délégués syndicaux  dont huit permanents de cette union syndicale venus des districts et villes de la province du Bandundu, en présence des notabilités locales.

Cette formation qui a porté sur la syndicalisation en général a été une occasion propice pour les participants d'être informés en profondeur sur le processus syndical de l'UNTC, la programmation des actions locales et les finances syndicales,a-t-il dit dans son mot de circonstance. 

Le secrétaire provincial interprofessionnel de l'UNTC/Bandundu, Placide Mambuve-di-Ibal, a remercié la délégation nationale de l'UNTC pour l'organisation  et l'animation  de   cette formation et demandé aux participants de mettre en pratique les riches enseignements reçus pour un progrès réel sur le terrain. Cette cérémonie de clôture a été marquée par la remise des brevets de formation aux participants.

La situation des détenus de la prison centrale de Bukavu jugée préoccupante

Bukavu, 21/03(ACP).- Le comité de suivi de la prison centrale de Bukavu a jugé très préoccupante la situation des pensionnaires de cet établissement, dans une correspondance adressée récemment au procureur de la République. 

Environ 380 personnes tous âgés et de sexe différents en détention à la prison centrale de Bukavu courent le risque de mourir de faim du fait que la prison ne dispose plus de nourriture depuis le 02 février 2007 comme le relève cette note. Ni la contribution effectuée par le gouvernorat du Sud-Kivu, ni le don offert par les bienfaiteurs, ni les fournitures données par un  ancien détenu ne permettent plus à donner une solution durable à cette crise.

Devant l’urgence de la situation et afin d’éviter que le pire ne surgisse, pire lié à la révolte des prisonniers et à leur mort, le comité de suivi de cette prison a décidé de lancer un appel à la générosité de la population et des forces vives de la province. Cet appel, conclut-il, doit être le dernier, car des solutions durables doivent être prises par le gouvernement.

Un groupe des parlementaires reçus par l’autorité provinciale du Sud-Kivu

Bukavu, 21/03(ACP).- Un groupe des parlementaires provinciaux du Sud-Kivu a rendu une visite de courtoisie à l’autorité provinciale. Ensemble ils ont échangé sur le programme devant lier l’organe exécutif et celui délibérant pour la bonne gouvernance et la consolidation de la paix dans la province du Sud-Kivu. En ce qui concerne les problèmes liés au développement, des pistes des solutions ont été envisagées et seront approuvées par l’Assemblée Provinciale.

 
 
 
 

 

 
 
 

Session de formation sur le contrôle des produits pétroliers à l’OCC/Kananga

Kananga, 21/03 (ACP). - La direction provinciale centre de l’Office Congolaise de Contrôle (OCC) a organisé dernièrement à Kananga une session de formation à l’intention de huit agents sur le contrôle qualitatif et quantitatif des produits pétroliers.

Cette formation de huit jours a porté sur l’information générale en ce qui concerne le contrôle des produits pétroliers, le contrôle quantitatif, l’échantillonnage, le contrôle qualitatif, l’aspect administratif et financier du laboratoire, a expliqué à l’ACP le formateur Jean-Paul Munongo, chef de division au laboratoire de l’OCC/Kasaï Oriental en séjour du travail à Kananga. La partie expérimentale de cette formation est consacrée à l’analyse, la prévention et la sécurité dans la manipulation des produits pétroliers.

De son côté, le directeur provincial de l’OCC, M. Onesime Bope Muongalem, a indiqué qu’après cette formation des agents commis au contrôle des produits pétroliers, le laboratoire d’essai physico-chimique de ces mêmes produits qui vient d’être installé à Kananga a été inauguré.

Il a annoncé l’ouverture prochaine d’un laboratoire de contrôle des denrées alimentaires et des produits agricoles, dont les matériels sont déjà disponibles à l’OCC/Kananga. Outre le chef de division Jean-Paul Munongo, l’analyste Jean Kasanda a fait partie de l’équipe des formateurs venus du Kasaï Oriental.

Trois géologues de la société Southerna SPRL en prospection minière à Tshipuku

Mwene-Ditu, 21/03 (ACP). – Trois géologues de la société Southerna conduite par M. Bicik Peter Morris, de nationalité canadienne, sont en mission de prospection minière à Tshipuku, localité située à 12 km de la ville de Mwene-Ditu, dans le territoire de Luilu, depuis quelques semaines, a-t-on appris dernièrement d’une source qui a requis l’anonymat. Ces trois géologues sont agents d’une société américaine qui va bientôt démarrer ses activités en RDC à partir des deux Kasaï notamment à Tshikapa dans le Kasaï Occidental ainsi qu’à Bena Mpunga et Tshipuku dans le Kasaï Oriental.

A l’étape de Bena Mpunga, les trois délégués ont connu une résistance de la part des chefs coutumiers avant de descendre à Tshipuku où ils ont été bien accueillis. Toutefois, les travaux ont coïncidé avec le début de la 2ème saison culturelle qui risque de connaître une perturbation à la suite du nombre important des paysans qui se sont faits embaucher et qui estiment être suffisamment bien payés.  

Vingt tonnes de semences de maïs produites par les paysans de Tshibungu au Kasaï Occidental

Kananga, 21/03 (ACP). – Quatre associations paysannes du secteur de Tshibungu, dans le territoire de Demba, au Kasaï Occidental, ont produit 20 tonnes de maïs et 5 autres de nyebe, à la récolte de la dernière grande saison culturalle, a-t-on appris de l’ONG « Appui aux actions et initiatives locales de développement » (APAILD) basée à Kananga.

Selon la source, cette production est constituée uniquement des semences améliorées dont une partie est commercialisée et une autre conservée par les paysans pour la prochaine saison. La commercialisation est facilitée par l’APAILD qui transporte les produits du lieu de la production au centre de commercialisation. Outre l’appui en moyen de transport, l’APAILD apporte aux quatre associations paysannes de Tshibungu, des intrants agricoles nécessaires, notamment des semences et des outils.

Un encadrement technique est assuré aussi aux cent-vingt (120) paysans regroupés dans ces quatre associations. Grâce à l’appui de l’ONG « APAILD », les paysans membres de quatre associations du secteur de Tshibungu, ont amélioré leurs conditions de vie, par la construction des maisons durables, l’acquisition des vélos pour leur transport, la scolarisation des enfants et l’élevage du petit bétail, indique la même source. L’APAILD encadre les associations paysannes du secteur de Tshibungu depuis quinze ans. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Du côté symptomatique, Dr. Arnit Tshibwabwa a relevé un faible jet urinaire n’atteignant pas un mètre partant de la position du malade, des levées nocturnes en répétition appelées pollakyurie , des douleurs à la miction appelées mictalgie, des douleurs orales en permanence, des regorgements mictionnels une sensation de ne pas vider la vessie, une sensation de douleur au bas-ventre suite à la rétention urinaire partielle et complète associée à globe vésical qui est une urgence nécessitant le placement de la sonde vésicale en vue de faciliter l’élimination des urines. Avec tous ces éléments symptomatiques, Dr. Arnit Tshibwabwa recommande à toutes les personnes malades de la prostate qui ne veulent pas se faire opérer de consulter la clinique Nieca afin de retrouver toutes leurs facultés humaines en bon état.

Il demande également à toutes les personnes masculins atteignant ou dépassant l’âge de 50 ans de se faire dépister volontairement en vue de prévenir cette maladie capable de tuer les riches et les pauvres. Un dépistage volontaire est organisé ces derniers temps par les médecins des Clinique Universitaires de Kinshasa à Matonge au sein de la paroisse Catholique Saint Joseph.

Recommandations de l’atelier national de validation du profil marin

Kinshasa, 21/03 (ACP).- L’atelier national du profil marin/côtier de la République Démocratique du Congo a jugé nécessaire de faire d’urgence le tracé maritime de cette zone, car celle-ci bien que clairement défini au niveau terrestre pose cependant problème sur la partie maritime.

Il a également décidé d’y mettre de l’ordre en vue de leur exploitation durable, de mettre en valeur les potentialités touristiques de la zone considérée pour la promotion de l’éco-tourisme et de réduire la pauvreté des populations locales par la création des ressources de revenus alternatives. Les participants ont aussi recommandé que soit développé le partenariat avec toutes les parties prenantes (gouvernement, ONG, société civile, média, communautés locales) pour une gestion durable de la zone côtière.

Ils ont demandé l’accélération du processus d’élaboration de la loi cadre de l’environnement pour permettre de combattre toutes les formes de pollution, en particulier celles causées par la gestion des hydrocarbures dans la zone côtière, avant d’émettre le vœu de voir le processus sur les études environnementales et sociales se consolider.

 

 Les locaux  retenus

1. Kidiaba Muteba Robert (Mazembe),
2.
Nsumbu Ditwabanza Belmond (V.Club),
3. Nkulukuta Miala Eric (Mazembe),
4. Bokese Gladys (DCMP),
5. Mputu Trésor (Mazembe),
6.
Pisco Vuanga (CILU de Lukala),
7. Ilongo Ngasanya Saddam (Mazembe).

V.Club : le comité Diomi reste-t-il  en place ?

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Le chef de division urbain des Sports et loisirs a annoncé la tenue d’une réunion extraordinaire de l’AS V. Club pour ce mercredi aux fins de mettre en place un comité provisoire de coordination de ce club.

Au même moment, le secrétaire sportif Mambwene a déclaré à la presse que les comités sectionnaires du club « Vert-noir » seraient revenus sur la démission acceptée du président Diomi Ndongala, dont le comité restera en place jusqu’en juillet 2007, date de l’expiration de son mandat.

Comme on peut s’en rendre compte, la confusion persiste au sein de ce grand club de football du pays.

Le FC La Gazelle bat (4-2) l’AC la Source à l’EUFJF-KIN

Kinshasa, 21/03 (ACP). – Le FC la Gazelle   a   battu   l’AC   la  Source   sur   le   score de 4-2 dimanche   au   stade municipal de Masina, en match comptant pour la 3ème journée du championnat juniors, poule B,   de   l’Entente urbaine de football des jeunes et féminin  de Kinshasa (EUFJF-KIN).

Par ailleurs, le match entre l’EC Mapata et le RC Brothers faute de ballon, celui utilisé s’étant crevé. ACP/BUM.-

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |