Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

  Bulletin No BQ-1295     Date: 15-03-2007
 
 NATION
 

Création d’une équipe technique entre la RDC et l’Angola

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La réunion de concertation entre la délégation angolaise conduite par le ministre des Relations extérieures, Joao Bernado Do Miranda, et la partie congolaise dirigée par le ministre d’Etat aux Affaires étrangères et à la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, et son collègue de l’Intérieur, Denis Kalume Numbi, a décidé mardi, à Kinshasa, de créer une équipe bilatérale avec la mission d’identifier les 112 bornes qui délimitent la frontière entre les deux pays.

L’équipe technique devra initier immédiatement des travaux de localisation des bornes et l’ouverture des pistes. Voici le communiqué conjoint publié à la fin des travaux : « Sur instruction des Chefs d’Etat de la République Démocratique du Congo et de la République d’Angola, leurs Excellences Messieurs Joseph Kabila Kabange et José Eduardo Dos Santos, il s’est tenu à Kinshasa, le 13 mars 2007, une réunion de concertation entre la délégation d’Angola et celle de la République Démocratique du Congo avec comme ordre du jour, l’examen du rapport relatif aux concertations provinciales entre Lunda Norte et Bandundu de 2, 3, 4 et 5 mars 2007 à Dundo.

La délégation angolaise a été conduite par son Excellence Monsieur Joao Bernardo De Miranda, ministre des Relations extérieures de la République d’Angola et celle de la République Démocratique du Congo par son Excellence Monsieur Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

Dans son mot de circonstance, son Excellence Monsieur Antipas Mbusa Nyamwisi a souhaité à la délégation angolaise la bienvenue et un agréable séjour à Kinshasa. Par ailleurs, il a souligné la qualité et la constance des relations d’amitié de coopération renforcées par les liens de consanguinité entre nos deux peuples.

De son côté, son Excellence Monsieur Joao Bernardo De Miranda a réitéré la ferme volonté du peuple et du gouvernement angolais de continuer à travailler pour le renforcement des liens d’amitié, de fraternité et de bon voisinage existant entre les deux pays et les deux peuples.

Le ministre des Relations extérieures de la République d’Angola a réfuté ces accusations en les considérant sans fondement et a réitéré que la police angolaise n’a pas traversé la frontière congolaise. A la lumière des faits qui ont été vérifiés sur terrain, les deux délégations ont conclu qu’il n’y a pas eu de changements sur la frontière commune et ont réaffirmé leur attachement à l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation.

A cet effet, les deux délégations ont insisté sur la nécessité de redynamiser le fonctionnement régulier des mécanismes de coopération bilatérale existants en vue de prévenir les situations susceptibles de contrarier les excellentes relations existant entre les peuples frères et les gouvernements des deux pays.

La réunion a décidé de créer une équipe technique bilatérale avec la mission d’identifier les 112 bornes qui délimitent la frontière entre les deux pays. L’équipe technique ainsi créée devra initier immédiatement des travaux de localisation des bornes et l’ouverture des pistes qui puissent faciliter l’organisation des patrouilles mixtes le long de la frontière.

Les deux délégations ont également décidé de réactiver le fonctionnement de la commission conjointe sur la défense et la sécurité. Vu le caractère urgent que revêt la question examinée, les deux parties ont convenu de déployer sur le terrain l’équipe de travail mixte dans les meilleurs délais.

Les deux parties se sont félicitées de la volonté de deux gouvernements de toujours rechercher des solutions aux conflits par des voies pacifiques en vue d’instaurer une paix durable entre les deux peuples. La partie angolaise a remercié la partie congolaise pour la qualité et la chaleur de l’accueil qui lui a été réservé à l’occasion de son séjour à Kinshasa.

Les deux délégations saluent les deux Chefs d’Etat, leurs Excellences Messieurs José Eduardo Dos Santos et Joseph Kabila Kabange pour leur détermination à œuvrer davantage pour la promotion de la paix entre les peuples de la République d’Angola et ceux de la République Démocratique du Congo.

Ce communiqué a été signé conjointement par MM. Antipas Mbusa Nyamwisi et Joao Bernardo De Miranda, respectivement ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la coopération internationale pour la partie congolaise et ministre des Relations extérieures pour l’Angola.

Organisation d’un atelier sur la décentralisation et la gouvernance locale à Kinshasa

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le Programme d’appui aux initiatives de développement communes (PAIDECO) organise depuis mercredi à Kinshasa un atelier sur la décentralisation et la gouvernance locale en faveur des directeurs de province, chefs de division provinciaux des ministères de l’Intérieur et de la Fonction publique.

L’objectif de ce atelier est de renforcer les capacités des cadres administratifs des provinces sur la décentralisation et la gouvernance locale des entités territoriales décentralisées, de les former sur les outils de gestion à mettre en œuvre dans leurs entités dans le cadre du Programme de la réforme de l’Administration publique afin qu’ils puissent s’en approprier.

Dans sa leçon d’ouverture, le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et à la sécurité, Denis Kalume Numbi a exposé les prémisses de la loi de programmation de la mise en œuvre de la décentralisation. Il a insisté sur la décentralisation du pays au terme de trois années à venir avec 26 provinces.

Cette décentralisation n’est pas un luxe, selon Denis Kalume, mais une nécessité de développement, tel que le prévoit la Constitution de la 3ème République, en l’articulant sur trois niveaux de compétences : national, provincial et le niveau des entités territoriales décentralisées. Chacun de ces trois niveaux aura un conseil, un gouvernement local et une administration.

C’est pour cela qu’il faut traduire cela en une série de lois. Le ministre d’Etat à l’Intérieur a défini les six étapes principales, à savoir les superstructures (l’ensemble des lois), les structures et les infrastructures avec la mise en œuvre progressive des organes, le renforcement des capacités, la viabilité des entités etc..

On aura à créer 1.000 entités décentralisées. Pour Denis Kalume, la décentralisation doit être la préoccupation actuelle de tous les territoriaux. Trente-trois (33) cadres administratifs provinciaux dont onze (11) autres de la Fonction publique participent à cet atelier ouvert par le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et à la sécurité, mercredi au Cercle de Kinshasa (Gombe).

Les travaux qui se poursuivront jusque vendredi porteront notamment sur la réforme actuelle de l’Administration publique, décentralisation, gouvernance et fourniture de services publics locaux (vision et concept), la stratégie de gestion intégrée des ressources humaines, la procédure de sélection des agents de l’Etat.  

Le nonce apostolique reçu en audience au ministère de l’Intérieur

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et à la sécurité, Denis Kalume Numbi, a reçu mercredi en audience, en son cabinet de travail, le nonce apostolique, Mgr Giovanni D’Aniello, venu le féliciter pour sa confirmation à la tête de ce ministère. A une question sur le remplacement de feu le cardinal Etsou Frédéric, le représentant du Pape Benoît XVI à Kinshasa a conseillé de « laisser l’Eglise travailler ».

Dépôt du rapport sur les droits de l’homme de la MONUC

Une délégation de la division des droits de l’homme de la Mission de l’ONU en République Démocratique du Congo (MONUC) a eu une séance de travail avec le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et à la sécurité axée sur le rapport de ce service pour le second semestre 2006.

Ce travail est relatif à la situation du respect des droits de l’homme en RDC durant cette période.

Selon le directeur de la division Fernando Castanno, en comparaison avec le premier semestre de l’année dernière, il y a eu recrudescence des cas de violations des droits de l’homme en République Démocratique du Congo.

Les deux parties se sont penchées sur la façon d’assister la RDC à améliorer la situation, notamment en ce qui concerne la réforme de la Police nationale congolaise (PNC) dans le cadre de la mise en place d’une police de proximité.

Pour une implication des Congolais de l’étranger au développement de la RDC

Kinshasa, 15/03 (ACP).-L’espoir est permis sur la réussite de la mission confiée à la vice-ministre des Congolais de l’étranger, Collette Tshomba, au regard des possibilités de l’expertise existant au ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, a-t-on affirmé mercredi à l’ACP à la direction administrative des Congolais de l’étranger.

La source signale que depuis la création de la direction administrative des Congolais de l’étranger au sein du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale par l’arrêté interministériel en juillet 2006, et la nomination d’un directeur à la tête de cette direction, toutes les dispositions ont été prises. En effet, estime-t-on au sein de cette direction, les Congolais de l’étranger ont un grand rôle à jouer dans le développement économique de leur pays.

C’est dans ce cadre qu’il faut inscrire la séance de travail qu’a eue, lundi dernier, la vice-ministre Tshomba avec la délégation du Programme MIDA (Migration internationale pour le développement) dans la région des Grands lacs, conduite par la coordinatrice, Keating Tamara. Le programme MIDA, une branche de l’OIM (Organisation internationale de migration), est déterminé, note la source, à mettre son expertise au service de la vice-ministre des Congolais de l’étranger.

La source précise, à cet effet, que l’expertise de la diaspora congolaise est l’une des plus importantes d’Afrique à l’étranger. C’est pourquoi la RDC doit s’investir à canaliser ses efforts dans la recherche des voies et moyens permettant d’entrer en contact avec la diaspora pour lui faire comprendre l’importance du rôle qu’elle est appelée à jouer dans la reconstruction de leur pays.

Des pistes de solutions pour la contribution de la diaspora au développement de la RDC

Le président-administrateur délégué général de la BIAC (Banque internationale pour l’Afrique au Congo), Charles Sanville, a fait, mercredi, à la vice-ministre des Congolais de l’étranger, Collette Tshomba, des propositions sur des pistes de solutions permettant à la RDC de bénéficier la contribution de la diaspora congolaise pour son développement.

Il a indiqué que la BIAC a une structure qui s’occupe de la diaspora, particulièrement des messageries financières, avant de souligner que son institution constitue un cadre idéal pour les Congolais de l’étranger qui veulent contribuer à la construction des logements sociaux.

La vice-ministre Tshomba et M. Sanville ont eu, dans ce contexte, des pourparlers très constructifs, desquels il s’est dégagé la ferme détermination des deux parties d’aboutir à des résultats palpables sur la question susévoquée.

Tour d’horizon des relations bilatérales entre Kinshasa et Alger

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La vice-ministre des Congolais de l’étranger, Collette Tshomba, et l’ambassadeur d’Algérie en RDC, Boussoura Hocine, ont fait mercredi le tour d’horizon des relations bilatérales entre Kinshasa et Alger ainsi que de la situation politique internationale.

« Je suis venu rendre une visite de courtoisie au vice-ministre pour la féliciter de son entrée au sein de l’équipe gouvernementale actuelle, a dit le diplomate algérien à la presse, à l’issue de cette visite.

Bien que le diplomate algérien s’est abstenu de tous commentaires face à la presse, on croit savoir qu’il a évoqué avec la vice-ministre l’excellence des relations de coopération bilatérale qui remontent à l’accession de la RDC à son indépendance en 1960.

Plaidoyer pour la vulgarisation du Code de conduite de l’agent public de l’Etat

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La vulgarisation du Code de conduite de l’agent public de l’Etat doit partir du sommet, ont recommandé les secrétaires généraux et les hauts cadres de l’Administration publique, à la clôture du séminaire-atelier sur les stratégies de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption organisé à leur intention.

Ces derniers ont également plaidé pour leur protection contre les suspensions abusives et les permutations intempestives, sollicitant par ailleurs qu’il soit prévu une motivation pendant et après la carrière d’un secrétaire général.

Le ministre de la Fonction publique, Mutu Diambu-di-Lusala, qui avait à ses côtés son vice-ministre, Dr Vincent Okoyo et quelques membres de son cabinet, a invité chacun des participants à prêter mains fortes aux experts de l’Observatoire du Code d’éthique professionnelle (OCEP). Ceux-ci ont en charge la promotion, la diffusion, la vulgarisation et l’application stricte dudit code en vue d’édifier une administration de développement et créatrice de richesses.

M. Diambu-di-Lusala s’est dit convaincu qu’en leur qualité de cadres formés, pour avoir participé activement aux débats et signé les actes d’engagement d’éthique, ils seront capables de faire montre, non seulement dans l’exercice de leurs fonctions mais aussi dans leur vie privée, d’une bonne conduite en matière d’intégrité morale et d’éthique professionnelle pour une bonne gestion de la chose publique.    

Le FMI exige des mesures urgentes pour favoriser la stabilité macro-économique

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le chef de département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Cyrille Briaçon, a souligné, au cours d’une conférence de presse tenue mardi à Kinshasa, l’urgence à prendre des mesures pour rétablir la stabilité macro-économique. Il a précisé que le Programme économique du gouvernement (PEG) s’est traduit en terme d’échec par le ralentissement à environ 5 % de la croissance économique réelle.

Les mesures consistent en la nécessité de resserrer la politique budgétaire et de ne pas avoir recours au financement monétaire du déficit avant de recommander l’achèvement des réformes structurelles-clés et d’encourager le gouvernement congolais à mettre en œuvre son contrat de gouvernance approuvé par l’Assemblée nationale.

Le rétablissement du progrès de la stabilité macro-économique, a-t-il conclu, facilitera les discussions sur un programme à moyen terme qui pourrait être appuyé par le FMI dans le cadre d’un nouvel accord au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et par la croissance de la production.

Les experts belges de VITAR II déterminés à participer à la reconstruction du Congo

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Les experts du réseau belge VITAR II (Valorisation Intégration Transfert Autonomie et Réalisation) sont déterminés à participer à la reconstruction de la RDC, a indiqué mardi l’un des experts, Floribert Ntungila, lors de la journée d’information organisée par le RECIC-National (Réseau d’éducation civique au Congo) au Centre pastoral Lindonge à Kinshasa. VITAR II est un réseau de cinq partenaires dont l’objectif est la valorisation des compétences des immigrants en vue de leur réinsertion socio-professionnelle.

Ces experts congolais vivant en Belgique veulent s’enquérir des projets de développement des ONG congolaises durant une mission allant du 6 au 31 mars à Kinshasa. M. Ntungila a souligné que cette démarche permettra à VITAR II de plaider auprès des partenaires étrangers d’obtenir le financement de ces projets pour l’éclosion des communautés locales.

Après le contact avec certaines ONG, ces experts se sont rendus compte de la bonne volonté des animateurs, malgré de multiples difficultés rencontrées. A cet effet, M. Ntungila a relevé que les micro-crédits tels que mis en place dans certaines organisations et institutions touchent la population, mais sans pour autant résoudre le problème de financement.

Dans cette optique, a-t-il précisé, VITAR II rendra son action visible, en renforçant le cadre légal et en envisageant un partenariat avec les ONG internationales. La diaspora congolaise à travers VITAR II a un rapport solide avec la Société civile congolaise et régionale, a fait savoir Ntungila.

M. Jean-Pierre Mabaya, un des experts du réseau, a annoncé la mise en place d’un cadre de travail qui fonctionnera en synergie avec les ONG congolaises en vue de faire avancer les initiatives locales.

Séminaire sur les violences sexuelles pour les magistrats et avocats militaires

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La lutte contre les violences sexuelles a constitué le thème du séminaire de recyclage organisé mercredi au Centre Nganda par la Haute Cour militaire des FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo) à l’intention des magistrats militaires et avocats.

Le ministre de la Défense nationale, Chikez Diemu, qui a présidé la cérémonie, a mis en exergue les responsabilités dévolues aux magistrats et avocats dans l’exercice de leurs fonctions. A ce sujet, il les a invités à être de grands vulgarisateurs du message de la lutte contre toutes formes de violences, surtout sexuelles. Pour l’orateur, cela constitue un véritable défi à relever sur le terrain. Il a promis toute son aide à la justice militaire pour mener à bien cette mission.

Pour sa part, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, Lacy Swing, a relevé le dévouement de ceux qui disent la loi de manière correcte en combattant toute forme de violences surtout sexuelles dans le but de rendre meilleure la vie du Congolais et de la Congolaise en particulier.

Il a promis le soutien de la MONUC (Mission des Nations Unies au Congo) à tous ceux qui oeuvrent pour la promotion de la paix. M. Jean-Pierre Bolduc, ambassadeur du Canada en RDC, dont le pays a financé le séminaire, a souligné l’intérêt selon lui, « profond et prioritaire » que son pays accorde à la stricte application des règles de droit, tout en exhortant les séminaristes à tout mettre en œuvre pour gagner la confiance de la population.

Pour la représentante du PNUD, l’organisation de ce séminaire entre dans le cadre du développement tout court. Car, la bonne application de la loi conduit toujours vers des horizons prometteurs.

Quant à la représentante de l’Organisation des Droits de l’homme, tout devra être mis en œuvre pour l’amélioration de la justice. Car, les effets qui en découleront ne manqueront pas de conduire l’homme vers des lendemains meilleurs.

Le premier président de la Haute Cour militaire et l’auditeur général des FARDC ainsi que toute la crème de la justice militaire ont pris part à ce séminaire.  

 
 
 SOCIETE      
 

La pluie cause d’importants dégâts à Mpasa III à Kinshasa

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Des toitures d’une vingtaine des maisons et d’une partie de l’église de la paroisse Notre Dame du Bon Secours de Bibwa, et du couvent local des prêtres ont été emportées au quartier Mpasa III dans la commune de Nsele à Kinshasa, à la suite de la pluie diluvienne qui s’est abattue mardi dernier sur la ville de Kinshasa.

Une famille de cinq enfants touchée par  la toiture d’une maison voisine s’en est sortie avec un blessé léger, a constaté l’ACP. Le même drame a été observé vingt quatre heures avant dans le quartier voisin de Mpasa II où la pluie a laissé des familles sans abris. Dans la périphérie de Mpasa III, un jeune garçon a été foudroyé.

Le 15 mars de l’année dernière, une tornade analogue avait endommagé une soixantaine des maisons et fait quatre morts dans les quartiers Mpasa I, II, IIII et Mikonga, dans la commune périphérique de Nsele.

Le mois de mars de chaque année cause des insomnies aux habitants de cette partie de la capitale du fait des fortes pluies qui sont à la base  souvent de nombreux dégâts. Des spécialistes expliquent ce phénomène par des perturbations atmosphériques.

Campagne de sensibilisation sur les violences faites à la femme  dans les écoles de la FUNA

Kinshasa, 15/03 (ACP).- L’Organisation non gouvernementale de développement dénommée la Voix de la femme africaine (VOFA) a annoncé, mardi au cours d’un entretien avec la presse, l’organisation prochaine d’une campagne de sensibilisation sur les violences faites à la femme en faveur des élèves fréquentant les établissements scolaires de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel du district de la FUNA.

La campagne a pour objectif, selon la responsable de cette ONGD, Mme Edith Massamba, de mettre en place les stratégies pour l’auto-participation de la jeune fille à la lutte contre les différentes formes de violences faites à son égard.

Une dizaine d’établissements scolaires sont ciblés, à raison de deux par réseau d’enseignement. La clôture de ladite campagne  est prévue le vendredi 23 mars à la salle paroissiale de l’Eglise catholique Christ Roi de Kasa-Vubu. Dans cette activité, l’ONGD VOFA est assistée de Gender office de la MONUC, renseigne-t-on.

Les diplômés de 2ème cycle  de l’ISC s’organisent

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Les diplômés de 2ème cycle (licence) de l’Institut supérieur de commerce de Kinshasa (ISC), depuis la première promotion. en 1999  ont convenu de mettre sur pied une association pour la défense de leurs  intérêts auprès des partenaires et un meilleur encadrement des membres.

Se confiant mardi à l’ACP, le président du comité provisoire de l’association, Bakatu-Mana, a annoncé qu’un comité ad hoc a été mis sur pied pour prendre en compte les aspirations de tous les licenciés de l’ISC réunis pour la circonstance, dimanche dernier, en la salle paroissiale Saint Joseph de Matonge, dans la commune de Kalamu. Le président Bakatu est assisté de cinq personnes, dont deux vice-présidents, un secrétaire général en la personne de  Emile Monguba et deux chargés de relations publiques.

L’association des anciens de l’ISC s’engage à apporter un appui appréciable au Comité de gestion de l’Institut dans sa charge d’assurer les  enseignements dans les meilleures conditions, étant donné que les moyens financiers pourvus par le gouvernement sont limités.

Des stratégies pour le renforcement des capacités des animateurs sociaux de l’Eglise kimbanguiste

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Le département national des affaires sociales de l’Eglise kimbanguiste en RDC organise du 26 mars au 1er avril 2007, un séminaire national pour le renforcement des capacités des animateurs sociaux de ce département, a annoncé, mardi le chef de ce département, M. Mbayi Shikayi wa Nyimbu, au cours  d‘un entretien mardi avec un journaliste de l’Agence Congolaise de Presse. 

Mbayi a déclaré que ce séminaire, auquel prendront part les chefs des divisions de ce département, des pasteurs et les délégués des mouvements et associations de Kinshasa et de l’intérieur du pays, vise à promouvoir la bonne gouvernance au sein  de ce département.

Par ce séminaire, le département qu’il dirige voudrait normaliser la formation de son personnel pour développer en lui des capacités managériales afin de donner une réponse exacte à la volonté du représentant légal de l’Eglise kimbanguiste qui les appelle à assumer avec efficacité leurs tâches au sein de cette église.

  PROVINCES    

 
 

Les Ouest – Kasaïens  mobilisés contre l’impunité des auteurs des violences faites à la femme

Kananga, 15/03 (ACP).-Le vice-gouverneur sortant de la province du Kasaï Occidental, en charge des questions économiques, financières et développement, Cosmos Bope Mingambengele, a exhorté jeudi dernier à Kananga, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la femme,la population Ouest Kasaïenne à dénoncer,  à  protester et à porter plainte contre tout  acte de nature à favoriser les violences et l’impunité des auteurs des actes de violences faites à l’égard des femmes et des jeunes filles. Il a demandé au pouvoir judiciaire, aux autorités politico administratives et coutumières d’user de leurs prérogatives pour punir et sanctionner les récidivistes.

L’autorité provinciale, qui a assisté à un défilé des différentes couches féminines organisé à cette occasion à la place de l’indépendance, a décrié l’ignorance de la loi, l’analphabétisme et l’illettrisme, qui restent, selon lui les causes principales des dérapages observés dans le traitement dégradant de la femme dans la province, affirment que les efforts sont déployés au niveau de la province pour amener cette catégorie de la population à connaître leurs droits.

Cette connaissance leur permettra de les revendiquer et de savoir les défendre, a-t-il déclaré,  pour la promotion d’une R.D Congo digne et prospère où la femme  trouve sa place au sein de la société. M. Bope a par ailleurs remercié le Président de la République,  Joseph Kabila Kabange pour son assiduité au travail, la paix et l’unité nationale retrouvée, après tant d’années de guerre, saluant par la même occasion le nouveau secrétaire général des Nations Unis Ban-ki.Moon pour son élection à ce poste.

Le chef de division provinciale de la condition Féminine,  Kelendende Biaboko, a expliqué pour sa part quelques innovations introduites dans la nouvelle loi sur les violences faites à la femme, indiquant que toute la société doit être interpellée, en impliquant la femme à la recherche des solutions.

Une marche de lutte contre les violences faites à la femme et une course cycliste ont été organisées pour commémorer cette journée à Kananga, grâce à la contribution de la  MONUC (Mission des Nations Unies au Congo) rappelle-t-on.

Contre le silence des femmes violentées.

Mme Mulumba Tshiame, membre du conseil provincial de la femme pour le Kasaï Occidental, à l’issue de la marche de lutte contre les violences faites à la femme, a  condamné le silence  des femmes violentées ainsi que celui de leurs proches, les rendant complice de leurs  bourreau.

La marginalisation, la culpabilisation et le rejet dont la femme est souvent victime doivent être condamnés sous toutes  formes a-t-on ajouté lors de la lecture de la motion lue à cet effet. Elle a invité le pouvoir judiciaire à appliquer la loi dans toute sa rigueur pour punir les auteurs des ces actes. ignoble, afin de redonner à la femme sa véritable place au sein de la société.

Mme Mulumba a invité, à cette occasion, les associations féminines à s’organier dans des structures de solidarité pour conscientiser, et aider la femme à s’assumer pleinement comme actrice dans disparition des violences  faites à la femme.

20.192.188,57 FC déboursés par l’INSS au profit des prestataires de Kananga

Kananga, 15/03 (ACP).- L’Institut National de sécurité sociale (INSS) pour le Kasaï Occidental a déboursé en 2006 de 20.192.188,57 FC au profit de 1042 prestataires de la ville de Kananga, a déclaré le directeur provincial de cette institution, George Kalula Mpiana, à un journaliste de l’ACP.

Cette somme représente les arriérés de l’exercice 2005, a-t-il précisé, avant d’évoquer l’impossibilité pour son institution de payer en même temps les bénéficiaires de l’intérieur de la province suite à l’insuffisance des moyens financier conséquents.

Selon lui, cette carence est due au fait que dans leur majorité, les employeurs locaux ne veulent ni déclarer ni verser les cotisations dont ils sont redevables, vis-à-vis de l’INSS.

Pour le directeur provincial de l’INSS/Kasaï Occidental, le recouvrement forcé constitue la seule voie de sortie en plus de l’éventualité pour la haute hiérarchie de son service d’apporter une contribution positive, dans la mesure où l’institut compte un nombre des bénéficiaires, ceux dont les cotisations avaient été versées dans leurs lieux de travail, à savoir Kilo Moto, Gécamines, Minière de Bakwanga (MIBA).

L’Unicef pour la suppression des frais scolaires

Kananga, 15/03 (ACP).- Le fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) entend  contribuer à la lutte  pour la suppression des frais scolaires et autres y afférents qui empêchent de nombreuses familles d’envoyer leurs jeunes filles à l’école, Il en est de même de l’appui à apporter au développement de la petite enfance au niveau de la Communauté et la protection des filles contre la violence.

Pour l’administrateur adjoint de l’UNICEF ) Nord- Est chargé de suivi et l’évaluation, Samy Kayombo Mukanya, qui l’a déchargé récemment lors des festivités marquant la journée internationale de la femme à Kananga, les jeunes filles qui sont les plus défavorisées et marginalisées doivent disposer d’endroit sûr pour étudier en se défendant sous crainte des violences ou autre service quelconque, a-t-il relevé  Face à la nécessité de parvenir à la  parité entre les deux sexes et mettre fin à la violence dont la femme est souvent victime, a recommandé  Samy Kayombo, la société est appelé à  participé à la remise en question des normes qui défavorisent les jeunes filles et les femmes. 

Avant d’inviter les différentes instances du pays à s’engager dans la protection de la femme afin de lui permettre de participer au développement dans divers domaines. Il a, par ailleurs, estimé qu’aucune politique de promotion du développement de la santé et d’éducation n’est efficace que lorsque le renforcement du pouvoir de l’action de la femme et assuré.

Le représentant de l’UNICEF a condamné en outre les multiples formes des violences qui réduisent et mettent la femme en marge de la société, affirmant que cela est une des formes les plus extrêmes de l’inégalité sociale.

L’autorité provinciale loue l’initiative de la création du CS « Semence Dike »

Le vice-gouverneur sortant en charge de la politique et de l’administration, Diori Ngandu Lukadi qui a visité mardi à Kananga le complexe scolaire « Semence Dike », a loué l’initiative  salutaire de la création de cet établissement scolaire.

Il a félicité son promoteur,  Dike Dikenga, pour les efforts déployés en faveur de l’encadrement de la jeunesse ouest-kasaïenne. L’autorité provinciale du kasai Occidental  a profité pour encourager les élèves à s’appliquer aux études par un travail assidu. Situé au quartier urbain de Mabondo dans la commune de Lukonge à Kananga, le CS « Semence Dike » fonctionne depuis cinq (5) ans, rappelle ton.

  ECONOMIE    

 
 

Le gouvernement de la RDC  réaffirme sa confiance à la Société française d’études et de conseils (SOFRECO)

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Le gouvernement de la République Démocratique du Congo a réaffirmé sa confiance à la Société française d’études et de conseils (SOFRECO) en confirmant le retrait de la décision de la SOFRECO  d’annuler la réalisation du contrat, indique un communiqué parvenu mercredi à l’ACP.

Selon la source, après l’arrêt de travail consécutif à l’annonce de la suspension par la Société française pour la réalisation  études et conseils (SOFRECO) du contrat de l’administrateur - directeur général, M. Paul Fortin, Mme Jeannine Mabunda Lioko, ministre du Portefeuille, ainsi que son collègue des Mines se sont entretenus avec tous les acteurs impliqués dans le dossier en vue de rétablir un climat sain au sein de la Gécamines.

Il a été recommandé aux mandataires des entreprises publiques d’éviter des conflits de type personnel pouvant interférer sur la bonne marche de cette entité économique de l’Etat, note ce document.

Par ailleurs, à l’issue des échanges, une attention particulière devra être l’accordée à l’application stricte du cadre réglementaire et légal régissant les entreprises étatiques, la transparence et la collégialité dans la prise des décisions, meilleure cohésion entre experts expatriés et mandataires congolais, ainsi que la meilleure communication tant au sein de l’entreprise qu’avec la tutelle et les partenaires extérieurs.  

Pour rappel, SOFRECO est une société française d’études et de conseils qui a  signé un contrat avec COPIREP intitulé Service d’assistance technique par la stabilité de l’activité industrielle de la Gécamines.

Reprise des travaux de curage de la rivière Gombe

Kinshasa, 15/03 (ACP).- L’entreprise House construction qui a gagné le marché de curage de la rivière Gombe, à Kinshasa, laquelle traverse les communes de Lingwala et de la Gombe, a repris les travaux depuis samedi, a-t-on constaté sur place. Les travaux dont le coût n’a pas été révélé, sont financés par le gouvernement sur le fonds de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

Ils consistent en l’élargissement de 6 m et en l’approfondissement de 4 m du lit de la rivière en vue de permettre l’évaluation des eaux du collecteur Mushie à l’exitoire naturel qui est la rivière Gombe. Il s’agit également de lutter contre les inondations remarquées lors des grosses pluies dans les quartiers situés aux alentours de la rivière, notamment au camp Lufungula ainsi que les quartiers compris entre les avenues Croix-Rouge et colonel Ebeya, respectivement dans les communes de Kinshasa et de la Gombe.

Les travaux de curage de la rivière Gombe visent sur le plan humanitaire, l’assainissement des milieux d’habitation en vue de préserver la population contre les épidémies.

our parvenir à cet objectif fixé par le gouvernement à l’entreprise House construction, les responsables de cette dernière utilisent la main d’œuvre locale pour le curage manuel et les engins pour le curage mécanique au niveau du petit pont et derrière l’immeuble de Marcel la Fleur.

Le curage concerne également les tronçons compris entre les avenues de l’Armée et des Huileries en passant par Pierre Mulele (ex 24 novembre).

House invite la population à protéger les travaux

Cette entreprise connaît un certain nombre des problèmes liés aux finances, notamment le déblocage des fonds qui a retardé le curage mécanique pendant que les différentes pluies qui se sont abattues sur Kinshasa et qui apportent des matières solides ayant remis en lance les premiers travaux manuels. Pour la préservation du site, l’entreprise appelle l’Hôtel de ville de Kinshasa de sensibiliser la population riveraine à ne pas jeter les immondices solides dans la rivière.

Le ministre des Transports préoccupé par l’assainissement de l’aéroport de N’Djili

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Le ministre des Transports et voies de communications, Remy Henri Kuseyo, tient à assainir l’Aéroport international de N’Djili des services non autorisés pour mettre fin aux tracasseries qui y ont élu domicile.

Il  a rappelé sa détermination, mardi au cours d’une séance de travail avec les responsables des services oeuvrant au sein de cet aéroport, en rappelant les recommandations du gouvernement en ce qui concerne la présence des services non autorisés. Il a précisé que seuls l’OFIDA, la DGM, l’OCC et la    RVA sont autorisés à œuvrer au sein de cet Aéroport. En outre, le ministre des Transports et voies de communications a palpé du doigt les réalités de l’aéroport de N’Djili en visitant le tarmac, le salon VIP, les aérogares ainsi que les bureaux de la Régie des voies aériennes.

Dépôt de  déclaration  des biens par le ministre et le vice-ministre des Transports

Par ailleurs le ministre et le vice ministre des Transports et voies de communications, Remy Henri Kuseyo et Mme Laure Marie Kawanda ont déposé mercredi à la Cour suprême de justice la déclaration de leurs biens.

Le dépôt de la déclaration de leurs biens et avoirs est conforme à l’article 99 de la Constitution qui stipule que toute personne, une fois au pouvoir, doit déclarer ses biens. Cet acte, rappelle-t-on, est significatif pour les ministres et vice-ministres du 1er gouvernement de la 3ème République.

 
  SCIENCE - SANTE    
 

Le feu de brousse ravage le territoire de Yakoma

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le feu de brousse ravage trois secteurs du territoire de Yakoma, dans le district du Nord Ubangi, à l’extrême Nord-Est de la province de l’Equateur, a-t-on appris d’une radio locale captée mercredi à Kinshasa.

Il n’y a ni assistance aux sinistrés, ni action pour arrêter cette calamité qui remonte au mois de février dernier, signale la source, indiquant que le dernier cas date de jeudi dernier où quatre personnes dont une femme ont été surprises par le feu de brousse alors qu’elles étaient en train de malaxer de l’huile de palme.

Les quatre personnes victimes de ce feu sont actuellement admises au Centre de santé de Tungu, à 12 km de la ville de Yakoma pour des soins appropriés, signale la même source révélant que le premier cas de ce phénomène a été enregistré le 19 février dans le secteur Abuzi, au village Bangere. Le bilan fait état de 24 maisons incendiées et 218 personnes sans abris.

Une heure plutôt, le même jour, un autre feu de brousse s’était déclaré dans un village du secteur de Yakoma réduisant en cendre 8 maisons, a-t-on signalé.

1.140 familles nourries du métayage agro-pastoral de l’ONGD COVOCODE

Kinshasa, 15/03 (ACP).- L’ONGD COVOCODE (Corps des volontaires congolais pour le développement) permet à plus de mille familles de survivre grâce à son métayage des poussins, canetons, lapins et porcs, a révélé mercredi à Kinshasa le pasteur Joseph Milamba, responsable de cette structure au cours d’un entretien avec l’ACP.

Pour l’instant, a-t-il précisé, son organisation a servi plus de 880 familles en porcs et lapins, dans les communes de Selembao et Ngaliema, lesquelles en distribuent aux autres personnes intéressées à l’élevage après la reproduction. En outre, a-t-il ajouté, 140 familles qui ont reçu de COVOCODE des poussins en métayage,  gagnent leur pain quotidien et scolarisent leurs enfants en vendant des œufs et poulets. Il a affirmé enfin que 120 familles ont bénéficié de canetons à cette même ONG à travers la capitale.  

Bientôt la sensibilisation des communautés périphériques de Kisangani pour la vaccination

Kisangani, 15/03 (ACP).- Le Programme élargie de vaccination (PEV) va bientôt bénéficier de l’appui de l’Association des communicateurs en santé d’Afrique (ACSA) section de la province Orientale, dans le cadre de la sensibilisation des communautés sur les maladies de l’enfance évitables par la vaccination, a indiqué, le week-end, M. Antoine Makungu, président provincial de cette corporation au cours d’une réunion avec la presse associative (CPA).

A partir de la 2è quinzaine du mois en cours, a-t-il précisé, les membres de l’ACSA de Kisangani s’entretiendront avec les communautés de base pour les inciter à amener leurs enfants de moins de 5 ans à la vaccination de routine.

Il a été également question du nouveau vaccin antigène anti-amarine (VAA) luttant contre la fièvre jaune et du vaccin contre l’hépatite.

Les insuffisances rénales aiguës et chroniques classées parmi les maladies des reins les plus fréquentes

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Les insuffisances rénales aiguës et chroniques sont considérées comme les maladies les plus fréquentes des reins, a déclaré récemment le médecin directeur adjoint aux Cliniques universitaires de Kinshasa, Dr Nseka, au cours de l’émission « question au docteur » sur la RTNC2 captée mardi à Kinshasa.

Dans le cas de la RDC, a précisé le Dr. Nseka, l’insuffisance rénale aiguë a pour agents causales la malaria en tête de peloton ainsi que la fièvre typhoïde. Il y a également d’autres causes à caractère toxiques qui prennent leur source dans certains produits pharmaceutiques indigènes, les plantes médicinales d’ailleurs ainsi que les produits de contraste radiologique.

La déshydratation complète cette liste étant donné la diminution importante  de volume du sang. Dans le cas d’insuffisance rénale aiguë, la maladie est silencieuse, elle se manifeste sous forme d’un accident. En ce qui concerne l’insuffisance rénale chronique, le Dr. Nseka affirme que la maladie est programmée suite au changement de mode de vie.

Ici, souligne-t-il, l’hypertension et le diabète se révèlent être les causes majeures. Il recommande à ceux qui en souffrent de ne pas considérer seulement ces deux maladies, mais de faire examiner leurs reins. Le risque de mourir d’AVC, de crise cardiaque ainsi que d’insuffisance rénale est la conséquence de la non observance des règles sanitaires.

Un dépistage volontaire sur la prise du poids, la tension artérielle, la menstruation du périmètre abdominale, le dosage de la glycémie et sur la recherche de glumine dans les urines est donc souhaité en vue de se préserver contre les maladies des reins, a encore recommandé le Dr. Nseka.

 
  SPORTS    

 
 

Un trio arbitral centrafricain pour le match DCMP – Benfica de Luanda

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Un trio arbitral centrafricain dirigera dimanche au stade des Martyrs le match retour entre le DC Motema Pembe de Kinshasa et la formation angolaise de Benfica de Luanda, dans le cadre des 16ème de finale de la 4ème Coupe de la Confédération africaine de football (CAF).

Ngana Barthélemy sera l’arbitre central, assisté de Ziali Banicolo et Aggas Guy Bertrand, tandis que Iboir Antoine du Congo Brazzaville assumera la fonction de commissaire du match. A l’ aller, Benfica de Luanda avait pris le meilleur sur le DC Motema Pembe sur la marque de 4-1,le samedi 3 mars 2007 au stade Quagueros de la capitale angolaise, rappelle-t-on.

L’AS Veti Club partage (2-2) avec l’US Basilique

Matadi, 15/03 (ACP).- L’AS Veti Club a difficilement partagé avec la jeune formation de l’US Basilique sur le score de 2-2, dans le cadre de la 8ème journée du championnat de l’Entente urbaine de football de Matadi (EUFMAT), en match disputé dimanche au stade Lumumba.

Emaillée d’actes anti-sportifs au point de valoir l’exclusion du libéro de l’AS Veti Club, la rencontre a connu un renversement de situation spectaculaire avec l’égalisation obtenue dans les temps de récupération par le club vert et noir qui était menée 1-2.

Auparavant, le SC Bribano avait enregistré sa première victoire en championnat devant l’OCM, battu par 3-1. Samedi, le SC Amical a contraint le TC Elima au partage 0-0, tandis que le FC Nord Sport 3-2 a eu raison du FC Tonnerre.

Cilu Triomphe 2-0 du FC Canon de Lufu Toto

Par ailleurs, la phase aller du championnat du Cercle sportif de Mbanza Ngungu, dans le district des Cataractes, a démarré dimanche avec la victoire 2-0 du SC CILU de Lukala au FC Canon de Lufu Toto.

Pour sa part, le FC Kolo, représentant de la LIFBACO (Ligue du football du Bas-Congo) aux prochaines éliminatoires de la Coupe du Congo, a battu l’AS Dragons de Mbanza Ngungu sur la marque de 2 buts à 0.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
 

L’arrivée des députés du Kwango sur le terrain à la frontière Angola-RDC remise en cause

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Les députés du Kwango qui ont signé une déclaration sur l’occupation de 11 villages du territoire de Kahemba n’ont jamais été sur le terrain, a-t-on conclu mercredi à l’issue d’un point de presse tenue au siège de l’Institut géographique du Congo (IGC) par le ministre d’Etat chargé de l’Intérieur, de la décentralisation et de la sécurité, Denis Kalume Numbi.

Des explications données à cette occasion par des experts de l’IGC et du cabinet du ministre de l’Intérieur, dépêchés sur le terrain pour vérifier, repérer et localiser les bornes frontalières ont fait apparaître une nette contradiction entre la déclaration des députés du Kwango et les données ramenées par la mission technique et réaffirmées par la déclaration, à Kinshasa, du ministre angolais de l’Intérieur, Joao Bernado Do Miranda.

M. Denis Kalume Numbi a expliqué que parler d’une occupation du territoire équivaut, en termes militaires, à une déclaration de guerre. Et cette décision qui doit permettre la mobilisation des troupes ne doit pas être prise à la légère.

Une délégation à Kahemba jeudi

Le ministère d’Etat a annoncé qu’une mission composée de membres de tous les ministères impliqués dans cette question ainsi que des députés et des journalistes doit se rendre ce jeudi à la frontière congolo-angolaise.

Selon toute vraisemblance, tout ce qui a été dit sur l’occupation du territoire congolais à Kahemba par les forces de police angolaise fait partie de la « manipulation » et d’une « instrumentalisation » des faits à des fins politiques. Le tronçon Kasaï – Kibango, de la frontière entre l’Angola et la République Démocratique du Congo, a 112 bornes dans l’ensemble qui délimitent la frontière.

Les 4 bornes (21, 22, 23 et 24) ont été localisées par des experts congolais et angolais. La réunion de concertation de Kinshasa entre les délégations congolaise et angolaise a conclu à l’inexistence de changement au niveau de la frontière.

Un mécanisme chargé de parcourir les bornes (commission conjointe) sera mis sur pied, des patrouilles mixtes seront organisées le long de la frontière, et la commission mixte sera réactivée.

Ouverture ce jeudi de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La première session ordinaire de l’Assemblée nationale de la première législature de la 3ème République s’ouvre ce jeudi au Palais du peuple avec un calendrier chargé. Le rapporteur de l’Assemblée nationale, Grégoire Katende wa Ndaya Muledi, qui a confirmé mercredi à la presse la tenue de cette session, a fait part d’une réunion préparatoire du bureau de la Chambre basse du Parlement avec les présidents des groupes parlementaires autour du président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe.

La réunion a étudié les modalités pour la réussite de cette session ordinaire qui se tiendra du 15 mars au 15 juin prochain, conformément à la loi, a affirmé le porte-parole de l’Assemblée nationale. A ce propos, le rapporteur a été chargé par la réunion de proposer un calendrier et d’en discuter, dans les meilleurs délais, avec les présidents des groupes parlementaires en vue de son adoption avant la cérémonie d’ouverture.

La réunion a, par ailleurs, discuté de la composition des bureaux des commissions permanentes, essentiellement des modalités d’élection des membres.

A cet effet, trois scenarii ont été proposés au cours de la réunion par le bureau de l’Assemblée nationale, l’opposition et la majorité.

Les trois scenarii ont été soumis aux présidents des groupes parlementaires qui devront trouver un compromis, a déclaré Katende wa Ndaya, qui a rappelé la vision du président Kamerhe et du bureau de voir l’opposition incluse dans la composition des bureaux des commissions permanentes.

Une session de tous les enjeux

Le rapporteur de l’Assemblée nationale qualifie la session qui s’ouvre ce jeudi d’assises de tous les enjeux, en raison notamment des matières qui y seront examinées.

Parmi celles-ci des priorités législatives comme la loi portant crédits provisoires de l’Etat, la loi portant statut de l’opposition, l’élection des bureaux des commissions permanentes avec l’inclusion de l’opposition, la validation des mandats.

La question des conflits persistant dans certains coins du pays pourrait également figurer au calendrier de la session de mars.

Pour l’inscription de la question de réconciliation au calendrier de la session ordinaire de l’Assemblée nationale

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le président de la Commission Vérité et réconciliation (CVR), Mgr Jean-Luc Kuye Ndondo, a proposé mercredi au président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, l’inscription au calendrier de la session de mars de la Chambre basse du Parlement la question de réconciliation des Congolais.

Il a souligné à la presse qu’il existe encore des situations de conflits dans le pays, notamment dans le Bas-Congo, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, ainsi qu’en Ituri et dans la province Orientale, pour lesquelles il faut réconcilier les Congolais. La CVR est l’une des commissions citoyennes créées par l’Accord global et inclusif pour appuyer la démocratie pendant la période de transition.

Les responsables de cette commission appellent à la mise en place d’une structure qui jouerait son rôle, en raison de la persistance des conflits après les élections.

Le rapatriement des groupes armés étrangers évoqué au ministère de l’Intégration régionale

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le désarmement, la démobilisation et le rapatriement des groupes armés étrangers ont constitué le menu de l’entretien entre le ministre à l’Intégration régionale, Ignace Gata Mavita, en début de la semaine avec le directeur chargé du désarmement, de la démobilisation, du rapatriement, de la réinsertion et de la réinstallation (DDRRR/MONUC, M. Peter Swarbrick, rapporte un communiqué de ce ministère remis mercredi à l’ACP.

L’hôte de Gata Mavita a déclaré avoir rassuré le ministre de l’assistance de la MONUC, du gouvernement congolais et rwandais pour résoudre ce problème. Pour M. Peter Swarbrick, le problème est surtout pour les Congolais que pour les rwandais parce que, a-t-il expliqué, c’est contre la population civile congolaise que les combattants étrangers sont un fléau qui brutalise la société.

Il a précisé que le message que la MONUC adresse à ces combattants est celui de « partir le plus rapidement possible chez eux ».

Selon lui, la MONUC doit faire tout son possible pour assister le gouvernement congolais à résoudre ce problème des combattants étrangers sur son territoire.

Le ministre à l’Intégration régionale, a confirmé à son interlocuteur de la volonté du gouvernement congolais de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement rwandais pour trouver une solution durable à ce différend.

Faisant l’état des lieux sur le terrain, M. Swarbrick a fait savoir que la Mission onusienne en RDC a déjà réduit de 50 % le nombre des combattants étrangers sur le sol congolais.

Depuis le début des opérations de la MONUC en 2002 en RDC, a-t-il dit, elle a réduit le chiffre de 18.000 combattants à 8.000 dont la plupart étaient ressortissants de la province du Nord-Kivu. La MONUC a pris mandat du Conseil de sécurité des Nations Unis notamment de poursuivre le volontariat, a indiqué le directeur du DDRRR/MONUC.

4.422 réfugiés angolais vulnérables rapatriés dans leur pays

Kinshasa, 15/03 (ACP).-4.422 réfugiés angolais vulnérables habitant dans la province du Bas-Congo ont été rapatriés dans leur pays, aux bons soins du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au 14 mars 2007, indique un communiqué de cette agence du système des Nations Unies remis mercredi à l’ACP.

Le communiqué précise que ces réfugiés ont été évacués en 81 vols depuis le 18 décembre 2006, l’avion affrété à cette opération étant d’une capacité maximale de 50 passagers et effectuant trois à quatre rotations par jour pour rapatrier 150 à 200 réfugiés.

Selon la source, cette opération ne concerne que les réfugiés angolais vulnérables recensés au cours d’un exercice d’enregistrement effectué vers fin 2005 et début 2006 dans la province du Bas-Congo.

L’option aérienne a été préférée aux routes devenues impraticables du fait du mauvais état des ponts ainsi que la saison pluvieuse, particulièrement pour les réfugiés devant se rendre à Mbanza-Kongo, Uige, Bengo et Huambo, dit-on au HCR, avant de préciser que le retour des réfugiés angolais vulnérables installés spontanément au Bas-Congo avait commencé par voie terrestre, au début du mois d’octobre 2006, avec six convois de 922 réfugiés organisés vers la province angolaise Do Zaïre.

Quant aux réfugiés qui doivent se rendre à des destinations autres que les villes ci-haut énumérées, ils reçoivent cinquante dollars pour le transport vers la destination finale.

La MONUC dénonce les enlèvements des civils dans la province du Sud-Kivu

Kinshasa, 15/03 (ACP).-La Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) dénonce les enlèvements massifs des civils et le meurtre d’un d’entre eux dans la région de la forêt, à Nindya, dans le Sud-Kivu, a annoncé mercredi le lieutenant-colonel Didier Rancher, porte-parole militaire de la MONUC.

Selon Didier Rancher, onze personnes ont été enlevées au village Buchunda, à 20 km au Nord-Ouest de Walungu, onze autre au village Chisaza, et sept personnes à Irege entre le 7 et le 12 mars dernier. Pour lutter contre ce fléau et retrouver les personnes portées disparues, précise la source, la MONUC a intensifié ses actions militaires, notamment les patrouilles et les vols de reconnaissances aériennes. D’autres mesures militaires actives vont encore être prises dans les jours qui viennent pour arrêter les auteurs et les empêcher de récidiver.

Par ailleurs, au Katanga, la MONUC continue à attendre le démarrage du processus officiel de brassage au camp de Kamina, où 2.474 hommes sont regroupés et prêts à être brassés.

La MONUC déplore, par ailleurs, les accrochages qui ont eu lieu dernièrement au Nord-Kivu, vers Kabudenho, à 12 km au Nord-Ouest de Nyamilima.

Ces incidents armés à répétition ont fait fuir des milliers d’habitants du territoire de Rutshuru et constituent donc une préoccupation pour la MONUC, signale-t-on.

Près de dix mille déplacés dans le Nord-Kivu

Kinshasa, 15/03 (ACP).-L’administrateur du teritoire de Buramba, à 47 km au Nord de Ruthsuru, a affirmé que près de 10.000 (dix mille) personnes ont fui leurs villages respectifs en direction des localités de Kisharo et de Nyamilima, suite aux combats qui ont opposé dernièrement la brigade Bravo des FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo) à des éléments des FDLR (Front de libération du Rwanda), a indiqué mercredi à la presse Jean-Tobie Okala, porte-parole adjoint de la MONUC.

Selon Jean-Tobie,  ces déplacés s’ajoutent aux 39.000 précédemment répertoriés dans cette zone, fuyant les affrontements de ces dernières semaines. Ils sont hébergés dans des écoles, églises et familles d’accueil.

La section des affaires civiles de la MONUC, a-t-il dit, a rencontré la semaine dernière, dans le territoire de Nyamilima, l’administrateur de ce territoire qui lui a stigmatisé des risques encourus quotidiennement par les populations civiles, notamment pour accéder à leurs champs.

Huit (8) corps de civils ont été retrouvés sans vie, dans les environs de Nyamilima par les éléments de la Croix-Rouge nationale.

6.000 expulsés d’Angola dénombrés au Kasaï Oriental

Par ailleurs, au Kasaï Oriental, le nombre des Congolais expulsés d’Angola au cours des deux derniers mois s’élève désormais à six mille (6.000), selon les évaluations menées par les ONG et la section des affaires civiles de la MONUC.

Une autre mission d’évaluation est en perspective pour Kasongo, à 600 km au Sud de la province du Bandundu, pour recueillir des informations complémentaires sur les besoins des 37.000 Congolais expulsés d’Angola et qui ont trouvé refuge dans la province, rapporte-t-on à la MONUC.

Le Haut Commissariat des réfugiés a consacré sa revue n° 145 à la RDC

Kinshasa, 15/03 (ACP).-Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) décrit dans sa revue n° 145-2007 la RDC comme un pays aux paradoxes tragiques : immenses avec d’énormes problèmes, l’un des plus riches d’Afrique, mais aussi des plus pauvres de la planète avec un indice de développement humain qui le situe au 167ème rang mondial sur 177 pays répertoriés. Selon la revue du HCR, l’immensité de la RDC lui donne l’avantage de disposer du plus vaste patrimoine forestier du continent.

Son sous-sol, scandaleux, recèle 50 à 80 % de réserves mondiales des principaux minerais. Mais en dépit de cette situation, le pays reste toujours classé parmi les PPTE (Pays pauvres très endettés). Les deux guerres entre 1996 et 2003 ont entraîné des mouvements croisés des populations, soit 1.269 déplacés et 43.100 réfugiés en 2006.

Sur le plan politique, l’aboutissement du processus démocratique à l’organisation des élections est estimé comme un progrès remarquable par le HCR. Ces deux grandes étapes étant franchies, la revue s’interroge si la RDC peut tourner la page.

Les syndicalistes de la FOSYCO invités à réfléchir sur les investissements en matière de mines et énergie

Kinshasa, 15/03 (ACP).-M. Gabriel Francis Ntambala, président de la Force syndicale congolaise (FOSYCO) et de la Fédération syndicale des mines et de l’énergie, a exhorté mercredi au Centre Bondeko (Limete) les syndicalistes à réfléchir sur les lois organisant les investissements en RDC, dans les domaines des mines et de l’énergie.

M. Ntambala l’a déclaré aux 41 membres de son syndicat venus des provinces du Kasaï Oriental, du Katanga et de Kinshasa, dans le cadre des « Journées ouvrières des réflexions minières et énergétiques, prévues du 14 au 17 mars 2007 ».

Il leur a demandé également de découvrir les causes des défections des sociétés étatiques installées en RDC depuis longtemps. Il leur a, en outre, proposé de comprendre le paradoxe qui existe entre une entreprise dirigée par des nationaux et les non-Congolais, surtout en matière de non-paiement ou paiement des salaires et primes, faisant allusion aux situations actuelles à la GECAMINES (Générale des carrières et des mines) et à la MIBA (Minière de Bakwanga) où l’on enregistre de telles plaintes.

Les travaux de ces assises, selon son souhait, doivent s’inscrire dans le cadre de l’information et de la formation pour une contribution au dialogue social nécessaire dans les rapports du travail.

De son côté, Jean-François, de nationalité française, délégué de l’Organisation internationale de l’énergie et des mines, en séjour à Kinshasa, a mis l’accent sur le rôle et la place des syndicalistes dans la reconstruction du pays, tandis que Jean-Jacques Guigon, de même nationalité, chargé de « Mission Afrique/Espace Europe international » à la Confédération générale du travail (CGT), a indiqué que la République Démocratique du Congo ne se relèvera que si, entre autres, elle maîtrisera dans la transparence, l’honnêteté et la démocratie, tout ce que contient son sous-sol.

M. Pierre Ekouatsanga de l’Organisation des syndicats de l’énergie et des mines de l’Afrique centrale était présent à ces travaux qui se tiennent à huis clos.

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une femme mord son mari pour ne lui avoir pas offert le pagne du 8 mars

Beni (Nord-Kivu), 15/03 (ACP).-  Un homme dont l’âge et le nom n’ont pas été révélés a été mordu jeudi dernier à la joue gauche par son épouse, au quartier Kasabinyole à Beni, dans la province du Nord-Kivu, pour ne lui avoir pas offert le pagne du 8 mars, Journée internationale dédiée à la femme, a rapporté une radio locale.

Selon la source, c’est au terme d’une dispute liée au pagne du jour que cette femme s’est jetée sur son mari jusqu’à le projeter au sol avant de le mordre.  La même source précise que l’homme a pu s’en tirer, grâce aux voisins venus à son secours, alertés par ses cris de détresse.

L’infortuné a été acheminé immédiatement dans un centre hospitalier le plus proche où l’on indique que la plaie évolue positivement. Selon les voisins, ce couple vit en paix depuis vingt ans.

Une présumée sorcière battue à mort à Makala

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Une femme, la cinquantaine révolue, et non autrement identifiée, a été battue à mort, mardi, par des membres d’une famille l’accusant de sorcière dans la commune de Makala, a-t-on appris mercredi d’une source proche de cette famille. Selon la source, cette femme a été accusée d’être à l’origine de la mort d’une jeune fille de 20 ans, de suite d’une courte maladie.

La famille   convaincue que leur fille était ensorcelée, a envahie la maison de la présumée sorcière, détruisant et emportant des biens de celle-ci qui a été laissée morte. Les éléments de la police qui sont descendus sur le lieu du drame ont rappelé à la foule des curieux que la loi interdit formellement de se faire justice et plus encore de ne pas faire foi à la sorcellerie.

Pour ce faire, la famille meurtrière est actuellement aux arrêts pour coups et blessures graves et pour avoir soulevé la population, indique-t-on.

 Cambriolage à la paroisse de Tchomba dans le territoire de Rutshuru

Goma, 15/03 (ACP).- Dix hommes en tenue militaire non identifiés ont cambriolé, dans la nuit du vendredi 9 mars dernier, le Couvent de la paroisse catholique de Tchomba, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, sur la route de Bunagana, localité frontalière de l’Ouganda.

Après avoir ligoté les occupants et tiré sur l’abbé Richard, curé de ladite paroisse, les hommes en armes se sont emparé des téléphones mobiles, d’autres objets de valeur et une importante somme d’argent non déterminée, avant de se volatiliser dans la nature.

Le curé a été emmené à l’hôpital de Rwanguba pour être transféré successivement à l’hôpital de référence DOCS  de Goma, ensuite à l’hôpital Roi Faycal de Kigali au Rwanda, où son état de santé est critique, apprend-t-on des chrétiens de la paroisse.

La Coopération technique belge projette de fournir l’eau potable  à Mbuji-Mayi

Mbuji-Mayi, 15/03 (ACP).- La Coopération technique belge (CTB) projette de fournir l’eau potable dans un court délai, dans les quartiers Nyongolo, Lubilanji II et Lumu dans la commune de la Kanshi, à Mbuji-Mayi, au Kasaï Oriental, à confié mercredi à l’ACP,  M. Ahmed, coordonnateur de cet organisme belge.

Ces travaux qui seront entièrement financés par l’initiateur, seront très prochainement exécutés par le même organisme qui se préoccupe du bien être social de la population de cette partie de la ville de Mbuji-Mayi. Le coût et la durée desdits travaux n’ont pas été révélés à l’ACP. La ville de Mbuji-Mayi connaît actuellement d’énormes difficultés dans l’approvisionnement en eau potable, rappelle-t-on.

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 

Le devoir de solidarité envers les confrères rappelé aux journalistes du Bas-Congo

Matadi, 15/03 (ACP).- Les journalistes du Bas-Congo ont été exhortés à observer un devoir de solidarité les uns à l’égard des autres par le coordonnateur provincial de la HAM (Haute autorité des médias) /Bas-Congo, Etienne Kusengumuna Teka Butuka, au cours d ‘une réunion  tenue jeudi à leur intention, au siège de cette institution d’appui à la démocratie, dans la commune de Matadi, ville du même nom.

Dans sa communication, le coordinateur provincial de la HAM a fustigé le silence de la presse du Bas-Congo dans le cas du journaliste Popol Ntula, représentant du journal la Cité Africaine à Boma, qui vient d’écoper une peine de 3 mois de prison ferme assortie du paiement de 5.000 dollars US au titre de  (Dommages – intérêts), pour avoir publié dans son organe deux articles dénonçant des malversations financières à la DGI/Boma.

Par la même occasion, Etienne Kusengumuna a rappelé aux journalistes leur responsabilité dans le traitement de l’information. « Vous devez veiller au respect de la dignité et de l’honneur des individus », a souligné le coordonnateur de la HAM/Bas-Congo, avant de conseiller la prudence aux professionnels des médias, compte tenu, a-t-il dit, du nouveau paysage politique en gestation dans la province.

« Ne vous laissez pas manipuler par le politiciens pour de l’argent », a-t-il lancé, faisant allusion au « coupage » tant décrié qui, a-t-il soutenu, avilit la profession. Sur un autre registre, Etienne Kusengumuna a condamné la pratique du « décrochage » à laquelle se livre encore quelques chaînes de radio et de télévision dans la province.

Il a cité le cas récent de RAGA TV, qui émettant de Kinshasa, se permet d’injecter dans sa grille des programmes des émissions « pirates » à l’intention des téléspectateurs du Bas-Congo. Le coordonnateur de la HAM/Bas-Congo a condamné cette pratique, rappelant aux responsables de chaînes de radio de TV de déposer auprès de la HAM la grille de leurs programmes  qu’ils sont tenus de respecter.

L’Assemblée provinciale du Nord-Kivu dépourvue de bureau

Goma, 15/03 (ACP).- Le bureau de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu installé depuis le 14 janvier dernier connaît une difficulté pour son fonctionnement  faute d’un bureau et d’une salle de réunion. D’après le constat fait par l’ACP, cette institution du Nord-Kivu a difficile  à accomplir  sa mission parce que les honorables députés se placent sur quelques chaises pour apprêter leurs dossiers  dans un petit local en annexe situé dans le somptueux bâtiment de la banque de développement économique de la région de grands lacs (BDEGL).

Selon les sources dignes, le questeur et autres commissions prestent dans le couloir de ce bâtiment sous l’œil curieux des agents des grandes entreprises privées qui convoitent cet immeuble.

Face à cette situation peu acceptable au décollage d’un nouveau paysage politique de nouvelles institutions élues démocratiquement en RDC, les députés provinciaux du Nord-Kivu appellent le gouvernement à faire mieux pour permettre aux élus du peuple de s’acquitter de leur mission.

Nomination du directeur de cabinet du gouverneur du Nord-Kivu

M. Julien Paluku kahongya, gouverneur du Nord-Kivu a nommé Kisangani Endanda, par arrêté provincial du 10 mars en qualité de directeur de cabinet du gouvernorat en remplacement de M. Dénis Ntare Semandwinga alors directeur de cabinet de l’équipe sortante.

Abordé par la presse, le nouveau directeur de cabinet du gouverneur a promis de mettre son savoir au profit de la population en sa qualité  de professeur ordinaire avant de solliciter l’appui de la population au chef de l’exécutif provincial afin de réaliser les 5 chantiers du Président de la République.

Les trois axes   pour  la reconstruction    du Nord-Kivu    expliqués  à la presse

Goma, 15/03 (ACP).  M. Julien Paluku  Kahongya , gouverneur élu du  Nord-Kivu a, au cours  de la cérémonie  de remise  et reprise avec son  prédécesseur   Eugène  Serufuli, a révélé à  la presse locale  sur sa vision politique, pendant son  mandat par rapport à la reconstruction et au  développement  de la province.

Le gouverneur élu a indiqué  que les axes sur lesquels il va s’atteler  en faveur  de la  reconstruction  de la  province c’est d’amener la population   du Nord-Kivu à la  cohabitation  pacifique, à  s’impliquer  dans  la restauration de la paix  et la sécurité   de leur province, à l’amour  de l’autre, à l’entente  mutuelle, au travail et à l’honnêteté qui présentent,  a-t-il précisé  les clés sans lesquels  la reconstruction et le développement  de la province  resteront un rêve. Il a, en outre,  indiqué que la sécurité en  Nord-Kivu n’est pas impossible et cela nécessite  simplement l’implication  de tous les Nord- Kivutiens   et surtout  de la  presse  qui  a la  mission  de  jouer un  rôle  remarquable  de  sensibilisation  des masses à la cohabitation  pacifique et au travail  digne.

C’est à ce titre  que le gouverneur  Paluku  a appelé ses interlocuteurs à faire  de même  pour leur province  spécifiquement  sur le plan   sécuritaire  présentant un signe  fort d’attirer  les  investisseurs extérieurs dans la  perspective  de lutter contre  le chômage.

Séminaire de formation des magistrats militaires du Katanga

Lubumbashi, 15/03 (ACP)- Un séminaire de formation des magistrats militaires s'est tenu du 8 au 10 mars dernier au Noviciat sainte Thérèse de l'Enfant Jésus situé sur la route de Kafubu à Lubumbashi. Organisé par la MONUC et la Haute Cour militaire avec le concours du gouvernement canadien et l'assistance du PNUD et l'AID (Association internationale des accords de la défense), ce séminaire a connu la participation de 40  personnes dont 7 avocats, venues de tous les coins de la province du Katanga. 

Six modules étaient inscrits au programme de ces assises et comprenaient le droit judiciaire militaire, la déontologie du magistrat, les violences sexuelles, la coopération avec la Cour pénale internationale etc.

L'objectif visé par les organisateurs de ce séminaire était de mise et remise à niveau des magistrats militaires et la récolte des propositions des magistrats sur les réformes à introduire dans le droit judiciaire militaire en République Démocratique du Congo.

Les formateurs commis à ces assises doivent se rendre aussi dans le Sud-Kivu, la province Orientale, le Maniema, Kinshasa, le Bas-Congo. Une autre équipe formera les magistrats dans les deux Kasaï, de Bandundu, de l'Equateur et le Nord-Kivu.

L'équipe des formateurs ests composée du colonel Nsimba Binyangu, président de la Haute Cour militaire, du colonel Ekofo, président de la Cour militaire de Kin/Gombe et du lieutenant colonel Freddy Mukendi, 1er président de la Cour militaire de l'Equateur.

 

Le vice-ministre à l’Agriculture pour une administration de développement

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Le vice-ministre à l’Agriculture, pêche et élevage, Gentiny Ngobila Mbaka, s’est engagé mercredi, au cours d’une prise de contacts avec les directeurs et coordonnateurs des services nationaux du ministère, à œuvrer pour une administration de développement performante dans l’encadrement des paysans dans leur rôle de producteurs.

M. Ngobila Mbaka s’est dit confiant en l’avenir d’autant plus que son ministère demeure une priorité du gouvernement et occupe, à cet effet, une place de choix en son sein. Il s’est dit persuadé que la gestion des ressources humaines dans ce secteur économique du pays nécessite une motivation adéquate tant du personnel administratif que des professionnels de l’agriculture. Tous ensemble pour assurer la sécurité alimentaire aux Congolais, a-t-il déclaré en soulignant qu’il est établi que 73 % de la population rurale vit de l’agriculture et se trouve en état de pauvreté avancée.

Pour le numéro deux de l’Agriculture, le secteur de l’agriculture demeure une source inestimable de revenus et d’emplois qu’il faut réhabiliter. Il a, à cette occasion, loué la vision constructive du Chef de l’Etat, Joseph Kabila d’oeuvrer dans le sens du bien-être collectif, depuis son avènement au pouvoir.

Auparavant, le secrétaire général à l’Agriculture, Ali Ramazani, a fait l’état des lieux de son administration qui est confrontée à des difficultés énormes.

Il s’agit notamment de l’absence des frais de fonctionnement, du manque du matériel de bureau, du manque de locaux. Le vice-ministre et les directeurs des services nationaux ont convenu de réfléchir ensemble sur les pistes de solutions aux problèmes qui défient le secteur agricole et d’envisager des voies et moyens de mettre au travail la population congolaise dans des conditions économiques rentables.

Les investisseurs en télécommunications invités à s’impliquer dans le développement de la RDC

Kinshasa, 15/03 (ACP).- Le ministre des Postes, téléphones et télécommunications (PTT), Kyamusoke Bamusulanga Cyprien, a appelé les investisseurs de télécommunications à s’impliquer davantage dans le développement de ce secteur en RDC.

C’est ce qui ressort de l’entretien qu’il a eu, mercredi dans son cabinet, avec la délégation des investisseurs en télécommunications en RDC. Le ministre a rassuré ses interlocuteurs que le gouvernement est déterminé à tout mettre  en œuvre pour sécuriser le secteur. Pour lui, le secteur de télécommunications est en train de prendre de l’ampleur et génère aujourd’hui beaucoup de recettes et nécessite une participation active au programme d’action du ministère des PTT.

M. Kyamusoke a appelé les exploitants de ce secteur à respecter la législation en vigueur en la matière, avant de les inviter à s’acquitter de leurs droits et obligations vis-à-vis de l’Etat congolais. Il a, par ailleurs, invité les investisseurs de ce secteur à une franche collaboration pour qu’ensemble on puisse parvenir à assainir le secteur et que des solutions appropriées soient trouvées à tous les maux qui rongent le domaine de télécommunications.

Enfin, il a annoncé que son ministère s’atèle à élaborer un programme d’action à court, moyen et long termes pour le bon fonctionnement dudit secteur. Une commission mixte sera bientôt mise en place en vue d’aplanir le secteur.

Abordé par la presse, M. Ntumba Bob Matamba, président des investisseurs en télécommunications en République Démocratique du Congo, a fait savoir qu’ils ont évoqué avec le ministre tous les problèmes qui gangrènent ce domaine de télécommunications, notamment le manque de l’organe de régulation viable.

Ils ont en outre fait savoir au ministre que la loi cadre en la matière contient une certaine incohérence.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’information et l’éducation sont des armes contre le SIDA, selon la Fondation M.L.D. Kabila

Kinshasa, 15/03 (ACP). L’information et l’éducation restent les principales armes à utiliser dans la lutte contre le risque de propagation du VIH/SIDA, indique un dépliant du centre d’Information sur le VIH/SIDA de la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila remis mercredi à l’ACP. Selon la source, l’information sensibilise la population et l’incite à connaître la pandémie, à reconnaître son existence dans l’environnement où l’on vit ainsi que l’ampleur de ses dégâts et entraves à l’épanouissement de l’être humain.

Lorsque les gens sont bien informés sur l’impact néfaste de l’épidémie du SIDA, la possibilité pour eux de l’éviter en prenant des décisions de nature à atténuer sa propagation n’est pas exclue, souligne le document.

Le centre d’information sur le SIDA de la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila situé au Rond-point Nelson Mandela, dans la commune de la Gombe poursuit, entre autres objectifs, la mise à disposition de la population une documentation susceptible d’orienter sa conduite sexuelle, l’information des masses sur les modes de propagation, de la prévention du SIDA, la sensibilisation sur les implications socio-économiques désastreuses du SIDA et l’encouragement des populations à connaître leur état sérologique avant de les orienter vers les services de prévention, voire de prise en charge.

Le désenclavement de l’UNIKIN par l’information confié au Projet Backbone

Kinshasa, 15/03 (ACP). Vlaunse Inter universitaire Rod (VLIR) et l’Université de Kinshasa (UNIKIN) viennent de confier au Projet Backbone la mission d’organiser des sessions de formation pour le personnel académique, scientifique, administratif et technique dans le cadre du programme promotion et développement des techniques de l’information et communication (TIC) dans le secteur de l’enseignement et de la recherche, rapporte un communiqué de ce projet remis mercredi à l’ACP.

Selon le communiqué du directeur du projet Backbone, le Pr. Moanda Ndeko, les Objectifs des sessions sont l’initiation et la formation des formateurs aux nouvelles Technologies de l’Information (N.T.I.C.), l’organisation et l’animation des sessions de formation en fonction des demandes et la rédaction des contenus de formation en fonction des groupes cibles.

22,3 % des femmes ignorent la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Kinshasa, 15/03 (ACP).22,3 % des femmes dont l’âge varie entre 15 à 49 ans ignorent que le VIH/SIDA peut être transmis de la mère à l’enfant, notamment pendant la grossesse et à travers le lait maternel affirme le rapport de l’UNICEF et de l’USAID parvenu mercredi à l’ACP. Selon la source, ce pourcentage est prélevé sur un effectif de 12.407 femmes de l’échantillon ciblé sur l’ensemble du pays. L’enquête a pris en compte notamment le milieu de résidence, le niveau de pauvreté, le niveau d’instruction et l’âge de la femme.

En ce qui concerne le milieu de résidence, 80,3 % des femmes vivant en milieu urbain savent que le SIDA peut être transmis de la mère à son enfant, par contre 67,7 % l’ignorent en milieu rural. 58,1 % sont au courant de la transmission du VIH à travers le lait maternel en milieu urbain contre 61,8 % en milieu rural. 53,8 % des femmes résidant en milieu urbain connaissent tous les deux moyens et 15,3 % ne connaissent aucun moyen.

Dans le milieu rural 55,2 % sont au courant que le SIDA peut être transmis durant la grossesse et à travers le lait maternel contre 25,6 % qui ignorent les deux moyens, fait-on remarquer. S’agissant du niveau de pauvreté, sur un effectif de 2.433 femmes, 54 % connaissent tous les deux moyens, tandis que  30,1 % les ignorent et ce, dans la catégorie des plus pauvres.

Sur un effectif de 2652 femmes considérées plus riches, 52,2 % connaissent tous les deux moyens de transmission contre 12,0 % qui les ignorent, affirme la source.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Elonga (AS Veti Club) meilleur buteur à l’issue de la 8ème journée

L’attaquant de pointe de l’AS Veti Club, Elonga, est le meilleur buteur à l’issue de la 8ème journée du championnat de l’EUFMAT, avec 12 réalisations.

Impressionnante ascension de l’US Bankin au championnat de Goma

Goma, 15/03 (ACP).- L’US Bankin affiche depuis peu une impressionnante ascension au championnat de l’Entente urbaine de football de Goma, où les deux géants de la province, à savoir l’AS Kabasha et le DC Virunga, n’arrivent plus à l’écraser comme jadis.

Elle vient de partager 0-0 avec le DC Virunga qui l’a échappé de justesse, à l’occasion de la phase retour. Il est à signaler que Bankin n’a pas encore un encadrement  par rapport aux deux ténors du Nord Kivu qui vont s’empoigner ce dimanche au stade de l’Unité.

L’AS Kabasha de Goma battu 1-2 par l’AS Vita Club de Mbuji-Mayi

Mbuji-Mayi, 15/03 (ACP).- L’AS Kabasha du Nord-Kivu, premier de la poule 4 au deuxième tour du 12ème championnat de la LINAFOOT avec 8 ponts, a succombé,dernièrement au stade Tshikisha à Mbuji-Mayi devant l’AS Vita Club de Mbuji-Mayi par 1-2 en rencontre amicale.

La défaite de l’AS Kabasha est consécutive au fait que ses pions majeurs n’ont pas été alignés. L’AS Vita Club, qui vient d’un stage bloqué à Mwene Ditu, est déterminée à garder dans l’élan pour gagner le championnat de l’Entente urbaine de football de Mbuji-Mayi, et marquer sa présence en Coupe du Congo.

Nyota tombe 25-68 devant Vijana

Kinshasa, 14/03 (ACP).- Nyota est tombé devant Vijana sur la marque de 25 – 68, mardi au stade des Martyrs, en une rencontre comptant pour la 14ème journée du championnat dames de la Ligue provinciale de basket-ball (LIPROBAKIN). Par ailleurs, le match entre Bana Lingwala et Terreur s’est terminé en queue de poisson suite à la rupture de l’anneau de l’un des paniers. ACP/BUM.-

 

 
 
 
 
 
 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |