Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

 Bulletin No BQ-1290  

Date:

08-03-2007
 
 
 NATION
 

Retour du Chef de l’Etat à Kinshasa

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange est rentré   mercredi   après -  midi à Kinshasa, après un séjour de 48 heures à Accra, au Ghana.

Dans la capitale ghanéenne, le Chef de l’Etat a assisté aux manifestations organisées à l’occasion du 50ème anniversaire de l’accession de ce pays à sa souveraineté nationale et internationale. Selon la Radio télévision nationale   congolaise (RTNC), le Chef de l’Etat  a été l’objet d’un accueil fraternel à Accra.

Les vœux de la MONUC aux femmes de la RDC à l’occasion de la journée du 8 mars

Kinshasa, 08/03(ACP).- La mission onusienne souhaite une heureuse année à toutes les femmes de la RDC à l’occasion de la journée internationale de la femme (08 mars), qui a pour thème de « mettre fin à l’impunité relative aux violences faites aux femmes », a indiqué mercredi Mme Amy Smythe, responsable du bureau de la MONUC (Mission de l’ONU au Congo) chargé des questions sexo-spécifiques (genres ou égalité des sexes).

Selon Mme Amy, le bureau « Genre » de la mission onusienne en RDC voudrait rappeler en rapport à ce thème qu’en dépit des progrès réalisés partout dans le monde, la MONUC continue à observer des violations flagrantes des droits de la femme notamment en République Démocratique du Congo.

 Cette journée, a souligné Mme Smythe, offre ainsi l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes dans ce pays et aux décideurs congolais de battre campagne pour des changements socio-économiques et une prise de conscience collective en vue d’éradiquer le syndrome.

 Par ailleurs, en RDC, lorsqu’on parle de violences faites aux femmes, il faut penser nécessairement aux victimes de violences sexuelles, a souligné l’experte de la MONUC, relevant qu’au cours des différents conflits qu’a connus la RDC, des dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles ont été victimes de viols, d’agressions et d’esclavages sexuels commis de manière systématique par les forces combattantes.

 La MONUC appelle, par ailleurs, les autorités congolaises à intensifier la lutte contre toutes les autres formes de violences, quelquefois invisibles, ne laissant pas de traces physiques, notamment les violences domestiques, verbales, psychologiques, sociales, économiques ou même politiques.

Le secrétaire général des Nations Unies pour l’évolution des valeurs positives

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon rappelle, déclare dans un message de vœux à toutes les femmes du monde en général et de la RDC, en particulier, qu’il est de la responsabilité de tous, hommes et femmes, d’œuvrer pour faire évoluer les valeurs et les mentalités positives, rapporte le porte-parole adjoint de la MONUC, Jean-Tobie Okala.

M. Ban Ki-Moon, a souligné M. Tobie Okala, invite les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé à œuvrer en synergie en faveur d’une transformation des relations entre les femmes et les hommes, à tous les niveaux de la société.

Le secrétaire général, conclut le porte-parole de la MONUC, rappelle que la violence contre les femmes et les filles ne recule pas, quels que soient le continent, le  pays  et la culture. « Elle fait des ravages dans la vie des femmes, dans leurs familles et dans la société tout entière. La plupart des sociétés l’interdisent, mais elle continue à sévir trop souvent d’une façon dissimulée ou tacitement admise 

L’UNFPA contre l’impunité face aux violences faites aux femmes

Kinshasa, 08/03(ACP).- La directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Mme Thoraya Ahmed Obaid a indiqué, mercredi dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la femme célébrée cette année sous le thème « mettre fin à l’impunité face aux violences à l’égard de la femme » que l’UNFPA est résolue à agir avec ses partenaires pour combattre la discrimination et la violence à l’égard des femmes et des filles.

Mme Thoraya a, à cette occasion, rendu hommage aux femmes et aux hommes de chaque pays qui exigent la justice, ainsi qu’aux parlements et gouvernements qui prennent des mesures pour lutter contre ce fléau.

 Elle a souligné que si des progrès ont été réalisés dans l’adoption de lois, il est nécessaire de faire beaucoup plus pour garantir leur application et une prise de conscience sur le fait que la violence à l’égard des femmes est inacceptable et ne sera plus tolérée. L’UNFPA, a-t-elle ajouté, continuera à agir au sein du système des Nations Unies et avec les gouvernements et la société civile pour mettre en place des plans d’action nationaux qui préviennent la violence à l’égard des femmes en vue de la promotion des droits humains.

La directrice exécutive de l’UNFPA a également indiqué qu’une fille doit vivre à l’abri de la discrimination et de la violence.

Toutes filles, toutes femmes doivent jouir de chance et de droits égaux quels que soient leurs lieux de naissance.

Espoir permis sur le succès des travaux de la commission mixte belgo-congolaise

Kinshasa, 08/03(ACP).- Les experts de la partie congolaise aux travaux de la grande commission mixte de coopération bilatérale entre la République Démocratique du Congo et la Belgique, ouverts lundi à Kinshasa, ont soutenu mercredi, au cours d’un entretien avec l’ACP, que l’espoir est permis sur le succès des résultats de ces assises.

 « Nous avons cet espoir au regard du bon climat d’entente et de compréhension mutuelle entre les experts des deux pays dans le déroulement des travaux pour lesquels quelques procès-verbaux sont déjà rédigés à la satisfaction de nos délégations respectives », a révélé l’un des experts.

Il a confirmé que le document de base comprenant le PIC (Programme indicatif de coopération) entre Kinshasa et Bruxelles, ne va pas manquer de rencontrer les préoccupations de la population congolaise, du fait que ce document de travail tient compte des orientations formulées par les dirigeants congolais.

Ce document qui prend en compte les cinq chantiers du quinquennat du Président Joseph Kabila et du programme du gouvernement, bénéficie du soutien de la Belgique qui ne cesse de promettre son appui à la RDC au sein de l’UE (Union européenne), de l’OCDI (Organisation de la coopération au développement internationale) et  des institutions financières internationales.

 L’interlocuteur de l’ACP a épinglé un certain nombre de projets qui bénéficient d’une enveloppe financière  belge dans la ville de Kinshasa et dans les provinces du Bas-Congo, du Bandundu, du Nord et du Sud-Kivu, du Katanga et dans la province Orientale. Il a rappelé que la Belgique qui a soutenu les processus de paix et électoral en RDC, prouve par ce geste, sa volonté de renouer sa coopération structurelle avec la RDC.

Le ministre des PTT pour un nouvel élan dans le secteur des postes et télécommunications

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le ministre des Postes, téléphones et télécommunications (PTT), Kyamusoke Bamusalanga, s’engage à remettre le secteur des télécommunications au même diapason que les autres services de l’administration publique générateurs des recettes de l’Etat.

Il s’est exprimé ainsi mercredi, à l’occasion de sa visite de prise de contacts avec les agents de l’administration postale et des télécommunications. A cette occasion, le ministre a fait savoir qu’il place son mandat à la tête des PTT sous le signe de la revalorisation du secteur des télécommunications.

Il s’est dit déterminé à donner un nouvel élan de travail à ce secteur et pour cela, il place l’homme au centre de toute action.

A l’issue de la visite, le ministre Kyamusoke s’est déclaré très déçu et attristé des conditions de travail des agents. Il a assuré que sa première action dans le cadre de sa mission sera de s’atteler à l’amélioration des conditions de travail des agents postaux. Le défi à relever, a dit le ministre, est grand, mais avec la collaboration et la participation de toute l’administration, on peut s’attendre à des résultats satisfaisants.

 M. Kyamusoke a, enfin, exhorté les agents des PTT à la conscience professionnelle, tout en leur rappelant qu’ils ne doivent pas être complaisants devant les anti-valeurs.

Il a, en outre, fait savoir qu’il va accompagner le Chef de l’Etat dans son programme des cinq chantiers pour la refondation de l’Etat.

Les réfugiés congolais de Lukolela réticents au retour au pays

Kinshasa, 08/03(ACP).- Les réfugiés de la République Démocratique du Congo établis à Lukolela, en République du  Congo, se montrent de plus en plus réticents au retour au pays, singulièrement à Mbandaka et dans d’autres centres de la province de l’Equateur.

 Me Rigobert Moupondo Mafundji, secrétaire permanent de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) qui revient d’une mission de 48 heures à Brazzaville, l’a annoncé mercredi à l’ACP. A Brazzaville, Me Moupondo a profité de ses contacts avec son collègue, le responsable de la Commission nationale pour les réfugiés (CNAR), pour évoquer ce dossier des Congolais de Lukolela qui ont changé d’avis pour ne plus regagner le pays.

 Les conditions dans les zones de retour seraient à l’origine de ce volte-face, a estimé Me Moupondo, avant d’annoncer l’envoi dans les tout prochains jours d’une mission conjointe HCR-CNR dans cette partie du Congo/Brazzaville, en vue de sensibiliser « ces filles et fils » de la RDC à regagner la mère-patrie pour participer à sa reconstruction. 42.528 Congolais de la RDC sont réfugiés en République du Congo à ce jour, rappelle-t-on.

Un financement de 50.000 USD du GRET pour la commercialisation des journaux à Kinshasa

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le Groupe d’étude et de recherche en technologie (GRET), une Organisation non gouvernementale (ONG) internationale, s’est engagé, à travers le projet messagerie de la presse du Congo, à financer avec une somme de 50.000 USD (cinquante mille dollars américains) la commercialisation des journaux à Kinshasa.

 Ce projet s’occupera de la distribution et la vente des journaux dans la capitale et stimulera le goût de la lecture aux Congolais et autres personnes, a déclaré le responsable du projet, Jonas Kabuna, soulignant que la messagerie vise la réduction de taux des invendus.

Des analyses et études élaborées sur le terrain démontrent que la presse écrite congolaise accuse actuellement des signes de morosité, contrairement aux années quatre-vingt-dix.

Elle est marquée par l’absence de publications quotidiennes et la prédominance des trihebdomadaires, note le coordonnateur du GRET qui précise que cette organisation veut amener les éditeurs congolais à tirer jusqu’à 17.000 exemplaires par parution comme ce fut le cas il y a 15 à 20 ans.

Le projet messagerie a vu jour en 2006 et  dispose de deux motocyclettes et deux véhicules pour la distribution et pour faciliter les lecteurs à atteindre les journaux au plus tôt possibles.

La MONUC salue la tenue d’un atelier sur le renforcement des capacités des autorités locales à Kindu

Kinshasa, 08/03(ACP).- La MONUC (Mission de l’ONU en République Démocratique du Congo) se dit satisfait de la tenue à Kindu, mercredi et jeudi derniers, de l’atelier sur le renforcement des capacités des autorités locales et de la société civile, organisé par la section des affaires civiles de la MONUC, a affirmé mercredi, Jean-Tobie Okala, son  porte-parole adjoint.

Selon M. Tobie, cet atelier avait pour objectif la vulgarisation et la mise en œuvre du Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) dans la province du Maniema.

 Les travaux ont notamment porté sur l’identification des besoins et le renforcement des capacités des autorités locales et de la société civile,  la collaboration entre les   services  étatiques, la société civile et les agences des   Nations   Unies,  et sur la bonne gouvernance dans le cadre de la décentralisation.

Par ailleurs, dans la province du Nord-Kivu, la section des affaires civiles de la MONUC a mené, le week-end dernier, une mission conjointe pour évaluer les conséquences sur la population civile de la vague d’affrontements en cours entre brigades mixées (Alpha et Bravo) et les éléments de FDLR (Front démocratiques de libération du Rwanda) alliés à des groupes Maï-Maï.

Cette mission s’est d’abord rendue à Nyakakoma,   à 170 km au Nord de Goma, où elle a constaté le retour de plus de la moitié des 6.000 personnes qui avaient quitté la zone en mi-février. Une relative amélioration de la situation sécuritaire a été observée dans cette partie de la province du Nord-Kivu.

L’introduction de l’Education à la vie  dans le programme de l’EPSP, une nécessité

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le directeur du centre de l’Education à la vie, M. Jean-Marie Betu, a estimé mardi, au cours d’une séance d’évaluation des activités du centre, qu’il est impérieux que l’éducation à la vie fasse partie du programme national de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP).

 Pour M. Betu, l’éducation n’a d’importance que lorsque elle produit un changement dans le mental et, par effet d’entraînement, dans le comportement de l’individu. Le centre de l’Education à la vie, une structure intégrée de l’EPSP, joue effectivement ce rôle, a-t-il souligné, notamment en s’efforçant de ramener les comportements égarés des individus, vers les valeurs supérieures et élevées.

Il ne peut y avoir développement, sans éducation, a soutenu le directeur du centre, affirmant de ce fait que devant l’inexistence des valeurs mentales élevées, l’homme s’avoue    aussi   inexistant.

Cela a pour conséquence l’annulation du développement de tout un peuple. Abordant la problématique   de   l’éducation et du  développement dans leurs   aspects   philosophiques, le directeur Betu a relevé le fait que l’homme   congolais refuse sciemment l’éducation,   prenant pour exemple son indifférence aux efforts déployés pour réduire la propagation du VIH/SIDA et autres infections sexuellement transmissibles.

Le centre de l’Education à la vie a une population cible très variée et ses activités portent des fruits, a-t-il fait savoir.

 Atelier de maximisation des recettes de l’OCPT

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le comité de gestion de l’Office congolais des postes et télécommunications (OCPT) se dit déterminé à doter l’office de ses propres moyens.

 C’est en ces termes que s’est exprimé, mercredi, au Centre de formation professionnelle des postes (CNFP), l’administrateur-délégué général de cette entreprise, Wetshi Koy Letshu, à l’occasion de l’ouverture des travaux de l’atelier de maximisation des recettes de cette entreprise.

Au cours de ces assises, a dit M. Wetshi, il sera question de poser le diagnostic qui s’impose, en partant de l’inventaire de l’assiette des recettes, de l’évaluation des moyens de production, afin d’arrêter des stratégies communes de maximisation des recettes de l’entreprise.

 Le présent forum, a-t-il déclaré, a pour objectif de sensibiliser et de motiver les centres de production des recettes de l’office à maximiser les recettes,  fixer les objectifs à atteindre expliquer en détail le processus de production et de résolution d’éventuelles failles.

La réalisation des objectifs, a par ailleurs, indiqué l’ADG Wetshi, permettra à son office de  disposer d’une production abondante et d’un encadrement de bon aloi des recettes de l’entreprise. Les conclusions de ces assises seront érigées sous forme de mode opérationnel de production et de gestion de recettes de l’OCPT.

Deux cent cinquante-huit Maï-Maï se rendent aux FARDC à Kanyabayonga

Kinshasa, 08/03(ACP).- Un groupe de deux cent cinquante-huit (258) Maï-Maï, cadres de l’ancienne milice du commandant Jackson, se sont rendus aux Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à Kanyabayonga, dans le Nord-Kivu, a annoncé mercredi, le lieutenant-colonel Didier Rancher, porte-parole militaire de la MONUC (Mission de l’ONU au Congo), au cours d’une conférence de presse.

Selon le porte-parole militaire, l’aide de la brigade Nord-Kivu de la MONUC a permis la sécurisation et leur transport vers le camp de Rumangabo, avant d’intégrer le processus de brassage. Au total, 370 Maï-Maï cadres ont rejoint, cette semaine, les différents points de regroupement.

 Le porte-parole a, par ailleurs, précisé au cours de cette conférence de presse que Peter Karim a repoussé l’envoi d’un second groupe de 130 miliciens pour le processus de désarmement (DDR) à samedi prochain.

Il demande en effet la création d’un couloir sécurisé entre Bodu et Libi, en Ituri, en province Orientale.

Par ailleurs, la situation continue à se détériorer autour de Nyamilima et sur l’axe Nyamilima – Ishasha, à 150 km au Nord-Ouest de Goma, où les opérations lancées par la brigade Alpha contre les factions FDLR ont conduit 39.000 personnes à fuir à destination principalement des centres de Kiwanga, Kinyandoni et Ngwenda et donnent lieu à des harcèlements incessants à l’encontre des civiles.

La MONUC déplore l’attaque et la prise en otage le 4 mars dernier par un groupe d’ex-combattants, à Sru, en Ituri, de deux camions, appartenant à une ONG partenaire de la MONUC, qui transportaient 12 tonnes de kits de démobilisation. Ce matériel devait être acheminé à Bunia et servir à la démobilisation de 500 ex-combattants, rappelle-t-on.

L’USAID réaffirme son appui au Parlement congolais

Kinshasa, 08/03(ACP).- L’Agence américaine pour le développement international (USAID) va continuer à appuyer le Parlement congolais, particulièrement l’Assemblée nationale et les Assemblées provinciales, a réaffirmé, mercredi, Mme Kaya Adams, à l’issue d’une audience chez le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Christophe Lutundula Apala Pene Apala. Mme Adams a dit être venue planifier cet appui avec le premier vice-président de l’Assemblée nationale, indiquant que l’aide de son agence portera essentiellement sur la formation des députés, notamment sur le rôle d’un député.

Il portera également sur les méthodes de contrôle de l’exécutif (gouvernement). « Nous attendons la mise en place de la Commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) avec laquelle nous avons toujours travaillé », a déclaré Mme Adams qui a insisté sur la formation de nouveaux élus. Par ailleurs, le premier vice-président Lutundula a reçu une délégation des députés du district du Kwango,   dans le province du Bandundu.

Il a évoqué    avec   eux  la situation à Kahemba où, selon plusieurs sources, des militaires angolais auraient hissé le drapeau angolais dans plusieurs villages de ce territoire frontalier avec la République d’Angola.

 
 
 SOCIETE      
 

Ouverture par le Fonds Social de la République Démocratique du Congo d’une session du comité consultatif provincial de Kinshasa

Kinshasa, 08/03(ACP)._ Le chef d’antenne provincial du Fonds Social de la République Démocratique du Congo (FSRDC) pour la ville de Kinshasa, Claude N’koya a ouvert mardi au centre Bondeko de Limete, la session du Comité consultatif provincial de Kinshasa (CCP), une structure de concertation entre tous les partenaires de développement jouant un rôle purement consultatif pour les projets à financer par le FSRDC.

Selon M. N’koya, cette session de deux jours regroupe tous les responsables des structures concernés par les projets communautaires en vue d’obtenir des airs consultatifs des membres du CCP concernant leurs différents projets communautaires de développement que compte réaliser le FSRD/Kinshasa.

 Le FSRDC, a-t-il indiqué, finance les projets communautaires qu’elle évalue en se référant notamment aux acteurs sociaux de développement, aux chefs des divisions urbains de certains ministères qu’il réunit, afin d’obtenir de ses membres des avis consultatifs et d’assurer que leurs activités s’insèrent effectivement dans les politiques sectorielles de développement de la ville de Kinshasa.

Animée tour à tour par les responsables du FSRDC/Kinshasa, ce comité consultatif provincial vérifie si les projets envisagés sont des priorités régionales en conformité avec les politiques régionales et les stratégies sectorielles.

De son côté, M. Toussaint Kapuku, bourgmestre de la commune de Masina, s’est réjoui de l’organisation de cette session, laquelle a-t- il noté, aura à avaliser les projets communautaires faisant l’objet de besoins réels pour la ville de Kinshasa, tendant améliorer les conditions de vie de la population et assurer le développement de chacune des communes.

Créé en 2002, le FSRDC est une institution à caractère social dotée d’une personnalité juridique ayant pour mission de contribuer à l’effort de reconstruction de la RDC au moyen de la réhabilitation et reconstruction des infrastructures de base.

 

  PROVINCES    

 
 

l'Association «Bana Matadi pour le développement» félicite le President Joseph Kabila

Matadi, 08/03 (ACP).- L'Association « Bana Matadi pour le développement» a adressé un message de félicitations au Président de la République, Joseph Kabila Kabange, pour avoir signé l'ordonnance d'investiture MM. Simon Mbatshi Batshia et Déo Nkusu Kunzi, en qualité respectivement de gouverneur et vice-gouverneur élus du Bas-Congo. Dans ce même message qui porte la signature de M. Bernard Bongo Nketani, président de cette structure, les membres de cette association ont pris l'engagement d'accompagner le Président Kabila pour la réussite de ses cinq chantiers.

Soutien au Gouverneur Simon    Batshi Batshia

Par ailleurs, les membres de cette association vouée au développement de la ville de Matadi ont exprimé, dans un autre message, leur soutien, au gouverneur Simon Mbatshi pour la réussite de son mandat à la tête de la province du Bas-Congo.

 Dans ce message, ils ont qualifié le nouveau gouverneur du Bas-Congo de « rassembleur du peuple Ne Kongo », faisant ainsi allusion à sa volonté de travailler en harmonie avec tout le monde, sans discrimination politique, ethnique ou religieuse.

Tout en louant son sens élevé de management et son ouverture au monde des affaires, deux atouts majeurs susceptibles d'attirer des investisseurs étrangers, l'association «Bana Matadi pour le développement» exhorte la population à se ranger derrière le chef de l'Exécutif provincial du Bas-Congo comme un seul homme pour le développement de la province.

200.000 $ pour le renforcement des capacités des pécheurs au Bas-Congo

Matadi, 08/03 (ACP).- Le BCCO (Bureau central de coordination) a débloqué deux cent mille dollars américains (200.000 $) pour l'achat des intrants en faveur des pêcheurs sur la côte de l'océan Atlantique, dans le territoire de Muanda, au Bas-Congo (Ouest de la République Démocratique du Congo), pour une production accrue de poissons, en vue de garantir l'autosuffisance alimentaire de la population.

 M. Martin Lukaya, chargé du projet agriculture au BCCO, qu'accompagnait M. Gaspard Kabongo, chef de division programme dans le même organisme, qui l'a annoncé le week-end à la presse au sortir de l'audience que lui a accordée le gouverneur sortant Jacques Mbadu Nsitu, a souligné qu'il était venu au Bas-Congo évaluer la réalisation des divers projets du développement communautaire financés par le BCCO dans cette province.

 Les sites de Kimuabi, en amont de la cité de Muanda sur le fleuve Congo, et Siamfumu sur la côte Atlantique constituent la première étape de sa mission, où il se rendra compte de la restitution des travaux du séminaire de formation des pêcheurs- leaders à leurs homologues du coin, dans le cadre du renforcement des capacités des paysans- pêcheurs. Le développement de l'agriculture considéré à juste titre comme la clé de tout développement, retiendra également l'attention des membres de cette mission, eu égard aux potentialités et à la fertilité du sol sur l'ensemble du territoire du Bas-Congo réputé grenier agricole de la RDC.

Organisation de patrouilles mixtes PNC-MONUC dans la ville de Matadi

Matadi, 08/03 (ACP).- Le commandant de la gendarmerie de la MONUC, arrivé dernièrement à Matadi s'est prononcé, à l'issue de l'audience que lui a accordée le week-end dernier, le maire de la ville Jean-Marc Nzeyidio Lukombo, pour l'organisation de patrouilles mixtes nocturnes MONUC/PNC (Police nationale congolaise), en vue de garantir la sécurité des personnes et de leurs biens dans la ville portuaire.

 Le commandant de la gendarmerie de la MONUC qu a apprécié les efforts de ('autorité urbaine dans ce domaine, a souhaité néanmoins voir la population locale s'impliquer davantage dans la réussite de ce programme, en dénonçant les suspects éventuels en vue de les mettre hors d'état de nuire.

L'organisation des patrouilles mixtes PNC/MONUC a été dictée par la recrudescence des cas de vols, extorsions et autres exactions observés ces derniers jours dans la ville de Matadi, où des inciviques opèrent à la faveur des poches noires dues au système de délestage instauré par la SN EL.

Suspension des cours pendant deux jours à l’ISTM / Kikwit

Kikwit, 08/03 (ACP).- Le comité urbain de sécurité de Kikwit, a décidé dimanche dernier de suspendre pendant deux jours les cours à l'ISTM (Institut Supérieur des Techniques Médicales), après les affrontements de deux jours (vendredi et samedi) entre les étudiants de cet institut et les travailleurs de la société Sino­Hydro corporation.

 Selon le maire de la ville de Kikwit, Floribert Mboma Niangi qui faisait le même jour le compte rendu de la réunion à la radio Tomisa, cette mesure est prise pour sécuriser les deux parties et la population de Kikwit en général. Outre cette suspension, le comité de sécurité a également décidé de traduire en justice les travailleurs de Sino-Hydro Corporation qui avaient agressé l'étudiante de l'ISTM, ainsi que la réparation des dégâts subis de part et d'autre.

 Le comité de sécurité a invité les travailleurs de Sino Hydro à se rendre dans leur chantier pour la poursuite du travail, avant d'exiger le pardon de deux parties qui doivent le présenter aux autorités de la place après leur humiliation par ces dernières. En rappel, le vendredi, un gros véhicule de la société Sino-Hydro qui réhabilite la nationale N°l (tronçon Kikwit-Masi Manimba) amenant les travailleurs au chantier s'arrête à Kikwit à la descente de la rivière Nzinda.

 Les travailleurs descendent et agressent une étudiante qui aurait traité ces derniers de vaches. Mécontents de cette situation, les autres étudiants de l'ISTM viendront pour venger leur condisciple. Il s'en est suivi des jeux des pierres pendant deux jours entre les deux parties. Le bilan est de 14 blessés dont dix étudiants et 4 travailleurs ainsi que les dégâts matériels importants de part et d'autre.

­Douze mille dollars américains détournés à l'ONG SECID à Mbandaka

Mbandaka 08/03 (ACP).- Un détournement de douze mille dollars américains a été opéré récemment dans les caisses d'une ONG de droit américain SECID (South east consortium for international development) basée à Mbandaka.

En effet, l'agent Basubi Emmanuel qui s'est rendu coupable de ce détournement et vol d'argent du programme SECID-Congo, s'était réfugié après son forfait à Bumba, dans le district de la Mongala, où il a été arrêté par les forces de l'ordre et ramené à Mbandaka.

 Incarcéré au cachot du palais de la justice à Mbandaka, l'incriminé a fini par s'évader avec les deux policiers de garde qui ont abandonné leurs armes au parquet du chef-lieu de l'Equateur.

Cette information a été livrée à la presse par l'ingénieur agronome Kawa Zungu, chargé de la formation au niveau national, en séjour à Mbandaka où il est venu prendre la relève du chef d'antenne du SECID/Equateur suspendu.

Visite d'inspection sur la route Mbandaka-Bikoro

Mbandaka, 08/03 (ACP).- L'ingénieur Georges Matutala Mulanda, directeur provincial de l'Office des routes à l'Equateur, qu'accompagnait les membres de la presse locale, a effectué récemment une visite d'inspection sur la route Mbandaka-Bikoro, en vue de se rendre compte sur le terrain de l'avancement des travaux de réhabilitation qui, à ce jour, sont arrivés à 80 Kms de Mbandaka sur un tronçon routier de 128 Kms.

La distance de 48 Km restante à travailler pour atteindre Bikoro dont 30 Kms présentent des dégradations et un pont de plus ou moins 8 m de portée à réhabiliter sur la digue de Iyembe Monene au point Kilométrique 102 (PK 102) tandis que l'ouverture du reste de cette route est suivie du rechargement et ouvrages d'art.

Selon l'ingénieur Matutala, l'acquisition du nouveau matériel a fait accélérer le rythme des travaux dont la direction provinciale de l'Office des routes a préféré refaire complètement toute la partie Mbandaka-Kalamba (67 Kms) en combinant ainsi les deux phases des travaux notamment l'ouverture et le rechargement de la route auxquelles s'est aussi ajoutée la pose des buses et la construction des murs de têtes sur la digue de Kalamba (PK 62-PK 64).

  ECONOMIE    

 
 

La DGI reconnaÎt la capacité contributive des provinces aux recettes de l'Etat

Kinshasa, 08/03 (ACP).- Les provinces ont une capacité contributive énorme aux recettes de l'Etat, selon le directeur général adjoint de la Direction générale des impôts (DGI), Albert Oyasase qui s'exprimait mercredi après une mission qu'il vient d'effectuer dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, ainsi qu'à Buta dans la province Orientale.

 Le DGA Oyasase a indiqué à l'ACP que le but de cette mission était d'évaluer la capacité contributive des provinces et de constater les conditions dans lesquelles travaille le personnel de la DG!.

Il a cependant réservé la primeur des résultats de sa mission à la commission nationale d'assiette et de recouvrement, tout en rappelant le souci de son entreprise de voir les provinces participer à l'effort de reconstruction nationale à travers le paiement de leurs impôts. Il n'est pas normal que la plus grosse contribution fiscale ne relève que de la ville de Kinshasa et de celle de Lubumbashi, a-t-il dit.

 Au terme de sa mission qui va se poursuivre prochainement dans d'autres provinces, le DGA Oyasase soutient que des changements significatifs seront manifestes dans un délai de deux à trois mois, en ce qui concerne la maximisation des recette de la DG!.

Inauguration du pont Nyemba au Katanga

Kinshasa, 08/03 (ACP).- Le ministre d'Etat en charge des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction et représentant personnel du Chef de l'Etat, M. Pierre Lumbi Okongo, qu'accompagnait Armand De Decker, ministre belge de la Coopération au développement, a quitté Kinshasa mercredi pour Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga pour procéder à l'inauguration du pont Nyemba, à Kalemie.

La réhabilitation de ce pont, indique-t-on, a été financée par le gouvernement belge en vue de faciliter les échanges entre les villes de Kalemie, Kamina Lubumbashi et celles de Mwene-Ditu et Kananga respectivement dans les provinces des Kasaï Oriental et Occidental.

Cette cérémonie intervient au moment où la République Démocratique du Congo et le Belgique ont décidé la reprise de la coopération structurelle suspendue il y a 17 ans.

Etat des lieux du réseau routier de l'Equateur

Mbandaka, 08/03 (ACP).- Le réseau routier de la province de l'Equateur est impraticable, hors d'usage, a déclaré l'ingénieur Georges Matutala Mukanda, directeur provincial de l'Office des routes, au cours d'un point de presse qu'il a animé la semaine dernière à Mbandaka sur « la route et le développement de la province de l'Equateur au seuil de la 3e République », ainsi que sur « l'évolution des travaux de la route Mbandaka Bikoro ».

Il a indiqué que sur 145.000 Km que totalise le réseau routier de la République Démocratique du Congo, la province de l'Equateur dispose à elle seule de plus ou moins 15.000 Km des routes, soit 10,34 % dont 50 Km sont bitumés. Concernant le Sud de la province qui est la partie la plus enclavée, a-t-il dit, de nombreux tronçons des routes sont coupés et fermés à la circulation et demandent leur réouverture.

 De même, un nombre très important des bacs (16 sur 19) n'est pas fonctionnel. Ces bacs sont soit en panne, soit ont coulé ou ont été déplacés, ainsi que des ponts et digues emportés ou cassés. Quant au réseau de la partie Nord de l'Equateur, il fonctionne encore mais, son état est toujours très impraticable et exige une intervention urgente.

A ce sujet, il a cité le cas de la route Lisala-Bumba qui est très significative avec la rupture du trafic au niveau du pont Molua, à plus ou moins 3 Km du centre ville de Bumba. Par ailleurs, l'ingénieur Matutala a souligné l'importance du réseau routier en général dans le cadre du développement socio-économique d'un pays ou d'une nation et dont les causes du délabrement sont d'ordre institutionnel et politique, technique et financier.

En ce qui concerne les respectives d'avenir de la province, a-t-il indiqué, la direction provinciale de l'Office des routes a élaboré depuis mai 2006 un programme de travail et d'action qui prévoit la réouverture des tronçons fermés, la remise en marche des bacs coulés et du matériel en panne ainsi que des équipements et ateliers pillés ou abîmés et, enfin, le renouvellement et le renforcement des capacités du personnel des chantiers.

 
  SCIENCE - SANTE - ENVIRONNEMENT    
 

Les zones de santé de Mbandaka dotées d’un vaccin tétravalent DTC-HEP

Mbandaka, 08/03(ACP).- Le Programme élargi de vaccination (PEV) vient de mettre à la disposition des zones de santé de Mbandaka et de Wangata dans le chef-lieu de l’Equateur, le vaccin tétravalent DTC-HEP, un antigène luttant contre quatre maladies, à savoir : la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l’hépatite B.

Une séance de briefing a été, à cet effet, organisée à l’intention des équipes de vaccination de deux zones de santé en ce qui concerne la manipulation de ce nouveau produit qui vient ainsi d’être administré aux enfants en PEV de routine dans ces deux zones de santé avant de s’étendre dans l’arrière-pays.

Selon le Dr. Molala, médecin-chef de zone de Wangata qui a cité l’OMS (Organisation mondiale de la santé), l’hépatite B est un problème de santé publique du fait que deux millions de la population mondiale sont infectés par la maladie, tandis que la République Démocratique du Congo est l’une des zones à forte endémicité avec une prévalence de 8 à 20%.

D’où la nécessité d’intégrer le vaccin DTC-HAP en PEV de routine pour prévenir les enfants de 0 à 11 mois de cette maladie qui demeure jusqu’à ce jour sans traitement curatif, a-t-il souligné, précisant que 90% d’enfants de 0 à 11 mois qui contractent l’infection développent la forme chronique avec risque de la propager. Il a, par ailleurs, indiqué que selon l’OMS, l’hépatite B est la deuxième cause de cancer en Afrique après la cigarette.

Le service de radiologie de l’HPR/Wangata opérationnel à Mbandaka

Le service de radiologie de l’Hôpital général de référence de Wangata à Mbandaka vient d’être de nouveau opérationnel grâce à l’acquisition des films photographiques en provenance de Kinshasa.

L’arrêt des activités de ce service était dû au manque des films pouvant permettre d’imprimer les clichés radiographiques, indique-t-on des sources hospitalières. Selon les mêmes sources, la reprise des activités de ce service, depuis le week-end dernier, a mis fin au calvaire des malades de Mbandaka qui étaient obligés de se rendre à Kinshasa pour un examen dont le coût était de 10 USD (dix dollars américains).

 Les deux appareils radiographiques dont dispose la ville de Mbandaka, à savoir, celui de la Banque centrale du Congo ainsi que celui de l’hôpital général de référence de Wangata, avaient cessé de fonctionner pendant une longue période, rappelle-t-on.

 
  SPORTS    

 
 

Les Léopards seniors football reprennent les entraînements

Kinshasa, 08 /03 (ACP).- Les Léopards seniors messieurs de football ont repris les entraînements mercredi, au stade des Martyrs sous la supervision de l’entraîneur national principal, M. Henri Depireux et de son 2ème adjoint M. Jean-Claude Mukanya, en prévision du match du 25 mars prochain contre l’Ethiopie pour le compte de la 3ème journée de la Coupe d’Afrique des Nations, « Ghana 2008 ».

 Par ailleurs, M. Henri a revu sa liste des professionnels de la manière suivante : Afrique du Sud : Bageta Dikilu, Tsholola Tshinyama ; Angleterre : Luala Lomana Trésor, Nonda Shabani, Nzongbia Charles, Nzakuani Nestor ; Belgique : Lusala lu M’vemba, Matumona Zola, Mbayo Kibemba, Tambwe Patiyo ; France : Fwamba Kinkela, Ilunga Herita, Milambo Mutamba ; Suisse : Mbala Mbuta ; Israël : Masudi Alain ; Rwanda : Kabange Twite. Deux joueurs de l’OC Bukavu Dawa ont également été présélectionnés par l’entraîneur en complément des joueurs locaux.

Il s’agit de Tumbwa Kalendi et de Kingombe Mwambela. M. Depireux a déclaré qu’il faut déjà commencer à travailler avec les joueurs locaux car ils accusent un retard en compétition suite à la suspension du championnat à Kinshasa.

Les dirigeants de l’AS V. Club de nouveau au bureau du chef de division urbain des Sports et loisirs

Kinshasa, 08 /03 (ACP).- Les dirigeants de l’AS V. Club vont se retrouver, jeudi au stade Cardinal Malula dans la commune de Kinshasa, au bureau du chef de division urbain des Sports et loisirs, Jean-Marie Mwanza, qu’entoureront les responsables des entités sportives qui organisent les championnats auxquels prendront part les différentes sections de l’équipe, pour débattre de l’authenticité des signatures apposées sur la pétition par 59 joueurs et joueuses.

 Saisi par le document que lui auraient adressé joueurs et joueuses de l’AS V. Club, le numéro un du sport kinois avait déjà conféré mardi avec les mêmes responsables.

Il est à rappeler que les acteurs ont signifié dans la pétition qu’ils retiraient leur confiance au comité de direction présidé par Eugène Diomi Ndongala Nzomambu.

 
 
 
 
 
     
 

Le président du groupe de la Banque mondiale ce jeudi à Kinshasa

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le président du groupe de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz arrive à Kinshasa jeudi, en provenance de Kisangani, chef-lieu de la province Orientale, a indiqué mercredi à l’ACP, une source proche de cette institution financière.

 Au cours de son séjour de deux jours dans la capitale congolaise, soit du 8 au 9 mars, M. Wolfowitz va s’entretenir avec les hautes autorités du pays, notamment le Chef de l’Etat, le Premier ministre, ainsi que certains membres du gouvernement.

 Dans la ville de Kinshasa, l’hôte de la République Démocratique du Congo sera rejoint par le commissaire européen au développement Louis Michel, avec qui il animera un point de presse vendredi dans les après-midi au Grand hôtel Kinshasa. M. Paul Wolfowitz vient de Bujumbura, au Burundi. Après la RDC, il  est   attendu en Afrique  du Sud où il va faire une importante déclaration devant les parlementaires de ce pays.

Lancement de la campagne nationale de lutte contre le harcèlement sexuel dans les médias

Kinshasa, 08/03(ACP).- M. Stanis Nkundiye, secrétaire général du Syndicat national des professionnels de la presse (SNPP) a invité les femmes des médias à se mobiliser davantage autour du SNPP pour que le contrat de travail dans les entreprises privées et le barème de Mbudi dans le secteur public soient une réalité vivante au sein du secteur des médias.

 M. Nkundiye s’exprimait ainsi mercredi à Notre Dame de Fatima à l’occasion du lancement de la campagne nationale de lutte contre le harcèlement sexuel dans les médias qui, selon lui, constitue une menace permanente contre le respect et la dignité de la personne humaine.

 Il a indiqué que son syndicat a reçu plusieurs plaintes et témoignages de ses affiliés qui ont été victimes du harcèlement sexuel. Selon ces témoignages, le harcèlement est utilisé comme une arme lors de l’embauche, pour l’octroi d’une promotion en grade ou pour la désignation à effectuer une mission de service.

Il a affirmé que le SNPP accompagnera les femmes des médias tout au long de cette campagne qui s’achèvera le 10 décembre 2007, en organisant diverses activités telles que des conférences, des séminaires de sensibilisation et de vulgarisation de la loi sur les violences sexuelles ou des ateliers de formations des pairs éducateurs sur le VIH/SIDA.

Pour sa part, Mme Cécile Tshiyombo, présidente des femmes du COSSEP (Conseil syndical des services publics) a recommandé au gouvernement de sensibiliser les femmes travailleuses et les violeurs sur les IST (infections sexuellement transmissibles) et le VIH/SIDA en milieu de travail par différents moyens, de donner un salaire décent aux travailleurs et de vulgariser les textes relatifs aux droits de la femme.

Quant aux syndicats et ONG de défense des droits de la femme, il leur a été recommandé de constituer un groupe de pression pour adresser un mémorandum au gouvernement afin que soit punie toute personne qui oserait commettre des abus sexuels sur les femmes travailleuses, conformément à l’article 15 de la constitution de la RDC. Une marche allant de la Gare centrale à la paroisse Fatima, organisée sous l’initiative du SNPP, a marqué cette journée.

Les experts congolais de VITAR II vivant en Belgique s’imprègnent du fonctionnement des ONG congolaises

Kinshasa, 08/03(ACP).- Les experts congolais du réseau VITAR II (Valorisation intégration transfert autonomie et réalisation) vivant en Belgique se sont imprégnés mercredi du fonctionnement des Organisations non gouvernementales (ONG) congolaises, lors d’une journée d’échanges organisée au siège national du CNONGD (Conseil national des ONG de développement), dans la commune de Limete, à Kinshasa.

 Vingt-quatre représentants des ONG membres du CNONGD ont échangé avec des experts Makobo Karel, Jean-Pierre Makaya, Floribert Ntungila et Masens Tsem-i-Gal, venus de Belgique, des informations pouvant leur permettre d’élaborer un programme précis de promotion des ONG congolaises.

Pour le coordonnateur de MEDES (Maison d’entraide pour le développement social), Makobo Karel, qui a conduit la délégation belge du 6 au 31 mars en République Démocratique du Congo, la VITAR II est un réseau de cinq partenaires dont l’objectif est la valorisation des compétences des immigrants en vue de leur réinsertion socio-professionnelle.

Le réseau VITAR II, a-t-il dit, est composé des membres de l’IRFAM (Institut des recherches de formation et d’action pour les migrants), de MEDES, de TRANSFAIRES, de COF (Centre d’orientation et de formation) et de commune de Saint Geosse.

La mission des experts (stagiaires) de VITAR II, a poursuivi M. Makobo, consiste à contacter des ONG pour connaître leurs besoins réels en matière de compétences, diversités et citoyenneté pour les sensibiliser à ces domaines de la formation en faveur de quelques réseaux des ONG.

L’ensemble de ces actions, a-t-il ajouté, permettra aux représentants de VITAR II, aux organismes belges en RDC, au vice-ministère des Congolais de l’étranger et aux institutions publiques à organiser du 21 au 25 mars une grande journée de sensibilisation au cours de laquelle les autorités s’imprégneront du projet des partenaires de VITAR II, visant le développement des ONG congolaises.

La diaspora pour la migration du développement

Les experts congolais de la diaspora vivant en Belgique encouragent la philosophie de migration pour le développement.

C’est ce qui les a conduits en République Démocratique du Congo pour recueillir des informations qui les permettront de contribuer à la reconstruction du pays. « Il est difficile d’intervenir si les problèmes ne sont pas bien identifiés à la base », a souligné M. Floribert Ntungila, membre de la délégation.

Par contre, l’expert Makaya soutient que l’administration doit être bien organisée au niveau des communes pour le développement rapide de la RDC. Le président du GTMD (Groupe de travail, migration et développement), Ferdinand Mafolo note, par ailleurs, que la question de migration et développement est peu connue en RDC.

Il a encouragé à cet effet la présence des experts de VITAR II pour réfléchir, identifier et trouver de solution sur certains problèmes à travers les ONG congolaises dès la base.

Pour le chef de service de communication et d’information de CNONG, Joseph Kakinda, certains problèmes stratégiques qui marqueront la contribution du CNONG pendant la Troisième République notamment demande de l’annulation de la dette extérieure de la RDC, la bonne gouvernance des ressources naturelles et la migration congolaise.

Ces experts sont arrivés en RDC grâce à l’initiative de CNONG et CEPROSOC (Centre pour la promotion sociale et communautaire).

Le ministre d’Etat chargé de l’Agriculture en mission au Maroc

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le ministre d’Etat chargé de l’Agriculture, Mobutu Nzanga, a quitté Kinshasa mercredi pour le Maroc via Brazzaville pour une mission officielle auprès des instances supérieures marocaines.

 Le ministre d’Etat qui est à la tête d’une forte délégation composée de neuf (9) personnes va amorcer la mise en œuvre des accords sur la mise sur pied d’une commission mixte Maroc - République Démocratique du Congo.

Il va également analyser avec la partie marocaine les voies et moyens susceptibles d’élargir cette coopération dans d’autres domaines prioritaires émergents. La durée de son séjour au Maroc est de six jours.

Soutien du CIR/RDC aux cinq chantiers de Joseph Kabila

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le représentant général légal et chef spirituel de l’Eglise du Christ Lumière du Saint-Esprit au Congo, le patriarche Moïse Kayuwa Tshibumbu Wa Kapinga a confié mercredi à la presse que le Conseil inter-religieux de la République Démocratique du Congo (CIR/RDC), dont il est président en exercice, s’est engagé, à l’issue de sa réunion de 4 jours débutée le week-end dernier, d’apporter son soutien aux cinq chantiers du programme du Président Joseph Kabila.

 Le CIR/RDC, qui est la représentation en RDC de la Conférence mondiale des religions pour la paix (World conférence religions for peace – WCRP) dont le siège est à New York, a examiné au cours de cette rencontre le programme présidentiel et a constaté avec satisfaction que celui-ci rencontre les principaux points de son propre programme, a indiqué le patriarche Kayuwa.

Il a réitéré ses remerciements au Chef de l’Etat qui avait manifesté son intérêt au CIR/RDC en se faisant représenter personnellement par sa conseillère aux affaires culturelles, Mme Angélique Kikudi, à la cérémonie de lancement officiel dernièrement des activités de cette plate-forme religieuse mondiale en RDC.

 S’agissant du programme du CIR/RDC, le patriarche Kayuwa a rappelé qu’il s’articule autour de la bonne gouvernance et du respect des droits humains, du développement durable, de la santé avec notamment comme priorité la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la trypanosomiase, de l’éducation et de l’environnement, de la promotion de la femme et de la jeunesse, des projets intéressant la démobilisation, le désarmement, la réinsertion, la réintégration sociale, les réfugiés et les déplacés de guerre.

 Le CIR/RDC se félicite de la patience et du sérieux que le Président de la République et le Premier ministre ont mis, le premier pour publier et le second pour former le premier gouvernement de la Troisième République.

Cette plate-forme religieuse mondiale espère que la même patience et le même sérieux seront de mise dans la nomination des membres du cabinet du Chef de l’Etat et des cabinets ministériels qui constituent des chevilles ouvrières de l’exécution des programmes présidentiel et gouvernemental. 

Le CIR/RDC, dont la liste des membres n’est pas limitative, compte à ce jour en son sein : l’Eglise méthodiste unie, l’Eglise catholique romaine, l’Eglise du Christ Lumière du Saint-Esprit au Congo, l’Eglise presbytérienne, l’Eglise kimbanguiste, l’Eglise orthodoxe, la Communauté islamique de la RDC, Monguishi Okada association (MOA-Congo) et l’Eglise de l’unification au Congo (Moun)

Une délégation du FMI reçue au ministère de l’Intérieur

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le point sur le développement économico-financier de la République Démocratique du Congo en 2006 était au centre d’un entretien, mercredi à Kinshasa, entre la délégation du FMI (Fonds monétaire international) en séjour à Kinshasa et le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi.

Selon Cyrille Briançon, chef du département   Afrique du FMI, sa délégation a souhaité rencontrer le chef de l’administration du territoire congolais pour parler des mesures politiques que le ministère de l’Intérieur souhaite mettre en œuvre en 2007, notamment dans le cadre du programme de décentralisation.

En réponse à une question sur l’image négative que se fait le peuple congolais sur le FMI, le chef du département Afrique du FMI a fait valoir que son institution financière a accompagné la RDC depuis 2002 dans le cadre d’un programme de relance de la situation économico-financière.

Il y a eu des progrès et la situation aujourd’hui, bien que demeurant fragile, est meilleure par rapport à ce qu’elle était entre 2001 et 2002. La croissance a été retrouvée, l’inflation mieux maîtrisée, a-t-il dit, précisant en outre que le revenu de l’ensemble de la population congolaise reste faible.

C’est pour cela que le FMI souhaite travailler avec le nouveau gouvernement pour la réduction de la pauvreté. Avant la mise en place du schéma gouvernemental 1+4, la RDC était déjà avancée dans le domaine d’exécution du Document de stratégie, de croissance et de réduction de la pauvreté (DSCRP) établi par le ministère du Plan.

Mission d’information d’une équipe de techniciens sur la situation frontalière à Kahemba

Kinshasa, 08/03(ACP).- Une équipe de techniciens congolais se rend ce jeudi à Kahemba, au Bandundu, où se posent des problèmes à la frontière entre la République Démocratique du Congo et la République d’Angola en vue de visiter toutes les bornes et prendre tous les éléments avec des moyens modernes.

Le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi, a précisé mercredi, dans une communication à la presse, l’objectif poursuivi par les autorités angolaises qui ont initié une campagne de lutte contre l’immigration clandestine. Cette campagne a débuté par le Sud de l’Angola et s’est poursuivie au septième parallèle au Nord, à la frontière avec la RDC.

Pour eux (Angolais), l’objectif est de bien limiter les frontières pour permettre de gérer tout ce qui est du commerce frontalier. Le problème avec la RDC a surgi quand les Angolais ont tracé leur ligne sans tenir compte de la frontière héritée de la colonisation en violant le principe même de l’intangibilité des frontières.

Toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement congolais pour résoudre amicalement ce problème en se référant aux cartes de l’époque, en 1891. Selon certaines informations, des éléments de l’armée angolaise ont investi des villages dans le territoire de Kahemba, notamment Dundo. L’équipe de techniciens va tracer des lignes de démarcation qui permettront à chaque pays de garder son territoire.

Recommandations de la première session du comité consultatif provincial du FSRDC/Kinshasa

Kinshasa, 08/03(ACP).- Des recommandations au triple plan de l’éducation et formation, de la santé et du transport rural ont sanctionné mercredi la fin des travaux de la première session du Comité consultatif provincial (CCP) du Fonds social de la RDC (FSRDC) pour la ville de Kinshasa, tenue durant deux jours au centre Bondeko de Limete.

 Dans le domaine de l’éducation et de la formation, les participants à cette session ont souligné la nécessité de rechercher d’autres partenaires tels que l’UNICEF en dehors du FSRDC en vue de l’appui financier des différents projets communautaires tels que la fourniture des bancs scolaires, tandis que la main-d’œuvre qualifiée devra être prise en charge par les parents en guise de contribution des bénéficiaires.

Au plan de la santé, les membres du CCP ont exigé en ce qui concerne le problème de l’environnement local, un plan type d’incinération prévoyant notamment l’acquisition d’incinérateur avec une fiche hygiénique pour atténuer la pollution de l’air tout en tenant compte d’un plan urbanistique ad hoc.

 Enfin, en ce qui concerne le transport rural, les participants à la session ont recommandé, pour les projets de passerelle, le respect du tonnage prévu avec des panneaux signalétiques interdisant le passage des véhicules à haut tonnage et qu’il soit pris en compte le niveau le plus élevé de l’eau pendant la saison des pluies.

Dans son mot de clôture, le coordonnateur général du FSRDC, Riphin Bo-Elongo a exhorté les participants, chacun dans son secteur, à participer activement à la sensibilisation des communautés de base de Kinshasa afin de leur donner la chance de saisir les opportunités que leur offre le FSRDC pour améliorer effectivement leurs conditions de vie.

 Il a rappelé la fonction du CCP du FSRDC qui consiste à vérifier si les projets envisagés sont des priorités de la province et sont en conformité avec les politiques régionales et les stratégies sectorielles.

Le coordonnateur général du FSRDC s’est aussi félicité des échos favorables lui parvenus au sujet de la mise en commun des préoccupations des participations à la session, lesquelles, a-t-il estimé, tiennent compte du programme d’urgence convenu avec la Banque mondiale pour la ville de Kinshasa au cours de l’année 2007.

Vers le renforcement du partenariat de défense hispano-congolais

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le renforcement du partenariat de défense entre l’Espagne et la République Démocratique du Congo a été au menu de l’audience accordée mercredi par le ministre de la Défense nationale, de la démobilisation et des anciens combattants, Tchikez Diemu à l’ambassadeur d’Espagne en RDC, Miguel Fernandez Palacios.

Ce dernier qui l’a déclaré à l’ACP au sortir de cette audience, a souligné que les deux interlocuteurs ont également évoqué les difficultés ayant jonché leur parcours commun heureusement aplanies grâce à la compréhension des uns et des autres.

Il y a lieu de relever les défis présents avant de cheminer vers des horizons prometteurs. M. Palacios a, en outre, rappelé la présence d’un contingent espagnol dans le contexte de l’EUFOR déployée en RDC durant le processus des élections.

Le diplomate espagnol a, par ailleurs, remis à M. Tchikez une correspondance de son homologue espagnol, mais dont le contenu n’a pas été révélé.

Le programme d’action du ministère de l’Environnement en six points

Kinshasa, 08/03(ACP).- Le nouveau ministre de l’Environnement, Didace Pembe Bokiaga qui a été présenté mercredi à l’ensemble du personnel de son ministère au jardin botanique de Kinshasa, a défini, au cours de cette cérémonie, son programme d’action en six points.

Selon lui, les « six voies pragmatiques » consistent à améliorer le quotidien des agents et fonctionnaires de son ministère dans le renforcement des capacités pour une administration de qualité et compétitive au niveau interne et de la sous-région.

 Il sera également question, a poursuivi le ministre Pembe, d’imprimer une nouvelle image, longtemps ternie à l’étranger, de favoriser par une politique transparente et responsable de reboisement des espaces susceptibles de subir des dégradations importantes (érosions, glissement des terres, pollution des eaux…) dues aux activités anthropiques.

M. Didace Pembe s’est aussi engagé à appuyer les réformes institutionnelles de son ministère et de ses institutions de conservation   de    la nature, à favoriser la synergie d’actions   entre   l’ensemble des secteurs interagissant,   tels que les mines, l’agriculture, la coopération internationale.

De même, il   projette de consolider le partenariat entre l’ensemble des parties prenantes et privilégier la volonté exprimée par les Chefs d’Etat africains en février 2005, à Brazzaville, en soutenant de la façon la plus éloquente les dix axes déclinés dans le plan de convergence de la commission des forêts de l’Afrique centrale tant il est vrai que la République Démocratique du Congo à elle seule  représente plus de la moitié des forêts tropicales d’Afrique.

 Le ministre de l’Environnement a, par ailleurs, promis de fonder son action sur l’ardeur au travail, à la fois effectif et productif, pour atteindre des résultats palpables. Auparavant, dans son mot d’ouverture, le secrétaire général du ministère de l’Environnement, Abel Léon Kalambay Wa Kabongo, après avoir présenté le nouveau ministre, l’a assuré des ressources humaines compétentes et disponibles dont dispose le ministère pour produire un travail de qualité.

 M. Kalambay a également soumis au ministre plusieurs contraintes qui handicapent la bonne marche du ministère, à savoir le manque d’un siège propre au ministère, le manque de matériels de travail (équipements informatiques, charrois automobiles…). S’agissant des services spécialisés, M. Kalambay a fait état de déficit de matériels techniques de travail, de manque des véhicules pour se rendre sur le terrain, de l’absence de laboratoire spécifique, de logistique dans le domaine de l’assainissement, de la promotion du bois, du reboisement, de l’énergie du bois.

Quant à la motivation des agents, il a proposé quelques actes qui pourraient susciter l’esprit d’émulation parmi ces derniers.

 
 
 
 

 

 
 
 

La bleusaille interdite à l’UNIKIN

Kinshasa, 08/03(ACP)._ Les autorités académiques de l’Université de Kinshasa « UNIKIN » viennent d’interdire les pratiques de la « bleusaille » sur toute l’étendue du site universitaire, a-t-on appris mardi des responsables de cette université.

L’UNIKIN qui a stigmatisé ces pratiques de la bleusaille sous toutes leurs formes, les a qualifiées d’inhumaines et a déploré quelques conséquences fâcheuses autrefois enregistrées dans cette institution universitaire.

Les autorités de l’UNIKIN qui ont pris, selon la source, des dispositions pour l’intégration officielle de nouveaux étudiants à l’université, mettent en garde les auteurs coupables, de tels actes et promettent des mesures disciplinaires en application de la réglementation en vigueur régissant en cette matière les institutions d’enseignement supérieur et universitaires en RDC. Selon la source, l’UNIKIN s’est en outre engagée à l’encadrement des nouveaux venus à cette institution et veut promouvoir les valeurs.

La SONECA bientôt  muée en « ONADA »

Kinshasa, 08/03(ACP). - La Société Nationale des éditeurs compositeurs et auteurs (SONECA) va bientôt changer de dénomination pour désormais être appelée Office national de droits d’auteurs et droits voisins (ONADA), a-t-on appris mardi à la coordination de cette entreprise.

Le coordonnateur de cette entreprise, M. Muamba Bona, procède depuis le mois de février dernier au recrutement des intellectuels pour leur formation dans la gestion collective des sociétés des droits d’auteur, et droits voisins en vue de la mise sur pied de la nouvelle  société. Les intéressés vont bénéficier d’une formation de la part des experts de la SONECA et internationaux qui viendront appuyer et renforcer leurs capacités intellectuelles.

Quelques critères ont été exigés pour ce recrutement, notamment être porteur d’un diplôme de graduat ou de licence dans les disciplines suivantes : droit, économie et finances, statistiques, documentation, sociologie, linguistique (critique littéraire) animation et marketing culturel, informatique de gestion, anthropologie etc. Le coordonnateur Mwamba Bona a signalé pour terminer que le fait de suivre une formation ne constitue pas à la promesse d’engagement, mais un atout pour être sélectionné par la  société en fonction des structures organiques.

 
 
 
 AADI appuie le gouvernement dans son programme d'assainissement de l'environnement

Kinshasa, 08/03 (ACP).- L'Organisation non gouvernementale AADI (Association pour l'assainissement et le développement intégral) doit appuyer le gouvernement congolais dans son programme d'assainissement de l'environnement, a indiqué le coordonnateur Gilbert Belesi lors de la réunion d'évaluation des activités 2006 au siège de cette ONG à Livulu, dans la commune de Lemba à Kinshasa.

En 2007, AADI prépare les activités liées aux programmes communautaires, développement durable, économique, social et humanitaire. Dans ces différents programmes, souligne M. Belesi, l'ADDI compte renforcer la production agricole par la pratique de l'agriculture biologique.

L'ouverture des centres du VIH/SIDA (CDV), des centres de formation et de renforcement des capacités en profession de formation figurent également dans ce programme, a-t-il dit. En ce qui concerne le programme communautaire, M. Belesi, a précisé qu'il est initié par les communautés de base.

Pour certaines réalisations en 2006, AADI a formé à Kinshasa 850 enfants dans la gestion des déchets, 710 micro entrepreneurs, 25 leaders des organisations communautaires formés dans la lutte contre le VIH/SIDA, 450 kilomètres des routes ...dans la province du Bandundu, un laboratoire médical ouvert à Kinshasa, sensibilisation à travers les médias des questions liées à l'environnement, déchets et droits humains.

Les ateliers sur l'acceptation des résultats des élections en collaboration avec le ROC (Réseau d'observation électorale des confessions religieuses) et ouverture de deux clubs des médias à Kinshasa figurent parmi ses réalisations. Ces activités ont été appuyées par plusieurs partenaires. AADI appelle des organisations tant nationales qu’internationales à l’appuyer.

Secours de la Caritas-Kindu aux sinistrés de dernières inondations

Kindu, 08/03 (ACP).- La Caritas-Kindu a procédé le week-end écoulé à la distribution des kits de secours aux mille sinistrées de dernières inondations observées pendant un laps de temps dans la ville de Kindu et ses environs.

 Des bâches ainsi que quelques ustensiles de cuisine de première nécessité ont été remis à cette occasion à ces dernières dont le premier groupe de deux cent quarante et un ménages sur plus de six cents dénombrés. La Caritas-Kindu en appelle aussi à l'aide du gouvernement pour l'appuyer à cette opération humanitaire.

Ouverture de l'atelier sur la communication et la négociation à Goma

Goma, 08/03 (ACP).- Cinquante membres parmi lesquelles une vingtaine des députés provinciaux, les membres de la société civile et ceux des partis politiques ainsi que quelques agents du gouvernorat de province participent depuis mardi dans la grande salle de l'hôtel Karibu a un atelier axé sur la communication et la négociation.

Cet atelier de cinq jours organisé sous l'initiative du gouverneur élu M. Julien Paluku Kahongya, avec l'appui de l'initiative pour le leadership et la cohésion de l'Etat en République

Démocratique Congo (ILCCE) s'inscrit dans le cadre du renforcement des compétences de leadership coopératif des personnalités clefs de la province du Nord-Kivu, en vue de leur permettre de participer à la cohésion de l'Etat et de la société en RDC.

 Durant les cinq jours, les participants auront dans le sens de conforter l'objectif général, à faire d'abord une étude des techniques avancées de prise de décision, d'élaboration de consensus et de communication. Ensuite ils feront également une exploration de gestion de l'intérêt général et des intérêts individuels en environnement complexe et enfin une application des techniques avancées de résolution conjointe de problèmes, associée à un plan d'action.

Face aux journalistes, Mme Monique Kahumba Kibonge, coordonnatrice adjointe de l'ICCE, a indiqué que compte tenu de l'importance de la paix et de la gestion saine de la chose publique en province du Nord-Kivu qui sont, a-t­ elle souligné, les éléments clés et indispensables d'accéder à une bonne démocratie et au développement, sa structure a trouvé utile, a-t-elle poursuivi de soutenir cet atelier sollicité par le gouverneur élu qui l'a trouvé parmi les priorités de son plan de travail.

Atelier sur le plan intégré de communication et du plan de suivi, évaluation et recherche par l'UNICEF /Goma

Le chef de division du plan, l'Ir. Vulambo Kalysia a ouvert officiellement lundi à l'hôtel Bungwe le séminaire atelier sur le plan intégré de communication et le plan intégré de suivi, évaluation et recherche organisé par l'UNICEF à l'intention de ses partenaires.

Dans son mot d'ouverture, l'Ir Vulambo a souhaité voir cet atelier aboutir à des synthèses, recommandations en rapport avec les 2 programmes. Pour sa part, Mme Mariam Traoré, administrateur chargé de la communication pour le programme UNICEF en RD Congo a indiqué que l'objectif de cet atelier est d'amener les partenaires par une réflexion commune sur la base de programme de coopération de renforcer leur capacité en planification mais aussi en communication pour le programme.

Avec les partenaires ils visent à avoir une vision commune sur le qu'est-ce que la planification et le suivi, son importance dans le cadre de résultat.

Pour Mme Mariam, toute démarche planifiée vise un résultat. Prennent part à cet atelier les planificateurs, les partenaires nationaux, les partenaires du gouvernement, l'UNICEF et communicateurs, les chargés de suivi et d'évaluation et les chargés des communications.

Création d'une plate-forme des associations musulmanes à Goma

Goma, 08/03 (ACP).- Les représentants et membres des associations musulmanes oeuvrant en province du Nord-Kivu ont créé dernièrement une plate-forme regroupant dix associations musulmanes parmi lesquelles: union des femmes musulmanes du Congo (UFMCO), association des mamans musulmanes pour le développement intégré (AM DI), Fondation des veuves musulmanes pour la charité (FVMC), Jeunesse pour le salut islamique (JPSI), Jeunesse islamique du Congo (JICO), Associations des jeunes musulmans pour le développement (AEMD), Réveil groupes (RG), Association d'élite musulmane pour le développement (AEMD), groupe des prédicateurs (JAMIYA) et enfin Fondation des hommes d'affaires musulmane pour le développement intégré (FOHAMDI).

La création de cette plate forme entre dans le cadre visant à redynamiser les activités du développement de ces derniers et de renforcer la cohésion entre les membres en particulier et toute la communauté musulmane du Nord-Kivu en général en prévision de leur participation dans l'avancement de la province tant au niveau politique, social qu'économique.

A cette occasion, Me Masudi Kadogo, président élu provisoirement pour le compte de ladite plate forme, a remercié les représentants et membres des associations précitées, pour le travail abattu au cours de cette journée de réflexion sur tous les problèmes qui rongent leur communauté et penser à s'unir dans une plate forme en vue d'en trouver des solutions efficaces.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le père Charles Kusika Nzau pour la transformation locale des produits

Kimpese, 07/03 (ACP).- Le père Charles Kusika Nzau, missionnaire Rédemptoriste de la paroisse catholique de Kimpese, dans le territoire de Songololo, district des Cataractes, vient d'ouvrir un institut de transformation de produits agro-pastoraux, en vue de réduire tant soit peu les importations de produits alimentaires de première nécessité, a-t-on appris vendredi de source paroissiale.

Le père Charles Kusika Nzau fabrique à base de produits agro-pastoraux locaux une gamme variée de denrées alimentaires telles que la charcuterie, la confiture, des jus, de l'huile de table. Ces produits sont actuellement en vente sur le marché de Kimpese à des prix à la portée de toutes les bourses.

En créant cette unité de production, le père Charles a voulu inciter les paysans à augmenter leur production et encourager les jeunes à l'apprentissage de la transformation de leurs produits agricoles pour une auto prise en charge.

L'action du prêtre catholique vise à combattre l'oisiveté, la mendicité, le vol et autres exactions opérées contre les paisibles citoyens.

347 mètres cubes de gasoil, besoin mensuel de la DRN/SNCC

Kananga, 07/03 (ACP).- Les besoins mensuels pour l'ensemble de la direction de la Région Nord (DRN) de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) en gasoil se chiffrent à 347m3, apprend-on de source proche de cette société d'Etat à Kananga. Le fonctionnement des installations ferroviaires implique la mise en œuvre d'un groupe électrogène de 250 KVA dont la consommation journalière est de 400 litres de gasoil, tandis que 800 litres de gasoil sont mis chaque jour à la disposition de la Société nationale d'électricité (SNEL) à Kananga pour l'éclairage public.

Selon la même source, huit trains destinés au ramassage des produits agricoles sont organisés chaque mois entre Kananga et IIebo, avec une consommation globale de 64 m3 de gasoil, soit 7 m3 de gasoil par train pour un aller -retour Kananga - IIebo - Kananga.

Par ailleurs, sur 23.000 tonnes des marchandises qui moisissaient à Kananga en décembre 2006, il n'en reste que près de 10.000 tonnes, les 13.000 étant déjà acheminés à Mwene-Ditu grâce à la régularité du train marchandises, ajoute-t-on.

Depuis un certain temps, un souffle nouveau s'observe à la SNCC notamment par la régularité de la paie des travailleurs, la rationalisation de l'exploitation, mais aussi l'allocation au fur et à mesure du gasoil à la Région nord, dont 40 m3 ont été déchargés dernièrement.

Droit de propriété de la SNCC sur les emprises ferroviaires dans la direction de Région Nord

Les emprises ferroviaires comprises dans le plan des installations de la direction de Région nord (DRN) de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) constituent la propriété exclusive de cette société d'Etat, a déclaré le directeur de ce service, Oscar Mutompuela, à un journaliste de l'ACP.

Le lotissement réalisé sur certaines portions de ce site résulte du non respect dudit plan qui, selon lui, a déjà été présenté à maintes reprises aux services compétents de la province, a-t-il dit.

Oscar Mutompuela attribue l'implication de l'autorité provinciale dans la résiliation du contrat de location établi au nom d'une radio privée locale à cet effet, précisant que l'érection d'une station -service en face du marché central de Kananga constitue la concrétisation du rêve de l'administration provinciale des années 1999 à 2006.

Par ailleurs, aucun pot de vin en nature ou en espèce n'a été perçu par un quelconque cadre de la DRN/SNCC, a-t-il ajouté, avant de déplorer l'imposition de l'autorité provinciale de l'époque, malgré l'échange des correspondances à ce sujet.

Les emprises ferroviaires de la SNCC constituent l'objet de convoitise de plusieurs autorités à Kananga, rappelle-t­on.

 
 
 
 
 
 
 

Un caillou de cent grammes retrouvé dans la vessie d’une fille opérée

Bandundu, 08/03(ACP).- Un caillou de   cent   grammes a été retrouvé et retiré de la vessie de   Lili   Bongia,   une fille de 14 ans, lors d’une intervention   chirurgicale à la polyclinique   du chirurgien Engo,  située   dans la commune de Disasi, ville de Bandundu, a-t-on constaté sur place.

Ce caillou dont la grandeur a impressionné le chirurgien, son équipe opératoire et les parents de la malade était à la base des complications qu’éprouvait Mlle Lili pour uriner normalement, a dit M. Engo à l’ACP. Ce phénomène rare appelé « calcul urinaire » est une anomalie purement médicale qui n’a rien à avoir avec la sorcellerie comme cela a été commenté par le commun des mortels, a-t-il conclu. La malade se porte bien après cette intervention.

Recrudescence de la rougeole à Uvira

Kinshasa, 08/03(ACP).- La recrudescence de la rougeole s’observe depuis un certain temps à la cité d’Uvira, au Sud-Kivu, où plus d’une dizaine des cas ont été enregistrés, ont révélé des  radions périphériques captées mercredi à Kinshasa. Selon la source, quinze (15) cas de rougeole ont été signalés mardi à l’hôpital généra d’Uvira.

En moyenne, plus ou moins 30 à 50 cas par semaine  sont enregistrés depuis le mois de février dernier et  trois cas de décès ont été signalés au cours du même mois.

Pour sa part, le médecin épidémiologiste de l’hôpital général d’Uvira, le Dr. Kanyonyo, signale que la situation s’est empirée suite au non respect du calendrier vaccinal ainsi qu’au refus des femmes d’amener leurs enfants aux centres hospitaliers ciblés qui, du reste, sont approvisionnés en produits de vaccination.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un train de mesures pour la gestion des ressources humaines de karaté congolais

Kinshasa, 08 /03 (ACP).- le président de la Fédération de karaté du Congo (FEKACO), M. Armand Kitenge a, au cours d’un point de presse animé dernièrement au siège de la Fédération basé au stade des Martyrs, annoncé un train de mesures pour mettre fin à certaines allégations imputant implicitement aux karatékas la violence dans bon nombre de communes de la capitale.

Il a rejeté ces allégations en affirmant que le karaté est un sport normatif. Les auteurs de troubles déguisés de fois en Karatékas seront désormais repérés et réprimés à la mesure de la loi. Car des stratégies sont élaborées en vue de régler l’épineux problème d’insécurité imputée aux sportifs de combat entre autres les judokas et karatékas.

 Pour ce faire, le comité de la FEKACO a fait savoir qu’il a saisi le ministre de l’Intérieur, les services de sécurité, les bourgmestres, la division urbaine des Sports pour distinguer les karatékas des autres pratiquants des arts martiaux.

Une licence moyennant dix dollars américains est mise en circulation ainsi qu’une tenue portant un label d’identification a été commandée à l’usine Congotex. Tout porteur de ceinture noire devra repasser le test de passage lequel sera sanctionné par l’octroi d’un diplôme d’Etat. Cela permettra de mieux identifier les faussaires et ceux qui prennent le loisir de créer des clubs sans qualité ni autorisation de la hiérarchie.

Suspension du président de la Ligue de karaté de Kinshasa, Me Simon Bansimba

Par ailleurs, Maître Kitenge a annoncé la suspension pour trente jours du président de la Ligue de karaté de Kinshasa, maître Simon Bansimba.

Il lui est reproché de résister au changement, l’incapacité de collaborer avec la fédération, la réalisation de résultats très faibles par rapport aux attentes de la FEKACO.

 Au terme d’une année de gestion, la FEKACO a bénéficié d’un sponsor de grande envergure, la firme Vodacom dont l’apport a permis d’organiser le championnat national 2006 au stade des Martyrs, a souligné Me Kitenge.

La FEKACO a repris des contacts assez solides avec l’ambassade de France pour aboutir à régler les problèmes de visas à temps utile,  étant donné que le goulot d’étranglement des missions à l’extérieur était l’obtention de visas et le problème de frais, a-t-il conclu.

 
 
     

   

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |