Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

 Bulletin No BQ-1286  

Date::

02-03-2007
       
 
 NATION
 

Le Président Joseph Kabila et M. Ibrahima Fall font le point sur la conférence des parlementaires de la région des Grands lacs

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Les questions relatives à la conférence internationale des parlementaires de la région des Grands lacs, tenue à Kinshasa du 26 au 28 février dernier, ont été au centre des entretiens que le Président Joseph Kabila a eus tour à tour, jeudi en son cabinet de travail de la Gombe, avec M. Ibrahima Fall et Mme Liberata Mulamula, respectivement représentant du Secrétaire général des Nations Unies dans les Grands lacs et secrétaire exécutive de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs. M. Fall a déclaré à l’issue de l’audience que le défi principal des assises de Kinshasa consistait à réunir onze pays de la région dont certains étaient, il y a peu, en conflit militaire ouvert. « Il fallait assister ces onze pays au nom du principe de l’appropriation du processus de cette conférence en vue d’arriver, grâce à un accord global régional qui touche à l’essentiel des problèmes qui se posent dans les Grands lacs », a-t-il dit. Le représentant du secrétaire général des Nations Unies dans les Grands lacs a ensuite indiqué que la République Démocratique du Congo a été pour beaucoup dans la réussite des assises de Kinshasa étant donné sa position géographique en Afrique, se déclarant très réconforté à la fois par l’évolution politique intérieure de la République Démocratique du Congo depuis les accords de Lusaka et par la fin de la transition dont le processus démocratique a permis de renouveler complètement le système politique congolais. « Nous considérons cela comme un élément essentiel de la stabilité dans la région », a-t-il souligné, ajoutant qu’il y a des défis qui attendent d’être relevés, à savoir la ratification et la mise en application du pacte sur la sécurité et la stabilité signé en décembre dernier à Nairobi, au Kenya, la mise en application de certains projets et la normalisation de l’ensemble des relations politiques et diplomatiques entre les pays de la région.

 Mme Mulamula rassurée par le Président Joseph Kabila

Pour sa part, Mme Liberata Mulamula, secrétaire exécutive au secrétariat permanent de la Conférence internationale sur les Grands lacs, a fait savoir qu’elle a eu les assurances du Président Joseph Kabila en ce qui concerne la ratification par la RDC du pacte sur la sécurité et la stabilité ainsi que de moyens nécessaires comme contribution de la République Démocratique du Congo.

Elle a ajouté que dès la mise en œuvre du pacte de Nairobi, des projets seront exécutés dans les domaines de l’agriculture, la réduction de la pauvreté et la relance des institutions régionales de la CEPGL.

Mme Mulamula a déclaré qu’elle repart avec une image très positive du Président Joseph Kabila qui, dit-elle, est un homme très engagé pour la stabilité et la paix de la RDC et qu’il n’y a pas de doute que l’ensemble de la région en bénéficiera.

Le ministre d’Etat en charge des ITPR pour le travail dans l’intérêt du peuple congolais


Kinshasa, 02/03 (ACP).-
Le ministre d’Etat en charge des Infrastructures, travaux publics et reconstruction (ITPR), M. Pierre Lumbi Okongo, a déclaré mercredi, à l’occasion de la cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur Benjamin Kaswama, qu’il s’inscrit pour le travail bien fait dans l’intérêt du peuple congolais. Il n’a pas été nommé pour faire le travail des techniciens, a-t-il souligné, en précisant qu’il va initier des directives nécessaires afin d’atteindre les objectifs assignés à ce ministère par le gouvernement. Pour ce faire, a-t-il relevé, il se mettra à l’écoute de ses collaborateurs pour apprendre vite ce qui se fait et se dit dans son ministère. Pour sa part, le prédécesseur Benjamin Kaswama a promis de se mettre à la disposition du ministre d’Etat entrant pour tous les renseignements utiles à la bonne marche du ministère. La cérémonie s’est clôturée en présence du représentant du Premier ministre, des vice-ministres entrant et sortant ainsi que des responsables des différents services sous tutelle du ministère des Infrastructures, travaux publics et reconstruction, notamment l’Office des routes, l’Office des voiries et drainage, les Cellules des infrastructures, le Bureau technique de contrôle sans oublier les deux secrétariats généraux à savoir Travaux publics et reconstruction. A titre de rappel, Pierre Lumbi était plusieurs fois ministre et promoteur des Organisations non gouvernementales, fondateur de la Société civile. Le ministre d’Etat Pierre Lumbi était président du Mouvement social pour le renouveau (MSR) avant d’être nommé ministre d’Etat aux Infrastructures, travaux publics et Reconstruction.

 

Héritage lourd pour le ministre d’Etat aux ITPR

Au moment où le ministre d’Etat aux Infrastructures, travaux publics et reconstruction prend possession de son poste, la Voirie urbaine de la capitale ainsi que celle des provinces, sans oublier les bâtiments publics, sont en état de délabrement avancé. Le dernier rapport du ministère des TPI indique que 10 % des infrastructures routières sont en bon état, 15 % à l’état moyen et 75 % en état de délabrement avancé. La voirie urbaine, en dehors de Kinshasa et Lubumbashi où il y a eu réhabilitation de quelques artères, est en état d’abandon dans la plupart des provinces. Le ministre d’Etat Pierre Lumbi, estiment les observateurs, a la mission essentielle de rétablir le trafic sur l’ensemble du territoire national. Les routes et la voirie urbaine qui constituent un des piliers du chantier du Chef de l’Etat doivent requérir une attention particulière du ministre d’Etat en vue de matérialiser l’unification de l’ensemble du territoire national. Pour atteindre cet objectif, le ministre d’Etat Pierre Lumbi doit dans un premier temps, redynamiser l’Office des routes et l’Office des voiries et drainage qui sont les entreprises publiques de génie civil au service du gouvernement. Ensuite, il devra procéder à l’identification des sources des financements des infrastructures avant de se pencher sur le respect des normes en matière de génie civil. Le ministre d’Etat doit arriver à mettre un terme à l’exécution des attributions du ministère par d’autres institutions ou organisations. La réussite de son action passe par le parachèvement des projets de réhabilitation de la nationale n°1 qui va de Banana, dans la province du Bas-Congo jusqu’à Kasumbalesa, dans la province du Katanga, ainsi que les projets des nationales n°2 (Mbuji-Mayi – Bukavu en passant par Kasongo) et la nationale n° 4 (Bukavu – Kisangani) inscrits dans le cadre du Programme multisectoriel d’urgence de réhabilitation et de construction (PMURR) et du Programme d’urgence de réunification économique et sociale (PUSPRES). La réussite est encore conditionnée par la matérialisation du PUACV qui prend en compte les nationales n°5 et 6. Dans le cadre de la voirie, une action de désenclavement des communes doit être amorcée par la réhabilitation de la voirie existante et la création d’autres. Il est nécessaire dans un premier temps d’accélérer le démarrage des travaux de l’avenue de Libération en vue de désengorger l’avenue Colonel Mondjiba et Bay-Pass.

Résultat positif de la contribution de la MONUC à la sécurité électorale

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, de la décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi, s’est félicité, jeudi, du résultat « heureux » de la contribution de la Mission de l’ONU en RDC (MONUC) à la sécurisation électorale qui a permis l’atterrissage en douceur de la transition. L’évaluation a été faite au cours d’une séance de travail avec une délégation de la MONUC conduite par le représentant spécial adjoint du secrétaire général de l’ONU en RDC, Haile Menkeiros.

M. Denis Kalume et ses hôtes ont discuté également de la réorganisation et de la réforme de la Police nationale congolaise. Les deux parties ont, en outre, évoqué les problèmes de sécurité au Kivu et en Ituri, dans la Province Orientale.

Dans ce contexte de sécurité, le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et sécurité présidera lundi prochain une région de restitution sur la réforme du secteur de la sécurité en République Démocratique du Congo.

Le ministre Godefroid Mayobo prend possession du secrétariat général du gouvernement

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le ministre près le Premier ministre, Godefroid Mayobo, a pris possession du secrétariat général du gouvernement à l’issue de l’opération de remise et reprise qu’il a effectuée jeudi avec le secrétaire général sortant, Ntumba Lwaba, en présence de 4 secrétaires exécutifs des commissions gouvernementales de la transition qui étaient dirigées par les anciens vice-Présidents de la République. Le ministre Mayobo a rappelé, à cette occasion, la recommandation du Premier ministre relative à la mobilisation totale de toutes les ressources pour la refondation de la nation. Il a félicité l’animateur précédent du secrétariat général du gouvernement et tous ses collaborateurs pour tout le travail accompli dans la préparation et le toilettage de différents documents indispensables du gouvernement.

M. Mayobo a assuré que son mandat s’inscrit dans le cadre de la continuité des affaires de l’Etat et de la restructuration du secrétariat général du fait de sa nouvelle mission avant d’apaiser les agents sur leur futur sort et de reconnaître la disponibilité de l’équipe sortante.

Pour sa part, M. Ntumba Lwaba a félicité ceux qui ont collaboré avec lui pendant la transition pour le travail accompli. « Mission accomplie », a-t-il dit, avant de promettre qu’il reste à la disposition de la République.

La nouvelle ministre des Affaires foncières s’engage à travailler dans l’objectivité et la légalité

Kinshasa, 02/03 (ACP).-La nouvelle ministre des Affaires foncières, Liliane Mpande Mwaba, s’est engagée, jeudi à Kinshasa, au cours de la cérémonie de remise et reprise, au siège du ministère, à travailler dans l’objectivité et la légalité en vue de promouvoir le développement du secteur. Le ministère des Affaires foncières, a-t-elle relevé, présente de multiples problèmes qui appellent des solutions efficaces et appropriées. Pour Mme Mpande Mwaba, la continuité qu’elle préconise devra répondre aux aspirations profondes de toute la population congolaise. Dans cette optique, elle s’engage à rester à l’écoute de toutes les sensibilités afin de réduire les conflits fonciers. La ministre Mpande a fait savoir que l’informatisation des données foncières constitue un impératif dans le secteur, avant d’inviter le personnel du ministère à se mettre au travail dans l’harmonie, la discipline et le patriotisme pour répondre au rendez-vous de l’histoire de la République Démocratique du Congo, notamment en inscrivant les Affaires foncières dans la logique des 5 chantiers du Chef de l’Etat.

La nouvelle ministre des Affaires foncières est licenciée en droit de l’Université de Lubumbashi (UNILU).

Inauguration des bâtiments du CATSR par le délégué de la communauté française de Belgique

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le délégué de la communauté française de Belgique en RDC, Freddy Jacquet, a inauguré, jeudi, les bâtiments qui abriteront les services du Comité d’appui au travail social de rue (CATSR), dans la commune de Kalamu, et procédé à la remise officielle des actes du séminaire international tenu du 3 au 7 avril 2006 à Kinshasa sur des structures des travailleurs, en partenariat avec l’ONG belge Dynamo international. La construction de ces bâtiments s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations et résolutions de ce séminaire international, a souligné M. Jacquet.

Dans son mot de circonstance, M. Edhe Mukendi,  coordonateur du CATSR, a rappelé les efforts déployés par la Belgique et le gouvernement congolais pour la tenue des assises dudit séminaire. Il a énuméré quelques missions assignées au CATSR à savoir impulser et renforcer le travail social des acteurs sociaux de rue à travers des commissions thématiques, militer pour la protection et la renaissance légale du métier du travailleur social de rue en République Démocratique du Congo, coopérer avec le réseau international de travail social de rue.

Par ailleurs, M. Mukendi a reconnu qu’il n’existe pas en République Démocratique du Congo un cadre théorique en matière d’échange d’expérience entre les travailleurs sociaux de rue, avant d’assurer que le CATSR ouvre ses portes aux secteurs sociaux de rue et aux partenaires tant nationaux qu’internationaux.

Le 3ème festival « Mimi-Sud » se veut plutôt qualitatif, selon les organisateurs

Kinshasa, 02/03 (ACP).-La 3ème édition du festival du Mouvement international pour les musiques dénommé « Mimi-Sud », qui se tient du 2 au 4 mars à Kinshasa, se veut plutôt qualitative que quantitative, ont affirmé les organisateurs jeudi à l’ACP. « Cette dernière édition n’accueille que 5 pays, à savoir la France, le Gabon, le Burkina-Faso, l’Ouganda et la RDC, pays hôte, contrairement à l’édition précédente qui avait regroupé douze pays. Pour le chef de la coopération culturel français près l’ambassade, M. Alain et le responsable du groupe « Racine Alternatives », Lexus, cette sélection s’explique du fait que « Mimi-Sud » qui se tient au Centre culturel congolais « Le Zoo » (CCCZ), vise l’excellence. Parmi les groupes retenus, on cite notamment « RJ Kaneirra » de la RDC, avec son mélange de rythme congolais moderne et de Hip-Hop baptisé « Rotatam Style », à cause de son enjeu de temps et contre temps, « Le Movai Zhaleine » du Gabon avec son hip-hop aux sonorités typiquement africaines, le duo Stéphane Le Borgne et Nicolas Cante de la France, etc. Ces derniers vont présenter un spectacle teinté de morceaux d’improvisations. Organisé par la coopération française, ce festival payant a connu également le soutien du Centre Wallonie-Bruxelles et de la Structure des musiques : « Racines – Alternatives » que dirige le rappeur Alex Lexus.

 Quelque 10 journalistes culturels congolais en stage de formation

Quelque 10 journalistes culturels congolais des différents organes de presse, participent à un stage de formation sur l’écriture et les genres journalistiques, dans le cadre du festival du Mouvement international pour les musiques, dénommé « Mimi-Sud », dans la commune de la Gombe.

Aimé par Stéphanie Maurice, journaliste française du journal « Libération », cet atelier, qui a débuté le 26 février dernier, va prendre fin le 9 mars. Il est organisé par la coopération de la République française, à travers son département de renforcement des compétences artistiques et professionnelles des métiers culturels en République Démocratique du Congo, en collaboration avec le Groupe de recherche et d’échanges technologiques (GRET).

L’atelier sera sanctionné par des brevets de participation. A l’issue du festival « Mimi-Sud », ces 10 journalistes, dont 3 de l’ACP et 7 autres des quotidiens paraissant à Kinshasa vont publier un journal intitulé « Le journal du festival « Mimi-Sud ».

Effacer le mythe de ministère à problème à l’EPSP

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le ministre Maker Mwangu Famba qui a pris ses fonctions au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) mercredi, est déterminé à effacer le mythe de « ministère à problèmes à l’EPSP au terme de la cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, Bwanakawa Nyonyi. Le nouveau ministre de l’EPSP, après avoir exprimé sa joie et celle du nouveau vice-ministre, Dr Sakatolo, pour tous les signes d’attention manifestés à leur égard par l’équipe sortante, a plaidé pour une franche collaboration entre les nouvelles autorités du ministère et les agents et cadres de l’EPSP. « Notre mission est de disposer des têtes et des bras pour réfléchir et nous mettre au travail », a-t-il souligné.

De son côté, le ministre sortant Nyonyi Bwanakawa a fait un bref bilan de son action à la tête de l’EPSP, avant d’exposer quelques problèmes auxquels son successeur devra rapidement faire face. Il s’agit notamment d’un « conflit latent entre le secrétariat général et l’inspection générale de l’EPSP, de la spoliation des terrains scolaires et de la réparation de la cabine électrique qui alimente divers services du ministère de l’EPSP ainsi que de l’organisation de l’examen d’Etat. Il a demandé aux agents et cadres du ministère d’offrir « la même collaboration » aux nouveaux ministre et vice-ministre.

 
 
 SOCIETE      
 

Création de la Fondation « Jean Bolikango à Kinshasa »

Kinshasa, 02/03 (ACP).- La Fondation Jean Bolikango vient d’être créée à Kinshasa, à l’initiative de M. Joseph Bolikango Bopolo, un des petits-fils de feu Jean Bolikango, une figure de proue de la première heure de l’indépendance du pays. Selon Joseph Bolikango, il a eu l’idée de créer cette structure afin d’immortaliser l’œuvre que l’illustre disparu a réalisée sa vie durant en faveur de l’élite congolaise. Dans le cadre du lancement de cette fondation à Kinshasa, une petite brochure qui sera suivie plus tard d’un livre dédié à la vie de Jean Bolikango, a été publiée. La brochure retrace notamment la carrière « très élogieuse » du défunt, né le 4 février 1909 à Kinshasa, et décédé le 17 février 1982 à Liège, en Belgique, le rôle qu’il a joué de sa nomination au commissariat général à l’Information à l’époque du gouvernement colonial et sa brillante carrière d’enseignement au collège ST Joseph  de Kinshasa, sous la direction du R.P. Raphaël de la Kethulle. Président du Parti de l’Unité nationale (PUNA), M. Bolikango occupa respectivement les postes de vice-Premier ministre, de ministre et de député. Il fut président général de l’Association des anciens élèves des pères de Scheut  (ADAPES), avant d’être remplacé par Dominique Sakombi. Il fut titulaire de plusieurs distinctions honorifiques, dont la médaille de l’effort de guerre de 19940-1945, et celle de « Don Meronti » décernée par le Pape Pie XII. Enfin, l’initiateur de la « Fondation Jean Bolikango », membre de la diaspora résidant à Londres, souhaite qu’un jour le gouvernement de la République pense à l’installation du panthéon congolais où devront reposer, à jamais, les dignes fils et filles qui auront rendu d’éminents services à la nation.

Grogne des agents et cadres de la DGRAD/Likasi

Likasi, 02/03 (ACP).- Les agents et cadres de la Direction générale des recettes administratives, participation et domaniales (DGRAD) pour la ville de Likasi, au Katanga, ont exprimé leur mécontentement dans une pétition parvenue lundi à l’ACP.  Cette pétition qui est adressée au directeur provincial de cette régie financière au Katanga, fixe la position de ces agents et cadres face à la situation confuse consécutive à la suspension, pour manquement grave dans l’exercice de ses fonctions, du chef de  ressort Joseph Maniema Muzuma, et à sa réhabilitation controversée par la seule volonté de la Direction générale, selon une lettre que intéressé brandit. En effet, les signataires, au total, une trentaine sur un effectif de 44 personnes, dénoncent l’existence d’une administration parallèle créée par le chef de ressort suspendu. Cette administration, ont-ils précisé, est en flagrante contradiction avec la mission et les objectifs révolus à la DGRAD qui sont, notamment, l’encadrement et la maximisation des recettes au profit du Trésor public. Ils ont lancé l’appel à leur hiérarchie de faire une évaluation des recettes réalisées de 2.000 à 2005 par l’ancien chef de ressort et de comparer celles-ci avec la performance de son successeur qui accuse une ascension systématique. Les pétitionnaires indiquent que pour la seule période allant du 1er janvier au 14 février 2007, le ressort a dores et déjà réalisé 16.057.931 FC, un record en matière de mobilisation des recettes.

Par ailleurs, ils réclament la sécurisation de leur prime qui est tributaire d’un bon encadrement et de la maximisation des recettes, avant d’ajouter qu’ils jettent leur dévolu sur M. Blaise Bwele Ikasi qui, selon eux, remplit le profil d’un bon chef de  Ressort. Ils rejettent ainsi toutes manipulations qui seraient   préjudiciables pour le Trésor public.

Une personne meurt suite à une overdose au quartier Kindele à Kinshasa

Kinshasa, 02/03 (ACP).- M. Ngalume, âgé de soixante huit ans, menuisier, résidant au quartier Kindele dans la commune de Mont Ngafula, est mort  mardi à la suite d’une prise exagérée de « Lotoko », ont témoigné ses voisins. Selon cette source, M. Ngalume prenait régulièrement cette boisson alcoolisée dans suffisamment manger. La même source indique que la mort a surpris l’ivrogne dans son atelier de menuiserie en plein travail après avoir consommé, à jeun, une bonne quantité de ce liqueur indigène. Il laisse derrière lui une veuve et une grande progéniture. A la suite de ce décès, la police du quartier a procédé au rafle des vendeurs de ces produits toxiques impropres à la consommation pour raison d’enquête. Le quartier Kindele regorge plusieurs jeunes désoeuvrés qui se livrent au commerce de ces produits nuisibles à la santé.

Cinquante filles-mères en formation de coupe et couture à Kananga

Kananga, 02/03 (ACP).- Cinquante filles-mères sont encadrées en coupe et couture, par « l’Action pour la protection des droits de la femme et de l’enfant (APDFE) à Kananga, au Kasaï Occidental. Le secrétaire général administratif de cette organisation non gouvernemental (ONG) de droit congolais, M. Crispin Sobolayi, qui l’a confié à l’ACP, a précisé que les filles qui suivent cette formation professionnelle de deux ans, sont vulnérables, sans soutien, négligées par leurs familles. Cette formation gratuite va les aider à gagner dignement leur vie par le fruit du travail qu’elles vont faire, pour rendre service à la communauté.

 

  PROVINCES    

 
 

L’UCOPAS/ASUKI préoccupée par la prolifération des armes légères dans les territoires d’Uvira et Fizi

Uvira, 02/03 (ACP).- M. Mugereke Kisahira Joseph, administrateur directeur des projets à l’Unité de coopération paysanne au Sud-Kivu (UCOPASUKI) et secrétaire technique du Réseau congolais d’action sur les armes légères a déclaré que son organisation est préoccupée par la prolifération des armes légères dans les territoires de Fizi et Uvira. L’UCOPASUKI sensibilise  actuellement  les ex-combattants notamment les ex-miliciens et enfants soldats à se démobiliser et à remettre à l’autorité publique compétente pour destruction les armes à feu qu’ils détiennent.

Elle sensibilise aussi les communautés ethniques ex-belligérantes locales qui sont détentrices des armes à se pardonner, à rendre les armes à l’autorité et à continuer de cohabiter pacifiquement comme avant les deux dernières guerres. Selon les études menées par l’UCOPASUKI, les bandits, les civils, les ex-combattants, miliciens et communautés seraient armés dans les deux territoires précités au Sud-Kivu. M. Mugereke a dit que ces armes insécurisent  leurs détenteurs et la population civile avant de demander le concours des ONGS afin de sensibiliser la base pour qu’elle remette les armes aux autorités légalement établies pour que la paix règne dans la partie Est du pays.

Installation de l’antenne provinciale du RCP au Sud-Kivu

Bukavu, 02/032 (ACP).-L’antenne provinciale du Réseau des communicateurs et journalistes pour la population et le développement (RCP) a été installée dernièrement à Bukavu par les membres de la coordination nationale venus de Kinshasa. C’était à l’issue d’un séminaire atelier tenu du 19 au 23 février 2007 à l’Hôtel la Roche à l’intention des 20 journalistes de Bukavu, Kamitunga et Uvira. Pendant quatre jours, les formateurs ont axé leurs interventions sur les « enjeux de l’information et de la communication pour la promotion des questions des populations dans les médias ». Le coordonnateur provincial du Programme national de lutte contre le SIDA (PNMLS), le Dr. Bisimwa Nsibula a dit que 27 des 40 millions des PVV au monde vivent au Sud du Sahara. En RDC, les dernières statistiques font état de deux millions six cent mille cas. La moyenne nationale de taux de prévalence est de 4,5 %. Le taux de prévalence du SIDA à Bukavu est de 2,7 % alors qu’elle est de 4,7 dans la plaine de la Ruzizi. Me Arnold Nyaluma a planché sur les aspects juridiques des violences sexuelles. Il a insisté sur les innovations apportées par les deux lois du 20 juillet 2006. Ces deux lois, a-t-il dit, interdisent l’amende transactionnelle et le compromis entre les familles. Leurs causes sont reprises dans l’article 5 de la Constitution. Le Dr. Robert Nyamugaragaza Bugini, coordonnateur provincial de la Santé de reproduction, a parlé du planning familial : « c’est une stratégie pour réduire le nombre de naissance et celui de la mortalité dans la famille et permet la cohésion entre les enfants ». Enfin, les participants ont élu le premier comité provincial du RCP au Sud-Kivu : - président provincial : Marcellin Mundele Ndombe Tutu (RTNC/Sud-Kivu ; secrétaire provincial : Zakatindi Kilimo (ACP/Bukavu) ; trésorière : Marie Maombi Munembwe (Radio Sauti ya Rehema).

3ème séminaire mensuel de la SOJEDI sur l’après  élections

Uvira, 02/03 (ACP).- La SOJEDI, en collaboration avec le service de l’information publique de la MONUC, a organisé un troisième séminaire mensuel sur l’après élections, quel développement pour le territoire d’Uvira. L’administrateur adjoint du territoire d’Uvira chargé de l’administration, M. Ruhanduka Jonas, a appelé l’assistance de bien réfléchir sur ce thème car, dit-on, « après la pluie c’est le beau temps ». Après de multiples difficultés qua connues le territoire d’Uvira, il est nécessaire de savoir  quelle voie de développement ce territoire va-t-il prendre?. Il a précisé qu’après les élections, il y a beaucoup de travaux à faire pour la reconstruction du pays. Ce séminaire d’une journée a permis aux participants d’échanger sur plusieurs thèmes, notamment : l’avenir de la sucrerie de Kiliba, quel espoir ?; l’expérience des ports privés et difficultés des entreprises privées ; PNUD, des pistes pour l’avenir.

Cette série de séminaires s’inscrit dans le cadre des journées de réflexions ou d’échange que SOJEDI organise en faveur de la jeunesse d’Uvira pour s’imprégner de l’avenir de leur contrée.

L’UCDAK soutiendra le mandat du gouverneur élu

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- L’Union des creuseurs du diamant artisanal du Kasaï Oriental (UCDAK) soutiendra tous les projets initiés en faveur de la population du Kasaï Oriental par le nouveau gouverneur de province Alphonse Ngoyi Kasanji et son vice-gouverneur, M. Kazadi Bukasa, indique un message de félicitations adressé au 4ème gouverneur élu du Kasaï Oriental. Cette plate forme des creuseurs soutient que depuis la création de cette province en 1960, c’est la première fois qu’elle est placée sous la direction d’un opérateur économique du secteur minier. Etant   donné que la plus grande richesse de l’Est du Kasaï  n’est constituée que du diamant artisanal, les membres de cette association promettent d’aider le gouverneur pour la réussite des objectifs de développement de la province actuellement en délabrement total, malgré sa richesse.

Le pont sur  la rivière Lubi opérationnel dans 15 jours

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- Le pont sur la rivière Lubi, actuellement en pleine réhabilitation, sera opérationnel dans 15 jours, indique-t-on à la société Tanswansea chargée de réparer ce pont qui avait lâché à la suite d’un tonnage supérieur à sa capacité. Depuis sa coupure, note-t-on, les opérateurs économiques, les camions de transport en provenance de Kananga connaissent de sérieuses difficultés pour évacuer les produits agricoles des milieux ruraux vers les grands centres de consommation. La réhabilitation dans le délai déterminé constituera un salut pour la population de cette contrée du district de Tshilenge. Le pont sur la Lubi sépare les territoires de Miabi et de Kabeya Kamwanga.

Le responsable de l’INSS Kolwezi invite les agents à plus de production

Kolwezi 02 / 03 (ACP).- Plus de production pour une meilleure de prestation sociale, est le mot d’ordre lancé par M. Hilaire Kalombo- Mutasha, directeur de l’Institut national de sécurité social (INSS), agence de Kolwezi à tous les agents de ce service. Il a lancé cet appel au cours d’un point de presse qu’il a animé mercredi dans la salle Godass du Cercle Manika, dans la commune de Dilala, à l’intention de la presse locale. Pour M. Hilaire Kalombo Mutasha, la sécurité sociale est vivante à Kolwezi avec la participation à 50% des sociétés K.O.L. et D.C.P. aux recettes locales de l’INSS. L’INSS Kolwezi, a dit le directeur Hilaire Kalombo, participe actuellement chaque mois au paiement des prestations sociales à Kalemie, une ville qui a été sinistrée. A la direction générale de Kinshasa, l’INSS Kolwezi participe au fond de peréquation avec 65 à 70 % des recettes locales dans le cadre de la solidarité nationale. M. Hilaire Kalombo Mutasha a, au cours de ce point de presse, annoncé la construction d’un Bureau de l’INSS et d’un dispensaire pour soigner les pensionnés à Kolwezi. A la tête de l’agence de l’INSS Kolwezi d’il y a une année, Hilaire Kalombo Mutasha a réussi à informatiser son système de gestion pour le contrôle des employeurs. L’INSS Kolwezi compte actuellement 7428 travailleurs immatriculés dans les districts de Kolwezi et Lualaba et 1523 pensionnés.

Mécontentement au service de recouvrement provincial et au poste de péage ville de Mwene-Ditu

Mwene-Ditu, 02/03 (ACP).- Les agents et délégués commis au service de recouvrement provincial et de péage ville de Mwene-Ditu sont mécontents de l’actuel système de gestion instauré par les superviseurs  nouvellement nommés par le gouverneur  a.i., M. Paul Mukalenga Kalonda, a-t-on appris mardi à l’issue d’une séance de reconciliation organisée par le maire a.i. François Xavier Kongol Mana Amusas. Les agents reprochent aux deux superviseurs récemment nommés la gestion exclusive et totale de toutes les recettes et de toutes les activités au poste. Les anciens superviseurs déclarent avoir été démis illégalement de leurs fonctions. Ecoutant d’une oreille attentive les deux parties en conflit, M. Kongol Mana  Amusas  les a exhortées à travailler dans un climat de paix dans l’intérêt général de la nation. Il a invité tout un chacun au respect strict de ses attributions afin de maximiser les recettes.

 

  ECONOMIE    

 
 

Le FMI reconnaît une situation économique  difficile pour la RDC

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Une mission du Fonds monétaire international (FMI), en séjour depuis quelques jours à Kinshasa, a débuté jeudi une série des rencontres avec les officiels et autorités congolaises, dans le cadre de l’évaluation du Programme relais de consolidation (PRC). Le chef de la mission du FMI en RDC, Brillaçon et sa délégation ont eu tour à tour jeudi des séances de travail avec les ministres des Finances Athanase Matenda, du Budget ainsi qu’avec le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Jean Claude Masangu Mulongo. Les experts du FMI ont eu avec ses hôes des franches discussions autour de l’évaluation du PRC que le gouvernement a signé avec le FMI (avril 2006 au fin décembre 2007), et les deux premiers mois de l’année en cours (2007) en vue de faire un état des lieux de la situation économique et financière de la RDC. Les deux parties ont convenu que la situation économique du pays est assez difficile dans la mesure où il a été constaté des difficultés à contrôler un certain nombre des dépenses de l’Etat. De ces dépenses résulte un accroissement de la masse monétaire.

Les experts du FMI notent qu’au cours de ces derniers mois, des pressions de tous ordres ont été exercées, notamment au niveau du taux de change et celui de l’inflation, avant de souhaiter que le gouvernement puisse prendre un certain nombre des mesures pour remédier à cette situation. Il faut agir en fonction des recettes de l’Etat. Aussi longtemps que le gouvernement dépense plus, cela risque de créer des problèmes au niveau de l’inflation.

Le gouverneur de la BCC a rassuré ses hôtes, dans la mesure où il a déjà pris d’importantes décisions en terme du relèvement du taux d’intérêt et de stabilisation de la masse monétaire. Tout en s’estimant optimiste en ce qui concerne le redressement rapide de la situation, le gouverneur Masangu a indiqué qu’au cours des deux premiers  mois de 2007, il a été constaté un déficit de plus de 50 milliards FC, des chiffres provisoires, a-t-il soutenu, car les comptes de 2006 ne sont pas encore clôturés, avant de préciser qu’en décembre 2006, le déficit se situait à 29 milliards FC, tandis qu’en janvier 2007 il a atteint 15 milliards FC.

Jean Claude Masangu a fait savoir que la BCC a stabilisé le taux de change qui se situe entre 560 – 570 FC le dollars US. Le volume de souscription du billet de trésorerie stabilisé se situe autour de 18 milliards FC.

Concernant la batterie des mesures à prendre pour assurer une stabilisation durable de la masse monétaire, outre le taux d’intérêt et le billet de trésorerie, il a été noté également les réserves obligatoires et l’intervention sur le marché. La BCC compte donc utiliser tous ces instruments de politiques monétaires pour stabiliser la situation.

Grogne à la GECAMINES /Kinshasa

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Les travailleurs de la GECAMINES Kinshasa ont organisé, jeudi devant l’immeuble ex-SOZACOM, sur le boulevard du 30 juin, dans la commune de Gombe, des manifestations contre la destitution de leur administrateur- délégué général, le Canadien Paul Fortin. Les travailleurs ont vidé leurs bureaux pour s’amasser nombreux à l’entrée principale de l’immeuble, au rez-de-chaussée où ils ont installé à même le sol une statue symbolisant les ancêtres du Katanga, à qui ils imploraient un châtiment exemplaire à l’endroit des tireurs de ficelles dans l’ombre, dans cette affaire.

Sur une banderole déployée sur place, on pouvait lire « Après une longue et dure traversée du désert, les travailleurs de la GECAMINES sont unanimes et formels : M. Paul Fortin et son comité de gestion ou rien ». Les syndicalistes de la GECAMINES à Kinshasa qui affirment avoir appris cette nouvelle par voie des ondes, font état d’un puissant lobby qui est à la base de cette situation, lequel est jaloux des efforts que déploie l’ADG Paul Fortin pour améliorer sensiblement les conditions sociales des travailleurs de cette entreprise. Arrivé à la tête de la GECAMINES en janvier 2006, M. Fortin a réussi a apuré les 40 mois d’arriérés trouvés et depuis ce temps, les salaires mensuels sont réguliers, permettant ainsi aux travailleurs de la GECAMINES de revivre et de remettre leurs enfants sur le banc de l’ école. « Du jamais vu depuis plusieurs années avec les mandataires qu’on a vu défiler à la GECAMINES », soutiennent les syndicalistes qui dénoncent les manœuvres dilatoires  de ce lobby implanté au Katanga, et qui n’agit pas pour le bien de la GECAMINES et de ses travailleurs. La fin de la recréation étant déjà sonnée, ces derniers appellent le Président de la République ainsi que le Premier ministre à s’impliquer dans cette affaire, afin d’ordonner le maintien de M. Paul Fortin et de son comité de gestion appréciés par toute la base de la GECAMINES.

Le ministre de l’Urbanisme et habitat pour la capitalisation des résultats de son prédécesseur

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Le ministre de l’Urbanisme et habitat (UH) Laurent Simon Ikenge Lisambola s’est engagé à capitaliser les résultats de son prédécesseur qui constituent un de cinq chantiers du Chef de l’Etat, au cours de la cérémonie de remise et reprise qui s’est déroulée mardi au siège de ce ministère avec son prédécesseur John Tibasima. Le ministre Ikenge a déclaré que les défis à relever sont nombreux et importants et qu’il appelle tous les agents et cadres à l’appuyer dans son action en vue de la refondation de l’Etat et la reconstruction de la nation.

Il a enfin remercié son prédécesseur pour l’accueil et sa disponibilité pour les différents renseignements aux problèmes qui se poseraient dans l’exercice de sa fonction. Le ministre sortant John Tibasima s’est réjoui de la confirmation du ministère de l’Urbanisme et habitat comme un domaine à part entière dans l’ossature gouvernementale.

 
  SCIENCE - SANTE - ENVIRONNEMENT    
 

Les vivres frais recongelés impropres à la consommation

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Le chef de division urbain de l’Agriculture à Kinshasa Ngandu-Kavumu a fait savoir que les vivres frais recongelés sont impropres à la consommation et ne sont pas conformes aux normes d’hygiène alimentaire requise en la matière. M. Ngandu l’a exprimé au cours d’un entretien mercredi avec l’ACP.

Il a souligné que ces vivres non écoulés durant la vente et recongelés sont souvent exposés aux microbes aërobiques, anaérobiques et anaérobiques stricts pour mauvaise conservation pendant la vente en plein air. Les vivres frais saignant après décongélation par exemple deviennent du coup impropres à la consommation, a prévenu le chef de division qui a estimé à 80% les cas de mortalité dus aux mauvaises habitudes alimentaires.

Il a également dénoncé le comportement de certains opérateurs économiques expatriés qui mettent sur le marché des boîtes de conserve falsifiées ou corrompues, en dénaturant leurs dates d’expiration. M. Ngandu a préconisé, en outre, la réhabilitation du vétérinaire pendant la troisième République dans son rôle consistant en l’inspection sanitaire régulière sur le marché, sans restriction, en vue d’assainir ce secteur. L’expertise du vétérinaire sur le terrain constitue un puissant moyen de garantir la médecine préventive contre les 200 roses notamment pour épargner le Congolais des maladies se transmettant de l’animal à l’homme, a conclu M. Ngandu.

Tenue à Kinshasa d’un séminaire pour rentabiliser le secteur de  l’élevage en RDC

Kinshasa, 02/03 (ACP).-L’ Association pour le développement communautaire agro-pastoral et de planification beragée (ADECAPAB) a tenu dernièrement un séminaire sur la rentabilisation de l’élevage sous le thème  « les secrets pour la réussite  en élevage des volailles et des porcs », à l’intention des éleveurs et des vétérinaires Congolais. Au cours de ces assises, les éleveurs ont relevé un défi capital face aux produits alimentaires surgelés importés de l’étranger qui envahissent le marché local.  Ils ont, en outre relevé, les pistes et les voies et moyens pouvant relancer le secteur de l’élevage longtemps abandonné à son triste sort en RDC.

Les éleveurs ont souhaité que la RDC puisse parvenir à l’échelle de l’Afrique du Sud qui possède actuellement une grande industrie agro-pastorale alimentant d’autres pays africains en produits nécessaires. Le vétérinaire Mukwa a fait ressortir dans son exposé l’importance de la vaccination des volailles et des bétails pour les garder en bonne santé. Plusieurs autres exposés ont été développés au cours de ce séminaire par les docteurs vétérinaires venus de différentes associations agro-pastorales de la ville province de Kinshasa.

La consommation du poisson est bénéfique pour l’enfant

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Une étude menée par des spécialistes révèle que la consommation de poissons par une femme pendant la grossesse a un effet bénéfique sur le développement neurologique et comportemental de l’enfant jusqu’à l’âge de 8 ans. Selon la source, les poissons sont riches en acides gras oméga-3 essentiels au développement du cerveau et la consommation hebdomadaire de poissons supérieure à 340 g chez la femme enceinte avait un effet bénéfique sur le développement neurologique de l’enfant.  L’étude met en évidence les bénéfices nutritionnels pour l’enfant à naître de la consommation de poissons par la femme enceinte, même si ses auteurs ne contestent pas la nocivité potentielle du mercure. Cependant, l’étude n’a pas apporté la preuve que la consommation de plus de trois portions de poissons par semaine pendant la grossesse avait un effet négatif sur le développement ou le comportement de l’enfant, conclut la même source.

Pour l’éradication du poliovirus sauvage dans le Bas-Fleuve

Boma, 02/03 (ACP).- Le nouveau médecin épidémiologiste de Boma et du Bas Fleuve, le Dr. Adolphe Nkongolo, s’est déclaré prêt, avec l’apport de tous, à mettre un terme au poliovirus sauvage dans sa juridiction, à l’occasion de la cérémonie de son installation vendredi à la clinique Croix-Rouge de Boma. Le Dr. Nkongolo a, à cet effet, axé son message sur les quatre stratégies de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) pour réussir cette mission, à savoir l’amélioration du PEV (Programme élargi de vaccination), l’insistance sur les activités de vaccination supplémentaire, la surveillance épidémiologique et la riposte contre tout nouveau cas de poliovirus sauvage. Pour le Dr. Nkongolo, la bonne conscience ainsi que la détermination des fonctionnaires de la Santé publique, de la population et surtout du personnel de santé commis à l’opération de vaccination, sont également requises pour réussir l’éradication une fois pour toutes du poliovirus sauvage dans cette contrée. Le Dr. Nkongolo remplace à ce poste le Dr. Tsimba Diakiese décédé dernièrement. Il vient de Kisantu où il assumait les mêmes fonctions aux districts des Cataractes et de la Lukaya.

 
 
  SPORTS    

 
 

Adema reçoit Mazembe samedi en seizième de finale de la Ligue des champions de la CAF

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Adema de Madagascar recevra le TP Mazembe de Lubumbashi (RDC), dimanche au Madagascar en match comptant pour le seizième de finale aller de la Ligue des champions de la Confédération africaine de football (CAF). Selon une source digne de foi, l’équipe de Mazembe serait déjà en route pour Madagascar via l’Afrique du Sud. Aux préliminaires, Adema s’était débarrassé d’Anse Réunion de Seychelles (0-0, 3-0) tandis que Mazembe a eu raison de Police XI de Botswana (3-0, 4-2). En coupe de la Confédération, Bukavu Dawa affrontera Issia Wazi de la Côte d’Ivoire dimanche au stade des Martyrs pour le compte de match aller de la 4ème Coupe de la  Confédération.

L’équipe ivoirienne est arrivée à Kinshasa depuis le jeudi matin par Kenya Air Ways. Issia Wazi est une équipe de l’intérieur à un peu moins de 400 km d’Abidjan. L’autre représentant congolais à cette compétition, le DC Motema Pembe a quitté Kinshasa mercredi pour Luanda, la capitale angolaise où il rencontre Benfica de Luanda, samedi en 1/16 de finale aller. La délégation de Motema Pembe est composée de 25 personnes dont 18 joueurs. Elle est conduite par le 2ème vice-président de la Fédération congolaise de football, Laurent Nkwim Lay, rappelle-t-on.

Les lutteurs congolais en stage au Sénégal prochainement en France

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Les lutteurs congolais en stage de la solidarité olympique au Centre international de formation à Thiès, au Sénégal effectueront en stage de préparation de deux semaines en France en prévision des Jeux Africains, Alger 2007. Les lutteurs Kalimasi Sabiti et Fukwabo David qui bénéficient d’une bourse olympique pour une formation de deux ans depuis le mois de septembre 2006, seront soumis à ce stage français deux semaines avant de se rendre à Alger où ils iront en renfort à l’équipe nationale de lutte les Léopards. Selon une message de Kalimasi adressé au président de la Fédération congolaise de luttes associées (FECOLUTTA), Christophe Olela Ossomba, le capitaine de l’équipe national est satisfait des enseignements dispensés.

Il a indiqué que Fukwabo et lui ont affronté à la mi-février dernier  à Thiès des lutteurs français. Kalimasi a gagné ses trois rencontres alors que Fukwabo s’est imposé en deux combats. Les deux stagiaires boursiers congolais sont autorisés à venir en renfort à l’équipe nationale chaque fois que celle-ci aura à disputer une compétition internationale.

 
 
 
 

M. Tshikez prend ses fonctions au ministère de la Défense nationale

Kinshasa, 02/03 (ACP).-M. Tshikez Diemu, nouveau ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, a pris ses fonctions, mercredi, au cours d’une cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, Tharcisse Habarugira au cabinet ministériel situé au siège de l’Etat-major général des FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo), au Mont-Ngaliema, dans la commune du même nom.

Le ministre Tshikez a rappelé, à cette occasion, l’unanimité que se fait l’opinion sur le rôle important que doit jouer l’armée dans l’œuvre grandiose de la reconstruction du pays.

S’adressant aux officiers généraux, supérieurs et subalternes conduits par le chef d’Etat-major général des FARDC, le lieutenant général Kisempia Sungilanga Lombe, dans la grande salle de réunions, M. Tshikez a souligné que l’armée doit cesser d’être « la crainte du pays, mais sa protectrice ». Cela, a-t-il dit, doit constituer une interpellation pour chaque officier. Ce pari est rude certes, mais pas impossible, a-t-il relevé, en recourant à l’expérience de la transition qui constitue pour lui l’illustration du fait que le Congolais est en mesure de transcender ses passions pour le bonheur de la société.

L’armée d’aujourd’hui constituera le bouclier de la nation et certaines conditions s’avèrent indispensables pour réaliser ce défi, notamment la victoire sur nos faiblesses, la dextérité et la dignité dans la gestion quotidienne de nos propres affaires, a souligné M. Tshikez. Pour remplir cette mission, le nouveau ministre de la Défense a proposé que la question soit examinée avec la base, c’est-à-dire les hommes de troupes, en vue d’élaborer un contrat programme.

Il a, à cet effet, invité ses interlocuteurs à considérer l’aide extérieure non comme une nécessité mais un simple apport ne pouvant nuire à la dignité nationale. On n’est mieux servi que par soi-même, a conclu M. Tshikez.

 Une armée de dissuasion

Le ministre Tshikez a mis un accent particulier sur les conditions sociales du militaire qu’il considère comme indispensables pour tenir haut son moral.

Il a en primeur cité la paie du militaire qui sera substantielle. Pour l’orateur, le militaire mis dans de bonnes conditions de travail sera capable des exploits. Une armée ainsi constituée sera celle de dissuasion, a soutenu le ministre Tshikez.

Auparavant, M. Habarugira, ministre sortant, avait sollicité l’appui des officiers au programme d’action de son successeur et s’est félicité de la collaboration des cadres militaires dans la réussite de son mandat de quatre mois à la tête du ministère de la Défense. Cette collaboration, a-t-il dit, lui a été d’un grand apport dans la conduite de ce ministère qu’il a qualifié de stratégique. M. Habarugira a terminé son adresse en souhaitant plein succès à M. Tshikez, le 18ème ministre de la Défense depuis Lumumba.

M. Kambale et Mme Ivonne Iyamulemye, respectivement nouveaux vice-ministres à la Défense et aux Anciens combattants ont pris part à cette cérémonie.

Le renforcement de la coopération entre l’AWEPA et le Parlement congolais évoqué jeudi à l’Assemblée nationale

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, s’est entretenu jeudi avec MM. Luc Dhoore, vice-président de l’Association des parlementaires européens pour l’Afrique et Bernard Quintin, 1er secrétaire à l’ambassade de Belgique à Kinshasa, du renforcement de la coopération entre l’AWEPA et le Parlement congolais. Il a été essentiellement question du renouvellement de l’accord de coopération et d’assistance technique signé entre les deux parties, ont déclaré les deux hôtes de M. Lutundula à l’issue de leur entretien.

Les deux parties se sont intéressées, à ce propos, à l’identification des projets prioritaires du Parlement de la RDC qui peuvent bénéficier du financement de l’AWEPA et de la coopération belge.

 Félicitations de « Amani Forum » au 1er vice-président de l’Assemblée nationale

M. Lutundula a, par ailleurs, reçu une délégation de l’Association « Amani Forum », conduite par son vice-président, Raphaël Tchengeni, venue le féliciter pour son élection comme député national, puis 1er vice-président de l’Assemblée nationale.

Les délégués de « Amani Forum », une association regroupant les parlementaires africains, ont également congratulé M. Lutundula pour sa désignation en qualité de président du bureau de la récente conférence des parlementaires des Grands lacs dont ils affirment qu’il a dirigé les travaux avec brio. La délégation a fait part au 1er vice-président de l’Assemblée nationale, des missions de « Amani Forum » et de ses activités dans la région des Grands lacs.

Visite de courtoisie du député sud-africain Job Sithole

Le député sud-africain, délégué du Parlement d’Afrique du Sud à la réunion des parlementaires des pays des Grands lacs qui s’est achevée mercredi à Kinshasa, Dumisani Job Sithole, a échangé jeudi avec le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, sur la collaboration qui doit exister entre les Parlements des deux pays. « Nous n’avons pas encore défini les termes de la coopération entre les deux institutions, mais nous arriverons dans un proche avenir à définir les secteurs à retenir », a déclaré à la presse le député ANC du Parlement sud-africain et responsable de la commission Affaires étrangères. M. Job Sithole a vanté l’importance de la République Démocratique du Congo dans des organisations sous-régionales comme la SADC.

Les gouverneurs de province exhortés à s’impliquer dans la gestion des réfugiés et rapatriés

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Les gouverneurs et vice-gouverneurs de province, en séminaire de mise à niveau à Kinshasa, ont été exhortés jeudi par Me Rigobert Moupondo Mafundji, secrétaire permanent de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR), à s’impliquer dans la gestion des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes, en leur qualité de prolongement de l’exécutif central.

Me Moupondo qui a planché sur la situation des réfugiés et des déplacés internes, a recommandé à ses interlocuteurs d’assurer la protection de cette dernière catégorie des concitoyens qui ont tout abandonné chez eux, à cause de la guerre, pour des provinces voisines en quête d’un oasis de paix. « Bien que l’article 202 de la Constitution de notre pays attribue au pouvoir central l’exclusivité de compétence en matière des réfugiés et déplacés internes, les gouverneurs de province, en tant que prolongement de l’exécutif central, doivent s’impliquer dans la gestion de ces personnes dans leurs juridictions respectives, ainsi que dans des opérations de rapatriement, de réintégration des rapatriés ou d’intégration des réfugiés », a-t-il souligné.

Auparavant, il avait retracé l’historique de la structure qu’il dirige, laquelle est une réponse au souci du gouvernement de doter la RDC d’un cadre juridique approprié et de se conformer aux instruments juridiques fondamentaux de protection internationale des réfugiés.

1.664.000 déplacés internes enregistrés en RDC

1.664.000 déplacés internes ont été enregistrés en République Démocratique du Congo, selon OCHA, un organisme humanitaire. La source précise que ces déplacés se répartissent de la manière suivante : 502.500 dans la province du Nord-Kivu, 351.000 au Sud-Kivu, 7.600 au Maniema, 312.000 au Katanga, 40.000 pour les deux Kasaï (Oriental et Occidental), 100.000 à l’Equateur et 40.000 à Kinshasa.

Par contre, le ministère des Affaires sociales estime que ces statistiques ne reflètent pas la réalité sur le terrain, il faut plutôt compter 3.400.000 personnes déplacées, selon cette dernière source.

Pardonne Kaliba promet de parachever les dossiers hérités au ministère de la Jeunesse et sports

Kinshasa, 02/03 (ACP).-M. Pardonne Kaliba Mulanga, nouveau ministre de la Jeunesse, des sports et loisirs, a promis de parachever, dans le cadre de la continuité des affaires de l’Etat, les dossiers hérités à ce ministère, au cours d’une cérémonie de remise et reprise jeudi avec son prédécesseur, Timothée Muteba, en présence des autorités du Mouvement sportif congolais et d’un délégué du ministère du Portefeuille.

Il n’y a pas de solutions magiques pour résoudre tous les problèmes de ce ministère, mais avec la volonté et la conviction de tous, il y a moyen d’opérer des miracles, a soutenu le ministre Kaliba, avant de demander à ses collaborateurs d’inscrire la journée de jeudi en lettres d’or dans les annales de ce ministère car elle ouvre solennellement l’entrée du premier gouvernement de la 3ème République.

Auparavant, un tête-à-tête avait regroupé autour d’une même table les deux hommes d’Etat, à l’issue duquel le ministre sortant, Timothée Muteba, a dressé un bilan de son mandat à la tête de ce ministère qui a permis notamment d’élaborer la loi sportive. M. Muteba a cependant déploré le fait que les experts, administratifs et dirigeants sportifs qui ont abattu ce travail « de titan » n’ont jamais été rétribués, demandant ainsi à son successeur de s’y pencher.

Il a, par ailleurs, remercié le Comité olympique congolais pour avoir négocié et obtenu le financement d’un village olympique sur le site de l’ancienne piscine basé au stade Tata Raphaël par l’ONG International Olympafrica.

M. Muteba a invité son successeur à suivre « de près » le dossier de ce village olympique au même titre que celui de la construction d’un « Palais des sports couvert qui sera érigé à Kinshasa en partenariat avec la Corée du Sud.

Passation de pouvoir au ministère de la Presse, information et communication

Kinshasa, 02/03 (ACP).-Le ministre de la Presse, information et communication nationale, M. Toussaint Tshilombo Send, a pris officiellement ses fonctions, jeudi, à l’issue de la cérémonie de passation de pouvoir avec son prédécesseur, M. Henri Mova Sakanyi, ministre sortant. Ce dernier a, dans son mot de bienvenue, présenté la fiche signalétique du ministère ainsi que sa double mission spécifique de réaliser la réunification communicationnelle et de contribuer à l’aboutissement du processus de la transition politique en RDC. Il a relevé les difficultés rencontrées tout au long de son mandat durant lequel le contexte politique était très agité et le secteur des médias caractérisé par une anarchie par des violations fréquentes des règles éthiques et déontologiques.

Enfin, il a remercié tous ceux qui ont collaboré avec lui pour la réussite de son mandat au ministère de la Presse et information. C’est ainsi qu’il a rassuré le ministre entrant de toute sa disponibilité à l’épauler dans la réussite de sa mission. Pour sa part, le ministre Tshilombo Send a affirmé que bien que la tâche soit immense, avec un peu de volonté, de discipline et d’ordre de tous les partenaires du secteur des médias, la réussite sera à notre portée. C’est pourquoi, a-t-il indiqué, il s’inscrit dans la logique d’ouverture, de négociation et d’échanges avec les différents partenaires du secteur de la presse : « Je suis le ministre de tout le monde et non un ministre partisan », a-t-il dit en substance. Le ministre Toussaint Tshilombo a pris l’engagement de s’appuyer sur les services administratifs du ministère et a, en outre, assuré d’accorder une attention particulière au projet de la loi-cadre sur la presse pour nous ramener vers les valeurs nobles d’éthique et de déontologie.

 Toussaint Tshilombo au mausolée M’zee Kabila et à la RTNC

Par ailleurs, le ministre Toussaint Tshilombo Send s’est rendu le même jour, après la cérémonie de remise et reprise, au mausolée M’zee Laurent-Désiré Kabila où il a déposé une gerbe de fleurs, en reconnaissance à cet ancien Président de la République, soldat du peuple.

Ensuite, il s’est dirigé à la RTNC (Radiotélévision nationale congolaise) où il a visité les locaux du 19ème niveau abritant autrefois les bureaux du ministre de la Presse.

Au regard du degré très avancé de la vétusté de ces locaux, il a instruit l’ADG de la RTNC à prendre des dispositions utiles pour la réhabilitation de ceux-ci.

L’invalidation du mandat de Tabu-Ley divise les députés provinciaux de Kinshasa

Kinshasa, 02/03 (ACP).-L’invalidation du mandat de Pascal Tabu-Ley, député élu du Rassemblement des Congolais pour la démocratie (RCD) à l’Assemblée provinciale de Kinshasa, annoncée au cours d’une plénière extraordinaire jeudi en la salle des réunions de l’Hôtel de ville, n’a pas réuni l’unanimité des membres au sein de cet organe délibérant, a-t-on rapporté à l’ACP. Le camp opposé au verdict de la Cour d’appel invalidant le mandat de Tabu-Ley dénonce une série d’irrégularités ayant entouré cette session extraordinaire.

Ce cap reproche au bureau de cet organe provincial le non-respect des textes légaux, notamment en ce qui concerne le délai de 48 heures recommandé pour saisir les membres de l’assemblée, avant la convocation de la session. Le fait que l’ordre du jour de la session n’a pas été préalablement communiqué aux députés est considéré également comme une entorse par le camp de l’opposition. Le camp favorable à l’annonce de cette invalidation s’en tient à un récent arrêt de la Cour d’appel.

A l’issue d’un débat fort animé qui a suivi l’annonce de cette décision d’invalidation, la plénière se serait terminée en queue de poisson, raconte-t-on, contrairement à un autre son de cloche qui soutient que la plénière a épuisé son ordre du jour.

Outre, Tabu-Ley, élu député provincial dans la circonscription électorale de la Tshangu, trois autres députés auraient été invalidés à cette occasion.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le travail rendra aussi ces filles-mères indépendantes, les mettra à l’abri des sollicitations dégradantes et des maladies sexuellement transmissibles, a expliqué M. Sobolayi. Certaines filles mères encadrées à l’APDFE ont exprimé à l’ACP leur satisfaction de suivre cette formation professionnelle en coupe et couture, qui les aidera à se prendre en charge et à mener leur vie d’une manière responsable. Outre la formation professionnelle, le cours de l’éducation à la vie qu’elles reçoivent leur permet de contrôler et de maîtriser les instincts négatifs pour leur bien être physique, moral et social, ont- elles dit.

Créée en 2002, l’APDFE organise cette formation en coupe et couture pour les filles-mères depuis septembre 2006.

Un voleur de câbles électriques brûlé en pleine opération  à la cité MIBA

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- Un jeune homme de 22 ans, fils d’un garde minier, de la Société minière de Bakwanga (MIBA) qui tentait de voler des câbles électriques sur la ligne haute tension de l’entreprise minière, à 1 heure du matin, a été brûlé en pleine opération de vol,  se tirant avec le bras droit complètement calciné et qui a été amputé à l’hôpital de Dipumba où il est actuellement interné, a appris jeudi l’ACP à la surveillance MIBA. Selon la source, ce voleur qui n’est pas à son premier forfait, était accompagné d’autres complices en fuite au moment où leur collègue venait d’être électrocuté. Ce groupe serait composé essentiellement des enfants des travailleurs de la société MIBA. Plusieurs quartiers des cités MIBA sombrent dans l’obscurité à cause des vols répétés des câbles, a-t-on indiqué.

Demande d’une mise en liberté provisoire du directeur provincial de la BCC/Mbuji-Mayi

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- M. Bolia, directeur provincial de la Banque commercial du Congo (BCC), actuellement en détention préventive à la prison centrale de Mbuji-Mayi pour détournement des fonds du trésor de cette institution bancaire, évalués à 450.000 dollars (quatre cent soixante cinq mille dollars américains), vient d’introduire une demande de mise en liberté provisoire, a appris l’ACP des services judiciaires du parquet de Grande instance de Mbuji-Mayi. Pour la partie accusée et son avocat conseil, leur adresse est connue, et cette mise en liberté provisoire, une fois accordée, sera une faveur faite à son client par la justice. Certains observateurs des questions de droit estiment que l’infraction reprochée au prévenu n’offre pas les possibilités de la démarche entamée par le détenu. Le magistrat instructeur reste la seule personne à répondre à cette épineuse question de droit pénal.

L’administrateur de territoire adjoint de  Mukumbi (Kasaï Oriental tué par des inconnus

Mbuyi-Mayi, 02/03 (ACP).- Le corps de l’ancien administrateur  de territoire adjoint,  territoire de Mukumbi au Kasaï Oriental, a été retrouvé poignardé et jeté au bord de la rivière proche de son lieu de travail, indique-t-on à Lupatapata. Selon la belle sœur  du défunt, M. André Kalonji revenait en compagnie de son secrétaire particulier d’une mission de service dans la localité de Bakwa-Mulumba où il avait été invité à un match de football. Pendant cette rencontre sportive organisée par les jeunes de la localité, il a reçu un message de son PARSEC, l’invitant à regagner son bureau pour régler un problème. Et c’est en cours de route, qu’il a vu surgir deux personnes munies des armes blanches qui  l’ont achevé. L’inhumation de la dépouille du défunt  a eu lieu au cimetière de Tshitenge, en l’absence des autorités de la province, du district de Tshilenge et de son territoire de Lupatapata  où il oeuvrait. Il laisse une veuve et six enfants. La police a ouvert une enquête pour découvrir les auteurs de cet assassinat, et son secrétaire est en détention préventive, pour des raisons d’enquête.

Une personne incarcérée pour avoir dénoncé la saisie illégale de 35 chèvres par des éléments de la PNC au Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- M. Razani Kabangu, membre de l’antenne club de la Radio RTDK (Radio télévision débout Kasaï),une chaîne privée émettant à Mbuji-Mayi, est actuellement incarcéré dans un lieu de détention au sous-commissariat de la Police nationale congolaise de Ntita-Kayuka, dans la chefferie de Bena-Kalambay, à Ngandajika, dans la province du Kasaï Oriental pour avoir dénoncé sur les antennes de la même radio, la saisie illégale par les autorités policières de 35 chèvres des vendeurs de Mbuji-Mayi, indique la RTDK captée mardi à Mbuji-Mayi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Contentieux électoral : La Cour d’appel de Mbuji-Mayi rejette les recours en annulation des élections du gouverneur de province du Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- La Cour d’appel de Mbuji-Mayi, siégeant en matière électorale au premier degré, a par deux arrêts rendus lundi, rejeté les requêtes de deux candidats malheureux au poste du gouverneur de province du Kasaï Oriental, MM. Katanga Yamutumbe et Herbert Kabwe Sabwe, qui avaient saisi cette instance judiciaire pour les irrégularités commises par la CEI, représentation du Kasaï Oriental, lors de ce scrutin ayant porté au pouvoir le gouverneur élu M. Alphonse Ngoyi Kasanji, indique-t-on au greffe du contentieux électoral. La requête de M. Katanga Yamutumbe a été déclarée recevable, mais non fondée pour des déviations à la loi électorale contenue dans son fond, tandis que celle du deuxième requérant, Kabwe Sabwe, avait été par contre déclarée non recevable. Les frais d’instance sont mis à charge des auteurs de ces deux actions en justice. Depuis l’existence d’une chambre de la matière électorale, aucun des candidats malheureux n’a gagné le procès, suite à l’absence des preuves de la part de ceux qui accusent la CEI, a indiqué à l’ACP un conseiller à cette cour.

Recrudescence de vols des câbles électriques à Kananga

Kananga, 02/03 (ACP).- La direction provinciale de la Société nationale d’électricité (SNEL) pour le Kasaï Occidental vient de décrier la recrudescence de vols des câbles électriques pour basse et haute tension dans la ville de Kananga, annonce un communiqué de ce service public de l’Etat parvenu à l’ACP. Ces actes inciviques répétés, révèle le document, sont de nature à perturber non seulement l’alimentation normale et régulière de la ville de Kananga en courant électrique, mais aussi à compromettre l’éventualité de nouveaux raccordements là où le besoin se faire sentir. La SNEL/Kasaï Occidental en appelle au civisme des Kanangais pour la protection du bien commun dans l’intérêt de la collectivité entière.

Recensement des officiers de police judiciaire de la PNC/Sud-Kivu

Bukavu, 02/03 (ACP).- Un recensement des Officiers de police judiciaire (OPJ) de la Police nationale congolaise, garnison de Bukavu, s’effectue du mardi 27 février au jeudi 1er février 2007 à l’Etat-major de l’Inspection provinciale à la Botte.  Selon le chargé de presse de la garnison de Bukavu, ce contrôle vise à déterminer le nombre exact des OPJ de la ville de Bukavu. Il se déroule sous la supervision des chefs des départements d’Instruction et renseignements, des relations publiques et presse ainsi que celui des finances.  Tous les officiers de police judiciaire concernés seront munis de l’attestation d’habilitation, des documents nécessaires tenus par l’OPJ et de la justification des amendes transactionnelles (AT). 

Ce recensement concerne également toutes les unités de la garnison de Bukavu : Police spéciale des mines, police de police, Police d’investigation criminelle, Police lacustre, Police de protection d’enfance et le Bataillon de garde.

Des vivres et non-vivres distribués aux déplacés de Bunyakiri

Bukavu, 02/03 (ACP) –  Treize mille (13.000) déplacés de Bunyakiri qui ont fui les méfaits des guerres entre belligérants viennent d’être assistés par l’ONG Caritas diocésain de Bukavu, en collaboration avec la Caritas britannique. Des vivres et non-vivres ont été distribués à ces réfugiés chez eux .  A croire au constat fait par l’organisation, 10.000 autres déplacée nécessitent une assistances. Il est difficile de les atteindre car vivant dans leurs milieux encore sous contrôle des bandes armées qui les tiennent encore en otage pour garantir leur sécurité. Des boucliers humains en soi.

Près  de vingt pistes  clandestines  rendent  difficile  le contrôle  migratoire à  Kasindi 

Beni/Kasindi (Nord-Kivu), 02/03 (ACP). - Près de vingt (20) pistes  clandestines  rendent  difficile  le contrôle  du mouvement  migratoire de la population  au poste-frontière  de Kasindi, sortie  principale  vers  l’Ouganda,  a rapporté à l’ACP  un officier  de la DGM (Direction générale  des migrations). Selon cette source, la  multiplicité  des pistes communément appelées ‘’ « Panya  road » (chemin des rats) favorise  l’immigration  et l’émigration  irrégulière  de part  et d’autre  surtout  en Ouganda. Cette émigration irrégulière cause un sérieux manque à gagner  au trésor,  a soutenu l’officier  car, a-t-il ajouté,  le jeton  délivré  à chaque  traversée figure parmi les actes  générateurs  des recettes à la DGM.

L’existence  des pistes  clandestines présente également  un risque  d’infiltration  d’éléments  incontrôlés, signale t-on à Kasindi – Lubirihya  où les accompagnateurs  des vaches  importées  de l’Ouganda  se contentent  des seules feuilles de route du cheptel  sans songer  à se faire  enregistrer.

En plus  des pistes  clandestines,  l’on enregistre également  la délivrance  intempestive   des laissez passer individuels  à des voyageurs  vivant  à plus   de 25 kms ; ce qui est contraire  aux normes  migratoires,  a soutenu  l’officier.

Le personnel du gouvernorat  récuse la mission du gouverneur Didier Gelengi en Ituri  

Kisangani, 02/03 (ACP).- Le personnel du gouvernorat de la province Orientale observe depuis mardi un sit in  devant l'esplanade de ce même gouvernorat, cela pour faire obstruction à une mission administrative du gouverneur a.i Didier Gelengi à destination de l'Ituri. Ce personnel qui totalise 17 mois des salaires impayés, juge inopportun le déplacement du chef de l'exécutif provincial a.i pour ce district, avec des frais de mission estimés à 6.OOOdollars US,  alors que son personnel continue à broyer du noir depuis 17 mois. 

Pour le même personnel, ce déplacement est un prétexte pour justifier et confirmer sa détermination à ne pas le payer. En effet, le personnel du gouvernorat ne s’explique pas  l’opportunité de cette mission dans le district de l’Ituri par quelqu’un qui est sous le coup des dispositions de la récente ordonnance présidentielle nommant les nouveaux  animateurs à ce poste de responsabilité

Les chefs des confessions religieuses de la RDC condamnent les événements sanglants des 31 janvier et 1er février 2007-

Matadi, 02/03 (ACP)-. Les chefs des confessions religieuses de la RDC venus de Kinshasa ont condamné avec fermeté  les affrontements sanglants entre les adeptes du  mouvement politico – religieux  BDK ( Bundu dia Kongo) et les éléments de la PNC (Police nationale Congolaise), les 31 janvier et 1er février derniers à travers les centres urbains et les agglomérations à forte concentration humaine du Bas-Congo. Les chefs des confessions religieuses ont exprimé ces sentiments mercredi à Matadi, dans un message de paix et de compassion adressé aux familles éprouvées, au sortir de l’audience que leur a accordée le gouverneur du Bas-Congo sortant Jacques Mbadu Nsitu, dans son cabinet de travail.  

Se confiant à la presse, Mgr Nathalis Songo Vangu, 1er vice-président de l’ECC (Eglise du Christ au Congo) et chef de la délégation, a souligné que les membres de sa délégation soutiennent et encouragent la commission parlementaire d’enquête constituée à l’effet d’établir sans complaisance les responsabilités de chacun pour que les coupables  et les commanditaires éventuels  subissent la rigueur de la loi. En attendant l’aboutissement de l’enquête, les chefs des confessions religieuses en République Démocratique du Congo invitent les « frères et sœurs » du Bas-Congo  à garder leur calme, à demeurer unis dans l’intérêt supérieur de la province en particulier et du pays en général, à ne plus répondre aux appels à la violence des politiciens en mal de pouvoir et à cultiver l’unité dans la diversité ainsi que la tolérance. 

Les chefs des confessions religieuses demandent aux autorités locales et nationales de prendre toutes dispositions utiles pour qu’à l’avenir de tels événements ne se reproduisent plus, avant d’inviter tous les croyants à demeurer dans la prière afin de consolider la paix et l’unité du pays, gages de la reconstruction nationale. Ces spirituels religieuses ont enfin loué les efforts consentis par le gouverneur sortant Mbadu pour rétablir l’ordre et la discipline après ces échauffourées sanglantes qui ont endeuillé plusieurs familles. Ils  ont en outre  rassuré ces dernières  de leur soutien total pour une paix   durable au Bas-Congo.

 
 
 
 
 

Le ministère de l’Urbanisme accuse un déficit en ressources humaines

Le ministère de l’Urbanisme et habitat (UH) accuse un déficit en ressources humaines évalué à 1.430 agents et cadres techniques compétents pour l’amélioration de la performance de ses services, a révélé l’ingénieur urbaniste Gustave Tshiswaka Mvemba Katantu, au cours d’un entretien mardi l’ACP. Le ministère de l’Urbanisme et habitat, pour son fonctionnement normal, a besoin de 3.389 agents et cadres. Cependant il compte en son sein 1.959 agents éparpillés sur l’ensemble de la République. Le déficit en personnel, a indiqué le secrétaire général Tshiswaka, ne lui permet d’être plus près de la population, alors que ses services sont nécessaires mêmes dans les localités. Par ailleurs avec le dédoublement des divisions tant urbaines que provinciales prévu dans trois avec le fonctionnement effectif des provinces nouvellement créées, le rendement va de plus en plus diminuer si le ministère de la Fonction  publique ne prend pas en charge les nouvelles unités.

Le ministère du Commerce extérieur pour la refondation de la RDC

Kinshasa, 02/03 (ACP).- Le ministère du Commerce extérieur poursuivra dans le sens de la paix et du développement les actions entreprises dans le cadre de la refondation de la RDC, a indiqué jeudi la vice ministre aux Affaires étrangères chargée des Congolais à l’étranger, Colette Tshomba, à l’occasion de la cérémonie de remise et reprise avec le ministre du Commerce extérieur sortant, Chantal Ngalula. Mme Tshomba représentait à cette cérémonie le ministre des Affaires étrangères et ministre du Commerce extérieur intérimaire, Mbusa Nyamwisi empêché. Mme Chantal Ngalula a, quant à elle, souhaité plein succès et fructueux mandat à la nouvelle équipe ministérielle. Les responsables des entreprises sous tutelle à savoir l’Office congolais de contrôles (OCC) et la Foire internationale de Kinshasa ont marqué de leur présence ladite cérémonie. Le ministre des Affaires étrangères assumera l’intérim du ministre du Commerce extérieur jusqu’à ce que le gouvernement désigne un responsable à la tête dudit ministère.

L’eau potable réclamée à Kisenso

 Kinshasa, 02/03 (ACP).- La commune de Kisenso à Kinshasa n’est plus desservie en eau potable par la REGIDESO depuis le mois de janvier jusqu’à ce jour, a constaté l’ACP. Cette situation met en difficulté les habitants de cette municipalité qui sont contraints de se rendre à Matete pour s’approvisionner. Les témoignages affirment que les infortunés sont buttés au refus car n’étant pas en mesure de répondre aux exigences des propriétaires de robinets. Heureux sont ceux qui ont des proches pour s’approvisionner en eau.

Dans certains quartiers on recourt à l’eau de source qui   est tenue de bouillir avant de la consommer pendant qu’ils se contentent de l’eau de pluie et de puits pour d’autres usages.  Selon une source fiable du bureau de la REGIDESO  Kisenso et qui a requis l’anonymat, cette situation déplorable est consécutive à la chute de tension du courant électrique sur la ligne qui alimente la station de pompage du quartier Duma la mettant dans l’impossibilité d’amener l’eau à la colline. Un rapport est adressé à la hiérarchie de la REGIDESO pour contacter la SNEL en vue d’une solution rapide à cette situation, confirme la source.

Les marchands du marché Tshiatshiatshia réclament la suspension du lotissement du site public

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- Les marchands du marché urbain Tshiatshiatshia, situé dans le quartier du même nom, dans la commune de la Kanshi, réclament aux termes d’une pétition collective adressée à l’autorité communale, la suspension immédiate du lotissement clandestin entamé sur le terrain dudit marché par les agents des services d’urbanisme et habitat du Kasaï Oriental. Les parcelles déjà loties sont vendues aux tiers et les propriétaires des stands restent sans emplacement pour vendre leurs produits. Les noms de quelques autorités urbaines et provinciales sont utilisés par les agents de l’Etat qui sont chargés de ce lotissement clandestin, note-t-on. Réagissant à son tour aux propos des marchands, M. Antoine Mukendi Kalenga, bourgmestre de Kanshi, soutient qu’il s’agit du réaménagement du terrain de ce marché sur instruction des autorités urbaines et non d’un quelconque lotissement. Il n’a fait aucune allusion aux parcelles déjà loties et vendues, note-t-on.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Persistance de la fièvre typhoïde à la cité d’Ilebo

Kananga, 02/03 (ACP).- La fièvre typhoïde sévit avec acuité à la cité d’Ilebo, chef –lieu du territoire du même nom, au Kasaï Occidental, apprend-on à l’antenne de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) à Kananga. 334 cas, dont 13 décès au total, ont été enregistrés depuis le début de cette calamité. Selon l’OMS dans cette ville, 8 (huit) cas de perforations intestinales ont été également déplorés. Informée de cette déplorable situation sanitaire, l’autorité provinciale du Kasaï Occidental a mis touts en œuvre pour solliciter l’intervention rapide des responsables du pays chargés de la santé publique.

Abattage accru des hippopotames dans le parc national de Virunga

Goma, 02/03 (ACP).- Le chef de département de l’éducation environnementale et communication au sein de l’ONG WWF/PEVi Kacheche de Goma, M. Augustin Ndimu, a dénoncé dernièrement au cours d’un entretient avec ACP l’extinction des grands mammifères, en l’occurrence les hippopotames. Selon Augustin Ndimu, en 1998, ce parc pouvait compter 3000 hippopotames, mais aujourd’hui, ces grands mammifères ne peuvent être comptés qu’au bout de doigts dans l’espace de moins de 6 mois. La même source indique que ces mammifères sont parmi les espèces qui ont concouru au classement de ce parc dans le patrimoine mondial.

Le chargé de l’éducation environnementale et communication au PEVi/Kacheche a indiqué que les éléphants ont été abattus dans la cité de Kwandja en territoire de Rutshuru, mais l’on signale également la vente et le grand trafic des pointes d’ivoire à Kanyabayonga, Kamandi, Nyamilima, Ishasha et Nyakakoma. M. Augustin Ndimu a salué les efforts des FARDC dans la lutte contre le braconnage à grande échelle avant de préciser que l’Institut congolais pour la conservation e la nature (ICCN) compte, dans les touts prochains jours, sceller un partenariat avec l’armée pour mettre un terme à cette destruction méchante de la nature.

3.527 cas de rougeole déclarés en 2006 dans la zone de santé de Kasongo

Kasongo, 02/03 (ACP).- 3.527 cas de rougeole ont été déclarés en 2006 dans Zone de santé de Kasongo, indique le rapport annuel de cette entité sanitaire. Selon la source, 1474 cas, soit 41,79 %, sont des enfants non vaccinés tandis que le reste, soit 58 %,  sont prétendus vaccinés. Malgré les séances de vaccination de masse et celles de routine, on a noté la recrudescence de cette maladie dans  cette zone de santé avec 25 décès dans la catégorie des enfants non vaccinés.

Rappelons que depuis février 2006, le gouverneur de province du Maniema a déclaré l’épidémie de rougeole dans les zones de santé de Kasongo, Kunda, Alunguli, Kindu et Kampene, situation qui persiste jusqu’à ce jour, voire même en s’étendant dans la zone de santé de Kailo.

Rapport sur l’état des lieux de l’environnement au Kasaï Oriental

Mbuji-Mayi, 02/03 (ACP).- Le chef de division de l’environnement, M. Kalala Mayi Male, a fait le rapport sur l’état des lieux de l’environnement au Kasaï Oriental, a-t-on appris dans un document parvenu le week-end à l’ACP. Selon le rapport, l’environnement au Kasaï Oriental se trouve dans un état de dégradation progressive à tous les niveaux des composantes environnementales aussi bien en milieu urbain que rural. Cet état dégradant de l’environnement au Kasaï Oriental,  indique la source, est causé entre autres par la dégradation du sol, la pollution de l’air, de l’eau, de la flore et de la faune.

Face à cette situation, quelques pistes de solution ont été envisagées, à savoir : la construction des collecteurs d’eau et des latrines à travers les marchés, écoles, usines, entreprises, parcelles résidentielles, boiser et reboiser les forêts et savanes, renouveler le matériel de la REGIDESO pour une bonne distribution et fourniture d’eau potable, interdire formellement l’utilisation des poisons, feux circulaires et filets dans la chasse, sensibiliser la population à la protection de la faune, réhabiliter les centres d’alevinage et projets pisciculture en ce qui concerne la faune ichtyologique.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Malaise au sein du FC St Eloi Lupopo

Lubumbashi, 02/03 (ACP).- Un malaise règne actuellement au sein de l’équipe de ST Eloi Lupopo depuis le    débâcle national en Coupe d’Afrique des clubs champions et des éliminatoires de la Ligue nationale de football (LINAFOOT). Ce malaise a fait l’objet d’une réunion extraordinaire des membres du comité d’honneur, des supporters et des anciens de Lupopo tenue dernièrement dans une terrasse sur l’avenue de la Révolution dans la commune de Lubumbashi.

Les participants à cette réunion qui était présidée conjointement par le Dr Ilunga Ndjoloko et M. Muteba Mujedo, tous membres du comité d’honneur, ont déploré la désorganisation au sein du comité sportif, le manque de collaboration et des moyens  financiers, de transparence. Ils ont reproché au comité le manque d’initiative,des relations avec d’autres clubs de tendance Lupopo et plusieurs viennent à l’équipe pour appuyer des individus au lieu de privilégier les intérêts de l’équipe.

A cette occasion, les membres du comité d’honneur de Lupopo ont envisagé la tenue d’une réunion mixte entre le comité d’honneur, sportif, des supporters et de sympathisants afin de décortiquer tous les problèmes qui rongent cette équipe, avant de prendre part à la Coupe du Congo qui démarre incessamment sur l’ensemble de la RDC.

Mbala de l’US Tshinkunku, meilleur buteur de l’EUFKANA

Kananga, 02/03 (ACP).- Le joueur Mbala de l’US Tshinkunku de Kananga affiliée à l’UEFKANA mène au classement des meilleurs buteurs avec 8 réalisations à l’issue de la 9ème journée du championnat. De son côté, Bakabuganda de BANACO et Mbuyi de TV Tshipepele avec 7 et 5 réalisations chacun occupent respectivement la seconde et la 3ème place. Pour sa part, Tshibambe de BANACO avec 5 buts marqués, et autant pour Sengisa de l’IFL (Interforces de Luluabourg) occupent respectivement la 4ème et la 5ème position.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
     

 

   

 

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |