Agence Congolaise de Presse

44-48 Avenue Tombalbaye - BP 1595 - Kinshasa - République Démocratique Du Congo

 Bulletin No BQ-1283  

Date::

08-03-2007
       
 
 NATION
 

La RDC respectera tous les engagements sur la paix et la sécurité dans la région des Grands lacs, rassure le Chef de l’Etat

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a rassuré, lundi à l’ouverture des travaux de la rencontre parlementaire de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs, au Palais du peuple, que la République Démocratique du Congo respectera tous les engagements pris dans le cadre de cette conférence sur la paix et la sécurité dans la région des Grands lacs.

La RDC continuera à rechercher les signes du rétablissement de la bonne foi et de la confiance dans ses relations avec les pays de la sous-région, condition pour que s’engage le processus devant mener à la normalisation des relations diplomatiques avec l’ensemble des pays de cette sous-région, a souligné le Chef de l’Etat, ajoutant que le gouvernement de la République soumettra incessamment aux deux chambres du Parlement, en vue de sa ratification, le texte du pacte de sécurité signé le 15 décembre 2006 à Nairobi, au Kenya, par les Chefs d’Etat.

Il a indiqué, par ailleurs, que des dispositions ont déjà été prises par le gouvernement en vue d’apporter une réponse durable au problème d’insécurité qui se pose encore à la frontière Est de la RDC, dans l’Ituri, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, et d’écarter la menace que constitue la présence des groupes armés étrangers sur cette partie du territoire national.

Le Président Joseph Kabila a rappelé qu’il y a quelques années, la sous-région a connu de graves perturbations qui ont entraîné la guerre entre quelques Etats, l’affrontement entre les armées nationales et leurs rébellions respectives causant de graves conséquences en termes de millions de décès au sein des populations, des millions de déplacés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de leurs pays respectifs, des destructions massives des infrastructures collectives ainsi que des moyens de production, et des pillages effrénés des ressources naturelles de certains pays.

Cette situation, a-t-il dit, a contribué largement au ralentissement de la croissance dans les pays de la sous-région avec comme conséquence le blocage de leur développement, soulignant clairement que les malheurs récents qui ont endeuillé tous ces pays trouvent leur origine dans le déficit démocratique, l’absence de croissance due aux choix erronés quant aux stratégies de développement et dans la menace réelle que faisait peser sur la sécurité des autres, certains Etats mus par la volonté de puissance.

Le Chef de l’Etat s’est réjoui de constater qu’aujourd’hui, la plupart des pays de la région ont fini par réaliser que la démocratie est le seul régime capable de favoriser leur développement et d’assurer l’épanouissement de leurs populations.

Ce développement est le seul combat qui vaille la peine d’être menée au sein d’une nation et que sa réalisation ne doit pas nécessairement se faire au détriment d’autres pays.

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’organisation de la conférence internationale sur la paix, la sécurité, la démocratie et le développement des pays des Grands lacs, a-t-il rappelé. « Nous en sommes donc au stade où la guerre ouverte entre les Etats a pris fin et où le dialogue s’est imposé comme moyen de résolution des conflits ».

Jamais les représentants légitimes des peuples des Grands lacs au niveau parlementaire ne se sont retrouvés tous ensemble pour traiter les problèmes d’intérêts communs et s’impliquer dans le processus de la conférence internationale sur la paix, la sécurité, la démocratie et le développement dans la région des Grands lacs, a conclu le Chef de l’Etat.

Kamerhe invite les parlementaires des Grands lacs à écrire une nouvelle page de la sous-région

Le président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, a invité les parlementaires des pays des Grands lacs africains à tourner la page sombre de la sous-région. « Nous devons nous employer à écrire une autre page, cette fois-ci en lettres d’or, celle d’une histoire de dignité, de prospérité et de grandeur dont se vanteront les générations futures », a-t-il déclaré.

Il a rappelé auparavant toutes les tragédies de la sous-région des Grands lacs, allant des événements tragiques du Burundi en 1993, « l’affreux » génocide rwandais de 1994, la guerre « sanglante et dévastatrice de 1997-1998 à Brazzaville, aux 4 millions de morts en RDC à la suite des guerres successives de 1996 à 2003, stigmatisant l’entêtement de l’armée de la résistance du seigneur (LRA) en Ouganda, les rébellions en Centrafrique, la longue guerre civile de 25 ans en Angola, la situation au Darfour qui dure déjà 4 ans (la guerre dans cette province soudanaise a été déclenchée le 26 février 2003).

Face à ces stratégies, les parlementaires congolais disent « plus jamais cela dans les Grands lacs africains », a affirmé M. Kamerhe.

Par une diplomatie parlementaire dynamique, nous oeuvrerons sans relâche à créer les conditions de retour de la confiance entre les peuples des Grands lacs, de développement des relations de bon voisinage et d’une coopération multiforme et fraternelle entre notre pays et ses voisins », a encore relevé le président de l’Assemblée nationale.

« La RDC considère le Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans les Grands lacs comme un acte fondateur » d’une nouvelle ère dans les relations entre les peuples et les pays de la région, a dit Vital Kamerhe, jugeant très avantageuse la ratification à brève échéance dudit pacte par les parlementaires des Grands lacs. Succédant à M. Kamerhe, le représentant du secrétariat conjoint de l’ONU et de l’UA, Ibrahim Fall, l’un des initiateurs de  la conférence, a déclaré que la conférence de Kinshasa » marque le début de la mise en œuvre du Pacte » signé par les Chefs de l’Etat des Grands lacs le 15 décembre 2006 à Nairobi, au Kenya, appelant les parlementaires en réunion à se mobiliser pour la ratification de  cet acte. Enfin, M. Luc Dhoore, vice-président de l’AWEPA, une association des parlementaires européens, co-organisateur de la conférence, s’est réjoui de la tenue de ces assises à Kinshasa tout en remerciant les autorités congolaises pour les avoir abritées.

Cent cinquante députés des Grands lacs ainsi que plusieurs invités prennent part à la conférence qui sera clôturée mercredi.

Le déficit de la démocratie, cause des conflits dans les Grands lacs, selon le député burundais Sylvestre Ntibantunganya

Abordé par l’ACP à l’issue de la cérémonie, le député burundais, Sylvestre Ntibantunganya, a attribué la cause de l’insécurité et son corollaire, le manque de paix dans la région des Grands lacs au déficit de la démocratie authentique. « La démocratie authentique qui consiste au respect des droits et libertés de l’homme n’est pas formellement respectée », a-t-il déclaré, notant que la crise d’une démocratie authentique a permis à une minorité de s’approprier la richesse du pays au dépens de la majorité de la population, donnant ainsi lieu à des conflits.

« Désormais, il faudrait constituer, mieux, établir la vraie démocratie qui accorde la parole sans équivoque au peuple et promouvoir le développement socio-économique au service de la population de la région des Grands lacs et à la CPGL », a conclu le député du Burundi.

Le Président Joseph Kabila visite les bureaux de l’Etat-major de la Force terrestre des FARDC

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a effectué lundi, au sortir du Palais du peuple où il a ouvert les travaux de la rencontre parlementaire régionale sur la région des Grands lacs, une marche à pied jusqu’à sa résidence de la Gombe, sur une distance d’environ 6 km. Durant le parcours, le Chef de l’Etat a visité l’état d’avancement des travaux d’aménagement de la « Place du Palais du peuple », où sera érigé le monument des morts, sous les explications de son conseiller principal au collège des infrastructures, Kimbembe Mazunga. Il s’est ensuite arrêté au camp Lieutenant-colonel Kokolo, où il a visité, sous la conduite du lieutenant-général Kisempia Sungilanga, les différents bureaux de l’Etat-major de la Force terrestre des Forces armées de la République Démocratique du Congo.

Tout le long de son passage, le Président Joseph Kabila était salué et ovationné frénétiquement par une foule nombreuse, surprise de le voir marcher à pied, bravant le soleil du jour.

Fin des travaux préparatoires de la Grande Commission mixte belgo-congolaise

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le directeur en charge de la Direction/Europe au ministère des Affaires étrangères, Mayele Ebokwol, a présidé lundi au Salon rouge dudit ministère, la plénière de la sous-commission du Programme indicatif de coopération (PIC), dans le cadre des travaux préparatoires de la Grande Commission mixte belgo-congolaise débutés depuis le 23 janvier 2007.

Faisant suite au rapport final sur l’état de lieu de la coopération entre le Royaume de Belgique et la République Démocratique du Congo, la sous-commission du PIC présidée par le directeur des ressources extérieures au ministère du Plan, M. Bonge, était chargée d’élaborer le programme de coopération avec à l’appui, les projets à soumettre à la partie belge.

Dans la présentation des travaux réalisés par la sous-commission, M. Bonge a précisé que plusieurs projets venant des différents ministères et institutions publiques avaient été reçus et que pour la liste des projets à retenir, il fallait tenir compte de l’enveloppe de 65 millions d’euros disponibilisés par le gouvernement belge, et des secteurs prioritaires retenus à savoir : l’éducation, la santé, l’énergie, les infrastructures et la bonne gouvernance. Après l’adoption du rapport par la plénière, le président Mayele a annoncé l’arrivée à Kinshasa jeudi 1er mars de la délégation des experts belges, et l’ouverture le 5 mars 2007 des travaux proprement dits de la Grande Commission mixte RDC- Royaume de Belgique.  

 
 CHRONIQUE
 

Le gouvernement Gizenga et le processus électoral
(Par Victor Shimba Mukadi)

Le gouvernement Gizenga a présenté son programme d’action jeudi dernier au Palais du peuple, en vue de son investiture. L’Assemblée nationale lui en a donné acte trois jours plus tard. Les députés ont examiné profondément ce programme gouvernemental, les uns l’ont critiqué, d’autres l’ont défendu. Bref, chaque député dans ses convictions a fait son travail avec foi. C’est l’important. Au fait, le gouvernement Gizenga s’assigne pour objectifs prioritaires de refonder la Nation congolaise,  consolider la paix, relancer l’économie,  restaurer la famille et des valeurs morales et  lutter contre la corruption dans toutes ses formes.

Selon le Premier ministre Gizenga, ce programme réunit tous les atouts d’être celui qui est capable de faire de la RDC, après cinq ans, non pas la forêt vierge, mais « un jardin botanique où chaque arbre aura la chance d’être arrosé ». Quelle belle métaphore! En revanche, pour l’opposition politique, le jardin botanique promis dans cinq ans par le gouvernement, et dans l’hypothèse où la RDC pourrait être, ne sera rien d’autre que la même forêt vierge où, le Premier ministre Gizenga et ses soixante ministres se sont déjà rangés en ligne « des grands arbres pour capter toutes les eaux des pluies » de leur programme d’action qui est un simple catalogue des bonnes intentions. Réponse du berger à la bergère. Des programmes gouvernementaux, ont dit généralement qu’il n’ y a pas des meilleurs ni des pires. Ils sont seulement ce qu’ils peuvent être, c’est-à-dire, des programmes d’action. Ni plus ni moins. Pourtant, ils ne se valent pas.

Et personne ne le dira. Comme les hommes, ils ont leurs forces et leurs faiblesses. Et ils sont naturellement porteurs des lendemains de vie. De ce point de vue, les programmes d’action méritent qu’on leur  fasse confiance. Car, ils sont avant toute chose un potentiel en transformation pour le gouvernement et un ferment d’espoirs et d’attentes pour le peuple. A dire vrai, le programme du gouvernement Gizenga n’est différent en rien d’autres programmes d’action en Afrique. Et son grand mérite réside dans le fait qu’il existe pour tous les Congolais. Bonus pour ce gouvernement des vainqueurs. En tout état de cause, l’opposition n’a pas l’alternative légale. Elle n’en a ni la qualité ni le mandat.

 SOCIETE
 

Le parlementaire doit jouer le rôle syndical, selon un député national du Nord-Kivu

Kinshasa, 27/02 (ACP).- M. Jean Bosco Barihimu Ka-Butsiri, député national élu de Rutshuru, au Nord-Kivu, a plaidé, dimanche à Kinshasa, pour un syndicalisme parlementaire, au cour d’un entretien avec la presse. L’honorable Barihima a, à cette occasion, estimé que des élus du peuple doivent se considérer comme des syndicalistes de la population qui les a mandatés auprès des institutions de la République, de la même manière que ceux qui représentent les travailleurs auprès de l’employeur. Selon lui, un député ne peut pas prétendre construire notamment les routes, les  hôpitaux, et les écoles… alors qu’il n’a pas des moyens pour ce faire. Ce rôle, a-t-il souligné, revient aux décideurs, c’est-à-dire au gouvernement. La mission du député, selon l’honorable Barihima, est d’être plus près de la population en vue de vivre ses réalités et attirer l’attention des gouvernants sur les problèmes épineux de sa circonscription électorale, précisant qu’un député est là pour la défense des intérêts de ses électeurs. Il a enfin justifié l’attitude de certains parlementaires qui, au cours de leurs campagnes électorales, ont promis monts et merveilles à leurs électeurs, se substituant même au gouvernement.

Plaidoyer pour l’aménagement d’une voie d’accès vers la cité de la paix « Cardinal Etsou » à Kimbanseke

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Le bourgmestre de la commune de Kimbanseke, Paul Kambombo, a plaidé pour l’aménagement d’une voie d’accès appropriée dans laquelle la cité de la paix « Cardinal Etsou », dont la stèle a été dévoilée le week-end dans cette municipalité, posera d’énormes problèmes aux occupants du site. M. Kambombo a exprimé ce vœu lors de la cérémonie du dévoilement de la stèle présidée par le gouverneur de la ville de Kinshasa, l’Amiral Baudouin Liwanga Mata Nyamunyobo, tout en félicitant l’initiateur du projet « l’Association pour la solidarité et le développement » (ASODEV). Il a également préconisé l’approvisionnement du site en eau potable et en  électricité. Pour l’instant, la voie qui mène vers ce site est en terre battue, accessible uniquement aux véhicules « tout terrain ». Cette cité est attribuée aux déplacés de guerre, indique –t-on.

L’ordre du gouverneur de la ville de Kinshasa non exécuté

Kinshasa, 27/02 (ACP).- L’ordre du gouverneur de la ville de Kinshasa, l’Amiral Liwanga, consistant à évacuer toutes les affiches et banderoles étalées le long du boulevard du 30 juin, depuis le Rond-point Mandela jusqu’à la Gare centrale, n’est toujours pas exécuté par la division urbaine de la Culture et arts, a constaté lundi l’ACP. Cette décision du gouverneur de la ville a pour but de dégager cette artère principale de Kinshasa de ce foisonnement d’annonces et publicités jusqu’à nouvel ordre. Malgré l’insistance de l’autorité urbaine, la division urbaine de la Culture et arts, à qui revient cette tâche, pointe plutôt du doigt les services compétents de l’Hôtel de ville qu’elle accuse de lenteur administrative dans le mécanisme de libérer les moyens conséquents pour mener à bien cette opération, renseigne-t-on de bonne source.

Le RAUKIN victime d’un vol de ses biens

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Le Réseau de l’agriculture urbaine de Kinshasa (RAUKIN), une plate-forme thématique du Conseil provincial des ONGD de la capitale (CRONGD-K), dont le siège est établi au quartier industriel, dans la commune de Limete, vient d’être objet du vol de ses biens évalués à plus de trois cents dollars américains (300 USD). Le secrétaire permanent de cette organisation, M. Pierre Ongala Lopema qui a livré cette information, lundi, à  l’ACP, a indiqué que les bandits ont, dans la nuit du 20 au 21 février dernier, forcé et ouvert le portail de la parcelle abritant le siège du RAUKIN, affirmant par ailleurs qu’à l’issue de leur forfait, ils ont emporté une trentaine de chaises en plastique, une unité centrale de l’ordinateur, une calculatrice, une pendule et une photocopieuse. Le secrétaire permanent du RAUKIN a, à cette même occasion, laissé entendre que la police, après enquête, dispose des pistes de ces malfaiteurs, avant de rassurer que celle-ci ne tardera pas de mettre la main sur ces derniers.

Une femme succombe aux coups de son mari à Bibwa (Mpasa III)

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Une femme, d’une trentaine d’années révolues, habitant le quartier Bibwa (Mpasa III) dans la commune de Nsele, est décédée dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, après avoir été battue par son mari, a  appris l’ACP  des habitants de cette partie de la ville de Kinshasa. L’infortunée a rendu l’âme dans une formation médicale privée de la place, et son criminel mari  disparu dans la nature.

Selon les témoignages concordants, le mari, aujourd’hui dans la clandestinité,  a eu le culot de joindre sa belle famille par téléphone pour lui faire part de la triste nouvelle.

 Le meurtrier aurait même expliqué qu’en tabassant son épouse, il n’avait pas l’intention de la tuer. Toujours selon les témoignages, le couple avait eu trois enfants. Le meurtrier aurait même eu l’audace de solliciter auprès de sa belle-famille, toujours par téléphone, la main de la sœur de son épouse décédée pour, selon lui, élever les orphelins de sa sœur.

 
 PROVINCES
 

Le gouverneur du Katanga visite des chantiers routiers de la ville de Lubumbashi

Lubumbashi, 27/02(ACP).-M. Jacques Mudib Nguz, gouverneur intérimaire du Katanga, a effectué en fin de semaine quelques visites sur plusieurs chantiers de routes de la ville de Lubumbashi afin de se rendre compte de l'avancement des travaux de réhabilitation de celles-ci sous le financement de l'administration provinciale.

L'autorité provinciale qu'accompagnaient les directeurs provinciaux de l'OVD, de l'Office des routes ainsi qu'un représentant de l'Entreprise Malta Forrest, a donné des instructions pour une exécution parfaite des travaux dans le respect des normes en la matière et de la durée.

M. Madani Tall  nouveau représentant du HCR au Katanga

Le bureau de représentation du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Katanga a un nouveau responsable en la personne de M. Madani Tall, qui a été présenté vendredi à M. Jacques Mudib Nguz, gouverneur intérimaire du Katanga par M. Abdallah Would, son prédécesseur. L'autorité provinciale a souhaité la bienvenue au nouveau représentant du HCR au Katanga, qui vient du Tchad, avant de lui promettre son soutien tout au long de son mandat dans cette province.

 Exposition prochaine à Lubumbashi des photos des effets du conflit armé En RDC

M. Armand Leclerc, délégué polyvalent du HCR au Katanga, a fait part enfin de semaine à M. Jacques Mudib Nguz, gouverneur intérimaire du Katanga, de l'organisation d'une exposition des photos sur les effets  du conflit armé en RDC. L'organisation de cette exposition prévue du 1er au 5 mars à la Halle de l'Etoile vise à démontrer les conséquences néfastes de la guerre. L'autorité provinciale a encouragé cette initiative qui vise à informer la population sur les méfaits de conflits armés. L'entrée à l'exposition est gratuite, a précisé M. Armmand Leclerc.

Le président de  l’Assemblée provinciale de l’Equateur regagne  Mbandaka

 Mbandaka, 27/02/(ACP).- M. Mondombo Kanzo, président de l’Assemblée provinciale de l’Equateur, a  regagné Mbandaka au terme d’une mission de deux semaines à  Kinshasa.  Dans la capitale, M. Mondombo  avait pris part à un séminaire organisé par le ministre de l’Intérieur à l’intention des présidents des assemblées provinciales nouvellement installées. Le président de l’Assemblée provinciale de l’Equateur qui a eu l’honneur, en compagnie de ses homologues d’autres provinces, d’être  reçu par le Président de la République a indiqué à la presse, que ce séminaire a permis aux présidents des Assemblées provinciales d’avoir des instructions nécessaires pour le fonctionnement de ces organes délibérants. Outre le président de la république, le président  de l’Assemblée provinciale de  l’Equateur a également été reçu, en compagnie de ses collèges, par le Premier Ministre Antoine Gizenga.  

Explosion d’une bombe d’une forte puissance à Gemena

Une bombe d’une forte  puissance a explosé dernièrement dans les environs du camp Libenge Moke de Gemena. Cette  bombe a explosé à la suite d’un feu de brousse occasionné par un inconnu.

 Le camp Libenge Moke a abrité plusieurs contingents de militaires avant, pendant et après la guerre. La population qui se trouve dans l’insécurité estime qu’il était urgent de procéder au déminage de ces engins de la mort.

 Des nouvelles autorités à la mairie et à la commune de Kadutu à Bukavu

Bukavu, 27/02(ACP).- Le nouveau bourgmestre de la commune urbaine de Kadutu, M. Enock Katando, est entrée en fonction le 22 février 2007 après la cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, M. Guillaume Bonga Laisi nommé maire adjoint de la ville de Bukavu conformément à un arrêté du ministre de l’Intérieur en replacement de M. Anicet Teganyi élu député provincial. C’est le maire Prosper Mushobekwa qui a procédé à l’installation de cette nouvelle autorité communale en présence du personnel de Kadutu. Le nouveau bourgmestre a demandé à la population de lui prêter mains fortes pour la réussite de la mission lui confiée notamment le développement de cette partie de la ville en soutenant les cinq chantiers prônés par le Président de la  République Joseph Kabila. Agé de 36 ans, marié et père de 4 enfants, le bourgmestre est gradué en sciences commerciales et administratives.

Un nouveau chef de division provinciale de développement rural  au Maniema

 Kindu, 27/02(ACP).- M. Lungi Kowe, nouveau chef de division provinciale de Développement Rural pour le Maniema, nommé et affecté par l'arrêté ministériel du 5 mai 2005 a été notifié officiellement en date du 19 février 2007 par le gouverneur ai du Maniema Mr Boniface Yemba Mpoyo pour occuper ses fonctions après une longue période de deux ans d'attente. En effet, ce dernier arrivé à Kindu pour rejoindre son nouveau poste d'attache s'est buté à un refus catégorique du gouverneur sortant pour prendre ses fonctions pour des raisons non révélées. M. Lungi Kowe remplace à ce poste M. Lwalaba Mibanga appelé à d'autres fonctions à Kinshasa.

M. Mabongo Assumani arrêté et maltraité  à Kilungutwe

Bukavu, 27/02(ACP).– M. André Mabongo Assumani, président de la société civile de Kilungutwe, territoire de Mwenga a été mis aux arrêts à deux reprises avec sa femme et ses petits enfants âgés d’un an et 3 ans par un capitaine des FARDC surnommé « Démon ». M. Mabingo a été soupçonné d’avoir incité la population à dénoncer, lors du passage, dans ce village du Président de la République joseph Kabila qui effectuait une visite d’inspection de la route nationale 2, des tracasseries dont elles sont victimes par des éléments des FARDC qui érigent des barrières et rançonnent des paisibles citoyens.  Selon le collectif d’action pour la Défense des Droits de l’Homme (CADDHOM-Ongd), M. Mabongo a subi des traitements inhumains et dégradants portant atteintes à la dignité humaine en présence des membres de sa famille. Des amendes lui furent aussi infligées.  Relâché en janvier, il sera arrêté pour la seconde fois en février.

Les combattants hutus réclament 200 $ pour  la libération des personnes prises en otage

 Bukavu, 27/02(ACP).- 200 dollars américains sont exigés par les combattants Hutus rwandais  (FDLR) et Interahamwe) cantonnés dans la forêt de Mugaba à Nindja, territoire de Kabare pour libérer toute personne prise en otage  lors des rafles opérés dans ce village. La toute dernière prise d’otage opérée en début de semaine a connu l’enlèvement de huit personnes dont une a été tuée à Kafukiro/Nindja.

Suite aux invasions de ces combattants rwandais accueillis dans la contrée, les habitants ont trouvé bon de se déplacer dans la localité d’Ihembe. Une fille qui est parvenue à échapper de mains de ses ravisseurs à Kabona, où est basé le commandant de la 8è brigade intégrée a été ramenée chez ses parents à Kaniola dans le territoire de Walungu.

Les agents du service notarial de Boma sollicitent la révision de l’article 223 du code foncier

Boma, 27/02(ACP).- Les agents du service notarial de Boma ont souhaité la révision par l’administration provinciale du Bas-Congo de l’article 223 du code foncier qui protège la personnalité du Conservateur des Titres immobiliers, en dépit des manquements dont ce dernier pourrait se rendre coupable dans l’exercice de ses fonctions. Lors d’un entretien vendredi avec le maire de Boma, les fonctionnaires du service notariat de cette ville ont fait valoir que les dispositions de l’article incriminé laissent le Conservateur des Titres immobiliers et les membres de son bureau libres de faire  n’importe quoi dans la gestion des titres fonciers. Selon eux, l’article 223 du code foncier stipule : « L’Etat est responsable des erreurs du Conservateurs des Titres immobiliers » « Que chacun soit responsable de ses actes et soit mis devant ses responsabilités, au lieu de rejeter la responsabilité sur l’Etat congolais », ont-ils soutenu. Cette réaction de l’office notarial est consécutive aux nombreux cas de démolition d’immeubles construits anarchiquement à travers le pays sur instruction des autorités,  au détriment de leurs propriétaires, malgré la détention par ces derniers de titres de propriété légalement établis par le Conservateur qui est protégé par la loi. Outre l’article 223  du  code foncier, les fonctionnaires ont également soulevé la question de la définition des responsabilités entre le notaire et le Conservateur des Titres fonciers en matière d’authentification des actes de vente pendant la mutation des immeubles, conformément à l’article 231 du même code. Ils ont stigmatisé le manque d’harmonie entre le  Service notarial et le Conservateur des Titres immobiliers, en dépit des bonnes dispositions prévues par le législateur.

 ECONOMIE
 

Le ministre des Finances exprime sa reconnaissance au Chef de l’Etat

 Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le ministre des Finances, Athanase Matenda Kyelu, a exprimé toute sa reconnaissance au Président de la République, pour avoir porté son choix sur sa personne en lui confiant les lourdes charges de diriger le ministère des Finances. Le ministre Matenda qui a fait cette déclaration lundi, à l’occasion de la cérémonie de remise et reprise avec son collègue sortant Marco Banguli, a pris l’engagement solennel de faire tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas décevoir le Chef de l’Etat et la nation congolaise, des espoirs qu’ils ont placés en lui, tout au long de son mandat.

Il a évoqué les relations personnelles qu’il entretient depuis de longues dates avec son collègue sortant dans le secteur privé, notamment à la Fédération des entreprises du Congo (FEC). M. Athanase Matenda a invité les agents et cadres oeuvrant au sein du ministère de se mettre à sa disposition jusqu’à ce que l’autorité en dispose autrement, dans la mesure où les responsables des services et agents du ministère détiennent encore par devers eux des documents sensibles de l’Etat. Auparavant, son prédécesseur lui a souhaité la bienvenue, avant de lui prodiguer un conseil, celui de réaliser plus de recettes internes et externes.

Les grands axes du plan d’action du ministère des PME

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le développement d’une nation commence par l’organisation des Petites et moyennes entreprises (PME), a déclaré samedi le nouveau ministre dudit ministère, Jean-François Ekofo Banzoko, au cours d’un entretien avec la presse au Palais du peuple, peu après l’investiture du gouvernement de la 3ème République.

Dans cette optique, le nouveau ministre entend d’abord organiser et encadrer les PME en faisant la promotion des micro-finances comme socle du développement national. Cette démarche, dans le contexte de la RDC, a souligné le ministre, permettra d’octroyer des crédits agricoles et d’autres provenant des banques de micro-crédits. M. Ekofo a promis de donner une impulsion particulière en vue de concrétiser cette vision de manière à apporter sa contribution pour que réussisse le programme global du gouvernement dans son volet de lutte contre la pauvreté.

Des faux billets de banque en circulation au Sud-Kivu

Bukavu, 27/02 (ACP).-Des rumeurs persistantes ont fair état ces derniers mois au Sud-Kivu de la circulation consistante de la fausse monnaie aux côtés des billets légalement émis par la Banque centrale du Congo, selon un communiqué de la direction provinciale de cette institution financière du 21 février 2007. Bien qu’elle ne partage pas cet avis, la Banque centrale du Congo (BCC) par acquis de conscience, a appelé autour d’elle les membres de la FEC (Fédération des entreprises du Congo), les banques et les services de sécurité pour une évaluation de la situation. De cette concertation tenue récemment par la BCC à Bukavu, il en a résulté des constats ci-après : 1. A en juger par les statistiques tenues par la BCC, direction provinciale de Bukavu, le volume de la fausse monnaie interceptée par elle a évolué au courant de ces 4 dernières années ; en 2004, 184 billets ; en 2005, 19 billets, en 2006 ; 55 billets et en février 2007, 1 billet soit au total 259 billets. 2. Le volume insignifiant et marginal rassure la BCC quant à l’authenticité des billets en circulation en province du Sud-Kivu. Donc, aucune panique ne doit être entretenue et la population est attirée sur les éléments caractéristiques (signes récognitifs) des billets émis, tels : filigrane, le fil de sécurité, le repérage à l’épair, l’impression et la taille douce, la numération fluorescente, les fibres marbres, l’encre à effet optique variable, l’image latente effet bascule.

La direction provinciale de la BCC juge que le concours de la population est nécessaire au dénichement des faux billets et monnayeurs.

Les transporteurs fluviaux en assemblée générale élective le 1er mars prochain

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Les transporteurs fluviaux membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) seront en assemblée générale élective le 1er mars prochain, a indiqué, la semaine dernière à l’ACP, le président de cette association, Didier Mukoma. Il a fait savoir à cet effet que cette assemblée générale va permettre à l’association d’avoir de nouveaux dirigeants qui vont entreprendre des contacts avec la tutelle pour étudier les voies et moyens de réduire les tracasseries administratives dont sont victimes les transporteurs sur les fleuves. Prévue initialement pour le 22 février, cette assemblée générale a été reportée pour des raisons logistiques.

86.140.361 FC des recettes réalisées à partir des taxes non-fiscales en 2006 à Beni

Beni (Nord-Kivu), 27/02 (ACP).-Quatre vingt-six millions cent quarante mille trois cent soixante et un francs congolais (86.140.361 FC) des recettes ont été réalisées en 2006 à Beni, province du Nord-Kivu, au compte du Trésor public à partir des taxes non-fiscales, a indiqué dernièrement à l’ACP Pascal Lukula, chef de ressort de la Direction générale de recouvrement des recettes administratives, domaniales et judiciaires de participation (DCRAD).

 

 
 SCIENCE - SANTE - ENVIRONNEMENT
 

Atelier de validation des documents normatifs PTME à Kinshasa

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Un atelier de validation des documents normatifs PTME (Programme des transmission Mère-Enfants) sur le suivi des mères VIH+, soins pédiatriques VIH et gestions des intrants PTME s’est ouvert lundi à l’Hôpital général de Kinshasa. Organisé par le Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS), avec l’appui de l’UNICEF, l’atelier a pour objectif d’ améliorer, finaliser les documents élaborés et les validés pour leur utilisation à travers la RDC. Il s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre des activités de PTME par le PNLS et ses partenaires, des avancées scientifiques réalisées dans le domaine du VIH/SIDA-PTME, notamment en ce qui concerne la prise en charge des femmes enceintes VIH+ et leurs enfants. Celui-ci se déroulera sur 4 jours ouvrables et comptera deux phases. La première a été consacrée à la présentation et lecture des documents par les consultants, suivi des travaux des groupes par les participants, enfin les exposés d’enrichissement en plénière, et la seconde phase consacrée à la validation des documents par l’autorité compétente du ministère de la Santé. Vingt-cinq participants provenant du ministère de la Santé, du PTME des partenaires, du PNLS, de l’Inspection provinciale de la Santé/Kinshasa, des CUK (Pédiatrie) et Gynéco-obstérique, de l’ESP/KIN et enfin de l’Ordre des médecins et des pharmaciens participent à cet atelier dont la clôture interviendra jeudi.

Quelques médecins de Kinshasa sensibilisés sur le drépanocytose

Kinshasa, 27/02 (ACP).- L’ONG-Projet Hope « l’espoir de vivre » a sensibilisé samedi à la paroisse Notre-Dame de Fatima à Kinshasa, quelques médecins de cette ville sur la drépanocytose ou anémie « SS » qui constitue un véritable problème de santé en République Démocratique du Congo (RDC) où près du tiers de la population est affectée par ce fléau.

Cette campagne menée par ladite association avec la collaboration de la plateforme d’appui, de formation et de veille sur la drépanocytose (PAFOVED), a connu des brillantes interventions parmi lesquelles celles du Dr. L. Tshilolo du centre hospitalier Monkole.

 
 SPORTS
 

Mazembe – Tshinkunku mardi au stade de Kenya à la LINAFOOT

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Le TP Mazembe sera opposé à l’US Tshinkunku mardi au stade de Kenya à Lubumbashi, en match de retard de la 3ème journée de la phase qualificative, site de Lubumbashi, du championnat de la LINAFOOT. Leader incontesté du site avec le maximum des points (9) et déjà qualifié pour le tour final, Mazembe affrontera Tshinkunku  pour la formalité. Tshinkunku dernière équipe avec zéro point, pourrait néanmoins s’employer pour sauver l’honneur en cherchant ne fût-ce qu’un match nul et ramener un point dans son fief de Kananga. Outre les corbeaux lushois vainqueur de Tshinkunku (3-0) à la manche aller, l’AS V.Club, le DC Motema Pembe de Kinshasa, l’AS Kabasha, de DC Virunga du Nord-Kivu et le SC Cilu du Bas-Congo sont également qualifiés pour la phase finale. Le club de Lukala l’a été comme meilleur deuxième (9 points) au détriment de l’OC Bukavu Dawa (6).

Cette phase du 12ème championnat national s’est déroulée dans cinq sites à savoir Kinshasa, Matadi au Bas-Congo, Mbuji-Mayi au Kasaï Oriental, Goma au Nord-Kivu et Lubumbashi au Katanga.

Signature d’un protocole d’accord de coopération entre la FECOLUTTA et la FECOLA

Kinshasa, 27/02 (ACP).- La Fédération congolaise de luttes associées (FECOLUTTA) et la Fédération congolaise de lutte amateur (FECOLA) ont procédé, vendredi à Kinshasa, à la signature d’un protocole d’accord de coopération bilatérale. Les deux  fédérations se sont engagées, dans le cadre du développement et du contrôle des activités de la lutte dans la zone 4 du Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA), particulièrement entre les deux pays, à favoriser et à harmoniser leurs activités dans l’organisation administrative, financière, technique et des compétitions. La compétence de ces deux organismes, chacun sur son territoire dans l’organisation matérielle, financière et administrative des manifestations de lutte, concerne la conformité aux règles et aux modalités d’initiation des rencontres entre clubs, ligues et équipes nationales afin   de garantir une bonne gestion de la lutte moderne et traditionnelle.

La fédération hôte d’une compétition ou d’une manifestation est tenue d’assurer toutes les formalités à l’entrée, le transport interne, l’hébergement, la restauration, la sécurité, la couverture médicale ainsi que l’assurance accident. Tandis que la visiteuse se charge des frais de transport aller et retour de sa délégation. Les officiels de la fédération et des ligues en mission officielle prennent également en charge leur hébergement et restauration. Les compétitions sont soumises aux règlements de la FILA et de la CALA, une commission technique mixte devant être mise en place pour règlementer la compétition. La FECOLUTTA a été représentée par le secrétaire général, Tshimanga Mazamba et le directeur technique, Kamuna alors que la FECOLA l’a été par Ngombet Albert et Ntsiamfoumu.

Sept boxeurs du Katanga sélectionnés pour les championnats nationaux

Lubumbashi, 27/02 (ACP).- Sept boxeurs du Katanga ont été sélectionnés pour participer aux championnats nationaux prévus à Kinshasa par la Fédération congolaise de boxe. M. Elie Amurie Bushiri, président du comité provisoire de la Ligue de boxe du Katanga, qui a donné cette information à l’ACP, a estimé que ces sept boxeurs retenus pour participer à cette compétition nationale, défendront honorablement les couleurs du Katanga. Initialement prévu au Bandundu à la fin de l’année dernière et délocalisé à Kinshasa, ce championnat vient de connaître un deuxième report pour une date ultérieure. La liste de ces boxeurs du Katanga se présente de la manière suivante : mouche : Maheba Kabamba ; coq : Kadima Sacadé ; plume : Bukasa Olivier ; Mi-welter : Bwalya Mwansa ; welter : Tshilolo Kati ; moyen : Mulaji Ilunga ; mi-lourd : Kalala Bachuma.

 
 

Vers la réorganisation et la restructuration de l’UREC

 Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le conseiller spécial du président de l’Union pour la reconstruction du Congo (UREC), Mbuyi Kana, a déclaré lundi que ce qui intéresse le président de ce parti, c’est sa restructuration. Selon M. Mbuyi, le leader de l’UREC, le Dr Kashala est attendu à Kinshasa début mars. Il s’emploiera à réorganiser ce parti, à le structurer et à le redynamiser, avant de l’implanter à travers toute la République. Le parti ainsi implanté, a-t-il ajouté, aura à mener les actions sociales ayant pour axes cibles, la santé, l’entraide sociale et humanitaire. L’UREC, selon lui, est un parti du peuple qui lie les actions politiques à celles sociales car, a-t-il affirmé, la politique sans le social est comme la science sans conscience.

Créée en décembre 2005, a-t-il rappelé, l’UREC s’est engagée, trois mois après son existence, dans le processus électoral. La position occupée par le Dr Kashala, 5ème après Kabila, Bemba, Gizenga, Nzanga Mobutu, montre à suffisance que le Dr Kashala est un souffle nouveau.

L’UREC espère qu’après 5 ans, elle doit gagner les élections. L’UREC vit et n’est pas morte, a-t-il souligné. Quant au gouvernement dont l’investiture est intervenue samedi dernier, il a apprécié le discours du Premier ministre.

Tenue à Kinshasa de la conférence pastorale internationale des pays des Grands lacs

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Les délégués des Eglises d’Afrique, entre autres du Burundi et de la RDC ainsi que ceux des Eglises de la Norvège participent, depuis lundi jusqu’au 3 mars à Kinshasa, à la conférence pastorale internationale des pays des Grands lacs placée sous le thème : « Contribution des Eglises dans l’application de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la femme, la paix et la sécurité ».

Le président national de l’Eglise du Christ au Congo (ECC)» et sénateur, Mgr Pierre Marini Bodho, qui a ouvert ses assises en la chapelle de la présidence de cette église à Gombe, a évoqué la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies dans cette résolution 1325 prise le 31 octobre 2002 dont le contenu est la réponse à de nombreux cris lancés depuis longtemps pour la résolution des conflits.

L’évêque de cette église protestante a, à cette occasion, évoqué les problèmes que rencontrent les femmes et les filles dans les conflits dans les pays des Grands lacs où les guerres ont dégradé les valeurs d’éthique et morales dans les sociétés des pays des Grands lacs avant de mettre l’accent sur l’implication des femmes dans la prévention et les résolutions de conflits.

Mgr Marini a, en effet, exhorté les femmes à bannir la peur pour s’impliquer pleinement dans la pacification des différends avant de souligner le rôle que les femmes congolaises ont joué dans les accords de Sun City pour le rétablissement de la paix en RDC après avoir déclaré que les femmes soient associées dans le processus de la paix.

Il a par ailleurs prié les participants à ces assises à accorder en priorité les paroles aux femmes dans les ateliers pour qu’elles s’expriment et défendent leurs valeurs et que l’Eglise ait le rôle de promouvoir avant de saluer la participation des femmes des Eglises de la Norvège pour le partage d’expériences dans cette conférence.

De son côté, le chef de la délégation du Conseil national des Eglises du Burundi, Mgr Pie Ntukamanzina, évêque de l’Eglise anglicane de Bujumbura qui a transmis les salutations du peuple du Burundi à leurs frères et sœurs de la RDC, a relevé l’importance que les Eglises de son pays ont accordée à ces assises pour le partage d’expériences et soulignant que la situation actuelle dans les deux pays constitue un signe d’espoir dans la promotion de la paix.

Pour sa part, le chef de la délégation des Eglises de la Norvège, le révérend Orhulf Steen qui s’est réjoui de se trouver ensemble entre ces églises pour renforcer leur collaboration, a relevé la pertinence de ce thème pour faire part de la contribution de la femme dans le processus de la paix, avant de donner sa vision selon laquelle l’église peut bâtir la paix en associant ensemble l’homme et la femme.

Auparavant, le président du Synode urbain de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) à Kinshasa, Mgr Ngamuke Isidore qui a dit l’évangile, s’est appuyé sur le message biblique de la genèse pour que cette conférence de ces églises fasse des appels par des résolutions palpables et concrètes pour le développement de l’Afrique.

En effet, ces assises qui sont organisées par l’Eglise du Christ au Congo (ECC) avec ses partenaires extérieurs poursuivent, comme objectifs, renseigne-t-on, d’accroître la reconnaissance du rôle des femmes dans la prévention et la résolution des conflits, identifier les besoins spécifiques des femmes et des filles en période de guerre et faire prendre conscience aux leaders des églises de la région des Grands lacs, des conséquences spécifiques de la guerre sur les femmes dans le respect des droits des femmes et des filles.     

Séminaire de la CSC sur la responsabilité des syndicats dans l’encadrement des employés

 Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le président de la Confédération syndicale du Congo (CSC), Symphorien Dunia, a ouvert, lundi, au Centre Béthanie de la commune de Gombe à Kinshasa, un séminaire sur « la responsabilité des syndicats dans l’encadrement des employés – défis et perspectives », en collaboration avec la Fédération des employés (FPE). Ce séminaire qui regroupe les membres du bureau exécutif de la FPE, de la Fédération mondiale des employés (FME) et de la Centrale des employés et cadres de la CSC, sera précédé d’une réunion statutaire de ce mouvement syndical international.

Il est destiné à apporter à la CSC un dynamisme afin qu’elle devienne une force syndicale en RDC. M. Dunia a indiqué que son syndicat ne peut devenir fort que par une plus grande adhésion des membres. Il a invité ses membres à faire de la CSC une organisation syndicale disposant des moyens capables de réaliser ses actions sociales afin de se suffir.

« Nous avons lutté pour qu’il soit installé un conseil économique et social en RDC. C’est pour nous une priorité, étant donné qu’il devra influencer les décisions du gouvernement à caractère social en faveur des travailleurs congolais », a-t-il dit. Pour sa part, le secrétaire général de la FPE, Zounnadjala Koffi a exhorté les participants à formuler des recommandations qui vont servir à jeter des bases de ce mouvement régional syndical. M. Guy Kolela, secrétaire général à la CSC et secrétaire général adjoint de la FPE, a expliqué le sens de ce séminaire consistant de réfléchir et à lever les options sur ce que sera la FPE au regard de la mutation que connaît le mouvement syndical international. « Hier, nous avons poussé une ONG de soulagement après avoir constaté les méfaits du monosyndicalisme, aujourd’hui au nom de la mondialisation, nous ne pouvons plus revenir sur le système décrié hier ».

La CSC, a-t-il dit, a intérêt à adapter ses structures organisationnelles en fonction de ses besoins et au mieux des intérêts de ses affiliés.

Les opérateurs économiques congolais appelés à promouvoir les langues commerciales

 Kinshasa, 27/02 (ACP).-Les opérateurs économiques congolais sont appelés à promouvoir les langues commerciales en vue de leur faciliter les différentes transactions qui peuvent intervenir au cours de leurs activités, a-t-on appris, le week-end à Kinshasa, au cours d’une rencontre entre les opérateurs économiques congolais et les partenaires étrangers présents à Kinshasa.

Au cours de cette rencontre, les difficultés d’ordre culturel était au centre du débat, car, pensent-ils, les traductions et interprétations des langues commerciales (anglais, français, espagnole et arabe) prêtent le plus souvent à des confusions. Pour eux, les affaires sont délicates et le recours à des langues commerciales est nécessaire pour obtenir un contrat. Promouvoir les langues étrangères tout au long de la vie des opérateurs économiques est plus qu’un souhait, a-t-on noté.

Pas d’inadéquation entre les cinq chantiers du Chef de l’Etat et le programme gouvernemental

 Kinshasa, 27/02 (ACP).-Le Pr Diur Katond, député national membre du PPRD, a animé, à l’issue de l’adoption du programme du gouvernement et son investiture samedi dernier, une conférence de presse au cours de laquelle il a indiqué qu’il ne peut y avoir une inadéquation entre les cinq chantiers du Chef de l’Etat et le programme gouvernemental. Selon le député Diur, le Premier ministre Antoine Gizenga fait partie de la majorité présidentielle, motif pour lequel il bénéficie de la confiance parlementaire.

Il est dès lors inconcevable, a-t-il ajouté, que le gouvernement issu de la majorité au pouvoir ne puisse pas prendre en compte les orientations politiques du Chef de l’Etat. Les cinq chantiers du Chef de l’Etat, notamment la santé, les routes, l’éducation, l’eau et l’électricité, le social doivent servir des pivots autour desquels doit osciller le programme du gouvernement. Entre les deux structures de l’exécutif national, s’est instaurée une concertation permanente qui permet d’éviter des grands écarts dans la conduite des affaires de l’Etat. A une question sur la non-élection de M. Jonas Mukamba Kadiata Nzemba, de Ilunga Kabuyi (Pharmagro) et de Kalonji Albert en qualité de sénateur du Kasaï Oriental, le député Diur, originaire de la même province, a révélé que loin de l’idée du renouvellement de la classe politique, il s’agit là de l’immaturité des acteurs politiques qui se livrent au vagabondage politique, car, a-t-il souligné, il est impensable que ces hommes fort connus et qui avaient dans la salle des députés élus sur les listes de l’ADECO et du MLC, puissent sortir sans voix.

Il a condamné cette attitude qui est à l’origine de l’instabilité des institutions dès lors que les politiciens doivent courir derrière les mieux offrants.

Pour la reconsidération des artistes congolais

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Plus de dix artistes comédiens ont déclaré, le week-end à Kinshasa, à l’issue de la mort brutale de l’un d’eux, Doudou Ngafoura, qu’ils tiennent pour la reconsidération à part entière des artistes comédiens congolais par les pouvoirs publics. Selon eux, les artistes comédiens congolais vivent sans la subvention de l’Etat, ce qui, selon eux, rend précaires leur profession et leurs conditions sociales de vie. C’est dans cette optique qu’ils lancent un cri d’alarme à toutes les organisations sociales et autres présentes dans la capitale congolaise. Pour eux, le Fonds de promotion culturelle devrait plus les soutenir en cas d’un problème social survenu dans leur prestation.

 
 

C’est pourquoi ses critiques et ses observations valent ce qu’elles sont réellement, c'est-à-dire, la cerise sur le gâteau. Pour le fond, elles sont une contribution positive pour enrichir ce programme et pour l’améliorer en valeur ajoutée. Pour la forme et ses dérives oratoires, c’était le prix à faire payer à la majorité gouvernementale. On a dit que le peuple y a trouvé matières à apprécier ou à rire. Tant mieux ou tant pis ! Mais l’essentiel,il faut bien le chercher ailleurs. L’important dans tout cela, c’est que le peuple a pu comprendre que le processus électoral se porte bien en RDC et que sa marche est irréversible. Et il s’en est approprié jalousement. Manifestement, la refondation de la nation congolaise passe par là. Parmi ses gains et dividendes, le fait significatif pour la RDC d’avoir cessé d’être la nation-fiction dépourvue d’institutions politiques viables.
C’est un acquis majeur. En effet, après l’installation du Président de la République et du Parlement, voici la mise en place d’un gouvernement démocratiquement élu. Honneur à notre peuple pour avoir pris à coeur l’œuvre de la récréation de son Etat « assassiné » par ses propres fils. Outre ses nouvelles institutions,il s’est choisi aussi des animateurs crédibles avec qui négocier les  programmes pour son développement intégral. C’est la victoire éclatante de la démocratie sur les crimes des rebellions et les affres des guerres à répétition dont notre pays a payé cher en termes des sacrifices en ressources tant humaines que naturelles. De ce point de vue, notre peuple se doit d’accorder tout son soutien à la dynamique en cours et à la vitalité de sa démocratie naissante, alors qu’il considère comme un élément secondaire, la chamaillerie autour d’un programme gouvernemental entre la majorité parlementaire et l’opposition politique. Il n’en a cure.

C’est pourquoi la démocratie en RDC doit recouvrer toute sa gloire et sa grandeur pour notre peuple devenu alors l’unique maître de son destin. Cette victoire est pleine de signification pour lui en termes de la paix chèrement acquise et en termes de la dignité comme peuple. A tout Seigneur tout honneur dit-on. Il s’agit d’une œuvre collective à laquelle le peuple congolais lui-même et la communauté internationale ont collaboré en synergie pour des résultats satisfaisants. Parmi ses héros, il faudra faire justice au Président de la République et Chef d’Etat M. Joseph Kabila Kabange, en citant particulièrement son engagement total d’accompagner le processus électoral finissant jusqu’au bout. Ce qu’il a fait avec abnégation et patriotisme.

 
 

Sensibilisation des officiers de la Garde républicaine aux règles essentielles du DIH

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Le comité international de la Croix –Rouge (CICR) a organisé, le samedi 24 février 2007, une séance de sensibilisation aux règles essentielles du Droit international humanitaire (DIH), à près de 120 officiers de l’Etat-major de la Garde républicaine basés à Kinshasa, a indiqué lundi à l’ACP une source proche de cet organisme. Cette séance inaugure une série de rencontres qui seront organisées cette année à l’intention de Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sur le même sujet. Selon la source, par ces efforts, le CICR vise à promouvoir le respect des règles de base du droit humanitaire applicable en période de conflit. Ces règles humanitaires sont contenues dans ces Conventions de Genève et doivent être respectées par les Etats en toutes circonstances. Pour ce faire, ajoute la source, le CICR encourage les autorités civiles et militaires à favoriser une large diffusion de leur contenu auprès de l’ensemble de la population et des forces armées en particulier.

Pour cette année, indique-t-on, la CICR, compte travailler en étroite collaboration avec la hiérarchie  militaire en vue de réaliser l’objectif de l’intégration du  Droit international humanitaire (DIH) dans tous les programmes de formation des FARDC.

211 jeunes filles pratiquent la prostitution à Beni

Beni, 27/02 (ACP).- Deux cent onze (211) jeunes filles dont l’âge varie entre seize (16) et vingt (20) ans pratiquent la prostitution dans quarante-sept (47) maisons de tolérance recensées dans la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Selon une enquête réalisée par l’ONG « Bénévolat pour l’enfance » dont les résultats ont été publiés dernièrement sur une radio locale. Selon ce rapport, la plupart des jeunes filles qui pratiquent le plus vieux métier du monde sont sous- logées par des femmes célibataires en âge avancé qui les utilisent dans leurs débits de boissons pour attirer la clientèle. Après chaque acte (marché), la prostituée est obligée de rembourser une partie du produit à la maîtresse, sous peine de se faire expulser,  ajoute le rapport. Selon l’ONG, la pauvreté est la cause de la prostitution des jeunes filles  qui se livrent aux hommes le plus offrants parfois sans préservatifs.

Un homme retrouve vivant dans un fossé à Bukumu, au Nord- Kivu

Goma, 27/02 (ACP).- M. Sebujisho, cultivateur du groupement de Buhumba dans le territoire de Nyiragongo, dans la province du Nord Kivu a été retrouvé la semaine dernière dans un fossé à côté de son champ de patate douce. Selon des sources concordantes, l’infortuné a été sérieusement tabassé par des hommes non encore identifiés qui l’ont jeté dans ce fossé, le croyant mort. Les mêmes sources indiquent que M. Sebujisho a été tiré du fossé à l’aide d’une longue corde par des jeunes de son village qui était à sa recherche. Selon la police constatée les faits, la victime a été acheminée pour des soins  à l‘hôpital de Kibumba tandis qu’une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs de cet acte.

Une exposition photographique du 1er au 5 mars  à Lubumbashi

Lubumbashi, 27/02 (ACP).- La sous-délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Lubumbashi, organise du 1er au 5 mars 2007, une exposition photographique à la Halle de l’Etoile, axée sur le thème : « Femme et enfant ». Cette exposition illustrera les activités du CICR en RDC durant l’année 2006 dans les provinces du Katanga, du Nord et Sud-Kivu. Les photographies choisies ont été sélectionnées parmi les nombreux clichés réalisés par Wojjjciech Lembrik, photographe polonais, à l’occasion d’un reportage effectué en RDC entre juin et août 2006. Ce reportage  offert par le CICR représentait le premier prix d’un concours de photojournalisme organisé à Varsovie en Pologne au mois de mars 2006.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 La coopération germano-congolaise au beau fixe, selon l’ambassadeur allemand

 Bukavu, 27/02(ACP).- L’ambassadeur de la République d’Allemagne en République Démocratique du Congo qui a effectué une mission officielle de travail à Bukavu, a déclaré que la coopération entre son pays et la RDC était au beau fixe indiquant que le but de sa mission était de se rendre compte du fonctionnement des projets financés par la coopération technique allemande (GTZ). Il a été également question au cours de  la mission de voir comment la République allemande peut renforcer  et soutenir les initiatives qui rentrent dans le cadre de la protection des droits de l’homme. L’ambassadeur d’Allemande a rendu une visite de courtoisie au vice-gouverneur en charge des finances, économies et développement, Thomas Nziratimana qu’entourait le directeur de province, Alimasi Ndomba Pauni. Le vice-gouverneur a loué l’action de la coopération allemande relative à la conservation du Parc national de Kahuzi Biega à travers la GTZ. Il a également remercié la coopération allemande pour le financement alloué à la Société Pharmakina dans ses  efforts de produire des médicaments anti-rétroviraux pour les malades du SIDA.

Les autorités invitées à assurer la sécurité des activistes des droits de l’homme et des journalistes

Le réseau des activistes des droits de l’homme au Sud-Kivu (RADDHOSKI) a organisé récemment en la salle Concordia de l’archevêché de Bukavu, une rencontre sur la protection des activistes de droits de l’homme. Au cours de cette rencontre, un film a été projeté aux participants sur le procès avorté du feu Pascal Kabungulu Kibembi, activiste pour la défense des droits de l’homme, assassiné froidement à Bukavu en juillet 2005. Une cinquantaine d’activistes ont participé à cette séance cinématographique, et  insisté sur la possibilité de la relance du procès Kabungulu pour connaître ses vrais assassins. Ce documentaire tourné à Bukavu a été réalisé par un cinéaste belge. Concernant les hommes de la presse, il a été révélé qu’une centaine d’arrestations ont été opérées, selon l’Union nationale de la Presse du Congo, (UNPC) et journalistes en Danger (JED). Le documentaire a, en outre, suscité beaucoup d’autres réactions qui ont  poussé l’interpellation des autorités à  pouvoir assurer la sécurité tant des activistes des droits de l’homme que des journalistes.

L’Assemblée provinciale arrête un crédit provisoire de 977.588.318 FC

 Kisangani, 27/02(ACP).- L’Assemblée provinciale de la province Orientale a arrêté samedi à Kisangani un crédit provisoire de neuf cent soixante dix-sept millions cinq cent quatre vingt-huit mille trois cent dix-huit (977.588.318 FC) francs congolais. Selon le président de l’Assemblée provinciale, Basanga qui a livré ces détails à l’ACP, ce budget provisoire servira de budget d’investissement de l’exécutif provincial. M. Basanga qui intervenait à la clôture de la session extraordinaire de l’Assemblée provinciale, a également annoncé la levée de mesure portant suspension de la perception des taxes ainsi que l’instauration de centrale trimestrielle auprès de différentes entreprises génératrices des recettes qui, a-t-il dit, sera précédée par des séances de sensibilisation. Le Président de l’Assemblée provinciale a invité  les acteurs commis à cette  tâche, au changement de comportement et de mentalité pour l’accomplissement des cinq chantiers  annoncés par le chef de l’Etat lors de son discours d’investiture. La cérémonie de clôture de la session extraordinaire de l’Assemblée provinciale de la province Orientale s’est déroulée en présence du gouverneur intérimaire, Didier Gelenge qui, à son tour, s’est dit disposé à travailler en parfaite harmonie avec  l’organe délibérant de la province.

 28 enfants aveugles formés en écriture « Braille » à Kisangani

 Kisangani, 27/02(ACP). Vingt-huit (28) enfants aveugles, dont 8 filles et 20 garçons, ont été formés la semaine dernière en écriture « Braille », basée sur l’utilisation du pinceau en lieu et place du stylo à bille appuyé d’une  tablette de droite à gauche avec  du papier plastique ou bistro.

Cette formation est organisée au centre Bartimée Béthel de la 5e communauté CELPA au quartier Plateau Boyoma, dans la commune Makiso à Kisangani. M. Elie Tungunga Kasongo, directeur et fondateur du centre Bartimée pour aveugle qui a fait cette annonce au cours d’un entretien avec un journaliste de l’Agence Congolaise de Presse, a indiqué que le centre est butté  aux difficultés liées au manque de matérielles didactiques, notamment les thermoformes, les machines braille, les encadreurs qualifiés et spécialisés dans le domaine ainsi que le moyen de transport pour le « Ramassage » des enfants aveugles. M. Elie Tungunga a déclaré à cette  occasion que ce centre d’apprentissage pour enfant aveugles a été crée le 17 septembre 2001 à son initiative personnelle en tant qu’acteur du développement, avec un effectif de trois enfants.

« Il a fallu un dépistage pour trouver ces enfants et l’extension du centre a eu lieu grâce à l’appui du PAM (Programme Alimentaire Mondial), car les parents de ces enfants vulnérables n’appréhendaient pas à l’époque, l’importance de scolariser ces enfants dont la contribution sociale étant insignifiante », a-t-il martelé. Quant aux enseignements, il a indiqué que les élèves sont inscrits aux différents niveaux, de la classe d’apprentissage à la classe d’orientation et ce, avec toutes les notions scolaires. Il a, en outre, révélé que l’enseignement sur l’écriture « Braille » est assuré par M. Jean Pierre Ngoy Kaba, un spécialiste formé dans ce domaine précis de l’écriture.

 Plaidoyer en faveur d’enfants aveugles  au centre Bartimée Béthel

Le promoteur du centre pour enfants aveugles, a lancé un appel à toutes les personnes de bonne volonté, aux bienfaiteurs, aux ONG nationales comme internationales ainsi qu’au gouvernement congolais, pour la prise en charge effective des personnes handicapées visuelles de la ville de Kisangani, qui, a-t-il dit ne bénéficient d’aucune structure d’encadrement comme leurs collègues handicapés physiques et auditifs, avant de souligner la meilleure opportunité de l’encadrement dès le bas âge, des enfants aveugles, pour leur intégration sociale efficace. M. Tungunga Kasongo a salué l’appui de Mme Yvette Kuseyo Nginda, épouse de l’ancien vice-gouverneur de la province Orientale en charge de l’économie et finances, et actuel ministre de Transport, en matériels de cuisine, des matelas, des vivres précisant que son centre d’encadrement reprend cette année après une léthargie d’une  année faute de la logistique.

Le  bulletin  quotidien  de l’ACP  apprécié à la kermesse  de la police à Beni

Beni (Nord-Kivu), 27/02(ACP). Les visiteurs  de la  bibliothèque  circonstanciellement  implantée  dans la Kermesse  de la paix organisée  par la mairie  de Beni à l’occasion des fêtes  de fin  d’années ont apprécié l’information objective traitée   dans le bulletin  de l’Agence Congolaise  de Presse (ACP) exposé parmi  la gamme  d’œuvres littéraires  congolaises. Pour  la plupart  des visiteurs qui ont livré  leurs impressions à M.  Romain  Tsongo  Muhindo, commis à cette bibliothèque   temporaire, l’impartialité  et l’objectivité  de l’information  publiée  dans l’ACP confère à ce média public   une fiabilité. Certains étudiants  ont même émis  le  vœu  de voir leurs institutions respectives être  abonnées  en vue  de leur faciliter les recherches car  beaucoup de sujets, surtout  scientifiques paraissent  dans l’ACP notamment dans le desck ‘’ Sciences-Environnement-Santé’’. Le bulletin physique  de l’ACP étant un quotidien,  quelques curieux  ont tout de même, déploré  le retard d’une  semaine  qui sépare  la date de la publication à Kinshasa celle  de la réception à Beni. Pour  cette couche, certaines informations arrivent  à Beni  déjà  dépassée car diffusées  sur des chaînes  de   Radio et TV  captées  sur place. On rappelle que  le correspondant  de l’ACP-Beni  a exposé les exemplaires  allant de l’Agence Zaïre presse (AZAP)  à l’actuel  format  à la tête  de  léopard en passant  par l’Agence Congolaise de Presse (ACP)  de l’époque  de Laurent Désiré Kabila avec  la maquette teintée  et le bulletin  de la transition dont  la couverture porte  l’armoirie  tête de Lion. 

Visite éclair  du gouverneur élu à la mairie de Mbuji-Mayi

Mbuji-Mayi, 27/02 (ACP).- Le gouvenreur élu du Kasaï Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, a effectué vendredi une visite éclair à la mairie de Mbuji-Mayi, sur le chantier du gouvernorat de province et d’autres sites. Le maire, Marcel Kingwa Mwana s’est félicité de la visite de l’autorité provinciale nouvellement élue qu’il a qualifiée d’encourageante car, a-t-il dit, c’est la  première fois depuis  un an et demi qu’il reçoit la visite d’un gouverneur de province.

La visite de l’autorité provinciale se situe dans le cadre d’une prise de contact première  de palper du doigt les réalités de sa province au niveau de Mbuji-Mayi.

 Le nouveau gouverneur qui était à pied, s’est ensuite rendu sur le chantier du gouvernorat de province rond point de la mairie. M. Ngoyi Kasanji n’a fait aucune déclaration sur cette série de visites.

 
 
 
 
 
 
 

Selon le chef de ressort de la DGRAD/Beni, les réalisations des 24 services générateurs des recettes sur les 44 qui sont implantés à Beni dépassent de plus de cinquante millions (50.000.000) des francs congolais le total de l’année 2005, soit en performance dans certains services dans le recouvrement des taxes dues à l’Etat. Il a ajouté que le service du commerce extérieur pointe toujours en première position avec plus des 60 % des recettes, soit 55.578.559,98 FC. Un autre service, a fait remarquer Pascal Lukula, est celui de la DGM (Direction générale de migration) qui, en l’espace de cinq mois seulement (car arrivé à Beni en juillet 2006) est parvenu à réaliser 2.370.314 FC, soit 2,9 % du total annuel. Certains chefs des services qui n’ont rien réalisé ou encore ceux qui ont moins produit justifient la situation par la carence des imprimés de valeur et le faible taux de la rétrocession à la base de leur improductivité.   

Les exploitants miniers exhortés au respect du Code minier de la RDC

Likasi, 27/02 (ACP).-Le directeur administratif de Boss Mining/CCC, Dory Mulang Yav, a exhorté, le week-end dernier, au Mess de la GECAMINES Groupe Ventre à Likasi, les exploitants miniers au strict respect du Code minier en vigueur en RDC, a constaté l’ACP. Le directeur administratif de Boss Mining s’exprimait ainsi dans son intervention lors de la table ronde organisée par le gouvernorat de province, mettant en présence les autorités de Likasi et de Kolwezi ainsi que les personnes impliquées dans l’exploitation minière. Le problème qui se pose avec acuité est sans doute celui des creuseurs artisanaux évalués, selon quelques intervenants, à près de 100.000 personnes.

Celles-ci sont menacées de délocalisation chaque fois que le Cadastre minier octroie une concession à des industriels. Coupant court aux tractations entre d’une part, les partisans de l’exploitation minière artisanale et d’autre part ceux qui veulent pratiquer l’exploitation industrielle dans les concessions occupées par les creuseurs, Dory Mulang Yav a renvoyé les deux parties au Code minier en vigueur qui renferme les réponses à toutes les préoccupations émises par l’assistance. Il a réfuté en bloc les prétextes fournis pour la non-réalisation de l’hypothétique classe moyenne katangaise qui tarde à venir. Pourtant, pensent certains, l’exploitation minière artisanale n’a pas atteint au Katanga ses objectifs, mais, au contraire, elle désoriente la jeunesse.

Un nouveau tarif pour le moulin à Bandundu

Bandundu, 27/02 (ACP).-Un nouveau tarif pour le moulin applicable sur toute l’étendue de la ville de Bandundu a été fixé et rendu public par le maire de la ville, Martine Bokenge, par sa lettre adressée au président de l’Association des meuniers de Bandundu, dont une copie est parvenue le week-end dernier à l’ACP. Au terme de cette décision, la quantité des cossettes de manioc équivalant à la moitié d’un seau (kale-kale) se moud désormais à 30 FC et un sakombi de maïs est broyé au prix de 50 FC, contrairement aux prix respectifs de 50 FC et 70 FC majorés de façon anarchique par cette association depuis deux semaines. Mme Bokenge justifie cette décision par les doléances de la population, notamment les ménagères, relatives à cette majoration anarchique des prix opérés unilatéralement par les meuniers à cause de l’augmentation récente de 18 % de la tarification de consommation électrique par la SNEL/Bandundu.

Une nouvelle mercuriale pour revoir généralement les prix à la baisse sur le marché local est en préparation au service urbain de l’Economie et sera bientôt rendu publique par la mairie dans le cadre de la lutte contre la hausse généralisée des prix observée dans les secteurs principaux de vie à Bandundu depuis le début de l’année en cours, apprend-on.

Les difficultés de fonctionnement du ministère des Affaires foncières

Kinshasa, 27/02 (ACP).-Les agents et cadres du secrétariat général au ministère des Affaires foncières, ont relevé, jeudi à Kinshasa, à l’occasion de la cérémonie d’échange des vœux, les difficultés de fonctionnement de ce ministère, en vue de permettre au nouveau ministre d’en avoir une vision nette. Le représentant du personnel du ministère des Affaires foncières, le directeur Mwana Mputu, a dit qu’il voudrait voir l’amélioration des méthodes de travail dans ce ministère afin de faciliter le redecollage économique de la RDC. Il s’agit pour lui, des difficultés liées à l’inadéquation de la loi foncière face aux réalités, du manque des plans cadastraux au niveau de la documentation centrale du secteur, de l’absence d’une étroite collaboration entre le cabinet, le secrétariat général du ministère, l’administration provinciale et les divisions, des convocations intempestives des cadres par les juridictions militaires et civiles, de la formation et recyclage à l’ENAC, du dossier de la société Hologvam, ce qui constitue une entrave dans le fonctionnement du ministère et appelle une prise de position.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pour ce dernier, la drépanocytose souvent meurtrière chez les enfants de moins de cinq ans, est une maladie infectieuse chronique et inflammatoire tout en étant cosmopolite, mais fortement concentrée en Afrique centrale. La prise en charge de cette crise à travers les mesures préventives d’identification et d’éducation ainsi que le dépistage néonatal est une des pistes dans la lutte contre la drépanocytose, a-t-il expliqué. Déplorant l’absence d’une politique nationale sur cette matière en RDC le responsable du programme national de la lutte contre la drépanocytose a promis que des démarches dans ce sens sont en cours.

Un chercheur engagé dans la revalorisation de la médecine traditionnelle en RDC

  Kinshasa, 27/02 (ACP).- Le chercheur David Wabeladio, promoteur du Centre de recherche « MANDOMBE », s’est engagé à apporter une contribution substantielle à la promotion et la revalorisation de la médecine traditionnelle en RDC, au siège du centre dans la commune de Kalamu. Chercheur congolais, qui a annoncé la mise au point, par son centre, des méthodes de production et de conservation des médicaments en poudre produit en base des plantes médicinales, s’est dit disposé de mettre ses recherches à la disposition de tous pour le bien être de la population et l’amélioration de la santé. Il a déjà fabriqué plusieurs produits notamment « FUMPA » dont les propriétés soignent

Les maladies inflammatoires et renforcent l’énergie corporelle, ainsi que « Ntotu Meno » qui lutte contre la carie dentaire chez les enfants et les adultes et la soigne, a-t-il indiqué. Le promoteur de ce centre qui est dans les recherches depuis belle lurette par la découverte de l’écriture Negro-Africaine « Mandombe » et dans d’autres secteurs, a appelé les partenaires locaux et internationaux de le soutenir deux ce nouveau domaine de recherche pour développer la médecine traditionnelle en République Démocratique du Congo.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Jubilé des basketteuses congolaises, championnes d’Afrique des années 80, au stade des Martyrs

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Un jubilé a été organisé en l’honneur des basketteuses congolaises,deux fois championnes d’Afrique et une fois médaillées d’or des Jeux africains, dans les années 80, dimanche au stade des Martyrs. Il s’agit des internationales Nguya, Komichelo, Lepa, Longanza, Evoloko I, Bompoko, Ndombe et Kamanga, aujourd’hui coach de la sélection juniors.

A cette occasion, elles ont livré un match de gala contre les anciennes gloires de l’AS V.Club composées de Dongo, Matadi, Béa Efwama, Eale, Isafamba, Amba, Mayanga Charlotte, Mayanga Marie, Bebongo, Mukendi, Ilunga et Kamanga (qui a joué tantôt dans l’une tantôt dans l’autre. Le score final a été en faveur des anciennes Léopards : 45-39 (mi-temps 16-18).

La manifestation organisée par Chaude François Kabulo Mwana Kabulo et Claude Kidicho Salumu a été rehaussée  de la présence de l’un des sponsors et gouverneur élu de la ville de Kinshasa, André Kimbuta ya Ngo.

Elie Amurie Bushiri élu président du comité provisoire de la LIBOKAT

Lubumbashi, 27/02 (ACP).- M. Elie Amuri Bushiri a été élu président du comité provisoire de la Ligue de boxe du Katanga au cours d’une assemblée générale extraordinaire élective organisée mercredi au stade omnisports de la commune de Kenya en présence du chef de division provincial des Sports et loisirs du Katanga, M. Kayimbo Sasula. Ce comité provisoire est mis sur pied pour une durée de 45 jours afin de préparer l’élection d’un comité élu. Dans son mot de circonstance, M. Elie Amuri Bushiri a remercié les membres des comités sportifs des clubs de boxe et de l’Entente de boxe de Lubumbashi pour l’avoir choisi à la tête de al LIBOKAT. Il s’est fixé comme priorité d’envoyer à Kinshasa une sélection des boxeurs du Katanga devant participer à la compétition nationale et de la réorganisation de l’administration pour la relance de cette discipline, sportive. ¨Par ailleurs, la composition du comité provisoire de la Ligue de boxe du Katanga se présente de la manière suivante : président : Elie Amurie Bushiri, 1er vice président : Damas Piana, 2ème vice président : Mupeta Steve, 3ème vice président : Lomamai Kiteng, secrétaire : Dominique Bakadjona, trésorier : Martin Ngoy-Vumbi, membres : Kazadi Pideas, Muyumb Ghislain, Bukasa Kangonya, Wetu Maurice, John Mwando, Kazadi Sikaso, Médard Mbolela et Patrick Mukendi.

Canon de Ndjili marche (3sets 0) sur V.Club à la LIVOKIN

Kinshasa, 27/02 (ACP).- Canon de Ndjili a marché sur V.Club sur le score de 3 sets à 0 (25-18, 25-16, 25-19), dimanche au terrain de l’Alliance Franco-congolaise de Lemba, en match du championnat de la Ligue de volley-ball de Kinshasa (LIVOKIN) version féminine. Pour sa part, DCMP a étrillé Ouragan sur la même marque (25 – 12, 25-16, 25-14), tandis que la police a perdu devant la Moutoise par 1 set à 3 (25-19, 18-25, 18-25, 6-15).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       
       
       

 

   

 

Democratic republic of the Congo - république démocratique du congo 
866 United Nations Plaza - Suite 511 - New York, N.Y. 10017 - USA

Tel:  (212) 319-8061 - Fax: (212) 319-8232

| About Us | Government | Agence Congolaise de Presse | UN News | Mining News | Congo News | Visa | Passport | Home |